Nos Partenaires

Auteur Sujet: Critique raisonné de l'anti-tabagisme.  (Lu 1856 fois)

08 janvier 2013 à 19:14:06
Lu 1856 fois

A.Chamir


Bonsoir à tout le monde,
Je prends mon titre avec des pincettes car je vois d’ici les dogmes sans fondements que pourraient  lancer les moins tolérants. Si les modos voient que ce n’est pas possible, qu’ils fassent ce que bon leur semble.   
Avec la hausse du prix du tabac et un sentiment de nostalgie aigue, j’ai voulu en apprendre un peu sur l’art (sans trop d’éloges) de fumer la pipe. J’ai donc naïvement taper « pipe » sur Google. C’est là que je tombe sur un forum, au combien intéressant, sur ce thème. Et plus précisément un texte intitulé « Est-il sain de s’arrêter de fumer ? » et un autre « pipe et santé ».
http://fumeursdepipe.net/artbarcelona.htm
http://fumeursdepipe.net/pipesante.htm

 Bon voilà, j’aurai pu réchauffer le fil « arrêter  de fumer » mais il serait bon de voire le tabac d’une autre façon (et surtout c’est contre addiction). Je suis bien contient que le tabagisme nuit à la santé. Mais tout cette médiation anti-tabac ne va-t-elle pas trop loin ?  JE NE DEFEND NI FUMEUR, NI NONFUMEUR. Chacun est libres et responsable de ses actes. Soyez tolérants, respectueux et honnêtes.
Bonne soirée, chamir     

08 janvier 2013 à 21:21:18
Réponse #1

Eremos


Peut-être faudrait-il recentrer un peu la question.  :)

Exemple : "Y a-t-il des situations (études à l'appui) dans lesquelles fumer pourrait/pourra sauver/prolonger la vie ?"

08 janvier 2013 à 21:31:57
Réponse #2

mrfroggy


On va marcher en zone dangereuse sur ce coup ...
Y va dire quoi le manitou qui a ouvert un post   -" Je re-arrete la clope" ?
Surtout que depuis j ai tenu bon !
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

08 janvier 2013 à 22:54:45
Réponse #3

polartux


Je n'interviens pas souvent, voir pas du tout, mais là oui  :D

La question du tabac et derrière elle le cancer, et bien d'autres pathologies, me fait penser à une phrase de freud (je crois, à corriger si je me trompe): le corps à ces raisons, que la raison n'ignore pas. Voila tout est dis, la somatisation et avec elle la médecine du symptôme.

Mise à par ça, je trouve pernicieux cette tendance globale ( ce n'est pas une critique du propos, mais seulement un avis) à en permanence chercher/nommer une cause (pas des causes ou un faisceau, mais juste une seule et unique cause) à une pathologie ou un fait, rajoutez dessus la prédication et c'est la fin.

Pour ma part, l'humain à toujours consommé des drogues en plus ou moins grande quantités.
Les cancers sont des pathologies liés à l'ère industriel, et trop de saloperies sont absorbées par nos corps pour pouvoir crier haro sur tel ou tel substance, je pense qu'il s'agit plus de diversion qu'autre chose.

Voila, ce n'est que mon avis, à prendre ou a supprimer, désolé si j'ai débordé.

Amicalement

08 janvier 2013 à 23:26:31
Réponse #4

nésurlo


il m'apparaît évident que le tabac à lui seul n'explique pas tous les maux. en ce sens, c'est bel et bien une diversion. mais dans notre environnement ultra saturé  de saloperies, fumer n'arrange pas les choses. à chaque fois que j'arrête  de fumer, mes rhumes  guerissent  bien plus vite.
il y a ceux qui ne rêvent plus, il y a ceux qui rêvent, et puis il y a ceux qui réalisent leurs rêves.
voyages-originaux.over-blog.com

09 janvier 2013 à 01:15:01
Réponse #5

Lemuel


J'imagine que dans le meilleur des mondes cette "campagne anti tabac" sert moins à faire arrêter le tabac qu'à empêcher les gens de commencer ce qui, j'espère, répond a la fois aux questions soulevées par l'article et aux tiennes ?
« Modifié: 09 janvier 2013 à 11:22:41 par Lemuel »
Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

09 janvier 2013 à 03:23:57
Réponse #6

AC


Les cancers sont des pathologies liés à l'ère industriel

Tu veux dire que l'ère industrielle a apporté l'hygiène et le progrès médical qui nous permettent de vivre suffisamment vieux pour mourrir de cancers plutôt que d'autres pathologies comme au bon vieux temps ?

Citer
et trop de saloperies sont absorbées par nos corps pour pouvoir crier haro sur tel ou tel substance

Si, parmi plusieurs millions de personnes qui absorbent les mêmes saloperies, on constate que les fumeurs ont davantage de cancers que les autres, n'est-il pas rationnel de soupçonner qu'il y a un lien ?

PAVC mais recadrage indispensable pour les jeunes qui liront ce fil et qui ont encore une chance d'échapper à l'industrie du tabac.

09 janvier 2013 à 07:38:42
Réponse #7

VieuxMora




Mode Modo "On"

- Bonne idée AC d'avoir rappelé la relativité et la complexité des facteurs qui concourent à la durée de la vie.

@ Portalux: Pour répondre à ta remarque sur ton "avis à prendre ou à supprimer".
- Comme tu le vois, c'est important pour dépasser le niveau des conversations banales, de citer des références précises.
Soit elles sont issues de tes compétences professionnelles , éventuellement d'une expérience personnelle alors forcément limitée.
Ou bien d'un travail de recherche étayé avec auteur, date etc. comme se le tapent quotidiennement ceux qui préparent des mémoires pour leur études.

C'est long, pas toujours évident, les infos sont parfois contradictoires ou tendancieuses, mais c'est ainsi que l'on construit du bon signal.

Merci à vous deux  :up:


VM

09 janvier 2013 à 17:21:24
Réponse #8

A.Chamir


Bonsoir,
A Ermos,
L'idée n'est pas de savoir si le tabac est utile en situation de survie (quoi que, il es souvent cité en guise de cataplasme dans le guide de survie de l'armée US et peut remonter le moral en coup dure, vécu. Se référer au livre.  http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,554.0/topicseen.html )
Cela dit, l'idée est vraiment de montrer que l’oppression de la société sur les fumeurs par X moyens critiquables sont autant de facteur qui peuvent, à long termes, êtres encor plus néfastes que le tabac lui même. Je ne fait que paraphraser le texte.

D'autre part, fumer (quoi que ce soit) nuit inévitablement à la santé. Je pense surtout au monoxyde de carbone qui vient se fixer sur les globules rouges longtemps (qlq mn à plusieurs semaines). De ce fait, moins de globules rouges oxygènent le corps. Ce qui provoque maladie cardio-vasculaires, essoufflement rapide, diminution des aptitudes physiques, intellectuels etc, etc, ect... SAUF, en cas de pratique régulière de sport qui contrebalance un peu ces effets (et j'en fait l’expérience). Somme tout, rien de plus qu'un mauvais mode de vie et un abus de TF1  :lol: .
J'ai expliqué un premier problème lié au tabagisme, mais je ne pourrait en dire plus.

Fumer, C'EST PAS BIEN (vraiment), mais je ne sais pas plus pourquoi.
Je pourrai expliquer les (gros, gros) mécanismes qui conduisent au cancer mais je sais que d'autres le ferons bien mieux. En effet, mon professeur de bio dit qu'il y a des produit potentiellement cancérigènes dans le tabac. Je ne nie pas le nombre de morts, MAIS a-t-on parler de leurs antécédents sanitaires ou familiaux? (car oui les gènes jouent dans le développement d'un cancer) A-t-on parler de leur mode, lieu et habitudes de vie? A-t-on parler de leur consommation (minime, importante, abusive car tout est un poison, seul la dose mortel varie)? A-t-on parler des cas de cancer sans aucune, aucune consommation de tabac?
(d’ailleurs je cite l'exemple personnel de mon oncle, ancien légionnaire, devenu soudeur de profession, âgée de 55 ans, en plaine forme (footing matinal) vivant et mangeant sain dans un pays pas trop pollué (Madagascar), n'a jamais fumer et qui a tout de même développer une tumeur bénigne à la gorge mais s'en est tiré sans trop y perdre.)
Je remarque que je ne sais pas non plus qui est "on" ici.

Bref, moi quand je lis "fumer tue", je veux bien mais pourquoi?
Je vie dans un pays ou la clope est "normal", pas plus de restriction que la civilité d'usage (pas fumer aux resto si y a des gens qui mangent à coté) pour ceux qui la respectent.
Mais pour des gens, sans cesse opprimé par une image d’Épinal du fumeur qui creuse sa tombe et qui y entraine les autres, le risque d’impact sur l'équilibre psychique allié aux agressions quotidiennes peuvent au mieux rendre un fumeur mauvais vivant à 70 ans et au pire POTENTIELLEMENT provoquer (à coup de hautes doses de stresse) des dépressions, des cancers.
Voilà les gros problèmes. Qui croire, le paquet de cigarette qui nous prend pour des moutons, les médecins divisés, les sceptiques silencieux, les autres? Comment réagir, non pas avec la cigarette (car je rappelle qu'elle ne fait rien et ne soufre pas), mais face à l'homme qui tient la cigarette?
J'ai écris un gros morceau (avec plein de fautes d'orthographe), je sais, merci d'avoir lu.
Je rappelle que je suis étudiant curieux en classe de terminal scientifique. Au besoin, je peux sans soucis interroger mes professeurs de bio et chimie dans la mesure de leur connaissances.
Merci de votre patience et de vos réactions.
HS: l'aspartame, tu le connais? fin, fin, fin, fin HS
Chamir 

 
« Modifié: 09 janvier 2013 à 20:23:36 par A.Chamir »

09 janvier 2013 à 17:28:59
Réponse #9

Lemuel


J'imagine que dans le meilleur des mondes cette "campagne anti tabac" sert moins à faire arrêter le tabac qu'à empêcher les gens de commencer ce qui, j'espère, répond a la fois aux questions soulevées par l'article et aux tiennes ?
Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

09 janvier 2013 à 17:39:58
Réponse #10

mrfroggy


en un an, j ai constaté une réelle amélioration de ma capacité d endurance. vraiment.

Et pourtant je n ai jamais été gros fumeur, tout au plus 7/8 par jours. le week-end quelques excès..
Ceux qui veulent fumer fument,ça c est clair. j emmerde personne avec ça. mais la moindre apologie du tabac serait héresie , c est ce que je pense.
c est par logique, que l inhalation de fumée n est pas naturelle. pas comme manger ou boire, notre corps est conçu pour ça.
Donc, qui plus est , la fumée aspirée tant quand même quelque peu a etre chargée en "matière" toxique, on imagine rapidement que ça ne peut pas faire que du bien..
Du coup je ne pige pas ou tu veux en venir, excuse moi .. :huh:
« Modifié: 09 janvier 2013 à 20:37:28 par mrfroggy »
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

09 janvier 2013 à 17:58:36
Réponse #11

A.Chamir


à Lemuel:
Des lois existent pour l’alcool et les mineurs, pourquoi ne pas se limiter à cela.
Mon souci (vraiment personnel) c'est l'oubli (ou l'occultation) d'une prévention basée sur la raison, pas sur l'image choque. Dite à un jeune que fumer va le rendre maigrichon, les dents jaunes et avec un "minable attirail" (oui je parle de la taille du pénis), démontrez le lui et il n'y a plus de souci à se faire. L'interdiction bête et sans fondement pousse juste aux vices...
     
à mrfrogy: Pour les truques pas logiques, se tartiner de matières multicolores dont on ne connais pas les composants (potentiellement toxiques) à la façon de peintures de guerres pour aller chercher un partenaire, pour moi c'est pas non plus logique (je parle bien du maquillage).
Les radiations émanant du lait français (juste un exemple fait en classe) et des tours de relai téléphonique ne sont pas naturelle non plus (et je connais des gens qui en soufre). Notre corps n'est pas conçu pour mais nous buvons ce lait radioactif et nous vivons parmi ces antennes. Les fours à micros ondes (radiations) non plus. Et pourtant, pas coup de gueule....

Là où je veux en venir, c'est qu'il faut réfléchir, et pas juste aquiesser au bruit de "la morale bien pensante" et de la télévision. Et surtout, arrêter de voir le fumeur comme un coupable (de quoi d’ailleurs?).   

09 janvier 2013 à 18:12:18
Réponse #12

Kilbith


Bonjour,

Bien que non fumeur, je suis souvent interloqué par la façon dont les fumeurs sont actuellement traités. Ceci dit, je ne regrette pas le temps où il était "normal" de fumer en cours que ce soit pour les étudiants et les élèves : chacun peut choisir son propre mode de vie dans notre société, mais la limite est bien évidemment de ne pas imposer ses choix aux autres.

Ce qui est inquiétant, selon moi, c'est qu'il n'existe quasiment plus de mécanisme de régulation pour interroger/réguler la politique actuelle : la SEITA n'existe plus, l'indice d'inflation ne prend plus en compte le cout du tabac dans le panier de l'INSEE....ce n'est jamais bon qu'un mécanisme ne possède pas un système de régulation.

Citer
Fumer, C'EST PAS BIEN (vraiment), mais je ne sais pas plus pourquoi.

Fumer ce n'est "pas bien" pour plein de raisons :

- Le tabac réduit statistiquement ton espérance de vie d'une façon très significative. C'est une évidence scientifique. A partir de ce constat, qui au premier abord ne concerne que toi, on peut mieux comprendre la tendance de la société à "réguler" cette addiction.

1. Dans notre pays, nous sommes interdépendants. Moralement bien sûr, mais aussi financièrement par les mécanismes redistributifs et sociaux. Cette perception forte de l'interdépendance n'est pas présente partout, mais elle très anciennement présente dans notre pays et représente une partie du "pacte social".
Si tu es malade, tu représentes une charge obligatoire pour la société. Comme notre société ne peut pas moralement décider quelque chose du type : "un fumeur atteint d'une pathologie liée au tabac (acte individuel volontaire) doit soit assumer seul les coûts, soit ne pas être soigné"...il est donc normal qu'elle cherche à prévenir cette situation. La maladie tabagique représente un coût pour tous : "qui paye contrôle", c'est la loi d'airain.

2. La collectivité (l'Etat) investit énormément dans ta formation (ce que l'on appelle l'école gratuite : en fait payé par les impôts, taxes et accises de l'ensemble de la population.).
L'Etat (collectivité) entend bien être remboursé de cet investissement. Mieux tu es formé, plus tu es productif, plus tu es productif, plus tu peux payer d'impôt (proportionnellement et quantitativement), plus tu payes d'impôt plus tu contribue au fonctionnement de la technostructure étatique. Et comme celle-ci prélève des "couts de fonctionnement" sur le système, il lui faut bien assurer son financement c'est une question de survie. On comprend pourquoi celle-ci tienne à ce que tu puisse contribuer pleinement et le plus longtemps possible.

3. Le tabagisme est une addiction. En ce sens il peut être considéré comme une maladie. On décide volontairement de fumer la première cigarette, pas les suivantes.
Comme tu es malade (état addictif) il peut paraître logique de ne pas tenir compte de ton avis : tu n'es plus autonome dans tes décisions.

4. Le tabagisme est mauvais pour ta santé, mais aussi celle des autres (entourage, enfants...).
Un des rôles de l'Etat, c'est de protéger les citoyens des nuisances causées par autrui. Il défend les plus faibles, ceux qui subissent (pacte social toujours). Il apparait donc légitime que celui-ci restreigne les endroits où l'on puisse fumer.

5. Le tabac engendre des nuisances durables : par exemple le fait de jeter des mégots par terre ou bien qu'une odeur soit persistante dans une chambre d'hôtel. Pour réduire cette nuisance, cela à un coût (pour l'hôtel, pour la voirie...).
Il apparait légitime que ce cout soit essentiellement supporté par les fumeurs. Si les bases politiques ou légales ne le permettent pas (risque de discrimination, stigmatisation, difficulté de prélever les ressources...) il est logique que la collectivité cherche à réduire cette dépense : interdiction de fumer dans les rues (USA...) ou de fumer dans les chambres d'hôtel.

6. Le tabac est un moyen, certes lent, d’abréger sa vie. On peut y voir une sorte "d'automutilation" ou de détachement vis à vis de sa santé ou de mépris de la mort. C'est pas bon ça.
Toute technostructure a besoin que les participants craignent l'avenir ou des sanctions. Quelqu'un qui a des tendances à automutilation, qui ne craint pas la mort ou méprise l'avenir est très difficilement contrôlable. On ne peut pas facilement avoir de prise sur lui. Il devient incontrôlable, or c'est le rôle de la technostructure d'assurer une régulation : sans la peur de la sanction, de la prison, du gendarme : celui-ci est nu. Les sociétés humaines cherchent à canaliser, à réduire, décourager ou a éliminer tout comportement de ce type, il y va de sa survie.

7. Un jeune est souvent en "quête d’identité" c'est un processus normal de maturation. Lors de l'adulescence il est inondé d'hormones, il est au seuil de choix importants, ses angoisses, ses doutes, ses sensations, ses réactions sont exacerbées.
Par nature à 18 ans on est souvent à la fois "immortel" et "angoissé". Les prothèses du type alcool, tabac, stupéfiants, shoot d'adrenaline...sont alors extrêmement tentantes : et sur le coup peuvent apporter du réconfort. On peut être conscient des problèmes occasionnés à long terme, mais à 18ans, la cinquantaine est quelque chose de très lointain et qui de toute façon ne parait pas toujours séduisante. Carpe Diem en somme.
Cela se soigne à peu prêt comme le rhume : il suffit d'attendre plus ou moins longtemps. On comprend alors les interdictions de consommation relatives aux adulescents (interdiction de vente avant un certain âge...). Le but est de donner du temps au temps.


Bref, j'ai essayé de répondre à ta question. Les arguments sont plus ou moins recevables et j'ai certainement oublié plein de trucs. Les mots ne sont pas tout a fait exacts, j'ai fait vite. Mais l'un ou l'autre sont souvent évoqués dans les politiques publiques : explicitement ou implicitement selon les mœurs du moment.

 ;)

« Modifié: 09 janvier 2013 à 18:38:43 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

09 janvier 2013 à 18:46:15
Réponse #13

Lemuel


à Lemuel:
Des lois existent pour l’alcool et les mineurs, pourquoi ne pas se limiter à cela.
Parce que ça ne marche pas.
D'ailleurs il est interdit de vendre du tabac à un mineur.

Mon souci (vraiment personnel) c'est l'oubli (ou l'occultation) d'une prévention basée sur la raison, pas sur l'image choque. Dite à un jeune que fumer va le rendre maigrichon, les dents jaunes et avec un "minable attirail" (oui je parle de la taille du pénis), démontrez le lui et il n'y a plus de souci à se faire. L'interdiction bête et sans fondement pousse juste aux vices...
Oui.
Il me semble que c'est le but des images chocs.
Le problème c'est que la communcation pro-tabac a destination des jeunes parle à leur tripes (et avant cela à destination des femmes). Difficile de se battre en parlant à leur cerveau (mais pas impossible…).
Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

09 janvier 2013 à 20:08:06
Réponse #14

** Serge **


Mais tout cette médiation anti-tabac ne va-t-elle pas trop loin ? 

Il est maintenant temps que tu définisses et stipules clairement les objectifs de ton sujet. Sans t'éparpiller ni te répandre.

Citation de: David Manise
Ceci est un forum privé, de grande qualité, qui se donne collectivement pour but de prolonger des vies par l'échange d'informations de qualité.

La charte est simple :

Article 1 : Evitez d'être un c*nnard.  Postez du signal utile et pas de la branlette (bruit, polémique, questions creuses, etc.).
Article 2 : Ne cherchez pas à nous utiliser .

"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

09 janvier 2013 à 20:35:06
Réponse #15

** Serge **


L'article de fumeurdepipe est intéressant, parle de vie ou de mort, je voulait le partager.

C'est chose faite.
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //