Nos Partenaires

Auteur Sujet: Le comportement de la foule  (Lu 10884 fois)

28 mai 2014 à 16:09:39
Lu 10884 fois

Jco


Hello,

Je sais qu'il y a déjà eu pas mal de sujets sur le comportement de la foule, mais je tenais à partager un article intéressant:
http://aeon.co/magazine/living-together/crowds-show-us-working-together-at-our-best/, en anglais, intitulé "The intimacy of crowds: Crowds aren’t really crazed – they are made of highly co-operative individuals driven to shared interests and goals"

(Auteur: Michael Bond, journaliste qui parle de psychologie et de comportement, et publie dans certains journaux comme New Scientist, Nature).

Je vous met des extraits, que j'ai traduit de façon "libre". Les passages en gras sont de mon fait, pas de l'auteur.

"Intimité de la foule: les foules ne sont pas vraiment folles - elles sont constituées d'individus co-opératifs motivés par des buts et intérêts commun"

Postulat de départ:
La façon d'analyser le comportement des foules est traditionnelement basée sur l'idée de l'abandon de la rationalité par les individus, au profit de la "folie de la foule". La théorie la plus populaire, durant des émeutes par exemple, est que les participants "abandonnent" leur conscience et rationalité au profit de "l'esprit de la foule".

L'article cite le criminologue français Gabriel Tarde (je reprends la citation originale, parue dans "Les Crimes des Foules", (extrait du Troisième Congrès International d'Anthropologie criminelle, 1892)

"La foule, parmi les populations les plus civilisées, est toujours une sauvagesse ou une faunesse, moins que cela, une bête impulsive et maniaque, jouet de ses instincts et de ses habitudes machinales, parfois un animal d'ordre inférieur, un invertébré, un ver monstrueux où la sensibilité est diffuse et qui s'agite encore en mouvements désordonnés après la section de sa tête, confusément distincte du corps. Car la « bête humaine » varie d'après chaque espèce de multitude, et il y a là toute une faune humaine pour ainsi dire à étudier."

L'article cite aussi Gustave Le Bon (https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychologie_des_foules_%28livre%29), qui considère la foule comme une entité psychologique particulière, irréductible aux individus qui la composent. Cette foule induit, sur les individus qui la composent, 3 caractères : irresponsabilité, contagion, et la suggestibilité (qu'on peut traduire par une perte de conscience, la perte d'opinions propres).

Apport de l'article
Comportement
Cette vision traditionnelle selon l'auteur est fausse.
Des études psychologiques réveleraient que les participants d'une foule se définissent par rapport aux gens qui les entoure; leur identité sociale détermine leur façon de se comporter.

Stephen Reicher, University of St Andrews, explique que ce (nouveau) modèle s'aligne sur les études publiques réalisées sur les désordres crées par des foules (rapport de la Commission Kerner).
  • Lors des émeutes de Detroit en 1967, la Commission Kerner a établit que le principal facteur de mobilisation était la déprivation des populations noires (taux de chomage 2x plus important, pauvreté 4x plus importante).
  • "L'émeutier moyen" a été définis comme étant éduqué, intégré socialement, et sans précédent crimes.
  • La motivation principale des émeutiers était de participer de façon plus complète dans l'ordre social et de bénéficier des mêmes avantages que la majorité de la population. Il s'agissait plus d'une participation au "système", plutôt que d'une lutte contre.

Panique
De façon surprenante, ce modèle développé expliquerait pourquoi certaines foules, face à des situations de péril, sont moins enclins à paniquer.
  • L'article cite l'exemple du World Trade Center, et des employés de bureau qui ont tardé à évacuer (temps moyen 6 minutes avant d'évacuer).
  • L'article cite l'exemple d'un crash d'avion à Manchester en 1985, ou 55 personnes sont restées dans l'avion en flammes. John Leach (disaster psychology at the University of Oslo),  explique qu'un état de choc/confusion partagée pourrait expliquer pourquoi les groupes importants sont plus susceptibles de réagir lentement que des petits groupes.

Solidarité
Ces recherches démontreraient aussi que la coopération et l'altruisme seraient la norme au sein de foules (lorsque des vies sont en péril).
  • Des chercheurs de l'université de Sussex (John Drury) parlent de "résilience collective", une attitude d'entraide mutuelle. Il appelle par ailleurs la foule "the fourth emergency service". Lors d'une crise (même mineure), le fait de partager soudainement un but/intérêt commun ferait bouger l'intérêt personnel vers un intérêt général.

Conclusion de l'article
(que je laisse en anglais)

The idea that in crowds we might give the best versions of ourselves runs counter to the common view that has prevailed since the French Revolution. Yet it has science on its side: from the cohesion of football crowds to the altruism of disaster victims and the solidarity of revolutionaries, the evidence for the sanity and intimacy of crowds has become overwhelming.


Pour les ceusses qui souhaitent une approche un peu plus pratique, deux liens vers ce forum:


20 octobre 2015 à 18:26:03
Réponse #1

Jco


Je continue ma foulée ( ;# ) sur "la foule" avec un super texte trouvé en anglais sur le risque lié aux mouvements de foule. L'auteur analyse les raisons qui ont pu amener la mort de plus de 700 pélerins à la Mecque.

Citer
I actually happen to have done a slightly creepy amount of research into the phenomenon of 'crowd crush' and 'crowd collapse' recently, and can probably shed some light here. First I'll just say these are not stampedes, but some background info is needed.

Basically when people start to move in very high density crowds, each individual physically doesn't have enough space around them to behave like a normal person who acts based on decisions anymore, but rather the entire crowd starts moving like a fluid, forced forward by the pressure of the people walking forwards behind them. We're talking densities of 5+ people per square meter (you can roughly equate 4 people per square meter to being in a tightly packed crowd but still being able to move 360 degrees, just brushing up on people on all 4 sides. At about 5-6 people/meter2 you start to lose that freedom of movement). The crowd starts to literally behave by the laws of fluid dynamics, and can experience shockwaves that ripple up and back through the mass of people when a push comes from any given direction... anyone who's been in a moshpit knows what I'm talking about.

These crowd densities aren't dangerous in themselves until you start reaching more than 9+ people/meter2, however they become extremely risky to facilitate movement in for two major reasons: 1) the risk of hitting a choke point and 2) the risk of someone falling over.

The first one results in what is called 'crowd crush'. This is where you have an extremely large and high density crowd, typical for those seen at events like the Hajj, moving in one direction in a confined space. This can be as wide as a city block or as narrow as a hallway. The crowd will be moving in its desired direction, but as soon as it hits a choke point, such as a blocked entrance, a sharp turn, a single open doorway, or even another high density crowd coming from the opposite direction, the people at the front face a serious problem. They are not merely walking anymore, they are being carried in the crowd fluid and could not stop if they tried (and would probably fall over). Survivors of crushes have described the experience like you're being carried by a river of people. The people at the very front of the crowd (who are not at dangerous densities) will make it through the choke point, unless it's a blocked entrance of course, but the high density crowd inevitably follows, carried by force. If the choke point is too narrow for the entire crowd to fit through, people literally just plug it up and are unable to squeeze through the gap anymore, and are being evermore crushed by the force of people behind them. For a morbid but good example of this, watch the video of the Station Nightclub fire that happened in 2001 (Gore!). For those who don't want to watch, basically what happened is a fire broke out in a nightclub, and nobody really bothered to run for the emergency exits (plus some other things but another post entirely) but instead all pushed for the front door. When the crowd density trying to leave the club out of the double doors became too great, the people got stuck and knocked over in the doorway, and bodies kept piling on top of more bodies from the flow of people behind until there was a helpless 6ft high pile of people with their heads and arms sticking out the front door packed too tightly for anyone on the outside to wedge them free.

Here's the fucked up part though: people do not die from being 'trampled' as if everyone is wildly running around and stepping on each other, in fact there's literally no way that's possible because people couldn't be running around in high density crowds even if they wanted to. What they die from is compressive asphyxiation (yes, suffocation by crushing) from the sheer force of all of the weight of bodies being stacked on top of them. In the worst of choke points, a completely blocked exit, people can be crushed standing up because they breathe out and simply cannot overcome the pressure of all of the people around them to breathe back in. That happens at densities of about 15+ p/sqm. 'Crowd pressure' has been known to collapse walls, bend steel guard rails (yep, the ones on the side of roads), and of course kill a shitload of people.

The next scenario, and in my opinion the much more horrifying one, is crowd collapse. This happens when a high density crowd is moving and someone falls over. If you can imagine yourself in a fluid-like crowd, the pressure of the person behind you pushes you forward, and in turn you exert the pressure on the person in front of you, facilitating the crowd's (the fluid's) movement. If suddenly the person in front of you falls, they are no longer there for you to 'lean on' (to exert pressure on to), and guess what? You fall too. And the person behind you. And the person behind them, and anyone who tries to help someone else up, all just being pushed against their will into the new wall of bodies in front of them. The crowd collapses behind the original hole. Aaaaand now you have a choke point, just made of bodies. Surprisingly even here the main cause of death is almost always compressive asphyxia rather than trampling, as the pressure just gets too great when you have 2000lb of flesh on top of you. The crowd doesn't even have to be moving very fast for this to happen (or even can be stationary in the case of a grandstand collapse ), and is especially dangerous when the people are moving down a steep or slippery slope

Here's the kicker: in both of these scenarios the death tolls are so high because the people in the back of the crowd, propagating the crowd force, are almost always too far away to know what's going on at the crush point. These sorts of crowds are extremely noisy and essentially impossible to stick your head up and over to get a better view, this combined with the fact that the back of crowds are usually at safe densities and people have no reason to panic and just keep walking means that the people at the front have no choice but to be crushed. Or in the case of a fire, where people sometimes are aware of what's happening in the front, they will simply keep pushing because it's either that or wait to die, worsening the crush at the front. Hundreds upon hundreds of people can be screaming for help and for people to stop or turn back... the ones who can hear them are already too stuck in the flow to do anything, and the ones who can do something can't hear.

So now the Hajj. This annual event is basically something any Muslim (who is able) has to do in their lifetime, and involves traveling to Mecca and surrounding areas over the span of four days to perform some religious rituals and visitations etc. The super short timespan of this event and the insane amount of people it draws means there's a huge amount of high density crowd movement, and one of the most notorious areas is a city called Mina, by which a particular ritual called the Stoning of the Devil is performed. Basically people need to throw rocks at a particular set of pillars, and so as you can imagine there's a giant potential for dangerously packed crowds when you have to move so many people to such a small location. This particular one happened when one road was closed in Mina and people didn't follow the detour or something (the news isn't very reliable because these events become so political for some reason), and basically two extreme density crowds coming from opposite directions collided in a single intersection, causing the pileup you're reading about above. There was also extreme heat on that day, you'll get people dropping like flies once densities start to get crush-worthy. There has been a crush or a collapse that's killed hundreds of people roughly every two years for the past couple of decades.

In fact, the rate of crushes and collapses has increased greatly exponentially in the past ~50 years or so as cities have become dense and urbanization is commonplace, this is a real problem that you may encounter in your own life. If you do realize you're in a crowd that's heading towards a crush, unfortunately it probably means it's too late for you at that point. However, if you're actually serious about avoiding one of the most horrible deaths you could imagine, whenever you start to notice you're in a crowd that is reaching dangerous densities (5+) and is starting to behave like a fluid, you can work to get out of it. The key is the shockwaves you'll feel travel through everyone as the pressure pushing y'all starts to outpace how fast you can physically move. These are the sorts of crowds that if someone steps on your foot you'll probably lose your shoe because your foot will simply be carried out of it by the movement of the crowd. When you feel a shockwave, absolutely do not fight it. That's one of the quickest ways to fall over. What you should instead do is let it carry you wherever it needs to, and then immediately start moving sideways, and backwards if that's possible. You simply want to GET OUT of that crowd at that point (even if it led somewhere you needed to be) however possible. People may start dying. And you may be one of them.

Pour résumer l'auteur du texte, en français:
  • Passé une certaine densité, les individus d'une foule n'ont plus suffisamment d'espace pour se déplacer librement, et sont soumis aux mouvements de la foule, qui ressemble aux mouvements d'un fluide (à partir d'une densité de 5 personne par mètre carré. A titre d'exemple, une densité de 4 pers/m2 correspond à une foule compacte mais ou la mobilité à 360 degrés est encore possible)
  • La densité de la foule en elle même n'est pas un problème tant qu'elle n'atteint pas 9 pers/m2. Par contre une telle densité exacerbe les deux principaux dangers: le goulet d'étranglement et la chute
  • Le premier danger (goulet d'étranglement) entraine un "écrasage par la foule": ce phénomène tue par asphyxie (trop de pression sur les gens), plutôt que par "piétinement".
  • A partir de 15 pers/m2, il est possible d'être litéralement "asphyxié debout" si le goulot d'étranglement est important (issue de secours bloquée)
  • Le deuxième danger est la "chute de la foule": lorsque la foule est en mouvement et que quelqu'un tombe: Si cette personne est devant vous, vous n'avez plus de "contre appui" sur lequel reporter la pression qui vous vient de derrière, et vous tombez aussi. Et ainsi de suite pour la personne derrière vous. Et cette "chute de la foule" crée alors: un goulet d'étranglement. La encore, ce phénomène semble tuer plus par asphyxie (lié au poids des personnes) que par piétinement. Cela peut se produire à une vitesse réduite.
  • Dans les deux cas, l'écrasement est du aux personnes se trouvant derrière, mais trop loin pour entendre/voir ce qui se passe devant (ou dans le cas d'un incendie, parce que tout le monde veut sortir).
  • Le corollaire du point précédent est que: quand l'un des deux phénomène se déclenche, il est souvent trop tard pour s'en extraire.

L'auteur propose toutefois quelques recommandations pour se sortir de ces situations:
  • Dès que l'on constate que la densité de la foule devient importante (5 ou + pers/m2), et que la foule se comporte comme un fluide: il faut "profiter" des ondes de choc qui parcourent la foule: lorsqu'une onde se propage, ne surtout pas lutter et la laisser vous emporter (plus facile à dire qu'a faire), et lorsqu'elle faiblit, s'extirper latéralement / vers l'arrière.


21 octobre 2015 à 11:54:33
Réponse #2

Frax


Merci pour ce partage tout bien sourcé et tout et tout :-D
C'est toujours intéressant d'avoir un autre point de vue que celui de Le Bon.
J'avoue cependant que je ne suis pas sûre que je serai capable d'évaluer correctement, sur le terrain, en un coup d’œil, le nombre de personnes par m2... Une astuce ?

21 octobre 2015 à 16:56:59
Réponse #3

Jco


J'avoue cependant que je ne suis pas sûre que je serai capable d'évaluer correctement, sur le terrain, en un coup d’œil, le nombre de personnes par m2... Une astuce ?

Citation du passage:
You can roughly equate 4 people per square meter to being in a tightly packed crowd but still being able to move 360 degrees, just brushing up on people on all 4 sides. At about 5-6 people/meter2 you start to lose that freedom of movement.

Je dirais donc que dans une salle de concert (pour donner une référence), on est au dela de 4 pers/m2...

23 novembre 2015 à 16:31:53
Réponse #4

Jco


Un vidéo démontrant l'effet "foule qui se comporte comme un fluide":
https://www.youtube.com/watch?v=GZOE6-hAKZo

http://www.independent.com.mt/articles/2015-11-15/local-news/71-people-injured-as-glass-banister-collapses-in-Paceville-night-club-6736145264

Il semble que des personnes soient tombées en bas de l'escalier ("crowd collapse"), créant ainsi un goulet d'étranglement. Ce n'est qu'après avoir évacué les gens derrière qu'il devient possible de relever les gens devant.

07 février 2019 à 01:21:35
Réponse #5

Jco


Je cite ici le message et le bon article mentionné dans un autre fil de discussion (http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,69098.0.html)

Bonjour à toutes et tous,
En préambule, si je ne suis pas au bon endroit, dites moi où placer l'information (j'espère que ce sera du signal)
Pour information, je suis tombé sur cette page qui traite des mouvements de foule.
Le titre est un peu racoleur (Comment éviter de mourir dans un mouvement de foule) mais il permet de réfléchir à certains éléments et avoir quelques trucs.

Le lien ici: http://www.slate.fr/story/172590/sciences-tremblement-mouvement-foule-conseils-survie

Ce que j'ai retenu de ma lecture:
  • 3 secondes avant la connerie
  • Ne pas résister à la vague + rester de bout
  • Les signaux de densités
  • L'entraide (oui derrière mon clavier ça semble logique. Dans la panique un peu moins)


A +
Fab

Edit: je viens de voir que l'article est cité sur le site de Protegeor: https://www.protegor.net/blog/2019/01/10-conseils-pour-survivre-pendant-un-mouvement-de-foule/

L'auteur de l'article, Mehdi Moussaïd, a écrit une thèse de fin d'étude sur le sujet ("Etude expérimentale et modélisation des déplacements collectifs de piétons" http://thesesups.ups-tlse.fr/1118/)

Il cite un phénomène : le "tremblement de foule" («crowd-quake»). La vidéo d'un concert d'Oasis en 2005 donnée en exemple illustre bien ce phénomène "d'ondes de chocs, semblables aux secousses sismiques qui surviennent pendant un tremblement de terre, qui font chuter les individus et leur font subir des pressions physiques écrasantes". Selon l'auteur, ce phénomène se manifeste "spontanément lorsque la densité d’individus atteint un seuil critique, situé autour de six personnes par mètre carré."

Je rajoute ici le "guide de survie" que l'auteur propose dans l'article :

  • Ouvrez les yeux (pour s'extraire rapidement)
  • Partez tant qu’il est encore temps
  • Restez debout
  • Économisez votre oxygène
  • Repliez les bras ("devant vous, comme un boxeur. Dans cette position, vous pourrez protéger votre cage thoracique et préserver quelques centimètres d’espace autour de vos côtes et de vos poumons.")
  • Laissez vous porter par la vague
  • Éloignez-vous des parois
  • Sachez interpréter les signaux de densité
    • Si vous n’avez aucun contact physique avec votre voisinage, vous êtes probablement encore en dessous de trois personnes/m2. Il n’y a pas de risque.
    • Si vous touchez involontairement une ou deux de votre entourage en même temps, la densité doit se situer entre quatre et cinq personnes/m2. Il n’y a pas de danger immédiat, mais il serait préférable de commencer à vous éloigner tranquillement du cœur de la congestion.
    • Si les mouvements de vos bras sont entravés au point que vous ayez du mal à approcher votre main de votre visage, il y a trop de monde. Partez!
  • En cas de [mouvement de] panique : Gardez en tête que le mouvement de foule peut s’avérer plus dangereux que la menace que vous fuyez
  • L’entraide ("Une foule solidaire a plus de chances de survie")



05 novembre 2022 à 20:51:38
Réponse #6

gahús


Dix conseils pour survivre à un mouvement de foule ou une bousculade
Psychomédia
Publié le 4 novembre 2022

« "Depuis les années 1990, l’intensité des mouvements de foule n’a cessé de croître. En moyenne, environ 380 personnes meurent chaque année dans ce type d’accidents, dont le plus meurtrier a causé la mort de 2 300 personnes à La Mecque en septembre 2015" », rapporte Mehdi Moussaid, chercheur spécialisé dans le comportement des foules au Max Planck Institute for Human Development (Berlin), sur le site The Conversation.

Lors de rassemblements de très grandes foules, « "le moindre défaut d’organisation peut rapidement virer au cauchemar" ».

Le « tremblement de foule »

Que se passe-t-il pendant un mouvement de foule ? La dynamique de ce phénomène n’a été comprise qu’assez récemment, en 2006, à la suite d’une bousculade de grande ampleur qui a causé la mort de 362 personnes à La Mecque. L’accident a été filmé par une caméra de surveillance dont les images ont été analysées au laboratoire du physicien allemand Dirk Helbing.

Grâce à cette vidéo, ce chercheur spécialisé dans le comportement des foules a identifié le phénomène du « tremblement de foule » (« crowd-quake »).

« "Il s’agit d’un phénomène collectif qui se met en place spontanément lorsque la densité d’individus atteint un seuil critique situé autour de 6 personnes par mètre carré. À ce niveau d'encombrement, les contacts physiques entre les corps sont si intenses que le moindre mouvement déclenche une vague de bousculade qui se propage à travers la foule. Ce sont ces ondes de choc, semblables aux secousses sismiques qui surviennent pendant un tremblement de terre, qui font chuter les individus et leur font subir des pressions physiques écrasantes." »

« "Depuis cette importante découverte, les tremblements de foule ont été systématiquement identifiés lors des bousculades meurtrières comme celle de la Love Parade. Et même si elles sont de mieux en mieux comprises, aucune solution n’existe à ce jour pour enrayer ce phénomène une fois qu’il est en place." »

Guide de survie

Que faire « "lorsque vous êtes prisonnier de la foule, que l’étau se resserre et que les tremblements commencent à se faire ressentir ?" » Voici les conseils de survie de Mehdi Moussaid élaborés grâce aux recherches de laboratoires de « fouloscopie ».

        Ouvrez les yeux


        « "Votre premier objectif sera de vous extraire de la masse le plus rapidement possible. Regardez autour de vous : est-il préférable de faire demi-tour ou de continuer à avancer ? Pour le savoir, essayez d’estimer où se trouve l’épicentre de la bousculade, le lieu où l’encombrement est à son maximum, et dirigez-vous dans la direction où la densité se réduit progressivement. Pensez aussi à lever les yeux. Vous trouverez peut-être un échappatoire rapide en escaladant une barrière ou en montant sur le comptoir d’un bar."

        Partez tant qu’il est encore temps

        Lorsque la densité augmente autour de vous, l’espace disponible diminue et votre liberté de mouvement se réduit progressivement. Plus vous attendez, plus la fuite sera difficile. Le temps joue en votre défaveur. Par conséquent, n’hésitez pas à quitter la zone de forte congestion dès que vous commencerez à vous sentir mal à l’aise, et tant que vous avez encore assez d’espace pour vous mouvoir.

        En vous dégageant du cœur de la foule, vous réduirez par ailleurs le risque d’accident pour les autres, car votre absence aura comme effet d’alléger l’encombrement pour ceux qui restent sur place.

        Restez debout

        S’il est trop tard pour fuir, vous allez devoir vous adapter. La recommandation la plus importante sera alors de garder l’équilibre. Restez sur vos jambes, coûte que coûte, au risque de vous retrouver dans une situation critique. Lors d’un mouvement de foule, la proximité des individus est telle que votre chute entraînerait immédiatement celle de vos voisins par effets domino. Avant d’avoir pu vous relever, le poids des corps vous immobilisera au sol. Alors, restez debout ! Portez par exemple une attention particulière aux sacs à dos et autres objets abandonnés qui pourraient vous déséquilibrer.

        Économisez votre oxygène

        L’oxygène sera votre ressource la plus précieuse, celle qui viendra à manquer si la situation s’aggrave. En effet, la grande majorité des décès sont causés par une asphyxie. Évitez par exemple de crier si ce n’est pas indispensable, et contrôlez votre respiration dans la mesure du possible.

        Repliez les bras

        J’ai découvert cette technique en lisant les rapports de Paul Wertheimer, un homme d’affaires à la tête de Crowdsafe, une entreprise de conseil en gestion de foules. Et c’est effectivement une bonne idée. Lorsque la pression devient trop intense, repliez les bras devant vous, comme un boxeur. Dans cette position, vous pourrez protéger votre cage thoracique et préserver quelques centimètres d’espace autour de vos côtes et de vos poumons.

        Laissez vous porter par la vague

        Le réflexe naturel lorsque l’on se fait bousculer est de résister à la pression en poussant dans la direction opposée. Dans le cas d’un mouvement de foule, c’est une mauvaise idée. Vous ne pourrez en effet pas contrecarrer une onde de choc par la seule force de vos bras. La pression exercée par la foule vous emportera quoique vous fassiez. Résister serait donc une vaine utilisation de votre précieuse énergie. De plus, cela risquerait d’amplifier les tensions physiques, rendant les prochaines vagues encore plus intenses. Au contraire, laissez-vous plutôt porter par le flot en tachant simplement de garder l’équilibre.

        Eloignez-vous des parois

        Le seul endroit où le conseil précédent ne peut s’appliquer est au voisinage d’un mur, d’un grillage ou de n’importe quel autre objet solide. Les études de cas montrent en effet que la proximité d’un obstacle est une importante source de danger. Les premières victimes d’une bousculade sont souvent écrasées contre une paroi comme ce fut le cas lors du mouvement de panique de Turin en 2017 ou lors des tragédies du Heysel et de Hillsborough dans les années 1980. Nos simulations numériques montrent que les pressions les plus intenses sont exercées au voisinage d’un obstacle solide. Dans la mesure du possible, éloignez-vous donc des murs, des poteaux et des grillages.

        Sachez interpréter les signaux de densité

        Pour prendre les bonnes décisions, il est important que vous puissiez évaluer la gravité de la situation. Mais comment faire sans instrument de mesure, lorsque vous êtes vous-même immergé dans la masse ? Voici quelques règles simples pour estimer la densité autour de vous :

        Si vous n’avez aucun contact physique avec vos voisins, vous êtes probablement encore en dessous de 3 pers/m2, il n’y a pas de risque.

        Si vous touchez involontairement un ou deux de vos voisins en même temps, la densité doit se situer entre 4 et 5 pers/m2. Il n’y a pas de danger immédiat, mais il serait préférable de commencer à vous éloigner tranquillement du cœur de la congestion.

        Si les mouvements de vos bras sont entravés au point que vous ayez du mal à approcher votre main de votre visage. Il y a trop de monde. Partez !

        En cas de panique

        La panique est un cas particulier dans lequel la foule se rue dans une même direction pour fuir d’un danger réel ou suspecté. Depuis quelques années, la menace terroriste a causé une forte augmentation de ce type de mouvement collectif, comme sur la place de la République à Paris en novembre 2015, sur la place San Carlo de Turin en juin 2017, ou sur le cours Saleya à Nice en juillet 2018.

        Gardez bien en tête dans ces situations que le mouvement de foule peut s’avérer plus dangereux que la menace que vous fuyez. Par conséquent, accordez-vous un court instant pour évaluer la nature du danger et éloignez-vous calmement en restant le plus loin possible de la cohue.

        L’entraide

        Si la situation est grave pour vous, elle l’est tout autant pour les personnes qui vous entourent. Les études du psychologue John Drury de l’université du Sussex en Angleterre ont montré à de nombreuses reprises que l’altruisme et l’entraide sont d’importants ingrédients pour éviter un drame. Une foule solidaire a plus de chance de survie qu’une foule d’individualistes. Alors, restez humain et bienveillant envers les autres en proposant votre aide quand vous le pouvez, en évitant de causer la chute de vos voisins et en veillant sur les plus faibles. Tout le monde en profitera, y compris vous-même. 


http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie/2022-11-04/mouvement-de-foule-bousculade-conseils-survie

07 novembre 2022 à 10:40:59
Réponse #7

raphael


https://www.youtube.com/watch?v=gRzjYJiJ9J0

Intéressant : Comment survivre à un mouvement de foule ? - 28 minutes - ARTE
Se connaitre et s'accepter


 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //