Nos Partenaires

Auteur Sujet: sujet unique : les ours  (Lu 58091 fois)

03 décembre 2009 à 10:31:33
Réponse #125

H.H.L


J'ai fait un tour à Yellowstone, y'a maintenant 2 ans, et les rangers conseillaient de se balader avec une bombe OC sur soi, qui normalement est efficace sur les ours.
Si on faisait face à un ours et que nous n'avions pas de bombe, ils nous ont conseillés de crier fort, de battre des mains, bref d'essayer de le faire flipper.


03 décembre 2009 à 19:21:24
Réponse #126

JB


Salut,

Plein de choses ont déjà été écrites ici sur ce sujet de l'ours. D'une manière générale, j'ai envie de dire qu'il faut faire très attention à l'anthropomorphisme et surtout à la peur récurrente de l'humain face à la nature (ce sujet à lui seul est très vaste... et j'ai vu qu'il avait été traité sur ce forum), et donc de ses comportements et interprétations du mon animal... surtout si l'animal est plus gros que lui.
 
On le lit, on l'entend : l'ours est "méchant", il "tue pour le plaisir", il est "cruel", etc. Ce sont des choses qui reviennent sans cesse, et pas seulement pour l'ours. On le dit pour bien d'autres prédateurs comme le loup, le lynx, le renard, la fouine et consorts. Ces notions, inventées par l'humain, ne sont attribuables qu'à lui. Surtout pas à l'animal.

L'animal vit, simplement. Il mange, dort, se reproduit. Il fonctionne, pour cela, avec son instinct.
Prenons un exemple intéressant, qui s'éloigne juste un peu du sujet mais qui peut permettre de comprendre des choses (et notamment notre vision réductrice des comportements animaux) : si un loup rentre dans un parc plein de moutons, dans beaucoup de cas, il en mettra plusieurs au tapis. Non pas qu'il soit sanguinaire ou qu'il ait envie de régler ses comptes avec l'assureur du berger, non, c'est un peu plus subtile que ça. Son action de "surplus killing" (notion écologique décrite dans les années 70 ; pour les anglophones  : http://www.wolftrust.org.uk/a-d7-depredation-surplus.html) correspond en fait à une succession de comportements instinctifs qui vont lui permettre de passer de l'état d'affamé à l'état de rassasié. Mais d'une extrémité à l'autre, il y a une série de comportements qui doivent s'enchaîner : mise en chasse, repérage de la proie, attaque, capture, mise à mort, consommation. Le "surplus killing" intervient au moment précis où la jonction de deux actions, la mise à mort suivie de la consommation, ne peut pas se faire. Dans un enclos, ou dans certaines conditions dans la nature (animaux en hardes denses, coincés par la neige ou autre), il y a un gros gros problème pour les proies : tant que ça bouge, le prédateur va tuer... tout simplement parce que pour un prédateur, tant que ça bouge autour de lui, ce n'est pas mort... donc, consommation impossible. Pour un renard dans un poulailler, c'est la même chose. Il tue les poules les unes après les autres jusqu'à ce que plus rien ne bouge autour de lui. Là, il peut manger ou emporter celle qu'il a devant lui.
Tout ça pour illustrer une chose toute bête : on méconnait souvent l'origine des comportements des animaux, et ici, puisque c'est le sujet, des prédateurs. Le résultat d'une observation (une multitude de proies tuées) peut conduire à des conclusion hâtives ("ho qu'il est méchant cet ours"). La plupart du temps, la méconnaissance entraine la peur et des réactions démesurées face à l'imprévu... et c'est d'ailleurs le cas pour bon nombre d'autres sujets. Attention donc à ne pas (toujours) mélanger l'homme et l'animal.

Instinct, donc. L'ours est un instinctif. C'est un carnivore et, puisqu'il est gros, il mange beaucoup. Mais son écologie va dicter son comportement : un ours polaire ne mangera que de la viande (ou de la glace s'il a encore faim et vu là où il se trouve... ha non, c'est l'humain qui mange de la glace ;) ), alors qu'un ours brun pourra être quasi exclusivement herbivore (tout dépend toujours de l'endroit où il vit, et du nombre de ruches et de moutons dans son territoire !). Donc il faut être pragmatique : croiser un ours polaire sur la banquise ne présente pas les mêmes risques que croiser un ours brun dans les Abruzzes.
J'ai eu la chance (et je pèse mes mots) de croiser un ours marsicain là bas, un face à face de nuit et à 10m : un moment d'une grande intensité, dans un endroit complètement désert. Ma seule envie était de le voir, de bouffer cet instant indéfiniment, de le photographier, mais surtout pas de fuir. Et je ne crois pas être un inconscient. Malheureusement, il a eu plus peur que moi (normal pour une bête sauvage et non habituée à l'homme comme sur un parking japonnais ou autour des poubelles d'un camping canadien), et s'est vite fait la belle.
Par contre, j'ai repensé souvent à ce moment et j'ai toujours fait le parallèle avec ce chasseur qui a croisé Cannelle dans les Pyrénées : pourquoi a-t-il tiré dessus ? Pourquoi un mec armé, face à une bestiole qu'il était allé emmerder sur son territoire (il savait qu'elle était là avec son jeune), s'est il senti agressé ? A-t-il été "agressé" ou est-ce une peur atavique, par méconnaissance de la nature, une mauvaise interprétation, qui est remontée ? Le flingue était peut être la solution facile. M'est avis qu'il ne risquait pas grand chose...
Dans les Abruzzes, s'il avait été à ma place, comme beaucoup, il aurait peut être aussi tiré : un ours tout près, de nuit, avec des cerfs qui brament et qui excitent l'atmosphère partout autour, seul et très loin de la première route... de quoi foutre la chair de poule à plus d'un vaillant, je me trompe ?

Je ne raconte pas ça pour faire le fier-à-bras (j'ai pas la carrure pour ça), mais objectivement je reste persuadé que la première manière de se sortir d'un mauvais pétrin plein d'ours, c'est de ne pas aller vers le danger qu'ils peuvent représenter. Donc éviter de surprendre un grizzli de Katmai avec un petit ou sur une proie, éviter de se servir de son sandwich au saumon comme oreiller sur la banquise du Nunavut, éviter un vallon dans lequel on sait qu'une femelle se balade avec son petit, etc... mais on ne va pas revenir sur ces précautions de base qui ont déjà été traitées ici. Un mauvais comportement ("mauvais" si le danger objectif est connu, après on ne peut pas tout prévoir non plus et s'empêcher toute balade en zone à ours) peut être fatal à l'ours comme au bonhomme...
Une petite anecdote en plus, au passage, pour compléter les méthodes de défense en cas de rencontre. A Baffin, un Inuit m'a expliqué deux choses pour éviter l'ours : surtout tu regardes partout avant de sortir de ta tente le matin (sinon, la tête en moins, on marche beaucoup moins bien), et s'il y a un ours qui se promène par là et qui approche, il faut rameuter tout le monde, rester en groupe, gueuler plus fort que possible, et, petit conseil qui vaut cher mais qui ne coûte pas un rond de plus, agiter une toile de tente comme on secouerait une nappe pour en virer des miettes. Une toile de tente qui s'agite, c'est très gros et très bruyant... et c'est surtout un très bon moyen de faire dégager un ours dans un endroit où le fusil n'est autorisé qu'aux locaux... ou si vous êtes allergique au fusil. Un conseil comme ça, je prends ! Cela dit, même si la possibilité de croiser un ours était envisageable, elle était faible (remarquez, il suffit d'un seul) : quand on est sur une zone de banquise très compacte, collée à la terre, les ours ne se baladent pas trop par là. Ils préfèrent les zones cassées, les polinies, les bordures de plaques où les phoques et autres mammifères marins viennent prendre l'air. On peut donc aussi appréhender les risques à grande échelle, avec un peu de bon sens et quelques connaissances sur l'écologie des bestioles.
Autre petit truc marrant : Mike Horn, lui, préconise de se brosser les dents le matin, juste avant de quitter le camp... et surtout pas le soir avant de s'endormir : le dentifrice à la menthe, ça sent très fort et très loin !

Mais au delà de tout ça, le meilleur moyen de survivre, en règle générale, c'est de ne pas avoir à le faire, non ? Prudence et connaissances pour une bonne prévention, donc...

NB : pardonnez-moi si j'ai été un peu long !

03 décembre 2009 à 19:41:39
Réponse #127

JB


On est sur la même longueur d'ondes ! :)

03 décembre 2009 à 19:42:02
Réponse #128

Wapiti


Bonsoir.

À part le fait qu'un ours peut sentir la nourriture à près de 30 km, qu'il est plus discret que nous et plus doué pour le camouflage. Qu'il court aussi vite qu'un cheval, est 10 fois plus fort que nous, nous n'avons aucune raison de nous en méfier, c'est ça ? S'il ne faut pas exagérer, il ne faut pas non plus minimiser. Un ours n'est ni plus ni moins dangereux qu'un grand félin ou un chien. Tout prédateur n'est inoffensif qu'en photo.

C'est aussi pertinent que de prétendre qu'on peut convaincre un lapin de sauter dans la casserole.

À propos de Cannelle, la peur, les Tartarins, les viandeurs qui se prennent pour Nemrod, les collectionneurs de trophées, les phobies soigneusement entretenues par les médias, les atavismes, les légendes locales, etc., sont autant de facteurs de comportements irrationnels.

À +



03 décembre 2009 à 20:14:49
Réponse #129

Rouri


Citer
Par contre, j'ai repensé souvent à ce moment et j'ai toujours fait le parallèle avec ce chasseur qui a croisé Cannelle dans les Pyrénées : pourquoi a-t-il tiré dessus ? Pourquoi un mec armé, face à une bestiole qu'il était allé emmerder sur son territoire (il savait qu'elle était là avec son jeune), s'est il senti agressé ? A-t-il été "agressé" ou est-ce une peur atavique, par méconnaissance de la nature, une mauvaise interprétation, qui est remontée ? Le flingue était peut être la solution facile. M'est avis qu'il ne risquait pas grand chose...

C'est un peu facile comme commentaire...

03 décembre 2009 à 20:27:00
Réponse #130

JB


Bonjour Rouri,
Ce n'est pas un commentaire. Ce sont des interrogations et des suppositions.
Le fait est que ce gars là connaissait parfaitement son affaire, le lieu où il allait et ce qu'il allait y trouver. Il a pris le risque, et je trouve dommage que ça se soit terminé aussi lamentablement. Surtout dans une zone où la densité d'ours est aussi faible...
L'objet de mon propos est simple : l'ours est un risque et un danger potentiel réel, à ne pas sous estimer, mais il y a des précautions élémentaires à prendre en amont pour minimiser les chances de rencontre et éviter un massacre (d'un bord ou de l'autre).

03 décembre 2009 à 20:41:02
Réponse #131

gurdil


J'habite dans le sud ouest a environ 2h de l'ariege: pour l'ours cannelle, il me semble(malgré beaucoup de chose) que la médecine légal avait déduit que cannelle se trouvait debout (sur ces deux petite pattes de derrière....) et les membres supérieur ouvert au moment du tire: es que cette position pour un ours est une position de calin?????(apres le debat sur devait'on ou non organisé une action de chasse as deja était fait 10 000 fois...)
Et toujours sur ce principe, j'ai un ami qui est berger la haut(qui est super doué pour la vie en autarcie dans les montagnes...), qui vie donc presque plus de 6mois a proximité des ours, si un jour mon pote se trouve en situation de risque face a un ours(ont sait qu'il y'en as au moins 2 qui vivent sur sont téritoire d'estive), du fait de ces nombreux déplacement en montagne, ca sera la faute de mon pote??
Il ne faut pas diabolisé le monde sauvage, mais les ours, ne sont pas les bisounours........ Un simple truc qui le prouve si c'etait absolument sans danger ont n'aurais pas "d'accident",je vais être tres tres bete:enfin moi perso je n'est jamais eu d'accident avec mon poisson rouge(en fait j'en est pas....de poisson rouge...).
Un truc que me disait souvent un cavalier américain avec qui j'ai bossé un tout petit peu: dans chaque animal domestique il y'a un animale sauvage......: même si l'ont a l'impression que les animaux peuvent être sans danger cela reste un animale....donc toutes les précaution qui s'impose.

03 décembre 2009 à 21:05:13
Réponse #132

JB


Bonsoir Gurdil,

On est tout à fait d'accord. J'ai bien dit qu'on ne devait pas s'interdire de se balader dans une zone sous prétexte qu'il y a des ours (ça marche aussi pour ton copain le berger), et j'ai aussi clairement dit qu'un ours peut représenter un problème.
Quant au câlin, là, ça reste de l'anthropomorphisme ! :)
Au printemps dernier, au Groenland, je me suis promené un bon bout de temps avec un gros calibre 12 en bandoulière. Ce n'était pas pour rien. Mais il aurait vraiment fallut qu'un ours soit proche et agressif pour que je m'en serve.
Pour la petite histoire, 5 ours ont été tués dans une fourchette de 48h et dans un rayon de 10km (c'est très très proche pour un ours) des endroits où je me trouvais avec mon groupe. Le risque était bien réel, on n'a pas fait demi tour pour autant. On a fait gaffe à la bouffe, on a fait gaffe aux traces, dès qu'on passait un col je passais du temps derrière mes jumelles, mais on était surtout en contact avec des Groenlandais par téléphone satellite pour savoir dans quels vallons les ours avaient été vus (il y a du monde en skidoo, là bas). 10 jours de raid et on est rentrés sans bobo.
Je précise que certains des ours tués là s'approchaient d'un village et qu'ils étaient considérés comme dangereux pour la population. D'autres étaient pourchassés pas seulement pour le danger qu'ils représentaient, mais aussi pour la peau de leurs fesses, vendue très très chère. C'est le chasseur qui voit l'ours en premier qui remporte la mise, même s'il ne le tue pas.

03 décembre 2009 à 21:29:36
Réponse #133

Rouri


Citer
Bonjour Rouri,
Ce n'est pas un commentaire. Ce sont des interrogations et des suppositions.
Le fait est que ce gars là connaissait parfaitement son affaire, le lieu où il allait et ce qu'il allait y trouver. Il a pris le risque, et je trouve dommage que ça se soit terminé aussi lamentablement. Surtout dans une zone où la densité d'ours est aussi faible...
L'objet de mon propos est simple : l'ours est un risque et un danger potentiel réel, à ne pas sous estimer, mais il y a des précautions élémentaires à prendre en amont pour minimiser les chances de rencontre et éviter un massacre (d'un bord ou de l'autre).
   

Ok!

La situation est différente au Québec, je compte plutôt le nombre de mois que j'en ai pas vu un... Mais il faut ajouter que je suis en forêt presque tout les week-end! C'est pourquoi après la prévention, c'est le poivre!


03 décembre 2009 à 22:28:57
Réponse #134

gurdil


Quant au câlin, là, ça reste de l'anthropomorphisme ! :)

Le propos du calin était ironique, est uniquement pour souligné le fait que position de l'ours était une position agressive (défensive ou agressive pur, je ne sait pas, et je ne m'aventurerais pas sur ce terrain!!!), néanmoins cette position(sans etre éthologue) est largement considéré comme dangeureuse me semble t'il......

04 décembre 2009 à 08:48:55
Réponse #135

Bison


Voilà, ce fil est parti en vrille ...
Il avait bien tenu le coup pourtant, sur 7 pages ...
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

04 décembre 2009 à 08:59:01
Réponse #136

DavidManise


la médecine légal avait déduit que cannelle se trouvait debout (sur ces deux petite pattes de derrière....) et les membres supérieur ouvert au moment du tire: es que cette position pour un ours est une position de calin?????

C'est une position que les ours adoptent pour identifier quelque chose, le plus souvent.  La curiosité les pousse à faire ça.

Un ours agressif, il reste sur ses 4 pattes, et il fonce sur toi avec le centre de gravité surbaissé.  Quand on tue un ours en défense, il se prend des impacts sur les épaules et la tête...  9 fois sur 10.

Ceci dit, le débat sur Canelle est complètement hors de propos ici...  merci à tous de recentrer le débat.  Merci aussi d'arrêter les sous-entendus foireux du genre le mec a fait exprès (ce qui est possible, mais personne n'était là, et c'est facile de juger d'une situation qu'on ne connaît pas le cul sur une chaise en imaginant les infos qui nous manquent :branleur:).

Fil sous surveillance...

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

04 décembre 2009 à 13:40:00
Réponse #137

chtiAR


ici au Japon, y a pas mal d'ours aussi.
à Hokkaido, surtout des ours brun.
dans notre coin, des ours noirs à collier, ils sont assez petits, courent vite et sont super grimpeurs.....
mais surtout sont très très gourmands et n'ont pas du tout peur des hommes.

comme c'est la saison des kakis séchés :séchés pendant environ 2 mois pendus au toit des maison, la municipalité commence à diffuser des messages par haut parleur demandant de rentrer les kakis car les ours et les singes (re) commencent à s'approcher des villages.

l'année dernière, à la même époque, vers 5h du matin un message par haut parleur nous demandait de ne pas sortir des maisons de notre quartier particulièrement jusqu'au prochain message car un ours avait été aperçu .
on a donc attendu les rangers qui ont fait leur travail .....

ici les habitants savent que la rencontre avec un ours est possible surtout en forêt, mais personne n'est vraiment angoissé !
les armes à feu sont interdites sauf pour les chasseurs avec permis, les bombes au poivre sont introuvables par ici (il faut les commander par internet) donc on a juste les clochettes ....(ou les grand-mères randonneuses qui font beaucoup plus de bruit qu'un carillon)


04 décembre 2009 à 13:45:33
Réponse #138

Houroukaii


Je ne risque pas trop de rencontrer un ours vers chez moi mais je me posais la question toute bête de savoir si les ours ne risquaient pas de s'habituer au bruit des clochettes et ainsi de ne plus partir voir même d'être attirer par ce même bruit...
Si t'en reveux y'en rena!!

04 décembre 2009 à 18:07:18
Réponse #139

JB


Ceci dit, le débat sur Canelle est complètement hors de propos ici...  merci à tous de recentrer le débat.  Merci aussi d'arrêter les sous-entendus foireux du genre le mec a fait exprès (ce qui est possible, mais personne n'était là, et c'est facile de juger d'une situation qu'on ne connaît pas le cul sur une chaise en imaginant les infos qui nous manquent :branleur:).

Bonjour David,
Désolé si le sujet a "dérapé". J'ai voulu parler de Cannelle simplement pour donner un exemple concret d'une rencontre avec un ours, qui s'est mal terminée pour l'ours (en rapport avec le sujet de "nos" interprétations des comportements animaux). Cet exemple me semblait approprié et une bonne illustration. Cela dit, loin de moi l'idée d'affirmer quoi que ce soit, j'ai juste supposé et questionné (bon, ok, avec à la suite le petit sous-entendu "foireux" dont tu parles, je l'admet et je ne recommencerai plus ;) ). 

05 décembre 2009 à 19:14:20
Réponse #140

H.H.L


http://img257.imageshack.us/img257/1020/432y.jpg

Une photo d'un des ours que j'ai croisé à Yellowstone. C'est un ours noir.
On a eu de la chance de le voir (normalement dès qu'u ours est à moins de 300m d'une route les Rangers sont là et empêche les gens de s'arrêter), mais là il les a pris de vitesse. Il a même traversé la route au milieu des bagnoles arrêtées. Moi j'étais avec un pote ( et oui je sais les jeunes ne réfléchissent pas assez...) et on est sorti de la bagnole et on s'est approché à une vingtaine de mètre. C'était vraiment une sensation incroyable, c'était hyper excitant d'être aussi près d'une bestiole comme ça. L'ours avait l'air plus curieux qu'autre chose.

 On a aussi vu un autre noir (mais sans pouvoir sortir de la caisse, les Rangers était là..) et un grizzly, et on s'est approché (trop) près. J'ai peu être d'autres photos j'essaierais de les mettre en ligne plus tard.

« Modifié: 05 décembre 2009 à 20:33:42 par H.H.L »

06 août 2011 à 02:35:36
Réponse #141

Van


Une triste info.  :'(


En Norvège, un ours polaire s'attaque à des campeurs : un mort, quatre blessés graves

Un Britannique âgé de 17 ans est mort et quatre autres, deux adolescents et deux adultes, ont été blessés sérieusement à la tête par un ours polaire vendredi sur l'archipel norvégien du Svalbard, dans l'Arctique, selon les autorités locales.

L'ours blanc a attaqué par surprise un groupe de 14 personnes qui campaient sur un glacier, dans le cadre d'un voyage organisé par la Société des écoles britanniques d'exploration (BSES). "Les jeunes sont âgés de 16 à 20 ans. Celui qui est mort en a 17", a précisé le gouverneur adjoint du Svalbard (Spitzberg), Lars Erik Alfheim. Les blessés britanniques, deux jeunes de 16 et 17 ans et deux adultes de 27 et 29 ans, souffraient de "blessures sérieuses à la tête mais leur état de santé s'est stabilisé", a-t-il ajouté.

Dans l'après-midi, les blessés, brièvement hospitalisés à Longyearbyen, étaient en cours de transfert par hélicoptère vers l'hôpital de Tromsoe, dans le nord de la Norvège, sur le continent.

L'attaque s'est déroulée près du glacier Van Post, situé à une quarantaine de kilomètres de Longyearbyen, la "capitale" de cet archipel situé au nord du cercle polaire arctique. Elle s'est terminée par la mort de l'ours, abattu au fusil par les campeurs.

C'est vers 7 h 30 que la police a reçu un appel au secours des Britanniques, qui utilisaient un téléphone satellitaire pour demander de l'aide. Plusieurs hélicoptères ont rapidement décollé vers le lieu du drame.

Les circonstances de l'attaque restaient en partie obscures, a indiqué M. Alfheim dans l'après-midi, notamment sur les raisons du nombre élevé de victimes. Une enquête était en cours pour déterminer exactement le fil des événements.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/08/05/en-norvege-un-ours-polaire-s-attaque-a-des-campeurs_1556683_3214.html

06 août 2011 à 03:05:05
Réponse #142

Stephane


Je ne risque pas trop de rencontrer un ours vers chez moi mais je me posais la question toute bête de savoir si les ours ne risquaient pas de s'habituer au bruit des clochettes et ainsi de ne plus partir voir même d'être attirer par ce même bruit...
Le but des grelots c'est de permettre aux ours de s'éloigner d'eux-mêmes et d'éviter de les surprendre ce qui est a l'origine de plusieurs attaques de la part de Grizzlis. Si un ours est agressif ou associe les humains a la nourriture, il n'aura pas besoin de ce bruit pour les repérer.
Stephane Deshaies
Estrie, Quebec

Pour conserver la même opinion en politique, il faut souvent changer de parti!

30 août 2011 à 10:18:12
Réponse #143

DOM63



06 septembre 2011 à 09:29:41
Réponse #144

DOM63


Bah,j'ai vu l'info et je me suis souvenu avoir lu récemment un fil sur le sujet où était relayé un article relatant une attaque au Svalbard. Je me suis dit que ça pourrait en interesser certains ici, qui,le cas échéant, pourraient analyser les causes de l'incident...

Perso, je ne connais les ours que par ce que j'en ai lu ou vu à la télé, je ne pense donc pas vraiment être compétent pour commenter de manière constructive cet article.

Quand à mon avis, je suis d'accord avec toi, les ours sont là et de plus en plus de gens pénétrent dans leur territoire (qui rétrecit) sans y être vraiment préparés.

Bonne journée

30 mai 2012 à 00:38:11
Réponse #145

ours38


Petite question technique, en cas de rencontre avec un ours tout le monde preconise le spray au poivre.

Ici en Alaska c'est soit le fusil soit le spray, je me demandais ce qu'il en est des autres techniques, premierement parce que pour se servir du spray il faut etre relativement pres, ensuite parce que les 4 secondes de fonctionnement me font un peu peur. Et ensuite le poids de la chose et sont prix 45$ (ok la vie n'a pas de prix et pas de poids..) mais si il y a une solution plus adapte...

L'ideal serait quelque chose de moins lourd moins cher et reutilisable ou rechargeable.

Les pistolets pour le signalement de bateaux en detresse sont ils dangereux pour l'ours et ou l'environnement (genre depart d'incendie)
L'utilisation de Bear bangers http://bearbanger.net/index.html si elle averee sans danger pour l'animal semble plus adapte a la pratique de la randonne au long cours
Certaines personnes parlent de simple feu d'artifice balance dans les pattes de l'ours mais de un je pense que ca brule et de deux pas super fiable.

Des reactions?
Pour le moment je randonne avec un chien et une clochette sur le sac pour etre entendu.
(le chien est un chien d'ici, pas le genre de chien a ramener l'ours dans vos pattes, plutot le genre a faire diversion)
Vie actuellement dans une  petite communaute a 50 km de Fairbanks en Alaska
Notre blog (en anglais) http://alaskan-escape.blogspot.com/

30 mai 2012 à 09:13:33
Réponse #146

Bison


Tu es sûr qu'il est besoin d'une clochette pour être entendu par un ours?

Bon, équipement préconisé par un pilote de bush :  44 magnum  ;#
Mais on ne va pas discuter calibre, ceci est juste un témoignage ...
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

30 mai 2012 à 11:09:27
Réponse #147

Galileo



Bon deja l arme tu laisse tomber si t es pas entrainer a l utiliser sous stress (la ou je bosse on a droit a un entrainement annuel assez stressant avec un  simili d ours tracter qui te fonce dessus , je epux t assurer qu apres 3 ans c es ttjrs impressinnat meme si tu sais que c est un dummy.

Le bear banger,  on en avait jusqu a ce qu une  fille du camp s en tire un a bout touchant dans le ventre (elle est pas blonde!) bref depuis ils nus on ete retirer.

Le spray, je te dirai 2 spray un a la ceinture et un sur le dessus de ton sac tres tres rapidement accessible, pkoi comme tu l ecriit 5-6s c'est leger (avec un modele standard de 200g) apres faut apprendre a bien s en servir, je te conseille donc d acheter un spray de chez Frontiersman inerte.
apprend a le "degainner", oter la securite, viser et sprayer, ca semble facile a faire, mais le jour ou t as un ours qui charge, ca l est bcp moins.

A mon avis la meilleure "arme" c est l evitement (j ai ete instructeur Bear Safety Awareness & Avoidance pendant 3 ans) bref evite de te mettre dans une situation ou tu risque de tomber nez a nez avec un ours (BB ou grizzly), ca s apprend vite
voila les rudiments:
http://safety.eas.ualberta.ca/node/13

sinon en livre un petit bouquin tres a la page http://www.mountaineersbooks.org/productdetails.cfm?PC=1382 , si tu le lis tu verra que certaine sinfos du liens ci dessus sont obsoletes.

ensuite c est en fonction du terrain dans lequel tu evolue, des renseignement que tu collecte aupres des locaux, de ton instinct et surtout faut faire preuve de bon sens (le common sense qui aujoud'hui est tellement rare que c est presque un pouvoir surnaturel).
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

30 mai 2012 à 17:44:18
Réponse #148

ours38


Merci pour vos reponses et pour les liens pleins d'infos,

L'arme pour ma part n'est de toute facon pas une option (pas mon style de degommer un ours juste parce que j'avais envie de faire ma ballade du dimanche)

J'ai lu pas mal de truc sur le bear banger, y'a l'air d'avoir pas mal d'accident et tous les locaux a qui j'en parle se marre, j'ai une pote au canada qui a parler des spray aux locaux et la c'est eux qui se marrent en disant que LA solution c'est le bear banger pfff...

Je pense que ca a pas tout a fait le meme usage, le bear banger c'est plus pour decourager un ours qui commence a s'interesser a notre personne tandis que le spray c'est a l'etape d'apres, moi qui voulait limiter les couts il semblerait que je me dirige vers l'achat des deux :D. (ceci dit le bear banger en foret... ca doit pas etre evident a utiliser). Je dois avoir quelques spray perime avec lequel je dois pouvoir m'entrainer.

Pour la clochette et le chien, c'est pour reduire au max la proba de rencontre, quand je marche je siffle pas et je fais pas assez de bruit, la clochette vient palier ca, elle est d'une sonorite plutot inhabituelle donc ca doit marcher... Ca devrait marcher sur les Elans aussi (ca craind en ce moment)

Vraiment pas envie de jouer les rambo avec mon spray donc si il faut servir de cloche je prefere encore :D
Le probleme avec les locaux, il y a ceux qui ont rencontres des ours ou elans en colere et depuis prennent le gros calibre et ceux qui n'en ont jamais croise et qui dise buah tu risques rien prends un spray au cas ou. Et ensuite il y a toute les histoires qu'on entend a droite a gauche sur un groupe de randonneur tombant sur un bear bait et qui s'en souviendra etc..

C'est pour ca que je viens ici pour voir des avis de specialistes qui en plus parlent francais :D

Merci encore
Vie actuellement dans une  petite communaute a 50 km de Fairbanks en Alaska
Notre blog (en anglais) http://alaskan-escape.blogspot.com/

30 mai 2012 à 20:23:28
Réponse #149

Galileo


Puisqu'il s'agit d'un sujet unique sur les ours :

Cela fait trente ans que la science a fourni la réponse mais trop de gens semblent l’ignorer : non, les femmes qui ont leur règles n’attirent pas les ours. Enfin, pas les grizzlys, parce que les ours polaires pourraient se laisser tenter. Telle est la conclusion d’une étude hallucinante mais criblée de défauts. Alors mesdames, rassurées ?

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/biologie-3/d/science-decalee-les-menstruations-humaines-attirent-elles-les-ours_38977/

Houlala, la fameuse nuit des Grizzlys de 1967 et l etude de Bruce Cushing de 1980 ( etude faite en laboratoire qui a ete demontee plusieurs fois dont dans le these de Byrd's en 88) et les recommendations du BMO de yellowstones de 94  le tout dans un article de futura-science, je pensais qu'ils etaient serieux.

Y a aucun lien direct entre attaque d'ours et regles chez les femmes prouves et crois moi des etudes y en a presque tous les ans, le probleme c est la significativte statistiques , pas assez de donnees pour etre concluante.
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité