Nos Partenaires

Auteur Sujet: Roots in Limousin : gorges du Chavanon !  (Lu 4985 fois)

29 janvier 2014 à 15:29:29
Lu 4985 fois

Nirgoule


Sortie aux limites du Limousin, les gorges du Chavanon : J-9.

Préparez le matériel !
Zavez vos raquettes ? Parce qu'il neige en ce moment à plus de 500m, et nous serons à 750. moi j'ai inversti dans du biodégradable :



Zavez brulé vot’ luge (http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,61932.0.html)?

Zavez pensé à emporter de quoi manger :
Parce que moi j’ai poursuivi mes expérimentations de chapatis à base de gland.
Les adeptes du régime paléo ne me contrediront pas : le gland devait faire partie du régime du chasseur cueilleur de nos forêts et sans doute même encore au néolithique.
1 cuiller à soupe de mélange farine de gland et de blé, 1 cuiller à café champignons séchés, 1 cuiller à café farine de sarrasin, du sel, 5cl d’eau, une pointe de couteau de levure, 1 cuiller à café de poudre d’œuf et enfin1 cuiller à café de lait en poudre..
Je mélange et pétri.

Je confectionne de petites galettes que je cuits à la poêle avec de l’huile, environ 4’ de chaque côté.

Pas mauvais du tout : on sent le pain, l’œuf et le goût particulier du gland. A manger de suite.

J-9...
« Modifié: 14 février 2014 à 16:34:34 par Nirgoule »
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

29 janvier 2014 à 22:38:50
Réponse #1

BlasterDjé


Avé Nirgoule !   :D

oui , j'ai des raquettes ... , pas bio  :-[, pas belles  :'(, mais pas chères  :doubleup:
5 euros chez Emmaüs !!!

La marque est introuvable sur le net, mais c'est du made in Canada !!!  :trash:
ça dit quelque chose à quelqu'un  Norca ? modèle C101 

J'ai hâte de gouter tes chapatis ! Je vais faire le tour de ma cave ... et celle de mes parents pour nous trouver de quoi les accompagner dignement, je ne parle pas de vin mais plutôt d'un pâté aux truffes from Dordogne .

Vivement le départ !!!
Il y a deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine ... mais pour l'univers je suis pas sûr !      A.Einstein

30 janvier 2014 à 07:36:13
Réponse #2

Merlin06


Bon coin pour la pèche à la mouche. T'es sûr qu'il fera assez froid?
L'âme sûre ruse mal. ;)

30 janvier 2014 à 11:48:10
Réponse #3

Nirgoule



Citation de: merlin06
Bon coin pour la pèche à la mouche. T'es sûr qu'il fera assez froid?

Non, mais l'année dernière nous avons découvert la neige une fois sur place, donc là je préviens.  ;D
Mais rien ne dit que nous aurons les mêmes conditions.

 
Citation de: BlasterDjé
Avé Nirgoule !   
oui , j'ai des raquettes ... , pas bio  , pas belles  , mais pas chères 
5 euros chez Emmaüs !!!

La luge avait été achetée chez emmaus également je crois ...  :blink:
« Modifié: 10 février 2014 à 15:52:43 par plumok »
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

30 janvier 2014 à 14:27:22
Réponse #4

BlasterDjé


Ah non !  je l'avais récupérée à la déchetterie ...
Cette année avec les raquettes ... j'ai investi ! 

Suis pas sur que l'on puisse pêcher ! peut être y aura t il des écrevisses , au moins si on en attrape ça nettoie les eaux et ça cuit vite dans peu d'eau ...
Il y a deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine ... mais pour l'univers je suis pas sûr !      A.Einstein

30 janvier 2014 à 18:44:19
Réponse #5

jeanluc


Psttt! la truite n'ouvre que debut Mars , et je pense que c'est celà qui doit se trouver dans les ruisseaux du Limousin ;)

31 janvier 2014 à 09:15:54
Réponse #6

BlasterDjé


Je te confirme pour l'ouverture de la truite Jean Luc, c'est bien pour cela que on essaiera les écrevisses mais même si les espèces pêchées sont nuisibles il y a des règles :

Petit rappel sur la législation:

Pour avoir le droit de pêcher les écrevisses nuisibles ou non, il faut posséder une carte de pêche de l'année en cours.

Pour les variétés d'écrevisses considérées comme nuisibles, il n'y a pas de taille limite de capture et leur transport vivante est interdit.
Pour les tuer, il suffit de tordre la nageoire du milieu de la queue (le telson) et de tirer dessus ce qui a pour effet d'enlever le boyau intestinal qui de surcroît donne un goût amer à la chair. Cette opération s'appelle "châtrer l'écrevisse".
La pêche à l'écrevisse peut s'effectuer à la ligne ou à la balance.
La pêche de nuit est interdite.
Le nombre de lignes autorisées par pêcheur est de 4.
Le nombre de balances autorisées par pêcheur est de 6.

A mon avis, il vaut mieux que l'on emmène à manger, car avec toutes ces règles, je pense que l'on va pas trop en manger...des écrevisses.
« Modifié: 03 février 2014 à 15:47:32 par BlasterDjé »
Il y a deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine ... mais pour l'univers je suis pas sûr !      A.Einstein

03 février 2014 à 15:58:40
Réponse #7

BlasterDjé


Bon ben ch'ui prêt , j'ai reçu mon duvet (Snugpak extreme) ,mon sursac sera un grand sac plastique de 2m x 0.80cm, plus qu'à préparer mon sac à dos...suis au boulot avec mes chaussures au pied pour être certain qu'elles soient faites avant de partir !

J'essaierai de vous faire un topo sur mon sac avant de partir, sinon ça sera après ! ;D
Il y a deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine ... mais pour l'univers je suis pas sûr !      A.Einstein

03 février 2014 à 16:53:59
Réponse #8

Merlin06


Si il fait vraiment froid t auras pas besoin de sursac. Fais gaffe, le plastique étanche condense. Tiens nous au jus. ;)
L'âme sûre ruse mal. ;)

06 février 2014 à 11:30:53
Réponse #9

Nirgoule


Si il fait vraiment froid t auras pas besoin de sursac. Fais gaffe, le plastique étanche condense. Tiens nous au jus. ;)
Il aura besoin de sursac s'il fait humide et du vent. Exit les raquettes et couvrez vous de la pluie. Regardez l'équipement de la sortie dans les Vosges, va falloir copier ;)

... et d'accord avec Merlin06 pour le sac poubelle. Bon pour deux nuits ça ira surement.

ça n'arrête pas de pleuvoir. Le scénario le pire : pluie, vent et température entre -1° et 5°. Emportez moi du combustible transportable (caoutchouc, allume feu, lance flamme )
« Modifié: 14 février 2014 à 16:36:22 par Nirgoule »
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

06 février 2014 à 13:25:42
Réponse #10

BlasterDjé


Bon, ben je laisse les raquettes, je prends les palmes !!!  ;#

Il y a deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine ... mais pour l'univers je suis pas sûr !      A.Einstein

10 février 2014 à 16:57:15
Réponse #11

Ragnulf


Vous avez du courage pour faire les gorges ou les fonds de pré du limousin en ce moment.
J'espère malgré tout que vous pourrez en profiter.
rando87.blogspot.fr

10 février 2014 à 17:19:40
Réponse #12

BlasterDjé


ah oui , on en a bien profité ... de la pluie  :doubleup:

J'aurai effectivement pu prendre mes palmes !!! Même pour dormir !

Quoi qu’il en soit, et malgré la météo , on a passé ( pour ma part) un très bon weekend le long du Chavanon !

Merci les copains ! ;D
Il y a deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine ... mais pour l'univers je suis pas sûr !      A.Einstein

10 février 2014 à 18:43:13
Réponse #13

gmaz87


Salut Nirgoule and C° :)
Bien pensé à vous ce WE, particulièrement vers 23h la nuit de samedi à dimanche ou chez moi (donc pas trop loin d'ou vous étiez) il neigeait à donf!
Vous avez réussi à trouver du bois a peu près sec?
a+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

11 février 2014 à 18:32:04
Réponse #14

gmaz87


un retour, un retour!!!, des photos, des photos!! ;D
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

12 février 2014 à 16:41:33
Réponse #15

Nirgoule


Salut Gmaz et les autres...

...Roots in Limousin. C'est parti pour le retex:

Premier jour.
Comme prévu je me gare à une heure du camp du vendredi soir. Je préviens les « autorités » locales (à savoir le petit resto dans lequel nous nous requinquerons le dimanche midi) de ma présence et demande le meilleur emplacement de parking. La patronne m’annonce déjà le menu du dimanche. Miam.
Il est 16h, je m’habille, enfile le sac à dos et fonce vers l’endroit, qui est une plate forme dans une gorge à 6 km environ. Le chemin est passablement trempé mais il ne pleut pas. Pas encore en fait. Car il va pleuvoir pendant trois jours sans pratiquement discontinuer. La descente dans le vallon est assez complexe. Aussi je pose deux cyalumes et prends quelques notes. Dans celles-ci il y a le nombre de double pas entre deux intersections. Tout cela afin de retrouver le chemin de nuit. J’ai oublié le tarp, je ne pourrai pas monter celui-ci avant de retrouver le reste du groupe.
Le camp sera monté sur une plate forme qui est une ancienne petite unité industrielle du XIXe. Elle présente l’avantage d’être élevé par rapport au torrent et d’avoir un sol bien drainé.
L’endroit ne semblait pas trop sinistre, mais je n’avais pas vu une entrée dans la falaise, avec une grille. Le fond est sombre je pense à « Je suis une légende » brr.
Bon je retourne à la voiture, il commence à pleuvoir. La remontée se fait de nuit. Ambiance solitude dans les bois, pas de lumière, je chemine frontale éteinte. La lune envoie une timide lueur à travers les épais nuages. J’attends un bon moment dans la voiture, il y fait froid, une couverture est la bienvenue.
Mes amis arrivent enfin, ça réchauffe. Revue de matos, poncho ici, guêtres suisses là. Nous partons vers 22h30. Le retour n’est pas partout évident, un aller et retour dans un chemin pas repéré, mais dans l’ensemble ça passe et nous arrivons au camp. Découverte des lieux par l’équipe, choix des emplacements, pas trop près de la falaise qui s’éboule par endroit, sous les arbres pour le groupe de Jack L. qui souhaite suspendre le tarp, et nous un simple replas sans trop de pousses d’épineux.



Découverte du réchaud home made de jérôme, qui fonctionne à merveille avec sa petite théière émaillée. Jérôme s’est chargé d’un sachet de petit bois de chêne bien sec. Il se souvient de la galère de l’an passé et de nos difficultés à allumer le feu.
Vers minuit, nous allons nous coucher.

Deuxième jourPetit déjeuner cette fois réchauffé par busbuddy avec un allume feu et du bois mi sec de feuillus alentour.



Le parcours avait été envoyé les jours précédents par Email. Nous échangeons sur le choix d’une variante ou pas. Ne pas arriver au point projeté trop tard afin d’avoir le temps de monter le camp et d’allumer un feu (la végétation est bien trempée et il n’y a aucun risque d’incendie). Nous aurons sans doute besoin de cette source de chaleur pour sécher nos affaires.
Nous repartons, sans oublier au préalable de laisser un terrain propre.

La pluie est bien la, mais nous ne savons pas tous les conséquences qu'elle aura sur nous et notre matériel.



Nous marchons sur un vieux remblai de chemin de fer devenu depuis des lustres un chemin pour les randonneurs, du moins dans sa première section. La forêt recouvre les pentes des gorges de la rivière Chavanon, celle ci se jette dans la Dordogne à 15 km de là qui doit être le lieu du prochain bivouac.
Se présente un premier tunnel, des panneaux d'information sur la faune (chauve souris) nous invitent à le contourner, ce que nous faisons en longeant le cours d'eau devenu impétueux avec les pluies.


 
« Modifié: 12 février 2014 à 18:18:50 par Nirgoule »
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

12 février 2014 à 16:47:12
Réponse #16

Nirgoule


Nous poursuivons et rencontrons ici et là les vestiges du chemin de fer, ruines de maisons des ouvriers d'entretien, remblais, déblais. Le parcours en train devait être plaisant en ce temps là.
Nous traversons la rivière sur un pont de granit, en cela nous changeons de région et de département. La Corrèze pour le Puy de dôme.
La pluie ne cesse de tomber, nous faisons une halte non loin d'un tunnel, les lieux sont abondamment recouverts de mousse et de fougères. Nous échangeons du saucisson, du quatre quart maison, de la coppa, et autres fromages de nos régions. Le réchaud à bois de Jérôme chauffe et bientôt nous avalons un thé.
Quelques sacs à dos sont mal ajustés, les bretelles font déjà mal. Nous les réglons en faisant bien reposer la charge sur les hanches et en serrant la ceinture très fort.
La pluie a commencé à percer les ponchos de PVC sur lesquels les sacs ont été enfilés.
Nous continuons la progression et entrevoyons  des ossements d'un imposant mammifère. La viande a disparue ainsi que les poils. Les feuilles en dessous ont été noircies, sans doute par le sang de la bête. Un peu plus loin un crâne nous indique qu'il s'agit probablement d'un cerf. Nous accrochons le crâne au milieu du chemin histoire donner à ces lieux encore plus de mystère.
Plusieurs tunnels se succèdent, des pancartes "défense d'entrer" avertissent des dangers d'éboulements. Les contournements longent le torrent et sont plaisants. Comme les bois sont humides à cœur nous ramassons du bois sec dans le dernier tunnel.
Nous approchons du camp, bientôt l'embouchure du Chavanon dans la Dordogne, sur la carte le lieu paraît séduisant. La réalité est autre, un barrage en travers et deux tunnels détournent le courant. Un site qui ressemble plus à un chantier d’autoroute qu'un lieu sauvage. Nous revenons sur nos pas vers un endroit plus proche de nos attendus.

Une accalmie de pluie nous permet de tendre les tarps. Nous suivons la même technique que la veille. Cependant nous ne voyons pas que nous sommes moins abrité que la nuit précédente. Un peu plus de vent et plus proche de la rivière.



La pluie tombe moins à la verticale et demanderait à ce que nous abritions mieux nos emplacements. De plus les parties moins recouvertes sont la tête qui offre prise aux éléments. Certains le comprendront en milieu de nuit.
Nous allumons le feu rapidement et commençons à sécher les vêtements. Conversations d'atour du feu : les nanas (il n'y en a pas cette fois ci), pas le boulot, la marche sous la pluie. Commentaire de Fred "là c'est très roots ce que vois faites. Je ne savais pas qu'il existait des fondus pour ça". Est ce un compliment de sa part?

Le feu sèche tout et le danger est même de ne pas fondre les gants et les semelles de chaussures. Tous ont suivi le conseil de prendre des chaussures à membrane et tous ont les pieds à peu près secs? Sauf lorsque l'eau a coulé par le pantalon et entré par le haut. Les guêtres ont bien fonctionné mais le pantalon en coton non traité a fait éponge.

Se confronter de cette façon aux éléments regorge de découvertes pour tous et plus encore pour les moins habitués. C'est un style de vie différent de celui que nous vivons comme citadins ou habitants des campagnes civilisées. Cette vie nécessite des savoirs faire que nous pouvons acquérir à force d'expérience, et donc difficile d'en faire le tour en trois jours de toutes façons.
Autour du feu, la chaleur engourdis un peu les esprits, c'est le moment choisi par Jack L. pour demander à Angeboite de nous trouver un jeu. Comme ceux qu'il proposait lorsqu'il était mono le mercredi. Nous voilà partis pour un "quart de singe", jeu pour les 6 - 8 ans. Le truc paraît simple au début, mais personne ne comprend à la première explication, un peu trop rapide sans doute. Il faut une deuxième explication pour approcher le concept. Malgré cela, certains buttent toujours sur le sens profond du jeu. Spécialement celui qui a lancé l'idée d'ailleurs. Nous renonçons à la quatrième explication et partons en fou rire général. Sont forts les 6-8ans! Tain régression générale pour les adeptes de la vie sauvage. Du coup nous partons rapidement nous coucher conscient de notre état de fatigue.

Troisième jourAu cours de la nuit ; Jérôme rencontre rapidement des problèmes d'étanchéité. Jérôme aime les défis, il est venu avec un superbe SDC mais sans tapis de sol et sans sursac. Jérôme a tenté de leurrer la pluie avec un sac plastique et leurrer la condensation en faisant de gros trous dedans (merci aux conseillers du forum). Résultat Jérôme est trempé, le double leurre n'a pas fonctionné. Bon à sa décharge Jérôme s'est lancé dans le concept de la vie sauvage sans passer par la case camping ou randonnée et il a du s'équiper rapido, d'où quelques impasses. Je le laisse nous donner ses impressions. Quoi qu'il en soi, il s'abrite non loin du tunnel et ravive le feu vers 6h du mat.
Après il n'est pas le seul à souffrir de l'humidité, Angeboite le rejoint à 7h content de trouver un compagnon d'infortune. Les autres sont moins touché par le fléau.
Analysant ensemble le problème des fuites, autour du petit dèj, nous arrivons à quelques causes probables.
En premier lieu nous avons monté nos tarps comme la veille en sous estimant l'effet du vent sur la pluie. Du coup nous avons manqué de surface couvrante. Pour la première fois en effet nous avons partagé un tarp pour trois. J'avoue ne pas voir vu venir le problème, à corriger donc.
En second lieu, certains d'entre nous étaient sous équipés, l'absence de sursac ne donne pas droit à l'erreur. A corriger aussi pour l'an prochain.
Enfin les deux tarp présentaient des faiblesses comme pour le D4 un manque d'attache qui aurait permis d'améliorer la couverture au sol.
Bon c'est toujours intéressant de faire ses retours d'expérience entre nous et à chaud. Sachant que de toutes façons nous opérons des compromis afin de limiter l'emport et le poids. Les sacs étaient tous en dessous de 15kg eau comprise, ce qui est raisonnable lorsque l'on fait en grande partie ses achats en surplus, chez D4, voir Emmaüs. Ou encore quand le matos date un peu : mon karrimor pèse 1,6kg et a plus de 20 ans.

Or donc, nous repartons gentiment sur notre chemin avec l'objectif d'arriver comme prévu à 12h30 au petit resto. J'allais oublier, la pluie redouble évidemment. Nous sortons des gorges en empruntant un large chemin, quand la pluie fait place à la neige.


La hêtraie devient toute blanche au fur et à mesure que nous gagnons en altitude (800m). Quelques balisages apparaissent à ce moment, nous vérifions néanmoins sur la carte afin d'éviter une galère.


Jackito distribue le gingembre confit, effectivement nous  acceptons les entorses au dopage le troisième jour. Seulement le troisième jour. Ouais, en même temps Jérôme a bien joué le médecine man avec son vin chaud... Passons.
La flèche de l'église se laisse entrevoir entre les arbres, ça sent la civilisation. Aux voitures nous laissons quelques matériels, les premiers s'engouffrent dans le restaurant, tandis que Jack L. et moi faisons durer le plaisir, en slip par 0°, nous changeons quelques vêtements.
Fred : "Ah! Une chaise. Ah du chauffage. Jackito Ah! De l'eau chaude. Etc.
La patronne nous sert le pounti, ce qui n’engendre pas de protestation. Il est suivi d’un coq au vin, de fromage et d’une crème brûlée. Un côte du Rhône arrose le tout avec quelques litres de château la pompe.
Nous terminons donc sur des moments forts, ces trois jours en hiver soulignent le contraste entre la vie que nous menons quotidiennement et une autre vie, proche de celle que vivaient sans doute nos ancêtres plus confrontés aux éléments, ayant moins le temps de s'apitoyer sur leur sort, moins le temps de philosopher, dépourvus de smartphone, de fibre optique et de plein de trucs indispensables.
Pourtant nous ne regrettons pas de nous être caillés les meules!  ;D
« Modifié: 03 mars 2014 à 13:25:48 par Nirgoule »
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

12 février 2014 à 17:29:05
Réponse #17

Ishi


Merci pour ce retex.
Vent + pluie, ça ne pardonne pas.
Sans sursac, mon montage préféré est le poulpe mais pas très compatible avec 3 personnes en dessous...
La terre n'appartient pas à l'homme, l'homme appartient à la terre.

12 février 2014 à 18:28:41
Réponse #18

Nirgoule


Sans sursac, mon montage préféré est le poulpe mais pas très compatible avec 3 personnes en dessous...

Je suis bien d'accord, la protection maximum, celle qui t'oblige à ramper pour accéder à ton sac de couchage. Dans ce cas il faudra ajouter deux points d'attache pour le tarp de Jérôme.
Dans le cas du Tipi d'exped, la toile n'est pas restangulaire, c'est donc un montage particulier que je dois effectuer. Jusqu'à maintenant je n'avais pas eu besoin d'une telle protection, car toujours à deux. Je vais étudier le truc pour voir si c'est compatible pour trois personnes.
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

12 février 2014 à 18:37:49
Réponse #19

Merlin06


Merci pour le retex, j'aurai bien aimé en être mais je pars déjà dans le Sancy ce WE(retex a venir), l'année prochaine peut-être?
La pluie ET le froid en même temps ça ne laisse pas trop de marge de confort mais vous vous en etes bien tirés on dirait. ;)
L'âme sûre ruse mal. ;)

12 février 2014 à 18:48:36
Réponse #20

Nirgoule


Merci pour le retex, j'aurai bien aimé en être mais je pars déjà dans le Sancy ce WE(retex a venir), l'année prochaine peut-être?
La pluie ET le froid en même temps ça ne laisse pas trop de marge de confort mais vous vous en etes bien tirés on dirait. ;)
La prochaine fois on te fait signe  ;)

On s'en ait bien tiré, tous ont l'air ravi (et fatigué). Mais on aime bien chipoter, améliorer et même si il m'arrive de donner des conseils, je prends également toutes les idées.
J'aime pas trop la routine en fait, c'est la raison pour laquelle je change de coin chaque année. Avec les bonnes et mauvaises surprises mais sans chercher non plus les emmerdements maximum, juste un peu  ;#
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

13 février 2014 à 11:44:50
Réponse #21

Ragnulf


Merci beaucoup pour ce compte rendu.
rando87.blogspot.fr

13 février 2014 à 13:02:34
Réponse #22

BlasterDjé


Cette année encore, Nirgoule nous fait un Retex agréable à lire et parfaitement réel de nos aventures , belle retranscription !!!   :doubleup:

Pour ma part , je vais vous faire un topo sur le contenu de mon sac, y'a rien de formidable dedans, sachant que je fais au minimum pour deux raisons majeures :

  1-budget limité donc je fais avec ce que j'ai même si ce n'est pas le top
  2-j'aime bien galerer !!!  ;#


le sac à dos c'est un D4 de 60L.  (de 2002 je crois) avec la fermeture principale hs donc une grosse épingle à nourrice pour le tenir fermer un minimum et hop !

Tout ce que je met à l’intérieur est fermé dans des sacs plastiques pour l’étanchéité vu qu'on s'attend pas trop à avoir un soleil de plomb !  :lol:

Couchage:

Tarp D4 2,5kg , sans piquets ni sardines, reste 1kg de toile
Bâche 2mx3m
SDC Snugpak Extrême
Sac en soie D4
Sac plastique 2m x 0,90m pour tester en tant que sursac

Vêtements de rechange:

1 Calecon / 1 Tshirt deperlant
1 Veste de VTT Respirante
1 paire de chaussettes D4 "mérinos"
1 pantalon toile relativement épais
1 pull

Repas:

Réchaud à bois DIY (cf. http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,27344.msg505582.html#msg505582)
Petite théière
Tasse métal D4
2 Bouteilles plastique Sodastream 1L. (j'avais plus de gourde!)
1 petit pain céréales, 2 saucissons, nouilles chinoises x3, pâtes de fruits et barres de céréales

Vêtements de marche:

T shirt déperlant Crivit (matos de motard vendu 8 euros chez Lidl)
Fuseau running
Pantalon toile épais
Pull en laine
Chaussettes D4 "mérinos"
Veste de chasse Solognac D4
Bonnet polaire
Guetres D4
Chaussures Salomon Kapilano GTX

Accessoires:

Couteau pliant Buck Knives Hunter + étui cuir
Couteau de plongée + étui rigide
Poncho / Gants polaire + Gants Ski Eloura
Serviette / Montre
Cordelette / Lampe frontale + piles de rechange / App. photo étanche

Pharmacie:

1 Couverture de survie, 1 rouleau de strap, 1 désinfectant, 1 antidouleur, compresses, 1 C.H.U.T (pansement hémostatique d'urgence)


Le sac au complet donne un poids de 14,800 kg










 






« Modifié: 20 février 2014 à 11:55:17 par BlasterDjé »
Il y a deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine ... mais pour l'univers je suis pas sûr !      A.Einstein

13 février 2014 à 13:21:08
Réponse #23

BlasterDjé


Commentaires sur mon matos de fortune :

Le sac plastique en guise de sursac c'est pas mal mais ça à tendance à condenser , donc la deuxième nuit j'ai fait quelques trous dedans pour qu'il respire un peu ....
j'aurais pas dû car à trois sous le tarp j'ai bougé pendant la nuit et les gouttières se sont vidées dans mon sac  :D
Trempe à 2h du mat' j'ai tenu jusqu'à 6h, me suis levé , rallumé le feu et chauffé l'eau pour les copains !
Je vais m'acheter un sursac !!!! ;)


Le t shirt Crivit de chez Lidl, c'est de la balle !!!
Il est vilain comme c'est pas permis, mais super efficace, sec même quand il pleut et très agréable car différentes couches suivant les parties du corps, si j'en retrouve j'en rachète une rafale ... à 8 euros je trouverai pas mieux!

Pour le reste je suis content de mon matos même si c'est du D4, j'ai rien a redire dessus .
Il y a deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine ... mais pour l'univers je suis pas sûr !      A.Einstein

13 février 2014 à 18:54:38
Réponse #24

gmaz87


Bonsoir,
Merci pour le retex, comme d'habitude bien complet et détaillé mais objectivement, qu'est ce que j'étais content de ne pas être la, vous avez du en chi*r un max!  ;#
Même un chouïa de neige pour contenter L, il a du être ravi.
Le coin semble très sympa, ça me donne des idées pour une sortie pêche (doit bien y rester des truites dans le Chavanon, non?) mais à la belle saison.
Amitiés à tous
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité