Nos Partenaires

Auteur Sujet: stage ACDS - FAB - 29 octobre 2016 - avec Philippe Perotti (PP)  (Lu 4300 fois)

13 septembre 2016 à 15:31:26
Lu 4300 fois

bison solitaire


Bonjour à tous,
en complément du titre:
horaires: 11h-13h et 14h-18h
lieu: club du Rhone, 9 rue de l'Epée Lyon 3ème
Prévoir sandwich, sinon MacDo et Kebbab à proximité.
Coquilles et lunettes de protection bienvenues.
40 euros si inscription avant le 15 octobre, 50 euros après.
Pour d'autres informations quant à l'inscription: acds.rhonealpes@gmail.com

13 septembre 2016 à 16:45:35
Réponse #1

Hurgoz


Yo,

Pour l'inscription, on passe par toi ou par le Mail? :P

Tcho

Hugo
"Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression." DUDH

13 septembre 2016 à 16:49:04
Réponse #2

bison solitaire



13 septembre 2016 à 17:43:32
Réponse #3

Draven


Mail envoyé pour ma part ;)
Y'en avais un qui devait se faire début novembre dans le haut Jura, mais ça a été annulé. Du coup je vais profiter de celui-ci ;)
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

16 septembre 2016 à 19:49:10
Réponse #4

bison solitaire


Hello  :)
Alors pour l'instant on n'a pas mis un nombre de places limité pour pas obligé les gens à se précipiter, mais faut reconnaître que ça se remplit assez vite...

20 septembre 2016 à 10:23:09
Réponse #5

bison solitaire


Bonjour,
on passe la vingtaine.
Juste une précision:
penser à une certificat médical de non contre-indication à la pratique de la self-défense.
Pour ceux qui pratique déjà un art martial ou un sport de combat, je pense que ça ira.
 :)

03 octobre 2016 à 09:25:21
Réponse #6

bison solitaire


Bonjour  :)
Tranquillement, on atteint la quarantaine. Et selon Thomas, on peut pousser encore un peu sans que ce soit la boite à sardines.
Quelques inscrits viennent avec leurs enfants (grands mineurs hein).
Il reste donc quelques places.
Rappel: 40 euros avant le 15 octobre (50 après)
Renseignements: acds.rhonealpes@gmail.com

10 octobre 2016 à 11:19:49
Réponse #7

bison solitaire


Hello  :)
voilà, 40 personnes ont fait connaitre leur intention de se rendre au stage, plus de la moitié ont déjà envoyé leur paiement.
On peut encore accueillir une dizaine de personnes.
Dans 5 jours, ça passera à 50 euros.
Au plaisir de la rencontre

28 octobre 2016 à 18:23:35
Réponse #8

bison solitaire


 :)
C'est demain.
Comme certains se sont déclarés intéressés et que depuis j'ai pas de nouvelle, je préfère le signaler... :D

28 octobre 2016 à 21:27:38
Réponse #9

Merlin-Max


Profitez en bien les copains. :D
Et si vous croisez un jeune jarhead pas très grand avec le bouc et des tatouages passez lui le bonjour de ma part.
L'âme sûre ruse mal. ;)

31 octobre 2016 à 09:59:55
Réponse #10

bison solitaire


50 personnes.

Prise en compte du groupe :
Un peu plus longue qu’à l’habitude : ACDS, rapide historique, son but (le couteau est considéré comme le plus mauvais moyen de défense, et en même temps il est fréquent, peu cher => le couteau est un outil dont le maniement pourra être transférer avec des outils du quotidien voire à mains nues), notion d’action légitime, blessés, lentilles, allergies, annonce de ce qui va suivre…

Couteau :

- Travail des angles, en commençant par l’angle 1 sur une zone entre les doigts et le coude.
Puis angle 2 et 3.

- Travail couteau vs couteau de manière scolaire en incluant le « check » et le déplacement.

Constat que certains se coupent notamment lors du travail sur l’angle 2 lors des transitions avec le « check » => démonstration de coupe.

- En application : passer l’enchainement sur la main/le bras armé de manière fluide.
On peut ici ajouter la communication (donner du réalisme au module).

Conseils de s’entrainer quelques minutes par jour sur les angles (« check », combinaisons, déplacement, s’entrainer à la coupe de manière progressive avec un couteau d’entrainement sur une corde accrochée à une potence, attention au placement de la jambe : on mettra plutôt en avant la jambe du même côté que la main armée).

Transition :
Démonstration de l’efficacité du crayon de papier. Porter un objet socialement acceptable et légal, utilisable de manière quotidienne, qui correspond à notre métier, notre personnalité…


Revue :
•   les différents pliages, appréhension à deux de l’effet de la revue à plat ou en tranche, puis avec le pliage en cornet.
•   Puis travail avec la revue roulée pour se défendre contre le couteau. Rappel des angles. Ne pas hésiter à faire sentir au partenaire que la revue est efficace (=> forcément ça fait des bleus).
•   Application : dès que le partenaire déclenche un angle, on intercepte avec la revue sur la main/le bras armé ; il ne s’ensuit pas forcément un enchainement.

(dans le contexte du jour, la reprise de distance est démontrée, mais on n’insiste pas dessus, il y a trop de monde : cela à l’avantage de faire travailler le discernement pendant les enchainements, la vision périphérique, voire le ressenti tactile, mais ce n’est pas abordé, ça ferait trop d’informations)

Défense générique (notamment par Eric Lemaire):
Quand on est trop près l’un de l’autre, qu’on voit une main disparaître (main cachée, main armée), pique aux yeux ou revers de la main, descendre au sol, se défendre avec les pieds (pas nécessaire de les monter très hauts), se déplacer, travailler ses appuis avec les coudes et le cas échéant avec l’un des pieds au sol, déployer un outil, se relever en cherchant à prendre de la distance avec l’arme… Descendre au sol permet d’accroître de manière significative la distance entre une lame et nos organes vitaux.

Travail mains nues contre couteau :
ce qui représente l’exception, c’est pour cette raison que ce n’est vu qu’à la fin (et ce qui permet de faire une boucle avec le travail en début de stage): travail des angles et « check » similaires pour venir frapper les cibles molles, percuter au même endroit, éviter les clefs et/ou les saisies fermes du poignet (favorise une « reprise de conscience » de celui qui tient le couteau).

- Quelques minutes sur le block and cut.

Rappel premiers secours :
Sur ce point, je n’ai à titre personnel pas facilité la tache aux deux intervenants. Prévenus en cours de module, je leur ai demandé s’ils étaient volontaires pour démontrer une pose de pansement compressif et un garrot. Ils n’avaient jamais animé ensemble, et ont eu, en étant large, 32 secondes de préparation.

Problème exposé : un individu s’est coupé assez profondément, il n’y a plus de corps étranger, qu’est ce qu’on fait :
•   Lui ordonner de compresser la plaie
•   Le faire descendre
•   On peut ensuite prendre le relais avec matériel ou non, l’essentiel étant d’endiguer le saignement.
Ici, compte tenu de la façon dont je leur avais présenté les choses, il y a eu une sorte de pré-conditionnement et c’est donc la pose du compressif qui a été choisi : dans ce cas, veiller à bien serrer et à étendre le pansement au-delà de la plaie.

Deuxième problème : un individu avec un couteau dans l’abdomen :
Il semble qu’il y ait eu ici confrontation de deux méthodes : placement en position assise ou allongé, jambes repliées. Manifestement c’est cette dernière qu’il convient de retenir. Quoiqu’il en soit, on ne retire pas le couteau. Néanmoins si la personne souhaite le retirer elle y arrivera.

PP apporte les précisions suivantes :
•   Une compression doit être douloureuse
•   Pour une compression plus aisée permettant en outre de disposer de ses mains afin de passer un appel aux secours: faire allonger la personne et venir compresser avec le pieds en roulant sur le membre atteint
•   Couteau dans l’abdomen : faire allonger, jambes repliées et venir se placer sur les pieds de l’individu, lui enserrer les jambes, face à lui pour permettre la communication avec lui.

Dans tous les cas, leur intervention nous a permis de constater que :
•   si on porte du matériel de secours, il faut s’entrainer à l’utiliser (ex : le pansement compressif était roulé dans le mauvais, ce qui n’aide pas en situation d’urgence) ;
•   le fait d’avoir du matériel entraine une focalisation sur celui-ci en faisant perdre de précieuses secondes en cherchant par exemple à savoir comment il fonctionne ;
•   suivre une formation de premiers secours reste capitale et en même temps à trop en figer le discours on perd en pragmatisme (j’y reconnais la « peur » de s’écarter du message institutionnel).

A noter: la participation de Christophe Jacquemart (neuro-combat); j'ai eu l'occasion de dire que je retrouvais dans ses ouvrages des éléments du discours de PP (je n'ai pas précisé en quoi mais par exemple lorsque PP indique qu'une fois que le cerveau prend un pli, une habitude, c'est extrêmement compliqué de le lui faire perdre, et on trouvera la raison dans les livres neuro-combat… Bon PP s'est empressé de dire qu'il ne faisait pas de discours, que c'était les hommes politiques qui faisaient des discours  :D… en même temps s'il fonde un parti, je ne suis pas sûr qu'il fasse moins bien que les actuels…(placer ici le qualificatifs qui vous convient)  ;#)
« Modifié: 31 octobre 2016 à 10:53:39 par bison solitaire »

31 octobre 2016 à 10:51:10
Réponse #11

Draven


Je confirme tout le bien qui a pu être dit de ces stages lors d'autres interventions sur ce forum, c'est vraiment au top !
Et ça m'a permis de mettre un visage sur quelques pseudos ;)
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

31 octobre 2016 à 12:49:13
Réponse #12

b@s


rhaa vraiment dommage que je n'ai pas pu être des votres, mais une prochaine fois j'espère ...

en plus y'avait des guests !  (christophe jacquemart ... les neurocombats sont de loin les meilleurs bouquins que j'ai lu sur ce sujet ! )

31 octobre 2016 à 13:44:03
Réponse #13

burgenland


Le stage s'est déroulé dans l'ordre de défense considéré comme "normal"
Nous avons commencé par les angles comme dit bison pour débuter sur défense couteau contre couteau, puis couteau contre revue (qui est normalement plus longue que les couteaux de poche - hormis crocodile dundee), pour finir par la défense à mains nues qui doit être évitée - voir tout ce qui est fuite, désescalade, etc... (module TAIMN)
l'approche pédagogique pour finir par ce qui doit être le moins fréquent est intéressante.

Pour les bleus je confirme, après qq heures à se cogner mutuellement sur les avants bras on sent qq douleurs. Mais comme dit PP il faut sentir, car si ça frite il y aura douleurs :)

on a eu une présentation des "armes citoyennes" à port aisé sur soi.
Crayon (pour l'escrime courte distance), porte monnaie, flacon de poivre, lampe, protège-dent etc... A chacun de trouver de ses préférés selon son environnement, son boulot..
L'gressé qui sort son crayon et son protège-dent ça calme direct :D

encore une fois c'était cool, il y avait une dizaine de moniteurs autant dire que l'on était rarement sans conseil pour bosser.

Comme pour le 1° stage je recommande.

@Bison :
Pour le module pose de pansement compressif, l'impro fait partie du jeu de l'incident/accident aussi ;)
Ca m'a permis de voir le contraste formation SST vs formation terrain (genou, ou pied sur l'artère on le voit pas tous les jours). Les questions posées démontrent l'intérêt régulier pour le secourisme.

Merci pour l'orga ainsi qu'a Sylvain
On apprend à tout âge :)

31 octobre 2016 à 15:51:33
Réponse #14

bison solitaire


Yes, et merci pour les compléments!!
Je n'ai pas été mécontent de revoir ce PP nous avait montré à Montpellier pour les gestes de premiers secours, d'autant qu'il ne les a pas fait sur moi  ;#

01 novembre 2016 à 11:25:40
Réponse #15

goumpo


rhaa vraiment dommage que je n'ai pas pu être des votres, mais une prochaine fois j'espère ...

en plus y'avait des guests !  (christophe jacquemart ... les neurocombats sont de loin les meilleurs bouquins que j'ai lu sur ce sujet ! )

Pareil !  :'(


01 novembre 2016 à 17:54:13
Réponse #16

ensuquet



02 novembre 2016 à 16:07:59
Réponse #17

Brice


PAVC

Chouette stage  :love: Mon poignet s'en souvient  ;)
Merci Bison Solitaire pour l'orga, merci au intervenants et aux formeurs que j’aurais chlassé sans le savoir ;-)
I vo mé savé k'davé

02 novembre 2016 à 16:56:44
Réponse #18

Draven


PAVC

Chouette stage  :love: Mon poignet s'en souvient  ;)
Merci Bison Solitaire pour l'orga, merci au intervenants et aux formeurs que j’aurais chlassé sans le savoir ;-)

Moi pour me remettre j'suis le " golgoth jurassien plein de poils ".  ;D
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

03 novembre 2016 à 10:04:45
Réponse #19

Bomby


Merci à Bison Solitaire et à Burgenland pour les CR. Très intéressant !

(...) on a eu une présentation des "armes citoyennes" à port aisé sur soi.
Crayon (pour l'escrime courte distance), porte monnaie, flacon de poivre, lampe, protège-dent etc... A chacun de trouver de ses préférés selon son environnement, son boulot..
L'gressé qui sort son crayon et son protège-dent ça calme direct :D

Je suis intrigué... C'est quoi, cette histoire de protège-dents, c'est un gag ou il y a quelque chose de sérieux et d'utile derrière ?

Si c'est la seconde option la bonne, l'un des participants peut-il donner un peu plus d'explications ?

Cordialement,

Bomby

03 novembre 2016 à 10:49:17
Réponse #20

bloodyfrog


Je n'étais pas présent à ce stage, mais déjà vu faire dans d'autres...

Quand le ton monte et que l'engagement physique semble inévitable, le fait de sortir le protège-dents peut permettre de prendre un gros ascendant psychologique sur le BG qui comprend qu'il a affaire à un mauvais client...
Naturellement, c'est comme tout, faut pas avoir QUE le protège-dents, mais un peu de caisse derrière aussi...
Quand c'est PP qui le met en attrapant un objet anodin genre une cuillère en métal... ben tu trouves soudain l'air plus frais ailleurs... ;D

Si je me trompe, merci aux présents lors du stage de me corriger. :)

Manu.

03 novembre 2016 à 11:18:08
Réponse #21

Bomby


Je n'étais pas présent à ce stage, mais déjà vu faire dans d'autres...

Quand le ton monte et que l'engagement physique semble inévitable, le fait de sortir le protège-dents peut permettre de prendre un gros ascendant psychologique sur le BG qui comprend qu'il a affaire à un mauvais client...
Naturellement, c'est comme tout, faut pas avoir QUE le protège-dents, mais un peu de caisse derrière aussi...
Quand c'est PP qui le met en attrapant un objet anodin genre une cuillère en métal... ben tu trouves soudain l'air plus frais ailleurs... ;D

Si je me trompe, merci aux présents lors du stage de me corriger. :)

Manu.

Merci Manu, donc on est bien dans une tactique de bluff et de déstabilisation psychologique, qui peut d'ailleurs éventuellement être dissuasive.

Evidemment, comme toujours en pareil cas, ça ne fonctionne comme tu l'écris que si tu as suffisamment "de caisse" derrière, donc, notamment, que si ton langage non verbal est cohérent (là, logiquement, on ne devrait pas tarder à voir arriver l'ami Bison Solitaire pour quelques commentaires supplémentaires... :)).

Cordialement,

Bomby

03 novembre 2016 à 12:18:18
Réponse #22

Draven



Quand c'est PP qui le met en attrapant un objet anodin genre une cuillère en métal... ben tu trouves soudain l'air plus frais ailleurs... ;D

Si je me trompe, merci aux présents lors du stage de me corriger. :)

Manu.

C'est exactement ça, sauf qu'il avait un crayon a la main  ;D
Et effectivement, quand tu connais le bonhomme ( encore que, rien que visuellement il envoie des signaux très forts... ) ça doit calmer de suite  :lol:
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

03 novembre 2016 à 15:00:10
Réponse #23

Bomby


C'est exactement ça, sauf qu'il avait un crayon a la main  ;D
Et effectivement, quand tu connais le bonhomme ( encore que, rien que visuellement il envoie des signaux très forts... ) ça doit calmer de suite  :lol:

Ok, merci de la confirmation !

Ceci dit, que ça fonctionne très bien démontré par PP ne me surprend pas. Mais ça me semble un truc à la fois bien intéressant et réservé à des contextes bien particuliers, sinon d'ailleurs relativement professionnels :

- il faut déjà à la fois avoir un langage non verbal et une posture (sinon même une carrure) dissuasifs -sinon, la sortie du protège dent et la prise en main du crayon seront seulement perçus comme une provocation et fourniront à la fois le prétexte et le stimulus pour permettre à l'adversaire - ou aux adversaires - de déclencher en premier(s) les hostilités.
- il faut ensuite avoir le temps de procéder ainsi, idéalement sans laisser non plus à l'adversaire le temps d'également choisir et approvisionner ses armes ou protections improvisées.
- et il faut encore (last but not least, sans que d'ailleurs ce soit réellement exhaustif) être à la fois capable de se servir du crayon (ou de son ersatz) et décidé à le faire au cas où l'intimidation ne suffirait pas.

Au passage, un crayon ou stylo dans ce contexte est à utiliser comme un pic, ce qui passe par des perforations sanglantes et demande donc plus de levée de l'inhibition de la violence intra-spécifique que l'usage des seuls poings ou d'une arme contondante.

Autrement dit, non seulement tout le monde n'en sera pas capable mais, pour ceux qui le seront, il faudra que cela en vaille la peine, ce qui suppose à nouveau un contexte bien particulier (on a suffisamment de temps pour sortir protection et arme improvisée, mais pas la possibilité de fuir, et on a une raison de ne pas éviter le combat suffisante pour risquer des blessures sérieuses et sanglantes, voire le décès, pour soi et pour l'adversaire).

Enfin, à supposer donc que le contexte le justifie et qu'on ait les moyens de sa politique, il reste encore un choix tactique à opérer : impressionner pour déstabiliser au risque de perdre un effet de surprise, ou à l'inverse chercher à privilégier celui-ci. Là encore, chacun ses "préférences", en tenant compte du contexte...

Au final, on a je trouve une option réellement intéressante, mais pas forcément transposable à beaucoup de personnes ni de situations.

Cordialement,

Bomby

03 novembre 2016 à 16:01:53
Réponse #24

Kilbith


Citer
Au passage, un crayon ou stylo dans ce contexte est à utiliser comme un pic, ce qui passe par des perforations sanglantes et demande donc plus de levée de l'inhibition de la violence intra-spécifique que l'usage des seuls poings ou d'une arme contondante.

Rien n'oblige à recourir à quelque chose de pointu. Un simple "marqueur" avec son bouchon donne déjà des impacts forts douloureux. Utilisation comme un kubotan.

Pour le protège dent : comme généralement on le transporte dans une boite (hygiène), c'est un peu délicat à mettre en oeuvre en urgence.

Ceci dit cela rend bien plus résistant aux impact (protection des lèvres vis à vis des dents en cas d'impact léger, répartition des impacts sur une large surface pour les impacts plus élevés, cohésion très forte de la mâchoire et contraction des muscles pour les gros chocs).

Dans mon esprit un truc de portier plus que quelque chose à mettre en oeuvre en cas d'agression. En cas de rixe, ce sera difficile de ne pas paraitre jouer l'escalade.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité