Nos Partenaires

Auteur Sujet: Deux histoires de bagnoles dans le fossé  (Lu 9125 fois)

04 février 2020 à 15:34:27
Lu 9125 fois

Karto


La première histoire

Départ d'un ancien "chez moi" à 25 km d'une grande ville, direction le boulot en banlieue. Il fait jour et il fait beau. Un chantier cause un embouteillage monstre, et Waze me détourne, avec pas mal d'autres, sur une jolie petite route rurale où on se croise à peine. Je stoppe derrière une 607 à l'arrêt, et devant lui je vois, dans une épingle, une voiture avec un logo d'entreprise qui vient de se mettre dans le fossé. Un type en costard en descend. Pas de bobo mais la route est bloquée par l'accident, rapidement une vingtaine de bagnoles viennent boucher derrière nous, une dépanneuse aurait un mal de chien à remonter jusque là. Les gens viennent s'empiler dans l'embouteillage puis restent tranquillement assis dans leur voiture. On est trois. Mr Accident, Mr 607, et moi. Je propose qu'on tracte la bagnole hors du trou et que la vie continue. J'ai droit à deux regards vides...

Je sors de mon coffre une sangle de remorquage, mais ma voiture est mal placée pour tracter. Il faudrait relier Accident à 607. 607 me dit que sa bagnole n'est pas une dépanneuse. Je lui dis qu'il peut aussi perdre les deux prochaines heures dans ce virage s'il préfère. Il peste. J'installe les anneaux sur les deux voitures parce que les mecs ne voient pas de quoi je parle. Je sens les crispations quand je fais sauter les caches pour visser les anneaux. Je relie les voitures avec ma sangle.  Pendant ce temps les gens, restés au volant dans la file derrière, commencent un concert de klaxons impatients.

Je ressors du fossé et admire mon œuvre. Pendant ce temps une voiture arrive plein gaz de l'autre côté, pile brutalement et manque m'écraser. Peut-être que c'est la beauté de la femme qui conduit, mais je m'énerve même pas. Je fais signe pour montrer que je veux parler, je voudrais lui demander de prévenir les gens qu'elle croisera en repartant dans l'autre sens, qu'on évite d'empirer le bordel. J'y arrive à peine. Elle ne marque aucune pause, fait un demi-tour rapide, et quand elle entrouvre la vitre c'est juste pour me gueuler dessus : "vous faites chier à rouler n'importe comment et après vous vous étonnez d'avoir des accidents". J'ai même pas le temps de parler. Elle est repartie.

Bref. La manœuvre va demander pas mal de place. Je me suis arrêté assez loin de 607 mais il faut que je recule encore plus pour lui laisser plein de marge. Je vais demander à la mamie souriante derrière si elle peut reculer pour que moi je recule. Mais elle-même est serrée au pare-choc par d'autres gens derrière. Je me retrouve à jouer la scène de Bidochon qui demande à tout le monde de reculer au péage. Je fais reculer 3 ou 4 voitures, dont un mec au téléphone qui ne baisse pas sa vitre quand j'essaye de parler, regarde tout droit malgré mes toc-toc sur la vitre, mais obtempère avec l'air agacé quand je braille ma demande malgré tout à travers leurs fenêtres fermées.

Finalement c'est prêt. Mr 607 recule, tracte Mr Accident hors de son trou, tout rentre dans l'ordre, je récupère ma sangle, fin de l'histoire avec un goût de désolation.





La deuxième histoire


Fin de soirée, il fait déjà bien nuit et il pleuviote. Département ultra rural. J'ai ma fille de 2 ans sur le siège arrière. Au carrefour où je veux quitter une grande départementale bien roulante en ligne droite pour aborder les 15 km de lacets qui vont nous ramener à la maison, il y a une voiture dans le fossé, warnings allumés, dans une position dangereuse qui mord encore un petit peu sur la route qui roule vite, mais aussi qui menace de basculer complètement et se coucher. J'allume mes warnings et me gare à l'abri sur un large bas-côté herbeux en face, j'enfile mon gilet et descends voir ce qui se passe.

Dans l'obscurité, une jeune femme descend de la voiture accidentée. Elle a la voix qui tremble, elle dit qu'il faudrait pousser... Je la calme un peu, on vérifie d'abord que tout va bien. Il y a quatre enfants dans la voiture. Aucun bobo. On fait descendre les enfants et on les met à l'abri à côté de ma voiture. J'ouvre mon coffre à matos et... merdos, y'a pas ma sangle. Des phares s'annoncent sur la route qui roule vite. J'y retourne et fais signe pour demander de s'arrêter. La voiture s'arrête et les gens allument le plafonnier pour que je puisse les voir. Je connais la passagère, c'est la médecin du bled suivant. Je demande s'ils ont une sangle. La conductrice se gare à côté de moi et trouve une sangle parfaite. Sa voiture, un break diesel, est aussi plus lourde et plus coupleuse que la mienne, je lui demande si on peut l'utiliser pour tracter. Aucun problème, elle se positionne sur la grande route devant la voiture accidentée.

Pendant ce temps la médecin enfile son gilet et dit qu'elle va s'occuper de la circulation. Je demande aux enfants de vérifier que ma fille ne pleure pas. Ils s'en font un plaisir. On installe anneaux et sangle. Je dis à la conductrice du break qu'elle peut y aller, mais elle aime autant que je le fasse moi-même. La médecin fait arrêter une voiture qui arrive en face. Avec 4 voitures en warnings on est bien visibles maintenant. Je prends le volant du break et avance un peu juste pour tendre la sangle. Puis je redescends avec l'idée d'expliquer à la jeune femme quel rôle elle peut jouer à son volant pour aider, tout en sachant qu'elle est pas du tout dans son assiette. Mais quand je descends je vois sa bagnole déjà avec les roues braquées nickel, moteur allumé, et au volant un mec que j'avais pas vu arriver. Il s'est lui aussi spontanément arrêté et a tout de suite trouvé l'endroit le plus efficace pour donner son aide. On s'entend pour commencer, quand arrive... un gros camion avec gyrophares oranges. Je rigole. Les routiers proposent de tracter, je leur dis qu'on vient de tout attacher, on va essayer comme ça, et si ça échoue on tirera avec le camion.

Je reprends le volant du break, je tire, l'autre mec tortille pour que ça sorte, c'est réglé. La médecin retire la sangle. On vérifie sous la caisse qu'il n'y a aucun dommage, on se serre tous la main, on s'assure que la jeune femme est en état de conduire, je remercie les enfants, tout le monde remonte, et on rentre à la maison. Fin de l'histoire avec un grand sourire où tout le monde aurait pu tranquillement continuer sa route, mais où tout le monde a tout de suite fait exactement ce qu'il fallait, dans la bonne humeur.


« Modifié: 05 février 2020 à 16:34:27 par Karto »

04 février 2020 à 18:25:40
Réponse #1

Merlin06


Merci des partages.  :up:

Concernant le "1".   
"Une société mourante, invariablement, devient rude et grossière. Les usages se perdent. Le manque de considération pour autrui se manifeste dans tous les cas. La courtoisie s'estompe... Tout cela a plus de sens encore que les émeutes."
Vendredi (1982) de Robert Anson Heinlein

Concernant le "2", qu'est-ce qui fait qu'il y a eu un bon alignement des planètes selon toi? Loin d'une grande ville? ;)
L'âme sûre ruse mal.
Le matin du grand soir il y aura de la confiture de bisounours au petit déjeuner.
Nous avons deux souverains, Dame Physique et Sire Temps.

04 février 2020 à 19:04:32
Réponse #2

Cheyenne


Je ne suis pas vraiment étonné du cas n°1.
On est dans une société ou si l'on est pas directement concerné on ne s'implique pas.
En sens inverse, il y à le risque de se retrouver emmerdé parce qu'il y a une égratignure sur la voiture que tu as dépannée.

Vous êtes jeunes et ça vous désole
Imaginez ce qu'en pensent ceux de ma génération
Même entre motards c'est limite si l'entraide existe toujours, alors qu'autrefois, tu t'arrêtais pour pisser, le temps de remballer, le premier motard qui passait était déja stoppé pour t'aider.

O tempora, o mores !

05 février 2020 à 09:23:28
Réponse #3

Karto


qu'est-ce qui fait qu'il y a eu un bon alignement des planètes selon toi?

Bof moi je sais pas trop comment les choses viennent à être. C'est juste une ambiance, d'habitude, de confiance, et de temps pour autre chose que des préoccupations qui rentrent dans des cases d'Excel.

05 février 2020 à 21:18:10
Réponse #4

Enid


En lisant l'aventure number one, je me disais qu'ici, en plein cambrousse (à 40 minutes d'une préfecture, c'est pas non plus la méga-désertitude), même le mec que t'aime pas, qui t'aime pas, qu'on s'aime pas, quand y'a une bagnole dans le fossé, on sort les sangles et le tracteur. Ensemble. Parce que la bagnole dans le fossé, c'est pas Rintintin qui va la sortir. Et ça, on le sait tous les deux. On a pas besoin de s'aimer pour bosser ensemble. Et pourtant, c'est le gars qu'a cramé ma boîte aux lettres, hein !

Et puis je lis l'aventure numéro deux. Karto, tu parles de temps, et de ce que les gens mettent dedans. C'est carrément ça. Les gens qui habitent loin des centres doivent déjà prendre du temps pour tout, donc ils ne sont plus à 5 minutes près sur leur timing depuis longtemps. Je fais du stop plusieurs fois par semaine, dans ma campagne. Les gens ne sont pas à 5 min, et quand il pleut, ils poussent jusqu'à mon hameau, pour me déposer, que je ne sois pas detrempée. Dimanche, c'est notre fourgon que nous avons mis dans le fossé (vieille habitude, remblai mou, pluie, virage, tout le monde y tombe). Bah le voisin (un autre, pas le vieux con), entre deux courses, il sort le tracteur. 10 minutes de perdu pour lui ? Il ne les conçoit pas comme ça. Y'a un truc à faire, faut le faire, c'est tout  ;#
"Personne n'interdit à qui que ce soit de vivre sa vie comme un voyage ou comme autre chose qu'il se choisit. Y'a des contraintes, mais elles sont quand-même vachement larges. Faut juste pas avoir l'ambition de prouver à belle-maman qu'on est sain d'esprit." Karto

Ancien pseudo : lourse

05 février 2020 à 22:32:59
Réponse #5

jeannot 26


Enid,le voisin avec son tracteur,comme tu dis,il fait ce qui doit etre fait,qu'on l'aime ou pas,il s'en fout comme de l'an quarante mais si après le ptit coup de main y'a en plus  un ptit canon et quelques mots sur la météo et autres banalités échangées au coin du poele,le verni abrupt de la rusticité campagnarde fond un peu et il rentre chez lui,une sorte de sentiment de devoir accompli l'accompagnant et remplissant son gros coeur bourru et timide d'une immense joie...c'est aussi comme cela qu'on peut tisser de solides liens sociaux...avec de solides gaillards!!
On est pas que des gros lourds nous autres "les paysans" ;-)

06 février 2020 à 11:27:27
Réponse #6

Tompouss


Pas étonné pour la 1, c'est plutôt ça par chez moi et encore quand c'est pas des gars qui tendent un traquenard, ça aide pas à rendre les gens serviables. Il y a quelques semaines, Mme rentre de son boulot, il est 22h30, route de campagne peu fréquentée. Elle aperçoit un scooter posé sur le bas côté, un mec a l'air de la jauger avant de s'avancer sur la route et de tenter de la faire arrêter, elle ralentit et arrive en roulant au pas et là 3 tocards capuchés qui sortent des buissons en allant au pas de course vers la bagnole... Mme a eu le bon réflexe, pied au plancher le gars devant la voiture a failli finir tamponné... Je suis allé sur les lieux ensuite mais plus personne, je pense que nos trublions avaient étés vaccinés pour la nuit  ::)

Everybody swears that they are solid, but ice is solid too... until you put some heat on it.

06 février 2020 à 14:18:22
Réponse #7

Karto


Merci Tompouss de nous rappeler qu'on peut toujours étirer l'échelle de l'ambiance sociale toujours plus loin vers le bas !  :doubleup: Dans une autre vie, c'est le genre d'histoire qui fleuraient l'exotisme et dont se méfiaient ceux qui partaient bosser au Nigeria, avec les "syndicats" pour ceux à qui ça parle. Demain dans vos cantons.

Mais ça c'est la malveillance active. Concernant la passivité d'une classe d'urbains qui se rend au boulot, je la vois plutôt comme un excès d'organisation : planification trop stricte, activités toutes rangées serrées dans des petites "boîtes fonctionnelles" nécessaires pour pas se marcher sur les pieds, mais qui empêchent aussi de sortir une main de la boîte pour la tendre. Comme quoi tasser tout trop serré pour satisfaire à un monde trop complexe, c'est aussi une manière de se perdre en se laissant gouverner par l'agitation.
« Modifié: 06 février 2020 à 14:27:02 par Karto »

06 février 2020 à 14:31:01
Réponse #8

Karto


Merci Tompouss de nous rappeler qu'on peut toujours étirer l'échelle de l'ambiance sociale toujours plus loin vers le bas !  :doubleup: Dans une autre vie, c'est le genre d'histoire qui fleuraient l'exotisme et dont se méfiaient ceux qui partaient bosser au Nigeria, avec les "syndicats" pour ceux à qui ça parle. Demain dans vos cantons.

Mais ça c'est la malveillance active. Concernant la passivité d'une classe d'urbains qui se rend au boulot, je la vois plutôt comme un excès d'organisation : planification trop stricte, activités toutes rangées serrées dans des petites "boîtes fonctionnelles" nécessaires pour pas se marcher sur les pieds, mais qui empêchent aussi de sortir une main de la boîte pour la tendre. Comme quoi tasser tout trop serré pour satisfaire à un monde trop complexe, c'est aussi une manière de se perdre en se laissant gouverner par l'agitation.

06 février 2020 à 17:01:24
Réponse #9

pl09


Je ne résiste pas à vous partager une petite anecdote, il y a quelques années alors que je travaillais sur un ancien site de traitement des déchets (site fermé et simplement en surveillance quasiment aucune présence humaine pendant plusieurs jours consécutifs), un chauffeur de citerne semi remorque  vient réapprovisionner en produit chimique l'installation sur laquelle je travaillais.
Après avoir montrer l'installation au chauffeur de la semi, je lui explique que l'aire de retournement est impraticable à cause de la pluie et de l'accumulation d'eau sur la plate forme. Je lui demande d'effectuer sa manœuvre devant mon installation quitte à arracher un peu le revêtement de la route ce n'est pas pas bien grave.
 Je tourne les talons et repars à mes occupations. J'entends le camion démarrer en trombe en direction de l'aire de retournement. Et forcément ce qui devait arriver.... La semi de 44 tonnes planté jusqu'à l'essieu avec la remoque en porte feuille.
Après un court échange d'insultes avec le chauffeur. Celui ci décide d'appeler une dépanneuse qui du fait de la complexité pour accéder au site et n'ayant pas les autorisations nécessaires refuse de faire le dépannage.
Qu'à cela ne tienne, je prend les choses en main et je vais voir dans la ferme à qui surplombe le site de la décharge.
Je suis accueilli par le patriarche qui après m'avoir salué et proposé un café me dit : il n'est pas du coin l'idiot avec la semi.
Je lui demande comment il est au courant pour la semi planté. Il me désigne alors la paire de jumelle posé juste à côté de la fenêtre.
Il reprend la parole et me dit qu'il a déjà appelé son fils pour qu'il vienne avec le John Deere (comprendre le debusqueur forestier). Et avec un petit sourire il me demande si il peut venir avec moi pour voir se "specimen de chauffeur venu d'un endroit où la terre est plate".
Quelques minutes après le tracteur est attelé au camion et le chauffeur du camion un intellectuel selon le Papy commence à faire une grande théorie sur la manière de procéder...
Bien évidemment père et fils avaient leur idée sur la question et pendant que le chauffeur expliquait au jeune à l'aide d'un crobard quel était le meilleur angle pour sortir le camion, le Papy est monté sur le debusqueur à abaissé la porte d'arrière pour l'ancrer solidement au sol et a actionné le treuil. Autant vous dire que l'opération a pris moins de 20 seconde pour aboutir.
Je me souviendrai longtemps de la tête du chauffeur en voyant sa semi traverser le champ de boue à toute allure tiré par le debusqueur.

Au final le dépannage m'a coûté une caisse de pinard et une réparation sur le système électrique de la grange qui était vieillissant. Et à chaque fois que que j'allais travaillé là bas j'étais invité à la table du Papy. Un vrai personnage.
 


07 février 2020 à 17:15:27
Réponse #10

jeannot 26


Salut à toutes et à tous;tu sais Karto,des "anecdotes/mésaventures" comme nous cite Tompouss,cela fait malheureusement bien des années que cela existe dans notre beau pays;déjà quand j'étais gosse,dans les années 70/80,ce phénomène de barrages inopinés n'était pas rare sur la célèbre route Napoélon,dans les passages montagneux entre Castelanne et Escragnole pour ceux qui connaissent;dernièrement(on va dire depuis 4/5 ans),on a même vu ce reproduire ce genre de guet apens  plus proche de chez nous,sur les petites routes autour du plateaux d'Albion,désertées la nuit malgré la proximité de la base du 2ème REG,le manque de proximité de gendarmerie fait ressentir à certains une certaine impunité à commettre ou tenter du moins de commettre de tels actes;une amie de ma compagne rentrant chez elle de nuit après son taf n'a pas eut la même présence d'esprit que la femme de Tompouss,elle a subit,ils l'ont violenté et dépouillée,elle s'en est sortie en vie mais cela aurait pût être bien pire,comme quoi messieurs,un petit brief à vos compagnes/épouses des bonnes réactions à avoir en cas de rencontre similaires n'est pas du temps perdu et les sauvera peut être d'une périlleuse situation!
bien à vous toutes et tous,s.

07 février 2020 à 17:24:01
Réponse #11

Karto


dans les passages montagneux entre Castelanne et Escragnole pour ceux qui connaissent;d

Je connais très bien ce tronçon, je l'ai fait deux fois par semaine pendant deux ans. De nuit et de jour. J'ai pilé devant des lièvres et des faisans, mais jamais entendu parler de piège de ce genre. C'étaient des années moins sauvages.

07 février 2020 à 23:41:49
Réponse #12

jeannot 26


Toi qui connait donc la topographie du coin,tu m'avoueras qu'on est quand même sur une configuration de terrain très propice aux embuscades bien que quand on voit ce qui ce passe désormais dans les villes avec des "cars jacking" toujours plus violents et très rapides,plus besoins de jouer les bandits de grands(ou petits)chemins!!
Vraiment ce qu'on est bien au fond des bois,y'a pas d'écureuils encagoulés en TMAX pour vouloir me latter et me piquer mon paquo'!!!
sylv1.

28 décembre 2020 à 19:36:34
Réponse #13

Karto


Tiens je pensais à ce sujet tout à l'heure sur la route... Je viens de me faire le premier de la saison.

Un mec qui s'était collé jusqu'au bas de caisse dans un bourbier en quittant la route enneigée pour faire demi-tour, de nuit, sous le grésil. Déjà deux autres bagnoles arrêtées pour l'aider. Quelqu'un avait une chaîne avec un gros crochet au bout, mais on me disait que la "victime" avait perdu son anneau de remorquage. Quelqu'un lisait le manuel et essayait de dire que l'anneau était avec la roue de secours, mais la roue de secours était assise bien profond dans la boue aussi. Un vieux bourré regardait tout ça en rigolant.

La voiture devait être sortie vers l'avant, j'ai suggéré qu'on pouvait aussi tirer au niveau du bras de suspension. Mais impossible de faufiler la chaîne et son gros crochet autour du triangle posé sur la boue et entouré de bielles, de flexibles et de petits fils électriques, et j'ai pas non-plus réussi à prendre directement le crochet sur le triangle.  Alors j'ai sorti ma sangle 7 tonnes toute simple, et ça ça a été fastoche à entourer autour du bras de suspension, puis attaché à l'arrière de ma bagnole sur l'attelage.

Un divorce en cours ayant vu filer ma berline compacte en même temps que ma femme, j'ai maintenant 4 roues motrices et assez de couple pour desplotcher l'autre sans trop d'effort. Temps total entre l'arrêt et le remballage : quatre minutes. Assez pour que m'a fille s'endorme sur son siège. Puis j'suis allé au supermarché couvert de boue.
« Modifié: 28 décembre 2020 à 19:51:24 par Karto »

28 décembre 2020 à 19:51:40
Réponse #14

Karto


Tiens je pensais à ce sujet tout à l'heure sur la route... Je viens de me faire le premier de la saison.

Un mec qui s'était collé jusqu'au bas de caisse dans un bourbier en quittant la route enneigée pour faire demi-tour, de nuit, sous le grésil. Déjà deux autres bagnoles arrêtées pour l'aider. Quelqu'un avait une chaîne avec un gros crochet au bout, mais on me disait que la "victime" avait perdu son anneau de remorquage. Quelqu'un lisait le manuel et essayait de dire que l'anneau était avec la roue de secours, mais la roue de secours était assise bien profond dans la boue aussi. Un vieux bourré regardait tout ça en rigolant.

La voiture devait être sortie vers l'avant, j'ai suggéré qu'on pouvait aussi tirer au niveau du bras de suspension. Mais impossible de faufiler la chaîne et son gros crochet autour du triangle posé sur la boue et entouré de bielles, de flexibles et de petits fils électriques, et j'ai pas non-plus réussi à prendre directement le crochet sur le triangle.  Alors j'ai sorti ma sangle 7 tonnes toute simple, et ça ça a été fastoche à entourer autour du bras de suspension, puis attaché à l'arrière de ma bagnole sur l'attelage.

Un divorce ayant fait filer ma berline compacte en même temps que ma femme, j'ai maintenant 4 roues motrices et assez de couple pour desplotcher l'autre sans trop d'effort. Temps total entre le "bonsoir" et le remballage : quatre minutes. Assez pour que m'a fille s'endorme sur son siège. Puis j'suis allé au supermarché couvert de boue.

28 décembre 2020 à 19:57:07
Réponse #15

azur


Justement... Je m'étais déjà équipé avec un morceau de corde dynamique type travaux en hauteur de bon diamètre avec un mousqueton en acier.
Maintenant que j'habite en montagne avec, également, 4 roues motrices (Dacia Duster 1,5DCi 110), je pense de plus en plus à prendre une sangle en complément, mais je ne sais pas vraiment quelle taille et quelle résistance prendre...
Tu conseillerais quoi?
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!
------------------------------------------
Boviner, c'est contourner par le centre...

28 décembre 2020 à 21:55:00
Réponse #16

Karto


Chépa j'suis vraiment loin d'être une référence.

J'utilise juste une sangle de levage, de 5 mètres de long et 7.5 tonnes de CMU, et optionnellement un maillon rapide en acier galvanisé certifié à, je sais plus, quatre tonnes je crois. La sangle de levage est un modèle habituel avec chaque extrémité repliée et cousue en une courte boucle. Ca permet d'entourer la sangle autour de quelque chose (comme là le bras de suspension, sinon dans l'anneau de remorquage de la voiture tractée) et de la repasser dans sa propre boucle très facilement. Là j'ai passé la boucle de l'autre côté sur mon attelage (solution désapprouvée par les sourcilleux qui lisent). Sur mon ancienne bagnole je reliais ça à mon anneau de remorquage via le maillon rapide.

Ca a l'avantage d'être bon marché (l'ensemble coûte moins de 20 euro) et très compact, à se laisser oublier dans un coin près de la roue de secours.
Ca permettra pas de tirer dans les situations trop inhabituelles. C'est juste pour les cas courants sans violence, de petites sorties de routes ou embourbements, ou les petits trucs comme l'autre jour l'apiculteur coincé dans le pré devant chez moi.

Après faut faire attention à ne pas confondre avec les sangles et cordes dynamiques vendues parfois pour les 4x4, "Kinetic" et autres. Celles là ne marchent pas pareil du tout, elles sont plus agressivement efficace mais aussi beaucoup beaucoup plus dangereuses, plus propice à casser du matériel et des gens, et demandent plus de précautions et d'accessoires. Le prix aide à ne pas confondre...

28 décembre 2020 à 22:09:49
Réponse #17

Tumiza


Justement... Je m'étais déjà équipé avec un morceau de corde dynamique....

Tu conseillerais quoi?

Pourquoi pas des anneaux en corde d’escalade de réforme?
BAVU ba pris

28 décembre 2020 à 22:25:04
Réponse #18

Chill


Citation de: azur
Je m'étais déjà équipé … avec un mousqueton en acier.
je pense de plus en plus à prendre une sangle en complément, mais je ne sais pas vraiment quelle taille et quelle résistance prendre...
Tu conseillerais quoi?

Les conseilleurs ne sont pas les payeurs ...
Les anneaux de sangle cousus du Lot de Sauvetage et de Protection Contre les Chutes (LSPCC) font 0,8m (bleu clair) ou 1,5m (rouge) de long pour une largeur comprise entre 18 et 25 mm et une résistance minimale de 2000 daN en simple.
Une ou deux de chaque dans le coffre ne prend pas de place et elles servent régulièrement.

En largeur 30 mm, ça te ferait aussi garrot improvisé !  ;)
http://www.neofeu.com/documents/961-ftnasfd101ind050219.pdf
https://equipeur.fr/fr/amarrages/752-anneaux-de-sangle-petzl-cousus.html

Plus cher mais à mon avis très polyvalent et qui vivrait mieux qu'une corde dynamique pour être utilisé en traction : https://forscaf.com/product/details/id/19
Vérifie bien la CMU de tes mousquetons : la résistance d'une chaîne dépend de son élément le plus faible.

Autre point : j'ai lu Duster 4wd 1,5dci.
MVODM : 1320 kg et MMAC : 1712 kg
Le coefficient d'adhérence (µ) des pneus sur une route est de l'ordre de :
  • 0,8 < goudron ou béton sec < 0,95
  • 0,2 < route mouillée < 0,6
  • 0,1 < forte pluie ou neige < 0,3
  • verglas ± 0,05
À la MMAC sur sol sec, il te sera impossible de fournir plus que ±1630 daN à la sangle.

Edit :
Le coefficient de résistance au roulement d'un pneu automobile varie de 0,01 sur béton à 0,3 environ sur du sable. (valeurs Wiki, mes archives témoignent d'un moins bon rendement)
Avec 1630 daN dans la sangle tu déplacerais de 5,4 à 163 tonnes … si les roues tournaient sans friction dans les moyeux à déplacer.

Un petit treuil à main (evak 500), ou un winch (Kong Ortles) te ferait le même job car avec 400 daN dans le lien, tu déplaces environ 1,2 tonne sur du sable.

Bref, tant qu'on ne parle pas de bahut, et qu'il ne s'agit pas de décoller du sol ne serait-ce qu'une Smart, une sangle tenant autour de 2000 daN (donc de 18 à 25 mm de large) fera le job si elle est en bon état et que les dispositifs d'attache ne la ruine pas.

    Chill.
« Modifié: 28 décembre 2020 à 23:19:30 par Chill »
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

28 décembre 2020 à 22:37:42
Réponse #19

azur


Avec un duster, je n'envisage pas plus que cet usage, mais qui représente déjà beaucoup: https://www.youtube.com/watch?t=210s&v=UsPUYOsauLA&feature=youtu.be
Sans compter que j'ai 2 paires de chaines, dont une en 16mm, donc sur sol enneigé, ça accroche.

J'ai exclu les attaches du type kinetic qui réclament effectivement de l'entrainement pour éviter de se mettre en danger.
La sangle de 5m avec une ganse à chaque extrémité me semble le choix le plus intéressant dans mon cas.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!
------------------------------------------
Boviner, c'est contourner par le centre...

29 décembre 2020 à 17:01:31
Réponse #20

Loriot


Salut.
Faite gaffe quand même, les bras de suspension sont vraiment pas fait pour tirer dessus de cette façon...
Tu peux te retrouver avec la roue et le bras au bout de ta corde de remorquage et le véhicule toujours dans le fossé...
Ça va si il manque juste le choullia pour sortir de la boue mais un véhicule planté va vraiment subir une atteinte dans son intégrité mécanique...  ;#

Édit.
Une bonne sangle d’arrimage (type spa*set), en plus d’arrimer peut vraiment faire le job. Mais une bonne!
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

30 décembre 2020 à 10:00:05
Réponse #21

Karto


Haha Loriot, ça ça aurait une bonne histoire à raconter ici ensuite !

30 décembre 2020 à 11:45:27
Réponse #22

azur


Il n'y a pas eu long de la théorie à la pratique... De passage dans un magasin de bricolage, j'ai pu mettre la main sur une élingue plate de 2m et 2t qui effectivement ne prend pas de place.

Et puis j'ai eu la bonne idée de traverser le massif jurassien hier... en plein épisode neigeux! Je passe sur les simples d'esprit qui ne se renseignent pas sur la météo et se pointent sans aucun équipement spéciaux: eux, la maréchaussée s'est occupé de leur cas.

Dans un itinéraire de contournement en plein milieu d'un bois, alors que la neige s'accumule depuis le dernier passage du chasse-neige (et vu ce qu'il tombait, il ne risquait pas de passer avant un moment), une petite voiture stoppée dans une montée (pas trop raide pourtant) avec les warning. je m'arrête et je découvre une jeune conductrice n'ayant pas 20 ans, assise à sa place avec une boite de chaines ouverte dans les mains... telle la poule ayant trouvé un couteau! :-\ Heureusement, un de ses amis est arrivé juste après pour l'aider à mettre les chaines.
Encore une belle illustration que le matériel n'est rien si on n'a ni la capacité physique, ni les connaissance ni même la volonté de s'en servir!

Et un peu plus loin, je croise une 308 bien posée au fond d'un fossé avec les traces bien nettes d'un virage très glissant négocié un poil trop vite. Pourtant, la conductrice (avec 3 enfants à bord) n'est pas novice et le véhicule équipé de 4 pneus hiver en bon état... mais quand manifestement, elle ne maitrisait pas ce genre de météo et le véhicule était chargé lourdement (un départ en vacances).
Le temps de chainer pour moi et de trouver l'anneau de remorquage pour elle (il a fallu lui expliquer), j'ai essayer de la tracter dans ses traces.
Effectivement, l'élingue à anneau est vraiment le bon choix: les 2m se sont avérés suffisants et le mousqueton en acier (Petzl Oxan ovale pour ceux que ça intéresse) facilite et sécurise l'accroche sur l'anneau de remorquage.

Mais peine perdue: le Duster tracte fort mais s'avère trop léger pour sortir la lourde 308 du fossé. Pas d'autre solution que de solliciter son assistance qui la sortira de là.


Conclusion: la prévoyance de certains ne suffit pas toujours à sortir les autres du pétrin dans lequel ils se sont mis par leur insouciance...
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!
------------------------------------------
Boviner, c'est contourner par le centre...

02 janvier 2021 à 16:37:01
Réponse #23

azur


P A V CIl faudra attendre Lundi (le Technocentre est fermé), mais je crois bien que Duster (H79, HJD) est étudié pour du 12 mm maxi.
La tolérance sur la dimension des pneumatiques étant assez considérable, il y a risque de contact dans le passage de roue et au droit du corps d'amortisseur.
À confirmer l'an prochain, si j'y pense  :-\
J'avais oublié de te répondre: sur le mien (Duster 1 ph 1), les chaines de 16mm (Polaire XP16) passent sans aucun souci... avec une vitesse maxi de 35-40km/h (je peux pousser à 45 avec les 9mm)
D'ailleurs ces derniers jours, les 16mm sont quasiment montées en permanence et dans certains passages, les 9mm ne suffisaient pas.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!
------------------------------------------
Boviner, c'est contourner par le centre...

11 janvier 2021 à 12:09:04
Réponse #24

Karto


Il n'y a pas eu long de la théorie à la pratique... De passage dans un magasin de bricolage, j'ai pu mettre la main sur une élingue plate de 2m et 2t qui effectivement ne prend pas de place.

Deux mètres c'est à peine plus que la largeur d'une voiture.
Ca risque de faire court dans certaines situations non ?

Pour placer la voiture qui tire là où c'est le mieux pour elle.
Tirer dans l'axe souhaité.
Et ménager un peu de distance entre les deux véhicules.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //