Nos Partenaires

Auteur Sujet: Fabriquer un arc simple en bois  (Lu 40050 fois)

16 mars 2013 à 22:42:50
Réponse #25

DIY



 L'orme est assez tolérant également au non respect d'un cerne en dos, malheureusement, du fait de la graphiose
il tant à disparaître. Quant au frêne, c'est certainement le meilleur candidat pour un débutant à la facture mais
pas trop résistant en compression, il est préférable de faire un "flatbow" avec des branches aussi larges que possible.

17 mars 2013 à 12:24:26
Réponse #26

modl


Hou les gars !!!
On reste zen !!!
Pour l'if, en trouver de qualité est difficile. Je connais un archer qui a une mine, quelque part dans les Pyrénées... du bel if, de flanc de montagne, droit comme un "I", avec des cernes rapprochés. Ben il ne veut pas dire où c'est, et c'est grand les Pyrénées.
Plus proche de chez nous, un ami webarcher a trouvé une source sur le Poitou (dont il ne veut rien dire non plus), mais si j'ai bien saisi, il a pris contact avec des élagueurs...
Pour en revenir à l'If, Flèche Peinte (son pseudo sur WA) a fait un récurce en If de toute beauté, avec une poignée rigolote. Il n'en était pas non plus à son premier arc. Donc, on peut aussi faire des récurves en If, et pas seulement des longbow. J'en ai tiré un en frêne, de longbow de warrior : sont pas tous en if... Enfin, j'ai essayé : j'ai sans doute presque atteint les 10 pouces d'allonge, mais bon, le bestiau faisait 160 livres, sur un concours idiot et rigolo du webarchertour.
Pour en revenir à l'arc, je dirai que le bon bois pour faire un arc, c'est celui que vous avez sous la main, sec et droit. Moi, j'ai du rotin et du noisetier sous la main, je fais donc mes arcs en rotin et en noisetier !!!
Et pour éviter toute polémique, j'achète le rotin (qui pousse mal, on peut le dire, dans le Poitou).
Donc, restons zen les enfants, et discutons sans nous prendre le choux.
Et si vraiment vous voulez avoir des renseignements précis, je vous suggère de vous mettre en contact avec Pierre Lansac, facteur d'arc de son état et de son métier, qui possède une des plus grandes bibilothèques de France sur les arcs (plus de 1000 ouvrages !!! Etre bilingue présente souvent des avantages). Il vous donnera son avis, et surtout, celui de la majorité des auteurs. C'est d'ailleurs de lui que je tiens mes infos sur l'If.
Heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière...

17 mars 2013 à 12:33:57
Réponse #27

fosa


Ok je retire mon bruit, ZECROW SAIT !

17 mars 2013 à 12:44:12
Réponse #28

Zecrow


Ok je retire mon bruit, ZECROW SAIT !
Visiblement, tu viens juste d'en rajouter un zeste...
.....
Edit : je viens de virer tous mes "échos".

Hou les gars !!!
On reste zen !!!
..........
Et si vraiment vous voulez avoir des renseignements précis, je vous suggère de vous mettre en contact avec Pierre Lansac, facteur d'arc de son état et de son métier, qui possède une des plus grandes bibilothèques de France sur les arcs (plus de 1000 ouvrages !!! Etre bilingue présente souvent des avantages). Il vous donnera son avis, et surtout, celui de la majorité des auteurs. C'est d'ailleurs de lui que je tiens mes infos sur l'If.
On est zen et automodérés, t'as vu ça ? Plus de polémique.
Au sujet de Pierre, je n'ai guère de doute sur sa position au sujet de feu la polémique qu'il y a eu entre fosa et zecrow.
« Modifié: 17 mars 2013 à 15:17:44 par Zecrow »
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

18 mars 2013 à 06:38:44
Réponse #29

Zecrow


L'orme est assez tolérant également au non respect d'un cerne en dos, malheureusement, du fait de la graphiose
il tant à disparaître. Quant au frêne, c'est certainement le meilleur candidat pour un débutant à la facture mais
pas trop résistant en compression, il est préférable de faire un "flatbow" avec des branches aussi larges que possible.
Tu as raison à propos de l'orme, et sa raréfaction est un drame, biologiquement d'abord et pour la facture d'arcs ensuite.
Le frêne fait aussi de bons longbows, il suffit de faire assez long et de garder le ventre plat dans les zones de stress important. Le ventre rond des anciens longbows en if n'est pas adapté.
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

19 mars 2013 à 18:19:23
Réponse #30

Zecrow


Bon, quand faut y aller...
Hier je suis allé couper une tige de cornouiller (Cornus mas) de quelques cm de diamètre. C'est un bois très dense, pas forcément réputé en facture d'arcs, mais qui permet normalement d'obtenir un arc de puissance correcte en partant d'un arbuste.
Ne pas oublier que le bois appartient toujours à quelqu'un (Etat / ONF, commune, particulier...), donc il vaut mieux avoir une autorisation de coupe.
Ma méthode : j'entends un bruit de tronçonneuse, je vais voir dans les bois d'où ça vient, j'explique au gars ce que je cherche et généralement la réponse est "bah oui, allez-y, pas de problème, allez voir plutôt par là il y a ce que vous cherchez". Ceci dans le cas d'arbustes genre noisetier, cornouiller, aubépine, etc. Ils n'ont aucune valeur ni en bois de chauffage ni en menuiserie... Evidemment si vous voulez couper un frêne de 30 cm de diamètre, il vaut mieux connaître le proprio...
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

19 mars 2013 à 18:24:44
Réponse #31

Zecrow


..... Hier je suis allé couper une tige de cornouiller (Cornus mas) .......
Les arbustes bien droits et sans branches se trouvent généralement dans les coins de forêt les plus encombrés, car dans ces endroits les arbres sont "pressés" de pousser pour trouver la lumière.

Pour tracer sur le tronc, on peut se donner une référence verticale un peu stable en insérant une lame (scie ou couteau) à une extrémité et en plantant la lame dans le sol.
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

19 mars 2013 à 18:26:31
Réponse #32

Zecrow


Une méthode de tracé sur un bout de bois qui n'est pas parfaitement droit est de se guider avec un doigt prenant appui sur le futur dos de l'arc.
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

19 mars 2013 à 18:35:12
Réponse #33

Zecrow


Ha oui, en principe, je commence par écorcer. C'est très facile quand les arbres ont des feuilles, l'écorce se pèle comme une banane ou presque. Mais par ici, pour le moment la sève n'est pas encore montée, donc c'était plus difficile. J'ai finalement écorcé après avoir commencé à ébaucher l'arc.

Bon, j'ai procédé à un essai de fendage, en bâtonnant au couteau sur mon tracé, de proche en proche... ça peut le faire sur du petit frêne ou une autre essence aux fibres bien régulières, mais sur un petit cornouiller aux fibres assez "rock'n roll", ça s'est avéré un souci, on verra ça plus tard.
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

19 mars 2013 à 18:37:07
Réponse #34

Zecrow


Pendant le fendage, je me suis même aidé de la scie quand ça avait tendance à dévier...
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

19 mars 2013 à 18:38:57
Réponse #35

Zecrow


... mais rien à faire avec ce bout de bois récalcitrant, en dépit des précautions j'ai obtenu des arrachements de fibre assez profonds  ;#
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

19 mars 2013 à 18:45:48
Réponse #36

Zecrow


... et le souci dans ce cas, c'est que j'ai été obligé d'égaliser la surface, donc d'enlever plus de bois que je n'avais prévu au départ, donc je risque de me retrouver avec un arc moins puissant que prévu.
Finalement je n'ai fendu que d'un côté, et j'ai dégrossi le reste par des frappes à la volée au gros couteau.
Certains utilisent une hachette, un kukri, etc.
Une plane est un outil de base du facteur d'arcs simples, mais je me suis placé dans un cadre 'survie', donc pas d'outil spécialisé.

J'ai égalisé avec un pliant bien tranchant, c'est ce qui convenait le mieux sur cette pièce de bois particulière aux fibres brouillonnes, car ça permet de trancher finement.

Quand les fibres du bois réagissent mal dans un sens de coupe, inverser le sens. Avec ce bois-là, c'était permanent... Avec d'autres plus faciles ça n'est pas nécessaire.
« Modifié: 19 mars 2013 à 19:08:54 par Zecrow »
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

19 mars 2013 à 18:53:33
Réponse #37

Zecrow


Finalement, j'ai dégrossi cette tige de manière grosso-modo dégressive et symétrique. J'ai gardé la largeur du bois d'un bout à l'autre, afin de limiter les risques de déformation au séchage.
Ensuite j'ai attaché les deux extrémités de mon ébauche sur un support (ici une tringle de rideau de douche qui passait par là :D  mais une planche ou une branche, c'est pas mal aussi), en intercalant un bout de bois au centre, afin que l'ébauche soit légèrement contrainte en position "reflex" (courbure inverse à celle de l'arc qui tire).
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

19 mars 2013 à 19:05:07
Réponse #38

Zecrow


Enfin, j'ai rentré ça dans la maison, dans une pièce pas très chauffée pour le moment.

L'écorçage et la réduction d'épaisseur du bois vont permettre un séchage rapide.

Il faut savoir que le bois perd vite beaucoup d'humidité en début de séchage, puis ça va de moins en moins vite.
Si ce séchage initial est trop rapide il y a plus de risque de problèmes genre déformation ou fente (encore que, vu la faible épaisseur ici, le risque de fente est presque nul). D'où la pièce fraiche au début.

Au fur et à mesure, on peut accélérer sans risque le séchage : dans la nature, ne pas hésiter à placer l'ébauche exposée au vent et au soleil.

Un bon article sur le séchage du bois, par Pierre, modérateur de webarcherie et facteur pro :
http://www.archerie-primitive.com/fabrication/boissec.htm

Dans le cas de notre ébauche, je crains fort qu'elle ne sèche en se vrillant comme une hélice car j'ai pu constater en taillant que les fibres étaient franchement obliques par endroits  :'(
Bah, qui vivra verra  ;)
« Modifié: 19 mars 2013 à 19:17:29 par Zecrow »
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

19 mars 2013 à 19:15:38
Réponse #39

Zecrow


J'oubliais un truc. Pour utiliser un couteau comme une plane (à deux mains en tirant) sans étau, on peut se servir d'une corde ou une sangle enroulée sur le bois, et on prend appui avec un pied sur la sangle, ça permet de forcer sur la lame. Voir photo ci-dessous.
Tim Baker montrait ça dans la réalisation d'un arc "néolithique", avec de l'outillage en pierre, et c'est vrai que ça marche pas mal du tout.
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

19 mars 2013 à 19:20:25
Réponse #40

Gros Calou


Et là tout le monde oubli ton topic et se concentre sur ton schlass en bavant sur le clavier (put**n encore un clavier à la benne) pour te dire, m*rde c'est quoi ce shlass  ;#

19 mars 2013 à 19:35:31
Réponse #41

Zecrow


Et là tout le monde oubli ton topic et se concentre sur ton schlass en bavant sur le clavier (put**n encore un clavier à la benne) pour te dire, m*rde c'est quoi ce shlass  ;#
C'est une râpe de maréchal (grosso modo xc70) forgée par FredM et montée par bibi.
36 cm de longueur totale, 6 mm d'épaisseur au dos, 4 cm de largeur, plate semelle avec de l'if  :love: collé/riveté. J'aime beaucoup ce couteau, il est léger (relativement...), costaud, tranchant.
Bon, la lame est un peu brute (rayures) car je ne suis pas un maniaque des finitions sur métal  :-[
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

19 mars 2013 à 19:40:27
Réponse #42

Gros Calou


Merci pour la présentation de ton outil, maintenant les questions au niveau du schlass d'issipées, reprend ton fil qui est ++++++ qu'intéressant, merci pour l'aparté  :up: Find a crown  :up:

PS: Je suis intervenu pour pas que tu sois plus emmerdé que ça  ;) Bref, j'ai pris les devants  ;#

Pafcal  ;#

19 mars 2013 à 19:48:33
Réponse #43

guillaume


J'oubliais un truc. Pour utiliser un couteau comme une plane (à deux mains en tirant) sans étau, on peut se servir d'une corde ou une sangle enroulée sur le bois, et on prend appui avec un pied sur la sangle, ça permet de forcer sur la lame. Voir photo ci-dessous.
Tim Baker montrait ça dans la réalisation d'un arc "néolithique", avec de l'outillage en pierre, et c'est vrai que ça marche pas mal du tout.

Je dois avoir les neurones en compote ce soir car je ne me représente pas trop le truc :huh:.

Merci d'avance !

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

19 mars 2013 à 19:52:20
Réponse #44

Zecrow


Merci pour la présentation de ton outil, maintenant les questions au niveau du schlass d'issipées, reprend ton fil qui est ++++++ qu'intéressant, merci pour l'aparté  :up: Find a crown  :up:
PS: Je suis intervenu pour pas que tu sois plus emmerdé que ça  ;) Bref, j'ai pris les devants  ;#
Pafcal  ;#
Merfi !  :D
Pour parer à toute éventualité  ;D , l'autre schlass du "gros oeuvre" était celui-ci.
XC 75 épaisseur 4 mm, 40 cm de long X 6 cm de large, fait par bibi en stock-removal, traitement thermiques par Fred, monté par mes soins avec des plaquettes en genévrier (ça sent bon...).
Il est bon pour ce genre de travail, du fait de son inspiration kukri je pense.
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

19 mars 2013 à 19:53:28
Réponse #45

Gros Calou


Pour répondre à Guillaume  :love:

Mon Padré compagnon du tour de France, utilisait ce scénario pour éliminer le vieux vernis et mettre le bois à nue avec des plaques d'acier bleu aiguisés rasoir, en fait ce qui est important est l'appui, donnez moi un appui, je soulèverais le monde  :love:  ;)

19 mars 2013 à 19:58:07
Réponse #46

Gros Calou


Quand tu as la matière première, l'acier, l'angle et bien  :love:

19 mars 2013 à 19:58:57
Réponse #47

Zecrow


Je dois avoir les neurones en compote ce soir car je ne me représente pas trop le truc :huh:.
Merci d'avance !
Non, c'est pas évident car la photo ne montre pas le truc en action, vu que j'ai du mal à photographier et bosser en même temps...  ;)
Tu vois la sangle sur la photo ? Il y a une boucle en dessous dans laquelle je passe mon pied, ce qui permet de résister à l'effort de traction du couteau qu'on tire à deux mains. Utilisation : assis, un pied dans la boucle, arc posé sur une cuisse, les deux mains qui tirent sur le couteau.
Clair ou pas ?
« Le secret du bonheur ne consiste pas à rechercher toujours plus, mais à développer la capacité d'apprécier avec moins. »
Dan Millman

J'y travaille ! :-)

19 mars 2013 à 21:11:16
Réponse #48

inzemix


Je comprend comment tu fais, mais tu tires le couteau vers toi, en ayant le couteau le long de ton futur arc qui est sur ta cuisse, j'me sentirai moyen en sécurité perso (mais l'idée pour tenir un bout de bois est bonne, je la garde dans un coin de ma tête, j'me suis déjà bien embêté et j'avais pas pensé a ça, ça me servira surement ! )

19 mars 2013 à 22:14:58
Réponse #49

VieuxMora


L'déal pour travailler une pièce de bois avec une plane ou un couteau tenu à 2 mains en tirant vers soi, c'est de bloquer la pièce sur un support.

Un établi de campagne ressemble à cela.
Possible d'en improviser un à partir d'un banc.


 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité