Nos Partenaires

Auteur Sujet: Be the Grey Human = arrêter de marquer le territoire  (Lu 50061 fois)

14 novembre 2008 à 15:32:57
Réponse #100

Chris-C


Citer
Vous en connaissez beaucoup qui:

- Affichent ostensiblement des symboles
- Ont toujours raisons
- Rendent justice
- Sont démonstratifs
- Très visible
- N'écoutent que eu même
- Cherchent les conflits
- Sont intrusifs

salut,

heu.... j'ai bien une idée mais on peu pas parler politique sur le forum  :lol:  :nana:


il court, il court le Plumok..........


14 novembre 2008 à 15:37:38
Réponse #101

pieton


Le grey man c'est une technique de camouflage. Que tu sois capable de plier le mec derrière très bien, mais ça n'a rien à voir: au contraire, plus t'es faible, plus t'as besoin de la pratiquer, de toute façon, tu peux être tous les lions du monde, tu tomberas toujours sur quelqu'un de plus balaise que toi, que ce soit Chuck Norris en balade ou l'intégralité du Kop de Boulogne à la sortie d'une défaite 4-0 contre l'OM.

L'idée c'est qui si ton bus est arrêté par une patrouille de miliciens serbo-tchétchènes et qu'ils alignent tout le monde et qu'ils décident d'en descendre deux pour l'exemple, ils choisissent quelqu'un d'autre que toi.
« Modifié: 14 novembre 2008 à 15:54:11 par pieton »

14 novembre 2008 à 16:17:30
Réponse #102

moosecrossing


dans la liste je dirais aussi l'observation.. Pour prévoir éventuellement les réactions des autres, prévenir une situation qui s'envenime, et ainsi de suite.

14 novembre 2008 à 16:38:48
Réponse #103

Moleson


L'idée c'est qui si ton bus est arrêté par une patrouille de miliciens serbo-tchétchènes et qu'ils alignent tout le monde et qu'ils décident d'en descendre deux pour l'exemple, ils choisissent quelqu'un d'autre que toi.

En gros c'est cela.
Quoique dans ma vision des choses, on est pas dans le bus et de plus les miliciens serbo-tchetchènes ou autre qui m'en veulent ou à ma famille risquent de souffrir de saturnisme.

Bon là je m'égare et c'est de la fiction.

Mais David Manise résume le problème.

A distance cela marche sous-condition que l'on n'aie pas un profil trop marqué, genre légionnaire par exemple. Ou comme un agent de sécurité que je connais, qui est large comme une armoire à le nez cabossé et les oreilles en chou-fleur, lui tu peux le mettre sous une burka tu as toujours l'impression d'avoir un char d'assaut en face de toi.

De près c'est cuit. A partir de ce moment il faut juste essayer de transmettre le message viande difficile à digérer, sans faire monter le taux de testostérone de l'autre.
Là ca devient difficile, et je ne sais pas vraiment comment faire.
C'est bien pourquoi je suis un adepte de l'évitement et d'écouter ce que te dit ton ventre (ce sentiment bizarre qu'il y a un truc dans l'air et que ailleurs il fait nettement mieux vivre :glare:)

Pour moi le camouflage me sert à ne pas être repéré et d'avoir le temps de prendre une décision quand à rester ou partir. Et mon camouflage c'est d'être moi même.
Un bon test est d'ailleurs de voir si l'on se fait contrôler régulièrement (avion, douane, barrage de police) ou si l'on fait partie des personnes qui ne sont jamais contrôlée.

Après si l'on veut aller plus loin on entre dans l'ingénierie sociale, qui a en règle général des buts inavouables. (Cf la jolie filje à Barcelone, dont le but était probablement de m'attirer dans un coin sans grand monde, pour que le petit copain puisse s'occuper de mes poches).

Moléson

14 novembre 2008 à 17:01:57
Réponse #104

** Mathieu **


Moleson : je suis en partie d'accord avec toi ;
la liste a simplement pour but d'essayer de cerner ce qui peut décrire une attitude de Grey Human dans un cadre urbain de la vie de tous les jours pour le citoyen lambda - fort ou faible, homme ou femme, petit ou grand, etc. peu importe...

Vos réflexions sont très intéressantes  :up:

la liste permet à chacun de voir ce qui peut être utile, s'il y a des angles à arrondir, etc.
Chacun pioche ce qui lui semble intéressant et si vous savez déjà appliquer la majorité de ce qui est listé et bien c'est super  :up:
Mais peut-être alors que vous pouvez aussi accéder à des détails importants que ceux qui maîtrisent moins bien pourraient gagner à connaître ?

Je suis en train de compléter la liste, réorganiser à partir de tout ce qui a été dit et déjà je me rends compte qu'il y a des segments différents auxquels la stratégie de camouflage s'applique...
C'est vraiment riche d'enseignement je trouve  :up:

si l'on veut aller plus loin on entre dans l'ingénierie sociale, qui a en règle général des buts inavouables.

bein ça peut fonctionner aussi dans l'autre sens : essayer de comprendre ce qui se passe pour le changer ou l'éviter...

 ;)


merci pour cette synthèse Mathieu, c'est du boulot  :doubleup:

merci ;  remercions aussi tout ceux qui ont participé à l'élaboration du sujet  :up:
force est de reconnaître que la liste s'est grandement enrichie et élaborée grâce à la participation de chacun  :up:

d'ailleurs il ne s'agit pas d'une synthèse mais plutôt d'un récapitualtif...

Je n'ai fais que récapituler ce qui a été dit en utilisant les propositions de Serge  :love: pour organiser le tout...

Par exemple, il faudrait peut-être établir une hiérarchie, un ordre d'importance des données listées "ce par quoi il faut commencer", etc.

compléter les listes et les illustrer d'exemples (on en a déjà quelques-uns)

Il doit - je n'en doute pas - y avoir beaucoup d'autres points à ajouter, définir, modifier donc n'hésitez pas à intervenir, exposer votre opinion, faire partager votre expérience...

Merci   :up:


EDIT : pour la synthèse se reporter au premier post du sujet de discussion : http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,12791.msg198128.html#msg198128
« Modifié: 16 novembre 2008 à 18:36:25 par Mathieu »

14 novembre 2008 à 17:54:26
Réponse #105

DavidManise


Je trouve que ça sent le wiki ce truc, pas vous ? :)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

14 novembre 2008 à 18:44:44
Réponse #106

Arvernos


Je trouve que ça sent le wiki ce truc, pas vous ? :)
David
Si, si David, mais justement, preuve d'une anticipation efficace, Mathieu avait prévu le coup, si je puis dire  ;) :
A terme si on débouche sur une liste assez importante ou complète, je l'éditerai et proposerai éventuellement sa wikification, c'est l'idée...

signé : un lecteur attentif et grisonnant (des cheveux), qui va tenter de retenir quelques préceptes pour grisonner davantage  :).
Se mettre en évidence est à la portée du premier venu. Mais il faut beaucoup de talent pour passer inaperçu.
                                            Robert Heinlein, Double Etoile

Il n'y a guère d'homme assez habile pour connaître tout le mal qu'il fait.
                                                                 François de La Rochefoucauld

Quand on n'a aucune chance... alors il faut la saisir !

14 novembre 2008 à 22:28:36
Réponse #107

Rod


Très bien pondue la synthèse! :up:

Je crois au contraire, que le vêtement est un vecteur important d'adaptation et qu'il doit être étudié avec soins.

Bien sur pour le mode de vie et le job de Rod, pas de problème pour s'habiller comme il le fait. D'ailleurs, en mode loisirs, je suis à peu de choses près habillé pareil. Par contre, pour le taf pas moyen, j'adapte alors avec une tenue passe partout : pantalon, chemise et veste habillées sans cravate la plupart du temps pour plus de proximité avec mes équipes et collègues , mais la cravate est dans le placard au cas où je doive assister à une réunion importante imprévue.
Ben ouais mais les situations professionelles rentrent pour moi dans la catégorie des choix tactiques... Je n'arrive pas à un entretien d'embauche en bob, pantalon cargo et veste multicam...:lol: Il est clair que celui dont le look prévaut absolument sur tout finira par avoir des problèmes au niveau de son interaction sociale... Ce serait comme vouloir rentrer torse nu dans un lieu ce culte parce qu'on aime pas porter des T-shirts en vacances... ;D

15 novembre 2008 à 09:06:41
Réponse #108

bison solitaire



Vous en connaissez beaucoup qui:

- Affichent ostensiblement des symboles
- Ont toujours raisons
- Rendent justice
- Sont démonstratifs
- Très visible
- N'écoutent que eu même
- Cherchent les conflits
- Sont intrusifs



Là je ne capte pas. Oui autour de moi (pas en permanence) il y a des personnes comme le type au bob. Mais dans le cadre de l'entrainement hebdomadaire je vois toute les nuances en partant de l'homme au bob et arrivant à l'artisan bedonnant de >60ans qui ne ressemble pas à ce qu'il sait faire.
Le reste du temps comme toute les autres personnes j'ai une vie sociale normale avec une interaction dans le cadre de mon métier avec Madame et Monsieur tout le monde.

Moleson

alors pour la liste "à l'envers", oui j'en connais énormément!!!

Et là où tu captes pas, ben je te donne un exemple: je vis en région parisienne et quand je me balade en ville ou dans les transports j'aurais tendance à dire que 90% des gens sont des kebabs.
Lorsque j'allais au dojo, je me disais que 40% des gens sont des kebabs.
Quand je reçois des gens dans le cadre de mon boulot, je me dis que 99,99% des gens sont des kebabs.
Tout ça pour dire que notre perception des choses est souvent faussée par rapport au milieu dans lequel nous sommes. Si tu évolues dans un milieu où il n'y a que des grey human et des gens qui s'intéressent aux grey humans, tu auras tendance à penser que nombreux sont les personnes qui partagent nos préoccupations.

15 novembre 2008 à 11:26:29
Réponse #109

Moleson


alors pour la liste "à l'envers", oui j'en connais énormément!!!

Et là où tu captes pas, ben je te donne un exemple: je vis en région parisienne et quand je me balade en ville ou dans les transports j'aurais tendance à dire que 90% des gens sont des kebabs.
Lorsque j'allais au dojo, je me disais que 40% des gens sont des kebabs.
Quand je reçois des gens dans le cadre de mon boulot, je me dis que 99,99% des gens sont des kebabs.
Tout ça pour dire que notre perception des choses est souvent faussée par rapport au milieu dans lequel nous sommes. Si tu évolues dans un milieu où il n'y a que des grey human et des gens qui s'intéressent aux grey humans, tu auras tendance à penser que nombreux sont les personnes qui partagent nos préoccupations.

Il y a certainement une différence entre nos perceptions dans la mesure ou j'habite dans un autre pays et de plus dans une région peu urbanisée, en rien comparable à la région parisienne.

Les urbanites n'ont pas encore complètement envahi mon espace vital :o

Et certainement la culture de la responsabilisation individuelle qui est d'une part propre au système politique/social suisse et d'autre part la ruralité favorise une attitude qui n'est pas uniquement passive face à l'adversisté quelque soit sa forme. Je pense aussi que le système de milice formate aussi un peu les gens. Il y a au moins 60% de la population homme qui à du une fois dans sa vie marcher 50km d'une traite, vivre dehors pendant 1 semaine dans des condition sub-optimale, fonctionner en groupe et dormir à 20 dans une chambre pendant 3-4 mois. Ce genre d'expérience même si elle n'est pas déterminante laisse des traces.

L'histoire du Kebab il faut la replacer dans son contexte. GHC voulait dire cela ne sert à rien d'apprendre des techniques de la mort qui tue si à l'intérieur on est un gentil mouton.
Ca c'est à usage personnel.
En faire une theorie ou l'on classe les personnes  en kebab et tigre, c'est le plus sur moyen de se planter. On ne sait jamais, au grand jamais avant d'avoir vu une personne en action.
Maintenant quand on rentre par exemple le matin dans un bus ou un métro on a tendance à voir 90% de kebab et s'est probablement complètement faux.

Quand je parle d'un Kebab, c'est transmettre cette impression de faire partie de cette masse anonyme et informe perçue comme un kebab, et je dis perçue pas étant du Kebab.

Que dans un cours/entrainement de SD ou de tir de défense l'impression Kebab diminue est logique vu le biais de sélection, inversément si l'on est assistant social.
Mais du moment que l'on n'est pas formaté 24h/24 dans une institution genre armée/force spéciale ou l'on vit et fréquente que des personnes semblables à soit même, je ne vois pas pourquoi la vision devrait être faussée.



Quand à connaitre beaucoup de personnes étant le anti- Grey-Man, c'est certainement une question de milieux et probablement d'âge. En plus au niveau privé ce genre de personnage m'énnerve rapidement et je n'ai aucune raison de perdre du temps avec.

Moleson

15 novembre 2008 à 11:43:13
Réponse #110

sharky


Salut,

Si je me souviens bien, Fred PERRIN a parlé du Kébab ici lors d'une discussion sur la nécessité de suivre des cours ou non de SD/SP...
Certains argumentaient sur le fait que l'on pouvait "retrouver" un état sauvage en cas d'agression et que donc des cours de SD n'étaient pas nécessaire.

Je suis assisant social, je n'ai pas l'impression d'être un mouton. Je suis les stages ACDS dès que je peux, j'aime les outils coupants et le tir de défense. C'est sûr que j'en parle pas trop aux collègues (100%féminine) au risque de passer pour un psychopate mais elles savent toutes me trouver quand leurs situtations partent en vrille.

Stéphane
« Modifié: 15 novembre 2008 à 12:22:00 par sharky »
''what you learn in the afternoon must work for you that evening in the parking lot" Kelly Mc Cann

"despite what your mamma told you, violence does solve problems." Ryan Job

15 novembre 2008 à 12:17:34
Réponse #111

Woodrunner


Je suis pas sûr que tout le monde arrive à passer pour un Grey man,...

Perso moi j'ai de la peine, trop grand, trop large, pas assez de cheveux (plus,... :glare:) je passe rarement inaperçu. J'ai donc arrêté de vouloir être discret,... en plus j'aime pô les sandales, les shorts, et les chemises à fleurs,...  ;)

Samedi passé après une semaine assez dure ( plus beaucoup de voix, les yeux cernés,...) je vais à la banque, je suis habillé assez relax (POUR MOI) , genre pantalon à poches beige (civil) et chemise à carreaux j'entre et dans la queue qui mène au guichet il y a une recrue en tenue de sortie un peu débraillé, avec l'air du gars qui porte l'uniforme par obligation et sans conviction, un jour plus tôt et dans l'exercice de ma fonction sur mes terres il aurait eu le droit à une gueulante (c'est les premières semaines faut qu'on les bouscule un peu pour qu'il soit à peu près correct dans quelques mois quand on aura moins de prise sur eux,... ::) ) Bref, je dis rien mais le gus à du sentir le courant d'air, il se redresse et corrige la tenue immédiatement et me regarde en coin genre : "il m'a pas vu, il m'a pas vu,...  ;D) pendant le reste du temps qu'on passera dans la même pièce,...

J'ai pourtant évité au maximum de le regarder, (après le premier regard habituel pour savoir à quoi j'avais à faire,... c'est de la déformation professionnel,...  ::) )  j'avais pas envie d'être l'homme de la semaine, j'étais au repos, pas motivé, je voulais juste profiter de mon week-end trop court,... je voulais tout sauf être identifié dans ma fonction habituel,...

Je me suis bien marré par après, un peu dépité quand même, j'arrive pas à être le grey man que je voudrais être parfois,...


Every citizen should be a soldier. This was the case with the Greeks and Romans, and must be that of every free state.
Thomas Jefferson
3rd president of US (1743 - 1826)

WOLWERINES!!!!!!!


"Une pomme par jour éloigne le médecin… pourvu que l'on vise bien."    

Winston Churchill

15 novembre 2008 à 12:46:20
Réponse #112

Patrick


Je suis assisant social, je n'ai pas l'impression d'être un mouton. Je suis les stages ACDS dès que je peux, j'aime les outils coupants et le tir de défense. C'est sûr que j'en parle pas trop aux collègues (100%féminine) au risque de passer pour un psychopate mais elles savent toutes me trouver quand leurs situtations partent en vrille.
Tout est relatif par rapport à ton environnement.
  • à l'ACDS tu es un grey man
  • en Suisse tu serais juste un citoyen qui apporte à la communauté et qui reste conscient de ses droits et responsabilité tout en étant lucideau sujet des limites de la société
  • en France tu es jugé comme un psychopate à 90 %, comme moi et bien d'autres ici
  • sur le forum comme un mytho pas au moins 50 %
  • en Russie tu serais peut être une tarlouze
  • dans certains états US un dangereux milicien
  • dans d'autres une saloperie de bolchevik qui donne trop à ces putains d'assistés

Tout est toujours relatif.

Mais au pire tu t'en gratte une sans réveiller l'autre, tu fais et assumes tes choix.

In fine, je pense que ceux qui n'ont pas pour habitude d'aimer s'enfouir la tête pendant qu'ils se font enfler l'oigne, te trouveront simplement un mec bien.  :)

15 novembre 2008 à 12:53:09
Réponse #113

bison solitaire


Il y a certainement une différence entre nos perceptions dans la mesure ou j'habite dans un autre pays et de plus dans une région peu urbanisée, en rien comparable à la région parisienne.

Les urbanites n'ont pas encore complètement envahi mon espace vital :o

Et certainement la culture de la responsabilisation individuelle qui est d'une part propre au système politique/social suisse et d'autre part la ruralité favorise une attitude qui n'est pas uniquement passive face à l'adversisté quelque soit sa forme. Je pense aussi que le système de milice formate aussi un peu les gens. Il y a au moins 60% de la population homme qui à du une fois dans sa vie marcher 50km d'une traite, vivre dehors pendant 1 semaine dans des condition sub-optimale, fonctionner en groupe et dormir à 20 dans une chambre pendant 3-4 mois. Ce genre d'expérience même si elle n'est pas déterminante laisse des traces.

L'histoire du Kebab il faut la replacer dans son contexte. GHC voulait dire cela ne sert à rien d'apprendre des techniques de la mort qui tue si à l'intérieur on est un gentil mouton.
Ca c'est à usage personnel.
En faire une theorie ou l'on classe les personnes  en kebab et tigre, c'est le plus sur moyen de se planter. On ne sait jamais, au grand jamais avant d'avoir vu une personne en action.
Maintenant quand on rentre par exemple le matin dans un bus ou un métro on a tendance à voir 90% de kebab et s'est probablement complètement faux.

Quand je parle d'un Kebab, c'est transmettre cette impression de faire partie de cette masse anonyme et informe perçue comme un kebab, et je dis perçue pas étant du Kebab.

Que dans un cours/entrainement de SD ou de tir de défense l'impression Kebab diminue est logique vu le biais de sélection, inversément si l'on est assistant social.
Mais du moment que l'on n'est pas formaté 24h/24 dans une institution genre armée/force spéciale ou l'on vit et fréquente que des personnes semblables à soit même, je ne vois pas pourquoi la vision devrait être faussée.



Quand à connaitre beaucoup de personnes étant le anti- Grey-Man, c'est certainement une question de milieux et probablement d'âge. En plus au niveau privé ce genre de personnage m'énnerve rapidement et je n'ai aucune raison de perdre du temps avec.

Moleson

Plutôt d'accord avec tout ce que tu dis.
Je précise juste que j'emploie le terme "kebab" dans un sens générique, en étant conscient qu'il a été retiré de son contexte de départ.
D'ailleurs je suis aussi d'accord avec ce que disent Woodrunner, Sharky et Patrick.
C'est pas encore un truc où on discute alors qu'on est tous d'accord?

15 novembre 2008 à 13:06:38
Réponse #114

bison solitaire


En d'autres termes, cela tourne à la grosse branlette  ;D

Bé maintenant que tu le formules comme ça  ;D.
Cela dit je trouve le fil super intéressant hein, ma remarque ne valait que pour cette petite aparté...

15 novembre 2008 à 13:09:30
Réponse #115

Moleson


Salut,

Si je me souviens bien, Fred PERRIN a parlé du Kébab ici lors d'une discussion sur la nécessité de suivre des cours ou non de SD/SP...
Certains argumentaient sur le fait que l'on pouvait "retrouver" un état sauvage en cas d'agression et que donc des cours de SD n'étaient pas nécessaire.


Il la sort certainement dans différente situations, mais là c'était pour clairement signifier que la technique ne suffit pas, mais bon on eu aussi droit à la différence entre le loup et le tigre.

Bon la citation au complet: On dit souvent que pour se battre, il faut réveiller la bête qui est en toi. Évidemment, si la bête qui se réveille s'avère être un mouton, il y a des grandes chances que tu finisses en kébab.

et une autre de lui que j'adore:  Il n'y a que les guerriers qui peuvent se permettre d'être pacifiques, les autres n'ont tout simplement pas le choix


J'adore le personnage, surtout quand il se lache un peu.

Moleson

15 novembre 2008 à 13:13:15
Réponse #116

sharky


Salut,

En fait, je vis assez bien avec mes "déviations" d'autant que celà m'a sauvé les miches quelques fois.

Il m'est arrivé un truc il y a quelques temps assez bizarre:
En "shopping" avec ma douce et mes deux loupiots, on rentre dans un autre magasin. Comme d'habitude, je rentre le premier avec 3 pas d'avance et je scanne l'ensemble du magasin, histoire de répérer des éventuels problèmes. Après, c'est aller très vite dans ma tête de l'ordre du 10 ème de seconde). Je repère un type et je me dis "fais gaffe, ce mec là, faut s'en méfier". Le temps que les neurones se connectent, je me suis trouvé coui**on car en fait j'étais en face d'un miroir et c'était ma propre image. :o :o
Je reprécise que celà s'est passé très vite, j'arrive encore à me reconnaître dans un miroir.

Incapacité à passer pour un grey men, hypervigilance, début de parano, j'avoue que je me suis la question et que je ne sais pas trop quoi en penser.

Voilà , j'ai fini ma flûte de mytho  :lol:

Stéphane
''what you learn in the afternoon must work for you that evening in the parking lot" Kelly Mc Cann

"despite what your mamma told you, violence does solve problems." Ryan Job

15 novembre 2008 à 16:18:58
Réponse #117

pieton


Quand je reçois des gens dans le cadre de mon boulot, je me dis que 99,99% des gens sont des kebabs.
Tout ça pour dire que notre perception des choses est souvent faussée par rapport au milieu dans lequel nous sommes. Si tu évolues dans un milieu où il n'y a que des grey human et des gens qui s'intéressent aux grey humans, tu auras tendance à penser que nombreux sont les personnes qui partagent nos préoccupations.
Juste comme ça le principe du Grey Man, c'est pas de se retenir de mettre du BlackTacticalWarHawk pour mettre juste du 5.11, le principe c'est que tu le reconnais pas des "Kébab", donc si toi dans ton "casual observing" tu l'a reconnu c'est que c'est un mauvais Grey Man, donc s'en est pas un CQFD.

16 novembre 2008 à 18:13:31
Réponse #118

** Mathieu **


BE THE GREY HUMAN

L'aptitude du Grey Human consiste à se fondre en un lieu, un temps et un environnement au-travers d'une stratégie globale adaptative.
L'apparence anodine ne suffit pas à répondre au concept de Grey Human.

Un Grey Human sera excessivement anticipatif, actif, agissant à priori.

Sa communication verbale et corporelle seront des outils qui l'aideront à se fondre dans un contexte. En aucune manière cette aptitude ne présupposera de la qualité fondamentale de son caractère.

Un Grey Human doit disposer d'une aptitude à la projection afin de calculer au mieux les probabilités d'évolution de situations constamment changeantes.

skills (strategy – tactics – artifice) - awareness - mindset



SKILLS : -------------------------------------------------------------------


Stratégies :

- à définir en fonction du contexte ;
ici :
Dans un cadre urbain de vie quotidienne pour un citoyen lambda :
Be the Grey Man = transparence = évitement de situations qui puent = moins de stress = plus de disponibilité = moins d'embrouilles


Qualités :

- anticipation, adaptation et pragmatisme pour tout le temps « mener le jeu »
- capacité de manoeuvrer très rapidement - tout en restant à couvert...
- crédibilité
- capacité à imiter
- capacité au dialogue, ou à la retenue
- diplomatie
- dons d'acteur
- écoute (dans tous les sens du terme)
- capacité à se fondre, rythmiquement
- capacité à « respirer selon le poumon local »
- un sens du placement hyper-développé
- capacité à improviser tout en restant crédible
- capacité à se synchroniser avec l'interlocuteur (synchronisation PNL : établir le rapport = accompagner et refléter)
- flexibilité comportementale


Tactiques :

- ne pas afficher ostensiblement de symboles
- faire profil bas
- dans certains cas il peut-être utile de passer pour plus faible ou plus bête que ce que l'on est pour ménager un avantage tactique
- aider sans contraindre
- éviter d'être trop démonstratif
- éviter de s'enfermer dans un cadre artificiel : le gars super cool, le gars agressif, le gars leader, etc.
- rester discret, casser sa présence
- essayer d'être invisible, inexistant, mais libre de toute contrainte et résultat
- toujours naviguer dans le sens du courant
- être arrangeant
- ne pas se faire remarquer, ne pas attirer l'attention sur soi
- paraître le plus faible possible pour être sous-estimé
- toujours chercher l'évitement du conflit sans jamais accepter de se faire défoncer le cul pour autant
- user du regard frontal avec parcimonie : le regard est déjà un moyen de pénétrer l'espace de l'autre, il faut donc veiller à ne pas se faire trop intrusif...
- respecter l'espace vital ou intime de l'autre, pas se coller à lui pour lui parler
- éviter qu'un conflit d'idée ne dégénère en conflit de personnalité
- être assertif (selon Searle) : rester concret, sur les faits uniquement, informer. En gros, quand des types dans la rue m'interpelle pour me demander une clope/de l'argent/l'heure, ma réponse reste courtoise et la plus neutre possible :
Non je ne fume pas/ pas de montre (et c'est vrai en plus), plus de monnaie (très souvent le cas)
avec un sourire, en regardant en la personne dans les yeux, en ralentissant mais sans m'arrêter. Pas d'autres commentaires
- être souriant, toujours sympa et plus qu'opérationnel.
- adopter une attitude toujours amicale et souriante (même quand le mec en face ne le mérite pas...)
- adopter un ton de voix calme, posé et pourtant rempli d'une "saine" assurance (le gars qui sait ce qu'il fait, dit et veux par opposition à celui qui veut en mettre plein la vue sans savoir ou il va).
- de la diplomatie : éviter le conflit tout en cherchant à exprimer ses idées, avoir une attitude apaisante , permettre aux autres de s'exprimer mais garder son propre cap... faire coopérer des individus ensemble etc. pouvoir être un leader positif, pas despotique et se retirer de la place quand le but est atteint.
- éviter les territoires "hostiles" et si on doit y aller, se démerder pour ne pas être repérable.  Même les fourmis font ça en déguisant leurs phéromones pour aller piquer dans les nids des voisines.  Si le mâle alpha d'un bar décide que je lui fais de l'ombre et vient faire sa petite danse rituelle, j'ai encore le choix.  Je peux décider qu'il n'est plus le mâle alpha (auquel cas je sors de mon statut "gris" et je deviens un acteur très visible), et l'exploser.  Ou je peux comprendre l'enjeu et me soumettre symboliquement, puis me barrer.  Il reste alpha sur ses terres, il est content, et moi j'ai atteint mon objectif (pas d'embrouilles qui me foutent des bâtons dans les roues).
- Quand quelqu'un essaye de t'embrouiller, lui raconter se qu'il veut entendre et ne plus le revoir
- ne pas entrer dans ce bar que je ne capte pas, ne pas prendre ce coté de trottoir car il y a un groupe que je n'aime pas, changer de rame quand on voit rentrer un groupe glauque, voir sortir, mais sans se faire repérer.
- rester dans le politiquement correct.


Artifice :

- langage parlé
- langage corporel
- apparat vestimentaire
- Des vêtements passe-partout, dans des teintes neutres.
- être discret
- la manière dont on "habite le vêtement". A mon avis, il faut surtout être en harmonie intérieure avec son style, et pas en guerre avec les autres. A partir de là, la tenue importe, mais de manière plus relative, et inversement, si on essaye de bricoler son apparence pour faire du low profile au forceps, ça pourra sonner faux.
- le vêtement est un vecteur important d'adaptation et il doit être étudié avec soins.
- le camouflage a ses limites et peut aussi être une manière de se faire repérer comme étant activement défensif et non pas agressif.  Bref la non-communication volontaire de signes ostentatoires est un signe ostentatoire du fait qu'on n'est pas ostentatoire.



AWARENESS : -------------------------------------------------------------------

Repérer :

- sens aigu de l'observation
- La tenue vestimentaire, l'attitude, le placement corporel sont autant de signaux de lecture à prendre en considération.
- être vigilant
- dévelloper des antennes à détecter les problèmes.


Connaître et comprendre :

- connaître la théorie des actes de langage
- comportementalisme (voire, éthologie, si l'on considère que nous sommes à peine le plus évolué des grands singes)
- la compréhension fine des mécanismes de la violence, et des types de violence, me permet de la reconnaître, de la comprendre, et parfois de la prévenir.  Je ne changerai pas la couleur de ma peau ni ma physionomie, ni mon origine.  Par contre j'éviterai de me balader en shorts et torse-poil devant la sortie de la mosquée, j'éviterai de gueuler Allah uh akhbar en montrant mon cul dans un rassemblement néo nazi, et à la sortie du match de foot hyper chaud PSG/OM, j'irai pas faire des doigts aux supporters du PSG en portant un maillot de l'OM, ou inversement.  En gros Lorentz a posé les bases d'une typologie qui réunit trois grands types de violence : violence de stigmatisation, violence territoriale, violence de prédation...  un comportement "d'humain gris" fera simplement en sorte de donner le moins de prise possible aux trois.
- connaître et comprendre de quelles stigmatisation on peut être la cible, et à partir de là soit gommer -- si possible et si on le souhaite -- les traits """""incriminants""""" (je mets plein de guillemets parce que les traits ne sont incriminants que du point de vue des gros connards qui stigmatisent, hein, nous sommes d'accord).  Concrètement pour moi ça a été de me raser les cheveux et de me faire pousser la barbe.  Deux traits que les indiens n'ont normalement pas, en tout cas pas dans les représentations de l'indien qu'on a.  Sans barbe et avec les cheveux longs, et surtout en été quand j'étais bronzé, c'était souvent chiant.  J'ai fait mes choix.  J'aurais aussi pu décider d'afficher ouvertement mon appartenance ethnique, de la renforcer, de m'affirmer moi-même.  J'ai opté pour la camouflage parce que c'était plus facile, et que ça me permettait justement de pouvoir fonctionner et atteindre mes objectifs à moi sans obstacle inutile. 
- comprendre à quel type de prédation on peut être confronté.  Moi, mâle peu fortuné de 125kg poilu, je risque assez peu d'être la cible d'un pervers sexuel (quoi qu'on sait jamais), ou la cible d'un braquage.  Pourquoi ?  Parce qu'encore une fois je suis "gris".  Je ne représente pas une cible attrayante, et en plus je suis une grosse menace potentielle...  bref un rapport risque/bénéfice pas intéressant pour un prédateur.
- se comprendre soi pour connaitre ses limites, ses réactions suivant les situations etc. savoir se préserver et instaurer une distance dynamique avec les gens pour garder du recul par rapport aux situations. pouvoir être bien seul avec soi même mais au milieu des autres.
- de la psychologie: connaitre le fonctionnement de quelqu'un, comprendre ce qui se joue au niveau des relations dans un groupe. décrypter les enjeux, les conflits d'intérêts, les règles instaurées etc.



MINDSET : -------------------------------------------------------------------


- générosité
- sens du partage
- sens de l'humour, de la dérision
- approche philosophique de l'existence
- respect de l'autre, et de soi
- ouverture, perméabilité
- ne pas chercher à avoir raison
- ne pas chercher à rendre justice
- rester humble
- ne rien attendre des autres en retour
- ne pas chercher à convertir
- être à l'écoute des autres
- être mesuré, pondéré, en toutes circonstances
- ne plus être esclave de son statut social ou de ses pulsions de primate
- ne pas oublier qu'une discussion n'est pas une course, ni une rencontre politique avec un temps de parole limité... bref apprendre à écouter sans interrompre...
- ne pas monter au créneau a tout bout de champ par principe et dresser la crête pour des babioles, même si on a raison...
- la capacité et la maturité nécessaires à dépasser mes pulsions d'homme des cavernes.  Quand un mec m'insulte violemment pour chercher une réaction et une justification à son propre passage à l'acte, l'envie est souvent (encore) forte de mordre à l'hameçon et d'aller au charbon.  Il y a une partie de moi, le mâle alpha qui craint par-dessus tout de perdre son statut d'alpha, qui a envie d'éliminer physiquement le rival.  Le fait de comprendre tous ces mécanismes et de M'EN AFFRANCHIR, autrement dit de me marcher un peu sur les c*u!lles pour avoir un comportement adapté à mes objectifs de vie à moi, c'est être un humain gris.  C'est accepter de baisser un peu la tête et de m'excuser d'être un gros enc**é si ça peut m'éviter de devoir cogner/blesser un mec, et risquer la même chose, et d'être subitement enfermé dans une spirale merdique de suites judiciaires et/ou de vengeance à rallonge, etc.  Et si cette attitude de fausse soumission ne suffit pas, je conserve l'avantage de la surprise. 
- Le Grey Human, c'est le sage taoïste. Il se fond dans son environnement et il craint comme la peste d'attirer l'attention sur lui. S'il fait le bien, il évite d'en recueillir le mérite, car le mérite fait des envieux,il essaie de paraître inutilisable, car se faire utiliser c'est se faire user, etc...  Comme dit un personnage de ce type qui regrette que sa réputation soit venue aux oreilles du roi : " Que mon nom soit connu parmi les princes montre que j'ai transgressé les enseignements de mon maître en révélant mes capacités. Cependant mon nom ne repose pas sur le fait que j'ai mésusé de ma force mais sur le fait que je sais l'employer."





------------------------------------------------------

GLOSSAIRE

STRATEGIE : art de combiner moyens et ressources en fonction des contingences ; Dans le cadre du Grey Human : ensemble d'étapes mentales et comportementales utilisées pour atteindre un objectif spécifique.
"L'établissement d'une stratégie exige : d'une part, l'estimation de probabilités de réalisation des éventualités susceptibles d'être retenues ; d'autre part, l'adoption d'une règle ou d'un indicateur de préférence permettant de classer les résultats escomptés par la mise en œuvre de différents scénarios." WIKIPEDIA

TACTIQUE : Contrairement à la stratégie qui a un objectif global et à plus long terme, la tactique a un enjeu local et limité dans le temps. WIKIPEDIA

COMPORTEMENT : Attitude physique et réactions que nous choisissons d'avoir pour interagir avec les autres et avec l'environnement. WIKIPEDIA

CAPACITE : Maîtrise de toute une gamme de comportements/savoir-faire. WIKIPEDIA

ENVIRONNEMENT : Le contexte extérieur dans lequel s'opère notre comportement. L'environnement est perçu comme "en dehors" de nous, et ne fait donc pas partie de notre comportement mais plutôt de quelque chose à quoi nous devons réagir. WIKIPEDIA

IDENTITE : Le sens de qui nous sommes. Le sens de notre identité structure nos croyances, nos capacités, ainsi que nos comportements en un seul système. WIKIPEDIA
« Modifié: 20 novembre 2008 à 19:17:37 par Mathieu »

18 novembre 2008 à 09:35:37
Réponse #119

yeror


Super synthèse Mathieu  :doubleup:

Je voudrais à mon tour essayer de résumer certaines remarques de ce topic qui m'ont fait m'interroger.
A lire les différentes interventions, j'ai l'impression que, en gros, on peut classer les gens en deux catégories (tiens ça me rappelle un truc) :

- les gens dangereux
- les autres : "les moutons"

Dans la 1ère catégorie, on peut encore diviser entre :

- les dangereux visibles : mâle alpha, mâle dominant ostentatoire
- les dangereux "camouflés" : mâle dominant non ostentatoire (pour reprendre la terminologie de neurocombat, je crois)/ grey (hu)man

Tout l'intérêt de la question de Mathieu, toujours si j'ai bien compris, c'est de donner un ensemble de techniques/comportements/etc...  habituellement utilisés par les grey men pour que les "moutons" se camouflent afin d'assurer leur self protection.

Après mes catégories valent ce que valent des catégories, càd elles sont très limités.

Comme le faisait remarquer je ne sais plus qui sur ce topic, on ne peut pas vraiment savoir si un individu jugé non dangereux, ne l'est finalement pas en situation.

Du coup, je me suis demandé finalement à partir de quoi on jugeait un individu dangereux ? Est-ce ses connaissances, sa musculature, son comportement,...
Peut-être un peu de tout ça mais au bout du compte, c'est sa capacité de nuisance. Même si on ne prend que la catégorie des moutons, j'imagine qu'il y en a toujours un (ou plusieurs) qui vont se révéler plus agressifs et dangereux pour leur congénère. En bref, la dangerosité est relative au groupe d'individu auquel on appartient.

De même, on considère qu'un mâle alpha est dangereux. Chez les humains, pourquoi est-il alpha ? Parce qu'il a une grosse voiture, une grosse montre, parce qu'ils gueulent plus fort que les autres... ? En gros à l'anti grey man. Pour répondre à Moleson là dessus, oui j'en connais et j'en ai connus. Et dans la vie quotidienne on est obligé de se les farcir, on ne peut pas toujours les éviter.
Chez les animaux, je crois qu'il y a souvent un combat ou une parade pour déterminer cela. Chez les humains, j'ai l'impression qu'on s'en tient à la parade, du visuel, de l'esbrouffe.
[Je ne vois pas de mâle alpha dans un groupe d'individus armés qui s'attaquent à une personne mais plutôt un groupe de hyènes.]
Après qu'elle est l'intérêt de laisser à ces mâles alpha leur statut ? On sera tous d'accord pour dire que cela dépend de la situation (le bar, la rue, le boulot, ...) et bien sûr de sa propre capacité à gagner le combat ou la parade.
A ceux qui renverseront la question en demandant quel est l'intérêt de virer le mâle alpha de sont statut ? Je dirais que le but est de ne pas se laisser enc*** par le mâle dominant. Ce qui est quand même un des attributs principaux de leur pouvoir de ces derniers. Pour bien préciser, le mâle dominant, d'après moi, l'est sur un territoire donné et fermé. Et qu'il n'est pas toujours possible de sortir de ce territoire. C'est possible dans un bar, pas forcément dans la rue, très difficilement dans le boulot, à l'école ou dans n'importe quelle institution fermée.

Je m'aperçois que mon message s'allonge et que je dérive, désolé si cela fait du bruit. En vous soumettant ces quelques réflexions, je voulais voir si j'avais bien compris les différentes positions énoncées des uns et des autres et aussi éclaircir certains points pour moi.

Merci de votre compréhension et de vos critiques

Yeror



18 novembre 2008 à 19:52:19
Réponse #120

** Mathieu **


HS

Un sujet connexe : le comportement, ses bases fonctionnelles et biologiques


L'excellente émission du Professeur Olivier Lyon-Caen sur France-culture : Avec ou sans rendez-vous
http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/avecousans/
émission disponible en podcast pendant une semaine...


émission du mardi 18 novembre 2008

Avec ou sans rendez-vous
traite aujourd’hui du comportement, de ses bases fonctionnelles et biologiques.

Par comportement, on entend l’ensemble des réactions que l’on peut observer chez un individu à un moment donné.

Quelles sont les bases des comportements, élémentaires et élaborés ? Comment peut-on les étudier ? En démonter les mécanismes ?

Ce sont à ces questions que nous allons répondre cette semaine. La semaine prochaine, et toujours sous un angle anatomique et biologique, nous traiterons des troubles du comportement.

Nos invités sont le Professeur Bruno Dubois, Neurologue, responsable du Centre des Maladies Cognitives et Comportementales à l’Hôpital de la Salpêtrière, et le Professeur Richard Levy, Chef du service de neurologie à l’Hôpital Saint-Antoine. L’un et l’autre sont professeurs à l’Université Pierre et Marie Curie et membres de l’unité INSERM U 610 consacrée à l’étude du comportement et de ses troubles.


Biblio :

Les comportements humains : éthologie humaine - Gérard Zwang - Masson - 15 septembre 2000
Evolution et modification du comportement : l'inné et l'acquis - Lorenz Konrad - Payot, Paris - 1990
Neurosciences et neuroéthique : des cerveaux libres et heureux - Hervé Chneiweiss - Alvik - 9 mars 2006
Cerveau et comportement - Brian Kolb et Ian Whishaw - Editions de Boeck - 2008
Neurosciences cliniques : de la perception aux troubles du comportement - François Math - De Boeck - 14 mai 2008
Neurosciences : à la découverte du cerveau - Mark F. Bear, Barry W. Connors, Michael A. Paradiso - Pradel - 28 juin 2007


-----------------------------------------------------------------------


HS

Autre sujet connexe : Les traces cérébrales de la morale


L'excellente émission de Stéphane Deligeorges diffusée sur France-culture : Continent Sciences
http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/continent_sciences/fiche.php?diffusion_id=67126
Le podcast de l'émission disponible à l'écoute pendant une semaine : http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture/CONTINENT_SCIENCES/CONTINENT_SCIENCES20081110.ram


Entretien avec Sylvie Berthoz.  Psychologue, Service de Psychiatrie de l’adolescent et du jeune adulte de l'Institut Mutualiste Montsouris.

Connexe aux thématiques développées dans le Tome 1 du système Neurocombat.
« Modifié: 22 novembre 2008 à 04:35:37 par Mathieu »

18 novembre 2008 à 20:08:04
Réponse #121

Patrick


A lire les différentes interventions, j'ai l'impression que, en gros, on peut classer les gens en deux catégories (tiens ça me rappelle un truc) :

- les gens dangereux
- les autres : "les moutons"
Il me semble que tu n'as pas bien lu justement les interventions. Je dirais plutôt :

  • les excités ayant toujours peur de devoir prouver pour exister et qui sont effectivement eux dangereux
  • les prédateurs affichés
  • les victimes affichées promises au sacrifice
  • les greys people

Parmi ces derniers, trois catégories :
  • les pas tellement capables mais habiles dans l'art de ne pas déclencher l'agressivité
  • les très capables n'ayant rien à prouver et qui sont probablement les moins dangereux
  • les prédateurs au stade ultime, qu'on pourrait profiler comme des "chasseurs" qui choisissent patiemment leurs victimes. Ce sont notamment les tueurs ou violeurs en série dépeint comme totalement intégré dans la société, aimables et serviables.

« Modifié: 18 novembre 2008 à 21:24:00 par Patrick »

18 novembre 2008 à 21:11:10
Réponse #122

alexr


Je ne vois pas de mâle alpha dans un groupe d'individus armés qui s'attaquent à une personne mais plutôt un groupe de hyènes.

Je crois que le terme "mâle alpha" veut dire "mâle dominant", c'est-à-dire personne qui exerce un ascendant sur les autres, meneur, etc. Voir la définition de Wikipédia, par exemple :

http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A2le_alpha

Du coup, je pense qu'un groupe d'agresseurs doit pouvoir être mené par un "mâle alpha", dans le sens habituel du terme.

18 novembre 2008 à 21:29:43
Réponse #123

DavidManise


La  notion d'alpha est très relative...  exemple on peut très bien être alpha dans un groupe et pas alpha dans un autre.  Bien souvent, d'ailleurs, seuls les vrais de vrais alphas qui sont  bien dans leurs baskets acceptent de ne pas être alphas dans un groupe. 

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

19 novembre 2008 à 11:11:13
Réponse #124

BULLYSSON


Je crois que le terme "mâle alpha" veut dire "mâle dominant", c'est-à-dire personne qui exerce un ascendant sur les autres, meneur, etc.

Dans un groupe il se dégagera un "alpha" d'une manière ou d'une autre... même si il ne se révèle un alpha que d'une "qualité relative".

C'est un peu le test des 3 rats (le dominant, le dominé, l'indépendant)... certains le détailleront mieux que moi mais en tout cas c'est ce que ce test tendait à prouver.

Après ches les Humains, pas besoin d'être un "Alpha" ou de se croire en être un pour nuire, mettre un coup de couteau ou une bastos... un "Alpha", aussi fort soit-il (mentalement/physiquement/intellectuelement) pourra toujours tomber... même devant la(les) dernière(s) des raclures si celui ci a l'avantage stratégique de l'initiative, du 1er coup porté, des armes ou de la planification...

Je citerai pour les connaisseurs cette phrase du Parrain II ( ;D) :

"Si il y a bien une chose que l'Histoire nous a appris, c'est que l'on peut tuer n'importe qui !"

donc +1 avec David :

La  notion d'alpha est très relative...  exemple on peut très bien être alpha dans un groupe et pas alpha dans un autre.  Bien souvent, d'ailleurs, seuls les vrais de vrais alphas qui sont  bien dans leurs baskets acceptent de ne pas être alphas dans un groupe. 
Une seule loi dans ce Monde :
http://youtu.be/41Q21B7ap9M

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité