Nos Partenaires

Auteur Sujet: Prise de décision : quand appeler les secours ?  (Lu 6880 fois)

23 août 2012 à 13:14:38
Lu 6880 fois

Outdoorsman


Entre ceux qui appellent les secours pour un bobo ou un coup de pompe, et ceux qui vont sentir leur amour propre contrarié de devoir demander une aide extérieure et finalement avoir à gérer un truc grave, il y a un juste milieu à trouver.
C'est l'objet de ce fil.

Il émane de cette discussion : http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,58897.0.html qui expose un cas concret dans un contexte de moyenne montagne. Toutefois, je pense que les propos peuvent être étendus aux milieux éloignés où les secours ne sont pas immédiatement disponibles et où une évacuation peut s'avérer délicate.

Pour le déclenchement et la préparation d'un secours en montagne, je renvoie également à ce fil : http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,49468.0.html qui fera l'objet d'un article dans le Carcajou n°4.

D'abord un premier rappel : le meilleur moyen en Europe de joindre par téléphone les secours est de composer le 112 puisque ce numéro passe par n'importe quel opérateur disponible, quelque soit votre fournisseur.

2ème élément qu'il faut avoir à l'esprit : appeler les secours, ce n'est pas forcément déclencher un secours et une évacuation. Cette décision relève du service de secours lui-même, pas de vous.
Ainsi, vous serez dans un premier temps mis en relation avec un médecin régulateur qui pourra vous donner des consignes en terme de médication ou de conduite à tenir vis à vis du blessé.
On peut donc appeler les secours pour avoir un avis médical distancié et éclairé.

Selon moi, les secours sont à joindre :

- si l'évacuation du blessé par les moyens du bord est impossible ou si elle risque d'aggraver son état (la particularité du milieu aura un fort impact sur ce dernier point : éloignement, température extrême, nature du terrain, ...)
- si je suis confronté à des symptômes que je n'arrive pas à référencer à quelque chose que je connais et dont je sais que je vais pouvoir gérer l'évolution (l'appel pourra avoir comme objectif une demande de conseils)
- si le blessé l'exige ou n'est pas en état psychologique de faire face à une gestion autonome du problème

Voilà, c'est un premier jet d'ouverture.
Bien sûr l'expérience (sur le milieu, sur les connaissances médicales, ...) de chacun est à prendre en compte mais l'idée serait d'établir (à froid) une sorte de liste qui permette à chacun d'allumer des signaux de détresse pour l'aider dans sa prise de décision.

A vous
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

23 août 2012 à 13:33:47
Réponse #1

guillaume


Je n'ai pas la réponse mais comme j'y ai pensé récemment (c'est marrant, sans avoir lu le fil de karto en plus...), peut etre que la réponse pour se trouver sous une forme de grille inspirée de celle du risque (probabilité X gravité ) avec un seuil à ne pas dépasser?

A+

"82,3% des gens ont plus de chances d'être convaincus lorsqu'il existe un pourcentage dans la phrase."

23 août 2012 à 14:22:56
Réponse #2

Brice


On pourrait imaginer un schéma de décision :

La victime peut elle poursuivre son déplacement (plan de route initial) ? (oui/non)
oui:
 la poursuite risque elle d’aggraver l'état de la victime ? (oui/non)
  non:
 Faut il modifier la course en conséquence ? (détours pour éviter une difficulté, gestion du temps)

Si la victime ne peux pas poursuivre, peut elle redescendre par ses propre moyen ?
Risque elle d'aggraver son état ?
Ya il un risque au niveau de l'environnement ? (météo, nuit)

Peut on la transporter soit même ?

Etc.

avec point régulier et nouveau check du truc. C'est quelques idées en vrac. Ça serait peut être bien de commencer un schéma et de le complêter ensemble..
Il y aussi la notion de douleur supportable...


I vo mé savé k'davé

23 août 2012 à 14:29:11
Réponse #3

Chris-C


A la lecture des 2 posts et ce depuis 2 jours, j'ai l'impression que le faite d'appeler le 112 pour certain est un point de non retour, le truc ultime à pas franchir. Je juge pas hein , je fais parti de ceux qui n'aiment pas déranger pour pas grand chose.

Le point positif à cette discussion (merci karto  ;) ) c'est que l'on se rend compte que joindre le 112 c'est un peu comme sortir la boussole pour affiner sa lecture de carte même si on est bon sans. Et bien ça va mettre utile.

Je pense même que de le faire dans des situations non extrême permettra peut être d'être plus efficace dans sa communication le jour
où le doute n'est pas de la partie. (sans tomber dans le travers inverse, ou pour s'entraîner on fini par les tutoyer tellement on s'appelle souvent)

23 août 2012 à 14:33:04
Réponse #4

Chris-C


Citation de: Outdoorsman
Selon moi, les secours sont à joindre :

- si l'évacuation du blessé par les moyens du bord est impossible ou si elle risque d'aggraver son état (la particularité du milieu aura un fort impact sur ce dernier point : éloignement, température extrême, nature du terrain, ...)
- si je suis confronté à des symptômes que je n'arrive pas à référencer à quelque chose que je connais et dont je sais que je vais pouvoir gérer l'évolution (l'appel pourra avoir comme objectif une demande de conseils)
- si le blessé l'exige ou n'est pas en état psychologique de faire face à une gestion autonome du problème

le point soulevé par David sur l'autre post est super important je trouve:
 
Citation de: DM
1) ça les met au courant que dans tel massif il y a une jeune femme dont l'état pourrait empirer, et ça les permet de se "pré-préparer" au cas où.

ça permet suivant l'évolution du problème d'être plus efficace.


Par contre question:
c'est utile de re-contacter pour dire "c'est bon, bien rentré, ras"?

23 août 2012 à 14:42:11
Réponse #5

VieuxMora


Salut Chris,
Pour y répondre il faudrait connaître les procédures du coté de l'interlocuteur.
Par exemple, il nous est dit sur le 15 que la conversation va être enregistrée.
Qu'arrive t'il ensuite ? classement ? Rappel du N° appelant systématique ? Passage à un niveau d'alerte supérieur si pas de nouvelles (comme en aviation ou cross marine) ?

Qui sait ?

23 août 2012 à 15:52:41
Réponse #6

raphael


Secours en montagne

des choses a piocher dedans ?

http://www.skitour.fr/articles/read_76.html

Par jpc

Que faire en cas d'urgence majeure ? (sans être secouriste expérimenté)

Pour appeler les secours (en France ou en Europe) :

Composer le 112. Ce numéro peut être composé sur n'importe quel tél portable, quel que soit le réseau et l'abonnement, même si ce n'est pas votre appareil, même si c'est un abonnement étranger, même si vous êtes dans un autre pays européen : quand l'appareil demande le code PIN, taper "112" et valider.

NB : sur quelques appareils, il semble que la procédure soit un peu différente : éteindre le téléphone, sortir la carte SIM, le rallumer et taper "112".
NB: les autres numéros directs sont aussi possibles, si vous avez pris soin de les noter (cf. références en fin d’article). Mais il faut alors connaître le code PIN...

Pour donner des informations utiles aux secours.

Check-list :
- Présentez-vous (crédibilité du message)
- Indiquer la nature de l'accident (chute crevasse, avalanche, chute séracs...)
- Préciser le nombre de victimes et leur état apparent (victime consciente ou non, qui respire ou non, qui saigne ou non...)
- "l'adresse" de l'accident : être le plus précis possible (sommet, itinéraire, altitude approximative,...)
- (éventuellement) les gestes que l'on a faits sur les victimes
- votre numéro de téléphone (même s'il s'affiche sur celui de l'opérateur, cela lui permet de vérifier celui-ci et permet aussi aux secours de vous rappeler s'il leur manque des infos – sauf si vous n’avez pas le code PIN auquel cas précisez-le).

NB: ne raccrochez pas tant que votre interlocuteur ne vous l'a pas permis.

Pour organiser l'attente :

• calmez le(s) blessé(e)(s) (et calmez les autres)...
• isoler le blessé du froid (donc aussi du vent), au mieux en fonction de son état :
- en le plaçant sur une couverture de survie ou sur un sac à dos vidé (sur certains modèles [mais c'était le bon vieux temps], le dos intérieur du sac est constitué d'un petit matelas mousse replié),
- en l'habillant chaudement (polaire, coupe-vent ; gants; bonnet),
- en protégeant du vent (sacs, muret de pierre ou de neige...).

NB : surtout si vous suspectez une lésion à la colonne vertébrale (bassin, dos…) ou à la tête, ne jamais bouger le blessé… sauf si celui-ci se trouve dans une situation de risque mortel (sur un pont de neige vraiment fragile...), auquel cas vous pouvez essayer de le déplacer en veillant à ne pas désaxer sa colonne vertébrale (exceptionnel).

Pour éviter d'aggraver la situation (risque de "suraccident")

• ne vous précipitez pas tous sur le blessé mais répartissez-vous la tâche (surveillance du secteur / alerte secours si nécessaire / traiter le blessé…) ;
• sur glacier, évitez de déchausser pour venir en aide ; encordez-vous si cela n'est pas fait (pour l'encordement en progression, voir le débat http://www.skitour.fr/articles/read_48.html).

Numéros d’appel des secours (références au 22/2/2007) :

On trouvera sur le site FFME tous les numéros en France (y compris La Réunion) et à l’étranger : http://www.ffme.fr/secours/telephone/index.htm

Petite sélection de numéros :

* Alpes du Nord
Drôme (26) et Isère (38) : 04 76 22 22 22
Savoie-Maurienne (73) : 04 79 05 11 88
Savoie-Tarentaise (73) uniquement en saison hiver) : 04 79 08 29 30
Haute-Savoie (74) : 04 50 53 16 89

* Alpes du Sud
Alpes-de-Haute-Provence (04) : 04 92 81 07 60
Hautes-Alpes (05) : 04 92 22 22 22
Alpes-Maritimes (06) : 04 97 22 22 22

* Corse (2A et 2B) : 04 95 46 13 95

* Pyrénées (n° unique ou, à défaut, PGHM)
Ariège (09) : 05 61 64 22 58
Haute-Garonne (31) : 05 61 89 31 31
Pyrénées-Atlantique (64) : 05 59 10 02 50
Hautes-Pyrénées (65) : 05 62 92 41 41
Pyrénées-orientales (66) : 04 68 04 51 03
Se connaitre et s'accepter


23 août 2012 à 17:00:21
Réponse #7

macnico


J'ai eu plusieurs fois à appeler les secours à la maison ou dans ma boite ou je suis sauveteur secouriste du travail.

Je résumerais de deux façons:

-en tant que secouriste on nous apprend en premier Protéger Alerter Secourir. Donc pour moi il y a alerter comme je ne suis pas "de profession médicale" je préfère téléphoner pour avoir un avis compétent (plus que le mien). Une personne qui a pris un objet sur la tête je sais surveiller son état de choc ou arrêter un saignement mais même si cela parait relativement bénin je laisse le médecin régulateur me conseiller sur un éventuel besoin d'examen. Parfois on nous dit "vous avez fait ce qu'il faut il n'y a rien de plus à faire" parfois "cela ne semble pas grave mais que la personne consulte son médecin habituel si elle a des douleurs encore demain...".

-Si un jour comme dans le travail cela m'est arrivé une personne blessée mais pas gravissime (un bras cassé pour mon exemple) le régulateur risque de vous inciter à transporter la personne à l'hôpital par vos moyen si cela lui semble possible. Dans mon entreprise il nous est interdit d'emmener quelqu'un dans son véhicule en cas de blessure ou autre (ce qui est une bonne précaution à mon sens). Je peux vous garantir qu'il à été compliqué d'obtenir une ambulance. Ce n'est de toute façon pas nous qui décidons donc on ne peut pas être à l'origine d'une sortie pour rien si on décrit correctement la situation.
Je pense qu’un appel au secours est toujours bon dans des cas importants (pas pour une piqûre de moustique ou un ongle cassé bien sûr) car les conséquences de certains accidents nous sont mal connus (à nous secouriste ou monsieur tout le monde), Par exemple une électrisation peut avoir des conséquences sur le cœur invisibles au départ mais grave plusieurs heures après…


Si on abuse pas le 112 est la pour nous aider et si on se pose la question c'est que l'on n'est pas sûr de ce que l'on doit faire vis à vis de la victime donc il faut appeler et laisser faire les pros.
« Modifié: 31 décembre 2012 à 10:55:05 par Nävis »
"Le plus difficile dans l'art du dialogue, ce n'est pas de parler, c'est d'apprendre à écouter."
 Jean-Marie Petitclerc

23 août 2012 à 18:14:56
Réponse #8

philippe12


Bonjour a toutes et a tous

1- MERCI c'est un tres bon point

2 - dans ma boite chaque employé a le choix de suivre une formation PSC1 - /secouriste du travail
a l 'issue de cette formation il recoit un livret ... ALERTER n'est qu a la page 10

le SST doit d' abord proteger, evaluer puis alerter.

nous avons perdu plusieurs collegues en ayant mal apprecier une de ces régles

3 - en Randonnée , j'ai mis du temps a faire idem..
Merci a Karto pour son Rex,
comme lui , j'ai mestimé des signaux de personnes que j'estimait compétentes ( plus que moi :-[) et risquait la vie du groupe que j'encadrais ( dont monfils .. :down:).. la fin heureuse a ete  liée a la chance.. ( en montagne, c'est bien connu, les meilleurs partent les premiers ;#  .. mon pére m' a gavé en m'emmenant plusieurs fois sur les arêtes du Gerbier, tu vois c'est ici que Lionel est parti c’était le meilleur...)

donc maintenant j'appelle le 112 en clair dés que je me sens pas capable de gérer la situation.. donc au minimum:
a - inconscience  :cyborg:
b - saignement abondant ( en particulier presence de corps etranger)  :wife:
c- malaise ( y compris vomissement :bheurk:, propos incohérents ...)  durant plus de 45  mn après la mise au repos ( je suis patient hein.. ;#)
d - brulure supérieure a la paume de la main ( j'aime pas les cloques  :sgt:
e- traumatisme -  :bienmal: ..a cheval c'est fréquent  --  je peux en ecrire 100 pages.. donc 2 pouces cassé = 112 -



4 - dans la vie de tous les jours? pourquoi est ce que j'agirai différemment?

donc j’appelle souvent .. le 112  et ca marche partout en Europe (testé et approuvé) .. et depuis j'ai beaucoup moins d'EM...



nota:
Avis du blessé.. il est intéressant.. mais en dernier ressort ..c'est le mien qui compte..et mon assurance me l'a rappelé dernièrement...donc je suis ce que dis 112


cordialement
« Modifié: 23 août 2012 à 18:35:03 par philippe12 »
la joie est dans vos valeurs, ..contenez vous , soyez contents et conscients .. c'est cela la joie

24 août 2012 à 10:48:11
Réponse #9

Outdoorsman


le point soulevé par David sur l'autre post est super important je trouve:
 "ça les met au courant que dans tel massif il y a une jeune femme dont l'état pourrait empirer, et ça les permet de se "pré-préparer" au cas où."

Exact, j'avais oublié ça.
Chaque année, nous organisons dans mon village une course pédestre en montagne (trail), dont je supervise la sécurité.
La veille, j'appelle le SAMU et le secours en montagne pour leur faire un topo sur la course, le parcours, le nombre de participants, le dispositif de sécurité.
Ça permet de les mettre en alerte et de gagner du temps en cas de pépin.

Par contre question:
c'est utile de re-contacter pour dire "c'est bon, bien rentré, ras"?

Oui.
Le gars au standard va prendre une sorte de "main courante" qu'il va laisser en stand by. S'il a le temps, il vous rappellera, mais c'est bien de le rappeler pour clore la pré-alerte.
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

24 août 2012 à 12:38:27
Réponse #10

Loriot


Tcho!

Je me permet de faire un copier coller d'une application pour iPhone de la Rega (sauvetage aérien Suisse).

Alerter l’hélicoptère de sauvetage

Alarme 1414
L’alerte directe via le 1414 ou l’application smartphone Rega est recommandée lorsqu’un hélicoptère peut atteindre le patient plus rapidement que tout autre moyen de sauvetage.
L’engagement d’un hélicoptère de sauvetage se justifie dans les circons- tances suivantes:
Terrain peu praticable
Longue marche d’approche pour les sauveteurs
Accès/transport difficile, voire impossible
Transport immédiat et sécurisé vers un centre hospitalier
Suspicion de lésions dorsales
Suspicion d’infarctus
Suspicion d’apoplexie
Brûlures graves
Amputations
Besoin d’un médecin sur place
Chute d’un point élevé
Blessures multiples
Patients incarcérés
Enfants grièvement blessés ou gravement malades
Détresse respiratoire
Avalanches

Cela donne une bonne idée déjà des cas dans lesquelles les appeler. À noter la Rega, air glacier sont des organismes privés qui facturent les frais (sauf aux membres...) mais si c'est médicale, l'assurance intervient généralement.

Édit: pour moi, j'appellerai les secours quand je ne pourrais plus gérer la situation par mes propres moyens.
« Modifié: 24 août 2012 à 12:59:14 par Loriot »
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

24 août 2012 à 19:48:29
Réponse #11

CryptoPanda


Sur le principe de "pré-alerte", et spécifiquement dans des milieux à accessibilité limité:
Dans mon département, le c.r.r.a. (c'est à dire le standart du "15") physiquement regroupé avec le c.o.d.i.s. (le "18"), dispose d'un "état des moyens" mis à jour en continu; à savoir:
Disponibilité et localisation des moyens classiques (véhicules de secours aux victime des sapeur-pompiers et ambulances privés), des moyens médicalisés (médecins libéraux affiliés à "sos médecins" et bien sur ses propres équipes s.m.u.r.), des équipe spécialisées (g.r.i.m.p., p.g.h.m. et/ou c.r.s.-montagne...), et des vecteurs spéciaux (hélico du s.a.m.u. et/ou de la protection civile).

Le temps, c'est ce qui nous manque à tous et tout le temps!

Alors oui, parfois, le "standart" croule sous les appels, justifiés ou non... du problême social à l'urgence vitale, des soucis de voisinage aux "urgences dépassées", et bien sûr les canulards et autres blagounettes...

Mais que le médecin régulateur qui dispose de cette vue d'ensemble soit averti au plus tôt est un réel avantage!

Il nous arrive fréquement (je suis infirmier s.m.u.r.) alors que nous préparons un transfert secondaire d'un patient en état certes grave mais stable, d'être mis en stand by car la régul' attends un bilan sur une situation encore floue ailleur...

De même savoir qu'un hélico de secours montagne existe dans la zone montagneuse où les randonneurs s'ébattent, c'est rassurant pour eux, donc "il sera toujours temps d'appeller si ça se gatte"... bien oui, mais là, l'hélico est en maintenance ou ne pourra pas voler car les conditions météo vont se dégrader... Donc il serait nécéssaire de faire partir une équipe au sol dès maintenant vu les délais d'accès...

Parfois, prévenir aide à guérir!  ;)

24 août 2012 à 22:26:08
Réponse #12

redemsky


Avis d'un permanencier du SAMU89 (moi)

Il ne faut JAMAIS hésiter à appeler si l'on a un doute. Vous ne dérangez personne! Si votre appel est jugé non urgent vous patienterez un peu plus que d''habitude seulement.

Vous aurez SYSTEMATIQUEMENT un médecin du centre 15 qui vous conseillera

N'oubliez pas que tous les membres du SAMU, CENTRE 15, 112, CODIS, sont des gens qui sont payés pour VOUS aider 

Pour ce qui est des pré alertes, sachez que sur chaque événement où une association de secouriste est présente ils se signalent le matin par une "ouverture de poste de secours"

Voila j’espère vous avoir aidés

Edit: laissez vous guider par la petite voix au bout du fil, les questions sont simples. Ne pas débiter tout ce que vous savez à la suite, nous ne sommes pas des machines merci
« Modifié: 31 décembre 2012 à 10:58:21 par Nävis »
J’arrêterais de faire de la politique quand les hommes politiques arrêteront de nous faire marrer (Coluche)

24 août 2012 à 22:31:28
Réponse #13

jacqueline


Juste un petit message pour dire MERCi aux gens qui bossent dans les Centres de Secours.

29 décembre 2012 à 10:59:22
Réponse #14

Ulf


Appeler les secours ?

A -> estimation du temps que nous pourrions tenir sans aide

B -> estimation du temps nécessaire pour rejoindre l'aide par ses propres moyens

Si A>B , on appelle pas

Si A<B, on appelle les secours

--------------------------------

Il y a aussi C: estimation du temps nécessaire pour être trouvé par les secours.

Si C>A, on est cuits =)

--------------------------------

Tout est une question de temps comme le suggère la règle des 3 (3H sans chaleur, 3J sans eau etc.)

29 décembre 2012 à 12:00:30
Réponse #15

Karto


Appeler les secours ?

A -> estimation du temps que nous pourrions tenir sans aide

B -> estimation du temps nécessaire pour rejoindre l'aide par ses propres moyens

Si A>B , on appelle pas

Si A<B, on appelle les secours

--------------------------------

Il y a aussi C: estimation du temps nécessaire pour être trouvé par les secours.

Si C>A, on est cuits =)

--------------------------------

Tout est une question de temps comme le suggère la règle des 3 (3H sans chaleur, 3J sans eau etc.)

Wow Ulf, entre ça et les conseils culinaires pour les insectes, tu masterises grave ce matin  ;D
Alors, concrètement, sur la situation de départ : secours ou pas secours ?

29 décembre 2012 à 16:32:56
Réponse #16

Brice


A mon avis il ne faut pas négliger la prise de risque pour rejoindre l'aide par ses propre moyen. Ça ne se résume pas forcement qu'a une question de temps : demander de l'aide pour éviter le sur accident ou éviter une plus grande prise de risques aux secours est une piste à ne pas négliger.
I vo mé savé k'davé

29 décembre 2012 à 16:52:21
Réponse #17

Ulf


@Karto

Ouais t'as raison, je suis pas instructeur, j'ai pas à ouvrir am gueule là dessus.

PAVC.

29 décembre 2012 à 18:02:18
Réponse #18

jonasvoile


Salut, mieux vaut appeler les secours trop, que trop tard, sa permet a tous de prendre la meilleure décision et de réduire les risques d'accident pour les secours( Intervention d'hélico alors que la météo est encore a peu prés potable), de plus un appel aux secours ne veut pas forcément dire, de mettre tous le matos en branle (particulièrement hélico, avion, beaucoup de véhicule) , d'une part il peuvent conseiller (particulièrement en médical) ou choisir un moyen "léger" d'intervention. (c'est ce qui se pratique dans le var pour les incendie de forets, le moindre petit feu est éteint très rapidement par les pick up de l'ONF, gain de temps, moins de matériel et moins de dégâts)

 @ + Jonas

29 décembre 2012 à 18:43:48
Réponse #19

wolf


Salut, mieux vaut appeler les secours trop, que trop tard, sa permet a tous de prendre la meilleure décision et de réduire les risques d'accident pour les secours( Intervention d'hélico alors que la météo est encore a peu prés potable), de plus un appel aux secours ne veut pas forcément dire, de mettre tous le matos en branle (particulièrement hélico, avion, beaucoup de véhicule) , d'une part il peuvent conseiller (particulièrement en médical) ou choisir un moyen "léger" d'intervention. (c'est ce qui se pratique dans le var pour les incendie de forets, le moindre petit feu est éteint très rapidement par les pick up de l'ONF, gain de temps, moins de matériel et moins de dégâts)

 @ + Jonas

Oui et les secours ne se résument pas à un simple vecteur de transport. En France, c'est l’hôpital qui se déplace.
"Be the type of person that when your feet touch the floor in the morning, the devil says: "aww shit, they're up"   Dwayne johnson

24 août 2013 à 17:45:28
Réponse #20

*Damien*


Avis d'un permanencier du SAMU89 (moi)

Il ne faut JAMAIS hésiter à appeler si l'on a un doute. Vous ne dérangez personne! Si votre appel est jugé non urgent vous patienterez un peu plus que d''habitude seulement.

Tafdak, Pour savoir quand appeler les secours, faut pas se prendre la tête pendant deux plombes, il y a une seule règle, c'est que si tu y pense, il est trop tard tu devrais déjà être au téléphone.  :closedeyes:
:)
 


24 août 2013 à 21:02:40
Réponse #21

Al Bundy


Entre ceux qui appellent les secours pour un bobo ou un coup de pompe, et ceux qui vont sentir leur amour propre contrarié de devoir demander une aide extérieure et finalement avoir à gérer un truc grave, il y a un juste milieu à trouver.
C'est l'objet de ce fil.

Il émane de cette discussion : http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,58897.0.html qui expose un cas concret dans un contexte de moyenne montagne. Toutefois, je pense que les propos peuvent être étendus aux milieux éloignés où les secours ne sont pas immédiatement disponibles et où une évacuation peut s'avérer délicate.

Pour le déclenchement et la préparation d'un secours en montagne, je renvoie également à ce fil : http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,49468.0.html qui fera l'objet d'un article dans le Carcajou n°4.

D'abord un premier rappel : le meilleur moyen en Europe de joindre par téléphone les secours est de composer le 112 puisque ce numéro passe par n'importe quel opérateur disponible, quelque soit votre fournisseur.

2ème élément qu'il faut avoir à l'esprit : appeler les secours, ce n'est pas forcément déclencher un secours et une évacuation. Cette décision relève du service de secours lui-même, pas de vous.
Ainsi, vous serez dans un premier temps mis en relation avec un médecin régulateur qui pourra vous donner des consignes en terme de médication ou de conduite à tenir vis à vis du blessé.
On peut donc appeler les secours pour avoir un avis médical distancié et éclairé.

Selon moi, les secours sont à joindre :

- si l'évacuation du blessé par les moyens du bord est impossible ou si elle risque d'aggraver son état (la particularité du milieu aura un fort impact sur ce dernier point : éloignement, température extrême, nature du terrain, ...)
- si je suis confronté à des symptômes que je n'arrive pas à référencer à quelque chose que je connais et dont je sais que je vais pouvoir gérer l'évolution (l'appel pourra avoir comme objectif une demande de conseils)
- si le blessé l'exige ou n'est pas en état psychologique de faire face à une gestion autonome du problème

Voilà, c'est un premier jet d'ouverture.
Bien sûr l'expérience (sur le milieu, sur les connaissances médicales, ...) de chacun est à prendre en compte mais l'idée serait d'établir (à froid) une sorte de liste qui permette à chacun d'allumer des signaux de détresse pour l'aider dans sa prise de décision.

A vous

C'est très simple, dès que la question se pose, Redemsky a bien expliqué le truc, pas de panique,
La ou je suis pas 100% d'accord avec toi Outdoorsman, c est "- si je suis confronté à des symptômes que je n'arrive pas à référencer à quelque chose que je connais et dont je sais que je vais pouvoir gérer l'évolution (l'appel pourra avoir comme objectif une demande de conseils)"
A moins d'être médecin on n'est pas apte à poser un diagnostic, même sur un mal de tête on est jamais vraiment sur (même si c'est à 99% un simple mal de crane qui passe avec un doliprane),
Donc même si on pense que c'est leger, si en plus c'est inhabituel on passe un coup de fil, ça coute presque rien  ;)
Être libre consiste dans le fait de tirer du seul exercice de notre vie le sentiment de contentement. N.G.

24 août 2013 à 22:48:32
Réponse #22

loic35


En formation ( sst ) on ma conditionné a toujours appeler , c'est a dire a appliquer le shema

 - protéger-évaluer- alerter -

Et pour avoir été obliger d'intervenir , le fait d'avoir quelqu'un au bout du fil qui vous " epaule "  est un élément non négligeable d'un point de vu psychologique pour le secouriste .


PS : Les portables ont souvent des modes " haut parleur" , ce qui permet de libérer vos deux mains  ( pratique pour virer un ceinture ou mettre en pls sans perdre le contact avec le toubib au bout du fil . Bien entendu a eviter en cas de grand vent ou d’environnement bruyant .

22 mars 2015 à 13:10:55
Réponse #23

raphael


Se connaitre et s'accepter


22 mars 2015 à 16:52:34
Réponse #24

Draven


bon on sait maintenant quand faut pas abuser  ::)

http://www.europe1.fr/faits-divers/deux-alpinistes-poursuivis-pour-avoir-abuser-des-secours-2406227

Pour le coup c'est quand même justifié la... Outre le fait que l'intervention a couter du pognon, les secours auraient aussi pu manquer une VRAI urgence a cause d'eux...
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité