Nos Partenaires

Auteur Sujet: Important - Besoin d'infos sur l'université : ai-je mes chances ?  (Lu 3493 fois)

15 février 2011 à 15:26:43
Lu 3493 fois

Le Barbu'


Bonjour a tous,






Je souhaite reprendre des études car, étant chômeur (et la crise aidant) il est devenu difficile de trouver un emploi.



J'ai choisi l'université pour sa méthode d'enseignement particulière incitant les étudiants a se montrer curieux dans leurs recherches (dieu sait que j'aime les bibliothèques !).



Tout d'abord, je vais vous donner mon relevé de notes obtenu au BAC STG pour les matières générales :


- Français écrit = 9/20
             Oral   = 18/20

- Histoire Géo   = 11/20

- Anglais          = 10/20



Maintenant, voici les Licences qui me font de l'oeil, dans l'ordre de préférence :


1) Licence de Sociologie
2  Licence de Science-po
3) Licence d'Information / communication.



A noter que j'adore lire, j'ai un goût prononcé pour les sciences-humaines et les faits de société (pourquoi les gens agissent ainsi ? pourquoi eux et pas d'autres etc ?), la vie politique, j'irais jusqu'à dire que cet curiosité là qui débouche sur des recherches personnelles (alors que rien ne m'y oblige) est une de mes passions !



Cela étant dit, pouvez-vous me dire si j'ai mes chances dans l'une de ces trois licences où bien s'il s'agit d'un rêve ? que pensez-vous des débouchées propre a chacune ? la quantité de travail est elle importante ?

A combien revient l'ensemble des frais d'une license a Lyon (soit 3ans) ?







Quoi qu'il en soit je vous remercie par avance de vôtre aide. :up:
On peut toujours se consoler en se disant qu'on ne saura même pas nous mêmes qu'on est mort.


La vie est une comédie italienne : tu pleure tu ris, tu ris tu pleurs...

15 février 2011 à 16:03:08
Réponse #1

Patrick


1) Licence de Sociologie
2  Licence de Science-po
3) Licence d'Information / communication.
Franchement pour trouver du taf les licences sont beaucoup trop juste, sans expérience en plus. Les licences pro, les BTS et DUT cycles courts adaptés au marché du travail permettent vraiment une meilleure employabilité. Le rôle des licences universitatires n'est pas de se suffire à elles-même mais d'ouvrir sur des master 1 puis 2.

Je dirais même qu'un master 1 devient vraiment juste tellement il y en a sur le marché.

Tu sais que tu as la VAE qui peut valider les acquis de l'expérience.

15 février 2011 à 16:21:09
Réponse #2

Maximil


+1 avec Patrick

Bien regarder les débouchés AVANT d'entrer dans la filière. A ta place, je m'orienterais vers des filières courtes professionnalisantes.
Mon avis: Cherche un métier d'abord, tu trouveras la filière après ;)
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

15 février 2011 à 17:01:35
Réponse #3

remy b


Mêmes remarques : Licences et Masters non-professionalisants ouvrent sur un cycle3 ou permettent de présenter les concours administratifs classe A. Il y a aussi des L ou M professionalisants, et il faut vraiment chercher avant de se lancer. Quitte à bouger géographiquement.

Puor les concours (fonction publique // territoriale),  inutile de dire que c'est la guerre car les nombres de postes diminuent et il y a de plus en plus de monde qui se présente.

Maintenant, il y a toujours de la place pour les meilleurs.

Une fois que le bac est acquis, tu peux accéder à l'université : c'est davantage ton boulot et ton engagement qui y feront la différence, pas ton parcours antérieur (sauf là où il y a sélection ou concours, mais c'est pas le cas dans les branches dont tu parles).

Tu auras sans doute intérêt à regarder ce sur quoi débouchent les filières choisies avant de te lancer : les passerelles existent mais c'est vraiment rock 'n' roll...

Reste que quitte à étudier, autant étudier qq chose qu'on aime.

Rapproche toi des CROUS, des missions locales et autres sevices que je ne connais pas pour les histoires de bourses et aides à la reprise d'études.
Les Facs sont censées pouvoir t'orienter également.

Si tu peux faire une validation d'acquis ou de compétences, fais-le avant : ça peut te valider des modules, parfois pour les années postérieures.

Bon courage,

A+

Rémy
;)
rémy b
b-sharp

15 février 2011 à 17:22:41
Réponse #4

Campeur


ne te fixe pas sur tes notes au lycée pour te demander si ça va le faire en fac. tu changes de monde, tu changes de méthodes !

j'étais un élève médiocre au lycée, et un excellent élève sur mes deux premières années de DEUG... bon après ça s'est un peu gâté  ;# du coup j'ai changé de filière et j'étais à nouveau sur les rails... ç'a m'a ensuite redémangé alors que je travaillais et j'ai recartonné, tout simplement parce que ce que je faisais me plaisait.

c'est l'envie qui doit te guider, elle même portée par ton expérience passée. Si tu t'intéresses déjà au sujet, que tu préfères un bouquin de socio à un bon polard... alors n'hésites pas !

le tout, comme ça t'est conseillé plus haut, c'est de savoir sur combien de temps tu souhaites t'engager ? les filières que tu cites sont la plupart des filières longues... renseignes toi cependant auprès de plusieurs université, certaines filières de socio créé des licences professionelles censées faciliter l'entrée en entreprise par la suite...

l'idéal c'est de rencontrer des professionnels en activité et de leur demander les meilleurs filières à suivre. un p'tit tour au CIO pour découvrir le contenu des filières, un p'tit tour dans les missions locales/pôle emploi pour organiser des rencontres avec des pro (système du parrainage, enquête métier...).

après ça tu y verras plus clair !

Salut

"Posséder les arts de la paix mais non ceux de la guerre, c'est un manque de courage...posséder les arts de la guerre mais non ceux de la paix, c'est un manque de sagesse" Wang Yang Ming (1472 - 1529)

15 février 2011 à 17:24:00
Réponse #5

Lily


Je vais dans le sens de mes camarades pour dire que ce qu'il faut, c'est que tu formules un projet professionnel : qu'est-ce que tu veux faire, vraiment, dans la vie ? Dans quoi tu te vois et, surtout, dans quoi tu ne te vois pas ? Pense également à la "portabilité" de ton poste : pour te donner un exemple, moi, je suis chercheur et super spécialisée. Ca veut dire que, hors fac, je ne peux trouver du boulot presque que sur Paris. Et c'est pas un avantage...

Regarde bien ce que font les BTS, et si ils peuvent correspondre à ton projet. Si oui, tu pourrais privilégier une formation en alternance. Ca te permettrait d'avoir un vrai revenu et d'acquérir une expérience qui fait une vraie différence sur le marché du travail. Il y a beaucoup d'offres en information/communication, ça pourrait être un départ.

Je crois évidemment que, si tu es motivé, tu as toutes tes chances. Mais il faut aussi que ta filière te donne des chances, objectivement, la licence généraliste, comme ça, elle va te fermer des portes au lieu de t'en ouvrir. La socio ne mène pas très loin, malheureusement. La science po est largement concurrencée par les instituts d'études politiques, qui ont plus argent que les fac et recrutent sur concours. D'où un niveau logiquement plus élevé et une plus grande visibilité. Mais peut-être que ton rêve, c'est un diplôme universitaire (ça se comprend,note). Si c'est le cas, pourquoi pas. En sachant que ça ne résoudra pas la question de ton employabilité à la sortie des études.

Bon courage !
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

15 février 2011 à 17:30:34
Réponse #6

Campeur


Mais il faut aussi que ta filière te donne des chances, objectivement, la licence généraliste, comme ça, elle va te fermer des portes au lieu de t'en ouvrir. La socio ne mène pas très loin, malheureusement.

suis pas tout à fait d'accord, les universités ont conscience qu'elles attirent plus d'étudiants que ce que la recherche peut leur offrir de débouchés. depusi plusieurs années elle s'engagent dans des parcours professionalisant qu'il ne faut pas mettre de coté.

Quant à la sociologie, elle a sa place en entreprise au même titre que la psychologie du travail.

A plus
"Posséder les arts de la paix mais non ceux de la guerre, c'est un manque de courage...posséder les arts de la guerre mais non ceux de la paix, c'est un manque de sagesse" Wang Yang Ming (1472 - 1529)

15 février 2011 à 17:31:04
Réponse #7

floproteus


Salut,

je ne pense pas que la fac soit une bonne solution pour trouver un emploi. Il est clair que les "haut" diplôme ont beaucoup moins de valeur aujourd'hui car plus accessibles et beaucoup trop généraliste. Je te conseillerais plutôt une bonne formation professionnelle avec stages, etc, qui te permettent d'avoir un peu d'expérience et de mettre un pied dans le milieu.

Juste mon avis (titulaire d'un BAC+4 qui ne sert à rien et je suis loin d'être le seul dans mon cas...)
<<<  cliquez ici ;) !

15 février 2011 à 18:49:26
Réponse #8

Maximil


Quant à la sociologie, elle a sa place en entreprise au même titre que la psychologie du travail.

Sociologie autant ? et beh. Déjà que la psycho au travail ca va pas loin...
Autant dire que si tu ne veux pas rester au Pôle Emploi trop longtemps, prends une autre filière ;)

Floproteus : euh la fac peut être très bien valorisée hein ;) Un master 2 pro dans un domaine porteur, ca donne un emploi TRES rapidement. Une maîtrise d'histoire des arts ou en archéologie... beaucoup moins  ;# De toutes façons, la maitrise n'est pas une fin en soi, c'est une étape. Donc si on s'arrête à Bac+4, c'est qu'on a sans doute raté un truc.


 Mais c'est juste mon avis (titulaire d'un master 2 pro qui sert tous les jours :))

Kilbith, t'es là ?
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

15 février 2011 à 19:44:10
Réponse #9

floproteus


Citer
Donc si on s'arrête à Bac+4, c'est qu'on a sans doute raté un truc.
...ben ouaip, on a raté la fameuse égalité des chances  ;# :'( mais c'est un autre débat !
<<<  cliquez ici ;) !

15 février 2011 à 22:21:15
Réponse #10

Cyril


Comme l'on dit les précédents intervenants, les 3 ans qui te mèneraient du bac à la licence me semblent du temps mal investi dans la mesure où la durée - importante à l'échelle d'une carrière - ne va pas te préparer tant que ça au monde du travail.
Ok tu auras acquis des connaissances théoriques plus pointues dans certains domaines, mais ce n'est par pour autant que ces connaissances seront immédiatement applicables, et encore moins qu'elles apporteront un plus à une entreprise.
Choisis plutôt le domaine, le type de poste, le type d'entreprise et acquiers des compétences opérationnelles et de l'expérience par des stages, des formations proches de la réalité en entreprise, etc.

Les deux cents d'un bac+5 qui a galéré quelques mois pour finir par trouver un job dans un secteur d'activité qui n'a rien à voir avec ce que j'ai étudié pendant 5 ans...

15 février 2011 à 23:34:37
Réponse #11

Langouste


Bonjour,
Juste un partage d'expérience qui peut aider : attention au statut lors de la reprise d'étude (étudiant en formation initiale, stagiaire de la formation continue (quand la formation est financée par un organisme), personne en formation permanente, auditeur libre etc. ). C'est ce qui va déterminer le montant de la facture et la situation vis à vis de la sécu. Mieux vaut éviter une extinction des droits en cours de route...
Bon courage !
 :)

16 février 2011 à 00:12:11
Réponse #12

psydomos


Salut strength,


Comme les autres,je constate que faire une licence dans ces branches là n'a de sens que dans le cadre d'un formation plus longue ( et parfois beaucoup, beaucoup plus longue). Je suis en M2 d'anthropologie à Lyon II, option recherche, pour moi le seul débouché actuellement, c'est un doctorat et si possible avec bourse car faire de l'anthropologie coûte cher.
 Là, si j'ai de la chance, je trouverais un post-doc, cela veut dire environ 4 ans de galère minimum  avant d'espérer avoir un vrai emploi(après un master I et II de 4 ans et les petits boulots pour payer ma vie et que j'aurai préférer laisser aux personnes dont c'est le vrai métier et qui recherche un emploi) et plus le temps passe plus tout ce bouche. Les science humaines ne sont pas porteuses dans le monde de l'entreprise, même si elles y ont leurs places, c'est comme ça. Je peux te le dire car j'ai passer un an à chercher du travail l'année dernière, Master I en poche et tout ce que l'on me proposait au pôle emploi ( à l'APEC on m'a regarder comme un gentil rêveur extra terrestre...) c'est des travaux de renovation car j'ai travaillé dans ce secteur pour payer mes études!!!
  S'engager dans un cursus universitaire de ce type aujourd'hui, cela ne peux ce faire qu'avec patience et passion, pas pour remédier à une difficulté à trouver du travail, c'est un secteur sinistré en France.
Malgré tout, si la voie te passionne vraiment, fait le. Sinon trouve un BTS ou assimilé, quitte à faire une licence 3 pro derrière. Là tu pourra trouver du boulot.
En espérant avoir éclairé ton bivouac...

A+
"Je sais que je ne sais rien" Socrate
"Le progrès est ce qu'on en fait, confier son dernier souci à des milliers d'inconnus qui n'en n'ont rien à foutre ou permettre de vrais moments de vie démultipliés.."
Patrick, o "cacique" do CEETS

16 février 2011 à 12:23:34
Réponse #13

Campeur


une info intéressante :

"D’après une enquête quantitative menée en 2007 par l’Observatoire
de la Vie Étudiante (OVE) auprès des étudiants sortis de la formation
de sociologie depuis au moins 18 mois, la totalité des répondants
titulaires d’une licence de sociologie sont en emploi après une durée
de recherche inférieure à 3 mois pour plus de la moitié des répondants.
Les diplômés de licence, de M1 ou de M2 travaillent dans les
domaines :
- des ressources humaines et du recrutement
Assistant(-e)/Responsable Ressources Humaines (RH), Consultant(-e)
en recrutement.
- de la gestion de projet et de la gestion administrative
Gestionnaire de paye, Administrateur(-trice), Assistant(-e) administratif,
Assistant(-e) de direction commerciale, Chargé(-e) du développement,
Consultant(-e) dans le secteur privé, Rédacteur, Chargé(-e) de
mission ou Chef de projet dans le secteur public.
- des études et du développement localIngénieur(-e) d’études,
Chargé(-e) d’études, Chargé(-e) de mission renouvellement urbain,
Agent de développement dans les collectivités territoriales.
- De l’intervention sociale et associative
Conseiller en insertion professionnelle, Formateur(-trice), Animateur
(-trice) socio-culturel, Intervenant social, Conseiller(-ère) technique,
Agent de développement solidaire, dans le secteur associatif
- de l’enseignement (professeur des écoles/enseignement secondaire).
La licence offre une première préparation au métier de l’enseignement,
elle convient donc aux étudiants souhaitant ensuite intégrer
les masters préparant au professorat des écoles ou au CAPES de
sciences économiques et sociales."

Salut  ;)
"Posséder les arts de la paix mais non ceux de la guerre, c'est un manque de courage...posséder les arts de la guerre mais non ceux de la paix, c'est un manque de sagesse" Wang Yang Ming (1472 - 1529)

16 février 2011 à 12:59:42
Réponse #14

Le Barbu'


Je suis dégoûté  :(


Mes parents ne veulent plus entendre parler d'études, selon eux, "j'aurais déjà eu ma chance" (sans déc, j'ai qu'une seule année post bac !).


" Moi a ton âge j'étais déjà au boulot hein blabla qui disent... "        " Tant que tu sera sous mon toi ce sera comme ça hein blabla..."   ::)


On ne prend pas plaisir a regarder les étoiles quand on a un caillou dans les sandales... :closedeyes:


On peut toujours se consoler en se disant qu'on ne saura même pas nous mêmes qu'on est mort.


La vie est une comédie italienne : tu pleure tu ris, tu ris tu pleurs...

16 février 2011 à 14:12:15
Réponse #15

Lily



On ne prend pas plaisir a regarder les étoiles quand on a un caillou dans les sandales... :closedeyes:


Ou tu changes de chaussures.
Je radote mais si pour tes parents l'important c'est que tu travailles, alors il faut absolument que tu vises l'alternance. Et il faut d'autant plus que tu aies un projet à leur proposer. Si c'est te prendre en charge encore quelques années qui leur fait peur, il faut que tu puisses leur prouver que ton projet tient la route. Et effectivement, si ils ont l'impression que tu regardes les étoiles sans bien regarder où tu marches, ils n'auront pas envie de t'écouter.
Donne toi les moyens de les convaincre. Bosse ton projet. Fais des propositions, vous pourrez alors négocier.
Ne sois pas dégoûté, au contraire, tes parents te donnent (peut-être sans le vouloir, mais tout de même) l'opportunité de te dépasser et de prouver que tu peux aller au bout de ton rêve.

Bon courage.

If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

16 février 2011 à 14:34:05
Réponse #16

Bison


Salut Strength,

Donc, t'as raté ta première année ...
Tu sais pourquoi?

Tu veux reprendre. Ok, qu'est-ce qui a changé?
Pas les cours en tous cas ...
Il y aura toujours des cours intéressants, éventuellement difficiles à assimiler.
Et des cours chiants mal donnés, encore plus indigestes.
Tu es prêt?

Aparemment, tes parents ne sont pas convaincus, et tu ne l'es pas trop toi-même, car tu ne sais pas encore vraiment ce que tu veux.
Bosse donc un an ou deux.
Ne me dis pas qu'il n'y a pas de boulot, accepte n'importe quoi au smig et bosse ..
Dans un an ou deux, tu auras gagné ton indépendance ... c'est déjà beaucoup mieux qu'un diplôme quelconque.
Peut-être auras tu aussi gagné aussi une vraie motivation à prendre "à bras le corps" une année d'étude universaire et à la réussir.

Sois fort!  :D
Après cela, chiche que tes parents voudront bien t'aider  ...
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

16 février 2011 à 19:50:28
Réponse #17

Campeur



Mes parents ne veulent plus entendre parler d'études,

bon la je partirai effectivement comme ça t'a été dit sur de l'alternance sur une filière courte type BTS. ce qui est intéressant, c'est que tu perçois un salaire, tout en te formant et qu'à terme tu valides un diplôme qui te permettra quand tu voudras de reprendre un cycle d'étude via un congé individuel de formation.

salut
"Posséder les arts de la paix mais non ceux de la guerre, c'est un manque de courage...posséder les arts de la guerre mais non ceux de la paix, c'est un manque de sagesse" Wang Yang Ming (1472 - 1529)

16 février 2011 à 21:28:06
Réponse #18

Patrick


bon la je partirai effectivement comme ça t'a été dit sur de l'alternance sur une filière courte type BTS. ce qui est intéressant, c'est que tu perçois un salaire, tout en te formant et qu'à terme tu valides un diplôme qui te permettra quand tu voudras de reprendre un cycle d'étude via un congé individuel de formation.
A mon sens le conseil le plus opérationnel dans ton cas.

20 février 2011 à 21:14:50
Réponse #19

pere castor


Attention le nombres de places est limitée en license a lyon!!! :down:
et oui LRU oblige >:(
bon courage ta demarche est remarquable.

17 mars 2011 à 17:25:53
Réponse #20

macagnaman


Ne fais pas une licence pour faire une licence... il te faut un projet.
Je me joins aux autres pour et dire que dans ton cas un cursus court mais formateur et ouvert sur un emploi clairement défini est plus opportun. Si tu vas à la Fac c'est pour faire un Master minimum et encore mieux un Master II, faudra être pertinent dans le choix de la matière car tu vas en manger 5 ans (minimum) et ensuite faudra vendre ton choix pour te placer, ou passer des concours.
N'oublie pas que les systèmes de bourses fonctionnent bien, n'écoutent pas les "spécialistes" qui te disent tout le temps (par jalousie) que tu n'auras pas la bourse parcequ'eux ne l'ont pas eu.... moi je l'ai toujours eu, durant toute mes études... et tous els ans jusque dans le bureau d'enregistrement on me disait que ça servait à rien de déposer mon dossier... En revanche faut pas doubler... faut bosser.

Je veux pas dénigrer mais, à ma connaissance, les gens qui font une licence de socio au petit bonheur.... ça leur sert à rien.... si ce n'est à rencontrer des filles car le ratio est d'un mec pour 10 nanas  :love:
La responsabilité est la conséquence logique de notre liberté.
(J.P Sartre).

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //