Nos Partenaires

Auteur Sujet: Conservation huile végétale pour lampe  (Lu 3619 fois)

03 juin 2020 à 18:12:08
Lu 3619 fois

NoName


Bonjour,

Apres quelques recherches en ligne infructueuses je me resouds à vous soumettre mon questionnement :

J'ai fait l'acquisition de deux petite bouteilles d'huile pour éclairage (lampe tempête / torche).
Il y est indiqué : consommer au mieux dans les 36 mois apres date de fabrication.

J'ai du mal à comprendre l'origine de cette mention (hors marketing).

Je me dis que c'est la matière du contenant (plastique PET 1) qui va perdre ses propriétés au contact prolongé avec l'huile (liposolubilité).


Le cas échéant, la limite d'utilisation ne serrait liée qu'au contenant ... passer au verre resouderait le problème de la durée de conservation.
Un chimiste pourrait-il me confirmer cela ?


La compostion de l'huile :
acides gras  C12-C14 et C8-C10
ester-méthyle
decanoate de méthyle
colorant
parfum
géraniol
citronellol

04 juin 2020 à 06:22:45
Réponse #1

François


Si c'est une huile non raffinée, ou pas assez raffinée, il est possible qu'un ses composants polymérise spontannément. Lentement mais irrémédiablement.
Les huiles de lin, de noix, d'olive "crues" le font de manière visible. Même si ton huile est moins sensible à la polymérisation, ça peut être suffisant pour encrasser la mèche d'une lampe (s'il s'agit d'une lampe à pétrole ou à huile à mèche)
En la conservant au frais et à l'abri de la lumière, elle se conservera plus longtemps.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

04 juin 2020 à 08:27:15
Réponse #2

NoName


Si c'est une huile non raffinée, ou pas assez raffinée, il est possible qu'un ses composants polymérise spontannément. Lentement mais irrémédiablement.

Entendu. J'avais omis de préciser l'essentiel : huile de palme.

Même si ton huile est moins sensible à la polymérisation, ça peut être suffisant pour encrasser la mèche d'une lampe (s'il s'agit d'une lampe à pétrole ou à huile à mèche)

Le bruleur auquel elle est destinée est bien une lampe à mèche type tempête.

Merci pour cet éclaircissement.

J'ai poursuivis les recherches dans cette direction et suis tombé sur cette étude concernant l'utilisation de l'huile de palme comme carburant dans les moteurs diesel ici (§1.3) qui date un peu.
Cette huile semble moins sujette à polymérisation.

Et aussi sur sur le fait que l'huile de palme représente une part notable des transports commerciaux maritimes ici ...



04 juin 2020 à 09:15:51
Réponse #3

François


J'ai poursuivis les recherches dans cette direction et suis tombé sur cette étude concernant l'utilisation de l'huile de palme comme carburant dans les moteurs diesel ici (§1.3) qui date un peu.

Document intéressant  :up:

Autre point à vérifier : la viscosité est-elle suffisamment basse pour l'usage dans une lampe à pétrole ?
A priori il y a problème. La viscosité du pétrole lampant doit être inférieure à 3 mm²/s, alors que celle de l'huile de palme serai, d'après le document ci-dessus de l'ordre de 70 mm²/s.
En pratique, la vérification est simple à faire : si la lampe éclaire bien quand le réservoir est plein et s'éteint avant que le réservoir soit vide, c'est que l'huile est trop visqueuse.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

04 juin 2020 à 19:58:00
Réponse #4

NoName


A priori il y a problème. La viscosité du pétrole lampant doit être inférieure à 3 mm²/s, alors que celle de l'huile de palme serai, d'après le document ci-dessus de l'ordre de 70 mm²/s.

Je ne suis bon ni en physique ni en math; mais par curiosité ... si je comprends bien, les valeurs que tu donnes sont celles de la viscosité cinématique.
Or, la seule information identifiée sur l'emballage est une masse volumique : 0,870 g/cm3

Du coup je suis bien embêté ...

Étant entendu que les valeurs changent en fonction des température et pression ...

05 juin 2020 à 04:31:52
Réponse #5

François


Oui, ce sont bien des viscosités cinématiques. Sans entrer dans les détails, ce qui m'alerte c'est que d'après le document cité, l'huile de palme semble trop visqueuse, beaucoup plus que le diesel, autant que de l'huile de colza qui est la moins visqueuse des huiles alimentaires courantes dans les rayons épicerie.
Et ce que j'ai constaté, avec une lampe tempête bas de gamme, sous climats chauds :
Le diesel ça marche dans une lampe tempête, ça pue mais ça marche.
Avec l'huile de colza, il faut refaire le plein toutes les heures, dès que le niveau baisse dans le réservoir.

Avec ton huile de palme, dans ton contexte : faut essayer pour être certain.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

11 janvier 2021 à 06:22:30
Réponse #6

Jean-Yves


Salut! En effet, ton huile me semble faite pour les lampes "à huile végétale" ou les petites veilleuses à pétrole, mais trop visqueuse pour une lanterne à pétrole classique.
 
En effet, l'huile végétale classique (colza etc.) ne monte guère plus haut que quelques centimètres dans une mèche en coton.
-> Donc c'est très bien dans les lampes anciennes faites pour (voir photos plus bas).
-> Ça doit passer dans une torche parce que le bec doit être bien chaud (huile fluidifiée) et les utilisateurs doivent accepter de tirer la mèche de temps en temps.
-> Et comme l'a dit François, ça passe dans une lampe à pétrole si tu maintiens ces quelques cm max entre l'huile et la flamme, et si tu ne montes pas trop la mèche.

Pour en revenir à ta question d'origine, voici les explications que je vois :
- marketing (et des "huiles pour lampe", j'en ai vu de toutes sortes, des trop visqueuses comme des dangereuses qui se sont effectivement enflammées dans une lampe);
- date basée sur l'équivalent alimentaire (après laquelle l'huile a un goût rance);
- dans une lampe, l'huile va "sécher" (huile plus ou moins siccative qui durcit au contact avec l'oxygène, temps très variable d'une huile à l'autre) et ce temps est indiqué par extension;
- confusion avec les pétroles qui peuvent se dégrader à cause des bactéries, notamment en présence d'humidité.

P.S. Lampes à huile vétégale, où on voit que la flamme est le plus près possible du niveau d'huile, avec un porte-mèche qui plonge dans l'huile pour la réchauffer et la fluidifier :

« Modifié: 11 janvier 2021 à 07:02:00 par Jean-Yves »

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //