Nos Partenaires

Auteur Sujet: Couteau fixe : comment l'emporter ?  (Lu 4383 fois)

02 juillet 2022 à 14:40:45
Lu 4383 fois

The Scientist


Bonjour à tous,


Je suis l'heureux possesseur d'un ESEE 4 et je m'interroge sur les possibilités pour le garder près de moi lorsque je travaille à l'extérieur (ouvrier agri). On peut le porter dans son étui à la ceinture, c'est le plus accessible et une pince métal permet cela mais ça risque de "coincer" sur l'aspect "socialement accepté". On peut aussi le mettre dans une des poches du pantalon (près du genoux), dans son étui, sauf que celui-ci va balloter si je m'active physiquement. Enfin, il peut rester dans mon petit sac à dos mais il ne sera pas toujours accessible pour autant !

J'aimerais donc savoir comment les possesseurs de "fixes" de petites tailles portent leur couteau et qu'est ce qu'il ne faut pas faire en la matière.

Merci par avance !
"L'entêtement sans l'intelligence, c'est la sottise soudée au bout de la bêtise et lui servant de rallonge"


Y a pas de propriété industrielle sur le bon sens !

02 juillet 2022 à 15:25:40
Réponse #1

jeanluc


Tu pourrais peut-être tenter le port horizontal dans le dos...te reste plus qu'à te faire l'étui, ou adapter deux pattes munies d'un bouton pression si ton étui est en kydex. Sous une chemise flottante ou un gilet/veste/parka selon la saison , ça reste très discret
Même en ventral, combien de fois je suis sorti de la voiture en l'ayant oublié après une rando ou une partie de pêche ::)

02 juillet 2022 à 19:31:47
Réponse #2

Draven


Perso c'est dans la poche du pantalon, poche classique, pas sur la cuisse.
Un bout de paracorde sur l'étui pour l'accrocher a la ceinture. Comme ca tu peux dégainer le couteau d'une seule main
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

02 juillet 2022 à 19:55:41
Réponse #3

The Scientist


Y en a qui à publié une vidéo ou il recommandait de porter ce couteau autour du cou !  :down:

Et moi je conseillerais de ne JAMAIS rien porter de tranchant à cet endroit : la carotide n'est pas très loin, la ficelle peut se prendre dans des branchages, c'est connoté "crocodile dundee"...

Ah oui une chose, pourquoi avoir fixé sur le bas de l'étui de protection deux petites lanières de para-corde, si quelqu'un à une idée ?  ::)
"L'entêtement sans l'intelligence, c'est la sottise soudée au bout de la bêtise et lui servant de rallonge"


Y a pas de propriété industrielle sur le bon sens !

03 juillet 2022 à 07:46:45
Réponse #4

Rantanplan


"Le port et le transport d'une arme de catégorie D sont interdits sans motif légitime."

Dans l'exercice de ton travail, si le couteau est utile justifiable  ;#, tu peux le porter comme tu veux.
« Modifié: 03 juillet 2022 à 09:46:18 par Rantanplan »
Rire nous rend invincibles. Pas comme ceux qui gagnent toujours mais comme ceux qui n'abandonnent pas. - Frida Kahlo

03 juillet 2022 à 11:19:02
Réponse #5

The Scientist


Je posais cet question parce qu'en France avoir un couteau à la ceinture ça peut faire désordre...
A ce jeu là les mecs de Randall's Adventure peuvent être tranquille à moins de se faire verbaliser par un pécari en Amazonie.  ::)


Je comprendrais JAMAIS l'intérêt qu'on certaines marques à proposer des couteau (je n'ai pas dis "machette"), dont la lame mesure 35/40cm. Je suis à peu près sûr que 80% des tâches en bushcraft peuvent être assuré par un simple ESEE 4, pour le reste y a plus efficient et rapide pour ça (machette, hache...).
"L'entêtement sans l'intelligence, c'est la sottise soudée au bout de la bêtise et lui servant de rallonge"


Y a pas de propriété industrielle sur le bon sens !

03 juillet 2022 à 11:30:30
Réponse #6

Rantanplan


Je répète.

Si tu peux justifier du motif légitime d'usage du couteau par ton activité pro. Port et transport OK dans le cadre strict de ton activité pro.

Pour la taille du couteau dans un contexte de LOISIRS, chacun voit midi à sa porte.
« Modifié: 03 juillet 2022 à 11:42:58 par Rantanplan »
Rire nous rend invincibles. Pas comme ceux qui gagnent toujours mais comme ceux qui n'abandonnent pas. - Frida Kahlo

03 juillet 2022 à 14:39:51
Réponse #7

bloodyfrog


Le port à l'horizontal est le plus facile à dissimuler sans doute, hors tes poches.

En vertical, un étui en cuir dans lequel plongent la lame et une partie du manche permet de porter ce type de couteau plus "facilement" qu'un étui kydex ou nylon mili. C'est identifié comme couteau de chasse ou outdoor, et non tacticool/Rambo.
Ça reste une lame fixe dont le port est à justifier bien sur.

Avec une drisse type paracord en 8 dans le dos, tu peux bricoler aussi un harnais pour porter ton couteau sous l'aisselle, manche vers le bas si étui kydex avec une bonne rétention.
C'est très discret de port sous un vêtement et le couteau reste rapidement accessible.
Mais dégainer de ce type de port devant du monde te classe à coup sur dans la catégorie psychopathe.

Tu t'es fait plaisir avec un ESEE et c'est bien.
Mais autre questionnement possible, est ce le bon choix à porter au boulot?

A quelle fréquence te sers tu d'une lame? Sur ces utilisations, quand un outil pro adapté (sécateur ou autre...) ou un simple Opinel feraient moins bien le job qu'un ESEE 4?

Si le besoin d'une lame fixe accessible est REEL, et non juste un plaisir, une lame telle qu'un Mora Companion Orange, parfaitement capable pour 12/15 euros, ne serait elle pas plus facile à porter et utiliser facilement en milieu agricole?

Manu.

Note: la drisse en bas de l'étui sert traditionnellement à l'attacher à la cuisse... mais sur un couteau de cette taille c'est inutile. Marketing.

03 juillet 2022 à 17:21:28
Réponse #8

The Scientist


A quelle fréquence te sers tu d'une lame? Sur ces utilisations, quand un outil pro adapté (sécateur ou autre...) ou un simple Opinel feraient moins bien le job qu'un ESEE 4?

=> Relativement rarement mais il y a des périodes ou je m'en sert très fréquemment (ouverture de sac notamment. Un sécateur ou une vendangette fera systématiquement moins bien par la petitesse de la lame et le dégagement de celle-ci, mais ça dépanne !

Si le besoin d'une lame fixe accessible est REEL, et non juste un plaisir, une lame telle qu'un Mora Companion Orange, parfaitement capable pour 12/15 euros, ne serait elle pas plus facile à porter et utiliser facilement en milieu agricole?

=> Le besoin d'une lame fixe ne se pose même pas : il en faut une. A la limite, ce serait priver un médecin de stéthoscope m'voyez.  ;# Je reviens sur l'idée de l'utilité d'un fixe : ce n'est pas parce que c'est un item dont on se sert peu souvent qu'il ne faut pas en porter ou en négliger la qualité, à la manière d'un sifflet par exemple, de plus, si on se sert rarement de cet item, l'aspect "qualitatif" est important car on aura pas eu de recul sur sa fiabilité. Un fixe pourquoi ? pour ne pas avoir à gérer le souci d'une casse du mécanisme permettant l'ouverture / fermeture de la lame, même si on m'assure que c'est une casse rare. En 1095 pourquoi ?, car même si ça rouille ça se réaffute facilement et ça tranche rasoir. La largeur de la lame permet un champ d'utilisation en dehors de celui d'un Opinel ou d'un Mora sans arrière pensée : c'est une barre de métal coupante ce couteau et je suis sur que bien des aciers inox auront cassé que le mien sera à peine tordu !

Toutefois, le coût d'un ESEE 4 en fait un objet dont la perte ou le vol ne sont pas (ou difficilement !), digérable comparé à un bon Mora.

J'ai longtemps a acheter à la place un Grohmann survival mais deux points ont fait que je n'ai pas retenu cet option : l'absence d'une garantie à vie mondiale et transférable et le fait que le manche est en bois donc craint l'humidité prolongé, rend l'utilisation pénible si mouillé et dont le démontage des plaquettes est impossible.
"L'entêtement sans l'intelligence, c'est la sottise soudée au bout de la bêtise et lui servant de rallonge"


Y a pas de propriété industrielle sur le bon sens !

03 juillet 2022 à 17:39:57
Réponse #9

azur


La majorité des lames que j'ai vu utilisées dans le milieu agricole étaient "peu couteuses" (opinel et Mora essentiellement) parce que les occasions de perte sont quand même fréquentes!
Un mora à manche orange, ça se retrouve facilement... et au pire, tu as perdu 15€. En plus, comme il a été dit, l'étui plastique inclus est assez pratique pour sortir et ranger le couteau.

Ayant travaillé dans la culture (céréales, maraichage) et l'élevage (vaches, moutons, chèvres, lapins), je n'ai jamais vu personne avec une lame fixe sur soi dans les champs, en général c'est plutôt dans le C15 ou la boite à outil du tracteur. Peut-être en estive? Et encore...
Il y a bien les les maraichers, mais ils utilisent plutôt des couteaux inox qui se rapprochent des couteaux de cuisine (Nogent ***, opinel office inox...)
Quant aux forestiers, ils emportent plutôt une serpe ou une petite hache.

En revanche, ils ont quasi-systématiquement dans la poche un petit pliant type opinel, pas cher, facile à affuter, qui servait à tout (sauf pour étaler le pâté!), histoire d'avoir un truc qui coupe sur soi sans que ça soit exagérément encombrant.

Si tu as besoin de faire levier, en général, tu as des outils plus adaptés à portée de main!

Sinon, dans ton cahier des charges, pas cher, pas en inox, et globalement acceptable dans le milieu agricole, il y a ça: https://forum.davidmanise.com/index.php/topic,68250.msg571781.html#msg571781
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!
------------------------------------------
Boviner, c'est contourner par le centre...

03 juillet 2022 à 21:09:36
Réponse #10

cosmikvratch


La largeur de la lame permet un champ d'utilisation en dehors de celui d'un Opinel ou d'un Mora sans arrière pensée : c'est une barre de métal coupante ce couteau et je suis sur que bien des aciers inox auront cassé que le mien sera à peine tordu !

le mora robust V2 carbone est actuellement à 12 euros 50 ( acier proche du 1095)... c'est du costaud! ;# j'en ai un qui a même servi de burin avec une massette pour faire des tranchées dans un mur en brique! (bon ça m'a pris du temps pour récupérer le fil... mais la pointe a pas perdu plus de 3 mm)

ça ne fait lever le sourcil de personne accroché à une poche cargo ou à une ceinture, car ça resemble à un outil usuel... et d'ailleurs C'EST un outil usuel :up:

ya pas de problème à vouloir avoir un beau couteau un peu plus cher (je plaide coupable)... mais pour les raisons objectives... faut pas se cacher derrière son petit doigt ;)
Life's a bitch (and then you die)

04 juillet 2022 à 17:08:22
Réponse #11

The Scientist


ya pas de problème à vouloir avoir un beau couteau un peu plus cher (je plaide coupable)... mais pour les raisons objectives... faut pas se cacher derrière son petit doigt ;)


Tout à fait ! il y a un brin de "surenchère" dans mon achat mais certaines acquisitions sont achetés disons... passionnément !


Le Mora c'est un peu le 20/80 appliqué à la coutellerie, il pourra je pense s’acquitter de l'essentiel des tâches dévolue à mon couteau mais mon esee d isposera en plus :

- D'une lame plus robuste et présentant une inertie supérieur, pratique dans certains cas.

- D'un manche sans risque de glisse pour les mains dont les plaquettes sont démontables et "changeable".

- D'une garantie à vie et transférable.

- D'un "jimping" et d'un "ricasso".

- D'un traitement thermique, à priori, 'top moumoute".

C'est le coup de la laine swandri contre le polyester décath', c'est pas parfait partout, mais selon les cas ça peut avoir son utilité.

 
"L'entêtement sans l'intelligence, c'est la sottise soudée au bout de la bêtise et lui servant de rallonge"


Y a pas de propriété industrielle sur le bon sens !

04 juillet 2022 à 17:36:28
Réponse #12

Kilbith


Les mora sont de bons utilitaires, mais ils ne sont pas parfaits.

Les lames ont le plus souvent des émoutures scandinaves qui ne conviennent pas parfaitement pour toutes les tâches, par exemple couper une pomme de terre.

Les lames sont fines et pas vraiment rigides. Les lames sont étroites et donc peu adaptées pour écorcher du gibier par exemple, ou tartiner.

Si on veut fréquemment bâtonner, les assemblages de manches ne sont pas parfaits et on peut préférer une lame plus épaisses.

Les lames ont rarement des quillons et encore moins de double quillons.

Évidemment j’ai et j’utilise souvent des mora, mais « pas que ».
« Modifié: 04 juillet 2022 à 18:04:53 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

04 juillet 2022 à 17:46:20
Réponse #13

azur


Le Mora c'est un peu le 20/80 appliqué à la coutellerie, il pourra je pense s’acquitter de l'essentiel des tâches dévolue à mon couteau mais mon esee disposera en plus :
- D'une lame plus robuste et présentant une inertie supérieur, pratique dans certains cas.
- D'un manche sans risque de glisse pour les mains dont les plaquettes sont démontables et "changeable".
- D'une garantie à vie et transférable.
- D'un "jimping" et d'un "ricasso".
- D'un traitement thermique, à priori, 'top moumoute".
Je comprends parfaitement l'envie d'avoir un bel objet... mais ayant bossé dans le milieu agricole, je peine à discerner l'avantage d'un ESEE au quotidien par rapport à un bête opinel, sachant que l'ESEE sera plus lourd et encombrant... et ça va piquer quand tu le perdras (parce que, dans ce genre de boulot, tu as quand même une forte probabilité de le perdre!)
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!
------------------------------------------
Boviner, c'est contourner par le centre...

04 juillet 2022 à 19:06:18
Réponse #14

bpc


. On peut aussi le mettre dans une des poches du pantalon (près du genoux), dans son étui, sauf que celui-ci va balloter si je m'active physiquement.

C'est ce que je fais, je ne me sens pas gêné.

04 juillet 2022 à 22:57:03
Réponse #15

cosmikvratch


Les mora sont de bons utilitaires, mais ils ne sont pas parfaits.

Les lames ont le plus souvent des émoutures scandinaves qui ne conviennent pas parfaitement pour toutes les tâches, par exemple couper une pomme de terre.

Les lames sont fines et pas vraiment rigides. Les lames sont étroites et donc peu adaptées pour écorcher du gibier par exemple, ou tartiner.

Si on veut fréquemment bâtonner, les assemblages de manches ne sont pas parfaits et on peut préférer une lame plus épaisses.

Les lames ont rarement des quillons et encore moins de double quillons.

Évidemment j’ai et j’utilise souvent des mora, mais « pas que ».


robust V2: 3.2 mm d'épaisseur... plutôt rigide ;)
pour le gibier: j'ai quelques dizaines de dépecages de chèvres au compteur au mora, pas de problème particulier, en dehors de l'emouture scandinave qui s'ébrèche plus facilement sur l'os qu'avec un biseau secondaire c'est vrai. Les manches sont étonnament peu glissants lorsque maculés de sang ou de graisse.
Pour tartiner et les quillons... Je pense que tu parles des profils de lame type companion. les "pro" (et le robust V2) sont un peu moins effilés, ça le fait pour le tartinage, et pour les "quillons". cf photo


Pour le batonnage, la seule limite est la longueur de lame à mon avis. Je n'ai pas d'exemple de manche qui a pris du jeu, et je les maltraite mes moras, c'est fait pour ça  ;# (encore une fois robust ou companion heavy duty, les lames plus fines peuvent casser quand on tape dessus)


Moi aussi je leur fait des infidélités aux moras. Mais objectivement... je pourais faire 98% du boulot avec. (hors cuisine, tu as raison pour le tranchage qui fend plutôt que coupe, pas la bonne émouture)

edit: la photo de mon mien qui a quelques années d'abus au compteur, et  qui en redemande. promis j'arrête de vous bassiner avec ça
  :-[
« Modifié: 04 juillet 2022 à 23:26:31 par cosmikvratch »
Life's a bitch (and then you die)

05 juillet 2022 à 11:34:05
Réponse #16

Kilbith


Mes remarques, nuancées, ne disaient pas que certaines utilisations étaient absolument impossibles.

En fait même un clou de charpentier aplati au feu avec une pierre fait pas trop mal le boulot pour un couteau, du moins aussi bien que le couteau d'Otzi.

Comme tu le fais remarquer c'est surtout la taille qui va limiter dans certains cas...et évidemment l'habilité de celui qui manie le couteau pour une tâche précise (Y compris ses capacités d'aiguisage).

C'est juste, que pour certaines utilisations précises on peut trouver un peu mieux fonctionnellement qu'un Mora. Ceci dit la gamme est large et il est souvent possible de trouver un modèle assez adapté.

Par exemple, pour certaines chasse "au gros", je préfère autre chose qu'un Mora "standard". Sachant que ce ne sera pas obligatoirement très adapté pour dépecer.

 
« Modifié: 07 juillet 2022 à 15:32:57 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

05 juillet 2022 à 12:52:38
Réponse #17

jeanluc


Bon , les amis , je ne voudrais pas paraître rabat-joie, mais le sujet n'est PAS "il est plus mieux mon Mora, ou mon Tanazacq" ni "pour cet usage un Opinel suffit" !
Le gars , là, the Scientist , il pose la question suivante "couteau fixe : comment l'emporter? "
Moi aussi j'aime beaucoup les discussions enflammées sur les couteaux, mais je ne suis pas bien sûr qu'il y ait eu beaucoup de réponses à sa question :-[

05 juillet 2022 à 13:02:20
Réponse #18

Kilbith


Il me semble que la question a eu des éléments de réponse :

- Si le port est justifié, c'est ok (et comme la règle est ambigue, à chacun d’évaluer gain/risque)
 
- Avoir quelque chose de pas trop taktikeul facilite la règle précédente.

- Plus c'est compact et léger mieux c'est. Par exemple c’est léger au ceinturon recouvert d’une chemise ou autour du cou. Car le mieux c'est d'être discret afin de ne pas devoir argumenter sur un port.

Logiquement les Mora répondent à ces demandes. En plus ils passent facilement pour de simple outils pas du tout taktikeul. Le couteau dont il était question un peu moins.

Un grand couteau de vautrait de 25 cm ne ressemble pas à un outil...sauf en action de grande chasse et dans ce cas il peut même être exposé à la vue des autres chasseurs/gardes, ce qui sera même plus apprécié qu'un port caché le long du mollet ou horizontal dans le dos.
 
« Modifié: 07 juillet 2022 à 15:37:02 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

05 juillet 2022 à 13:08:06
Réponse #19

Tompouss


Le meilleur couteau pour un usage donné c'est celui qu'on a sur soi au moment où on en a besoin  ;#

Maintenant que les platitudes sont sorties :

- si ton ESEE, et je comprend ton choix c'est une excellente lame, peut te porter préjudice de par sa connotation c'est peut être que c'est pas l'outil idéal, le porter "caché" n'y changera rien.

- si tu peux t'en foutres de sa connotation = plus de problème (j'ai pendant des années utilisé un gros spyderco pour manger et ce dans un milieu plutôt BCBBG Cadres Sup', quand il fallait couper du vacherin glacé, on venait dans mon bureau  ;D)

- tu peux au contraire faire en sorte qu'il soit moins connoté tactique (micarta orange pour les plaquettes par exemple, qui fera plus outil et t'aidera à le retrouver quand tu le paumera quelque part, et quand on bosse dehors c'est plus une question de quand que de "si")

- tu peux opter pour un mora ou autre comme suggéré plus haut qui fera 95% des tâches tout aussi bien sans les inconvénients du ESEE et garder le ESEE pour des usages loisirs.

Pour ce qui est de comment le porter, s'il s'agit d'un outil de travail régulièrement sorti/rangé, autant opter pour la position qui t'es la plus pratique, chercher sa lame au fond du slip 36 fois par jour va vite devenir gonflant.
Everybody swears that they are solid, but ice is solid too... until you put some heat on it.

05 juillet 2022 à 15:41:58
Réponse #20

theoto


- si tu peux t'en foutres de sa connotation = plus de problème

Très bon point, je pense que c'est vraiment ça la clé. La question qu'il faut se poser c'est est-ce que tu es suffisamment proche de tes collègues pour qu'ils comprennent que t'es juste un mec qui aime bien s'amuser dans la forêt avec de beaux outils, et pas un paramilitaire psychopathe ou je ne sais quoi.

Si la réponse est oui, alors autant assumer et le porter là où c'est le plus confort (à la ceinture), et ne pas essayer de le cacher ou je ne sais quoi. Dans le contexte que tu évoques, ça me parait toujours beaucoup plus louche quelqu'un qui veut cacher son couteau que quelqu'un qui le porte tranquillement à la ceinture et qui explique tout simplement en quoi c'est l'outil qui lui semble le plus adapté quand on lui pose la question. Très vite plus personne ne t'en parlera et peut-être même que tu convaincras des collègues de s'y mettre aussi. Et ça sera beaucoup plus agréable pour toi que de te cacher a chaque fois que tu le sors.

Si tu penses que tes collègues te trouvent déjà louche et que tu seras pas capable de justifier le port de ce couteau devant eux, bah autant se simplifier la vie et ne prendre qu'un mora.

11 juillet 2022 à 20:22:53
Réponse #21

The Scientist


Pour en revenir au couteau, très bon choix que cet ESEE 4, je ne l'ai pas utilisé sous toutes ces coutures mais déjà, du point de vue ergonomique, je n'ai aucun reproche à faire : le couteau est relativement léger, la main ne glisse pas lors de la coupe, les plaquettes semblent bien solides (et remplaçables !).


Toutefois deux questions me turlupinent !

=> est ce que l'acier 1095 utilisé par ESEE est-il sensible aux accros s'il heurte un caillou sans le vouloir ?

=> l'équipe de Randall's m'a conseillé l'huile d'olive pour éviter les risques d'oxydation sur la lame, cela vous semble t-il pertinent ?


Merci pour vous réponses à venir !
"L'entêtement sans l'intelligence, c'est la sottise soudée au bout de la bêtise et lui servant de rallonge"


Y a pas de propriété industrielle sur le bon sens !

11 juillet 2022 à 20:32:18
Réponse #22

jeanluc


Je suis très étonné qu'on t'ait conseillé l'huile d'olive , car elle est un peu acide , donc mauvais ménage avec le 1095 , qui n'est pas inoxydable!!! j'ai plutôt entendu parler du WD 40... :(

11 juillet 2022 à 20:44:28
Réponse #23

The Scientist


Humanum erare est !


Je viens de corriger mon erreur en appliquant un léger filet de 3 en 1 (la burette blanche noir et rouge).


Rassurez moi la rouille ne risque pas de porter préjudice au tranchant ?  :huh:
"L'entêtement sans l'intelligence, c'est la sottise soudée au bout de la bêtise et lui servant de rallonge"


Y a pas de propriété industrielle sur le bon sens !

11 juillet 2022 à 21:28:55
Réponse #24

christobal



=> est ce que l'acier 1095 utilisé par ESEE est-il sensible aux accros s'il heurte un caillou sans le vouloir ?

=> l'équipe de Randall's m'a conseillé l'huile d'olive pour éviter les risques d'oxydation sur la lame, cela vous semble t-il pertinent ?

N'importe quel couteau dans n'importe quel acier prend des pets quand tu tapes dans des cailloux ;#, après c'est plus ou moins selon l'acier, la géométrie du tranchant, la violence de l'impact sur le caillou et que sais-je encore !   ;)

Concernant le 1095 du ESEE il y a donc droit aussi mais cet acier étant plutôt traité ¨mou¨ pour ESEE le tranchant abîmé lors d'un impact sera plus facile à reprendre que si il s'agissait  d'un ¨acier dur¨ .

Sur du 1095 l'oxydation s'installe rapidement si on n'y prête pas attention mais si tu essuies ta lame correctement après usage ça ne devrait pas arriver, par contre si le couteau est muni d'un étui cuir je te conseille de le sortir de cet étui si c'est pour ne pas l'utiliser pendant une longue période et à part à le stocker dans un endroit humide je vois pas trop l'intérêt de mettre quoi que ce soit sur ta lame qui (hors mis le tranchant) doit être revêtue d'un coating .
« Modifié: 11 juillet 2022 à 21:46:25 par christobal »

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //