Nos Partenaires

Auteur Sujet: De végétarien à omnivore : mon expérience (positive) personnelle  (Lu 715 fois)

21 janvier 2022 à 14:56:12
Lu 715 fois

Joca


Bonjour à tous,

Je poste rarement sur ce forum, déjà parce que ma vie perso m'a éloigné de la nature et ensuite parce que j'ai rien à apporter. Cependant, je pense que ce que j'ai à vous dire peut être utile à certains.


En 2009, alors que j'entre dans l'âge adulte, j'ai décidé de devenir végétarien. Pourquoi ? Pour des raisons purement philosophiques, morales et écologiques. Pas de militantisme ni rien de tout ça, j'ai d'ailleurs eu très peu d'amis végés ou vegans car j'ai toujours été, en général, très éloigné de leurs visions et de leurs méthodes (= conflit inévitable). Je ne vais pas entrer dans les détails, ce n'est pas le sujet (mais je suis ouvert pour en parler). Néanmoins, jusqu'en décembre 2021 j'ai été végétarien strict et n'ai jamais fait aucun écart. La viande ne m'a jamais manqué.

J'ai fait plusieurs analyses et je n'ai jamais eu aucun souci de carence, malgré mon alimentation d'étudiant complètement merdique et sans avoir jamais prêté attention à quoi que ce soit.

Néanmoins, à partir de l'âge de 25 ans, j'ai commencé à avoir quelques soucis : des énormes coups de barre vers le milieu de la journée. Pas de ceux que tout le monde ressent de temps en temps vers 12h00. Non, non, le genre qui te cloue au lit et de met une migraine à en avoir la nausée.

Au début, c'était épisodique. Ça venait, puis ça disparaissait.

Puis c'est devenu beaucoup trop fréquent. Jusqu'à me rendre la vie difficile :
- la plupart de mes journées se terminaient à 11h00. Je veux dire par là que tenir le coup et travailler jusqu'à la fin me demandait une force surhumaine et impliquait toujours une migraine horrible à supporter. De plus en plus souvent, je ne pouvais pas et devais annuler ma journée de travail, avec les conséquences que vous pouvez imaginer. Heureusement que je suis auto-entrepreneur.

- je ne pouvais pas partir en voiture seul. J'entends par là que le fait de passer la journée à visiter des endroits était dangereux : il fallait que quelqu'un conduise pour moi au retour. Si on était en vacances ou autre, il fallait que je sois à l'hotel avant 14h00 grand max. Plus tôt si je mangeais avant.

- je ne pouvais, évidemment, pas partir en rando.

Ces deux dernières années, ça a empiré au point que j'en suis venu à chercher toutes les solutions possibles, coûte que coûte. Ce problème de fatigue associé à des problèmes de dos et des événements dans ma vie m'ont fait prendre 15kg donc 10 rien qu'en 2021....

J'avais déjà pensé à mon alimentation comme étant la source de mon problème mais même en mangeant beaucoup de légumes et de fruits, en ayant une activité sportive (semi-marathon), en apportant plus de protéines etc. je ne voyais aucun résultat. Comme me l'a dit mon médecin : "si tu n'as pas de carences, alors c'est pas ça".

Sauf qu'un jour j'ai lu un article du journal qui parlait des vegans qui sont repassés à la viande à cause de problèmes de santé (bien plus grave que les miens mais qui incluaient la fatigue, la déprime etc) et qui oont vu leur vie se transformer radicalement et que ce jour-là, justement j'ai eu le fameux coup de barre qui m'a ruiné une journée où j'avais vraiment du pain sur la planche. À table, j'en ai parlé avec ma chérie (pas du tout végé) qui m'a alors conseillé de suivre mon instinct.
Pour moi, c'est irrationel de penser que ça changerait quelque chose : le médecin n'y croyait pas, mes analyses de sang sont parfaite... Mais bon, au point où j'en étais, j'aurai payé une sorcière si elle m'avait promis un miracle.
Le soir même, je me fais un steak. Après 12 ans de végétarisme strict, ça fait bizarre, d'autant que la qualité n'est pas au RDV. Mais ça passe.
Le lendemain, pas de changement radical mais le coup de barre n'est pas aussi fort que d'habitude. Je décide donc de continuer de manger de la viande 2 fois par jour.

48h plus tard : j'ai une forme incroyable.  Je passe la journée à bosser comme un dingue, à enchaîner les RDV et tout va bien. Même ma chérie me trouve plus souriant que d'habitude.

72h plus tard, je fête mes 30 ans et on part en weekend : deux journées à visiter des musées, marcher dans la ville dans le froid et la pluie, sortir (trop) tard le soir, manger (beaucoup) trop, boire (un peu) trop... Je ne bronche pas et j'enchaîne sans problème malgré le manque de sommeil et les gros resto bien gras le midi.

Je n'aurais JAMAIS été capable de le faire avant. Vraiment. C'est la première fois que je passais autant de temps sans sieste et sans me sentir comme une m*rde. J'avais une forme olympique et, vous savez quoi ? C'est toujours le cas.

Lors des deux mois qui viennent de s'écouler, j'ai eu l'impression d'avoir 10 ans moins. Avant ça, lors de ma dernière visite inutile chez le médecin, je m'étais décrit comme un homme de 29 ans avec l'énergie d'un homme de 80 ans. Aujourd'hui, je dirais que j'en ai 30 mais j'ai l'impression d'en avoir 20.

Ma vie a changé. Vraiment.

Le weekend dernier, j'ai conduit 1h pour aller faire un petit sommet : 12km 653m D+. Rien de fou, sauf que c'est ma première rando et surtout ma première activité sportive depuis DES ANNÉES. Ma denrière rando, c'était il y a quelque temps : 9km 150m D+... j'avais fini sur les rotules et m'étais presque endormi au volant. Eh bien, le weekend dernier je me suis fait ça en 5h (terrain difficile) sans petit-dej, j'ai marché de 12h30 à 17h30 avec juste 200Kcal d'apport énergétique sous forme de chorizo de temps en temps pendant la marche.

J'ai fini aussi en forme qu'avant de commencer et sans aucun sentiment de faim. Certes, j'ai dormi comme un bébé, mais put**n ce que j'étais bien !

Projet de demain : entre 20 et 30km. J'ai recommencé Quick & Dirty et c'est la grande marche :-)

En résumé, ces 5 dernières années et surtout ces 2 dernières, j'avais vraiment l'impression de vivre dans une prison : c'était impossible de monter des projets ambitieux (pro ou familiaux) car tout était limité par cette fatigue omniprésente. Aujourd'hui, je me sens libéré. Pourtant, la seule variable qui a changé c'est l'apport de la viande. Je ne suis pas plus sportif, je ne mange pas plus de légumes qu'avant ni quoi que ce soit. Maintenant, je peux prendre soin de moi (perdre ces kilos) et monter des projets (surtout de voyages avec ma chérie et de rando-bivouac solo cet été).

Certes, j'ai renoncé à mes convictions (et ça fait un peu mal de le dire) mais c'était au prix de ma santé, autant physique que mentale, et j'avais testé toutes les possibilités avant. Il n'y avait, de toute évidence, aucune autre stratégie à adopter - à moins d'accepter de vivre comme ça.

Je ne sais toujours pas pourquoi ça a marché, mais je sais que ça marche. L'effet a été extrêmement rapide et surtout extrêmement puissant. Peut-Être que mon corps réclamait de la viande, ou tout simplement qu'il assimile mieux ce qu'elle lui apporte. Peut-être même que certaines personnes ne peuvent PAS être végétariennes, même sans avoir de carences ? J'en sais rien. Et honnêtement, je m'en fous royalement. Même si c'est un effet placebo (qui sait ?), c'est un effet que j'accueille les bras ouverts en espérant que ça dure.

Désolé pour ce pavé. J'espère que ça pourra être utile.

PS : je précise que je connais plusieurs végans qui le sont depuis des décennies et qui sont ultra sportifs et parfaitement bien dans leur corps et leur esprit (et jene parle pas des célébrités, Mike Tyson ?). Je ne suis pas du tout en train de dire qu'il ne faut pas l'être. Je raconte juste une histoire perso en me disant que certains pourront en apprendre quelque chose.
Récits de voyages et de rencontres : https://noteslointaines.wordpress.com/

23 janvier 2022 à 12:17:52
Réponse #1

Mogredo


Bonjour
C'est un témoignage intéressant. Il peut apporter des réponses à ceux qui se questionnent.
On peut faire des choix par conviction mais lorsqu'ils ne sont ppas en adéquation avec la nature profonde c'est prendre un risque à s'exposer à des soucis.
C'est pas tres compliqué, il suffit de regarder notre dentition... elle est polyvalente. Oui nous sommes omnivores. Ce qui ne veut pas dire qu'on peut choisir notre nourriture mais qu'on doit manger de tout pour être optimal.
Quel est le facteur qui changé le cours de l'histoire de notre espèce ? Le jour où l'homme a commencé à manger de la viande cuite... c'est cela qui a permis à notre cerveau de se développer. Rien de moins. C'est aussi pour ça que le veganisme est à proscrire aux enfants.
Omnivore, flexitarien, c'est sans doute la clé du bon équilibre entre nature profonde et conviction.

24 janvier 2022 à 01:26:48
Réponse #2

Jean-Yves


Témoignage intéressant en effet, merci pour les détails.

J'ai déjà entendu des végétaliens promouvoir le mode d'alimentation frugivore en disant : une espèce, une alimentation.

Rien n'est plus faux : notre patrimoine génétique influence notre capacité à absorber tel ou tel nutriment, nous ne sommes pas tous égaux et les recommandations nutritionnelles valent pour la population moyenne. C'est d'ailleurs aussi valable pour les médicaments (source : Biogeniq, entreprise que je connais un peu).

La saison influence aussi ce que l'on devrait manger. Le cru comme une salade laitue-tomates passe très bien en été, mais est difficile à digérer l'hiver quand le corps réclame du cuit et du gras (sources : mon ostéo et mon expérience personnelle).

J'ai trouvé intéressant que suivre ton instinct (en étant poussé par ta petite voix intérieure et ta grande voix conjugale) t'ait mené naturellement à la solution.

Aussi, plusieurs personnes que je connais ont résolu des problèmes de grosses migraines, de fatigues inexpliquées, etc. en arrêtant un aliment par hasard et en découvrant ainsi  leur intolérance au gluten, au lactose, etc. Bref : la solution paraît évidente après coup mais elle est loin de l'être tant qu'on ne l'a pas trouvée.

Pour ce qui est de l'aspect éthique, tu peux t'orienter vers les productions familiales et privilégier l'abattage "le plus responsable possible". On commence à trouver des bouchers qui vendent en ligne des produits sous vide et congelés.

Certaines personnes préfèrent manger de grands animaux pour limiter le nombre d'êtres tués, d'autres préfèrent consommer les espèces qu'on pense les moins "sensibles/conscientes". À toi de voir ce qui te correspond. Dans tous les cas, tu n'es pas obligé de manger un steak par jour :)

30 janvier 2022 à 17:45:48
Réponse #3

Joca


Je suis content si ça peut être utile.Et je ne suis pas étonné de savoir que vous connaissez plusieurs personnes à qui c'est arrivé.

J'avais rendez-vous avec un spécialiste pour parler de mon problème. Je ne l'ai pas annulé afin de parler avec lui de ces changements. Peut-être que ça cache un problème plus profond. On verra.

En tout cas, je continue d'aller beaucoup mieux et je vais reprendre la préparation physique dès que le boulot me laisse le temps.  :D
Récits de voyages et de rencontres : https://noteslointaines.wordpress.com/

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //