Nos Partenaires

Auteur Sujet: nouvelles projections climatique en métropole jusqu'à 2100  (Lu 7675 fois)

01 février 2021 à 19:32:28
Lu 7675 fois

raphael


http://www.drias-climat.fr/document/rapport-DRIAS-2020-red3-2.pdf

"Toutes les observations recueillies à l’échelle planétaire confirment à présent une accélération sans
précédent du changement climatique et les conséquences de ce dérèglement se multiplient : vague de
chaleur et incendies en Sibérie, fonte de la banquise en Arctique, sécheresses, canicules et record de
températures sur tous les continents, évènements extrêmes tels que cyclones ou pluies intenses.
La France n’est pas épargnée, et il a été montré que les vagues de chaleur de l’été 2019 qui ont
provoqué des températures inédites de 46 °C dans le sud de la France et voisine de 43 °C sur la région
parisienne étaient une conséquence directe du changement climatique. La lutte contre le changement
climatique est devenue une priorité internationale coordonnée dans le cadre de l'accord international de
Paris sur le changement climatique. La France a renforcé ses objectifs de réduction des émissions de gaz
à effet de serre d’ici 2050(1) et mis à jour son Plan national d’adaptation au changement climatique(2). Les
collectivités (régions et agglomérations) ainsi que les différents secteurs économiques définissent à leur
tour leur stratégie de lutte et plan d’actions pour atténuer le changement climatique et s’adapter à ses
effets.
Plus que jamais, toutes ces démarches ont besoin de s’appuyer sur des données climatiques à jour,
fiables, précises et utiles pour la décision. Ce sont les objectifs du nouveau jeu de projections climatiques régionalisées DRIAS-2020, mis à disposition sur le portail partenarial DRIAS(3) dont la mise à jour a été soutenue par le ministère de la Transition écologique.
Ce présent document, préparé par les équipes de Météo-France, a pour objectif d’accompagner la
publication de ce nouveau jeu DRIAS-2020, en apportant toutes les informations nécessaires pour faciliter son utilisation dans le cadre de l’élaboration, la mise en œuvre ou l’évaluation des démarches d’adaptation."

Virginie Schwarz,
Présidente-directrice générale
de Météo-France
« Modifié: 13 février 2021 à 20:40:48 par Maximil »
Se connaitre et s'accepter


01 février 2021 à 20:13:22
Réponse #1

Aleksi


En te lisant, ca me rappel que les brises glaces nucléaires Russes tout juste terminés sont une technologie de fait déjà presque obsolète.

02 février 2021 à 00:10:55
Réponse #2

Van


Le rapport du Club de Rome de 1972 prévoyait des famines en Europe et aux États-Unis avant 2000, et l’épuisement du pétrole avant 1985.
Un an plus tard, Hollywood sortait le film "Soleil vert".

Le trou dans la couche d'ozone, la disparition de la banquise, les pluies acides, le peak oil pour l'an 2000, toutes ces prévisions apocalyptiques sont tombées dans les oubliettes. Mais qu'importe, l'essentiel est de faire peur afin de vendre, taxer, obtenir des crédits, s'enrichir ou encore détourner les gens des vrais enjeux de demain.

Exemple : l'ancien vice-président américain Al Gore a affirmé en 2009 qu'il y avait 75 % de chances que la calotte polaire ait disparu pendant les mois d'été, d'ici 5 à 7 ans.
En 2021, la calotte glaciaire est toujours là, mais lui entre temps, grâce au business du réchauffement climatique, s'est enrichi de plusieurs dizaines de millions de dollars (fortune personnelle en 2021 : 145 millions d'euros).

02 février 2021 à 08:21:50
Réponse #3

raphael


Le rapport du Club de Rome de 1972 prévoyait des famines en Europe et aux États-Unis avant 2000, et l’épuisement du pétrole avant 1985.
Un an plus tard, Hollywood sortait le film "Soleil vert".

Le trou dans la couche d'ozone, la disparition de la banquise, les pluies acides, le peak oil pour l'an 2000, toutes ces prévisions apocalyptiques sont tombées dans les oubliettes. Mais qu'importe, l'essentiel est de faire peur afin de vendre, taxer, obtenir des crédits, s'enrichir ou encore détourner les gens des vrais enjeux de demain.

Exemple : l'ancien vice-président américain Al Gore a affirmé en 2009 qu'il y avait 75 % de chances que la calotte polaire ait disparu pendant les mois d'été, d'ici 5 à 7 ans.
En 2021, la calotte glaciaire est toujours là, mais lui entre temps, grâce au business du réchauffement climatique, s'est enrichi de plusieurs dizaines de millions de dollars (fortune personnelle en 2021 : 145 millions d'euros).

https://jancovici.com/recension-de-lectures/societes/rapport-du-club-de-rome-the-limits-of-growth-1972/

Le rapport Meadows & al. fait probablement partie, comme le rapport du GIEC sur le changement climatique aujourd’hui, de ces documents que 99% des personnes qui le citent n’ont pas lu, vu la quantité de conclusions que l’on attribue à ce papier dont on ne trouve pas trace lecture faite. Ainsi, il est fréquent d’entendre que le Club de Rome (en fait l’équipe Meadows) aurait « prédit » la fin du pétrole pour l’an 2000, ce qui n’est pas arrivé, et donc qu’il y a urgence à ne tenir aucun compte de ce travail prospectif, qui ne peut être qu’une oeuvre fantaisiste de quelques farfelus terrorisés par l’avenir. Mais il n’y a nulle trace d’une telle prévision sur la pénurie de pétrole en l’an 2000 dans ce rapport Meadows !

Par contre, à la page 174 de la traduction française, on trouve un tableau indiquant que les réserves connues de pétrole, en 1970, représentent 30 années de consommation (sans intégrer d’augmentation annuelle). Mais il ne s’agit en rien d’une « prévision » indiquant que le pétrole sera définitivement épuisé en 2000, juste d’un rappel des connaissances du moment concernant les ressources naturelles ! Peut-on dire aujourd’hui que les pétroliers « prédisent » la fin du pétrole pour 2040, au motif que les réserves qu’ils déclarent représentent 40 fois la consommation de l’an 2002 ?

En fait, non seulement ce rapport n’a pas « prédit » la fin du pétrole en 2000, mais il n’a pas plus prédit quoi que ce soit d’autre de manière précise. Sa seule conclusion forte est que la croissance matérielle perpétuelle conduira tôt ou tard à un « effondrement » du monde qui nous entoure, et que, même en étant très optimiste sur les capacités technologiques à venir, l’aptitude à recycler ou à économiser les matières premières que nous consommons, le contrôle de la pollution, ou encore le niveau des ressources naturelles (le haut de la fourchette pris par les chercheurs est une multiplication par 5 des réserves connues en 1970, ce qui, pour le pétrole, amène à des réserves en 2000 supérieures à celles aujourd’hui connues malgré la consommation effectuée entre-temps ; j’ai fait le calcul), l’effondrement se produit avant 2100.

Par « effondrement » il ne faut pas entendre la fin de l’humanité, mais la diminution brutale de la population accompagnée d’une dégradation significative des conditions de vie (baisse importante du produit industriel par tête, du quota alimentaire par tête, etc) de la fraction survivante. Tous ceux qui sont désireux d’invoquer le « rapport du Club de Rome » pour justifier le manque de flair de ses auteurs devront donc patienter jusqu’en 2100 avant de pouvoir le faire ! "
Se connaitre et s'accepter


02 février 2021 à 08:35:07
Réponse #4

raphael


Le célèbre modèle world3 issu des travaux du club de Rome a été aussi largement critiqué mais les prévisions données par ce modèle peuvent être validé avec les données existantes depuis les années 80.

Les derniers travaux montrent une bonne corrélation

https://tuda.triumf.ca/evolution/environment/club_of_rome.pdf

https://www.linkedin.com/pulse/i-did-data-check-world-model-forecast-global-collapse-branderhorst/

https://dash.harvard.edu/bitstream/handle/1/37364868/BRANDERHORST-DOCUMENT-2020.pdf?sequence=1&isAllowed=y

Les seuls reproches que l'on peut faire est d'avoir considéré le monde comme homogène et ne pas tenir compte des disparités "régionales".
Se connaitre et s'accepter


02 février 2021 à 09:08:37
Réponse #5

florent.B


Merci Raphael pour ce document !!!! Rien de très optimiste, malheureusement, les prévisions restent dans la même tendance.  :'(

Le problème de ce genre de publications (tout comme les rapports du GIEC, ou ceux du club de rome), c'est qu'ils sont malheureusement peu lisibles pour des profanes. La rigueur scientifique nécessite de parler d'hypothèses, de probabilités, d'admettre que parfois on ne sait pas... On en ressort avec des textes volumineux et beaucoup trop difficiles à comprendre pour monsieur tout le monde, qui n'a de toute manière pas le temps de lire les 96 pages d'un rapport comme celui-ci.

Heureusement, beaucoup plus près de chez nous que ne l'est la couche d'ozone ou la banquise, on a la possibilité de constater visuellement / factuellement les effets du changement climatique. La fonte de la mer de glace à Chamonix, est l'un de ces exemples "factuellement indiscutable". Et malheureusement, il y en a de plus en plus d'autres...
« Modifié: 02 février 2021 à 09:19:58 par florent.B »
Muere lentamente quien se transforma en esclavo del hábito
repitiendo todos los días los mismos trayectos,
quien no cambia de marca,
no se atreve a cambiar el color de su vestimenta
o bien no conversa con quien no conoce.
(Pablo Neruda)

02 février 2021 à 09:38:10
Réponse #6

Chill


Citation de: florent.B
Le problème de ce genre de publications (tout comme les rapports du GIEC, ou ceux du club de Rome), c'est qu'ils sont malheureusement peu lisibles pour des profanes. La rigueur scientifique nécessite de parler d'hypothèses, de probabilités, d'admettre que parfois on ne sait pas... On en ressort avec des textes volumineux et beaucoup trop difficiles à comprendre pour monsieur tout le monde, qui n'a de toute manière pas le temps de lire les 96 pages d'un rapport comme celui-ci.

Pour ce qui est des rapports du GIEC (IPCC in grand-Breton), il y a pour chaque section un "Résumé pour les Décideurs" qui tient en général sur 2 ou 3 pages, pour permettre à nos dirigeants d'avoir l'air au courant.  ;D

Exemple : Ne lisez que ça, vous en saurez autant que nos "Décideurs", et vous éviterez de faire dire à ces textes factuels, sourcés et argumentés, ce qu'ils ne disent pas.

     Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

02 février 2021 à 13:02:26
Réponse #7

Hurgoz


Citer
Par « effondrement » il ne faut pas entendre la fin de l’humanité, mais la diminution brutale de la population accompagnée d’une dégradation significative des conditions de vie (baisse importante du produit industriel par tête, du quota alimentaire par tête, etc) de la fraction survivante. Tous ceux qui sont désireux d’invoquer le « rapport du Club de Rome » pour justifier le manque de flair de ses auteurs devront donc patienter jusqu’en 2100 avant de pouvoir le faire ! "

Sans compter les zones du monde qui seront invivables et entraînerons des migrations de populations vers des zones plus clémentes, augmentant les pressions sur et dans ces zones. Ou encore les problèmes liés au méthane, notre capacité à entretenir nos infra-structures (dont les central nucléaires)....bref, que de joyeusetés!

On est dans un problème que soulève assez bien Pablo Sevigne dans "l'entraide, l'autre loi de la jungle": l'écologie demande un gros effort individuel, pour un gros avantage mutuel; il est donc difficile de motiver les individus qui ne voient pas d'intérêt pour eux et reportent la responsabilité sur la communauté.

Il a donc été longtemps plus facile de moquer les "kmer verts" que de leur apporter crédit, en préférant attendre que se soit la communauté qui pose des jalons...c'est amusant au final quand on pense au nombre de ces personnes qui rejettent la société...
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

02 février 2021 à 14:54:44
Réponse #8

guillaume


https://jancovici.com/recension-de-lectures/societes/rapport-du-club-de-rome-the-limits-of-growth-1972/

Le rapport Meadows & al. fait probablement partie, comme le rapport du GIEC sur le changement climatique aujourd’hui, de ces documents que 99% des personnes qui le citent n’ont pas lu, vu la quantité de conclusions que l’on attribue à ce papier dont on ne trouve pas trace lecture faite. Ainsi, il est fréquent d’entendre que le Club de Rome (en fait l’équipe Meadows) aurait « prédit » la fin du pétrole pour l’an 2000, ce qui n’est pas arrivé, et donc qu’il y a urgence à ne tenir aucun compte de ce travail prospectif, qui ne peut être qu’une oeuvre fantaisiste de quelques farfelus terrorisés par l’avenir. Mais il n’y a nulle trace d’une telle prévision sur la pénurie de pétrole en l’an 2000 dans ce rapport Meadows !

Par contre, à la page 174 de la traduction française, on trouve un tableau indiquant que les réserves connues de pétrole, en 1970, représentent 30 années de consommation (sans intégrer d’augmentation annuelle). Mais il ne s’agit en rien d’une « prévision » indiquant que le pétrole sera définitivement épuisé en 2000, juste d’un rappel des connaissances du moment concernant les ressources naturelles ! Peut-on dire aujourd’hui que les pétroliers « prédisent » la fin du pétrole pour 2040, au motif que les réserves qu’ils déclarent représentent 40 fois la consommation de l’an 2002 ?

En fait, non seulement ce rapport n’a pas « prédit » la fin du pétrole en 2000, mais il n’a pas plus prédit quoi que ce soit d’autre de manière précise. Sa seule conclusion forte est que la croissance matérielle perpétuelle conduira tôt ou tard à un « effondrement » du monde qui nous entoure, et que, même en étant très optimiste sur les capacités technologiques à venir, l’aptitude à recycler ou à économiser les matières premières que nous consommons, le contrôle de la pollution, ou encore le niveau des ressources naturelles (le haut de la fourchette pris par les chercheurs est une multiplication par 5 des réserves connues en 1970, ce qui, pour le pétrole, amène à des réserves en 2000 supérieures à celles aujourd’hui connues malgré la consommation effectuée entre-temps ; j’ai fait le calcul), l’effondrement se produit avant 2100.

Par « effondrement » il ne faut pas entendre la fin de l’humanité, mais la diminution brutale de la population accompagnée d’une dégradation significative des conditions de vie (baisse importante du produit industriel par tête, du quota alimentaire par tête, etc) de la fraction survivante. Tous ceux qui sont désireux d’invoquer le « rapport du Club de Rome » pour justifier le manque de flair de ses auteurs devront donc patienter jusqu’en 2100 avant de pouvoir le faire ! "

Merci  :love:


02 février 2021 à 20:45:48
Réponse #9

azur


Sans compter les zones du monde qui seront invivables et entraînerons des migrations de populations vers des zones plus clémentes, augmentant les pressions sur et dans ces zones.
Jusqu'à preuve du contraire, il y a des êtres humains dans à peu près tous les milieux, qu'il s'agisse du Sahara où les températures peuvent dépasser 50°C à l'ombre, ou dans le cercle polaire où elles sont quasiment 100°C en dessous.
A ma connaissance, ces zones ne sont pas spécialement "vivables" et pourtant elles sont habitées!

Je vois plutôt dans cet argument une excuse mondialiste à certaines migrations qui sont en réalité motivées par des buts bien moins naïfs!
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!
------------------------------------------
Boviner, c'est contourner par le centre...

02 février 2021 à 21:47:20
Réponse #10

Loriot


Jusqu'à preuve du contraire, il y a des êtres humains dans à peu près tous les milieux, qu'il s'agisse du Sahara où les températures peuvent dépasser 50°C à l'ombre, ou dans le cercle polaire où elles sont quasiment 100°C en dessous.
A ma connaissance, ces zones ne sont pas spécialement "vivables" et pourtant elles sont habitées!

Je vois plutôt dans cet argument une excuse mondialiste à certaines migrations qui sont en réalité motivées par des buts bien moins naïfs!

Oui.
Mais les densités de populations ne sont pas tout à fait les mêmes dans le Sahara, au nord et au sud du cercle polaire...
Les ressources alimentaires dans ces zones ainsi que les ressources naturelles à dispositions des populations sont un peu plus difficile à exploiter...
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

02 février 2021 à 22:13:05
Réponse #11

Chill


Citation de: azur
Jusqu'à preuve du contraire, il y a des êtres humains dans à peu près tous les milieux, qu'il s'agisse du Sahara où les températures peuvent dépasser 50°C à l'ombre, ou dans le cercle polaire où elles sont quasiment 100°C en dessous.
A ma connaissance, ces zones ne sont pas spécialement "vivables" et pourtant elles sont habitées!

Je ne voudrais pas polémiquer, mais :
Sahara : 1h/km2, environ 8 millions habitants sur environ 8 millions de km2
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sahara#Populations_et_cultures


Groenland 0,03 h/km2
Nuavut : 0,017 h/km2
"Esquimaux" : 0,0077 h/km2  https://www.persee.fr/doc/geoca_0035-113x_1958_num_33_3_6892

Antarctique : 0 autochtone

La station spatiale aussi est habitée. À quelles conditions ?  ;#

Ce dont parle Hurgoz, je pense, ce sont les populations menacées par la montée des eaux, ou bien celles (citées par J-M. Jancovici) qui vont se retrouver dans des zones devenues très chaudes et très humides dans lesquelles la respiration et la régulation thermique ne pourront plus être assurées.
De même, les modélisations du rapport Meadow aboutissent souvent à la famine, événement causé soit par la pollution des sols ou de l'air, soit par une élévation de la température, et faisant drastiquement chuter les rendements agricoles donc entraînant des famines, donc des déplacements de population.

Ce sont des problèmes du "temps long", que notre perception de notre environnement immédiat ne permet d’appréhender que difficilement ...
Le rêve de l'opulence occidentale et matérialiste qui est diffusé à ces populations ne simplifie pas l'équation. Mais les "buts bien moins naïfs", si tant est qu'un début de preuve en soit apporté, ne le seront qu'à court, très court terme.  ^-^

     Chill.

Edit : Un résumé en 15 pages de ce fameux rapport dit "du Club de Rome" :
https://www.fichier-pdf.fr/2014/03/01/rapport-meadows/preview/page/1/
Avec les graphiques "dans leur jus" et une brève explication des hypothèses et des résultats.
Se souvenir de la date de publication : 1972 !!
« Modifié: 02 février 2021 à 22:40:14 par Chill »
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

02 février 2021 à 22:41:55
Réponse #12

Hurgoz


Ce dont parle Hurgoz, je pense, ce sont les populations menacées par la montée des eaux, ou bien celles (citées par J-M. Jancovici) qui vont se retrouver dans des zones devenues très chaudes et très humides dans lesquelles la respiration et la régulation thermique ne pourront plus être assurées.
De même, les modélisations du rapport Meadow aboutissent souvent à la famine, événement causé soit par la pollution des sols ou de l'air, soit par une élévation de la température, et faisant drastiquement chuter les rendements agricoles donc entraînant des famines, donc des déplacements de population.

Merci :)

Pas besoin de tomber dans des problèmes politiques et complots mondiaux (pour lesquels, de toute façon, je ne répondrais pas, moins encore sur ce forum).

Ajoute à ça, les incendies causés par la sécheresse, qui vont à leur tour créer de gros dégagement de CO², avec moins d'arbres pour l'absorber, et des zones incultivables...
Bon nombre de grandes fortunes regardent du côté de la suède, mais pas de pot, là bas aussi on a des records de chaleur et des incendies, donc...

Citer
Ce sont des problèmes du "temps long", que notre perception de notre environnement immédiat ne permet d’appréhender que difficilement ...
Le rêve de l'opulence occidentale et matérialiste qui est diffusé à ces populations ne simplifie pas l'équation.

Non, sans compter que de toute façon, on arrive à la fin du système: il n'y a plus assez d'argent dans l'économie réelle pour assurer une consommation suffisante à chacun, tout étant absorbé par l'économie de marché, elle même sous perf des banques centrales.

Le système est sous tension et on ne sait pas trop d'où ça va partir, mais dans la mesure où, comme dit plus haut il n'y a plus assez d'argent pour assurer les remboursements et le minimum vital, les différentes bulles ne vont pas tarder à collapser (par exemple, les prêts étudiants: c'est bien, mais ça ne rapporte que lorsqu'on peu rembourser, hors, moins d'argent dans l'économie active=moins d'argent à chacun= moins de capacité à rembourser et vivre en même temps).

Mais bon, c'est une autre histoire.
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

03 février 2021 à 12:22:22
Réponse #13

pl09


Bonjour,

Le poil hors sujet mais ci dessous le lien vers l'interview d'un documentaire à venir sur "l'hypothèse Zimov"
Lien vers le documentaire
http://www.zimov-le-film.com/#:~:text=Selon%20l'hypoth%C3%A8se%20de%20Zimov,%E2%80%8B&text=Une%20neige%20plus%20dense%20permet,et%20donc%20le%20permafrost%2C%20gel%C3%A9.


Interview du réalisateur du documentaire.
https://m.youtube.com/watch?v=6GW0QP-chFk

À plus.

21 avril 2021 à 14:17:12
Réponse #14

raphael


https://public.wmo.int/en/our-mandate/climate/wmo-statement-state-of-global-climate


état du climat en 2020

"In 2020, GMST (global mean surface temperature) was 1.2 ± 0.1 °C warmer than the pre-industrial baseline (1850-1900).

Despite developing La Niña cooling conditions, 2020 was one of the three warmest years on record.

The last decade, 2011-2020, is the warmest on record.
Se connaitre et s'accepter


14 août 2021 à 22:51:07
Réponse #15

Hurgoz


Yo,

Début Juillet - avant donc le dernier rapport du GIEC, dont la version synthétique en Anglais est dispo ici: https://www.ipcc.ch/report/ar6/wg1/downloads/report/IPCC_AR6_WGI_SPM.pdf  - le Monde avait publié cet article intéressant, avec plusieurs projections (probablement, du coup, un peu trop optimistes, compte tenu du dernier rapport): https://www.lemonde.fr/planete/video/2021/07/11/comment-le-changement-climatique-va-bouleverser-l-humanite_6087906_3244.html

Tcho
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

14 août 2021 à 23:00:01
Réponse #16

Van


Le Monde titre : "Comment le changement climatique va bouleverser l'humanité"
Rien que ça !... Il ne serait pas un peu marseillais, ce journal ?
En tout cas en 1972, il expliquait que nous devions trembler car le rapport du Club de Rome de la même année prévoyait des famines en Europe et aux États-Unis avant 2000, et l’épuisement du pétrole avant 1985.
Cinquante ans après, le nouveau croque-mitaine est le réchauffement climatique.
Jamais le business de la peur n'a été aussi lucratif. Tout le monde n’est donc pas perdant sur la question climatique.

Et quand Jeff Bezos, rentrant de l'espace après avoir brulé pour quelques minutes en apesanteur l'énergie que va consommer un français moyen durant toute sa vie, dit : " J'ai vu la fragilité de notre terre, blablabla, blablabla"... il n'y a pas à dire, il a le sens du comique, et les médias d'applaudir.

Un écran de fumée tout trouvé afin de détourner les populations des vrais dangers à venir : destruction de l’État social, société hyper violente, disparition des solidarités, démocratie de façade et gouvernance réelle par des dirigeants non élus.

L'apocalypse écologique, nouvelle religion de l'Occident. Avec au sommet, ses prêtres idéologues du GIEC, qui, rappelons-le, ne sont pas des scientifiques. Toute critique du dogme vaut excommunication universitaire et médiatique et fin ou refus du financement de vos recherches.
Et ce sont les mêmes qui critiquent l’Église catholique du temps de Galilée ! Ils ont visiblement le même humour que Jeff Bezos ::)

La France est responsable de 0,9 % des émissions de CO2 de la planète, et l'Europe 10 %. Pourtant dans la nouvelle religion de l'Occident, l'un des éléments de croyance est qu'en taxant à n'en plus finir le péquin moyen français et européen, cela va "sauver" la planète.

Rappelons que le kérosène n'est pas taxé. Que depuis 10 ans les ventes de SUV explosent : près de 40 % des immatriculations en 2020 en France sont des SUV.
Dans le même journal qui nous explique l’apocalypse climatique à venir, on trouvera dans son édition de la veille ou du lendemain des publicités ou publi-reportages pour des destinations exotiques à l'autre bout du monde, ou pour le dernier SUV.

Mes deux cents
« Modifié: 15 août 2021 à 11:34:35 par Van »

15 août 2021 à 11:16:07
Réponse #17

Rantanplan


Si je ne répond pas, c'est que je n'ai rien à dire ou que je suis d'accord hein.

Citer
Le Monde titre : "Comment le changement climatique va bouleverser l'humanité"
Rien que ça !... Il ne serait pas un peu marseillais, ce journal ?
En tout cas en 1972, il expliquait que nous devions trembler car le rapport du Club de Rome de la même année prévoyait des famines en Europe et aux États-Unis avant 2000, et l’épuisement du pétrole avant 1985.

On parle du GIEC, pas du Journal le Monde ou du club de Rome.

Plutôt que débattre de peur ou d'exactitude des prédictions, je crois que l'intérêt de tout ça est de faire prendre conscience des fragilités et des dépendances.

Par exemple, on ne se pose plus la question de la réalité du peak-oil. Il va arriver. Même débat autour du phosphore indispensable à l’agriculture de masse ou de l'uranium: les réserves sont limitées. (coucou Pablo Servigne).

Citer
Un écran de fumée tout trouvé afin de détourner les populations des vrais dangers à venir : destruction de l’État social, société hyper violente, disparition des solidarités, démocratie de façade et gouvernance réelle par des dirigeants non élus.

OUI

Il faut avoir conscience que:

1 les médias sont en grande partie détenus par une poignée d'acteurs.



2 ces acteurs ont des intérêts antagonistes à ceux des classes moyennes et populaires. A savoir - entre autres - payer le moins possible d'impôts et de charges sociales. Ce qui passe par une diminution des moyens alloués à la santé publique, l'éducation nationale, la police etc.

3 dans un jeu de suffrage, créer des divisions chez l'adversaire est une stratégie gagnante.
Sous l'éclairage du point 1 et 2 ci dessus, les polémiques portées en avant par la presse mainstream servent clairement à créer des conflits.

Il y a un pattern assez récurrent qui consiste à plaquer une personnalité controversée (dans le sens qui ne fera pas consensus) par dessus un débat légitime. On oublie le fond et on s'écharpe sur la forme. Quand je vois des "vagues" médiatiques avec des tronches polémiques en première page, je sais qu'il y a manœuvre en cours.

Citer
L'apocalypse écologique, nouvelle religion de l'Occident.
[...]
La France est responsable de 0,9 % des émissions de CO2 de la planète, et l'Europe 10 %. Pourtant dans la nouvelle religion de l'Occident, l'un des éléments de croyance est qu'en taxant à n'en plus finir le péquin moyen français et européen, cela va "sauver" la planète.
[...]
Rappelons que le kérosène n'est pas taxé. Que depuis 10 ans les ventes de SUV explosent (près de 40 % des immatriculations en 2020 en France sont des SUV).
[...]

1 Est ce que tu nies la réalité du changement climatique ? Ce n'est pas clair pour moi.

2 J'ai parlé ci dessus des intérêts antagonistes. Une certaine classe sociale ne veut pas de réglementation en amont sur les caractéristiques des produits et services (tes fameux SUVs, moi aussi ça me fait rager =).
 
Vu sous cet angle, une taxe proportionnelle (= une courbe droite = TVA) et non pas exponentielle (= courbe de forme concave = impôt sur le revenu) est ce qui arrange le plus les hauts revenus.

-----------------

J'aimerai faire passer un petit message.

Les émissions de gaz à effet de serre peuvent se simplifier au calcul suivant:

P x C x G

P = population pour un territoire donné

C = consommation par unité de population (un Érythréen ne consomme pas autant qu'un Français)

G = émissions de GES par unité de consommation

On peut lutter contre le changement climatique en bidouillant le point G. Innovation technologique, croissance verte... On nous rabat les oreilles avec ça, comme si c'était le seul moyen pour réussir à nous en sortir. A mon avis, c'est le surtout la seule issue de la classe dominante pour maintenir sa position

Examinons le facteur C. Il s'agit de ce qu'on appelle la décroissance. Comme par hasard, cette stratégie est totalement discréditée (le modèle Amish). 

Enfin, le facteur P est totalement tabou. Pas discrédité, tabou. Il est pourtant évident que la démographie joue un rôle clef, non seulement dans le changement climatique, mais aussi dans l'extinction de masse en cours. Je ne parle pas de vitrifier des gens, de préférence les "autres", mais au moins de poser les bases d'un débat quasi inexistant.

On pourrait par exemple remettre en question la politique nataliste complètement obsolète de la France ou encore chercher un autre moyen de financer les retraites que par la taxation du salaire (coucou les transaction financières). Encore plus gênant pour nos dominants: une dépopulation changerait l'équilibre demandeur / offre d'emploi vers un rapport offre / demandeur de main d’œuvre, ce qui conduirait à des perturbations économiques (accélération des salaires -> inflation. Rappel, si vous avez beaucoup de liquidités, l'inflation c'est le diable). Tous les secteurs dits "en tension" (BTP, manutention et cie) sont déjà dans ce cas de figure.

Pour finir, je crois fermement que LA solution consiste à bricoler les trois facteurs à la fois.

Ce serait la honte auprès de nos copains galactiques que de crever dans notre propre caca. C'est un peu comme si, on annonçait votre décès, dans ce forum de survie, suite à une entorse en rando qui a tourné en hypothermie.  ;#
« Modifié: 15 août 2021 à 11:25:42 par Rantanplan »
Rire nous rend invincibles. Pas comme ceux qui gagnent toujours mais comme ceux qui n'abandonnent pas. - Frida Kahlo

15 août 2021 à 12:36:44
Réponse #18

Victor


Le concierge est dans l'escalier...

   V.
Le concierge est dans l'escalier

15 août 2021 à 14:08:08
Réponse #19

Hurgoz


Yo,

"Il faut que l'obscurantisme retourne à l'obscurité":
On est en 2021. Je n'ai pas l'intention de discuter de la réalité du réchauffement climatique pas plus que du fait que la terre soit ronde ou encore que le feu brûle. Il y a des réalités scientifiques, que les scientifiques sont tout à fait capables de remettre en question, contrairement à Jojo le bricolo, détenteur d'un diplôme youtube.

Citer
Les émissions de gaz à effet de serre peuvent se simplifier au calcul suivant:

P x C x G

P = population pour un territoire donné

C = consommation par unité de population (un Érythréen ne consomme pas autant qu'un Français)

G = émissions de GES par unité de consommation

Pour ce qui est de ton équation, Rantanplan, je la trouve pas mal. Par contre, ta proposition  sur la question de la démographie, je suis d'accord qu'elle joue un rôle important, mais pas autant que la consommation.

Exemple: nous sommes 70 millions bientôt en France. Un Français moyen produit env. 7 11 tonnes de CO²/an. Pour rester dans les objectifs de l'accord de Paris, il faudrait qu'on tombe à 2t/an/hab...et nous ne sommes que 70 millions, je ne répète.

Qu'est ce qu'il y a dans ce calcul de l'émission de CO²? En gros, tout ce qu'on consomme: que se soit les biens de consommation, les déplacements, les habitations, ou encore l'alimentation.

https://www.insee.fr/fr/statistiques/2015759

Tcho
« Modifié: 15 août 2021 à 15:13:28 par Hurgoz »
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

15 août 2021 à 19:46:49
Réponse #20

Chill


Citation de: Pierrot
Et il y a aussi pas mal de scientifiques qui remettent en question le travail du GIEC, dernier en date François Gervais, si ce qu'il dit est vrai, c'est édifiant!

Il n'a pas que des admirateurs !

L'avis d'un convaincu par la lecture d'un de ses livres, mais ... À lire jusqu'à la fin :
https://construire-sa-moto-electrique.org/climat/francois-gervais-climatosceptique-livre

Deux vulgarisateurs youtubeurs en parlent :
https://youtu.be/XGq4WRTLfvc
https://youtu.be/MRgcF-mG_ls

Et même si tout ce qui est dans les journaux est à considérer avec précautions, il y a un article du Monde :
https://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/10/28/les-contre-verites-du-dernier-pamphlet-climatosceptique_3504317_1650684.html

Bref : "Testis unus, testis nullus"

      Chill.

NOTA : justifiez vos avis. Évitez les thèmes trop ouvertement politiques. Bref : respectez la bonne tenue de ce forum.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

15 août 2021 à 20:34:49
Réponse #21

Hurgoz


Et il y a aussi pas mal de scientifiques qui remettent en question le travail du GIEC, dernier en date François Gervais, si ce qu'il dit est vrai, c'est édifiant!

François Gervais est.....physicien. Alors, certes, il est scientifique, mais perso, quand j'ai mal au dents, je ne vais pas voir un promptologue..... ::)

Après, vous êtes barré dans des trucs, les gars....vous en êtes déjà a spéculer des décisions politiques, alors que mon propos est juste d'apporter de l'eau au moulin de l'état de l'art sur le réchauffement climatique. Le reste, je m'en bat les c*u!lles: le GIEC produit des rapports depuis 40ans env., et si on voulait les écouter, ça fait longtemps que ça serait fait. Au lieu de ça, on préfère les traiter de "Khmer Verts", c'est très bien: on aura les conséquences de nos prises de décision; entre les fantasmes et la réalité, la réalité gagne toujours (je l'ai dit: si vous trouvez que la terre est plate, c'est très bien).

Tcho
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

15 août 2021 à 20:53:55
Réponse #22

Hurgoz


"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

17 août 2021 à 01:31:29
Réponse #23

Van


Il y a 33 ans, c'était l'entrée en politique de l'IPCC/GIEC avec une liste de prédictions à horizon de 30 ans devant le Sénat américain :

- Sécheresses et vagues de chaleur en hausse aux US.
33 ans plus tard, des rapports de l'EPA et de la NOAA ne montrent rien de tel : les températures prévues en hausse de 1,4°C atteignirent 0,49°C, presque 3 fois moins.

- Hausse inquiétante du niveau marin. Loupé. Le GIEC annonçait une hausse de plus de 210 mm (2,5 inches/décade). Nous n'avons eu que 59 mm en moyenne, soit presque 4 fois moins.
La hausse du niveau des mers sous l'effet de la fonte des inlandsis de l'Antarctique et du Groenland et des glaciers de montagne, est l'un des nombreux talon d'Achille des théories hasardeuses du GIEC. Contrairement aux 3,4 mm/an de hausse assortis d'une accélération du phénomène prédits par le GIEC, le réseau mondial des marégraphes n'enregistre que moins de 2mm/an et surtout AUCUN emballement du phénomène.

- Multiplication des incendies de forêts et des surfaces brûlées : Les observations par satellite montrent une diminution d'environ 20% depuis 2003, même si les incendies dramatiques de cette année semblent indiquer le contraire. De plus la hausse du CO2 dans l'air catalyse fortement la croissance de la forêt américaine depuis 1982.

- Forte dégradation de la production agricole aus US. Faux également: La production globale toutes céréales confondues aux US est passée de 2200 à 2700 millions de tonnes sur 10 ans (2009 à 2019).

- Les pôles libres de glaces en 2013 pour la navigation... Encore loupé.

Les projections du GIEC ont été outrageusement défaillantes. Des prévisions avec une marge d'incertitude de 1 à 4, tout le monde peut en faire !  ::) Et pour ce qui concerne la dégradation des productions agricoles, c'est tout le contraire qui a eu lieu.

Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que les premières analyses du SPM du 6ème rapport d'évaluation du GIEC (AR6) publié le 9 août dernier, suscitent un certain "embarras" quant à la fiabilité des modélisations climatiques. Celles utilisées pour l'AR6 ajoutent un effet de "surchauffe" que les scientifiques indépendants avaient déjà révélé pour le précédent rapport (AR5) lequel reposait sur le scénario CMIP5 qui surestimait d'un facteur 2 la sensibilité climatique aux gaz dits à effets de serre.

Ainsi, la position du GIEC commence à devenir instable puisque des scientifiques du GIEC eux-mêmes commencent à douter en avouant que leurs modèles ne sont pas assez fiables en tant qu'instruments de politique climatique. Je cite : « Il est devenu clair au cours de l’année passée que nous ne pouvons pas éviter cet aveu » a déclaré Gavin Schmidt, directeur du Goddard Institute for Space Studies de la NASA dans la revue Science le 27 juillet 2021.
Il précise de surcroît que : « On se retrouve avec des chiffres, qui même à court terme sont exagérément effrayants, et faux. »

Tout est dit... On notera, une fois de plus, que les journalistes en charge de rédiger les articles relatifs à la sortie de ce 6ème rapport ne prennent toujours pas la peine de se renseigner à minima de manière à délivrer une information juste...
« Modifié: 17 août 2021 à 02:07:34 par Van »

17 août 2021 à 02:09:02
Réponse #24

Van


, ils ont toujours été au service de ceux qui les financent......

Tu ne crois pas si bien dire  ;) : Le président du GIEC est un économiste. Le GIEC possède son siège social à Genève à quelques encablures du Forum Économique Mondial.


On ne peut effectivement nier que le climat est en train de changer....

La température augmente de 0,15 degré tous les 10 ans depuis 120 ans. L’accélération fait passer cette valeur à 0,18 degré par 10 ans. On veut nous faire prendre une accélération de 2CV pour une accélération de Ferrari ::)
« Modifié: 17 août 2021 à 02:25:47 par Van »

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //