Nos Partenaires

Auteur Sujet: Zoonoses : maladies liées aux animaux et à l’homme  (Lu 4687 fois)

10 décembre 2020 à 12:40:08
Lu 4687 fois

Philgood


Suite à une discussion sur le fil chasse, et une bonne idée de @VieuxMora ici:  http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,26831.msg566767.html#msg566767 , voilà un fil sur les zoonoses.

Origines
C’est souvent la concentration d’animaux sauvages au même endroit et la proximité entre espèces qui permet le développement d’une maladie jusque là circonscrite.
Ensuite, au fil des mutations, elle peut réussir à passer à l’humain.
Si il y a trop d’individus d’une espèce à un endroit qui restent en statiques, c’est pas bon. Exemple: grands espaces non chassés en Hollande où les canards restent longtemps pendant les migrations. La le problème c’est qu’ils restent trop statiques de manière temporaire.

Statistiques
La çà serait intéressant d’en avoir des fiables et à jours. Par exemple sur la “maladie du pipi de renard” ;-) L'échinococcose alvéolaire, car par exemple il y a un gros problème de ce côté là dans l’est de la France car il y a une grave surpopulation (ils sont beaucoup moins chassés dans certains coins de l’est de la France). La le problème c’est qu’il y a une surpopulation permanente.
Je suis preneur de bonnes sources, c’est pas si facile à trouver.

Bien à vous,
Phil.
« Modifié: 10 décembre 2020 à 13:12:13 par Philgood »

10 décembre 2020 à 13:13:22
Réponse #1

guillaume


Statistiques
La çà serait intéressant d’en avoir des fiables et à jours.

En effet.
Car je ne suis absolument pas certain que les affirmations suivantes "car par exemple il y a un gros problème de ce côté là dans l’est de la France car il y a une grave surpopulation (ils sont beaucoup moins chassés dans certains coins de l’est de la France). La le problème c’est qu’il y a une surpopulation permanente." soient vraies ;).

a+

10 décembre 2020 à 13:48:31
Réponse #2

Philgood


Oui, c’est pour ça que je dis dans certains coin: ça vient de mes discussions avec des chasseurs de l’Est que personne dans leur société de chasse ne voulait s’embêter à chasser un animal qui est dur à chasser (renard est un intelligent animal), et beaucoup me disaient ça, plus discussions avec des techniciens des federation des chasseurs lors par exemple de mes formations piégeage et examen initial de la venaison (hygiène et zoonoses). Mais ça n’est pas des statistiques donc je partage avec toi le besoin de sources fiables, ce qui n’est pas simple.

Un début de stat (imparfaite) venant de l’ONCFS ici vient un peu corroborer mes propos, regarde la carte:
http://www.oncfs.gouv.fr/IMG/file/mammiferes/carnivores/petits/FS_306_evolution_populations_renards.pdf

Un truc intéressant que les vieux papis des villages me racontent souvent, c’est que les Renard ils attrapaient la gale quand il y en avait trop, et qu’ils mourraient beaucoup après ça (apparemment par refroidissement pendant l’hiver, ils meurent littéralement de froid ! Comme quoi le RECC touche pas que les humains ;-)

Maintenant, à relire le message, je ne veux pas du tout dire “y a que la chasse qui aide” car le renard est aussi utile, notamment en régulation des rongeurs, d’ailleurs des chasseurs modernes et raisonnés te diront qu’ils ne veulent pas mettre à blanc un territories. D’autre part, une surpopulation de renard semble avoir un impact beaucoup moins négatif sur la biodiversité qu’une surpopulation de sangliers par exemple. (J’ai pas encore parlé de la PPA, aka peste porcine).
« Modifié: 10 décembre 2020 à 13:58:49 par Philgood »

10 décembre 2020 à 20:05:20
Réponse #3

Draven


Et il me semblait avoir lu qu'une population importante de renards faisait diminuer la propagation de la maladie de lyme. Du a la baisse du nombre des rongeurs ?


Faudrait que je retrouve les articles...
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

10 décembre 2020 à 22:15:34
Réponse #4

Ptifred


Il existe plusieurs études à propos des renards qui réduisent la propagation de la maladie de Lyme en mangeant de nombreux rongeurs (un renard mange environ 6000 rongeurs par an). On trouve des études à ce sujet en France et en Amérique du nord.
En voici un article,  il y en a d'autres:
https://www.sciencesetavenir.fr/sante/les-renards-une-arme-efficace-contre-la-maladie-de-lyme_115320

Je n'arrive pas à la retrouver, mais je me souviens d'une étude montrant que la maladie de Lyme s'est beaucoup développée (plus rapidement qu'ailleurs) dans les régions où les renards étaient systématiquement chassés (à la frontière France-Allemagne si ma mémoire est bonne concernant cette étude).

Il y a d'autres études montrant que les renards réduisent aussi  les dégâts causés par les rongeurs dans les cultures. Ils ne sont pas du tout des nuisibles comme certains l'affirment.

Les sangliers font beaucoup plus de dégâts. Je vais essayer de retrouver les documents que j'ai lus à propos de tout ça dernièrement. C'était vraiment intéressant (et sans parti pris pro ou anti chasse).


10 décembre 2020 à 22:29:27
Réponse #5

Philgood


Intéressant, je ne connaissais pas, une question à se poser est celle de l’équilibre du milieu. Si le nombre de renard et de fouines nécessaires à cette régulation des rongeurs, et donc limitant la propagation de la maladie de Lyme, n’est pas trop important, alors c’est gérable. Le problème c’est que des fois on voit des études ou les effets positifs viennent d’un déséquilibre ailleurs. Exemple, s’il faut 3 renards à l’hectare pour arriver à une telle pression sur les rongeurs, eh bien on aura aussi de gros dommages sur les autres espèces et ça c’est pas possible. Le renard sera touché par la gale, pourra propager d’autres zoonoses, et aura un impact assez mauvais sur le reste de la biodiversité.

La régulation du renard vient du fait que l’espèce renard peut arriver à des densités importantes, et qui rendent par exemple toute réintroduction de perdrix, petite faune, faisans, etc... complètement impossible. Ces équilibres sont pas évidents, c’est clair.

Merci pour ces infos intéressantes,
Phil.

10 décembre 2020 à 22:45:22
Réponse #6

azur


Du coté de Montmorillon, après avoir dévasté la petite faune, les renards en arrivent à s'attaquer aux agneaux...
Bien évidemment, ça ne touche pas les éleveurs qui font de l'intensif en bergerie, mais ceux qui font du 100% plein air.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!
------------------------------------------
Boviner, c'est contourner par le centre...

11 décembre 2020 à 07:15:55
Réponse #7

Draven


Intéressant, je ne connaissais pas, une question à se poser est celle de l’équilibre du milieu.

[...]

La régulation du renard vient du fait que l’espèce renard peut arriver à des densités importantes, et qui rendent par exemple toute réintroduction de perdrix, petite faune, faisans, etc... complètement impossible. Ces équilibres sont pas évidents, c’est clair.

Merci pour ces infos intéressantes,
Phil.

Et merci a toi pour les infos aussi. Effectivement c'est une question d'équilibre et je comprends mieux les enjeux par rapport aux renards.
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

11 décembre 2020 à 11:07:36
Réponse #8

Rantanplan


"car par exemple il y a un gros problème de ce côté là dans l’est de la France car il y a une grave surpopulation (ils sont beaucoup moins chassés dans certains coins de l’est de la France)"

Ton affirmation entre en contradiction avec l'une de mes sources.

Tu as une monographie sur le renard dans les édition Delachaux et Niestlé. On y a apprend que dans les 80, en Angleterre, il y avait une épidémie de gale chez le renard.

Pour enrayer le problème, les autorités ont pris la décision d'éradiquer le goupil dans les zones les plus contaminées.

Malgré des campagnes de tir intenses, jour et nuit, ils n'ont pas réussi à faire suffisamment baisser la population de renard, deux raisons à cela:

- le taux de fécondité du renard varie beaucoup en fonction de la nourriture et de l'espace disponible
- les renards vivent en clans sur un même territoire (animal surprenamment extrêmement sociable), mais dès qu'une place se libère, le territoire vide ne tarde pas à être colonisé

Réguler le renard, c'est un peu comme essayer de vider le tonneau des danaïdes. Par contre, il est aussi prouvé que certains individus chassent préférentiellement certaines proies et pas d'autres. En d'autres termes, cibler les visiteurs de poulaillers, ça fait sens.

Je suis toujours un peu surpris quand on parle de "réguler" le renard. Pour moi, c'est du pipot pour pouvoir encore *tirer* en dehors de la saison des battues. Concernant le petit gibier, il faudrait mobiliser la chasse contre les pratiques agricoles foireuses... Elle est là la vraie raison du déclin de la perdrix. Mais le lobby de la chasse marche main dans la main avec celui de l'agro-industrie, donc ça n'arrivera pas (en plus ça arrange les éleveurs de gibier). Je suis chasseur, mais pas idiot non plus.

PS: et je ne ferai certainement pas "bloc", comme on nous appelle à faire pour protéger des modes de chasse complètement sadiques.
« Modifié: 11 décembre 2020 à 13:57:43 par Rantanplan »
Rire nous rend invincibles. Pas comme ceux qui gagnent toujours mais comme ceux qui n'abandonnent pas. - Frida Kahlo

11 décembre 2020 à 13:52:17
Réponse #9

Tompouss


Un docu pertinent sur le renard : https://www.youtube.com/watch?v=uwixWJ79TLk

Concernant le propagation des tiques et de Lyme via les rongeurs, la réduction du nombre de rapaces semble aussi jouer un rôle, mais là à chaud j'ai pas de stats fiables il faudrait que je regarde plus en détail.
Everybody swears that they are solid, but ice is solid too... until you put some heat on it.

11 décembre 2020 à 18:37:05
Réponse #10

Philgood


Tout à fait d’accord avec Rantanplan sur l’impossibilité de vider et mettre à blanc les renards sur un territoire: c’est mauvais d’un point de vue biodiversité et c’est impossible d’un point de vue pratique, tout simplement car les jeunes renards nés aux alentours vont alors coloniser le territoire sans renard. En plus je doute que ça puisse résoudre le problème de la gale une fois installée.

Pour leur densité dans l’est, c’est pour ça que des stats à jour et honnêtes seraient intéressantes. On a des bouts de stats et des oui dires. Et je suis d’accord avec toi que beaucoup de société de chasse dans l’est ont une idée et une pratique de la chasse très éthique, malheureusement il suffit d’avoir d’autres territoires qui foutent un bazar pas possible pour créer un problème.

Pour la période du tir d’été, c’est un technicien de ma fédération locale qui me montrait justement des études sur la colonisation et la reproduction chez les renards. En gros les renards tirés de juin à novembre ont un gros impact sur le niveau de population, alors qu’en dehors de ces périodes, leur prélèvement en a beaucoup moins.

12 décembre 2020 à 12:10:00
Réponse #11

Rantanplan


Citer
Pour rappel ce volatil n’est pas indigène et est juste introduit pour la chasse. Il n’a pas sa place dans l’écosystème européen.

Oui, enfin, pour les espèces qui déboulent, il faut faire la distinction entre celles qui se naturalisent et les invasives.

De plus, si on devait lister toutes les bestioles de France qui ont été importées, on serait très très surpris. Savais-tu que l'on doit le moineau aux Huns ?  Et le Châtaignier, on le doit aux romains qui sont allé le chercher en Turquie (comme le merle d'ailleurs). (Il y même un mot pour les plantes propagées par les armées = espèce obsidionale)

Donc le faisan, s'il s'acclimate sans créer de dommages sur la faune et flore, pourquoi pas ?

BRRRREF !  ;#

Concernant les campagnols, leur démographie suit un cycle sur 6 ans avec une phase de surpopulation, quoi qu'on fasse... C'est complètement con de balancer du bromadiolone (je suppose que le mec qui vend ça n'est pas du même avis -> argent public gratuit)...

Rire nous rend invincibles. Pas comme ceux qui gagnent toujours mais comme ceux qui n'abandonnent pas. - Frida Kahlo

12 décembre 2020 à 12:31:42
Réponse #12

Philgood


Ouhla, Loriot, pente glissante quand tu dénies à quelqu'un le droit de parler d'un sujet, tu sais comment ça s'appelle ? De la censure et du fascisme. Désolé mon pote mais je peux pas te suivre quand tu vas dans cette direction là, quel que soit le sujet. Je crois que ça ne rentre pas dans l'esprit de bienveillance et d'ouverture de ce forum. En toute amitié, réfléchit juste une seconde à ton attitude, et essaie justement de te remettre en question plutôt que de mettre toute une catégorie de population dans le même sac. C'est pas du tout une attaque, sinon je n'aurais pas pris ce temps pour écrire ce paragraphe.

Comme tu l'as fais, tu as bien saisi une chaîne de l'écosystème entre renard, mulots, cultures. Mais ce n'est qu'une chaîne qui est rarement présente car peu de territoire amènent le renard à des populations tellement basses.

La réalité c'est que la nature n'est pas qu'une seule chaîne. C'est un ensemble de chaînes qui constituent le réseau interdépendant de l'écosystème. Ça serait bien facile si il y avait une seule chaîne si déterministe.

Je te donne une autre chaîne tout aussi présente mais qui ne représente pas plus l'intégralité de la réalité que la chaîne que tu as présenté :
la mono culture est favorisée par l'agriculture actuelle, les mono cultures entraînent des surpopulations de rongeurs et pullulation d'insectes, les mono cultures ne fournissent pas le couvert aux petit gibier, les surpopulations de rongeurs créent une ressource qui amène une surpopulation de renard et de sangliers (aussi favorisés par les mono cultures), ce qui amène une réduction de la biodiversité : les rongeurs sont trop nombreux pour être tous mangés, mais les perdrix et faisans et autres petits gibiers sont eux réduits à zéro.

Voilà. Maintenant est-ce que je tire sur les agriculteurs, non, ça serait bête. Est-ce qu'il faut un équilibre ? Oui!!
Une approche dogmatique ne permet pas d'arriver à un équilibre car elle propose qu'une approche systématique fonctionne, alors que seule une approche mesurée (mesurer les équilibre) fonctionne.

Beaucoup de chasseurs comprennent les équilibres et les cycles multi annuels de la nature, beaucoup d'agriculteurs aussi, agents ONF, AFB ONCFS, techniciens FDC, vrais écologistes de terrain, etc... Et ce sont ceux ci qui aident les écosystèmes équilibrés et luttent contre les zoonoses, pas les écologistes de clavier ou les héros à grand principes.

En toute amitié et en essayant de sortir du discours bien/mal polarisant.

Ps: je ne te parle pas du faisan car à mon sens c'est à côté de la plaque, le faisan est maintenant européen comme l'ont bien illustré les autres posts. Quand à la bêtise de la sur utilisation des produits chimiques, même chose, c'est débile et il y aura toujours des gens pas très éclairés.

12 décembre 2020 à 16:17:52
Réponse #13

Loriot


Ouhla, Loriot, pente glissante quand tu dénies à quelqu'un le droit de parler d'un sujet, tu sais comment ça s'appelle ? De la censure et du fascisme. Désolé mon pote mais je peux pas te suivre quand tu vas dans cette direction là, quel que soit le sujet. Je crois que ça ne rentre pas dans l'esprit de bienveillance et d'ouverture de ce forum. En toute amitié, réfléchit juste une seconde à ton attitude, et essaie justement de te remettre en question plutôt que de mettre toute une catégorie de population dans le même sac. C'est pas du tout une attaque, sinon je n'aurais pas pris ce temps pour écrire ce paragraphe.


Et bien! Je sais pas ce que j’ai dit pour te mettre dans un état pareil... je ne comprend pas?
Censeur et fasciste moi? Soit.
Pour me punir de ces maux et de ces mots je vais aller me fouetter avec des ronces.  :lol: :lol: :lol:

Et peut-être reprendre un peu de tisane aussi. Ça détend la tisane.

Édit:  j’ai enlever mon poste dans lequel je défendais le renard et la biodiversité. Ça n’a effectivement rien à voir sur le thème des zoonoses.
La tisane fait beaucoup de bien.

« Modifié: 12 décembre 2020 à 20:52:33 par Loriot »
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

12 décembre 2020 à 18:09:28
Réponse #14

Draven


Oui. Je suggèrerais a tout le monde de se détendre.  ;#
Avant qu'on soit obligés de faire le ménage sur ce fil qui a pourtant bien commencé...

Le but du fil est de parler des zoonoses, pas besoin de donner votre avis perso sur l'utilité ou non de classer une espèce comme nuisible.  Et encore moins d'en faire un débat pro/anti chasse.
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

14 décembre 2020 à 01:45:33
Réponse #15

guatar


Salut,

Je tiens juste à dire qu'à titre de lecteur silencieux depuis de nombreuses années je trouve ce fil est très intéressant.

Je ne sais pas dans quelle proportions loriot a bu de la tisane mais je trouve la discussion passionnante et très ouverture.

Merci les gars.

(modo vous pouvez supprimez ce message si ça fait trop de bruit)

14 décembre 2020 à 21:54:58
Réponse #16

Philgood


Hey Loriot, moi aussi j’ai bu ma tisane, désolé si j’ai répondu très directement. Mea culpa de t’accuser de ce que tu n’es certainement pas.

Un lien intéressant:
https://www.inrs.fr/risques/zoonoses/fiches-zoonoses.html

On voit souvent des infos zoonoses mais ça manque de côté pratique:
Gale = souvent un problème, avec des maladies similaires qui s’attrapent sur les plages, notamment tropicales
Bouffe de l’ours mal cuit et tu es à peu près sûr d’attraper la trichine, oui c’est pas pour les frenchy mais il paraît que c’est une sinon la meilleure viande du monde donc y’en a qui raffolent en Amérique du Nord.
Échinococonose alvéolaire est vachement plus difficile à attraper qu’on ne le dit, mais quasi indetectee/able et donc très très dangereuse pour ça
Et bien sûr tout ça avec stats
Etc...

Si quelqu'un a une bonne référence de bouquin ou ressource pratique, ça m’intéresse beaucoup!
« Modifié: 15 décembre 2020 à 08:51:29 par Philgood »

14 décembre 2020 à 22:35:06
Réponse #17

Hurgoz


Yo,

Le gros problème des zoonoses tiens plus de notre proximité avec les vecteurs, que les maladies en elle même. Un rapide survol de la liste montre assez vite que ce n'est pas en flingant des renards, des chiens, des chats (tout autant vecteurs pour l'échinococcose), des blaireaux ou d'autres bestioles qu'on va résoudre le problème, sans en causer d'autres et tout détruire.

La solution est donc dans le suivi et le traitement des populations pour circoncire les infections avant propagation. Ca aurait aussi l'avantage de limiter la propagation aux animaux de compagnie et donc d'infecter des foyers.

Un autre point serait aussi d'éduquer les gens aux comportement opportuns en milieux naturels; ca éviterai tout un tas de problèmes, qu'ils soient de contamination parce qu'on a ramasser des baies près du sol, aux destructions d'espèces qu'on dérange en période de reproduction....

Tcho
"Prenez soin de la méthode avec laquelle vous vous mettez des choses dans le crâne."

15 décembre 2020 à 09:01:20
Réponse #18

Philgood


Ouch... Hmmm, comment répondre à ton post Hurgoz.

Une partie est vraie (proximité des animaux), une partie ne marche pas (éradication complète des maladies, même "circonscription" est difficile).

Mais pour chacune les questions sont complexes : en sous jacent (encore une fois), il y a un message antichasse (non, on ne flingue pas, un peu de respect pour les animaux et humains peut être utile  ::) ). Si c'était la vraie cause, je serais d'accord, sauf que c'est pas la réalité. (Et ça commence à être un peu pénible comme raccourci  :lol: récurrent). Et si on peut rester sur le sujet des zoonoses sans tomber dans la controverse, c'est mieux. Ouvre un sujet "Chasse et écologie" si tu veux et j'y participerais. On peut éviter ici ?

La proximité vient de pleins de facteurs : augmentation de certaines populations d'animaux sauvages (et d'humains et de leurs animaux de compagnie, on est de plus en plus), cantonnements de certaines animaux sauvages plus proches des habitations (problèmes de blaireaux, sangliers qui ont maintenant compris qu'ils sont moins dérangés en zone industrielle ou autour des zones pavillonnaires que dans la nature profonde), divagations beaucoup plus importantes des animaux dans la nature (promenade de chiens, divagation des chats voir retour à la vie en pleine nature, densités de gibiers localement qui créent un foyer).

Sur la maîtrise des maladies, le problème c'est qu'il y a souvent une composante cyclique à laquelle on ne peut rien du tout. Et en tant qu'humains, on a tendance à adapter nos pratiques aux conditions idéales, pas aux conditions rares et catastrophiques (Black Swan), on rejoints le sujet survie et gestion des risques. Du coup les cheptels, pratiques, etc.. sont pas adaptés aux périodes de pandémies zoonose ou non.

Ensuite sur les pratiques : totalement, on voit beaucoup de manque de connaissance du public dans la "pratique de la nature", mais c'est pour ça qu'un guide pratique ou des fiches pratiques seraient super utiles.

Je salue d'ailleurs à ce sujet le formidable travail des animateurs nature qui sensibilisent le public depuis bien longtemps, et sans connotation politique ni polarisante. Ces gens sont vraiment des héros de tous les jours. Une sortie avec eux vaut beaucoup de lecture.
« Modifié: 15 décembre 2020 à 09:25:26 par Philgood »

15 décembre 2020 à 09:32:07
Réponse #19

Philgood


Nouveau aujourd'hui et très mauvaise nouvelle qui malheureusement était prévue :

https://www.bbc.com/news/science-environment-55309269

Le coronavirus a été retrouvé sur un vison sauvage.

C'est un gros problème à plein d'égard :

Le coronavirus mute beaucoup plus facilement dans les espèces animales quand elles deviennent un réservoir à virus. Du coup après que ça ait muté, ça peut se repropager vers l'humain  :-\ et plus du tout avoir le même comportement (symptomes, dangerosité, mortalité, effets secondaires, sensibilité aux vaccins, ...)

Comme ce n'est pas un gibier courant, je suspecte que la lutte contre le virus sera beaucoup plus faible que pour la PPA par exemple (où le travail de contrôle et de destruction dans l'est de la France est énorme, rarement décrit).

La circonscription des visons est quasi impossible (déjà que c'est dur avec les sangliers).


« Modifié: 15 décembre 2020 à 12:36:34 par Philgood »

15 décembre 2020 à 10:05:16
Réponse #20

Philgood


Ma liste de recommandations anti-zoonoses (basées sur les recommandations du réseau de surveillance des mortalités de la Faune Sauvage SAGIR):

Au retour de sorties dans la nature: inspecter et retirer les tiques.

Eviter de manipuler des animaux sauvages, vivant ou morts. Mettre des gants pour manipuler des animaux piégés, des pièges ou les alentours d'un piège ou des habitats d'animaux sauvages. (idem: pelotes, déjections, ...)

Mettre des gants à usage unique pour manipuler des animaux trouvés morts

Ne pas transporter des animaux morts autrement que dans un *ou deux* sacs étanches (ou éviter)

Mettre des gants pour éviscérer un animal, quel qu'il soit.

Se laver les mains avec du savon après toute manipulation d'animaux.

Auto-contamination: Ne pas porter les mains à la bouche si elles n'ont pas été lavées apres toute activité dans la nature (pas facile avec les enfants)

Désinfection aliments: Laver à l'eau les fruits ou légumes ramassés dans la nature. Cuire si possible.

En cas de plaie: se laver les mains au savon (retire les grosses particules) PUIS désinfecter (détruit les microbes)

Isolation des outils: Ne pas utiliser le même couteau pour les activités natures, bushcraft, éviscérer et préparer le gibier que pour manger le casse croûte du pique nique (ou le laver soigneusement au savon, difficile à bien faire).

Respect des barrières: Ne JAMAIS jeter de nourriture humaine dans la nature (exemple: fin de sandwich au jambon == risque de transmission de la PPA aux sangliers locaux vu que nos jambons peuvent être régulièrement contaminés à la PPA car cette maladie ne passe pas *pour l'instant* la barrière des espèces entre Suidés et Humains). Enterrer est difficile: les sangliers par exemple vont creuser jusqu'à 40cm+ pour rechercher de la nourriture.

Lorsqu'on consulte son médecin: toujours indiquer en début de consultation que l'on pratique des activités de nature et préciser lesquelles, il/elle pensera donc aux pathologies peu communes liées à la nature (à ce sujet, certains médecins de ville sont plus "désarmés" face à ces pathologies).

(Bon, comme d'habitude on fait jamais tout bien: Au lieu de complexer, il faut plutôt se donner des bons points (coté optimiste  :lol: ): bien, j'avais des gants latex avec moi! Cool, j'ai cuit ma récolte avant de manger! Le but c'est d'ajouter à son programme habituel des nouveaux réflexes (adaptés au contexte) pour mieux gérer ces risques).
« Modifié: 15 décembre 2020 à 12:39:13 par Philgood »

15 décembre 2020 à 10:20:50
Réponse #21

Philgood


Stats: (Source SAGIR), cas par an

Borréliose de Lyme: 10,000 cas par an (probablement sous diagnostiquée)

Echinococose: 10-15 cas par an (déclaration de maladie, mais la maladie met plusieurs années à se manifester)

Encéphalite à tiques: 20 par an, décès (moins de 1% des cas), séquelles (40% des cas)

Fièvre hémoragique à syndrome rénal: 150-300 cas par an

Hépatite E: 150 cas par an, maladie émergente (en progression)

Leptospirose: 500 cas par an, peut être mortelle (vecteur: Eau contaminée par des ragondins ou rats, y compris nage dans un étangs).

Pasteurellose: TRES importante (plus que lyme), peu grave, difficile à quantifier, peut être 50,000 cas par an.

Rage: un ou quelques cas domestiques, certaines années, sinon cas de rage importée (tourisme, animaux)

Streptocoque suis: 20 cas par an

Toxoplasmose: 400,000 cas par an mais peu grave sauf durant la grossesse.

Trichinellose: 2-10 cas par an, mais épidémies locale.

Turberculose: 50 cas par an, mais délais entre contamination et diagnostic.

Tularémie: 70 cas par an

J'ai pas trouvé de lien sur le doc SAGIR en format électronique (je l'ai qu'en papier), mais un bon lien déjà ici: https://www.chasseurdefrance.com/wp-content/uploads/2020/03/LivreV_Sanitaire.pdf

Comme d'habitude: Risque = Probabilité * Détection * Impact

Exemple de décompositions:

Décomposition de Probabilité = Stats pures nationales * Stats personnelles (nb de jours, heures dans la nature, présence d'animaux domestiques, combien de tiques cette année/ce mois/cette semaine!!, je mange de la viande cuite à point ou rouge, je fait cuire les plantes sauvages avant de les consommer ou pas...) * Stats géo-locales (est-ce que ma région est touchée, y a t'il une épidémie locale, y a t'il des tiques, ...)

Décomposition de la détection = Capacité de détection avant contamination (animaux morts, comportement) * Capacité de diagnostic de la maladie * Délai de la maladie avant diagnostic

Décomposition d'impact = Gravité * Contamination des proches * Proches sensibles (femme enceinte, immunodéprimés, maladies en cours, ...)
« Modifié: 15 décembre 2020 à 12:48:03 par Philgood »

15 décembre 2020 à 11:18:36
Réponse #22

Tompouss


Y'a des stats sur l'encéphalite à tiques ? On commence à avoir des cas par chez moi, et comme on va pas mal en forêt noire + un voyage à travers toute l'Europe en mode bivouac en 2018 on s'était vacciné avec ma compagne.

La leptospirose c'est une belle cochonnerie, y prendre garde aussi en zone urbaine. (En fait ça vaut pour toutes les zoonoses d'ailleurs  :closedeyes:). De par mon métier je connais plusieurs personnes qui l'ont contractée, par ailleurs le vaccin est (était?) assez invasif, quand je bossais encore sur station d'épuration la boite où j'étais faisait vacciner le vendredi car les gars étaient out pendant 1-2j  ::)
Everybody swears that they are solid, but ice is solid too... until you put some heat on it.

15 décembre 2020 à 12:45:30
Réponse #23

Philgood


Tu es localisé où? car prévalence dans l'est (pas de bol, mais les points d'entrées des zoonoses sur le territoire sont souvent l'est (provenance pays de l'est-asie), car les alpes (provenance moyen orient) et les pyrénées (provenance afrique) sont des barrières naturelles (comme quoi les barrière physiques ca marche dans certains cas). Ensuite il y a les vecteurs aviaires (volatils!) qui eux s'en foutent à peu près des montagnes...

De:
https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-a-prevention-vaccinale/encephalite-a-tiques/la-maladie/#tabs

Citer
De 5 000 à 13 000 cas d’encéphalite à tiques sont rapportés chaque année dans le monde.

Très rare en France, l’encéphalite à tiques sévit actuellement de l’Europe au nord du Japon et de la Chine, entre les 40e et 60e parallèles.

La situation épidémiologique en France est mal connue. Une vingtaine de cas sont diagnostiqués par an, essentiellement en Alsace et en Haute-Savoie, ou contractés à l’étranger, en rapport avec les activités de loisirs, dans les zones boisées humides (campeurs, randonneurs, ramasseurs de champignons, chasseurs …).

En Europe, les pays les plus touchés sont la République tchèque et l’Allemagne, et les pays baltes. Une extension de la maladie en direction de l’Europe du Nord et de l’Est est observée.

Chiffres:
Décès: <1%
Séquelles: 40% des cas
Cas en France: 20 par an
« Modifié: 15 décembre 2020 à 12:51:41 par Philgood »

15 décembre 2020 à 19:15:33
Réponse #24

Loriot


Ouch... Hmmm, comment répondre à ton post Hurgoz.

Une partie est vraie (proximité des animaux), une partie ne marche pas (éradication complète des maladies, même "circonscription" est difficile).

Mais pour chacune les questions sont complexes : en sous jacent (encore une fois), il y a un message antichasse (non, on ne flingue pas, un peu de respect pour les animaux et humains peut être utile  ::) ). Si c'était la vraie cause, je serais d'accord, sauf que c'est pas la réalité.

Il faut te détendre mon pote!
Il y a aucun message anti chasse.
Tu réagis un peu fortement à chaque poste qui ne va pas dans ta pensée et ça n’est pas très agréable.
Les chasseurs sont nos amis.
Nous les aimons aussi.
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //