Nos Partenaires

Auteur Sujet: autonomes dans le jura ou dans l'ain  (Lu 456 fois)

13 octobre 2016 à 08:39:11
Lu 456 fois

Utopie


Bonjour,

Juste un post pour savoir si il existe quelques personnes qui visent l'autonomie dans le coin du Jura ou de l'Ain. Je m'oriente gentiment dans ce domaine avec une envie d'allier tradition et modernisme. J'envisage une partie de ma consommation en autonomie. Je sais que cela représente plus de travail. Je veux toutefois pouvoir faire autre chose dans mes journées que de subvenir à ces besoins primaires. L'équilibre semble parfois difficile et du coup un échange des expériences et des compétences peut-être judicieux.
Courage fuyons, réfléchissons après...

04 novembre 2016 à 15:34:12
Réponse #1

adrien.hr


Bonjour Utopie,

Je suis dans l'Ain, au pied du Jura, je vise plus ou moins la même chose pour le future, même si je pense qu'au passage de changerais de région.
Dans tous les cas je suis interressé aussi par le sujet et je me pause aussi quelques questions similaire à celles que tu évoques.

Combien de temps me faudrait il pour dévellopper une autonomie allimentaire, d'autant plus si il est nécessaire dans un premier de temps de refertiliser le sol?
Combien de temps me faudrait il par jour consacrer à mon autonomie allimentaire?
Est ce que je supporterais (moralement) de passer des journées entières à ce genre de taches et ce sur de longues periodes ?

A bientot !

04 novembre 2016 à 17:11:56
Réponse #2

Sou


Bonjour Utopie et Adrien.hr,

Je ne suis malheureusement pas dans la même région que vous, je suis en Bretagne, mais le sujet de l'autonomie, et donc de l'autonomie alimentaire, est pour moi un sujet primordial.
Si jamais vous souhaitez échanger sur le sujet, n'hésitez pas à me mp.
 
Cette parenthèse fermée:

Citer
Combien de temps me faudrait il pour développer une autonomie allimentaire

Cela dépend de beaucoup de points. Combien de personne inclus-tu dans cette autonomie alimentaire? Et qu'entends-tu par autonomie? Plutôt au sens large du terme avec de la diversité et des habitudes plus ou moins semblable à celle d'un consommateur moyen, ou plutôt au sens restreint dans l'optique de survie, c'est à dire d'apport minimum?

Citer
d'autant plus si il est nécessaire dans un premier de temps de refertiliser le sol?

Tout dépend de ton sol, et de sa richesse/biodiversité.

Citer
Combien de temps me faudrait il par jour consacrer à mon autonomie alimentaire?

Là encore c'est spécifique à la technique que tu vas employer.
Un jardinage "traditionnel" demandera pas mal d'entretien, de travail du sol, et de contrôle des nuisibles.
Un jardinage plus orienté permaculture sera quand à lui peut-être moins lourd, mais aussi plus difficile à mettre en place.
Tu as aussi des options de production moins connues telles que le jardin foret qui va privilégier les plantes vivaces et travailler avec buissons et arbres ou encore l'aquaponie qui permet d’élever en parallèle des poissons (à ne pas confondre avec l'hydroponie).

Citer
Est ce que je supporterais (moralement) de passer des journées entières à ce genre de taches et ce sur de longues periodes ?

Ça ça dépend de toi et de la méthode employée. Ainsi que de tes projets en parallèle je pense.
"La dissidence n'est pas une fin, mais seulement un moyen, celui de faire à sa façon."

04 novembre 2016 à 18:46:51
Réponse #3

azur


Il y a Draven, dans le Jura mais pas très loin de l'Ain, et qui pourra probablement t'apporter quelques infos intéressantes sur le sujet, puisqu'il est globalement dans la même démarche, et de ce que je vois, il mène une vie bien remplie mais heureuse!
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

05 novembre 2016 à 14:30:40
Réponse #4

Utopie


Bonjour Adrien,

Contente de trouver un acolyte pas très loin.
Je vois que l'on se pose un peu les mêmes questions. Je ne suis pas certaine de vouloir être autonome sur tout en ce qui me concerne. C'est bien trop de travail. La limite pour moi est difficile à trouver. Je ne suis pas du tout d'accord avec la société dans laquelle je vis mais comment consilier tout cela sans trop me marginaliser ni me déconnecter mais en essayant quand même de vivre plus en accord avec mes convictions. Pour moi cela est une vraie gagure.
Je tiens à mon boulot. Du coup pour l'autonomie complète cela réduit les possiblités par manque de temps. L'échange est un bon moyen de pallier les manques encore faut-il avoir un réseau de fadas assez proche pour pouvoir le faire.
Ne plus avoir à faire avec l'énergie nucléaire c'est déjà beaucoup mais rien que cela c'est déjà tellement compliqué !!! Il faut se sevrer de beaucoup de choses comme la TV, l'accès internet réduit, douches moins fréquentes, laver la vaisselle à l'eau froide... Moi aussi je ne suis pas certaine de tenir. C'est ma plus grande peur dans ce projet. Le pire c'est que la réponse je l'aurais que dans un an ou deux. Quand j'aurais vraiment essayé jusqu'au bout ce délire.
En même temps, quand je me réveille le matin, que le soleil innonde la vallée encore embrumé et que mes chevaux broutent paisiblement à 100 mètres de moi et que je suis au chaud à côté de mon bon poele à bois sans aucun autre bruit que ceux de la nature (et m*rde quelques avions aussi), je me dis que je ne me suis pas trompée. Pas ce matin là en tout cas. 
Pour le potager, vu que je dispose de crottin à volonté et de foin, c'est facile pour moi d'enrichir le jardin mais il est courant de parler de 5 ans de travail pour un maraicher pour s'installer et produire. Trouver ce qui pousse sur son terrain, quand, comment, cela ne s'apprend pas que dans les livres mais au fur et à mesures que les années passent et en fonction aussi de nos gouts comme je viens de l'apprendre. Par exemple j'ai essayé le sorgho cette année. Ca pousse très bien ici mais il y a un problème c'est que je ne l'aime pas et les poules non plus... Bref... J'apprends. Le seule vrai conseille que je pourrais peut-être donner aujourd'hui pour le potager c'est l'exposition car on peut toujours enrichir un sol mais si il est plein nord... ou en plein vent on est cuit.
J'ai une amie qui habitent dans une cabane. Elle est plein nord au bord d'un lac. C'est génial l'été mais l'hiver c'est sombre, frais et humide et donc peut-être un peu trop dur. L'exposition est visiblement primordial et pas rien que pour les légumes car vu que l'on est tout le temps dehors ou pas loin d'y être on y est encore plus sensible.
Courage fuyons, réfléchissons après...

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité