Nos Partenaires

Auteur Sujet: Systèmes de chauffage : vers plus d'autonomie en habitation  (Lu 6835 fois)

03 janvier 2023 à 19:06:51
Réponse #25

oajfh


Pour l'aspect température, ayant vécu dans un vieil appart' à Lyon (simple vitrage, murs en pierre, haut de plafond, vieux chauffage, ...), vivre à 11-12 degrés C est tout à fait tolérable quand on est jeune, en bonne santé et qu'il fait sec...ça devait être la norme il n'y a pas si longtemps. Question d'accoutumance.

J'ai l'impression qu'il faut (psychologie liée au froid mise de côté...) simplement de temps à autre, à certains intervalles être dans des conditions où le corps n'a pas besoin de lutter, qu'il puisse se relâcher un peu.

Mon père a vécu plus jeune dans des endroits sans électricité, parfois sans poële, de ce qu'il m'a décrit plusieurs aspects majeurs diffèrent :

- tout le monde dort dans la même pièce. Chaleur humaine cumulée. Notre société et la structure de nos villages est centrée sur l'individu et la famille, mais on pourrait imaginer des dortoirs où dorment plusieurs familles pour profiter d'un chauffage commun (humain et matériel)

- bâtiments conçus différemment. Énormément d'appartements modernes sont conçus pour fonctionner avec chauffage électrique ou à gaz moderne (aux US, il me semble que des habitations cheap des banlieues étaient volontairement mal isolées pour promouvoir le chauffage électrique, je crois que des gens comme Jean-Baptiste Fressoz parlent de ces questions de design non énergétiquement efficientes). Propriétés thermiques du bois et de la terre vs celles du béton... Ma grand-mère m'avait aussi parlé d'une maison chauffée en partie passivement par la fosse sceptique et le compost.

- d'autres aspects comme la taille des fenêtres, les haies brisant mieux le vent (au sens où les haies de thuya impénétrables coupent le vent et créent des tourbillons plus violents en aval qu'une haie de type bocage), arbres plus près de la maison créant un effet isolant, alors que maintenant les gens vivent dans leur maison h24 et veulent de la lumière... Air chaud remontant des caves humides, ...

- ressources en bois très accessibles, notamment via les haies de bocage, et les trognes. Une pratique paysanne *extrêmement* bien-pensée (compte tenu des contrainte du contexte des anciens) et faisant du bois une ressource bien plus écologique, renouvelable et immédiatement accessible que les déserts de douglas contemporains asséchant des régions et susceptibles de chuter lors de la prochaine tempête...

03 janvier 2023 à 21:51:22
Réponse #26

BenGG


Hello,

Merci pour ces informations et détails ! Quel sens du détail et de l'exploration :)


Je reste pantois devant l'enseignement pratico pratiques d'une certaine époque ... Bref ...

Une petite question concernant les buches/briquettes maisons. Avez vous As tu pu tester dans un poil à bois "clasique" ou "moderne / récent" ?

Concernant la température intérieure, dans ma prime jeunesse, a long time ago in a galaxy far away : pas de chauffage autre que la cheminée, l'eau chauffée à marmite sur la cheminée, les chambres à proximités avec des lits bien en hauteur et pouvant être fermé, des tapis au sol, des rideaux épais, des fenêtres de petites dimensions , des pièces de taille modeste, des maisons globalement de taille modeste, des tisanes le soir, des sapins coupant le vent du nord, ...
Des gens habillés lourdement, plusieurs couches épaisses, de la laine qui gratte, des chaussettes qui montent, des chaussures à la semelle épaisse, ...

Après je reconnais qu'un grand salon bien éclairé et ouvert sur l'extérieur est fort agréable ... Des gens vêtus légèrement avec gout et finesse aussi ... mais ...

04 janvier 2023 à 10:53:42
Réponse #27

Dutch


Une petite question concernant les buches/briquettes maisons. Avez vous As tu pu tester dans un poil à bois "clasique" ou "moderne / récent" ?

Pas encore, mais si l'appareil dispose d'un tirage d'air réglable & d'une évacuation des cendres, ça devrait fonctionner quelque soit l'année de fabrication.

Ces bûches sont plus conçues pour se consumer que pour produire de la flamme.
Il faut dire aussi que j'ai tout fait pour ralentir leur combustion & augmenter la durée de chauffe d'un poêle à charbon.

J'ai remarqué des différences selon qu'elles étaient +/- compressées et la pâte à papier +/- broyée.
Il y a probablement quelque chose à affiner de ce coté là, mais difficile d'en dire plus avant d'avoir essayé...

Si ça intéresse, je peux détailler la fabrication + quelques astuces pour éviter la fermentation du papier (source de mauvaises odeurs au séchage, stockage & combustion).
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

04 janvier 2023 à 22:12:39
Réponse #28

Cheyenne



04 janvier 2023 à 22:17:11
Réponse #29

BenGG


Merci Dutch, hum, dans l'absolue oui je serais preneur  :up: car je souhaiterais un jour disposer d'un poêle à bois ... et pouvoir y faire bruler tout

Malheureusement, en location sans poêle à bois ... ni cheminée :(
Si proprio, j'aurais depuis le début installer un poil à bois à ventouse avec un ondulo pour la dite ventouse .... mais voila ....

Merci en tout cas :)

05 janvier 2023 à 15:47:06
Réponse #30

restonica


Un gros boulot de construction: "Projet de Presse à bûches de papier sciure"  :doubleup:  trouvé ici : https://www.econologie.com/forums/dechets-et-recyclage/presse-a-buches-de-papier-sciure-t17058-90.html
les photos  donnent une idée du projet ,presque pro,
bon 17 pages :'( de commentaires qu'on peut lire...
@+

05 janvier 2023 à 20:43:36
Réponse #31

Dutch


‌On croit souvent avoir réinventé la roue, mais l'idée ne date pas d'hier.
Elle remonterait à la 1ère guerre mondiale pour chauffer les populations urbaines (selon les sources, tantôt britanniques, tantôt allemandes)

J'ai retrouvé plusieurs presses à bûches délabrées quand on a acheté notre maison, mais pas immédiatement pigé leur usage car la baraque avait alors une installation au gaz de ville & j'étais parti sur un usage alimentaire.
C'est l'ancienne propriétaire qui m'a expliqué: en 1937 son père avait fait installer un chauffage central à charbon + douche chaude (un luxe pour une maison individuelle de l'époque), mais trois ans plus tard, Chalon se trouvait en zone occupée & ils ont du se débrouiller face aux restrictions.

Aujourd'hui, ça semble revenir à la mode: http://www.google.com/search?q=presse+b%C3%BBche+papier&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=2ahUKEwiBkMXp8LD8AhXqV6QEHZPVAyAQ_AUoAnoECAEQBA&biw=1288&bih=627&dpr=1

Et comme hier, des gens tâtonnent à essayer de remplacer le bois par ce combustible et bataillent sur les différences.... alors qu'il est conçu pour pallier au manque de charbon. ::)
Ça peut durer des topics entiers sans solution, sauf à l'utiliser dans un poêle adéquat, ou à modifier sa composition (j'y viendrai plus tard).
Pour forcer le trait, ça revient à vouloir faire marcher un diesel à l'essence: le résultat sera décevant jusqu'à mettre en harmonie le moteur & son carburant.


On trouve aussi plein de vidéos vantant une course à la compression & à la taille des bûches via la puissance des presses et le volume des bacs, comme unique option.

Pourtant, tout le monde comprend la différence entre une bonne flambée & un feu qui charbonne. Puis il suffit de manipuler un bout de minerai de charbon pour s'apercevoir que sa densité est supérieure au bois... :huh:

Ça me semble assez incompréhensible, logiquement il vaudrait mieux desserrer/aérer la matière pour se rapprocher du bois. Et aussi plusieurs morceaux plutôt qu'un "gros pavé".

Visiblement dans un poêle à bois (donc quand même avec un tirage d'air régulable), il n'y a pas besoin de compresser de la pâte à papier, ni de toutes les opérations annexes: http://grinchou-site.blogspot.com/2015/10/fabriquer-des-buches-de-papier.html
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

09 janvier 2023 à 15:16:27
Réponse #32

Dutch


Merci Dutch, hum, dans l'absolue oui je serais preneur  :up: car je souhaiterais un jour disposer d'un poêle à bois ... et pouvoir y faire brûler tout

Si tu veux tout brûler, un poêle à bois n'est pas le plus opportun...
Je m'explique: s'il existe des poêles à bois, à charbon, mixte et des brûle tout, c'est parce qu'il y a une conception différente derrière chaque appellation.

Pour vraiment tout brûler il existe d'autres appareils, mais ils sont plus destinés à chauffer des locaux professionnels qu’à un usage domestique (encombrement, puissance, salissures, odeurs...)
Ce genre là a autant pour fonction d’éliminer des déchets par incinération que de chauffer:



 



Les modèles à charbon s’alimentent généralement par le dessus, idem pour les poêles mixtes.
Tandis qu'à bois, le chargement se fait plutôt en façade ou latéralement.

On peut alimenter un poêle à charbon au bois car ses parois sont plus épaisses & souvent doublées de briques réfractaires.
Prudence dans le cas inverse, car ce n'est pas conçu pour de telles températures (sur ce modèle, la trappe supérieure ronde peut induire en erreur: elle est faite pour cuisiner, pas alimenter le foyer)






Edit, la plaque de ce modèle à bois n'a pas du tout apprécié la chaleur du charbon:






Concernant la fabrication des bûches compressées, j'utilise une presse à levier simple car actionnable au pied (plus de compression avec moins d'effort)








Pas retour sur le modèle à double levier, celui que j'avais acheté ayant cassé à la 1ère utilisation... (c'était une production asiatique bas de gamme)






Pour le reste, c'est basique:








Les photos ci dessus illustrent une mixture destinée à remplacer le charbon: remplissage en deux fois & double pressage, afin d'obtenir une densité maximale (on peut en effet produire une brique du même volume pesant du simple au double selon la façon de s'y prendre).

Pour un usage dans un poêle à bois, j'utiliserai 30-40% de pâte à papier comme liant et le reste de copeaux de branches issus du broyeur de jardin.

« Modifié: 19 janvier 2023 à 19:11:03 par Dutch »
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

12 janvier 2023 à 09:14:51
Réponse #33

BenGG


Merci Dutch pour ces précisions et infos :)
Hum effectivement je n'avais pas poussé jusqu'à l'incinérateur de "petite" dimension.

Concernant le poil, j'avais imaginé une gestion des flammes aussi ? Pour la chaleur j'avoue ouï dire.
Je n'ai pas étudié plus avant malheureusement  (location tout ca).

Ah si prévoir un ondulo avec les modèles récents à ventouses (cf retour d'expérience sur ce forum).

Merci également pour les "buchettes home made". Bon perso j'achète les pattés par pack de 48 :p
Effectivement les végétaux broyés et recompressés une solution :)


12 janvier 2023 à 16:50:46
Réponse #34

Dutch


Quelques précisions supplémentaires.

Si tu mélanges d'autres choses au papier (sciure, branches broyées, noyaux...), il vaut mieux ajouter une cuillère à soupe de lessive Saint Marc ou d'eau de Javel.
J'ai remarqué que la mixture fermentait, particulièrement en été ou avec un couvercle (idéalement, le temps d'imprégnation des papiers/cartons est d'une nuit).

Cette fermentation est source d'odeurs désagréables au séchage et au stockage. Probablement aussi lors de la combustion mais dans un poêle bien refait, ce n'est pas décelable.
Il peut aussi y avoir apparition de moisissures si le séchage s'éternise et l'ajout de ces produits tempère le phénomène.

Même avec de la pâte 100% papier & carton, il reste une légère odeur, que j'attribue aux encres & colles.
Il est plus facile de s'en débarrasser, il suffit de réserver l'eau de lavage du carrelage pour les bûches et elles sentiront la lavande, le pin etc... suivant le détergent employé.

Ces astuces sont aussi utiles si les bûches sont stockées à l'extérieur (même sous abri). En effet, elles sont sensibles à l'hygrométrie et prennent très rapidement une odeur type "vieux bouquin moisi".
Dans notre chambre, le simple fait d'avoir gardé 5-6 bûches à proximité du poêle suffisait à embaumer toute la pièce. ^-^

Concernant le poil, j'avais imaginé une gestion des flammes aussi ?

Encore une fois, tout dépend du type de poêle.
Dans les miens, une flamme vive n'est utile qu'au démarrage. Ensuite, je préfère les laisser charbonner doucement.
Après, tout dépend du contexte, chez nous la sur-isolation rend vite la température intenable, mais il en irait autrement dans un hangar...

Comme expliqué plus haut, je cherche plutôt à réduire la vivacité du feu au profit de la durée.
En cela les bûches de papier me conviennent car elles produisent une cendre à la fois légère & très "structurée" qui ralenti le tirage.
Même en tringlant la trémie du poêle, il en reste une bonne couche tandis que les cendres de bois tombent direct dans le tiroir.

Pour illustrer, hier ce poêle à charbon a fonctionné 6H00 aux bûches de papier.
Après avoir actionné la tringle d'évacuation ces cendres, j'ai juste remis une bûche avant d'aller me coucher. Ce matin, elle est consumée jusqu'au cœur, mais contrairement au bois, sa structure est restée cohérente:






En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

13 janvier 2023 à 11:40:40
Réponse #35

Dutch


@BenGG, si tu souhaites approfondir la question, j'ai retrouvé le site qui avait servi de base à mes calculs.
Les infos m'ont semblé plus pertinentes qu'ailleurs, même si dans mon cas il s'agissait de trouver un substitut au charbon: http://www.procharbon.org/produits_caracteres.php

Leur calculateur donne une idée pour "calibrer" son poêle en fonction de la pièce, mais ce n'est pas du 100%: http://www.procharbon.org/utilisation_calcul.php

Dans la chambre où se trouve notre poêle à charbon, le calculateur préconisait 2900 Kw.
Mais dans les faits, j'ai une installation sensée développer 1800 Mth/h (soit 2092 Kw/h) et nous avons trop chaud malgré un combustible moins calorifique.

Bref, à utiliser comme base, mais avec circonspection... Ça m'aura au moins évité de mettre un poêle nettement plus gros.




En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

15 janvier 2023 à 14:59:48
Réponse #36

BenGG


Wooh ! Merci pour toutes ces infos !

Hum effectivement, ainsi présenté, vaut mieux une combustion lente permettant d'assurer une température contente, qu'une combustion "puissante et rapide".

Merci pour les astuces de fabrication ! :)

Et merci pour  le lien vers le dimensionnement, je vais regarder ! Dans le domaine le "qui peut le plus" n'est pas forcément pertinent vis à vis de l'aspect consommation.

17 janvier 2023 à 11:38:32
Réponse #37

Dutch


Oui, l’adage "Qui peut le plus peut le moins" ne s'applique pas au chauffage et j'ai mis beaucoup de temps à l'accepter. :-[
Surtout que l'aspect esthétique entre dans mon cahier des charges, ce qui a conduit à l'achat de matériel joli mais inadapté...

En physique comme en physiologie, les faits sont têtus: le corps humain à une plage de températures de confort et on ne peut pas faire descendre l'émission de chaleur d'un poêle en dessous d'un certain seuil.
Donc, si on n’en tient pas compte, ce sera inconfortable (pas seulement la chaleur, l'assèchement est pénible aussi).

Préalablement au poêle à charbon Rosières, j'avais installé ce Deville à bois.
Il y a 20 ans, je tenais absolument à voir les flammes (ne me demandez pas pourquoi, c'était une idée fixe ::))





La situation à changé du fait de l'isolation & du réchauffement climatique, mais on ne s'en servait plus car devenu sur-calibré.
Aujourd'hui le Rosières à petit foyer le remplace aisément (20 X 15 X 25 cm, c'est le plus petit volume que j'ai trouvé).

Il faut dire aussi que les informations sur ces vieux matériels sont rares & pas toujours très claires... :-\
On trouve une plaque indiquant le combustible et la puissance (souvent surévaluée) à partir des années 50-60, mais avant c'est le flou total.
Dans beaucoup de cas, il n'est pas indiqué à quoi ils sont sensés fonctionner et seule une observation de leur construction permet d'être fixé*.

A cela s'ajoute la mauvaise image du charbon & sa faible distribution de nos jours.
Résultat: une bonne moitié des poêles "à bois" vintages sur le Bon Coin sont en réalité des modèles à charbon, dont il sera plus délicat de tirer le meilleur parti.




*Mais avec un peu d'habitude, on s'y retrouve:
_Les poêles à bois sont majoritairement alimentés en façade ou latéralement, vs sur le dessus pour ceux à charbon.
_Les poêles à charbon chauffant plus, ils ont un foyer plus épais, généralement doublé de briques réfractaires.
_Sur les poêles à bois le foyer est le plus souvent visible à travers une vitre hautes températures.
_C'est plus rarement le cas sur les modèles à charbon et il s'agit alors de mica (une roche translucide), car le verre ne résisterait pas.

Par rapport au début de mes cogitations, le développement d'internet permet d'échanger avec des collectionneurs (si-si ça existe).
Ces gens sont de véritables mines d'informations qu'ils partagent volontiers.
Si on a la chance de pouvoir les rencontrer, ça permet de se faire une idée du panel de la production d'antan et de mieux cibler sa recherche après avoir étudié in situ les différentes variantes.









En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

18 janvier 2023 à 08:17:10
Réponse #38

Dutch


‌‌Je poursuis en précisant le contexte entourant cette réflexion sur les moyens de chauffage.

Globalement, il est peu réaliste d'espérer une autonomie complète en ville. :-\
C'est pourquoi, ma stratégie consiste à diversifier les sources d'énergie, puis à déplacer des curseurs en fonction du souci rencontré et en tablant que toutes les pénuries ne surviendront pas simultanément.

 _En cas de coupure d'électricité:


Le problème serait épineux car elle est relativement complexe à produire & à réguler. C'est pourquoi, je considère le chauffage comme secondaire, dans le sens où j'en obtiens sans électricité, rallongeant d'autant l’autonomie des autres postes.
Pour pallier à une panne électrique, nous avons bien un réchaud Biolite & quelques panneaux solaires de bivouac, mais leur utilisation restera marginale et la présence d'un monument historique à proximité m'interdit d'en installer sur le toit. :(

Même en ayant sectorisé le circuit de l'habitation en 3 zones d'affectations à fonctionnement intermittent (1= congélateur & frigos + éclairage, 2= chaudière + éclairage, 3= prises électriques + éclairage), ce ne sera pas tenable au delà de 8 jours avec notre groupe électrogène sans renouvellement du stock de carburant, mais on peut raisonnablement espérer un rétablissement du courant dans ce délai (et à défaut, les denrées des congélateurs auront été consommées)

Si la rupture devait durer, la distribution d'eau urbaine serait impactée, mais la présence de puits dans le jardin & au sous-sol permettrait de se débrouiller.

Pour résumer, notre production électrique sans carburant se bornerait à recharger smartphone & lampes frontales comme en bivouac, donc très limitée.
A la rigueur, l’acquisition d'un groupe électrogène mixte (gaz/essence) nous donnerait une plus grande de marge manœuvre, c'est sur la (longue) liste des projets... ::)




_En cas de coupure de gaz:

Il se poserait, outre le problème du chauffage, celui de la cuisine & de l'eau chaude.
_Provisoirement*, nous pourrions cuisiner dans l'actuelle cheminée à foyer ouvert et avec une cuisinière à gaz en bouteille de 13 kg, installée dans la véranda.





_Quant aux poêles à bois/charbon/pétrole décrits plus haut, j'ai fait en sorte d'installer des modèles plats, permettant de réchauffer de la nourriture ou un fût inox de 20 litres d'eau pour la toilette.







L'étape suivante sera de reproduire cette douche Manufrance des années 1930 dans un contenant en inox.
Difficile de faire plus simple, un crochet au mur suffit. :)
Après tout, certains foyers ruraux n'ont eu que ça pendant des lustres et on se contente de moins en outdoor...









*Pour la cuisine, j'ai étudié & acquis un système très abouti des années 1920, permettant de bénéficier d'une cuisinière + four + chauffage + production d'eau chaude + foyer ouvert + fumoir dans un même module.
Si ça intéresse, je peux détailler son fonctionnement & aussi indiquer le coût des différents systèmes présentés. ;)
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

18 janvier 2023 à 09:23:11
Réponse #39

gmaz87


Salut Dutch,

Je suis toujours avec intérêt ce sujet et tes explications très claires  :doubleup: et je suis preneur de plus de détails sur la douche Manu et surtout le système ouverture fermeture mais également de ton système
bureau informatique, cuisinière, chauffage, fumoir  :D
Encore merci
a+ Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

18 janvier 2023 à 14:42:23
Réponse #40

Dutch


Ce seau-douche MF ne m'appartient pas, j'ai juste pu l'examiner chez un collectionneur de la marque pour le reproduire.
Le système d'ouverture est une simple soupape, comme sur les chasses d'eau ou baignoires anciennes.

En voici une illustration, issue du catalogue 1930:






Et les principales évolutions du modèle
_Catalogue 1910:







_Quelques évolutions au catalogue 1930, notamment des modèles pliants pour camping:







_Au catalogue 1954, l'acier devient galvanisé, avec un rebord inférieur plus haut permettant de poser le seau directement sur un poêle sans cramer le joint + une forme conique accélérant la chauffe du liquide (le modèle le plus abouti à mon avis, celui en photo plus haut):







_Ensuite,  ça se dégrade avec l'apparition du plastique "incassable", ce qui n'est plus du tout le cas 60 ans après.
Hier comme aujourd'hui, nouveauté n'était pas forcément synonyme de progrès... :-\
Ici au catalogue 1962:






La suite plus tard, ça prend du temps... ;)
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

18 janvier 2023 à 15:59:47
Réponse #41

Arnaud


« When the last tree is cut, the last fish is caught, and the last river is polluted; when to breathe the air is sickening, you will realize, too late, that wealth is not in bank accounts and that you can’t eat money. »

18 janvier 2023 à 18:14:10
Réponse #42

gmaz87


Bonsoir,
Merci pour les photos, en effet c'est simple et durable et c'est un bon moyen de réduire la consommation d'eau au volume du bouzin.

J'ai utilisé la douche de camping en plastique noire dans ma maison de campagne dans les années 70, chauffage au soleil, douche vers 16h ( le matin ça caille), accrochée au garde fou d'un balcon et avec une toile pour l'intimité et une grande cuvette pour récupérer la flotte.

Fonctionnement en 3 temps: ouverture de l'eau pour humidifier le corps, arrêt de l'eau et savonnage, rinçage.
Au début on gère mal le temps donc rinçage imparfait, ensuite on a compris...

Je suis de cette génération qui a grandi sans douche ou baignoire, lavette à la cuvette dans la cuisine, un bain dans le lavoir de temps en temps, donc ces systèmes me parlent bien.

A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

18 janvier 2023 à 18:51:37
Réponse #43

Dutch


@ Arnaud: oui, c'est effectivement le plus simple. :yeah:
Malheureusement il n'y a pas assez de débattement dans notre douche pour le balancier d'un arrosoir...

Mon projet consiste aussi a rendre le système plus polyvalent, parce que tout ça finit par occuper beaucoup de place à la longue. :-\
Le réservoir devra donc avoir plusieurs fonctions, à la base il s'agit de ce modèle en inox alimentaire (chiné 8€ neuf aux puces):




Coté polyvalence:
_Production d'eau chaude grâce au poêle, pour la cuisine, le lavage des mains, la vaisselle etc...
Aucune modification, j'ai juste remplacé les joints d'origine par des hautes températures/ hautes pressions de climatisation réversible (origine Renault)
Et pas besoin de soupape en cas d'oubli sur le feu, il suffit de desserrer le bouchon pour laisser la vapeur s'échapper.





_Douche à gravité comme le seau MF pour mes deux fils & moi, avec l'adjonction d'un flexible et pommeau à soupape de camping-car (6€ sur Aliexpress)






_Filtration de l'eau du puits via ce seau à Champagne inox grand modèle (2€ en brocante), par l'adjonction de deux modules type Berkey:






_Dernière modif', il sera peint en noir haute température (pour résister à une chauffe sur poêle l'hiver), car aux beaux jours, pas besoin de faire chauffer l'eau, les UV feront le taf.
Celle du robinet ou du puits est fraîche au tirage, mais utilisable après quelques heures au soleil, alors pas nécessaire d'allumer un poêle en juillet...



Pour mon épouse & ma fille, je vais juste peindre en noir cet ancien pulvérisateur de jardin en inox & pompe en laiton et ajouter un pommeau de douche comme sur l'autre.
Techniquement, même topo: l'eau chauffera au soleil ou sur un poêle selon la saison.

En effet, elles ont besoin de plus de pression pour laver leurs cheveux longs & pas la force physique d'accrocher un bidon de 24 kg au plafond de la salle de bains.
Le pulvérisateur n'en pèse que 15 et il reste au sol:







Edit: précisions
« Modifié: 20 janvier 2023 à 20:10:56 par Dutch »
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

19 janvier 2023 à 12:13:02
Réponse #44

gmaz87


Très ingénieux, ça se rapproche d'ailleurs un peu des systèmes utilisés en camping-car dans des véhicules trop petits pour y installer des douches.
J'adore ces bidouillages pour pallier à l'absence de ce qui nous semble d'une évidence quotidienne, la douche c'est un peu devenu comme l'électricité dans la maison: on tourne un interrupteur et c'est bon.
Mais si ça ne marche plus, comment y pallier, rapidement et en low tech?, ça nécessite d'y avoir songé bien en amont et d'avoir réuni le matos, c'est aussi la raison d'être de ce forum de réfléchir à ces situations.
A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

19 janvier 2023 à 13:30:36
Réponse #45

Dutch


 
[...] je suis preneur de plus de détails sur la douche Manu et surtout le système ouverture fermeture mais également de ton système bureau informatique, cuisinière, chauffage, fumoir

J'y viens... :glare:
A la base, j’envisageais de construire une cheminée en briques réfractaires dans la salle à manger et de poser en travers, le corps de ce poêle/four/cuisinière des années 1860:






J'aurai canalisé les fumées à travers le poêle via une hotte en fonte, afin d'en récupérer la chaleur pour la cuisson, ainsi les modules cuisinière & cheminée auraient pu fonctionner indépendamment.

Le tout raccordé à cette ancienne cheminée à foyer ouvert, dont l'encastrement & le conduit existent toujours:






Mais ça, c'était avant de découvrir que quelqu'un y avait pensé avant moi... et de façon beaucoup plus aboutie. :yeah:
A l'époque, internet était embryonnaire et obtenir l'information m'a pris des années (plus quelques autres pour m'en procurer un exemplaire en bon état).

Voilà l'objet, issu des fonderies de Dommartin le Franc entre 1910 & 1929:

_Le vaste piano de cuisson vu de dessus:






_Le foyer de la cuisinière & son four:







_La cheminée à foyer ouvert, avec sa porte occultante la transformant en fumoir





_Coté droit: alimentation en bûches de la cuisinière & production d'eau chaude, avec en dessous, un compartiment séchoir (il y a le même à gauche)






_Le système vu de l'arrière:






_Avec son conduit et un accessoire de cheminée de série:






_Les différents éléments démontés:






NB: certaines photos proviennent du net, car la mienne est démontée sur palette à la maison de campagne.

En effet, son installation va nécessiter de gros travaux: démolir le bar et une partie de la salle à manger récemment rénovés, faire réaliser un conduit inox sur mesure, modifier le toit et reconstruire un socle adapté etc... ^-^

Puis comme il y a la même cavité d'ancienne cheminée dans la chambre au dessus, j'aimerai bien y faire passer le conduit.
Ça implique de faire reproduire sur mesure une lyre en inox comme à l'époque.
D'après mes calculs, le rendement calorifique issu de la récupération des fumées devrait suffire à chauffer la pièce.










Edit, j'ai oublié de préciser le coût de cette cheminée-cusinière: 400€ (plus autant de gasoil & d'autoroute pour aller la chercher à l'autre bout de la France)
« Modifié: 19 janvier 2023 à 13:51:45 par Dutch »
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

27 janvier 2023 à 11:01:28
Réponse #46

Dutch


@Gmza87 si tu cherches un seau-douche, il faut regarder sous l’appellation Elva.

En effet, la Manu utilisait plusieurs sous marques selon les gammes d'articles (Omnia pour les machines à coudre, Hirondelle pour les vélos etc...) mais aujourd'hui, la plupart des vendeurs ignorent qu'il s'agit d'un produit Manufrance.

En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

27 janvier 2023 à 13:25:12
Réponse #47

gmaz87


Salut Dutch,

Merci pour l'info, je vais chercher sur LBC et ouvrir l'œil dans les brocantes.
Pour une douche économique d'été, ça devrait le faire  ;D
a+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

28 janvier 2023 à 10:17:02
Réponse #48

Dutch


Si au hasard des brocantes tu tombes sur ce curieux collier de douche, tu peux me le prendre d'office.
Ça fait des lustres que j'aimerai le tester.

En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

28 janvier 2023 à 10:37:14
Réponse #49

gmaz87


ça marche!!  :), si je croise ça je le prends.

Pour le seau douche, j'en ai trouvé deux ou trois, mais à 80 euros :'(, pour une douche d'été économique c'est cuit.
Du coup, je vais compter sur le hasard dans les vide-greniers, un truc de plus à ajouter sur la (longue) liste... ;#
Bon week-end
A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //