Nos Partenaires

Auteur Sujet: Le nucléaire en France : il n'y a pas d'alternatives ?  (Lu 9444 fois)

18 mars 2011 à 14:13:52
Réponse #50

Lolo94


La réflexion et l'action individuelle, le débat publique, le vote, l'action des politiques, et finalement la réaction de la société, sont des choses distinctes, qui interagissent, mais ne sont pas des conséquences directes et prévisibles les unes des autre. Il n'y a pas lieu d'opposer l'un à l'autre, il faut agir sur tous les plans possibles, chacun selon ses moyens et sa volonté.

18 mars 2011 à 17:26:58
Réponse #51

dolgan


et finalement qu'un seul barrage de ce type construit dans le monde.

de mémoire, il y en a eu au moins 2: un en france et un autre en russie. Tous les deux produisent ou ont produit de l'electricité.
Mais la conclusion reste la même: ça a beau marcher, c'est pas duplicable.

Pour l'hydro-electricité, dans les pays riches, ont est depuis longtemps très proche du max que le relief nous permet de faire. il reste d'énormes potentiels dans d'autre pays.
Reste aussi l'hydro au fil de l'eau (genre le vieux moulin) avec des minis chutes d'eau. mais le potentiel est pas énorme. ou alors il faut betonner énormément.

18 mars 2011 à 17:32:34
Réponse #52

macagnaman


et la biomasse ?
et les gaz de caca  :o
Imaginons les couloirs de métro et de grandes surface entièrement éclairées à l'aide de la récupération de l'energie de pas des gens au sol, je suis sur que c'est faisable.
La solution, si elle existe viendra d'un ensemble de mesure je pense, pas d'un produit miracle.
La responsabilité est la conséquence logique de notre liberté.
(J.P Sartre).

18 mars 2011 à 19:55:32
Réponse #53

Bison


Citer
(Hydro-électricité) il reste d'énormes potentiels dans d'autre pays.

Il "suffirait" de déplacer les industries grosses consommatrices vers ces régions favorisées ...

Mais cela signifie aussi qu'il faudrait garantir la sécurité de ces investissements sur le long terme, ce qui n'est pas évident par exemple pour Inga.
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

18 mars 2011 à 20:33:50
Réponse #54

dolgan


Il "suffirait" de déplacer les industries grosses consommatrices vers ces régions favorisées ...

tu l'as rêvé, la mondialisation l'a déjà fait en grande partie. Et ce sont pas forcément des régions favorisés (comparé à leurs besoins). juste des régions où l'on n'a pas encore construits tous les barrages possibles.

il y a eu une etude là dessus, mais ça fait une éternité que je l'ai lue. je ne sais plus d'où elle venait.


euh c'est qui/quoi inga?

18 mars 2011 à 20:39:49
Réponse #55

Bison


Tu vois à quel point une des sources potentiellement "sans limite" est mal connue?

Allez, un indice :  Philippe de Dieuleveult ...
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

18 mars 2011 à 21:00:18
Réponse #56

Kilbith


Pour l'hydro-electricité, dans les pays riches, ont est depuis longtemps très proche du max que le relief nous permet de faire.
Au delà des sites potentiels, se pose aussi des problèmes de préservation de l'environnement (comme pour les éoliennes).


Ceci dit, ce n'est pas parce qu'en France on a exploité pratiquement tout ce qui était possible en hydro électricité que l'on a fait le maximum pour la production électrique.

Par exemple, dans les Pyrénées les centrales hydro électriques ont été très mal entretenues ces trente dernières années. Principalement parce que les investissements allaient au nucléaire et que l'hydro électricité cela faisait "ringard" et ne méritait pas de mobiliser l'attention des meilleurs ingénieurs d'EdF.

Conséquence : la disponibilité du parc a progressivement chuté (turbines usées, conduites et tunnels plein de fuites, retenues se comblant), la production électrique à baissé au point  qu'EDF a du entreprendre de très gros travaux en urgence ces dernières années. Ce qui rend indisponible ces centrales durant de longs mois actuellement.

D'une certaine manière c'est un exemple concret des problèmes engendrés par l'option du "tout nucléaire"  qui caractérise la France.

 ;)


[EDIT]
-Un article du journal local ici sur la situation en 2007: http://www.ladepeche.fr/article/2007/06/06/1272-Hautes-Pyrenees-Barrages-EDF-nouveau-rapport-inquietant.html
- Un article de 2009 sur les travaux entrepris depuis : http://www.ladepeche.fr/article/2009/12/15/737575-Energie-les-barrages-font-leur-grand-lifting.html

« Modifié: 19 mars 2011 à 10:22:48 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

19 mars 2011 à 01:17:13
Réponse #57

Dadou


J'ai retire mon message de "Séisme au Japon : le pire est a craindre ?" pour le poster ici (c'est mieux approprie). Parce certains ici-meme semblent penser le contraire (peut-etre ont ils simplement l'esprit de contradiction), je voudrais dire que, je ne crois pas que l'idee de "diminuer le nombre de centrales nucléaires" en France serait une "régression" (a moins je repete de penser le contraire par conviction... ou bien d'avoir intérêt a penser que le nucléaire soit une panacée ou un "moindre mal").
Personnellement, je ne vois pas l’intérêt du Nucleaire. Par quoi le remplacer en revanche ? Je ne sais pas, mais sachant ce qu'il vient de se produire au Japon très récemment, ma conviction anti-nucleaire ne fait que se renforcer bien entendu.
Loin du debat sur le chaos que sont en train de vivre les habitants du Japon en ce moment (j'ai de la famille la bas... dans le Kansai et tout naturellement, je m’inquiète mortellement pour eux), la généralisation du débat sur la necessite d'abandonner le nucléaire et la question de savoir quelles autres énergies (en quelle quantite et pour faire quoi?) remplaceront le nucléaire, constituent deja un progres et un debut de victoire... face au lobby du nucléaire... (lobby très puissant....cf. Tchernobyl et le traitement politique de l'information en France par des "scientifiques")

L'idee de "revenir en arriere"... est certainement difficile ou impossible a imaginer pour les tenants du "Progres" (un concept tres flou soit-dit en passant), mais s'agissant des énergies, on se demande si penser en terme de survie "chaque jour" ne nous permettrait pas de faire d'abord des economies pour pouvoir un jour changer de modèle.
La situation que vivent les Japonais aujourd'hui... en train de souffrir l’expérience de la rareté des énergies (a Tokyo notamment) ne m'a jamais autant fait réfléchir sur ma propre consommation que jusqu’à maintenant. Avons nous besoin du nucléaire ? Difficile peut-être de poser la question en ces termes, mais on aimerait bien avoir des réponses parfois.
Lorsque le nucléaire se casse la gueule, non seulement on en creve, mais en plus on est dans la m... (pénurie). On cherche des solutions pour vivre un monde sans nucléaire. Qu'est-ce que cela a t'il de si ingrat ? 
Je prie pour que les Japonais s'en sorte, et que les cancers de mes proches ne se généralisent pas trop vite...

19 mars 2011 à 12:12:24
Réponse #58

bowmeg84


Il est possible de faire du nucléaire sûr !

Ce n'est qu'une histoire de pognon, et d'acceptation d'un équilibre Bénéfice/Risque/cout.

La preuve en est que bcp dénonce le cout de la recherche sur la fusion nucléaire. Pourtant avec cette technologie, les accidents passés ne serait pas possibles. (pas possible au sens que les lois de la physique font que c'est impossible).

Il faudra s'attendre à une hausse de l'électricité pour financer des centrales nucléaires plus sûres, puisque maintenant l'opinion collective est prête à payer pour des centrales plus sûres.

Les énergies renouvelables c'est bien, il faut l'encourager. Pourtant, avec toute la meilleure volonté du monde, cela ne couvrira pas les besoins mondiaux.

D'autre part, d'un point de vue thermodynamique, le Système Terre et la vie sur Terre existe grâce au Soleil.
Si le moindre rayon de soleil est transformé en électricité, alors plus de photosynthèse, plus de plantes, plus d'oxygène, plus de vent, plus de pluie, plus de courant marin, etc... La vie s'éteint !

Idem si le moindre souffle d'air est transformé en électricité, plus de vent, plus de pluie, plus d'équilibre thermique, etc...la vie s'éteint !

C'est un principe de thermodynamique.


Donc oui, nous pouvons développer les énergies renouvelables jusqu'au point ou cela ne perturbe pas l'équilibre de l'écosystème de la Planète bleue....
Mais comme personne ne connait le point d'équilibre, le jour ou l'homme découvrira les effets du déséquilibre, ce sera trop tard... (Pensez déjà au CO2 !)


19 mars 2011 à 13:47:36
Réponse #59

Le Barbu'


Tu m'explique la cohérence entre :


Citer
Il est possible de faire du nucléaire sûr !
*

et

Citer
Ce n'est qu'une histoire[...]d'acceptation d'un équilibre Bénéfice/Risque/cout.



Je ne suis pas anti-nucléaire, n'empêche qu'il s'agit d'une forme d'énergie qui comporte un risque dans son exploitation, tout comme les mines de charbon etc etc  :closedeyes:


Tout a fait par hasard, j'ai entendu au JT hier soir que les "liquidateurs" irradié de Tchernobyl avaient été enterré a distance des autres tombes, question de radioactivité... :-\






On peut toujours se consoler en se disant qu'on ne saura même pas nous mêmes qu'on est mort.


La vie est une comédie italienne : tu pleure tu ris, tu ris tu pleurs...

20 mars 2011 à 20:49:36
Réponse #60

soyot



21 mars 2011 à 20:57:58
Réponse #61

bowmeg84


Bjr,

En réponse à Strength, je dis qu'il est possible de faire du nucléaire sûr. Il suffit de mettre le prix !
C'est donc un arbitrage bénéfice/risque/cout qui conduit à prendre en compte des critères de dimensionnement vraisemblable, au regard du cout que cela génère.
Le tout est de définir ce qu'est un critère de dimensionnement vraisemblable. C'est en partie le rôle d'une autorité de Sûreté de fixer des critères en regard d'un cout économiquement supportable.

A+


21 mars 2011 à 21:12:48
Réponse #62

Moleson


Bjr,

En réponse à Strength, je dis qu'il est possible de faire du nucléaire sûr. Il suffit de mettre le prix !
C'est donc un arbitrage bénéfice/risque/cout qui conduit à prendre en compte des critères de dimensionnement vraisemblable, au regard du cout que cela génère.
Le tout est de définir ce qu'est un critère de dimensionnement vraisemblable. C'est en partie le rôle d'une autorité de Sûreté de fixer des critères en regard d'un cout économiquement supportable.

A+



Je ne suis pas du tout convaincu. En investissant de plus en plus dans la sécurité on va effectivement diminuer le risque résiduel, d'ailleurs de manière linéaire quand les coûts augmentent de manière exponentiels.

Le problème n'est pas là, le problème est peut on en Europe se permettre en zone peuplée un accident nucléaire, même si la probabilité est infime?
Et seconde question que peut on se payer pour le coût d'une centrale nucléaire, le retraitement du combustible, le démantèlement de la centrale ainsi que les coûts engendrés par une sécurité maximale.

Finalement vient s'ajouter un fait non chiffrable. Les avancées technologiques on toujours été marqué par des accidents spectaculaire, qui ont permis de mettre en place des stratégies visant à éviter ces accident et à rendre ces technologies moins dangereuses.

Le nucléaire à bien sur pas échappé à cette tendance, il suffit de penser à Tchernobyl, Three-mile.Island et d'autres accidents. De chaque accident on a tiré des conséquences qui on été intégrées dans la construction de nouvelles centrales ou dans leur modernisation.

Mais cela ne suffit pas. Actuellement on se rend compte que les Japonais ont fait de très graves erreurs de conceptions qui ont amené au désastre actuel. Alors on peut me répondre un tremblement de terre magnitude 9 c'est pas vraiment courant aussi peu qu'un Tsunami monstrueux.... et pourtant au Japon ces deux évènements sont prévisible tout autant qu'une rupture de barrage pour une centrale nucléaire en Europe située en aval dudit barrage.
Et pourtant il y a eu des erreurs.
les Japonais sont loin d'être des idiots et leurs ingénieurs valent largement les notre et ils ont aussi peu envie que nous d'un accident et pourtant c'est arrivé.

La question est pouvons nous nous permettre d'attendre un accident pour savoir quelles sont les erreurs que nous avons commises ??

Je crois que non.

Moléson

21 mars 2011 à 21:30:20
Réponse #63

Le Barbu'


Citer
peut on en Europe se permettre en zone peuplée un accident nucléaire, même si la probabilité est infime?


Voilà ce que je sous-entendais : il y a des secteurs ou l'erreur (grave) n'est tout simplement pas permise !

Le nucléaire en fait partie, mais ce n'est pas le seul dans la liste, l'aéronautique civile, avec la redondance des systèmes intégré aux avions de ligne montre a quel point les constructeurs désirent minimiser la possibilité qu'un incident de faible gravité conduisent a un accident dramatique
On peut toujours se consoler en se disant qu'on ne saura même pas nous mêmes qu'on est mort.


La vie est une comédie italienne : tu pleure tu ris, tu ris tu pleurs...

21 mars 2011 à 21:48:27
Réponse #64

soyot


peut on se payer pour le coût d'une centrale nucléaire, le retraitement du combustible, le démantèlement de la centrale ainsi que les coûts engendrés par une sécurité maximale.

Et quand on dit que l'électricité nucléaire n'est pas chère, on fait abstraction de ces coûts en aval.

05 avril 2011 à 23:08:08
Réponse #65

Bison


Modération
Bon, j'ai fait le ménage.

J'ai lu trop de "n'importe quoi".
Sorry pour ceux qui ont posté du signal.

Mais ceci n'est pas le lieu pour un débat entre les pro et les anti-nucléaires.

C'est un débat sur les alternatives éventuelles ...

Je sais que ce n'est pas facile de rester réaliste, de vérifier les sources, de faire quelques calculs qui restent cependant relativement simples si on connait un peu la question.

Mais si c'est trop difficile de discuter sérieusement de choses sérieuses, alors, on passe en mode écoute, ok?
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //