Nos Partenaires

Auteur Sujet: Vis indémontables dans du stratifié  (Lu 4776 fois)

07 mars 2021 à 19:43:49
Lu 4776 fois

Aleksi


Salut à tous,
Rien à voir avec la choucroute, mais comme ici on peut tout demander, que je n'ai pas envie d'aller raconter ma vie sur un autre forum juste pour ça et que je sais que y'a du bricoleur dans le coin.
Dès que j'ai 1h ou 2 à tuer, je bouche des trous dans mon canot  ;#. Un grand classique des petites fuites énervantes, c'est les pieds de chandeliers (qui maintiennent les filières qui sont les câbles qui courent autour du bateau pour aider à prolonger ma vie en ne tombant pas à la baille). Du coups j'ai refais tous les miens, sauf 2 qui me résistent. Le problème c'est que le mec d'avant a fait un travail de cochon. 2 boulons, sans contre écrous, directement pris dans la résine (polyester). J'ai donc 2 boulons, sur 2 pieds de chandeliers différents, qui ne veulent pas sortir. Y'en a un qui tourne dans le vide, et y'en a un qui ne tourne pas du tout.
Pour éviter de bourriner, ce qui n'est (presque) jamais la meilleure solution, je me suis attelé à d'autres tâches importantes (boire une binouze) en attendant l'idée de génie. C'est sans compter que comme je n'en suis pas un, la dite idée n'est pas venue.
Vous feriez quoi vous les gars ?

07 mars 2021 à 20:00:27
Réponse #1

Krapo


Un coup de perceuse à la verticale mais dans ce cas là la partie interne ( reste du boulon + écrou ) va tomber dans la coque :'(

En quel matériau est fait ton canot ?

Si c'est de la résine, il faut découper proprement autour du boulon et reboucher le trou pour y insérer un nouveau boulon.
Laissons glouglouter les égouts !

07 mars 2021 à 20:20:55
Réponse #2

Hurgoz


Yo

Salut à tous,
Rien à voir avec la choucroute, mais comme ici on peut tout demander, que je n'ai pas envie d'aller raconter ma vie sur un autre forum juste pour ça et que je sais que y'a du bricoleur dans le coin.
Dès que j'ai 1h ou 2 à tuer, je bouche des trous dans mon canot  ;#. Un grand classique des petites fuites énervantes, c'est les pieds de chandeliers (qui maintiennent les filières qui sont les câbles qui courent autour du bateau pour aider à prolonger ma vie en ne tombant pas à la baille). Du coups j'ai refais tous les miens, sauf 2 qui me résistent. Le problème c'est que le mec d'avant a fait un travail de cochon. 2 boulons, sans contre écrous, directement pris dans la résine (polyester). J'ai donc 2 boulons, sur 2 pieds de chandeliers différents, qui ne veulent pas sortir. Y'en a un qui tourne dans le vide, et y'en a un qui ne tourne pas du tout.
Pour éviter de bourriner, ce qui n'est (presque) jamais la meilleure solution, je me suis attelé à d'autres tâches importantes (boire une binouze) en attendant l'idée de génie. C'est sans compter que comme je n'en suis pas un, la dite idée n'est pas venue.
Vous feriez quoi vous les gars ?

Perso, lorsque j'ai un pas de visses foiré, j'utilise un tournevis plat pour faire levier et faire que le pas de la vis à sortir vienne prendre appuie dessus au fur et à mesure que je dévisse.



Pour ton cas, je me démerderais pour bien bloquer le boulon en dessous et je ferais levier sous le chandelier tout en essayant de dévisser....
Pour celui qui ne bouge pas: essayer avec un embout dans une clef à pipe pour augmenter le levier; tu peux visser un coup et repartir dans l'autre sens pour tenter de décoincer le pas de visse....sinon, il faudra couper la tête.

Tcho
« Modifié: 07 mars 2021 à 21:42:58 par Hurgoz »
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

07 mars 2021 à 20:43:29
Réponse #3

Krapo


je me démerderais pour bien bloquer le boulon en dessous

Je pense qu'il n'y a pas d'accès par en dessous sinon il n'y aurait aucun problème pour bloquer l'écrou et donc pour dévisser.
Laissons glouglouter les égouts !

07 mars 2021 à 21:02:33
Réponse #4

Aleksi


Merci les gars de prendre le temps  :)
@Krapo : la coque est en résine polyester et fibre de verre. Et aucun soucis si ca tombe, j'ai accès partout dans mes fonds. Dans l'idéal, j'aimerai ne pas avoir à tout percer surtout par dessus car je devrais réinjecter sur une bonne épaisseur de l'époxy et faire une finition gelcoat. Enfin j'imagine quand j'ai attaqué mon petit boulot tranquil de la matinée pour accompagner le café je ne m'étais pas préparé à ça. Je vais peut-être devoir retrousser les manches et reconsidérer.
@Hurgoz : j'ai essayé un truc similaire, mais je n'ai pas du tout de jeu pour faire passer quoi que ce soit sous la tête de vis pour aller crocher le pas de vis. Je réessaie demain avec plus de conviction. Je vais peut-être offrir une nouvelle expérience à mon Mora : merci.
En faisant levier sous le pied de chandelier en revanche ca n'a pas marché, même avec ma copine faisant (gentiment) levier pour exercer une pression vers le haut pendant que je tournais la vis.
Pour celui qui ne bouge pas, encore une fois j'ai fais exactement cela, parmis une dizaine d'autres trucs. Couper la tête ne me pose aucun soucis dans l'idée, mais après ?

Encore merci !
« Modifié: 08 mars 2021 à 11:10:28 par Aleksi »

07 mars 2021 à 21:05:18
Réponse #5

Chill


Citation de: Aleksi
2 boulons, sans contre écrous, directement pris dans la résine (polyester). J'ai donc 2 boulons, sur 2 pieds de chandeliers différents, qui ne veulent pas sortir. Y'en a un qui tourne dans le vide, et y'en a un qui ne tourne pas du tout.

Tu as donc 2 vis que tu ne peux sortir.
Le taraudage des autres est comment ? Sont-ce des écrous de l'autre coté du polyester, ou bien sont-ce des inserts dans le polyester ?

Pour la vis bloquée : Tenter avec le "bon" tournevis tant que l'empreinte n'est pas foirée. Ne pas hésiter à augmenter le bras de levier pour augmenter le couple appliqué mais appliquer un effort conséquent dans l'axe pour que le "conducteur" ne sorte pas de l'empreinte.
Quand l'empreinte est foirée, percer un petit trou (1/4 < trou < 1/3 du diamètre du filetage) et utiliser un extracteur, il en existe de différentes formes. L'inox des vis marines n'est pas réputées le plus dur.  :(

Pour la vis "qui tourne" : la solution de Hurgoz peut fonctionner. Si il y a un écrou de l'autre coté, percer la tête de la vis avec un forêt du même diamètre que le corps fera tomber "ce qui est dedans" dans le corps creux. Si c'est un insert, il faudra de toute façon en réimplanter un.

Pour "sceller" une tige filetée dans de la résine polyester, il faut une profondeur d'implantation d'au moins 2,5 fois le diamètre du filetage, et modifier ce filetage pour qu'il s'oppose à toute rotation. Un taraudage directement dans du polyester ne tient que des pièces cosmétiques sans contraintes, même avec un profil typé "bois" ou "matériaux tendre".

Beaucoup de "si ...", mais chaque assemblage vissé est différent, et il n'est pas facile de donner des conseils à distance sans avoir les détails, surtout quand on nomme "boulons" des vis  ;)  ;#
Boulon : assemblage d'une vis et d'un écrou.
Quant aux empreintes des vis : https://youtu.be/ARAQUgkdIvQ  !

    Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

07 mars 2021 à 21:16:36
Réponse #6

Dutch


j'ai essayé un truc similaire, mais je n'ai pas du tout de jeu pour faire passer quoi que ce soit sous la tête de boulon pour aller crocher le pas de vis. Je réessaie demain avec plus de conviction. Je vais peut-être offrir une nouvelle expérience à mon Mora : merci.
En faisant levier sous le pied de chandelier en revanche ca n'a pas marché, même avec ma copine faisant (gentiment) levier pour exercer une pression vers le haut pendant que je tournais la visse.
Pour celui qui ne bouge pas, encore une fois j'ai fais exactement cela, parmis une dizaine d'autres trucs. Couper la tête ne me pose aucun soucis dans l'idee, mais après ?

Sous la tête de vis ça semble mort, mais en faisant levier sur le chandelier, tu n'as pas la place de glisser une lame de scie à métaux jusqu'au boulon récalcitrant?
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

07 mars 2021 à 21:27:46
Réponse #7

Aleksi


Merci Chill pour la correction tu as raison, c'est très importants pour la compréhension. J'aurais pu faire gaffe  ;#
Peux-tu du coups préciser ce que tu appels un insert ? Un écrou pris dans le strat ?
En ce qui concerne de sceller une tige fileté dans la résine polyester, tu as parfaitement raison. Et dans ce cas (et de manière étonnante connaissant le chantier et l'architecte de mon vieux canot) les pieds de chandeliers sont simplement fixer-ainsi. Je crains que ce soit une modif post-construction par un amateur pressé.  Ou parce que certains aiment penser les pieds de chandeliers qui un fusible qui doit lacher si soumis à trop de pression.
Ceci étant dit, un élément de sécurité n'est pas pour moi un fusible, je suis de l'école boulons, joint en polyuréthane (pour absorber un peu de stress) et contre plaque, (en chute de contreplaqué marine que les autres jettent. Pas les sous pour de belles contreplaques inox...).
Le fusible c'est le chandelier lui lui-même. Il pliera bien avant qu'un pieds  puisse être arraché.

Question : je n'ai pas passé les boulons à la flamme comme je fais pour degripper entre 2 métaux différents par ex. Qu'en penses-tu ?

Merci Chill pour ton aide, toujours aussi technique et précis  :up:

07 mars 2021 à 21:36:50
Réponse #8

Aleksi


Chouette, Dutch. Je t'attendais exactement à cette super soirée !  :)
Pour te répondre, si peut-être, mais à peine.
Mais je fais quoi après avec ma tige fileté kéblo dans la résine ?

07 mars 2021 à 21:39:28
Réponse #9

Hurgoz


Couper la tête ne me pose aucun soucis dans l'idee, mais après ?

Ben après, tu perces la tige encore à l'intérieur pour dégager le trou et repasser une vis propre :)
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

07 mars 2021 à 21:40:54
Réponse #10

Chill


'llo,

Insert pour polyester, un truc de ce genre.
Chauffer la vis bloquée, mouais ... avec de l'alu ou autres métaux, pourquoi pas. Mais avec du stratifié, la température risque d'abimer la matière avant d'avoir un effet significatif sur l'assemblage. Je dis ça sans voir, hein.

Pour mon info : quel diamètre de vis ? quelle longueur de filetage dans la résine ? Tu confirme que le taraudage n'est pas métallique (laiton, inox, ...) mais bien dans la résine ?
Tu dis avoir accès à l'autre côté. Que comptes-tu faire pour refixer ces pieds de chandelier ?

@Hurgoz : Vis, mot invariable ...
   Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

07 mars 2021 à 22:10:41
Réponse #11

Dutch


Mais je fais quoi après avec ma tige fileté kéblo dans la résine ?

Faut voir après le chandelier retiré, il y aura un accès plus aisé à l'intérieur et une nouvelle possibilité.

Sinon, je chaufferai la tige sciée: tu mets un papier alu pour isoler/protéger la surface avec juste le morceau coupé qui dépasse.
Puis, tu chauffes le tronçon avec un briquet à jet de gaz. Comme le métal est conducteur, ça devrait déseller le filetage pris dans la résine sans trop griller la matière alentour.

Difficile de dire si ça sortira en poussant ou en tirant sans être devant, mais ça devrait bouger.
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

07 mars 2021 à 23:39:10
Réponse #12

Chill


'llo,

ça peut paraître redondant, ce n'est que pour préciser.

J'ai rejeté un œil sur ta photo.
La vis "goutte de suif" fendue n'est pas ce que je m'attends à trouver sur cette platine.  De toute évidence c'est prévu pour du rivet ou de la vis à tête fraisée.
Donc il doit y avoir une contre plaque métallique de l'autre côté, juste percée pour des rivets, ou avec des écrous freinés (genre Nylstop) idéalement sur rondelle plate. Le tout avec du Sica ou toute autre pâte d'étanchéité entre les surfaces planes en contact avec le stratifié.

De mon point de vu il devrait y avoir un accès à l'intérieur.

Pour la vis qui tourne : mettre en tension l'assemblage (introduire un coin entre le pont et la platine ; qui a parlé d'une lame de Mora ?) ou bloquer la tête de vis avec 2 à 3 gouttes de colle cyanoacrylate puis percer la tête de vis avec un forêt du diamètre de la vis, ou au plus de celui des trous. Pointer avant de percer ! Le corps de la vis devrait tomber sans peine à l'intérieur.

Pour la vis bloquée
: tant que l'empreinte est exploitable, insister avec le bon embout (largeur et épaisseur) en appuyant dans l'axe pour ne pas chasser.
Chauffer modérément (eau bouillante, vapeur, décapeur thermique, … ; entre 100 et 180° maxi) devrait affaiblir les caractéristiques mécaniques du taraudage si c'est directement dans la résine.
Contrairement à Dutch, j'ai en horreur les "chalumeaux" dans les bateaux : l'incendie n'est jamais très loin ...
Quand l'empreinte n'est plus exploitable : pointer le centre, percer petit et utiliser un extracteur, ou bien percer gros, juste plus petit que le diamètre de la tête. Fendre le moignon à la Dremel ou à la scie à métaux et VISSER pour le faire sortir par l'intérieur.

Tu peux poser d'autres photos, ici ou en MP, pour préciser le contexte si tu le veux.

Tiens nous au courant !
   Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

08 mars 2021 à 10:59:12
Réponse #13

Aleksi


Pour mon info : quel diamètre de vis ? quelle longueur de filetage dans la résine ? Tu confirme que le taraudage n'est pas métallique (laiton, inox, ...) mais bien dans la résine ?
Tu dis avoir accès à l'autre côté. Que comptes-tu faire pour refixer ces pieds de chandelier ?
Salut Chill  :)
Diamètre 6mm et filetage 50mm, taraudage dans la résine. Je vois à peine le bout dépasser pas dessous. L'echantillonage est généreux (petit bateau anglais de 1969...). Pas d'âme (type balsa, etc). Solid GRP.
Pour refixer j'ai brièvement expliqué pourquoi et comment un peu plus haut. J'ai recyclé des chuttes de CP marine et je fais des bonnes contreplaques avec ça, avec bien sur des rondelles adéquat. C'est tout à fait suffisant.
Mastic polyuréthane (typiquement sikaflex 291i) pour les pieds de chandeliers oui, pour étanchéifier et absorber un peu de stress. Je n'utilise pas de mastic polypropylène sur ce genre de pièce. Quasiment nul part en fait.
Du coups, mastic sur les surfaces planes, oui, mais seulement au dessus. Si infiltration d'eau il y'a par le pont, il faut laisser pisser, déjà pour l'identifier, mais surtout éviter une délamination. Pas de mastic en dessous, c'est important sur le long terme.
Je vous tiens au courant mais la météo ne se prête pas au bricolage aujourd'hui.
Encore merci à tous  :)
« Modifié: 08 mars 2021 à 16:04:00 par Aleksi »

09 mars 2021 à 20:57:16
Réponse #14

Aleksi


Tiens nous au courant !
   Chill.
Salut ! j'ai avancé un poil. J'ai pu créer un jeu suffisant pour glisser ma lame de scie sous le pied de chandelier et coupé.
J'ai essayé toutes les techniques, et rien à faire. J'ai bousillé mes extracteurs, taxé celui du mechano du coin (de bien meilleur qualité), pété quelques mèches. Même ramené des copains regarder le truc. Vraiment dans le doute si y'a un truc hyper simple auquel j'avais pas pensé.
Du coups j'y suis allé à l'ancienne : découpe à la perceuse autour de la zone à traiter, extraction de la vis dans sa strat. Je reboucherai ensuite à l'epoxy (je trouverai d'autre trucs à faire avec dans la foulée).
J'ai pété la résine autour de la vis au marteau, pour voir.
Y'avait bien un insert ;), mais fait maison, un simple écrou pris dans la strat, classique.  Bien rouillé, bien grippé et tout. Ca va assainir une zone que ne suspectait pas spécialement  :up:
Maintenant, la dernière vis...

09 mars 2021 à 22:49:32
Réponse #15

Chill


Si y'en a un, y'en avait probablement d'autres.  :glare:

Ça tourne fou :
* Soit l'écrou tourne dans le stratifié et alors tu sauras quoi faire de ta résine car tu vas sortir la vis de la même manière que la précédente ;
* Soit la vis a foiré dans l'écrou. Alors il te reste un espoir : la décapiter et tenter de sortir en VISSANT si le chemin est libre dans ce sens. En cas d'échec tu sais quoi faire.  ^-^

Quitte à noyer un écrou dans la masse, prendre un écrou carré (comme ceux des anciens Meccano). Ou bien un  écrou papillon, même avec les ailes raccourcies, plutôt qu'un hexagonal de base ou bien ... tout écrou qui s'écarte le plus du cylindre :

Tu confirmes que dans les socles ce sont des trous fraisés (coniques) et non des lamages ( cylindres décaissés) ?
* Si, comme il semble m'apparaître sur la photo, ce sont des trous fraisés, emploie  des vis idem. Une liaison cône-cône arrive à être "étanche". Dans le doute, un soupçon de pâte idoine pourrait assurer le job.
* Si ce sont des lamages, pense à interposer une rondelle d'étanchéité (fibre, nylon, ) dessous la tête d'une vis à tête cylindrique, quelle que soit l'empreinte. Les liaisons plan-plan ne sont "étanches" que sous des efforts que les vis inox M6 sont incapables de fournir, et là mettre de la pâte même "de luxe" ne fera pas grand chose à l'affaire.  :(
Et autant une tête cylindrique dans un fraisage qu'une tête fraisée dans un lamage ne sont capables de bien y vivre : aucune n'assurera une fixation correcte car la pression de contact de l'angle sur le cône fera fluer la matière et tu perdras progressivement la tension/couple installée ; et alors ce contact "linéique" n'assurera plus ni la tenu ni une étanchéité (surtout à l'eau de mer).

Les liens pointent sur des images pour illustrer le concept, pas sur des préconisations d'achat ! Et je n'ai d'intérêt dans aucun des sites visités.

    Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

10 mars 2021 à 00:46:02
Réponse #16

Dutch


Tu as pensé aux boulons extendeurs?
https://www.amazon.fr/Boulons-dexpansion-inoxydable-externe-M6x60mm/dp/B0778R7CMC

Associés à une injection d'époxy juste avant la pose, ça devrait assurer rigidité du montage & étanchéité (tu peux compléter avec un film de silicone sur la base du chandelier).
Si ta structure portante est saine, c'est simple à mettre en œuvre.
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

10 mars 2021 à 07:18:18
Réponse #17

Chill


@Dutch : en as-tu mis en œuvre dans de l'époxy ?
* la contrainte radiale n'est pas dans la direction de résistance principale de ce matériau ;
* les écrous à embase conique sont rare, surtout dans ce diamètre, et l'étanchéité avec le chandelier va être problématique, ainsi que le maintien du couple de serrage ;
* il faut 2 filets dépassant d'un écrou pour un assemblage "sain" ce qui va créer un tas d'excroissances agressives pour tout ce qui se déplacera sur un pont : bouts, pieds, voiles, ... et pas de possibilité de mettre un écrou borgne sauf à recouper toutes les tiges filetées avec une bonne précision.
 Ces pieds de chandeliers sont habituellement soit rivetés, soit fixés avec des vis à tête fraisées, très certainement en raison des arguments précédents.

Mon avis à moi que j'ai ...
    Chill.
« Modifié: 10 mars 2021 à 09:23:37 par Chill »
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

10 mars 2021 à 12:32:57
Réponse #18

Aleksi


Salut les gars !
@Dutch : pour être honnête, je n'aime pas l'idée d'un corps étranger pris dans la strat. De plus, je n'ai jamais entendu parler d'utilisation de boulons extendeurs dans ce champs d'application. Et pourtant j'ai potassé mon sujet (sur la rénovation et entretiens de vieux voiliers). Ce qui ne veut pas dire que ca marche pas. Je ne connais pas assez bien les propriétés mécanique de ces matériaux. Mais mon instinct me dit non. En fait, la solution la plus simple est aussi la meilleure. Contreplaques sous le pont, rondelles et écrou. La contreplaque rajoute beaucoups à l'étanchéité du système dans le temps de manière mécanique.
Le silicone ne tiens bien. C'est un mastic de dépanne à avoir à bord principalement pour réparer des petites fuites au niveaux des hublots (on applique dans ce cas par l'intérieur) en navigation, en attendant de faire un vrai truc une fois arrivé au mouillage / port.
Enfin, Chill a raison de mentionner les excroissances agressives.
@Chill : Ok pour la forme de l'écrou à noyer dans la masse, parfaitement sensé. J'évite au max de faire ça, mais si un jours je n'ai pas le choix...
Je te confirme que ce sont des trous fraisés dans les pieds de chandeliers. Quoi qu'il arrive, je fais un petit anneau de pate autour de la tête de vis avant de l'insérer. Ce sont des petits détails glanés sur différents chantiers ou j'ai filé la main, sur la route.
En tout cas, merci de rappeler l'utilisation des vis adaptées et le pourquoi du comment, c'est intéressant. Ceci dit il m'arrive de devoir faire avec ce que j'ai sous la main. C'est un bateau projet / école, les beaux matériaux coûtent chers et je suis un crevard sans le sous  ;#. Par ex, mon tangon n'est autre qu'un morceau de bois flotté mis en forme pour faire le taf. Ca fait tiquer les voileux  ;#
Je ne sais pas si cette conversation intéresse, on peut continuer en MP si besoin.
A plus tout le monde

10 mars 2021 à 12:54:51
Réponse #19

Aleksi


Les liaisons plan-plan ne sont "étanches" que sous des efforts que les vis inox M6 sont incapables de fournir, et là mettre de la pâte même "de luxe" ne fera pas grand chose à l'affaire.  :(
Bon j'en profite quand même  :).  La liaison pied de chandelier -> pont étant bien de nature plan-plan. Le fait que la base soit surélevée aide grandement à éviter les infiltrations, mais sur un petit bateau et quand on aime le vent et les embruns ( ;D) les pieds de chandeliers sous le vent se retrouvent parfois aussi sous l'eau, dû à la gîte. Qu'est ce qui différencie la non étanchéité plan-plan d'une tête de vis par rapport à une surface plus grande ?

10 mars 2021 à 13:43:40
Réponse #20

Chill


L'étanchéité ! ... tout un pan d'une bonne éducation technique !

Sous ta semelle de chandelier tu as mis une matière adaptée qui va trouver sa place lors d'un rapprochement par une translation simple des surfaces parallèles à étancher, sans cisaillement. Comme la surface est "importante", la contrainte locale de pression restera modérée et un film de matière s'établira de manière continue. Se rappeler que la matière ne se comprime pas mais se réparti : son volume reste, au premier ordre, constant d'où les débords quasi systématiques.

Sous une tête de vis, la même matière sera cisaillée et "centrifugée" par l'approche hélicoïdale. De plus les surfaces sont faibles donc les pressions élevées. Le film ne se crée pas, ou mal. La "normalité" et la planéité du disque inférieure d'une tête cylindrique est pour le moins quelconque, ce qui augmente la centrifugation et le raclage du produit.

C'est pourquoi, à diamètre de tête équivalent, une liaison conique fournit une plus grande surface de contact, donc une pression plus modérée pour la même tension axiale installée. Cette surface augmentée permet plus facilement d'obtenir "mécaniquement" l'étanchéité. Et il reste possible d'employer une "pâte" pour combler ce qui manque, malgré le cisaillement du produit. Pense aux soupapes d'un moteur thermique.

En première approche ...
     Chill.

EDIT : Grammaire et orthographe.
« Modifié: 10 mars 2021 à 17:18:04 par Chill »
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

10 mars 2021 à 13:58:29
Réponse #21

Dutch


De plus, je n'ai jamais entendu parler d'utilisation de boulons extendeurs dans ce champs d'application.

C'est une solution alternative que j'ai découvert en restaurant ce cyclo-sport, produit à moins de 30 exemplaires.




La coque en résine autoportante, y compris la selle, est soumise à des contraintes considérables avec la motorisation que j'ai conçu (bas moteur à contre-piston d'équilibrage, haut moteur chemisé fonte de voiturette, allumage Ducati, variateur RGD Titane & pot de détente à accord variable).
Sur circuit, l'engin a atteint 117 km/h et prend 16 000 tours contre 7000 d'origine, ce qui n'est pas mal pour un cyclomoteur.

La liaison coque/cadre est assurée par des boulons à expansion (pas ceux que je t'ai montré mais pour placoplâtre car la résine est plus fine qu'une coque de bateau)
Malgré les contraintes liées aux vibrations & aux prises d'angles en virage, ça n'a pas bougé depuis 2013.


Autre chose: si tu achètes de l'époxy, essaye d'en trouver qui résiste aux hydrocarbures.
C'est le cas de la plupart de celles qui supportent une température supérieure à 150°C.
Détournée de son utilisation, elle te permettra de traiter le réservoir d'un moteur principal ou auxiliaire contre la corrosion.

En effet, les additifs des carburants actuels, notamment le bio éthanol ont tendance à oxyder les vieux réservoirs.
Outre les problèmes d'alimentation (filtres bouchés), leur contenu "tourne" en quelques mois et le milieu marin ne va rien arranger.
L'époxy diluée à l'acétone est une alternative économique au kit Restom.

Inutile de me demander si j'ai expérimenté. ;D
Une soixantaine de bécanes de ma collection sont traitées comme ça, depuis 18 ans pour les plus anciennes et des dizaines de membres du forum que j'administre ont repris ma méthode avec satisfaction: http://www.blog2.tobeconline.fr/?p=332
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

10 mars 2021 à 14:29:54
Réponse #22

François


Mon avis, pour ce qu'il vaut : cela fait partie de la vie normale d'un chandelier d'être tordu, cassé, arraché. Sur un petit bateau, ce sont les filières qui retiennent l'équipier en perte d'adhérence, les chandeliers ne sont là que pour maintenir les filières sur la trajectoire de l'équipier en vol vers l'océan. Par contre, il ne faut pas que les fixations des chandeliers puissent s'arracher en faisant un trou dans le pont. Donc qu'elles soient nettement plus solides que les chandeliers. (ce n'est pas toujours bien conçu d'origine d'ailleurs)
Je trouve bien l'idée de contre-plaque, vis, rondelle, écrou. edit : important TOUS les éléments doivent être insensibles à l'oxydation et les colles et mastics résistants au UV.
L'étanchéité vient ensuite : Sikaflex entre la platine et le pont. Silicone (ou graisse épaisse insoluble) dans trou et sur le pas de vis au moment de visser. Et si cela ne suffi pas, une noisette de Sikaflex écrasée sur la tête vis après vissage et nettoyage. A mon avis, il ne faut pas d'étanchéité sur ce qui est au dessous : si un peu d'eau entre par au dessus, elle doit pouvoir ressortir et ne pas stagner dans le montage ni l'épaisseur du pont.
« Modifié: 10 mars 2021 à 14:40:21 par François »
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

10 mars 2021 à 15:45:08
Réponse #23

Aleksi


Hop, deuxième vis extraite, de manière plus chirurgicale du coups. Quand Chill a dit que l'écrou doit être le plus possible éloigné du cylindre, j'ai collé mon oreille au pont et entendu clairement racler à l'intérieur. Je me suis dit que je pouvais commencer par trouver l'insert foireux s'il existe, et au pire je procède comme précédemment.
Du coups malgrés le recoin pas possible, j'ai creusé par en dessous jusqu'à faire apparaitre l'écrou, qui tournait bel et bien dans le vide... j'ai gratté toute la partie malsaine et ce sera injecté d'epoxy chargée (silice car j'en ai un reste à bord , mais du talque que j'utilise pour mes pieds en jungle et que j'ai à bord ferait le taf aussi).

Merci les gars pour vos conseils et explications, j'ai appris.

@François : entièrement d'accord avec toi, je laisse toujours pisser par en dessous pour identifier la fuite et surtout éviter la délamination (encore pire sur les ponts en sandwich). Et effectivement tout doit être pensé pour que l'accident plie les chandeliers, mais n'arrache pas tout en faisant des trous. Dans mon cas c'est peu probable, il y'a 5cm de matière sous chaque chandelier. Les british faisaient overkill dans les années 60  8).
Pourquoi silicone dans le trou et sur le pas de vis, et pas sikaflex (ou autres PU) ?

10 mars 2021 à 16:23:39
Réponse #24

Chill


P A V C
Détail : en polymérisant le silicone relargue de l'acide acétique. En milieu clos et sur un métal non laqué, même déclaré "inox", il peut y avoir corrosion.   :down:
Je ne connais pas la réaction de cet acide dans le stratifié.

    Chill.

Edit : un topo sur la corrosion de l'inox, dont les milieux acides :
https://www.infosteel.be/images/brochures/aperam/Aperam-l-acier-inoxydable-et-la-corrosion-FR.pdf

P A V C
« Modifié: 10 mars 2021 à 17:05:12 par Chill »
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //