Nos Partenaires

Auteur Sujet: Comment s'assurer de la qualité d'une source?  (Lu 3935 fois)

27 avril 2011 à 17:25:30
Lu 3935 fois

dolgan


Je sort une question du débat sur l'accident de Fukushima. La réponse risque de défoncer des portes ouvertes, mais il en ressortira je l'espère quelques petites choses interessantes.

Question:
Comment faites vous pour déterminer si une source vous semble sérieuse? Avez vous réfléchi à un protocole?


Celà est d'autant plus important quand on cherche des infos sur un sujet que l'on ne connait pas.

PS: Essayez de ne pas prendre le Nucléaire comme exemple. Censure? Non, juste histoire de dépassionner un peu me débat.

27 avril 2011 à 18:35:58
Réponse #1

athlon


1 - l'article cite ses sources - sinon je doute déjà
2 - la source provient d'un organe de presse reconnu - agence de presse par exemple, grande tv nat, radio....
3 - le ton et la tournure de l'article - si c'est à sens unique et que l'on cherche à imposer sans expliquer / juger.... je doute.
4 - je recoupe l'info sur un moteur de recherche majeur type google actualité
5 - j'ouvre mon esprit / sens critique
6 - je demande à ma mère  :lol:
...


"Sans déconner, les mecs...  La mort, ça dure longtemps..."

27 avril 2011 à 18:45:51
Réponse #2

Vincent


J'ai deja donne un debut de reponse dans le fil sur fukushima mais je vais en remettre un couche ici...

Mon protocole de verification d'une info passe par plusieurs filtres

Et surtout j'essaie de corroborer cette info grace a plusieurs sources, tout comme on peux demander un second avis medical, plusieurs devis a des garagistes differents ou autres professionnels.

Apres j'essaie valider tout ca en fonctions de mes connaissances et de mes experiences et je me forge mon opinion qui variera au gres des informations collectees.

Un dernier truc egalement : je me mefie des gens qui sont certains de detenir la verite... Ou qui mettent beaucoup trop de conviction pour essayer de me le prouver, et ca j'en suis certain ^^




27 avril 2011 à 18:49:57
Réponse #3

mirmidon


super idée que tu as  :doubleup:
j'ai moi aussi j'ai été obliger dans d'autres circonstances de donner des sources viables  :)
Simple recoupage pas 4 canaux différents: un spécialiste dans le domaine , un témoin de l'événement si possible  ,et un rapport d'un organisme d'état et cerise sur le gateau un tour sur certains sites (forums,blogs,français et étrangers) voila pour ma façon de faire quand c'est possible bien sure  cela répond t'il a la question  :)

c'est ma réponse  :)
je ne suis n'y pour n'y contre bien au contraire

27 avril 2011 à 19:04:43
Réponse #4

Vincent


Ca me parait etre une bonne methodologie, certes pas infaillible mais deja prudente.

Si je me base sur mon experience personnelle, il m'est regulierement arrive d'etre temoin ou parti prenante de faits qui une fois relatee dans les medias ( regionnaux ou nationnaux) avait une tout autre couleur quand a la situation telle qu'elle s'est deroulee.

Un gros probleme de nos jours est la profusion d'informations dont on nous abreuve par le biais de la tele, d'internet etc... C'est un bien mais egalement une arme a double tranchant redoutable car bien qu'il soit facile de faire circuler une info, on se rends vite compte aussi qu'il est tout aussi facile de faire circuler de la desinformation. Un bon esprit critique est de rigueur et encore ne reglera pas tout.

Beaucoup trop de gens pensent encore : je l'ai vu, entendu a la tele, la radio, sur le web donc c'est vrai... Il est toujours necessaire d'essayer d'avoir du recul et les reactions a chaud sont souvent sources d'erreur.

Un exemple recent concernant les crs dont des photos ont circulees les montrant entrain de boire des bieres... Etait ce lors d'une pause repas ? En service ? A la fin d'une mission ? Ben moi je ne le sait pas, je connais des crs, j'ai mon opinion la dessus mais denoncer des agissement rien qu'a la vue de photos ca me parait un peu rapide comme raccourci...

Comme des videos sur des " bavures" ou des actes de guerre, on ne connait ni le tenant, ni les aboutissants de la chose donc mefiance.

Regardez comment le massacre de katyn a ete utilise par les allemands et les russes durant la derniere guerre mondiale... Seule l'histoire a pu apporter une verite sur la chose et encore des doutes peuvent subsister... C'est pas evident de faire le tri quand on a trop d'info et ce n'est pas bon de n'avoir qu'une source. La question est difficile !

27 avril 2011 à 19:08:21
Réponse #5

Humain


Et surtout j'essaie de corroborer cette info grace a plusieurs sources, tout comme on peux demander un second avis medical, plusieurs devis a des garagistes differents ou autres professionnels.

Je suis absolument d'accord avec ça et avec l'ensemble de ce que tu as dit avec un bémol toutefois: il faut s'assurer que ces différentes sources qui semblent se recouper ne puisent elles-même à la même source. Ça semble enfoncer une porte ouverte mais pourtant ça arrive souvent.
Et toujours garder à l'esprit que les personnes les plus honnêtes, mettant au point des protocoles les plus parfaits possibles, ne sont pas à l'abri de l'erreur.

27 avril 2011 à 19:11:31
Réponse #6

Vincent


Tu as tout a fait raison et egalement raison de le rappeler !

Je rajouterais egalement que le recepteur de l'information ( nous quoi) peut aussi lui donner une couleur en fonction de plein de parametres (culturels, religieux, politiques, sentiments, etc...)

Garder une info claire et la tete froide n'est pas toujours evident dans certains cas...

27 avril 2011 à 19:40:16
Réponse #7

ghp


Avec la méthode en question, que je ne remet pas en cause, on obtient une opinion qui est une "moyenne des informations". C'est-à-dire finalement les opinions marginales ne sont pas représentées ou validées car jugées non fiables. Or, rien ne prouve que l'opinion majoritaire est systématiquement dans le vrai. 

Par exemple, si vous vous demandez si les laines minérales isolantes (laine de verre ou de roche) sont cancérigènes, vous allez recouper différentes sources. Le bilan des recoupements sera probablement que les laines minérales " ne peuvent être classées quant à leur cancérogénicité pour l'homme" (source : OMS + le web francophone avec les sites liés au secteur du bâtiment). Nous voila rassuré. Malheureusement, il est presque certain que les laines minérales sont cancérigène car elles se comportent grosso modo comme l'amiante. Seulement, comme pour l'amiante, les enjeux économiques sont tels que quelques années seront nécessaires avant de reclassifier les laines minérales.

En parallèle s'ajoute un facteur "confiance" en l'information. A un moment donné, soit on fait soit même l'étude en profondeur du sujet (on devient médecin et on étudie les cancers du poumons en essayant de voir un lien avec la laine de verre), ou alors, on accepte l'avis de tiers sur la question.

28 avril 2011 à 01:45:04
Réponse #8

Ronin2


Expérience personnelle,c'est bien aussi je trouve,même si cela peut demander du temps pour un sujet inconnu
Plusieurs sources aussi mais surtout des sources opposées,je trouve que cela aide à trancher
Par contre,en général,les grands médias me donnent le ton du mensonge...Faut dire qu'ils l'ont mérité quand même ;#
http://fr.wikipedia.org/wiki/Noam_Chomsky
Toutes les méthodes avancées sont aussi bonnes ls unes que les autres...Tout dépend du contexte...Dans une situation donnée la source sera bonne,et dans une autre,plus du tout.

Autre exemple:
Je suis végétarien.je fait du sport tous les jours,mes analyses sanguines sont très bonne...C'est donc pour moi une vérité et mes sources sont fiables...Ok
Une autre personne se sert des mêmes sources,mange la même chose que moi et fait le même sport que moi mais ne supportera pas le régime...La source n'est plus(pas) fiable pour lui.... ;#...

On présente une source parce qu'elle correspond à la somme de nos connaissances,personnellement ou en groupe(avant,la terre était plate et celui qui se risquait a dire le contraire passait sur le bûcher);mais cette somme à des limites et c'est en dehors de ces limites qu'il est interessant d'aller fouiller pour évoluer.
Sinon on se risque à dire à l'autre qui a une expérience differente de la notre,que ce qu'il dit ne vaut pas grand chose en rapport à notre(nos) source...Pas super comme communication.
Avoir raison ou avoir tors sont les deux mêmes menteurs...Tu as raison sur le moment,mais la seconde d'après tu as tors car le contexte a changé...

C'est pourquoi je ne pense pas que se limiter a avoir raison est satisfaisant et que c'est d'un échange et d'un mélange d'expérience que doit émerger nos opignons sur un sujet sur un moment donné.



28 avril 2011 à 07:34:17
Réponse #9

Humain


Expérience personnelle,c'est bien aussi je trouve,même si cela peut demander du temps pour un sujet inconnu
L'expérience personnel c'est bien, mais totalement insuffisant dans 90 pour cent des cas. Impossible de tirer une vérité universelle à partir d'un seul cas particulier! Un embryon de piste tout au plus...

Plusieurs sources aussi mais surtout des sources opposées,je trouve que cela aide à trancher
Absolument d'accord avec toi, à condition qu'en plus d'être opposées, elles présentent la même fiabilité, ce qui est rarement le cas.

Citer
Par contre,en général,les grands médias me donnent le ton du mensonge...Faut dire qu'ils l'ont mérité quand même ;#
L'expérience renouvelée de chaque jour semble montrer qu'on ne peut guère compter sur eux pour avoir une information loyale et objective, je suis d'accord.

Toutes les méthodes avancées sont aussi bonnes ls unes que les autres...Tout dépend du contexte...Dans une situation donnée la source sera bonne,et dans une autre,plus du tout.

Autre exemple:
Je suis végétarien.je fait du sport tous les jours,mes analyses sanguines sont très bonne...C'est donc pour moi une vérité et mes sources sont fiables...Ok
Une autre personne se sert des mêmes sources,mange la même chose que moi et fait le même sport que moi mais ne supportera pas le régime...La source n'est plus(pas) fiable pour lui.... ;#...
Là tu parles de ce qui est bon au niveau individuel.  La démarche n'est pas du tout la même lorsque on cherche une vérité correspondant à la globalité des humains où il est extrêmement important de prendre un vaste échantillon de la population pour justement lisser ces particularités individuelles. Cela n'a rien à voir avec la fiabilité d'une source. Si tel médicament permet de guérir telle maladie dans 99 pour cent des cas, ce n'est pas parce que ça ne marchera pas sur toi que les études ayant permis la mise sur le marché de ce médicament ne sont pas fiables.

On présente une source parce qu'elle correspond à la somme de nos connaissances,personnellement ou en groupe(avant,la terre était plate et celui qui se risquait a dire le contraire passait sur le bûcher);mais cette somme à des limites et c'est en dehors de ces limites qu'il est interessant d'aller fouiller pour évoluer.
Absolument. Raison de plus pour être très critique envers ces sources et pour rester humble. Fouiller en dehors des limites de nos connaissances communément admises est plus complexe car il faut faire le tri entre le charlatanisme parfaitement rodé, l'erreur faite de bonne foi, et les quelques perles de vérité complètement boudées pour le moment. Et malheureusement notre nature humaine nous pousse à croire facilement aux choses pour lesquels ont a besoin de croire en dépit du bon sens scientifique, celles qui apaisent nos peurs ou qui confortent notre vision du monde. C'est pourquoi même les plus intelligents peuvent se laissé piéger par l'irrationnel.
Et ceci sans parler de nos sens qui nous trompent facilement et des apparences qui peuvent sembler invalider une théorie pourtant exacte (ton exemple de la terre plate vs ronde ).

Avoir raison ou avoir tors sont les deux mêmes menteurs...Tu as raison sur le moment,mais la seconde d'après tu as tors car le contexte a changé...

C'est pourquoi je ne pense pas que se limiter a avoir raison est satisfaisant et que c'est d'un échange et d'un mélange d'expérience que doit émerger nos opignons sur un sujet sur un moment donné.

Oui, échanger des expériences, mais sans oublier que celui en face de nous nous n'est qu'un être humain, donc limité et faillible, ...... comme nous.

« Modifié: 28 avril 2011 à 08:14:22 par Humain »

28 avril 2011 à 09:21:35
Réponse #10

Bison


Bonjour,

Qu'est-ce qui fait que personnellement, j'accorde plus de crédit à telle information plutôt qu'à telle autre?

De prime abord, je suis allergique au "hype" - Discours "excité" et recherche de sensationnel.

Deuxièmement, je n'accorde aucune confiance à une info contenant des contradictions, mélangeant des vérités et des contre-vérités. Bref, une info "incohérente" prend le chemin de la poubelle. Je garde en mémoire un souvenire de son auteur, de son "parti", de son journal.

J'accorde peu de confiance aux commentaires des médias. Si une source est citée, je vais la lire, je vais vite voir éventuellement la source de la source. Et alors, il m'est arrivé de tomber sur des "organismes" vaiment peu fiables.

Je ne crois pas aux miracles.
Je me méfie des discours réducteurs, des auteurs qui prétendent détenir LA vérité, LA solution ...

Ok, on peut construire un mensonge bien ficelé.
Quand le discours a l'air cohérent, je me penche sur son auteur.
Si c'était un mensonge, à qui profiterait-il?

Une information factuelle, cohérente, émanent d'une autorité officielle, j'ai toujours une confiance limitée, car les autorités ont souvent de bonnes raisons de mentir. Et aucun scrupule à le faire.

Idem si l'auteur est un intégriste de l'un ou l'autre bord.

Alors, pour moi, je ne sais pas dire, dans un domaine où je ne suis pas "pointu" ce qui est vraiment vrai ...
Mais, dans beaucoup de cas, je sais vraiment dire si c'est une information de m*rde.

Il suffit qu'un seul des critères de confiance manque à l'appel ...
« Modifié: 28 avril 2011 à 10:26:49 par Bison »
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

28 avril 2011 à 09:57:25
Réponse #11

macagnaman


1 - l'article cite ses sources - sinon je doute déjà
2 - la source provient d'un organe de presse reconnu - agence de presse par exemple, grande tv nat, radio....
3 - le ton et la tournure de l'article - si c'est à sens unique et que l'on cherche à imposer sans expliquer / juger.... je doute.
4 - je recoupe l'info sur un moteur de recherche majeur type google actualité
5 - j'ouvre mon esprit / sens critique
6 - je demande à ma mère  :lol:
...

+1
et je rajouterai, j'écarte immédiatement tout discours où l'on éxagère voLontairement pour impressionner, comme si la vérité n'était pas suffisante... du genre un massacre de 5000 personnes, qui en soit est suffisant pour être révoltAnt et immonde, devient un massacre de 500 000 personnes... pourquoi mentir ? qu'est ce que ça change à part décrEdibiliser l'interlocuteur.
« Modifié: 28 avril 2011 à 15:24:47 par macagnaman »
La responsabilité est la conséquence logique de notre liberté.
(J.P Sartre).

28 avril 2011 à 10:43:08
Réponse #12

Bison


PS :

Il y a aussi le discours "langue de bois" ... qu'il faut savoir déchiffrer ...

 - "En toute sécurité" :  plus "bidon", tu meurs  :down:

 - "Par sécurité, pour des raisons de sécurité ... " :  cela signifie que l'on est pas vraiment capable d'expliquer, ou que l'on ne veut pas en discuter. Sinon, on aurait vite fait de les énumérer, ces raisons (ou au moins les principales), et ce serait plus convainquant.

 - "Conformément aux normes, aux prescriptions officielles, avec l'approbation des autorités de tutelle ..."  >:(
Là c'est le pire ... parce que ces normes et prescriptions sont toujours minimalistes. Parce que cela signifie que l'on se retranche derrière un "papier" alors que l'on devrait avant tout faire preuve d'intelligence.
Construire un réacteur en bord de mer en satisfaisant aux normes anti-sismiques sans envisager qu'un séïsme grave puisse être accompagné d'une tsunami tout aussi grave ... c'est pas vraiment intelligent ...
« Modifié: 28 avril 2011 à 11:23:00 par Bison »
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

28 avril 2011 à 14:52:28
Réponse #13

alexr


Avec la méthode en question, que je ne remet pas en cause, on obtient une opinion qui est une "moyenne des informations". C'est-à-dire finalement les opinions marginales ne sont pas représentées ou validées car jugées non fiables. Or, rien ne prouve que l'opinion majoritaire est systématiquement dans le vrai. 

C'est juste, mais quand on va contre le sens commun, contre l'opinion établie, il faut avoir un minimum de billes (d'arguments, de preuves, etc.). C'est ainsi que j'interprète la fameuse formule de Carl Sagan :

Citation de: Carl Sagan
Extraordinary claims require extraordinary evidence.

Traduction : les affirmations extraordinaires nécessitent des preuves extraordinaires.

(Voir aussi ces infos dans le Wikipédia anglophone.)

Concernant l'exemple que tu cites, celui du caractère potentiellement cancérigène des laines isolantes minérales : j'imagine que si on faisait une recherche dans la littérature, on trouverait des études argumentées qui s'interrogent sur la toxicité de ces matériaux, à cause de la similitude avec le mécanisme d'action de l'amiante. Si c'est le cas, pour moi, ça suffit pour appliquer un principe de précaution quand on manipule ces matériaux, même si l'OMS n'a pas encore pris en compte le problème.

De manière plus générale, je pense que pour pas mal de questions (voire la majorité), il ne faut pas espérer avoir des réponses tranchées, de type vrai/faux. Il va falloir travailler avec des probabilité de véracité : probablement exact, certainement faux, incertain, etc.

28 avril 2011 à 14:57:59
Réponse #14

Ronin2


Bonjour,
je rejoint aussi Bison sur la totalité de ses commentaires juste à un détail près:
Les sensationalistes...C'est sûr et certain,ils sont saoulants et leur méthode de communication est TRÈS maladroite et PEUT-ÊTRE issue d'un je ne sais quoi de frustration...Il faut s'en méfier comme de la peste comme on dit.Nous sommes d'accord. ;)

MAIS;ma modeste expérience de la recherche de l'information sur le terrain m'a appris (et ce n'est sûrement pas une vérité universelle) que ce n'est pas parce que l'info arrive n'importe comment et souvent chargée de "poids" inutiles voir "toxiques" qu'il n'y a rien à en tirer...Même si c'est un mensonge,c'est interressant car qu'est-ce -que vient cacher réelement ce mensonge...?Dans quel but?Où est-ce que l'on veux nous amener?Etc...Etc...

Évidement,il faut avoir le temps pour décortiqurer tout cela et si l'urgence se fait sentir,il faut souvent aller à l'essenciel...Et c'est pour cela,je pense,que les professionnels de la recherche du renseignement,s'enterrent,se déguisent,bref,usent de subterfuges physiques et/ou mentaux...Pour,entre autre,le Temps.

Donc,je n'écarte pas forcément TOUTES les sources douteuse ou alarmistes,même si elles m'exaspèrent,car,il n'y a pas de fumée sans feu et des fois,la maladresse n'est pas forcément synonyme de mensonge.Mais il faut rester prudent.Et avoir/se donner le temps.
Ne pas avoir trop peur de bousculer ses modèles mentaux pour sortir des limites de nos croyances profondes car nous aurions tendance à nous y accrocher un peu comme des singes(effet chimpanzée  ;D ? )...
Facile a dire,j'en conviens;interressant à mettre en oeuvre.. ;)
« Modifié: 28 avril 2011 à 15:13:00 par Ronin2 »

28 avril 2011 à 15:11:38
Réponse #15

Ronin2


De manière plus générale, je pense que pour pas mal de questions (voire la majorité), il ne faut pas espérer avoir des réponses tranchées, de type vrai/faux. Il va falloir travailler avec des probabilité de véracité : probablement exact, certainement faux, incertain, etc.

Oui c'est ce que je pense aussi...Souvent j'observe et je me surprend aussi à avoir la pensée:A est vrai,B es faux ou A est faux et B est vrai...Mais peut-être qu'il peu y avoir d'autres solution,comme:A et B  sont vrais ou A et B sont faux...Ou pour rigoler un peu:A et B ne sont ni vrai ni faux,ils n'existent pas... ;D

28 avril 2011 à 17:22:43
Réponse #16

Bison


Citation de: Ronin2
MAIS;ma modeste expérience de la recherche de l'information sur le terrain m'a appris (et ce n'est sûrement pas une vérité universelle) que ce n'est pas parce que l'info arrive n'importe comment et souvent chargée de "poids" inutiles voir "toxiques" qu'il n'y a rien à en tirer...Même si c'est un mensonge,c'est interressant car qu'est-ce -que vient cacher réelement ce mensonge...?Dans quel but?Où est-ce que l'on veux nous amener?Etc...Etc...

C'est fou ce qu'un mensonge débusqué peut révéler de vérités cachées !  ;D
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

28 avril 2011 à 17:32:28
Réponse #17

sebastienb


Perso je regarde l'environnement de la source : la source est-elle vue comme une autorité et par qui ? la source est-elle liée à quelques groupes d'intérêts ? Je regarde également le consensus s'il existe. Bien sûr il y a des complots,  des génies isolés et des signaux faibles mais dans bien des cas le consensus est plus probable que l'opinion dissidente. Je regarde aussi le fond : l'argumentation est-elle sérieuse, logique ? Enfin il y a des sources dont je me méfie plus que d'autres, les machinvox et truc89...

28 avril 2011 à 18:07:46
Réponse #18

Moleson


La majorité des sources citées, sont des affirmations et non des sources....

On dit, ils, les experts, le blog machin, les médias etc...

Pour que j'estime une information crédible, je veux connaitre sa provenance, qui a mesuré, comment et est-ce-que c'est reproductible.

Si j'ai qu'une source qui semble crédible, je recherche ses connections, accointances et intérêts.

Dans la grande majorité des cas, il y a  à l'origine d'une affirmation (par exemple il y x milliers de morts/an due au poussières fine) une étude. Là ça vaut la peine de la trouver, de la lire et de la comprendre. Ce qui souvent relativise beaucoup les affirmations que deviennent des vérités qui en découlent.

Il vaut aussi la peine, de confronter des mouvements de fonds comme l'allongement constant de la durée de vie ainsi que de la qualité de vie avec des affirmation alarmistes où apparemment nous sommes entourés des dangers mortels allant de pis en mal.

Moléson

28 avril 2011 à 18:31:49
Réponse #19

Ronin2


Ou encore A et B sont vrais et faux, selon le point de vue d'où je les regarde...

Et le vide existe ou n'existe pas, puisqu'il est plein de matières et d'énergies inconnues   :D (Théorie de la matière noire)
Aussi.... :)
Pour le reste,mécanique quantique je dirait...

28 avril 2011 à 20:05:17
Réponse #20

Moleson


J'aimerais porter à votre attention cet information provenant d'une source digne de foi. L'industrie et même la politique méprisent tous les appels à la prudence concernant l'utilisation de ce produit le monoxyde de di-hydrogène.

* son inhalation, même en faible quantité, peut causer une mort par asphyxie ;
* sa forme gazeuse peut causer de graves brûlures ;
* le contact prolongé avec sa forme solide provoque des lésions des tissus ;
* il est un élément principal des pluies acides ;
* il contribue à l’érosion des sols ;
* il est relâché en grande quantité par les centrales nucléaires, directement dans les rivières et les mers, ou bien dans l'atmosphère ;
* il peut être à l’origine de catastrophes écologiques diverses et variées lors d’intempéries ;
* sous sa forme gazeuse, c'est un puissant gaz à effet de serre ;
* on le trouve en très fortes concentrations dans les océans mais il pollue aussi de nombreux fleuves et rivières ;
* sa forme solide peut provoquer de graves troubles, voire des accidents irrémédiables, par exemple pour le transport maritime ;
* sa forme poudreuse, en particulier concentrée en plaques instables, peut être un obstacle au développement harmonieux des loisirs de montagne ;
* il provoque la corrosion et la destruction des métaux et des appareils électriques ;
* il augmente considérablement les risques en présence de conducteurs électriques sous tension ;
* une ingestion excessive peut causer des effets néfastes pouvant aller jusqu’à entraîner la mort ;
* il a été retrouvé dans les tumeurs de malades du cancer en phase terminale ;
* in vitro, il provoque l’éclatement des cellules humaines ;
* même après rinçage prolongé, il en reste toujours des traces ;
* il est utilisé dans des cas de torture ou lors d'interventions policières contre des manifestants ;
* 100% des jeunes délinquants en consomment ;
* Son exposition diminue l'efficacité des freins automobiles ;
* il présente à la fois un caractère acide et basique ;


Moléson

28 avril 2011 à 20:22:52
Réponse #21

Vincent


Monoxide dihydrogene... H2o donc... Joli !

Chapeau bas !

Une information tres pertinente et tellement vraie ! Tout est dans l'" emballage"

28 avril 2011 à 20:34:15
Réponse #22

dolgan



28 avril 2011 à 21:28:49
Réponse #23

mazel


J'aimerais porter à votre attention cet information provenant d'une source digne de foi..

 Et l'affaire Sokal et Bricmont, mais là il y a embrouille..

Les faux prophètes:

 Alan Sokal, savant enseignant la physique à l’université de New York, a envoyé en 1996 un texte faussement scientifique à une revue de réputation mondiale:" il a montré que des références terrorisent assez les scientifiques pour endormir leur esprit critique."  Sans commentaire…
 Eh bien si justement, les commentaires ont afflué et secoué les milieux scientifiques et de la science humaine pendant trois ans. Certains gourous, n’ y voyant que du feu, y ont même vu le support manquant appuyant leurs élucubrations. Notamment même plus tard à élaboration de la fameuse histoire de ‘la mémoire de l’eau’.   

 Cet article, qui n’a pas vieilli de Jean-François Revel de l’Académie Française et paru dans © Le Point du 11 octobre 1997, pp. 120-121.

http://peccatte.karefil.com/SBPresse/LePoint111097.html

De toute façon, user de son intelligence pour se moquer n’est ni très beau, ni très éthique

 Jl Mazel
« Modifié: 28 avril 2011 à 22:11:55 par mazel »

29 avril 2011 à 10:01:15
Réponse #24

dolgan


Moi ma démarche ressemble aussi beaucoup à ce qui a été dit:
1) le ton employé: plus c'est vindicatif et moins je fais confiance. j'ai trop souvent rencontré des gens de bonne volonté qui mentaient comme des arracheurs de dent car "leur cause est juste et le justifie."

2) Je confronte avec mes maigres connaissances.

3) Si il y a une connerie, tout le reste est à prendre avec des pincettes. 2 conneries, je jète et je le note dans un coin de ma tête.

4) je réfléchis à l'info qui m'est donné et aux conclusions qui en sont tirés. Certains sont des spécialistes à ce petit jeu: ils utilisent des chiffres, mais leur font dire l'inverse de leur sens réel.

5) Si on me cite un personnage "éminament reconnu", je fais une petite recherche gogole sur lui. Un CV peut parfois en dire long sur la fiabilité d'un personnage. Celà dit, un CV élogieux ne garanti pas tout non plus. Trop nombreux sont les scientifiques prêts à se vendre pour une poignée de dollard ou plus souvent pour passer à la télé. (Par exemple, la NASA fait semblant d'avoir découvert la vie extra-terrestre tous les 6mois en moyenne dans une stratégie de communication bien rodée. à chaque fois, c'est une découverte assez banale, mais qui permet de passer aux JT.)

6) Si je peux croiser l'info entre plusieurs sources, c'est bien. idéalement 2 sources aux intérêts opposés. (ex: criirad et areva)

7) J'applique souvent quand c'est scientifique le filtre suivant: " rien ne se crée, tout se transforme".  Et c'est fou ce que peut éliminer comme bruit avec cette simple règle apprise au collège. (par exemple les moteurs à eau)

8 ) Pour les médias, il y a presque toujours un fond de vérité. mais trop souvent, l'info est déformée. généralement par sensationnalisme, parfois par imcompétence et parfois par complaisance. Pour cette raison, j'aime assez lire "courrier internationnal" ou regarder le JT belge ou sur ARTE. L'info y est filtrée/interprétée différement, ça permet parfois de mieux comprendre certaines choses.

9) Les Institutions mentiront généralement par ommission ou en effectuant des biais (méthodes de calcul du chomage, du pouvoir d'achat, ...) . On le sait, et on connait assez bien leur structure et intérêt. On peut donc en tenir compte.
Par contre, je leur fais relativement confiance sur des données brutes: le taux de mercure dans la chair de molusque c'est vérifiable. Et le truquer c'est la garantie de le voir leur revenir à la gueulle un peu plus tard.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //