Nos Partenaires

Auteur Sujet: [ Mode HUMOUR ] Le "survivalisme" a de beaux jours ;-)  (Lu 3263 fois)

27 avril 2021 à 11:40:31
Lu 3263 fois

Krapo


Laissons glouglouter les égouts !

27 avril 2021 à 11:57:38
Réponse #1

fall7stand-up8


PAVC

Il faut immédiatement signaler ce dangereux organe de presse à la solde du lobby NRA.
Il incite les enfants au port d'armes...si si regardez dans l'équipement il y a un couteau ! ;#


27 avril 2021 à 13:42:54
Réponse #2

Chill


Citation de: fall7stand-up8
Il incite les enfants au port d'armes...si si regardez dans l'équipement il y a un couteau !
Comme quoi il est bien fait la différence entre "arme'" et "outil" !  :D
éternel débat ...

      Chill.
Encore un article signé David. On ne nous trompe pas : le nom est un pseudo !
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

27 avril 2021 à 14:32:12
Réponse #3

Krapo


Encore un article signé David. On ne nous trompe pas : le nom est un pseudo !

Je me disais bien... :D
Laissons glouglouter les égouts !

27 avril 2021 à 17:46:23
Réponse #4

fall7stand-up8


Comme quoi il est bien fait la différence entre "arme'" et "outil" !  :D
éternel débat ...

      Chill.
Encore un article signé David. On ne nous trompe pas : le nom est un pseudo !

C'est pas pour rien que j'ai fait cette blagounette
1/ Mon fils s'est fait systématiquement confisquer son couteau suisse (on lui a rendu à la fin)  dans toutes les colos qu'il a pu faire et le regard désapprobateur des animateurs au retour au moment de me le rendre en dit long sur l'acceptabilité sociale d'un simple couteau suisse dans la sphère pédago/animo/socio/culturelle
2/ Lors de récents évènements dramatiques ayant vu des adolescents tués par arme blanche on a entendu le discours journalistique "c'est pas normal que des gamins de 13 ans se baladent avec des couteaux".


Donc pour le commun des mortels  le couteau est bien une arme.

27 avril 2021 à 18:11:40
Réponse #5

Cheyenne


Donc pour le commun des mortels  le couteau est bien une arme.

NON, c'est pour la génération actuelle que ça le devient.
En 6ème en pension chez les Frères, c'est dire la permissivité qui régnait  :( tout le monde avait son canif
et c'était à celui qui taillerait le plus joli morceau de bois.

J'imagine assez bien le ton qu'aurait pris la discussion si un mono m'avait expliqué qu'il avait confisqué le couteau de mon fils.
On vit ... (vous allez vivre) une époque formidable  :'(

27 avril 2021 à 18:15:06
Réponse #6

Tompouss


Je suis pas si vieux mais dans les années 90 j'allais à l'école avec mon canif, attaché autour du cou avec un lacet... Bon j'étais le genre de gamin à recueillir une buse et à l'emmener avec en classe ou à emmener sa canne à pêche pour être plus vite au bord de l'eau après la classe ;#

Village de cambrousse aussi, ça doit jouer...
Everybody swears that they are solid, but ice is solid too... until you put some heat on it.

27 avril 2021 à 18:48:05
Réponse #7

gmaz87


C'est pas pour rien que j'ai fait cette blagounette
1/ Mon fils s'est fait systématiquement confisquer son couteau suisse (on lui a rendu à la fin)  dans toutes les colos qu'il a pu faire et le regard désapprobateur des animateurs au retour au moment de me le rendre en dit long sur l'acceptabilité sociale d'un simple couteau suisse dans la sphère pédago/animo/socio/culturelle
2/ Lors de récents évènements dramatiques ayant vu des adolescents tués par arme blanche on a entendu le discours journalistique "c'est pas normal que des gamins de 13 ans se baladent avec des couteaux".
Donc pour le commun des mortels  le couteau est bien une arme.

Putaing!!, suis mal barré, j'ai promis à l'un de mes petits fils, pour ses 7 ans, cad dans peu, un couteau suisse.
De plus je lui ai déjà fait essayer, sous mon contrôle discret, of course.
Mais c'est vrai que l'autre grand père, le père de mon gendre, faisait un peu la gueule quand j'ai annoncé ce futur cadeau et c'est pourtant un campagnard, comme quoi le regard des gens, sur ce qui est un outil utile à avoir dans sa poche, évolue (sic) au travers des faits divers et autres papiers de "journalistes".
A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

27 avril 2021 à 18:54:05
Réponse #8

Merlin06


L'usage du couteau en tant qu'outil est bien moins commun qu'avant, a contrario de la médiatisation des agressions avec arme blanche. Faudrait-il y voir un lien?  :blink:
L'âme sûre ruse mal.
Le matin du grand soir il y aura de la confiture de bisounours au petit déjeuner.
Nous avons deux souverains, Dame Physique et Sire Temps.

27 avril 2021 à 21:26:27
Réponse #9

Scoutdu34


Je suis référent santé d'un mouvement scout dans un département méridional.

Je persiste à encourager chefs et cheftaines à ce que les ouailles qui leur sont confiées aient toujours un couteau à la poche. C'est juste basique. Pas toujours facile.... Mais d'expérience chez les jeunes, on a plus d'emmerdes en camp avec les smartphone qu'avec les couteaux. Vive le pouvoir de tailler des copeaux au fonds des bois !

28 avril 2021 à 07:02:32
Réponse #10

Anke


Extrait d'un bouquin de P.Delerm

"Un couteau dans la poche
Pas un couteau de cuisine, évidemment, ni un couteau de voyou à cran d’arrêt. Mais pas non plus un canif. Disons, un opinel n° 6, ou un laguiole. Un couteau qui aurait pu être celui d’un hypothétique et parfait grand-père. Un couteau qu’il aurait glissé dans un pantalon de velours chocolat à larges côtes. Un couteau qu’il aurait tiré de sa poche à l’heure du déjeuner, piquant les tranches de saucisson avec la pointe, pelant sa pomme lentement, le poing replié à même la lame. Un couteau qu’il aurait refermé d’un geste ample et cérémonieux, après le café bu dans un verre – et cela aurait signifié pour chacun qu’il fallait reprendre le travail.

Un couteau que l’on aurait trouvé merveilleux si l’on était enfant : un couteau pour l’arc et les flèches, pour façonner l’épée de bois, la garde sculptée dans l’écorce – le couteau que vos parents trouvaient trop dangereux quand vous étiez enfant.

Mais un couteau pour quoi ? Car l’on n’est plus au temps de ce grand-père, et l’on n’est plus enfant. Un couteau virtuel, alors, et cet alibi dérisoire :
– Mais si, ça peut servir à plein de choses, en promenade, en pique-nique, même pour bricoler quand on n’a pas d’outil…

Ça ne servira pas, on le sent bien. Le plaisir n’est pas là. Plaisir absolu d’égoïsme : une belle chose inutile de bois chaud ou bien de nacre lisse, avec le signe cabalistique sur la lame qui fait les vrais initiés : une main couronnée, un parapluie, un rossignol, l’abeille sur le manche. Ah oui le snobisme est savoureux quand il s’attache à ce symbole simple.

À l’époque du fax, c’est le luxe rustique. Un objet tout à fait à soi, qui gonfle inutilement la poche, et que l’on sort de temps en temps, jamais pour s’en servir, mais pour le toucher, le regarder, pour la satisfaction benoîte de l’ouvrir et de le refermer. Dans ce présent gratuit le passé dort.

Quelques secondes on se sent à la fois le grand-père bucolique à moustache blanche et l’enfant près de l’eau dans l’odeur de sureau. Le temps d’ouvrir et de refermer la lame on n’est plus entre deux âges mais à la fois deux âges – c’est ça, le secret du couteau..."

28 avril 2021 à 08:41:40
Réponse #11

Cheyenne



28 avril 2021 à 08:56:08
Réponse #12

Krapo


Laissons glouglouter les égouts !

06 mai 2021 à 07:29:53
Réponse #13

Krapo


Laissons glouglouter les égouts !

06 mai 2021 à 09:22:51
Réponse #14

Hurgoz


Dans la mesure où on ne peu pas se passer des services vitaux rendus par l'Etat, le sujet autour du survivalisme est complètement biaisé. Dès lors....

Après, sur le fond, oui, les "autonomes" ne sont pas les meilleurs copains du système; ça ne date pas d'hier, dans les année 2000 il y avait déjà eu des campagnes de propagande autour des "autonomes", lier alors l'extrême gauche, qu'on présentait avec lunettes noires, chapeau et parka noires, tel des agents subversifs, infiltrés dans le système... ::)
« Modifié: 06 mai 2021 à 09:29:54 par Hurgoz »
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

06 mai 2021 à 10:53:24
Réponse #15

Kilbith


Après, sur le fond, oui, les "autonomes" ne sont pas les meilleurs copains du système; ça ne date pas d'hier, dans les année 2000 il y avait déjà eu des campagnes de propagande autour des "autonomes", lier alors l'extrême gauche, qu'on présentait avec lunettes noires, chapeau et parka noires, tel des agents subversifs, infiltrés dans le système... ::)

 :o :o :o



"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

06 mai 2021 à 13:48:48
Réponse #16

Hurgoz


Le Did qui essaie de nous faire croire qu'il était trop jeune en 2000 pour avoir vue ces émissions....  ;#
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

06 mai 2021 à 14:54:31
Réponse #17

Petit à petit


Dans la mesure où on ne peu pas se passer des services vitaux rendus par l'Etat, le sujet autour du survivalisme est complètement biaisé. Dès lors....

Après, sur le fond, oui, les "autonomes" ne sont pas les meilleurs copains du système; ça ne date pas d'hier, dans les année 2000 il y avait déjà eu des campagnes de propagande autour des "autonomes", lier alors l'extrême gauche, qu'on présentait avec lunettes noires, chapeau et parka noires, tel des agents subversifs, infiltrés dans le système... ::)

Bigre, bigre :-\ . Je ne saisi pas cette allusion aux "autonomes" dans les années 2000.

Pour moi, les autonomes, c'est les années de plomb en Italie, c'est à dire les années 70, et ça ne désigne pas une autonomie économique mais la non-appartenance aux grandes formations politiques de gauche. C'était la désignation française de mouvements comme Autonomia Operaia, Potere Operaio, Lotta continua...

Pas inutile de faire un peu d'histoire des mots dans les aléas de l'Histoire :D

S'agit-il ici, dans ce sujet, plutôt de ce genre ci d'autonomie?




Toute autonomie est relative. Dans une optique "survivaliste" qui se voudrait "écologique" elle est nécessairement une négociation entre une certaine radicalité d'intention et les moyens nécessaires. Les nécessaires de "survie" "écologique" on besoin de technologies anti-écologiques, etc. Ce qui ne pollue pas dans l'instant, pollue en amont et pollue en aval. cf. les véhicules électriques. 1) les produire. 2) que faire des batteries mortes?, etc.
Caché en évidence

06 mai 2021 à 15:21:26
Réponse #18

Hurgoz


Yo,

Pour moi, les autonomes, c'est les années de plomb en Italie, c'est à dire les années 70, et ça ne désigne pas une autonomie économique mais la non-appartenance aux grandes formations politiques de gauche. C'était la désignation française de mouvements comme Autonomia Operaia, Potere Operaio, Lotta continua...

Je parle de cette mouvance là https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvance_autonome_en_France

Edit: et - si mes souvenirs ne me font pas défaut - on a commencé à en entendre parler, suite aux manif d'altermondialistes lors de sommets du G8.

Citer
Toute autonomie est relative. Dans une optique "survivaliste" qui se voudrait "écologique" elle est nécessairement une négociation entre une certaine radicalité d'intention et les moyens nécessaires. Les nécessaires de "survie" "écologique" on besoin de technologies anti-écologiques, etc. Ce qui ne pollue pas dans l'instant, pollue en amont et pollue en aval. cf. les véhicules électriques. 1) les produire. 2) que faire des batteries mortes?, etc.

Oui...et non.

Par exemple, c'est cool d'avoir un potager. Maintenant, un potager ça ne permet pas de produire des médicaments, des services de soin et d'urgence, des pièces pour entretenir la centrale voisine, etc etc Il te suffit de noter les services vitaux dont dépendent ta survie, et de voir comment tu peux les remplacer localement, en prenant en compte les inputs dont ils ont besoin pour fonctionner et tu verras qu'il y a peu de choses au final.

Hors, de ces services là, dépendent ta survie, et comme leur existence dépend du système, de notre capacité à mettre en place des flux d'approvisionnement en diverses produits, on est un peu forcé d'en passer par un système (le même ou un autre, étant une autre question).

On pourrait dire qu'il suffit de relocaliser. Ce n'est évidemment pas si simple: même si la production est faite "localement" on aura besoin des matières premières. L'exemple des masques est assez parlant: on a des usines qui se sont reconstruites en France, mais pour avoir le plastique qui permet de les fabriquer, il faut toute l'industrie pétrochimique derrière, et des puits de pétroles....etc
Et c'est pareil pour tout, et ca ne date pas d'hier. Tu prends par exemple au bas moyen age, il y avait des villes spécialisées dans la fabrication de lames parce qu'elles étaient proches de mines de fer de bonne qualité qui permettaient de faire l'acier des lames. Ces lames étaient alors achetées par différents pays pour en équiper leurs armées.

Edit2: Après, on peu faire le pari de se passer de tout ça. On peut être OK pour voir son gosse mourir dans ses bras parce qu'il a fait une appendicite, crever d'une septicémie , ou d'une infection due à un problème de dents. On est OK pour que les retombées d'une centrale, qui pette faute d'entretien, pourrisse notre terre, et qu'on crève à petit feu d'irradiation. On est OK pour qu'une entreprise qui en aura les moyens se pointe avec un groupe de mercenaire et nous prive de notre source d'eau, etc d'ailleurs, toute ressemblance avec des situations réelles n'est que fortuite.

Tcho
« Modifié: 06 mai 2021 à 21:00:24 par Hurgoz »
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

06 mai 2021 à 22:04:43
Réponse #19

Petit à petit


@ Hurgoz

On est bien d'accord. C'est aussi ainsi que je vois les choses :up:
Caché en évidence

07 mai 2021 à 08:51:50
Réponse #20

Jean


Un couteau pour quoi?

Pour ceci: https://www.hajk.ch/de/couteau-suisse. Pour "jouer", bricoler...

Plus facile probablement dans un pays où le port (et pas uniquement le transport) du couteau de poche est autorisé. Le magazine de la Salamandre, mentionné dans ce sujet, est édité dans un tel pays.

Yes  ;#

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //