Nos Partenaires

Auteur Sujet: Montagne des Auges en raquettes (récit) 21/22 janvier  (Lu 1017 fois)

23 janvier 2023 à 16:05:55
Lu 1017 fois

Rosetta


Petit retour de virée dans la neige ce week-end dans la montagne des Auges.

Itinéraire (à peu près) :  https://www.altituderando.com/Montagne-des-Auges-1822m-par-le-Plateau-des-Glieres
Nous avons poussé jusqu’au Chalet des Auges pour trouver un peu au-dessus un coin de bivouac.

L’idée était de passer un moment sympa tout en testant du matos pour vostok, en condition froide (de mémoire -7° au départ, -15° le soir), nous n’étions pas trop éloignés de la civilisation mais assez pour être tranquilles en fin de journée.
Et effectivement au moment du départ c’était l’autoroute :huh:. Beaucoup moins après au fil de l’après-midi, les gens redescendaient, et le soir peinards, pas un humain dehors et pas une bestiole non plus d’ailleurs.

Dans mon sac les trucs d’hiver habituels (que je n’ai jamais testé cependant avec des températures aussi basses la nuit) :
Pour le couchage :
- un Z-lite (mousse) et un Prolite (autogonflant) Thermarest avec une R-value totale pour les deux de 4,4 (je sais d’avance que ça va être un peu juste mais qu’on trouvera des moyens pour s’isoler un peu plus).
- un duvet Thermarest Oberon donné pour du -18 limite confort, et une couette thermarest Corus pour un peu de chaleur additionnelle si jamais (celle que j’utilise seule au printemps/été, donnée pour un confort à 5°). Les deux en duvet/plume traité hygrophobe.
- 2 couvertures de survie épaisses.
- c’est vostok qui a la tente.
Pour la bouffe :
- réchaud, gaz hiver, popote, cuillère, doukdouk, lyo, tisane, sucre, barre énergétique, rien de bien exceptionnel.
- une bouteille isotherm avec dedans de la tisane chaude préparée avant le départ.
- une poche à eau 3l.
- une nalgène avec sangria maison pour trinquer le soir, le truc qui mettra le plus de temps à geler mais qu’on ne boira pas au final.
Fringues et autres :
- chaussettes de chasse chaudes D4/culotte mérinos/sous-pull manches longues chaud en synthétique/collant merinos pour la nuit.
- trousse légère avec pansements, paracetamol, désinfectant, produit lentilles/étui, brosse à dents/dentifrice.
- chaufferettes mains
- lampe frontale


Sur moi :
- haut : manche longues merinos à capuche épais, grosse polaire, doudoune plumes (750 cuin à l’origine, mais elle a déjà quelques années dans les pattes et a perdu un peu de sa superbe), hardshell, bonnet random acheté pas cher à Gamm vert doublé Thinsulate (méga chaud, jamais trouvé plus chaud que ça).
- bas : culotte mérinos, pantalon random déperlant et censé être coupe-vent (non en fait) doublé polaire de chez D4, grosses chaussettes bouclette, pompes de montagne hiver.
- mains : sous-gants mérinos et gants cuir fourrés graissés au préalable.
- autres : labello, briquet, allume feu, pochette carte vitale/CB, téléphone portable (solide, suis avec crosscall depuis des années, après avoir défoncé xxx téléphones faits pour les gens soigneux  :glare:), que je conserve avec sa sangle près du corps pour préserver la batterie.
- raquettes et bâtons.

A mi-chemin ça ressemble à ça, on a du bol il fait super beau. Beaucoup de monde (trop, mais prévisible). Risque d’avalanches à 3, mais là où on passe il y a peu de risques (on a demandé à l’école de ski en bas).


La montée est chiante pour moi, je crache mes poumons de re-fumeuse (bien fait). Et du coup je monte lentement. Je me fais doubler par des vieilles dames  ^-^. Mais une fois en haut c’est magnifique ! Je sens mes poils de nez geler quand je respire, c’est assez étrange. Vostok a une barbe en glace c’est fun.


On pousse donc jusqu’au Chalet des Auges, en fait c’est un petit hameau de plusieurs chalets. Avec un refuge, sur réservation. Nous croisons le proprio qui attend du monde d’ailleurs. Perso ça me rassure un peu de savoir qu’en cas de gros merdier la nuit on peut avoir de l’aide pas loin. A noter qu’on a aussi du réseau pour les téléphones, ça aussi c’est cool.

Il commence à faire sévèrement froid, et la luminosité baisse, on doit trouver un coin de bivouac fissa. Vostok trouve un coin un peu plus haut, abrité par des sapins, seul coin qu’on peut rendre plat et assez large pour la tente en tassant avec les raquettes (il a fait des photos du camp lui).
A ce stade c’est lui qui gère l’install. Les sardines ne tiennent pas, il faut tailler des bâtons pour remplacer. J’ai plus de mains. Je sens plus rien. Je sors les chaufferettes, mais du coup tout de suite je suis complètement inutile.
Je mets une space blanket en place pour se poser pour manger, même si j’ai seulement envie de me caler dans le duvet en sautant cette étape. On s’enroule au final dans l’autre space blanket pour avoir un peu de chaleur pendant le repas, ça fait une vraie différence mine de rien.

A la mise au lit, l’isolation insuffisante de mes matelas superposés se fait sentir assez vite, comme prévu. Au final on glisse une space blanket sous les duvets, et on recouvre nos deux duvets avec l’autre, là aussi ça fait une différence pour moi, je retrouve assez vite une chaleur confortable en mettant un collant, en gardant le mérinos, la polaire, le bonnet, en enroulant ma doudoune autour des fesses et en superposant duvet et couette (oui, je suis frileuse). J’ai pas eu froid de la nuit.
J’ai dû sortir pour satisfaire une envie pressante et j’ai pas bien aimé tomber les miches dans la neige, mais en dehors de ça, pas de péripétie.
NB : j’ai mis toutes mes fringues de la journée dans le sdc pour les retrouver chaudes le lendemain (pas les chaussures hein). J’avais épousseté la neige dessus, pour éviter d’introduire du mouillé dans le sac. Le seul truc vraiment humide c’était le bas de ma cagoule, gelée par ma respiration. Il était sec au matin.

Le matin au lever, la tente est bien gelée à l’intérieur, l’extérieur des duvets aussi. Mais dedans nous sommes au sec.
Désillusion : nous n’avons pas d’eau liquide. On a été assez cons pour zapper de mettre l’eau au chaud dans le duvet. J’avais mis la poche à eau sous mon duvet à mes pieds mais c’était pas suffisant. Et dans les bouteilles isotherm les boissons chaudes de la veille étaient gelées aussi et ça je ne m’y attendais pas. Il restait la sangria en granité, mais bon, de bon matin ça le fait moyen…
On a extrait le peu d’eau qui n’avait pas gelé de la poche à eau, tisane/café et nous avons levé le camp.


Nous étions dans le nuage, c’était un peu décevant de ne pas voir les Aravis et le Mont Blanc comme on l’espérait la veille.

Mais nous étions contents de constater que niveau matos dodo/fringues, le test était plutôt concluant.

Perso, il faut que je change de gants, dans ce genre de froid c’est pas assez chaud. Je pense aller chercher du côté des EPI sur un site qui fait des vêtements de travail. J’ai pas envie de sauter le pas des moufles, je déteste ne rien pouvoir faire avec mes mains. Si y’a des suggestions je suis preneuse d’ailleurs.
a bove ante ab asino retro a stulto undique caveto

23 janvier 2023 à 19:39:49
Réponse #1

VERDUG0


Salut Rosetta et Vostok !

Merci du retour et des photos !

Tu estimes à combien le poids de ton sac sur cette sortie ?

Ta combinaison des deux matelas et du SdC + couette, c'est pour avoir du matos plus polyvalent que directement un gros SdC + matelas hiver ?

Les piquets de tentes improvisés ca vous a prit du temps dans ces conditions ?

23 janvier 2023 à 21:58:16
Réponse #2

Rosetta


Tu estimes à combien le poids de ton sac sur cette sortie ?

Ta combinaison des deux matelas et du SdC + couette, c'est pour avoir du matos plus polyvalent que directement un gros SdC + matelas hiver ?

Les piquets de tentes improvisés ca vous a prit du temps dans ces conditions ?
Hello
- Mon sac pesait 13kg et des petites bananes, avec l'eau dedans. Je ne suis définitivement pas une MUL, même si j'aimerais et que j'essaie de m'alléger. J'ai l'habitude de porter lourd maintenant.
Clairement là je ne pouvais me passer de rien, sauf à la limite de la brosse à dents et du dentifrice, pour une soirée osef.
D'ailleurs, j'ai oublié de citer que j'avais aussi une tronçonneuse manuelle, un genre de chaîne de tronçonneuse avec des lanières. J'aurais aussi pu m'en passer puisque je ne m'en suis pas servi, mais le projet initial était de faire un feu de camp, ça aurait pu.

- la combinaison de matelas, c'est surtout parce que j'avais pas les sous là pour investir dans un matelas hiver. Je m'interroge en plus sur la pertinence de l'investissement VS le nombre de sorties dans ces conditions là (m'enfin vu que vostok semble apprécier le truc, possible qu'il y en ait plus à l'avenir, faut dire que c'est pas courant les gens qui aiment se taper ce genre de trip). La plupart du temps, combiner les deux matelas ça suffit, et même là au final ça a fait quand-même.

- la combinaison de duvets c'est un peu la même chose. La couette est parfaite pour les sorties légères printemps/été, l'autre duvet est parfait pour automne/hiver hors grosse vague de froid au-dessous de -10. Combiner les deux ça me permet de ne pas réinvestir dans un truc qui me servira quasiment jamais.

- pour les piquets faut demander à vostok, je dirais une dizaine de minutes, le temps que je dégèle, j'étais en mode panique, je devais récupérer mes mains, je ne pensais qu'à ça, j'ai pas franchement calculé.
a bove ante ab asino retro a stulto undique caveto

23 janvier 2023 à 22:16:35
Réponse #3

guillaume


Le coup de la flotte, ça nous est tous arrivé. Après on oublie plus de faire bouillir son litre de flotte avant le dodo et de le glisser dans le sac de couchage. C'est l'assurance d'avoir de l'eau liquide au réveil et de ne pas débuter la journée par une grosse déshydratation.
C'est même devenu une routine chez Lemuel qui se fait son petit litre d'eau chaude qu'il met dans un thermos, le tout dans son sac de couchage avant le dodo. Le lendemain il a juste à sortir une main pour faire son café ;#.

Du reste, je trouve que tu as plutôt bien géré. Pour t'éviter d'investir dans un N-ième matelas, tu peux également ajouter un pare-soleil de bagnole. En mode couverture de survie sacrifiable et isolante, ça aide un peu.

a+

PS : il a bien grandi Vostok :blink:

23 janvier 2023 à 22:50:27
Réponse #4

Rosetta


Lemuel est une sage personne  :closedeyes:
Je pense que je n'oublierai plus. Le pire c'est que je me suis dit que si j'avais froid je pouvais toujours me faire une bouillotte, mais à aucun moment j'ai pensé que ça pouvait aussi avoir l'avantage de garder l'eau liquide, ou même pensé à avoir de l'eau chaude pour le matin en la mettant dans le thermos. Je n'avais qu'une idée : me mettre dans le duvet et ne plus du tout en sortir.
Montagne 1/cerveau 0

C'est noté pour le pare-soleil :)

PS : il a bien grandi Vostok :blink:

vostok c'est pas mon petit devenu grand. Lui il viendra le 4-5 février, il a bien bien grandi aussi, mais pas autant  ;D
a bove ante ab asino retro a stulto undique caveto


24 janvier 2023 à 08:06:11
Réponse #6

vostok


Je complète avec mon expérience:

Sur le parcours, comme a dit Rosetta, trop de monde pour vraiment se sentir en pleine nature, d'autant que la montée un peu raide dans les sapins laisse peu de place aux itinéraires bis. Mais au final une fois en haut à la fin de la journée, beaucoup plus de neige sans trace, le vent et le froid et de temps en temps un trou dans les nuages laissant apparaitre un bout des Aravis, nous font nous sentir un peu seuls au monde malgré tout (avec un peu d'imagination). En tout cas on a bien senti dame nature.

Niveau matos:
Sur moi : meindl au pied, des raquettes, des batons, un vieux futal windstopper millet, un t-shirt en merinos, une grosse polaire Rab, des gants minces quechua. A proximité du plateau, quand il a commencé à soufflé fort, j’ai troqué les gants quechua contre des gants de travail -25 et j’ai ajouté une vieille gore-tex simple couche.

Dans le sac: De quoi s'habiller la nuit (chaussettes chaudes smartwool, et chaussette fines basique comme première couche, collant thermique Millet, bonnet, T-shirt manche longue merinos). Un pantalon de ski pour le statique, la doudoune. Sac de couchage Rab -22, tente 2 places light Ferrino, un matelas gonflable (R, 4.2), un autre en mousse de décath, une space blanket, un couteau basique, un plus gros (Akeron SFS), un jetboil, une gourde d'eau, une autre pour pisser la nuit, un thermos de thé, une chaufferette à essence, du lyo, des saucisses et du café; une frontale ; un peu de paracorde.

Globalement j'ai eu moins froid que ce que je craignais. J'ai utilisé la doudoune juste pendant le petit dèj et sur les premier 100m en repartant. J'avais déjà trop chaud en pliant le camp.
Ma fragilité c'est les pieds d'abord et juste derrière les mains.  Coté main agréablement surpris par les gants de travail à 13€. Ils étaient neufs donc manquaient de souplesse. Peut-être un peu petit aussi, mais quand j'ai commencé à avoir mal au bout des doigts je les ai mis et j'ai vite récupéré de la chaleur. Du coup j'étais confiant pour sortir les mains quand j'avais besoin de dextérité.
Au niveau des pieds, c'était une autre limonade. J'ai senti le froid tout le long. Ça s'est accentué une fois qu’on s’est posé pour manger (statique et chute de la température combinés). Dans le duvet c'est devenu mon problème principal, même après avoir enfilé les smartwool par-dessus les chaussettes décathlon. J'ai fini par allumer ma chaufferette à essence. En 5 min j'étais réchauffé et j'ai pas perdu la chaleur après, même sans la chaufferette qui a passé la nuit dehors. J'ai eu globalement plus trop chaud que pas assez pendant la nuit. Donc content du duvet qui a bien fait le job.
Content aussi de la polaire que je n'ai pas quittée. La doudoune aura finalement peu servi, j’aurai pu m’en passer mais je ne partirais pas sans pour autant. Le pantalon de ski a peu servi aussi. Mais clairement le windstopper aurait pas suffi en statique, y compris avec le thermique, il faudrait que je trouve quelque chose de plus adaptable. Je fais vite du chaud quand je bouge donc il me faut du pas trop épais pour marcher, mais qui puisse être complété une fois à l'arrêt. A réfléchir.

Je ne me suis pas servi du petit couteau. Le SFS a servi à tailler des branches pour faire des sardines et à en couper pour pouvoir tourner autour de la tente. Je l’avais pris dans l’optique de fendre du bois pour faire du feu après avoir hésité à prendre la hachette. Au final on n’a pas fait de feu, donc pas fendu de bois et j’aurais pu prendre un peu plus petit.
La paracorde a servi en remplacement d’une sardine. J’aurai eu l’usage de plus (ou d’une autre ficelle).
A posterori, je me dis que la hachette aurait pu avoir la fonction de marteau pour planter des piquets, c’aurait pu être un meilleur choix que le couteau.

Donc niveau matos, test positif (duvet et gants principalement). Il faut que j’assouplisse les gants et que je trouve de la modularité pour le futal. Il faudrait aussi que trouve une tente plus longue parce que c’est galère d’avoir les pieds qui touchent le fond. Outre le risque de perdre en chaleur en tassant le fond du sac, c’est juste chiant pour dormir.

Pour répondre à la question sur le temps passé à gérer les sardines de fortune, ça a été assez rapide au final. Il y avait des branches déjà cassées au pied du sapin. J’ai tapé dedans. J’ai juste dû tailler les départs de branche pour pouvoir passer la boucle de la tente dans une ou deux sardine mais rien de très long ou technique. En amont de la pente c’est bien allé parce qu’il y avait des rochers, j’ai pu caler les branches dessous et puis la neige était tassée. En aval, plus galère parce qu’on avait remis de la neige nous-même pour faire le plat et les branches tenaient pas dedans, d’où l’usage de la corde. J’avais d’ailleurs planté les raquettes pour tenir un peu le talus.

Mon thermos a gelé aussi et comme il était presque plein, ça a fait sauter le système d’ouverture. A priori pas de casse, mais je m’en souviendrai.

Il faut que je me renseigne aussi sur les produits de combustion de la chaufferette et sa compatibilité avec la tente. J’ai un peu psychoté sur sa toxicité pendant la nuit.

Un photo du spot :


24 janvier 2023 à 09:01:37
Réponse #7

Kilbith


Bonjour,

Merci pour le récit.


Amha: pour des températures autour de -10c, tu devrais oublier les gants, sauf si tu dois manipuler des trucs techniques (genre matos d’alpinisme).

En fait des moufles c’est facile à retirer (point à vérifier lors de l’achat) tu les mets contre toi au chaud  ( jamais par terre) et tu bricoles en sous gants.

 Dans mon expérience un gant un peu épais ne permet pas beaucoup plus de dextérité que des moufles. Sauf à taper dans le très haut de gamme genre Hestra, mais pas en dessous de -10c. Le gros problème des gants c’est que cela ne sèche pas sur plus de deux jours.

Ce qui donne :

 Tu prends des sous gants fin que tu peux glisser dans des moufles en laine ( ou polaire ou acrylique) avec dessus des moufles coupe vent ou imperrespi.

Tu peux aussi remplacer les deux dernières couches par des larges moufles de surplus de la Bundeswehr. Comme l’intérieur est en pile, ça sèche assez bien en les retournant.

Autre combinaison plus légère et plus cher mais pratique  : gants windstopper, moufle windstopper  larges et éventuellement surmoufles très fines en imperrespi. C’est bien adapté entre +5c et -15c maximum et surtout très polyvalent.

Tu as une paire de moufle isolante de rechange dans le sac et une deuxième paire de sous gants fins dans une de tes poches afin de réellement changer en journée.

Se souvenir qu’une grosse paire de chaussette de laine ( celle pour la nuit ou d’urgence) peut souvent faire office de moufle ou de surmoufles d’urgences. Ainsi que des petits chaussons en duvet comme ceux de naturehike ou aegismax.


Il y a des solutions plus techniques ou plus chers mais le prix n’est plus le même.

Ces solutions sont très polyvalentes. Cela veut dire qu’en ajustant ou changeant tes couches en journée tu évites de trop transpirer. T’es mains te disent merci au bivouac. C’est assez facile à gérer pour faire sécher les couches de dessous contre le corps.

Si tu tiens absolument aux gants. Vire la couche de fourrure synthétique de tes gants de travail. A la place tu prends deux paires de gants laine ou acrylique comme doublure.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 janvier 2023 à 09:10:52
Réponse #8

Kilbith


Pour les pieds…

Pas trop de miracle quand on s’arrête on a froid. Le truc c’est de changer pour une paire de chaussette sèche ( on alterne en faisant sécher sur soi) mais il faut se motiver pour changer en journée. Toujours changer en arrivant au bivouac.

On peut aussi prévoir une deuxième paire de semelle de propreté pour changer. Très appréciable au bivouac. Un slip ou caleçon en laine ou au moins matière technique est appréciable.


Pour le pantalon un surpantalon imper/respi fonctionne bien. On peut préférer un simple pantalon coupe vent super léger.

Les pantalons en windstopper sont une fausse bonne idée. Ils ne respirent pas suffisamment quand on est en phase dynamique en montagne. Donc on transpire et quand on s’arrête on a froid. Au soleil on a souvent trop chaud.  Des ventilations aident mais souvent pas assez. Et finalement c’est lourd. C’est bien quand on marche tranquillement à plat ou à l’affût.

 Sinon le luxe c’est soit des collants zippés soit des pantalons isolants, idéalement zippés. Le zip permet de les enlever ou de les mettre relativement facilement, donc on le fait. Mais, pour le pantalon ou le short isolant c’est surtout utile par bivouac froid.

Sinon une doublure m65 fonctionne aussi et c’est pas très cher. On peut la mettre sous un pantalon ample pour le bivouac, mais plutôt par dessus, idéalement le bas glissé dans des guêtres un peu larges.

« Modifié: 24 janvier 2023 à 09:28:04 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 janvier 2023 à 09:16:44
Réponse #9

BenGG


Merci pour vos retours :) Les photos sont magnifiques.

Je me permet de petites questions :
* les sacs de couchages sont ils à la norme européenne ENtruc ? ou est ce des température "constructeur" ?
* Les gants hiver : serait il possible de m'indiquer leur marque (par mp si nécessaire ?) Ce serait vraiment sympa, frileux des mains, pas convaincu par mes essayages chez d4 ....

De ma toute petite expérience des pieds en hiver, c'est, pour moi, pour ne pas avoir des glaçons, soit avoir une gestion impec de l'humidité, soit très chaud et humide. Et des chaussettes et chaussure à ses pieds, changée régulièrement, tellement pas facile  (je galère perso) :(

Concernant les doudounes, aux vieux campeurs, me fut conseillé une doudoune avec des flancs en tissu avec de l’élasthanne pour ces situations, une cirrus flex de mémoire, mais ca semblait taillé très "fit" pour permettre une polaire dessous ...


edit: Merci Kilbith pour les infos sur les gants.   
Hestra, par exemple : ? https://varuste.net/fr/p90413/hestra-f%C3%A4lt-guide-glove
Quelles sont les autres solutions "plus techniques et plus chères" ? Perso j'aimerais bien trouver pour les mains ... (et pourtant j'ai rien fait de semblable à Rosetta & Vostok...)

24 janvier 2023 à 10:08:20
Réponse #10

Tompouss


Le coup de la flotte, ça nous est tous arrivé. Après on oublie plus de faire bouillir son litre de flotte avant le dodo et de le glisser dans le sac de couchage. C'est l'assurance d'avoir de l'eau liquide au réveil et de ne pas débuter la journée par une grosse déshydratation.
C'est même devenu une routine chez Lemuel qui se fait son petit litre d'eau chaude qu'il met dans un thermos, le tout dans son sac de couchage avant le dodo. Le lendemain il a juste à sortir une main pour faire son café ;#.

La même mais avec une nalgène, ça évite aussi de devoir faire des "efforts" pour réchauffer le duvet, du coup si on se couche en ayant déjà un peu froid on sait qu'on en va pas se peler le jonc toute la nuit. En générale je prépare déjà tout pour le café du matin et quel bonheur le café au chaud quand il meule dehors  ;#

Une deuxième nalgène en mode "pot de chambre" est bien pratique aussi dans ces conditions, astuce, en prendre une petit goulot pour la flotte et une grand goulot pour le pot de chambre, ça évite de confondre quand on veut boire en pleine nuit  ::)

Everybody swears that they are solid, but ice is solid too... until you put some heat on it.

24 janvier 2023 à 10:42:32
Réponse #11

Kilbith


@Bengg…

Les gants que tu montres sont du haut de gamme. Le plus important c’est qu’ils soient à TA taille. Perso ce n’est jamais le cas pour moi chez Hestra.

Tu dois décider si tu vas les utiliser avec deux paire de sous gants ou pas. En fait cela dépend de la température d’utilisation envisagée.


Points positifs :

Hestra est une marque sérieuse on peut s’attendre à une bonne qualité des matériaux et des coutures.

Le cuir de chèvre est déjà relativement résistant à l’eau par lui même, surtout s’il est tanné «  army ».

Les coutures sont extérieures au niveau de la paume. Cela évite des pressions sur l’intérieur et le gant est plus précis.

Gants majoritairement laine amovible. Ça c’est bien. Le problème c’est qu’il n’y en a qu’un il en faudrait deux pour alterner et faire sécher. En France les distributeurs ne vont pas gérer.

Après il faut vérifier que le système à manchette du gant et son volume sont utilisables avec les manches de ta veste. C’est un point très important.

En gros la manchette mousquetaire c’est bien pour une veste qui rentre dedans et pour conduire un skidoo. Mais s’il pleut l’eau rentre en glissant le long de la manche. Il faut alors que le vêtement de pluie puisse passer sur la large manchette…mais dans ce cas en conduisant un skidoo l’air peut se faufiler si ta veste n’est pas réglable.

On peut regretter que ce soit un simple élastique sur le dos du gant et pas un truc réglable. Si l’air s’échappe par là le gant est moins humide, mais il est aussi moins isolant. Il faut vérifier que l’élastique serré, mais pas trop. Autre problème un élastique dure difficilement plus de 10 ans.

Pour moi le principal défaut c’est la présence d’une membrane goretex. C’est utile seulement si tu ski en station. Sinon cela freine l’évacuation de l’humidité, ça sèche moins vite, c’est pas durable et des gants en cuirs trempés seront des glaçons ( la membrane  est dessous). Bref…une surmoufle imperrespi est bien mieux pour un randonneur.
« Modifié: 24 janvier 2023 à 11:50:42 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 janvier 2023 à 11:10:07
Réponse #12

Rosetta


Merci pour les réponses :)

Concernant les gants :
Les gants hiver : serait il possible de m'indiquer leur marque (par mp si nécessaire ?) Ce serait vraiment sympa, frileux des mains, pas convaincu par mes essayages chez d4 ....
(...)
edit: Merci Kilbith pour les infos sur les gants.   
Hestra, par exemple : ? https://varuste.net/fr/p90413/hestra-f%C3%A4lt-guide-glove
Quelles sont les autres solutions "plus techniques et plus chères" ? Perso j'aimerais bien trouver pour les mains ... (et pourtant j'ai rien fait de semblable à Rosetta & Vostok...)

J'utilise ceux-ci (merci papa Noël), je les ai depuis deux ans : https://www.snowleader.com/wakayama-cork-brown-HEST00057.html
Ben c'est pas suffisant pour moi. Mais je suis particulièrement sensible. J'ai des soucis de circulation.

Du coup je retiens ce que tu dis @Kilbith
Le seul souci, c'est que, même en sous-gants, je gèle assez vite à ces températures, je dois remettre très vite les gants, mais ça ne me réchauffe plus.
Faut que je tente les moufles tout de même. En y calant des chaufferettes ça doit pouvoir marcher pour réchauffer.
Sinon j'ai une autre idée : prendre des sous-gants + moufles, et quand j'ai besoin de manipuler un truc, sortir une autre paire de gants pour mettre par-dessus les sous-gants, du genre de ceux qui sont faits pour manipuler les machins en chambre froide. Genre avec une norme EN511 à 3/3/1  ;D si ça existe. Et surtout si ça existe en taille 7... Je cherche, je cherche.

Concernant le SDC
* les sacs de couchages sont ils à la norme européenne ENtruc ? ou est ce des température "constructeur" ?
Oui ce sont bien des températures conformes à la norme EN 13537
a bove ante ab asino retro a stulto undique caveto

24 janvier 2023 à 11:20:13
Réponse #13

Arnaud


La description sur le site varusteleka est erronée, il n'y a pas de membrane dans le modèle Fält Guide de chez Hestra. J'en possède une paire depuis 10 ans, il me semble.

Ils sont plutôt bien, assez solides, mais je ne les utiliserai pas pour bosser non plus.
Seul bémol pour ma part, la manchette est un peu trop courte et étroite.

Je les utilise majoritairement lors de sorties ski/snowboard quand ça caille un peu, mais que j'ai quand même besoin d'un peu de dextérité et que les gants vont irrémédiablement frotter les carres.
Avec sous gants laine + moufle imper, je n'ai jamais eu froid.

Sinon en tant normal, je me contente de gants fins en polartec, que j'utilise en doublure au besoin.

Sinon, pour compléter ce qui a déjà été dis, une façon de gérer par grand froid quand on a besoin de dextérité fine en grand froid, c'est de faire en plusieurs fois, tu vires les moufles, tu bosses en sous-gants et/ou gants fins, et avant que le froid se fasse trop sentir, tu remets tes moufles, grosses les moufles (duvet), dès que tu es réchauffée, tu recommences, à répéter autant de fois que nécessaire.
« When the last tree is cut, the last fish is caught, and the last river is polluted; when to breathe the air is sickening, you will realize, too late, that wealth is not in bank accounts and that you can’t eat money. »

24 janvier 2023 à 11:27:26
Réponse #14

Chill


Citation de: Rosetta
Genre avec une norme EN511 à 3/3/1  si ça existe. Et surtout si ça existe en taille 7... Je cherche, je cherche.

Je n'ai pas d'action chez eux, ils ne sont que EN511 12x, mais ils existent en taille 7 à un prix "décent": https://www.rostaingshop.fr/gant-travaux-hiver-anti-froid-winterpro.html
Ils ne sont pas sexy non plus !  :glare:

     Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

24 janvier 2023 à 11:40:48
Réponse #15

BenGG


Merci à tous pour vos retours.

@Kilbith : c'était pour vérifier la marque et illustrer. Après si ca dure et que ca protège et qu'ils sont  à la taille. Oui j'ai souvent des soucis de gants avec des "empreintes" de doigts trop long pour ma largeur.
Et effectivement avoir des gants remontant haut est, je trouve, grosso modo, un avantage.

Oui le goretex dans le gants, bein je préférais un surgants externes.

Et le cuir j'ai toujours eu de mauvaises expériences avec ... mouillé c'est froid et super long à sécher.

Pour l'instant, la seule approche que j'ai trouvé, comme pour les chaussettes (voir encore plus), deux paires en alternance régulière ... et pas en cuire, et avec des sous gants. J'ai d'ailleurs de vieux d4 avec une juste un renfort sous la paume en plastique collé (silicone ?). Si vraiment froid une paire de mouffle grand format au dessous.

@Rosetta : Merci :) Je regarde en détails.

A l'occasion, je testerais bien des combinaisons à base de gants polaire (séchage rapide) ou laine (chaleur humide, prendre un objet chaud) dans un gants/mouffles de plus grande taille ...

@Arnaud : Pour le snow, oui effectivement un dessous solide est indispensable, enfin pour moi, c'est d'ailleurs la première chose que je vérifie ... Et je prendrais pas, perso, des gants à 100€, pour faire de la planche ... je vais les détruire sur les carres alors ...  Accessoirement en snow et encore plus en ski de rando, j'ai pas de soucis de température en général.


24 janvier 2023 à 11:59:49
Réponse #16

Kilbith


Citer
Le seul souci, c'est que, même en sous-gants, je gèle assez vite à ces températures, je dois remettre très vite les gants, mais ça ne me réchauffe plus.
Faut que je tente les moufles tout de même. En y calant des chaufferettes ça doit pouvoir marcher pour réchauffer.

Tu peux avoir des sous gants fins et dessus des moufles isolantes épaisses ou un combo moufle en laine ou polaire épaisse+ moufle coupe vent. Ce qui est la norme dans les lieux plats et froids.


Mais chez nous rien n’empêche d’avoir des gants assez épais et dessus une moufle ample et relativement fine. Dans ce dernier cas on est en gants et on ne met la moufle que lorsqu’il fait vraiment froid.

Ou bien on fait comme Arnaud : sous gants fins que l’on peut changer quand c’est humide. De bon gros gants comme le Hestra Lars Falt. C’est valable jusque vers -10c en statique. Et au besoin on ajoute une surmoufle. Comme on peut en général avoir juste le sous gant et la surmoufle c’est très polyvalent.

Une simple surmoufle fine ajoute au moins +5c. Du simple fait que la surface d’échange est bien plus réduite qu’avec un gant.
 Et de l’air emprisonné entre le gant et la moufle. Sans compter l’apport du coupe vent.


En randonnée montagne hivernale par chez nous j’utilise souvent la combinaison suivante : gants windstopper ajustés, moufle windstopper amples, sous gants fins. C’est valable jusque vers -15c tant que tu bouges un peu. Mes moufles d’urgence sont alors des Buffalo.

 Si je sais qu’il va faire très froid  on va dire jusque vers -20c : je prends des gants windstopper un peu large pour mettre les sous gants dessous. Si j’ajoute par dessus les moufles windstopper je suis bon jusque vers -20c tant que je bouge un peu et que les sous gants sont secs.   
« Modifié: 24 janvier 2023 à 12:33:52 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 janvier 2023 à 16:57:01
Réponse #17

VERDUG0


Hello
- Mon sac pesait 13kg et des petites bananes, avec l'eau dedans. Je ne suis définitivement pas une MUL, même si j'aimerais et que j'essaie de m'alléger. J'ai l'habitude de porter lourd maintenant.
Clairement là je ne pouvais me passer de rien, sauf à la limite de la brosse à dents et du dentifrice, pour une soirée osef.
D'ailleurs, j'ai oublié de citer que j'avais aussi une tronçonneuse manuelle, un genre de chaîne de tronçonneuse avec des lanières. J'aurais aussi pu m'en passer puisque je ne m'en suis pas servi, mais le projet initial était de faire un feu de camp, ça aurait pu.

- la combinaison de matelas, c'est surtout parce que j'avais pas les sous là pour investir dans un matelas hiver. Je m'interroge en plus sur la pertinence de l'investissement VS le nombre de sorties dans ces conditions là (m'enfin vu que vostok semble apprécier le truc, possible qu'il y en ait plus à l'avenir, faut dire que c'est pas courant les gens qui aiment se taper ce genre de trip). La plupart du temps, combiner les deux matelas ça suffit, et même là au final ça a fait quand-même.

- la combinaison de duvets c'est un peu la même chose. La couette est parfaite pour les sorties légères printemps/été, l'autre duvet est parfait pour automne/hiver hors grosse vague de froid au-dessous de -10. Combiner les deux ça me permet de ne pas réinvestir dans un truc qui me servira quasiment jamais.

Salut !

C'est sur que 13kg pour une nuit, on peut alléger ca...
J'imagine que tu connais Randonner Léger, c'est une bonne piste.

Niveau matelas / couettes, j'ai finalement la meme approche, des doublons que je peux additonner, ou si je pars pas seul c'est mieux qu'un seul sac de couchage qu'on partage ;#

Entre les piquets qui ne rentrent pas dans le sol, la température qui chute et tes mains prises par le froid, la situation aurait pu tourner pire que ca !

Pour répondre à la question sur le temps passé à gérer les sardines de fortune, ça a été assez rapide au final. Il y avait des branches déjà cassées au pied du sapin. J’ai tapé dedans. J’ai juste dû tailler les départs de branche pour pouvoir passer la boucle de la tente dans une ou deux sardine mais rien de très long ou technique. En amont de la pente c’est bien allé parce qu’il y avait des rochers, j’ai pu caler les branches dessous et puis la neige était tassée. En aval, plus galère parce qu’on avait remis de la neige nous-même pour faire le plat et les branches tenaient pas dedans, d’où l’usage de la corde. J’avais d’ailleurs planté les raquettes pour tenir un peu le talus.
Salut et Bienvenue Vostok !

Merci pour la reponse.
J'utilise très souvent des lames, en général un petit neck et une machette, mais je me demande si ca a un interet en rando montagne eneigée. Pas d'experience donc pas d'avis.


Kilbith : Merci, c'est très enrichissant !

25 janvier 2023 à 11:13:35
Réponse #18

Rosetta


Merci Kilbith pour toutes les précisions, je vais étudier ça.

Je n'ai pas d'action chez eux, ils ne sont que EN511 12x, mais ils existent en taille 7 à un prix "décent": https://www.rostaingshop.fr/gant-travaux-hiver-anti-froid-winterpro.html
Ils ne sont pas sexy non plus !  :glare:

     Chill.

La sexitude est vraiment le cadet de mes soucis.
J'avais trouvé ça mais pas ma taille évidemment : https://www.kraftworkwear.com/gants-de-travail/733-gants-nitrile-anti-froid-cofra-hydronit-8023796457829.html#/couleurs-noir_bleu/tailles_gants-8

Bref, de nouveaux tests à venir quoi  ;D
a bove ante ab asino retro a stulto undique caveto

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //