Nos Partenaires

Auteur Sujet: Feu et humidité  (Lu 25284 fois)

19 décembre 2010 à 14:00:45
Réponse #50

Bobzdar


Oui mon firesteel est un peu limite à ce niveau, je n'ai pas de grattoir... :-\
Par contre, j'ai réussi à produire des étincelles avec un caillou la dernière fois!
"Nul n'est plus désespérément esclave que ceux faussement convaincus d'être libres" (Goethe)

19 décembre 2010 à 20:47:01
Réponse #51

floproteus


Pour le bois gras, tu peux aussi jeter un coup d'oeil lors des coupes.
Les souches de pins ont souvent une partie centrale très résineuse,
assez visible car plus foncé. Comme l'a dit Melkor, ça sent la térébenthine.


<<<  cliquez ici ;) !

20 décembre 2010 à 21:31:09
Réponse #52

jeanmi


Un petit truc perso.

Ne sachant que faire des épluchures de mandarines (pas bon pour le compost) je les fait sécher, autrefois sur les radiateurs maintenant dans le four (porte entrouverte) de mon poêle de masse (ça parfume agréablement l'air en plus).

Passons maintenant au vif du sujet :
étant bien sèche j'ai remarqué que ça brûle super bien et vite.
Depuis, quand j'allume un feu dehors j'en rajoute au petit bois de démarrage.
L'effet est assez radical, flammes vives et chaudes qui facilite la chose par temps humide avec du bois pas très sec.
Bref l’épluchure de mandarine sèche fait partie de mon sachet kit démarrage feu.
Je vais essayer avec les épluchures d'oranges...

20 décembre 2010 à 21:37:24
Réponse #53

Heimdall


Merci pour le truc!!

20 décembre 2010 à 21:47:43
Réponse #54

Bobzdar


Ah oui c'est marrant comme petite astuce!
A l'occasion j'essayerai!
Merci  ;)
"Nul n'est plus désespérément esclave que ceux faussement convaincus d'être libres" (Goethe)

20 décembre 2010 à 21:49:27
Réponse #55

jeanmi


Bon demain j'achète des oranges  ;)

21 décembre 2010 à 19:36:53
Réponse #56

madenn23


Attention à ne pas faire cramer vos peau d'orange  ::) (aahhh l’expérience  ;#)

23 décembre 2010 à 22:03:19
Réponse #57

marco 2


les agrumes ont une petite quantités d'alcool dans leur peau........
quand je rentre dans une foret, je pars pas au combat, mais je rentre chez moi
Moniot van moeren

il y en as pour qui le verre est a moitié plein, d'autre pour qui il est a moitié vide......et pour vous?????

27 décembre 2010 à 19:12:15
Réponse #58

Diesel


Attention à ne pas faire cramer vos peau d'orange  ::) (aahhh l’expérience  ;#)
La peau d'orange est surtout riche en matière grasse. ;D :-[

Peau d'orange = cellulite. Pardon mesdames, j'ai honte ... enfin presque.  ;#

27 décembre 2010 à 21:06:52
Réponse #59

Camaro


La question initiale de Bobzdar m'intéresse beaucoup.
Dans vos réponses, vous mentionnez les moyens de secours (oeuf de M, PQ, etc).
Moi je m'inscris dans une démarche de voyage à long terme et vu le pays où j'habite (la Gelbique), je sais qu'il peut pleuvoir de manière continue pendant très longtemps.
Dans ce cas, comment faire du feu tous les jours en n'utilisant que ce qu'on trouve dans la nature ?
Résumons :
- Amadou et bois gras (si on en trouve)
- Ecorce de bouleau
- Brindilles en tout genre
- Coeur de bois mort (par batonage ou par copeaux)
Qu'ai-je oublié d'autre ?
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ... mais parfois ca fait vachement mal.

27 décembre 2010 à 21:29:58
Réponse #60

gglt


Il n'y a qu'une seule manière de le savoir : il faut essayer.

27 décembre 2010 à 21:31:38
Réponse #61

Fred49


En Ecosse apres 8jours de pluies 24/24 rivieres en crues etc ..
Les branches basses des arbres etaient bien humides, par contre la bruyere etait mouillee seulement en surface et s'allumait tres facilement.

27 décembre 2010 à 23:39:29
Réponse #62

François


Quand je fréquentais le sud du Bas-Berry, région qui je crois ne cède en rien à la Belgique au niveau du froid et de l'humidité en hiver, j'avais un truc qui marchait à (presque) tous les coups : je faisais sécher près du feu des brindilles et des morceaux d'écorce, ensuite rangés dans une poche étanche. Avec cela, c'était un jeu d'enfant d'allumer le feu suivant.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

07 janvier 2011 à 21:11:23
Réponse #63

Otchoos


Habitué aussi à des randos humides en Belgique, ce serait aussi mon principe, prévoir durant la marche qui m'emmène à mon lieu de bivouac, je ramasse déjà les fines branchettes, l'herbe sèche ou les aiguilles de pin au creux des troncs, l'écorce de bouleau, les massettes ... bref, tout ce qui peut servir d'amadou.
Lors du premier feu, je fais sécher ce qui servira à allumer le suivant.
La vie, ça va pas toujours comme on a envie que ça aille...
Il faut prendre l'argent chez les pauvres, ils ont peu d'argent, mais il y a beaucoup de pauvres ! (A. Allais)

02 octobre 2012 à 22:06:00
Réponse #64

Dante


Bonjour,

Petit retour sur un séjour en région très humide (Jungle panaméenne) ou j'étais parti avec un Firesteel et heureusement pour moi un briquet ...
Sans ce dernier, il m'eut été impossible de démarrer un feu (et pourtant, habitué à faire des feux dans diverses condition: pluie, neige, ...)

L'humidité locale est un frein majeur ... et impossible de trouver quoi que ce soit de sec. Quant à l'avoir emporté avec moi ... j'avais pas prévu
J'ai essayé tout ce que j'avais sous la main ... Palme +/- seche, brindilles, petit bois découpé, papier de sachet de thé ...
Ce n'est qu'en découpant ma tasse en plastique et en l'allumant avec le briquet que j'ai réussi a faire prendre le feu

Du coup: exit le firesteel qui a été remplacé par ce briquet qui a trouvé sa place dans un pot étanche ...

Pourquoi se compliquer la vie ...

02 octobre 2012 à 22:14:56
Réponse #65

guillaume


Bonjour,

Petit retour sur un séjour en région très humide (Jungle panaméenne) ou j'étais parti avec un Firesteel et heureusement pour moi un briquet ...
Sans ce dernier, il m'eut été impossible de démarrer un feu (et pourtant, habitué à faire des feux dans diverses condition: pluie, neige, ...)

L'humidité locale est un frein majeur ... et impossible de trouver quoi que ce soit de sec. Quant à l'avoir emporté avec moi ... j'avais pas prévu
J'ai essayé tout ce que j'avais sous la main ... Palme +/- seche, brindilles, petit bois découpé, papier de sachet de thé ...
Ce n'est qu'en découpant ma tasse en plastique et en l'allumant avec le briquet que j'ai réussi a faire prendre le feu

Du coup: exit le firesteel qui a été remplacé par ce briquet qui a trouvé sa place dans un pot étanche ...

Pourquoi se compliquer la vie ...

Merci beaucoup pour ce retex :up:. Cela confirme, une fois de plus, mon goût prononcé pour la chambre à air + briquet bic + boite de médoc ou autre étanche...

a+

08 octobre 2012 à 15:46:43
Réponse #66

~_YoYo_~


+1 pour le morceau de chambre à air (tjrs dans le kit feu)  :up:

08 octobre 2012 à 15:59:40
Réponse #67

guarocaliente


Bonjour,

Petit retour sur un séjour en région très humide (Jungle panaméenne) ou j'étais parti avec un Firesteel et heureusement pour moi un briquet ...


L'humidité locale est un frein majeur ... et impossible de trouver quoi que ce soit de sec.

J'ai essayé tout ce que j'avais sous la main ... Palme +/- seche, brindilles, petit bois découpé, papier de sachet de thé ...


Oui dans de genre de coin le briquet avec la chambre à air est nickel et beaucoup plus adapté pour l'allumage que le fire-steel.

Ensuite en forêt humide ce qui fait la différence c'est de construire un gros feu et de le surélever et isoler du sol en le construisant dessus plusieurs épaisseurs de grosses branches mortes, genre 7-10 cm de diamètre.
Ici et Maintenant.

10 octobre 2012 à 22:37:06
Réponse #68

Dante


Photos à l'appui

Oui... isoler le feu du sol (détrempé) est impératif. Préparer son bois a l'avance aussi (c'est pas quand il y a une flamme qu'il faut se soucier de ce qu'on va mettre dessus)
En l'absence de bois sec, certains bois morts tropicaux sont si dur que leur "centre" est sec, même en pleine saison des pluies. Il suffit d'entamer à la machette  la couche superficielle et ensuite faire une provision de "copeaux" qui peuvent être retaillés pour faire des brindilles.
Privilégier les branches mortes en hauteur par rapport au sol.

Mais avant tout ça : construire un abri feu (bache, poncho, palme tressée) car même avec du bois sec, c'est difficile de faire prendre un feux sous des trombes d'eau  ;#

26 octobre 2012 à 03:13:35
Réponse #69

CryptoPanda


Ces petits pots (utilisés pour les prélevements de bacteriologie à l'hôpital) sont aussi une bonne alternative aux regretés k**der pour les "oeufs de manise"... parfaitement étanches mais ne résistants pas à un bon coup de talon dans l'urgence! 

26 octobre 2012 à 08:50:16
Réponse #70

StormX


Dans le même ordre d'idée, les boites de pellicules photos marchent bien. On peut les entourer d'une chambre à air de vélo (diamètre classique) pour les accrocher à une cordelette (et s'en servir pour allume feu...m'enfin c'est galère de les couper sans dextérité fine ;))
"La beauté de la Vie dépend de ton regard."
Keny Arkana

26 octobre 2012 à 12:48:23
Réponse #71

Mishkin


Bonjour,


regretés k**der pour les "oeufs de manise"
http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,14325.msg278095.html#msg278095
il y a toujours les substituts qui vont trés bien


à+

Mishkin

26 octobre 2012 à 15:40:51
Réponse #72

Unregistred


bah les nouveaux fonctionnent tres bien non?

qu'est ce vous leur reprochez?

@+ ;)
"ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait" : Mark Twain

mieux vaut être en retard dans cette vie qu'en avance dans la suivante

"La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible"

Plus dangereux que le bruit des bottes, le silence des pantoufles....

26 octobre 2012 à 15:45:17
Réponse #73

StormX


Ils sont tous jaune ! Avant ils étaient en camo poulailler !

 ;#

Plus sérieusement, la nouvelle ouverture rend le bidule plus sensible à la flotte et a tendance à s'ouvrir plus facilement...déversant son contenu graisseux /huileux dans le sac ou les poches...  :-\
"La beauté de la Vie dépend de ton regard."
Keny Arkana

14 décembre 2020 à 15:29:16
Réponse #74

Shirokuma


Bonjour à tous. Un petit Retex qui peut servir.  :-[

Je rentre d'un weekend de randonnée en Belgique hivernale.
L'idée était de faire une rando en boucle de deux jours dans les Hautes Fagnes, une très belle région, qui a pour particularité d'être très humide en cette saison. Pour ceux qui ne connaissent pas ce genre de paysage, ce sont des tourbières, qui ressemblent aux Marais Morts du Mordor (les corps flottants en moins), avec des forêts de conifères. Une région assez sauvage pour la Belgique.
Je suis parti avec un ami, donc en binôme, avec sacs et tentes, dans l'idée de se poser discrètement le soir pour un bivouac sauvage. Je me régalais d'avance à l'idée de faire un bon petit feu, dans un coin isolé. Moi qui me targue de pouvoir lancer un feu de bois avec une seule allumette, même sous la pluie… C'est peu de dire que ce coup-ci, j'ai atteint les limites de mes compétences. MDR.
Inutile de préciser que je n'avais encore jamais tenté l'expérience dans de telles conditions…

Donc nous sommes mi-décembre et à midi il y avait encore un brouillard au sol à faire pâlir de jalousie un Londonien de souche. Ajoutez à ça le décor ci-dessus, détrempé, et après quatre heures de marche spongieuse, le jour déclinant déjà, il nous fallait donc impérativement trouver un lieu de bivouac. Nous étions alors dans des bois d'épineux plantés bien serrés. Après avoir tenté vainement plusieurs clairières prometteuses, qui se sont révélé être des fondrières marécageuses, nous avons fini par entrer dans une de ces parcelles bien denses où nous avons enfin trouvé quelques mètres carrés suffisamment plats et dégagés pour y poser nos deux tentes minimalistes. Bon, juste le temps de vite monter le tout, et la nuit noire est déjà bel et bien là. L'abri étant prêt, je mets ma frontale et part en quête de bois mort, ce n'est vraiment pas ce qui manque alentour…

C'est alors que j'observe de près les arbres… ils suintent littéralement à grosses gouttes. D'ailleurs la frontale crée un halo dans l'air saturé d'humidité. Au sol, tout est humus et humidité, normal, mais en hauteur aussi. Me voilà bien. Je m'éloigne du “camp”, rien à faire, plus loin, plus haut, plus bas… TOUT est détrempé dans ces bois. La mort dans l'âme, je ramasse divers calibres de petit bois mort, mais même hors sol, même sur pied, il n'y a rien qui soit même à moitié sec.

Une fois ma collecte faite, je monte mon petit bois sur un lit de branchages et lance mes allumettes améliorées à la cire… elles brûlent bien, longtemps, mais ensuite, schnoll. Dès qu'un allume-feu s'éteint, rien ne part, rien ne crépite, même les plus fines branchettes ne grésillent pas. Je tente diverses approches, utilise aussi un sachet en papier déchiqueté… rien n'y fait. J'ai l'impression que ces bois ont subi un déluge biblique. Même avec des allume-feu “chimiques” apportés par mon compagnon de rando, qui tiennent plusieurs minutes, jamais le bois, même tout petit, ne sera assez sec pour prendre. La mort dans l'âme, j'abandonne l'idée du feu de camp.
Heureusement que le copain à un petit bec à gaz, au moins nous mangerons chaud.

Voilà, une bonne leçon d'humilité (d'humidité ?) pour moi.  ;#
« Modifié: 14 décembre 2020 à 16:18:53 par Shirokuma »
“L'expérience est une bougie qui n'éclaire que celui qui la porte.” Confucius

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité