Nos Partenaires

Auteur Sujet: 11th of November - Lest We Forget  (Lu 2852 fois)

11 novembre 2007 à 12:21:13
Lu 2852 fois

** Serge **






In Flanders fields the poppies blow
Between the crosses, row on row,
That mark our place; and in the sky
The larks, still bravely singing, fly
Scarce heard amid the guns below.
We are the Dead. Short days ago
We lived, felt dawn, saw sunset glow,
Loved, and were loved, and now we lie
In Flanders fields.
Take up our quarrel with the foe:
To you from failing hands we throw
The torch; be yours to hold it high.
If ye break faith with us who die
We shall not sleep, though poppies grow
In Flanders fields.
— John McCrae








http://news.bbc.co.uk/cbbcnews/hi/find_out/guides/uk/remembrance_day/newsid_2438000/2438207.stm
http://news.bbc.co.uk/cbbcnews/hi/find_out/guides/uk/remembrance_day/newsid_2438000/2438201.stm
http://news.bbc.co.uk/cbbcnews/hi/find_out/guides/uk/remembrance_day/newsid_2438000/2438313.stm
http://news.bbc.co.uk/cbbcnews/hi/find_out/guides/uk/remembrance_day/newsid_2438000/2438319.stm

http://www.firstworldwar.com/features/armistice.htm


http://fr.wikipedia.org/wiki/Armistice_de_1918

http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/11_novembre.html
http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=19181111





http://www.crdp-reims.fr/memoire/lieux/1GM_CA/cimetieres/menu_francais.htm
http://www.crdp-reims.fr/memoire/lieux/1GM_CA/cimetieres/menu_britanniques.htm
http://www.crdp-reims.fr/memoire/lieux/1GM_CA/cimetieres/polonais/auberive.htm
http://www.crdp-reims.fr/memoire/lieux/1GM_CA/cimetieres/russes/saint_hilaire.htm
http://grandeguerre1418.unblog.fr/tag/cimetieres-militaires/
http://grandeguerre1418.unblog.fr/2007/05/04/cimetiere-militaire-americain-de-oise-aisne-seringes-et-nesles-02-aisne/
http://www.lesmortspourlafrance80.fr/fricourt%20lavieville/fricourt.htm
http://www.memorial-chemindesdames.fr/pages/cimetieres.asp
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

11 novembre 2007 à 12:38:37
Réponse #1

piedsnussurlaterresacrée


salut serge
je sort de le ceremonie de mon petit village asser emouvent!!!

11 novembre 2011 à 12:34:21
Réponse #2

** Serge **




                       
« Modifié: 11 novembre 2011 à 20:18:57 par ** Serge ** »
"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

11 novembre 2011 à 12:43:42
Réponse #3

Gofannon


''Ce n'est pas la façon dont la lame est aiguisée qui fait le talent du sabreur.'' Yvan Andouart
''Le couteau a beau être tranchant, il ne peut tailler son manche.'' Mahmud de Kachgar

11 novembre 2012 à 15:52:38
Réponse #4

** Serge **


"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

11 novembre 2012 à 17:32:39
Réponse #5

Kilbith


"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

11 novembre 2012 à 22:35:48
Réponse #6

Nathan-Brithless


L'eau se referme derriere le poisson qui avance

11 novembre 2013 à 01:47:18
Réponse #7

** Serge **


"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

11 novembre 2013 à 02:59:54
Réponse #8

Dox



Citer
La Première Guerre mondiale - tome 1

Voici l’ouvrage de référence sur la Première Guerre mondiale. Sous la direction de Jay Winter, professeur à l’université de Yale, avec le Centre internationale de recherche de l’Historial de la Grande Guerre et coordonné par Annette Becker, il réunit les plus grands spécialistes internationaux du conflit. Il paraît simultanément chez Fayard et dans la très prestigieuse collection « Cambridge History », au Royaume-Uni.
Véritable œuvre transnationale, et manifeste d’une génération d’historiens, ce livre englobe tous les espaces et les temps de la guerre qui, si elle est née en Europe, devient très vite mondiale par le jeu des Empires coloniaux des grandes puissances. Premier volume d'une trilogie, Combats montre que la guerre, pensée en différents fronts, a été par bien des aspects totale : les combats, terrestres, aériens, navals et les soldats ne peuvent se comprendre sans les fronts « domestiques », d’occupations, de prisonniers et de réfugiés, dans les usines, les champs et les écoles – questions qui sont au cœur des volumes 2 : Etats, et 3 : Sociétés.
A l’heure du centenaire, ce livre, appelé à faire date, porte la plume d’une mémoire encore à vif, en deuil de près de 10 millions de combattants et de centaines de milliers de civils. Il soulève le voile des illusions perdues pour retrouver la guerre, telle qu’elle fut.

Jay Winter est professeur d'histoire à l'université de Yale aux Etats-Unis, auteur de nombreux ouvrages, notamment, avec Antoine Prost, de Penser la Grande Guerre (Seuil, 2004) et, plus récemment, d'une biographie de René Cassin (Fayard, 2011).

Annette Becker, coordinatrice de l’ouvrage, est professeur d’histoire à l’université de Paris Ouest-Nanterre La Défense et membre senior de l’Institut universitaire de France. Spécialiste des deux guerres mondiales, elle est notamment l’auteur de Apollinaire, une biographie de guerre (Tallandier, 2009) et des Cicatrices rouges, 1914-1918, France et Belgique occupées (Fayard, 2010).

 

 Traduit de l’anglais par Jacques Bonnet, Pierre-Emannuel Dauzat, Odile Demange et Sylvie Lucas.

11 novembre 2013 à 15:34:53
Réponse #9

Mishkin


Bonjour,

Henri Barbusse, le Feu.

-Nous ne sommes pas des soldats, nous, nous sommes des hommes, dit (un soldat).
L'heure s'est assombrie et pourtant cette parole juste et claire met comme une lueur sur ceux qui sont ici, à attendre, depuis ce matin, et depuis des mois.
Ils sont des hommes, des bonshommes quelconques arrachés brusquement à la vie.
Comme des hommes quelconques pris dans la masse, ils sont ignorants, peu emballés, plein d'un gros bon sens, qui, parfois, déraille; enclins à se laisser conduire et à faire ce qu'on leur dit de faire, résistants à la peine, capables de souffrir longtemps.
Ce sont des hommes simples que l'on a simplifiés encore, et dont, par la force
des choses, les seuls instincts primordiaux s'accentuent : instinct de conservation, égoïsme, espoir tenace de survivre toujours, joie de manger, de boire et de dormir.
Par intermittence, des cris d'humanité, des frissons profonds, sortent du noir et du silence de leurs grandes âmes humaines.
(...)
Ce ne sont pas des soldats : ce sont des hommes.
Ce ne sont pas des aventuriers, des guerriers, faits pour la boucherie humaine - bouchers ou bétail.
Ce sont des laboureur et des ouvriers qu'on reconnait dans leurs uniformes. Ce sont des civils déracinés. Ils sont prêts. Ils attendent le signal de la mort et du meurtre; mais on voit, en contemplant leurs figures entre les rayons verticaux des baïonnettes, que ce sont simplement des hommes.
Chacun sait qu'il va apporter sa tête, sa poitrine, son ventre, son corps tout entier, tout nu, aux fusils braqués d'avance, aux obus, aux grenades accumulées et prêtes, et surtout à la méthodique et presque infaillible mitrailleuse - à tout ce qui attend et se tait effroyablement là-bas - avant de trouver les autres soldats qu'il faudra tuer.
Ils ne sont pas insouciants de leurs vies comme des bandits, aveuglés de colère comme des sauvages.
Malgré la propagande dont on les travaille, ils ne sont pas excités.
Ils sont au dessus de tout emportement instinctif. Ils ne sont pas ivres, ni matériellement, ni moralement.
C'est en pleine conscience, comme en pleine force et en pleine santé, qu'ils se massent là, pour se jeter une fois de plus dans cet espèce de rôle de fou imposé à tout homme par la folie du genre humain.
On voit ce qu'il y a de songe et de peur, et d'adieu dans leur silence,
leur immobilité, dans le masque de calme qui leur étreint surhumainement le visage.
Ce ne sont pas le genre de héros qu'on croit, mais leur sacrifice a plus de valeur que ceux qui ne les ont pas vus ne seront jamais capables de le comprendre.



à+

Mishkin

11 novembre 2013 à 18:55:31
Réponse #10

Pouçot



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //