Nos Partenaires

Auteur Sujet: Ca va, on peut mourir tranquille...  (Lu 7740 fois)

08 février 2011 à 22:27:11
Réponse #25

MuleSkinner


Ben déjà tu te pointes dans une pharmacie tu demandes du fil à suture tu vas pas être déçu tout ce qu'ils ont c'est des steristrips ; et je te raconte pas comment je me suis fait pourrir pour avoir fait des points de suture à qqn dans une situation délicate on m'a dit t'es fou tu te rends compte etc etc quand je pense qu'étant gamin je me faisais mes propres points vu que j'étais casse-cou et le plus proche toubib à 80kms...je me demande comment j'ai pu survivre jusqu'ici...@+

08 février 2011 à 23:14:40
Réponse #26

Paulo


Mes deux centimes pour enfoncer des portes ouvertes: si les médecins ne recousent plus c'est une question d'assurances. Si ils se foirent, c'est leur responsabilité pro qui est en jeu, donc de l'argent (beaucoup).
Donc si on renvoie aux urgences, c'est pour la gueule des urgences (et les urgences ça n'a pas de maison, de femme, d'enfants.../caricature inside).

Après je sais pas si c'est bien ou mal, c'est une question perso ça.
C'est juste que si les gars le font plus, c'est juste par peur (fondée) des poursuites judiciaires.

08 février 2011 à 23:20:38
Réponse #27

thorwald


si les medecins ont peur de se foirer en faisant 3 points, faut qu'ils changent de métier

09 février 2011 à 07:05:28
Réponse #28

Anke


Vi, je sais tout ça, j'y suis confronté tous les jours.
On en arrive même à se demander si les gens malades vont chez le toubib pour se faire soigner ou pour cherhcher à gagner du fric en cherchant un mauvais procès ( j'exagère je sais).
On peut comprendre les toubibs qui "ouvrent" sytématiquement le "parapluie" pour se dégager de toute responsabilité.
C'est devenu un métier difficile à tous points de vue. Lassitude, appat du gain etc... Autrefois, j'ai vu des toubibs aller faire ds accouchements en allant crapahuter dans la neige à deux heures du mat'. Aujourd'hui... C'est vrai que pour se faire faire trois points de sutures chez le généraliste....
C'est une profession qui a changé. Je ne sis pas si c'est en mieux ou pas, ça a changé c'est tout. Le médecin n'est plus un "notable" ( dans le sens respectueux du terme) du coup sa place et la perception qu'on a de lui ne sont plus les mêmes.
Néanmoins, la population qu'on a à soigner à changée elle aussi. On vit plus vieux, on vit mieux, les objectifs de vie ne sont plus les mêmes. par conséquent, le système de santé évolue lui aussi, mais surement pas à la même vitesse.
Solstice, il y a 50 ans; l'infarctus tu n'aurais même pas su ce que c'était.
Et puis, les soignants doivent répondre également ( et c'est ^peut-êter ça aussi le pb) à une cdertaine angoisse sociale ( éclatement des familles, solitudes etc...) et compensent sans trop d'outils adéquats ( même si ils  travaillent à leur élaboration) du mieux, enfin du moins pire qu'ils peuvent. Grosse demande, peu d'outils pour y faire face, ouo alors des outils collectifs, par conséquent très lourd d'un point de vue administratif. Encore une fois inadaptation de la réponse proposée par rapport à la demande formulée.
On bricole toujours dans l'urgence...

09 février 2011 à 09:15:17
Réponse #29

Paulo


si les medecins ont peur de se foirer en faisant 3 points, faut qu'ils changent de métier

"Foirer" c'est pas forcément une grosse connerie. On va pouvoir aller les chercher sur un préjudice esthétique par exemple...
Et même si au final le médecin pourrait se dégager de sa responsabilité parce qu'effectivement il n'avait rien à se reprocher, ça lui aura pris 5 ans de procédure et des jolis sommes...ils ont pas envie du risque.
Les patients n'ont plus le même rapport au corps et au risque "qu'autrefois". On (la société moderne en général) ne supporte plus les aléas négatifs de la vie, on ne veut plus aucun risque.

09 février 2011 à 09:29:22
Réponse #30

Patrick


T'inquiètes pas, aucun mal pris, j'allais d'ailleurs te répondre à ce sujet ;)

Pour mon histoire de canal carpien, je ne le savais pas au moment des faits, ça s'est déclaré en moins de deux semaines, les fourmillements classiques au début, rien d'anormal pour moi vu que j'en avais souvent car je dors souvent sur un bras, et juste cette nuit la, les douleurs assez haut dans le bras gauche m'ont réveillés assez violemment la nuit. J'ai hésité avant de me pointer la bas, mais ce qui m'y a fait aller c'était le risque d'infarctus (auquel est souvent associé des douleurs au bras gauche, parfois sans douleur dans la poitrine) très présent dans la famille, et donc le doute.
Excuses moi, je sais qu'on se sent vraiment seul dans ces cas là, crois moi je sais ce qu'est la douleur. Mais tu te pointes au urgence alors que tu as une suspiscion d'infarct, alors qu'un coup de fil au centre 15 aurait suffit, soit effectivement à t'envoyer le SAMU en cas de symptomes de réel infarct, ou bien SOS médecin ou le médecin de garde du coin pour une piquouse et un avis avant consultation d'un spécialiste.

Moralité tu te pointes aux urgences et tu participes de l'encombrement qui fait gueuler tout le monde.

Toi y compris.

09 février 2011 à 12:02:53
Réponse #31

Dylem


Le probeme a été soulevé, actuellement les gens se rendent aux urgences pour nimporte quels petits maux, et cela encombre réellement ce service.

Pour que cela change, il faudrai deja comprendre pourquoi les gens agissent de la sorte !?
Je pense que d'une part ils s'y rendent car chez le généraliste, il faut ouvrir le portefeuille directement, alors qu'aux urgences, ce n'est po le cas..
Et bcp de gens qui en auraient besoin, n'ont po connaissance qu'il existe des alternatives.
Je suis personnelement en Belgique et actuellement au chomage, et j'avoue que si je devais payer le généraliste a chaques visites, je ne m'y rendrai tout simplement po a chaques fois, et j'aurai je pense également tendance de me rendre aux urgences d'une clinique ou d'un hopital a la place..

Je ne sais po en France, mais ici il existe des maisons médicales, cad des centres de soins, ou on peut facilement rencontrer médecins généralistes, infirmières, kiné, et cela sans rien débourser, car ils sont directement rémunéré (si je ne me trompe) par la mutuelle, de plus il sagit de personnel qualifié et réelement de qualité.
Je ne saurai plus vous dire quels sont les critères pour y avoir accès, mais si je me rappel bien, je m'y étais inscrit alors que je travaillais, donc ce n'est po uniquement réservé a un public trop ciblé..

Voila, il serait peut etre bon de se renseigner a ce sujet !


Mes 2 coups de bistouri ;)



On ne sera que ce qu'on est.. Si dans l'avenir tu te vois différent, change MAINTENANT !!

09 février 2011 à 14:24:20
Réponse #32

modl


Pour les médecins, je me rappelle que petit, le médecin de famille se déplaçait quand on l'appelait. Mais on ne l'appelait pas non plus pour rien... En gros, si on l'avait appelé, c'était déjà grave.
Mon toubib m'a raconté que dans les années 80, des parents l'appelaient chez lui, à 2 plombes du mat, parce que le petit "ne toussait plus"... C'est normal ???
Mon toubib m'a aussi dit qu'il ne faisait plus de point de suture parce qu'il fallait avoir une spécialité (???) pour pouvoir en faire et être couvert par une assurance.
Il y a ça aussi. J'ai la chance d'habiter en pleine pampa où on a des urgences que je n'ai jamais vu encombrées. Je n'y suis allé que 2 fois, pour mes gamins (grosse buche sur la tête). J'ai toujours été reçu de façon rapide et efficace.
Heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière...

09 février 2011 à 18:11:05
Réponse #33

gurdil


Salut,
je dois avoir un toubib d'enfer alors.......quand je me pète la gueule a cheval je vais le voire, et comme il est ostéo : manip un peu partout, deux trois exos d'équilibre et hop il me dis si ca va ou urgences........résultats ben jamais était aux urgences en étant passer par lui........
La seul fois ou je suis aller directement aux urgences c'est a cause une chute suivie d'un coup de pied dans le genoux, la malheureusement il me fallait radio et IRM.
Aux urgences radio rien de tres visible, genoux bloquer par attelle, IRM le surlendemain: la on rentre dans la domaine médicale classique......donc prise en charge OK pour moi......
Mais avant d'aller aux urgences il faut avoué que je ne pouvant plus posé le pied au sol j'étais un peu emmerdé.
(pour la petite histoire j'ai eu 3 ligaments qui on eu tres mal: LLI partiellement arraché, LLE partiellement arraché, LCP partiellement arraché et épanchement de synovie......)

09 février 2011 à 18:55:00
Réponse #34

ghp


bjr.  :blink: des faits concrets ? HN
Bonsoir,
J'interviens rarement car je suis rarement compétent sur un sujet. Là, par contre, les hopitaux je connais. Mon épouse est infirmière. Les 2 dernières réformes se sont traduit très concrétement par :
- une fusion des services, avec plus de lits pour moins d'infirmières (de 1 pour 15 à 1 pour 20 puis 1 pour 25) ;
- la fin des lits dit "de convalescence" (tu récupéreras à la maison);
- une quantité de paperasse incroyable à remplir à chaque acte (on en est à compter au cachet, via un eee-pc avec logiciel intégré) au détriment de la relation avec le malade ;
- des instructions pour faire une rotation des lits plus rapides (c'est plus rentable) ;
- se débrouiller pour ne pas conserver les malades non rentables dans le service (soit retour à la maison, soit redirection vers un hôpital extérieur).

Bref, l'avenir n'est pas glorieux.

09 février 2011 à 19:02:55
Réponse #35

sharky



- la fin des lits dit "de convalescence" (tu récupéreras à la maison);


Euh, tu peux développer STP parce que des lits de convalescence ca veut rien dire.
Soit tu parles de services de soins de suite et réadaptation (appelés encore maisons de convalescence) et dans ce cas-là, j'ai jamais entendu parler de la fermeture de ce type de service de manière généralisée.
Soit tu parles de lit dans des services classiques mais je vois pas en quoi ils sont "de convalescence".

A+
''what you learn in the afternoon must work for you that evening in the parking lot" Kelly Mc Cann

"despite what your mamma told you, violence does solve problems." Ryan Job

09 février 2011 à 20:07:55
Réponse #36

ghp



Euh, tu peux développer STP parce que des lits de convalescence ca veut rien dire.
Soit tu parles de services de soins de suite et réadaptation (appelés encore maisons de convalescence) et dans ce cas-là, j'ai jamais entendu parler de la fermeture de ce type de service de manière généralisée.
Soit tu parles de lit dans des services classiques mais je vois pas en quoi ils sont "de convalescence".

A+
Après une opération ou des soins pour lesquels tu as été hospitalisé, dans les temps passés, on te gardait en convalescence. C'est-à-dire on te laissait récupérer avec un suivi médical avant de te renvoyer dans ton foyer. Maintenant, cette période est réduite à sa plus simple expression, voire est supprimée.

09 février 2011 à 20:11:25
Réponse #37

sharky


Après une opération ou des soins pour lesquels tu as été hospitalisé, dans les temps passés, on te gardait en convalescence. C'est-à-dire on te laissait récupérer avec un suivi médical avant de te renvoyer dans ton foyer. Maintenant, cette période est réduite à sa plus simple expression, voire est supprimée.

D'accord, les durées d'hospi post-opératoire ont été réduites mais rien à voir avec les services de SSR ou maisons de convalescence.
''what you learn in the afternoon must work for you that evening in the parking lot" Kelly Mc Cann

"despite what your mamma told you, violence does solve problems." Ryan Job

10 février 2011 à 00:19:56
Réponse #38

Rod


si les medecins ont peur de se foirer en faisant 3 points, faut qu'ils changent de métier
Je pense qu'il a plutôt peur qu'on lui fasse des emmerdes à cause d'un doute sur le résultat...

Perso j'ai 2 passages aux urgences dont je peux parler (le 3ème j'étais dans le coma ;D)... Un pour moi et un pour mon épouse...
Le mien: emmené par une ambulance suite à une chute assez lourde en vélo (perte de connaissance, plaie au front)
Dés que j'arrive on me fait une imagerie des cervicales puis on me laisse relativement longtemps (quand on attend c'est toujours trop long >:( ;D) couché sur un brancard dans un couloir pour attendre que le médecin puisse me voir. Après un certain temps, ma Mère arrive et s'étonne qu'on ne s'est pas encore occupé de moi et s'énerve. Je lui ai dit que ça ne servait à rien... Que j'avais été vu à l'entrée et que la politique de triage faisait sans doute que je n'étais pas le patient le plus urgent car j'étais stable.
Au final on m'a posé une minerve souple et on m'a recousu ce qu'on pouvait au niveau du front...
Celui de ma femme: forte douleur intestinale au milieu de la nuit (évidemment le samedi ::))... Vu l'intensité de la douleur et le fait qu'elle n'avait jamais connu ça avant (et qu'en plus elle n'est pas du genre à se plaindre), on a décidé d'aller aux urgences. Non on ne lui a pas sauté dessus en arrivant mais je trouve qu'elle a été traité en temps et en heure en fonction de son syndrome (mais c'est comme pour mes cervicales, quand on a mal c'est toujours trop long ::)).

Bon je suis en Belgique donc peut-être que c'est différent en France...

Par contre je peux vous raconter un exemple en Afrique du Sud... Une de mes cousines se présentent pour une réaction allergique suite à une morsure de serpent... Elle n'a été prise en charge qu'après dépôt d'une caution de 5000 €...

Bref je ne sais pas où on est le mieux... ;)

10 février 2011 à 03:48:25
Réponse #39

floproteus


C'est vrai que beaucoup vont aux urgences pour un mal de tête ou une gastro. On y va aussi parfois par ignorance ou par peur. Je parle pour moi car il y a peu j'ai emmené (trainé..) ma mère aux urgences. Elle était juste tombé par terre dans l'après midi. Sur le coup, rien de mal ; mais dans la soirée elle à commencé à avoir vraiment mal au niveau de la poitrine où une "boule" s'était formé. Je me suis dit "mieux vaut prévenir que guérir, c'est sûrement qu'une côte fracturé mais c'est peut être plus grave". Il était 21h et le médecin de garde ben... on à pas forcément les moyens ne serait-ce que d'avancer la somme... J'ai simplement eu peur parce que je ne suis pas spécialiste. On a passé 7 heures aux urgences, coincé avec un petit malin qui passait son temps à critiquer le personnel, leur faire des grimaces dans le dos pour amuser la galerie... Autant dire que je lui ai "sympathiquement" fait la leçon, lui rappelant que si l'infirmière n'était pas souriante TOUT LE TEMPS c'était peut être parce qu'elle venait de se taper 4 gros boulets comme lui sans compter les 3 nuits de gardes d'affilées ! Il l'a fermé, il était temps >:D ! Bref, c'était bien une fracture sans gravité et on a du coup participé à l'embouteillage générale... à cause de mon ignorance :closedeyes: ! Tout les acteur de la scène n'étaient pas de bonne fois mais je pense que la plupart des gens qui viennent pour "rien" le font pour les mêmes raisons que moi, parce qu'ils ont peur que leur petit machin soit en fait grave...
<<<  cliquez ici ;) !

10 février 2011 à 04:01:53
Réponse #40

Rod


Tout les acteur de la scène n'étaient pas de bonne fois mais je pense que la plupart des gens qui viennent pour "rien" le font pour les mêmes raisons que moi, parce qu'ils ont peur que leur petit machin soit en fait grave...
Le problème au-delà de ceux qui y vont par "ignorance", c'est ceux qui n'acceptent pas le triage et dont le bobo est toujours plus important que celui du voisin... :down:

10 février 2011 à 12:54:23
Réponse #41

Anke


le pb peut être résolu en appelant le "15", plutot que de se rendre soi-même aux urgs.
Le asmu c'est un centre téléphonique avec du personnel qualifié qui va opèrer une régulation.
Ce centre téléphonique dispose de plusieurs moyens :
Le conseil médical : Mr, d'après les symptomes que vous me décrivez, vous avez une gastro-entérite bénine que vous pouvez soigner tout seul.
Le médecin de garde : Si vous voulez, je vous envoie le médecin de garde, notamment parce que vous vous videz comme un lapin.. ( bien sûr il faudra faire l'avance des frais, mais on est remboursé sécu+mutuelle, je crois... Non ? ).
L'ambulance simple :Mr d'après ce que vous me décrivez vous avez une patte cassé, je vous envoie une ambulance( privée si domicile, vsab si voie publique, même tarif de remboursement, voire mieux ça se passe direct entre les caisses et les intervenants) pour vous rapatrier sur un service d'urgence où vous serez pris en charge en fonctionde la gravité de votre lésion.
La bagnole de réa ou l'ambualnce de réa ou l'hélico: Restez tranquille ( c'est un infarctus ou une crise d'asthme cognée ou un "carton") Le smur arrive.

Dans tous les cas, les symptomes sont évoqués, on attend assez peu, et une réponse est donnée. C'est sûr c'est angoissant, mais au final, on gagne du temps. Tout le monde gagne du temps, d'autant que ces services au jour d'aujourd'hui sont tous reliés par informatique, téléphones cellulaires, radio vhf.
Allez aux rug seul pour un truc qu'on pense grave, c'est la dernière des conneries à faire. Si c'est un truc grave, on a tout le temps de crever pendant le trajet au volant de sa bagnole. Si c'est un truc pas grave, ben on a le temps d'attendre puisque ce n'est pas grave. Faut savoir ce qu'on veut dans la vie, les faits sont là : Si on veut pas attendre, ben on se démerde tout seul ( trois stéristrips valent bien trois points de suture sur un bout de doigt coupé en faisant une tartine) on va voir son pharmacien préféré et hop l'affaire est faite. Soit on sait pas et on est inquiet, ben on appelle et on fait ce qu'on nous dit et l'affaire est faite aussi !

19 mars 2011 à 20:48:48
Réponse #42

phare2000


http://envoye-special.france2.fr/envoye-special-la-suite-3134-expulsa�s-au-nom-de-la-loi-4-ans-apra�s.html

Envoyé spécial la suite..... 8 ans après un reportage cela répond a toutes vos réflexions.

Et cela ne va pas s'améliorer. C'est le revers de la médaille de l'amélioration de notre espérance de vie. Quand on a trop de tension on nous donne des médicaments et hops un problème réglé. Quand on a trop de sucre un peu d'insuline et cela va mieux. On veut tous vivre plus vieux "moi y comprit".

Les gens n'ont plus de médecin de famille les urgences c'est la solution ! et même si tu as un médecin de famille et que tu as besoin de lui à 4 heure du matin cela ne sera pas lui mais un remplacant.

Courage que peut-on faire de mieux
« Nous devons être le changement que nous voulons pour le monde ».Gandhi

03 avril 2011 à 01:01:53
Réponse #43

Arctos


Il y a quelques mois ; je me suis amputer un petit bout de doigt sur l'index gauche...
Urgences....blablabla...dit donc ça saigne beaucoup...blabla...artériole sectionnées(scuser de l'orthographe du mot...), revenez demain trop de monde ce soir...blabla.... opération...blabla...anesthésie...monté au bloc...

"Mais monsieur arrêtez de bouger je n'arrive pas à arracher le reste de votre ongle!
-ouais, ok, mais justement je bouge parce que je sens que vous êtes en train de l'arracher! ;#
-...ah..."

J'ai fini avec une dose de cheval et du gaz hilarant...c'était trop cool, j'ai garder le sourire pendant 6 heures! ;#

bon un peu HS sur ce thread, mais elle me fait toujours sourire cette histoire...
Dans la vie il y a trois catégories de personnes : ceux qui savent compter et les autres...

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //