Nos Partenaires

Auteur Sujet: Be the Grey Human = arrêter de marquer le territoire  (Lu 49614 fois)

12 novembre 2008 à 20:58:01
Réponse #50

BULLYSSON


un porte avion nucléaire sous des airs de bateau de croisière bon enfant...
Une seule loi dans ce Monde :
http://youtu.be/41Q21B7ap9M

12 novembre 2008 à 21:00:35
Réponse #51

Eric Lem


un porte avion nucléaire sous des airs de bateau de croisière bon enfant...

 :doubleup:
Peace,

Eric.
*********************************
"...everyone's got their path brother.... choose wisely." - R. Dimitri
"La "baffe de gitan" j'imagine la grosse baffe de cow boy : c'est un moyen de dialogue qui peut permettre la syntonisation." - Kilbith


http://www.acdsbelgium.org/

12 novembre 2008 à 21:25:13
Réponse #52

Eric Lem


"Be polite, Be professional... but have a plan to kill everyone you meet"

Je pense que ça définit assez bien le perso... ;D

Concrètement:

- Une attitude toujours amicale et souriante (même quand le mec en face ne le mérite pas...)
- Des vêtements passe-partout, dans des teintes neutres.
- Un sens du placement hyper-développé.
- Aucun signe ostentatoire de quoi que ce soit (à part une montre qui me fait bander depuis des lustres  :o )
- Un ton de voix calme, posé et pourtant rempli d'une "saine" assurance (le gars qui sait ce qu'il fait, dit et veux par opposition à celui qui veut en mettre plein la vue sans savoir ou il va).
- ...


Par contre, pour ceux qui connaissent, vous trouvez pas que justement avec ce gentleman, on SENT tout de suite à qui l'on a faire??
Je sais pas bien comment définir ça, mais la première fois que je l'ai rencontré, je me souviens m'être dit, presqu'instinctivement "put**n, lui, c'est un morceau..."
Une espèce d'aura, de présence qui se dégage...

Donc oui, au milieu d'une foule, il passerait innaperçu...
Par contre, j'ai l'impression que simplement en lui adressant la parole, quelqu'un qui à un peu l'habitude sentira directement que ce n'est pas le quidam de base....
Peace,

Eric.
*********************************
"...everyone's got their path brother.... choose wisely." - R. Dimitri
"La "baffe de gitan" j'imagine la grosse baffe de cow boy : c'est un moyen de dialogue qui peut permettre la syntonisation." - Kilbith


http://www.acdsbelgium.org/

12 novembre 2008 à 21:27:10
Réponse #53

Pierrot


Citer
Apparemment ce monsieur de dos représente un repère pour les gens qui le connaissent ;
Si je ne me trompe pas de personnage ( si c'est bien celui auquel je pense je ne l'ai vu qu'une fois) il est effectivement absolument passe partout.

En apparence tout du moins.....

12 novembre 2008 à 21:32:37
Réponse #54

crotale


Donc oui, au milieu d'une foule, il passerait innaperçu...
Par contre, j'ai l'impression que simplement en lui adressant la parole, quelqu'un qui à un peu l'habitude sentira directement que ce n'est pas le quidam de base....

Et si ce quelque chose était un mélange de crainte et de respect :lol:

A vrai dire les gens remarquables ont quelque chose à communiquer à ceux qui savent les observer. Cela peut s'appeler charisme, aura, chi, énergie, essence....; Mais à condition d'avoir les antennes pour le percevoir ou tout du moins se dire "tiens, comme c'est étrange ce ressenti..." et de chercher pour comprendre ensuite.

Pour en revenir au "grey man", je dirai que cela correspond essentielement au biotope, à la symbiose que l'on peut savoir faire avec un environnement. Et pour en revenir au grand père ;D avec le bob, des pieds à la tête il est identifiable pour ceux qui cotoient les mêmes environnements.

@ Rico, trés belle montre en effet, monsieur a du goût ;)

« Modifié: 12 novembre 2008 à 21:41:57 par crotale »
http://fredbouammache.blogspot.com/    "Qui s'instruit sans agir, laboure sans semer !"

"Finir est souvent plus difficile que commencer". Jack Beauregard.

12 novembre 2008 à 21:33:58
Réponse #55

** Mathieu **


- Un sens du placement hyper-développé.

Merci d'avoir développé  :up:

Tu pourrais en dire un peu plus sur ce point, cela m'intéresse...

 :)

12 novembre 2008 à 21:40:20
Réponse #56

sharky


Par contre, j'ai l'impression que simplement en lui adressant la parole, quelqu'un qui à un peu l'habitude sentira directement que ce n'est pas le quidam de base....

Oui, où alors juste en lui serrant la main  :lol: :lol:
Je me faisais la même réflexion concernant l'aura du personnage mais bon on a un minimnu de préparation et là un oeil un petit peu averti remarque assez vite le personnage.
Je n'avais jamais vu de photos de lui avant de le rencontrer mais parmi les 40 personnes présentes, je me suis toute suite: c'est lui.
Me trompais-je ?

Stéphane
''what you learn in the afternoon must work for you that evening in the parking lot" Kelly Mc Cann

"despite what your mamma told you, violence does solve problems." Ryan Job

12 novembre 2008 à 21:40:42
Réponse #57

crotale


La tenue vestimentaire, l'attitude, le placement corporel sont autant de signaux de lecture à prendre en considération.

Aux regards du quidam, rien n'est remarquable, mais le public "averti" saura distinguer les signes extérieurs d'une quelconque appartenance à un groupe, à une classe, que ces signes soient ouvertement exprimés ou non...ce sont des signes de reconnaissance, conscients ou inconscients :)
http://fredbouammache.blogspot.com/    "Qui s'instruit sans agir, laboure sans semer !"

"Finir est souvent plus difficile que commencer". Jack Beauregard.

12 novembre 2008 à 21:41:47
Réponse #58

Eric Lem


Merci d'avoir développé  :up:

Tu pourrais en dire un peu plus sur ce point, cela m'intéresse...

 :)

Ca aussi c'est assez difficile à expliquer...

En fait, depuis que je le connais, on a un petit jeu... j'essaie de le prendre en défaut...
Jusqu'ici sans succès...  :'(

Par contre lui, il a quand même réussit à tirer ma gazeuse dans ma poche sans que je l'aie vu arriver ET à éviter le coup de coude réflexe que j'ai balancé immédiatement...
Comme si il savait exactement quelle serait ma réaction et ou il devait se tenir pour ne pas être inquiété...

Un autre exemple, au resto... le temps que je détermine à quel endroit je dois me placer pour avoir une bonne vue sur mes environs (et avec l'habitude, je vais plutot vite), ben lui, il est déjà assis à cette place...

Tu vois le genre?

@ Rico, trés belle montre en effet, monsieur a du goût ;)

Et je plains le pickpocket qui essaiera de lui faucher...

Evidemment que j'ai du gout... j'ai même lu Protegor  ;)
Peace,

Eric.
*********************************
"...everyone's got their path brother.... choose wisely." - R. Dimitri
"La "baffe de gitan" j'imagine la grosse baffe de cow boy : c'est un moyen de dialogue qui peut permettre la syntonisation." - Kilbith


http://www.acdsbelgium.org/

12 novembre 2008 à 21:50:02
Réponse #59

** Serge **


Aucun signe ostentatoire de quoi que ce soit (à part une montre qui me fait bander depuis des lustres. 

Voilà un exemple excessivement intéressant.
Chaque fois ( je dis bien, chaque fois ) que j'ai nommé la Rolex submariner sur le forum de David, il y a toujours eu une ou des réaction(s) mettant en exergue le danger excessif à porter un objet d'un tel luxe, quotidiennement, dans tous les contextes.

Or, le monsieur au Bob, mon papa, mes oncles et parrain, et moi-même portons ( portions ) celle-ci, partout et tout le temps. Sans connaître le moindre problème.

C'est une illustration pragmatique de ce que peut être un grey man, de ce qu'il peut réaliser.

Un début de réponse à Mat', dans le désordre, et brièvement. Pour susciter la réflexion :

* apparat vestimentaire
* langage parlé
* langage corporel
* comportementalisme ( voire, éthologie, si l'on considère que nous sommes à peine le plus évolué des grands singes )
* capacité au dialogue, ou à la retenue
* diplomatie
* dons d'acteur
* générosité
* écoute ( dans tous les sens du terme )
* partage
* sens de l'humour, de la dérision
* approche philosophique de l'existence
* ouverture, perméabilité
* capacité à se fondre, rythmiquement
* sens aigu de l'observation
* capacité à " respirer selon le poumon local "
* respect de l'autre, et de soi
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

12 novembre 2008 à 22:05:57
Réponse #60

** Mathieu **


Aux regards du quidam, rien n'est remarquable, mais le public "averti" saura distinguer les signes extérieurs d'une quelconque appartenance à un groupe, à une classe, que ces signes soient ouvertement exprimés ou non...ce sont des signes de reconnaissance, conscients ou inconscients :)

Certes, mais tous les signes sont modifiables, interchangeables, c'est un travail d'acteur, et c'est finalement aussi le gros morceau de Be the Grey Man après il faut bien distinguer cela de l'identité : il s'agit ici de camouflage...

J'aimais bien la remarque de David qui disait que dans certains cas il peut-être utile de passer pour plus faible ou plus bête que ce que l'on est pour ménager un avantage tactique...

----------------------------------------------------------------------

Au niveau neurologique il y a un circuit avec ce que l'on appelle je crois (faut que je retrouve la référence) les neurones miroirs ;
un circuit qui permet d'afficher les mêmes modifications physiologiques en quasi-temps réel que le sujet observé/imité...
C'est ce qui explique qu'un groupe puisse à la suite d'un évènement ponctuel X afficher la même expression...

Plus globalement on est programmé pour imiter ;
quand on passe pas mal de temps avec une personne on finit par partager sa syntaxe et ses expressions, son rythme d'élocution, etc.
Il suffit que l'on ait inconsciemment accepté cette situation...
Sinon cela restera un jeu d'acteur de second ordre...

Les infiltrés doivent travailler ça ; si vous avez des infos...
« Modifié: 16 novembre 2008 à 18:33:25 par Mathieu »

12 novembre 2008 à 22:11:19
Réponse #61

sharky



Salut,

Il faut aller faire un tour du côté de la sychronisation en PNL.

Stéphane
''what you learn in the afternoon must work for you that evening in the parking lot" Kelly Mc Cann

"despite what your mamma told you, violence does solve problems." Ryan Job

12 novembre 2008 à 22:16:26
Réponse #62

crotale


Voilà un exemple excessivement intéressant.
Chaque fois ( je dis bien, chaque fois ) que j'ai nommé la Rolex submariner sur le forum de David, il y a toujours eu une ou des réaction(s) mettant en exergue le danger excessif à porter un objet d'un tel luxe, quotidiennement, dans tous les contextes.

Or, le monsieur au Bob, mon papa, mes oncles et parrain, et moi-même portons ( portions ) celle-ci, partout et tout le temps. Sans connaître le moindre problème.

C'est une illustration pragmatique de ce que peut être un grey man, de ce qu'il peut réaliser.

Un début de réponse à Mat', dans le désordre, et brièvement. Pour susciter la réflexion :

* apparat vestimentaire
* langage parlé
* langage corporel
* comportementalisme ( voire, éthologie, si l'on considère que nous sommes à peine le plus évolué des grands singes )
* capacité au dialogue, ou à la retenue
* diplomatie
* dons d'acteur
* générosité
* écoute ( dans tous les sens du terme )
* partage
* sens de l'humour, de la dérision
* approche philosophique de l'existence
* ouverture, perméabilité
* capacité à se fondre, rythmiquement
* sens aigu de l'observation
* capacité à " respirer selon le poumon local "
* respect de l'autre, et de soi

Faut vraiment être attentif aux mines d'infos qu'il peut semer le père Sergio, y'a matière à bosser :up:

Pour la Submariner et l'exemple que tu développes.

Je me demandais récemment, si le fait de porter au quotidien et en toutes circonstances ce type de montre (et encore je n'aborde pas la notion de symbolisme,...), n'engendrerait pas chez son porteur, une certaine façon de progresser et de prendre conscience de son environnement ?

Au delà de l'instrument, ce type de garde temps peut constituer un signe de reconnaissance, une monnaie d'échange, de troc,...Mais n'est-ce pas également une des meilleurs façon de s'éveiller aux risques encourus lorsque que l'on évolue parfois dans des milieus réputés risqués  et que l'on peut à tout moment attirer les convoitises, susciter des agressions, des vols ? A condition d'en prendre conscience bien entendu :)

Alors on devient en conséquence plus responsable et respectueux, attentif, sensible et plus....prêt pour au cas où ;D

Mes deux secondes


http://fredbouammache.blogspot.com/    "Qui s'instruit sans agir, laboure sans semer !"

"Finir est souvent plus difficile que commencer". Jack Beauregard.

12 novembre 2008 à 22:34:38
Réponse #63

straight8


euh...effectivement le post de Serge recentre bien sur ce que doit/peut être un "grey man" mais ce que j'ai plus de mal à comprendre c'est le but. Pour arriver à quoi en fait? devenir "gris" pourquoi? pour éviter l'agressivité? de la subir ou de la provoquer? pour vivre mieux dans une société qui produit cette agressivité?
si c'est çà, les théories de Lorentz seraient plutot de nature à nous décourager d'être invisible puisqu'il dit que ce type de comportement est inhérente au fonctionnements des groupes humains. Que l'agressivité nait d'un besoin : celui de faire perdurer le groupe en trouvant un bouc émissaire. Pour s'aimer "entre nous "on reserre les rangs en s'en prenant à celui qu'on désigne comme différent , (le plus faible ou celui qui a une couleur pas conforme etc.) Donc à quoi bon être "gris " si de toute façon tu es déja étiqueté comme "noir"? tu ne passera pas du tout inaperçu. Et on est toujours le noir de quelqu'un ou de quelques uns. De plus pour en revenir au signe ostentatoire, si tu n'en a pas on t'en donne un (l'étoile jaune, le triangle rose, la burka, les gros, les roux) bref,si çà tombe sur toi, c'est trop tard...

J'ai aussi l'impression qu'on mélange pas mal de comportements d'origine differents :
- l'agressivité d'un groupe donné vers un autre groupe (les sioux contre les pawnee, les tootsie contre les utus, serbes contre croates, psg contre marseille etc) qui peuvent avoir pour motif la survie du groupe, l'expansion territoriale, la conquete de richesses pour palier à un système économique imparfait (on réduit le voisin en esclavage parce que les cultures ou le commerce ne suffisent pas a nous nourrir)
- d'un individu vers un groupe (terrorisme, mass murder killer, fascisme etc)
- d'un groupe vers un individu ( le mouton noir, le paria etc) ce dont parle Lorentz.
- d'un individu vers un individu. Dans ce cas, il faut encore à mon avis faire des nuances entre l'agression (au sens large) qui s'adresse veritablement à la personne ou celle qui s'adresse à ce qu'elle représente : Le jeune, Le flic, Le bourgeois, Le prof etc.
de plus, qui est l'agresseur? quel est son état psychique? est il fou, bourré, fatigué, fanatique religieux? si on tombe sur un de ceux là, le fait d'être "gris" ne change rien non plus.
si être gris, c'est avoir un comportement générique de discrétion, d être camouflé dans le but d'éviter tout comportement humain néfaste, je me demande si le risque ne devient pas du coup de devenir parano et complètement stressé à force d'avoir toujours à l'esprit que l'on peut être une cible potentielle...
donc sur le but, si quelqu'un peut m'éclairer...
« Modifié: 12 novembre 2008 à 22:46:43 par elan noir »

12 novembre 2008 à 23:37:04
Réponse #64

** Mathieu **


Je me demandais récemment, si le fait de porter au quotidien et en toutes circonstances ce type de montre (et encore je n'aborde pas la notion de symbolisme,...), n'engendrerait pas chez son porteur, une certaine façon de progresser et de prendre conscience de son environnement ?

Au delà de l'instrument, ce type de garde temps peut constituer un signe de reconnaissance, une monnaie d'échange, de troc,...Mais n'est-ce pas également une des meilleurs façon de s'éveiller aux risques encourus lorsque que l'on évolue parfois dans des milieus réputés risqués  et que l'on peut à tout moment attirer les convoitises, susciter des agressions, des vols ? A condition d'en prendre conscience bien entendu :)

Alors on devient en conséquence plus responsable et respectueux, attentif, sensible et plus....prêt pour au cas où ;D

La montre comme ancre ou ancrage, intéressant comme lecture...

cela peut aussi à un moment donné être un moyen de détourner ou fixer l'attention - donc usage tactique...

------------------------------------------------------------------------------

donc sur le but, si quelqu'un peut m'éclairer...

Le débat est ouvert, il sera intéressant d'interroger la pertinence de la posture Be the Grey Man...

Mais perso ce qui m'intéresse en premier lieu c'est comment la mettre en oeuvre...

Pour le but, je ne suis pas sûr de répondre à ta question mais en ce qui me concerne cela se traduit par la formule que j'ai écrit plus haut :

Be the Grey Man = transparence = évitement de situations qui puent = moins de stress = plus de disponibilité = moins d'embrouilles ; un cercle vertueux duquel on ne peut exclure Murphy mais bon, ça il faut faire avec...

avec en prime une ouverture possible sur peut-être une manière plus humble et altruiste d'aborder la vie et les gens en général - sortie de l'ego-trip, etc.

------------------------------------------------------------------------------

Il faut aller faire un tour du côté de la sychronisation en PNL.

Oui, cela peut être utile dans certain contexte  :up:

Synchronisation PNL = méthode que l'on utilise pour établir rapidement un rapport (liens de confiance) avec notre interlocuteur, en harmonisant certains aspects de notre comportement avec ceux de l'interlocuteur : effet miroir du comportement de l'autre ;

Donc rapidement : la synchronisation en PNL ou en Hypnose = établir le rapport

établir le rapport = accompagner et refléter

on reflète l'expérience d'une personne lorsque l'on sait apparier notre comportement verbal et non-verbal au sien ;

Dans ce cadre là, le reflet non-verbal joue un rôle prépondérant car il permet de s'adresser plus directement à l'inconscient de l'interlocuteur ;

il s'agit de modifier de manière subtile certains signes et ce de manière discrète pour que cela n'arrive pas au conscient - je me synchronise avec toi mais tu ne t'en rends pas compte car je le fais discrètement...

cela demande de l'entraînement - comme toute technique...

Deux types de reflets non-verbaux :

- le reflet non-verbal direct.
Exemple : je respire au meme rythme que toi et aussi profondément ; même si tu ne t'en rends pas compte, cette intervention aura un impact important sur toi...

- le reflet non-verbal croisé. Dans ce cas on remplace une voie non-verbale par une autre.
Deux types de reflets croisés :
croiser à l'intérieur de la même voie : par exemple, je peux copier les mouvements de ta respiration, de ta poitrine qui se gonfle et se relâche, en faisant de légers mouvements de main ; même avec des mouvements de main très ténus, cette intervention sera efficace - d'autant plus que le mode de synchronisation est plus discret...
croiser en inversant les voies :    pendant que je te parle...    Je te regarde...    J'observe ta respiration...    et mon débit...    copie l'expansion...    et l'affaissement...    de ta cage thoracique. >> j'adapte mon débit oral au rythme de ta respiration - cela marche très bien aussi.

Une fois que l'on a bien accompagné le comportement de l'interlocuteur, qu'on l'a bien reflété et que l'on a établit le rapport durablement, on peut l'orienter - en procédant avec douceur et délicatesse...
C'est connexe au sujet, mais là on s'éloigne...

Les stratégies de synchronisation en PNL présentent donc un intérêt, au même titre que d'autres outils d'analyse évoqués plus haut par Yeror... (bon, perso je ne suis pas fan du tout de l'AT...) ; mais l'on est bien d'accord qu'on travaille là encore bien en amont de l'agression... C'est un travail de fond, en quelque sorte...

D'ailleurs il est clair je crois que Be the Grey Man n'est valable que loin en amont de l'agression - pour l'agression comme d'hab. on s'en tiendra au CFC et si pas moyen à la SD...


EDIT : evidemment le reflet ne se limite pas à la respiration, cela peut être le ton de la voix, les mouvements, etc. à chacun d'observer et d'adapter la technique à ce qui lui convient...
Pour ceux que ça intéresse, vous pouvez essayer avec vos proches par exemple ; déjà cela vous demandera de les observer un peu plus que d'accoutumée, cela vous permettra d'être plus attentif aux changements qui se produisent, cela élargira votre champ d'attention, et si vous arrivez bien à établir le rapport, cela devrait être assez agréable - enfin pour mon ressenti perso en tout cas... Refléter l'autre apporte beaucoup d'indications sur son expérience...
« Modifié: 16 novembre 2008 à 18:23:47 par Mathieu »

13 novembre 2008 à 01:10:07
Réponse #65

straight8


il y a peut être moyen de regrouper certains éléments de la liste suivant le domaine de compétence, les qualités que cela exige et "l'effet" recherché.
parce qu'il y a des choses qui relèvent selon moi soit:
- d'une stratégie: être discret, vigilant etc.

- de la diplomatie : éviter le conflit tout en cherchant à exprimer ses idées, avoir une attitude apaisante , permettre aux autres de s'exprimer mais garder son propre cap... faire coopérer des individus ensemble etc. pouvoir être un leader positif, pas despotique et se retirer de la place quand le but est atteint.

- de la psychologie: connaitre le fonctionnement de quelqu'un, comprendre ce qui se joue au niveau des relations dans un groupe. décrypter les enjeux, les conflits d'intérèt, les règles instaurées etc.
se comprendre soi pour connaitre ses limites, ses réactions suivant les situations etc. savoir se préserver et instaurer une distance dynamique avec les gens pour garder du recul par rapport aux situations. pouvoir être bien seul avec soi même mais au milieu des autres.

- de l'éthique personnelle : "donner et ne rien attendre en retour", être à l'écoute des autres etc.

ce qui se tient finalement assez bien parce que la stratégie, la diplomatie, et la psychologie sont des armes puissantes qui peuvent être dangereuses pour soi et les autres si l'on a pas un minimum d'éthique personnelle pour réguler leur usage.
cette idée de "grey man" me plait bien mais c'est l'oeuvre d'une vie!!! quand on est opérationnel on est pas loin de la tombe....
pi garder à l'esprit que des fois le caméléon peut devenir arc en ciel !(un bon lâchage, un bon gros délire sans rien controler çà fait du bien), sinon la vie serait bien triste.

13 novembre 2008 à 12:02:09
Réponse #66

emile


Dites-moi si je me trompe, mais ce ne sont pas des méthodes utilisées par tous les prédateurs, enfin des gens résolument offensif dont on retrouve les "exploits" dans les journaux?

13 novembre 2008 à 12:21:46
Réponse #67

moosecrossing


Dites-moi si je me trompe, mais ce ne sont pas des méthodes utilisées par tous les prédateurs, enfin des gens résolument offensif dont on retrouve les "exploits" dans les journaux?
comment ça? peut être au début mais il y a un moment ce prédateur dépassera l'attitude du grey man s'il veut "attaquer", n'est-ce pas?
ah oui dans ce cas c'est peut être une façon de passer inaperçu avant et après son attaque :)

je crois que cette attitude on l'a tous plus ou moins ici, à des degrés différents...

à mon niveau à 15 ans je croyais qu'il fallait toujours tout dire, être honnête pour ne pas s'enfermer dans une routine trop commune...
Puis aujourd'hui je me rapproche plus de cette logique du grey human. Je choisis mes mots et mes propos, ainsi que les interlocuteurs. Je ne dis plus toujours tout ce que je pense...

Pour moi ça passe tout d'abord par apprendre à garder ses réactions pour soi lors d'un évènement, d'une discussion que l'on n'approuve pas. S'éloigner en paix :)

13 novembre 2008 à 12:41:37
Réponse #68

DavidManise


Emile : tant que tu ne nous prêtes pas les mêmes genres d'intention qu'eux, tu ne te trompes pas ;)

Orignal Noir (sorry les élans c'est comme les congères, ça m'écorche la bouche, j'y arrive pas :-[) : je trouve tes réflexions extrêmement pertinentes.  Je vais donc tenter une réponse toute simple, qui n'est pas la norme et qui n'engage que moi.

Pour moi, être "l'humain gris" (pourquoi cadrer le truc au masculin, pour un truc qui est tout aussi utile pour les femmes que les hommes ?) c'est plusieurs choses à la fois.

1) la capacité et la maturité nécessaires à dépasser mes pulsions d'homme des cavernes.  Quand un mec m'insulte violemment pour chercher une réaction et une justification à son propre passage à l'acte, l'envie est souvent (encore) forte de mordre à l'hameçon et d'aller au charbon.  Il y a une partie de moi, le mâle alpha qui craint par-dessus tout de perdre son statut d'alpha, qui a envie d'éliminer physiquement le rival.  Le fait de comprendre tous ces mécanismes et de M'EN AFFRANCHIR, autrement dit de me marcher un peu sur les c*u!lles pour avoir un comportement adapté à mes objectifs de vie à moi, c'est être un humain gris.  C'est accepter de baisser un peu la tête et de m'excuser d'être un gros enc**é si ça peut m'éviter de devoir cogner/blesser un mec, et risquer la même chose, et d'être subitement enfermé dans une spirale merdique de suites judiciaires et/ou de vengeance à rallonge, etc.  Et si cette attitude de fausse soumission ne suffit pas, je conserve l'avantage de la surprise.  

2) la compréhension fine des mécanismes de la violence, et des types de violence, me permet de la reconnaître, de la comprendre, et parfois de la prévenir.  Je ne changerai pas la couleur de ma peau ni ma physionomie, ni mon origine.  Par contre j'éviterai de me balader en shorts et torse-poil devant la sortie de la mosquée, j'éviterai de gueuler Allah uh akhbar en montrant mon cul dans un rassemblement néo nazi, et à la sortie du match de foot hyper chaud PSG/OM, j'irai pas faire des doigts aux supporters du PSG en portant un maillot de l'OM, ou inversement.  En gros Lorentz a posé les bases d'une typologie qui réunit trois grands types de violence : violence de stigmatisation, violence territoriale, violence de prédation...  un comportement "d'humain gris" fera simplement en sorte de donner le moins de prise possible aux trois.

- éviter les territoires "hostiles" et si on doit y aller, se démerder pour ne pas être repérable.  Même les fourmis font ça en déguisant leurs phéromones pour aller piquer dans les nids des voisines.  Si le mâle alpha d'un bar décide que je lui fais de l'ombre et vient faire sa petite dance rituelle, j'ai encore le choix.  Je peux décider qu'il n'est plus le mâle alpha (auquel cas je sors de mon statut "gris" et je deviens un acteur très visible), et l'exploser.  Ou je peux comprendre l'enjeu et me soumettre symboliquement, puis me barrer.  Il reste alpha sur ses terres, il est content, et moi j'ai atteint mon objectif (pas d'embrouilles qui me foutent des bâtons dans les roues).

- connaître et comprendre de quelles stigmatisation on peut être la cible, et à partir de là soit gommer -- si possible et si on le souhaite -- les traits """""incriminants""""" (je mets plein de guillemets parce que les traits ne sont incriminants que du point de vue des gros connards qui stigmatisent, hein, nous sommes d'accord).  Concrètement pour moi ça a été de me raser les cheveux et de me faire pousser la barbe.  Deux traits que les indiens n'ont normalement pas, en tout cas pas dans les représentations de l'indien qu'on a.  Sans barbe et avec les cheveux longs, et surtout en été quand j'étais bronzé, c'était souvent chiant.  J'ai fait mes choix.  J'aurais aussi pu décider d'afficher ouvertement mon appartenance ethnique, de la renforcer, de m'affirmer moi-même.  J'ai opté pour la camouflage parce que c'était plus facile, et que ça me permettait justement de pouvoir fonctionner et atteindre mes objectifs à moi sans obstacle inutile.  

- comprendre à quel type de prédation on peut être confronté.  Moi, mâle peu fortuné de 125kg poilu, je risque assez peu d'être la cible d'un pervers sexuel (quoi qu'on sait jamais), ou la cible d'un braquage.  Pourquoi ?  Parce qu'encore une fois je suis "gris".  Je ne représente pas une cible attrayante, et en plus je suis une grosse menace potentielle...  bref un rapport risque/bénéfice pas intéressant pour un prédateur.

Bref, pour résumer...  Pourquoi être un humain gris ?  Parce que ça me permet d'arriver moins difficilement à mes fins dans le domaine public...  dans la rue, etc.

Après, dans la sphère professionnelle, et surtout dans la sphère privée, les règles et les principes que j'applique ne sont pas les mêmes.  Au contraire, je fais de mon mieux pour me rendre repérable, identifiable, et pour que les gens sachent ce que je pense, qui je suis, etc.  Sinon c'est vite chiant...

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

13 novembre 2008 à 13:23:47
Réponse #69

Kilbith


 Moi, mâle peu fortuné de 125kg poilu, je risque assez peu d'être la cible d'un pervers sexuel (quoi qu'on sait jamais),

Propos implicitement sexiste : tu exclus les "perverses sexuelles."  :closedeyes:


 :honte:  :lol:
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

13 novembre 2008 à 13:30:26
Réponse #70

emile


David: Comme je préside pas une Cour d'Assises, je juge pas (vous faites pas prendre quand même, les gars).

Par contre, je voulais mettre l'accent sur le manque de repère qui "oblige" l'individu à se donner des caractéristique visibles mais artificielles: Ca peut être le "gothique", mais ça peut être l'antillais qui se sent africain alors que ça fait 450 ans que son ascendance vit sur son île.
Comment demander à des gens de redevenir gris, alors que le port ostentatoire de signes d'appartenance est très récent?
En même temps, l'uniformisation galopante de l'humain sur la planète suscite des rejets de plus en plus épidermiques. Comment demander à des gens de ressembler à tout le monde alors que leur "survie" passe par une tenue ostentatoire, ce qui est illusoire mais tout compte fait c'est ça qui leur apporte un prestige, le regard des "femelles", bref ça les confortent sur leur territoire, bien qu'ils ne pourront s'empêcher d'aller ailleurs avec cet état d'esprit.
La démarche pour devenir un "grey man " est naturelle, notamment en période de danger (cf. les résistants). Aujourd'hui, le danger est plus une notion de mauvais endroit au mauvais moment. c'est une violence plus ponctuelle, plus rare, mais aux dégâts tout aussi irreversibles.
Donc, comment inculquer aux masses cette démarche de bon sens, mais qui serait vue comme un refus d'identité?

13 novembre 2008 à 13:40:49
Réponse #71

DavidManise


David: Comme je préside pas une Cour d'Assises, je juge pas (vous faites pas prendre quand même, les gars).

Pas se faire prendre à quoi ?  A ne pas attiser la violence ?  A accepter de faire profil pas pour éviter les embrouilles au lieu d'être provocateur et de chercher la m*rde ?  

Je pense que t'as rien pigé à la démarche, Emile.  Sorry :closedeyes:

Citer
Par contre, je voulais mettre l'accent sur le manque de repère qui "oblige" l'individu à se donner des caractéristique visibles mais artificielles: Ca peut être le "gothique", mais ça peut être l'antillais qui se sent africain alors que ça fait 450 ans que son ascendance vit sur son île.
Comment demander à des gens de redevenir gris, alors que le port ostentatoire de signes d'appartenance est très récent?

Que les choses soient claires : On ne demande RIEN à PERSONNE.  On présente des outils et des trucs que chacun peut librement utiliser OU PAS.

Citer
En même temps, l'uniformisation galopante de l'humain sur la planète suscite des rejets de plus en plus épidermiques. Comment demander à des gens de ressembler à tout le monde alors que leur "survie" passe par une tenue ostentatoire, ce qui est illusoire mais tout compte fait c'est ça qui leur apporte un prestige, le regard des "femelles", bref ça les confortent sur leur territoire, bien qu'ils ne pourront s'empêcher d'aller ailleurs avec cet état d'esprit.

Chacun fait comme il veut.

J'ai eu ma période mâle alpha avec mon kilt, ma chemise à carreaux, mes rangers et mes cheveux longs hein.  Pas de slip sous le kilt hein.  -20 en janvier au Québec avec le vent et tout.  Même pas peur ;D

Ca répond à un besoin d'affirmation de soi qui est, je pense, une étape importante du développement sain d'un individu.  Il faut, je pense, finir par trouver le juste équilibre entre affirmation de soi et respect des autres...  pour finalement se sentir un jour soi-même accepté par les autres et finir par dépasser tout ça.  

Citer
La démarche pour devenir un "grey man " est naturelle, notamment en période de danger (cf. les résistants). Aujourd'hui, le danger est plus une notion de mauvais endroit au mauvais moment. c'est une violence plus ponctuelle, plus rare, mais aux dégâts tout aussi irreversibles.
Donc, comment inculquer aux masses cette démarche de bon sens, mais qui serait vue comme un refus d'identité?

Nous n'inculquons pas.  Nous n'avons PAS vocation à convertir ou à prêcher, ou à sauver le monde.  On discute, là.  On fait passer nos nos réflexions, nos discussions publiques, sans plus.

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

13 novembre 2008 à 13:42:03
Réponse #72

lambda


Comment demander à des gens de redevenir gris, alors que le port ostentatoire de signes d'appartenance est très récent?
En même temps, l'uniformisation galopante de l'humain sur la planète suscite des rejets de plus en plus épidermiques. Comment demander à des gens de ressembler à tout le monde alors que leur "survie" passe par une tenue ostentatoire, ce qui est illusoire mais tout compte fait c'est ça qui leur apporte un prestige, le regard des "femelles", bref ça les confortent sur leur territoire, bien qu'ils ne pourront s'empêcher d'aller ailleurs avec cet état d'esprit.
La démarche pour devenir un "grey man " est naturelle, notamment en période de danger (cf. les résistants). Aujourd'hui, le danger est plus une notion de mauvais endroit au mauvais moment. c'est une violence plus ponctuelle, plus rare, mais aux dégâts tout aussi irreversibles.
Donc, comment inculquer aux masses cette démarche de bon sens, mais qui serait vue comme un refus d'identité?


Je pense que justement, on a pas a "inculquer" ou enseigner... c est un peu chacun qui voit midi a sa porte, c est une demarche perso qui s enclenche sur un besoin que chacun definit perso (ex pour moi, c est eviter les emmerdes, economiser de l energie pour des choses vraiment importantes a mes yeux, conserver toutes mes options d actions pour plus tard...).

Ca n a rien de dogmatique ou d ideologique, c est du choix perso...
si la personalite d une personne fait que tout se passe bien, en la demarquant du groupe et que elle sait exprimer ses idees et, parfois les faire accepter en etant "charismatique" et en marquant les esprit de son entourage, sans declencher d hostilites ou autres, ben y a aucune raison de chercher a devenir "gris".  roulez jeunesse...

enfin bon...  :-[

a+,
Lambda

ps: ah, grille par David...  ;D
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

13 novembre 2008 à 14:08:48
Réponse #73

emile


Ma première phrase était une connerie, une boutade. Je me doute bien que je m'adresse à des gens sains, pas un cercle de pervers.

Ma question portait sur le fait que la "grey man attitude", n'est pas officiellement mise en valeur, comme la prudence au volant.
Il ne s'agit pas d'obliger, mais d'informer le plus grand nombre dans un domaine qui peut, aussi, sauver des vies.

Serge: Fairbairn and Sykes, trop bon.

13 novembre 2008 à 15:10:17
Réponse #74

emile


Fairbairn and sykes est devenu un nom générique définissant la célèbre dague anglaise destinée aux commandos de Sa Majesté.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité