Nos Partenaires

Auteur Sujet: Réalités de nos métiers.  (Lu 11080 fois)

12 janvier 2011 à 08:20:16
Lu 11080 fois

Patrick


Je lis beaucoup de posts où les uns ne savent pas quoi faire ou d'autres sont déçus de leurs jobs.

Je pensais que ce pourrait être intéressant que de décrire la (sa) réalité d'un métier où d'un milieu d'exercice.

Il y a en effet, parfois, des idées reçues qui mériteraient d'être rectifiées ou confirmées.

Parler des conditions sociales et matérielles mais aussi des aspects humains tellement importants.

12 janvier 2011 à 11:49:19
Réponse #1

gurdil


bon cette fin de matinée j'ai un peu de temps alors je me lance.

Mon activité pro est une activité de tourisme axé sur deux grand axes : tourisme équestre et restauration (plutôt régional : sud ouest).
Entreprise familiale: mon père a crée tous ca et surtout la partie équestre, ma mère la gère la partie resto. Je travail sur l'exploitation familial depuis 17ans maintenant, et j'ai repris l'activité équestre a temps plein depuis 6ans maintenant.
En gros le mythe : tous les jours a cheval, dehors le pied pas de compte a rendre (sauf a son cheval) fait ce que je veux quand je veux; bonne bouffe avec le resto, les fin de soirée son féstive surtout l'été.......
La réalité: pas de vacances.....ben ce sont des chevaux pas des mobylettes: ils mangent tous les jours, faut faire les écuries tous les jours, entretenir les cuirs, les chemins etc etc.......
Des fois(comme dans beaucoup de métiers) ont se tape de gros nazes, mais comme ils son clients faut toujours avoir le sourire et être aimable, même si tu as pas dormis de la nuit par ce que un poulinage c'est mal passé.......etc etc.....
Pour la restauration, quand tu as fini ta journée a cheval et ben tu embraye sur le service(tiens ya le naze de cet aprem en salle........) et tu dois toujours avoir le sourire même si tu est flingué de fatigue.......
Bon je fait un tableau noir, mais ca c'est l'été........tu bosse 35h sur 2jours........
les 6mois de l'année dite hors saison c'est plus sympa: mes gamins du samedi et mercredi un bonheur les gamins a cheval, les adultes débutants qui vienne apprendre avec qui tu peu vraiment discuter et leurs apprendre.
Le Resto hors saison : les clients que l'ont voie pas l'été, par ce que trop de monde alors l'hiver ben ce son des amis, ont peu même prendre le café avec eux!!un petit bonheur......
Mais bon ce qui me manque vraiment le plus ce sont quelques jours de vacances,çà manque encore plus a ma petite femme!(une semaine par an ca serait bien.......j'ai rien pris depuis 10 ans.....); pour cela j'ai cotisé a un service de remplacement agricole pour au moins la partie élevage(le resto ont ferme un gros week end ca peu le faire, mais les chevaux eux ils ont besoin de manger!!): réponse du SRA : ont n'as pas de remplacement en équin(chevaux.....) vous auriez du voir ma tête........deux jours apres j'étais dans leurs service........c'est bizarre mais ils ont trouver quelqu'un.......alors peut'etre que cette année je vais pouvoir me faire une semaine de vacance......

Voilou.
De toute je fait cela par ce que j'aime le contact avec les gens, et je suis servi!!
J'aime faire partager ma vie d'homme de cheval ainsi que ma vision du cheval:c'est fait aussi!!!!
J'aime aussi les chevaux (et pas que en steack!) c'est pour ca que je le fait!
et j'aime bien recevoir les gens autour d'un bon feu de cheminé ou grill un magret de canard!!!: c'est fait aussi!!!
Alors même si je rale de temps a autre contre mon cheval, ou l'urbain qui me prend pour lucky lucke finalement je suis heureux de faire ce que je fait!!!!!!!!

12 janvier 2011 à 12:12:59
Réponse #2

Meow


Je pensais que ce pourrait être intéressant que de décrire la (sa) réalité d'un métier où d'un milieu d'exercice.
Le vécu de chaque personne et les conditions d'exercice sont tellement diverses qu'il faudrait presque un fil par métier ou domaine d'activité, non ?
Déjà qu'on a du mal a garder le cap sur un sujet précis... :)
DON'T PANIC !

12 janvier 2011 à 13:59:58
Réponse #3

Chris-C


Pourquoi pas Meow, avec un index....

Moi j'ai peur que ce type de fil flingue toute motivation pour aller bosser.....   ;#

12 janvier 2011 à 14:35:34
Réponse #4

Solstice


Moi je trouve que c'est une bonne idée ce fil.
HS on :Dans le même genre, j'ai l'impression qu'il y a beaucoup de monde qui voyage à l'étranger, un topic sur les us et coutumes des pays étrangers pourrait également être sympa (j'ai pas osé le créer, j'en profite juste ici pour en toucher un mot).
HS off.

Pour en revenir au sujet, j'ai deux "cursus" : technicien informatique et agent de sécurité

Technicien informatique : Je suis spécialisé réseau, de formation BTS informatique de gestion, diplômé l'année dernière. La réalité de ce métier est pour moi faite de désillusions : on entend souvent que l'informatique recrute toujours, qu'il y a plein de postes à pourvoir, c'est vrai et faux. Vrai, pour les ingénieurs et pour les développeurs, pour les autres, c'est beaucoup plus dur. Les réparateurs ne durent que rarement, les techniciens réseaux se retrouvent à faire du taff sous qualifié (hotline). Il y a quelques opportunités de boulot si on est mobile mais c'est souvent au petit bonheur la chance. Bref, niveau marché de l'emploi, en ce moment c'est la m*rde. Au niveau du travail en lui même, c'est l'idéal pour un geek comme moi. On touche un peu à tout : architecture réseau, serveurs, scripting, dépannage, et également l'aspect relationnel qui est beaucoup plus poussé qu'un développeur. Par contre, les utilisateurs ne sont pas toujours très compréhensifs : ils pensent souvent que tout leur est dû, que parce qu'on est informaticien on à tout de suite la réponse au problème et que leurs problèmes vont se résoudre d'un claquement de doigt. Il y a également ceux qui, dans un cadre professionnel, te ramènent leur matos perso en pensant que ça leur est dû. Et il y a également la mauvaise foi de certains clients, pour qui leurs problèmes d'infos ne sont pas de leur faute (particulièrement vrai dans le cas des virus).
Bref ça peut être passionnant comme totalement stressant. Dans mon cas perso, j'ai eu beaucoup de mal a différencier stages et vie perso (chez soi on continue de penser aux solutions à mettre en place). Je n'ai encore pas réellement travaillé dans le secteur, mais j'ai pu effectuer des stages dans des conditions réelles (pas juste de l'observation), et les retours de mes collègues de formation me confirment bien ce que je dis plus haut.


Agent de sécurité : J'ai déja exercé cette profession (encore une fois sur un temps assez court : un peu plus de 2 mois), je me réoriente vers celle ci vu que dans mon secteur géographique l'informatique n'est pas très développé et que je ne suis pas mobile. J'ai exercé sur site industriel, mon avis la dessus ne compte que pour ce type de site. Travail intéressant (de mon point de vue). J'ai souvent eu l'impression d'apporter quelque chose de concret au client,même si les employés croient qu'on les flique. Boulot parfois stressant à cause d'une des corollaires de la loi de Murphy : c'est quand une chose commence à mal tourner que tout commence à mal tourner. Il faut aimer faire des nuits de 12h, parfois sans pause et enchainer ça sur 3/4 jours de la semaine (je faisait 44h/semaine en 4 jours dans mon cas). Néanmoins, pour un insomniaque à tendance noctambule comme moi, ça colle plutôt bien. Suivant le site sur lequel on est affecté, ça peut être plus ou moins physique (dans mon cas j'avais beaucoup de marche par exemple). A noter : boulot souvent payé au lance pierres, une formation est maintenant obligatoire (soit par l'éducation nationale notamment pour le CAP, soit d'autres pour le CQP APS), perspectives d'évolution limitées, mais bonnes perspectives d'embauche. Je précise également qu'il n'y a pas forcément besoin d'être du genre armoire à glace pour exercer. Gaffe aussi à certaines petites boites douteuses.

Voila pour ma contribution, c'est pas forcément une généralité, il y a comme partout des cas plus heureux que d'autres.

12 janvier 2011 à 15:39:55
Réponse #5

Paintedhorse


Bonjour

Pas évident de répondre à ce genre de question.
En ce qui me concerne, (comme beaucoup d'entre nous) mon travail n'a rien avoir avec mon cursus et mes diplômes.
Je rêvais d'aventures et de fouilles archéologiques un peu partout dans le monde, je suis dans un bureau sans fenêtre toute la journée.
Je travaille pour un organe important du parlement chargé de controler "le bon usage des deniers publics". Beaucoup d'autoformation et de formations supplémentaires.
Lever 5 heure du matin et pas avant 1800 à la maison.
Affecté à la recherche, documentation et accessoirement webmestre de la boite, j'ai la chance de travailler dans un bon service avec une certaine liberté d'action. Il n'est pas rare d'avoir l'impression du système Métro - boulot- dodo.
Cependant, l'atmosphère générale est particulèrement stressante et lourde!
Il faut apprendre à relativiser, se calmer et trouver le meilleur dans tout.
C'est bête, mais des fois on sent que la journée a été bonne quand un(e) collègue vient ce confier et que l'on réussi à lui redonner un coup de "peps".
Ou aider une personne dans une gare ou dans un train qui est bloqué pendant 3 à 4 heures.
C'est très loin d'être le métier dont on rêve MAIS, un chiffre en début de mois fait que je ne changerais point. Il me permet de donner le sourire à deux petit diables et à mon épouse de travailler 50% sans aucuns problèmes.
De surcroit, il me permet aussi d'offrir au minimum 3 voyages par an à ma famille (en invitant même d'autre membres) de minimum 1 semaine.
Alors, je ne me plains pas.

A+

12 janvier 2011 à 15:47:04
Réponse #6

Patrick


Bon, comme j'ai ouvert ma gueule, je m'y colle.

Je bosse dans ce repère de fainéants, bons à rien qui font des choses chiantes à mourir, j'ai nommé la sécu  ;D.

Tout d'abord contrairement aux idées reçus nous ne sommes en aucun cas fonctionnaires. Nous avons des contrats de droit privé comme n'importe quel autre salarié du régime général. La "sécu" ou plutôt le régime général de sécurité sociale des travailleurs salariés regroupe des branches : Maladie avec une caisse nationale la CNAMTS avec des représentations départementales les CPAM, Famille avec la CNAF et les CAF, Retraite avec la CNAV et les CARSAT, Risques Professionnel, le recouvrement des cotisations avec l'ACOSS et les URSSAF. Ces caisses nationales sont placées sous la tutelle de l'état qui leur délègue une mission de service public non commerciale pour laquelle elle ont l'exclusivité. En effet sur votre bulletin de paye votre employeur et vous-même n'avez pas le choix de cotiser ailleurs.

Chaque directeur d'organisme, à toute latitude pour organiser son recrutement, mais pour la plupart il s'agit d'un concours qui s'adresse pour des postes de techniciens de premier niveau de bac à bac + 2. Des profils particuliers peuvent être recrutés sans concours.

Les salaires sont plutôt bas mais sur 13 mois plus une prime équivalent à un 14ème mois. Même si un licenciement est toujours possible pour faute la convention collective nationale protège contre les licenciements économiques et une mobilité forcée ne peut être envisagée que dans le département concerné pour les organismes départementaux (CAF, CPAM, URSSAF) ou la région pour les CARSAT (ex CRAM). Contrairement aux fonctionnaires nous disposons d'un CE.

Des concours nationaux internes d'accès à un dispositif ouvert à tous permettent à un simple agent d'accéder à des formations de cadres et d'agent de direction. Les concours d'un niveau élevé pour le concours d'entrée en formation de cadres et très élevés pour la formation d'agent de direction. Ces deux concours sont aussi accessibles en externe.

On trouve dans ces organismes des agents d'accueil et des techniciens traitanl les prestations spécifiques. Mais on y trouve aussi des infirmières, médecins, assistants sociaux, comptables, ouvriers d'entretiens, agens de sécurité incendie, contrôleurs de gestion, informaticiens de tous niveaux, secrétaires, contrôleurs fraude, etc....

Je suis rentré à la CARSAT sudest en 1994 comme agent de sécurité incendie car j'avais envie et besoin de stabilité même au prix d'un salaire bien plus bas, puis 18 mois plus atrd j'ai été nommé agent de maîtrise suite à l'obtention de mon diplôme IGH/ERP 2 (aujourd'hui SSIAP 2) et 18 mois encore plus tard je rentrais en formation à l'école des cadres après concours près diverses affectation de responsable d'unité, d'adjoint de service, puis responsable de service, je suis responsable du département logistique et sécurité dans une CPAM. Entre temps j'ai pu y faire un master 2 en CIF (totalement rémunéré) et une mutation inter organismes.

A savoir aussi qu'il est possible de cumuler avec une activité professionnelle d'enseignement ou artistique.

Tout ça pour dire que les possibilités et les opportunités y sont immenses. Que depuis 15 ans des efforts considérables de modernisation et d'efficience sont réalisés et qu'il y règne majoritairement une forte culture de service AU public.

Walah  :)

12 janvier 2011 à 20:15:55
Réponse #7

modl


A moi alors.
Je suis dans le Mammouth, en lycée, comme prof d'histoire-géo. J'ai la chance d'être dans une petite ville du Poitou, où on peut encore faire notre boulot. On a quelques cas difficiles, mais rien de comparable à la couronne parisienne. Par contre, le système est fait de telle façon que quand on commence, on se retrouve dans les zones dont personne ne veut. C'est à savoir.
Pour le taf en lui-même, faut aimer être en contact avec des ados, faire passer des idées qui n'ont pas toujours tendance à transcender les élèves... Mais c'est ce qu'on appelle la pédagogie ;#. C'est un challenge de toutes les heures. Et parfois, c'est fantastique.
Pour les cours, il faut les préparer, en les adaptant à la classe du moment, de l'année, donc, faut pas avoir peur de réviser son cours tous les ans. Je ne crois pas à la légende du prof qui garde le même cours d'année en année, sans changer une virgule.
Pour le cours en lui-même, compter 3 à 6 heures de préparation (la première fois !!!) pour une heure de cours effectif. Ensuite, on adpate, c'est plus ponctuel.
Pour les avantages, ben y'a les vacances, qu'on prend en même temps que ses enfants (et ça pour moi, c'est capital). Par contre, ne croyez pas ne rien faire : si vous vous souvenez, vous aviez beaucoup de devoirs la semaine d'avant les vacances, pour qu'on puisse corriger pendant les vacances...
L'énorme avantage, c'est qu'on n'a que 18 (+1h sup obligatoire) heures de présence devant les gamins. Le mammouth étant ce qu'il est, on adore les réunions qui n'en finissent pas, où on fait mal aux fesses des mouches. Entre les copies et les préparations de cours, on a des semaines qui sont comme tout le monde, avec l'énorme avantage de pouvoir gérer le temps comme on le sent. POur les vacances, les vraies vacances sont celles des mois d'été, à partir du 13 juillet (y'a le bac) jusqu'au 25 août, où on recommence à bidouiller du cours, en cherchant comment améliorer ce qui peut l'être.
En gros, faut aimer ce boulot, sinon on ne tient pas, faut aimer les gamins, sinon on pète une durite (l'éducation nationale a, crois-je, le record de dépressions professionnelles), les possibilités de progression sont très limitées, et vous avez des chances de faire 3 ou 4 ans à 500 bornes de chez vous à vos débuts. A part ça, je n'en changerai pas pour rien au monde.
Heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière...

12 janvier 2011 à 20:35:40
Réponse #8

mrfroggy


Au commencement j étais parti vers la comptabilité. mais ça manquait d action pour moi.
Je suis mécanicien auto. de formation "classique", apprentissage en concession, puis changement de direction en centre auto.
Le métier devient spécialisé de plus en plus, du fait de cette foutue électronique embarquée.
Les conditions de travail sont  moyennes a très foireuses. Le salaire est mini mais avec les primes ça passe.
ça reste quand meme un métier intéressant car on apprend a se débrouiller avec peu, et on peut réparer un peu de tout, tout ce qui a un moteur grossomodo.
Le soucis c est le manque de reconnaissance, car pour ma part j ai fait quand meme 4 ans d études de méca pour gagner le meme salaire qu un emploi pas qualifié par exemple.
J ai pas honte de dire que je gagne 1240 euros pour 37 heures par semaines.
Mis a part c est une branche ou vraiment c est plutot facile de trouver du travail, c est déja ça .
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

12 janvier 2011 à 22:04:54
Réponse #9

wolf


Bonjour,
je suis infirmier dans centre hospitalier périphérique. Je bosse aux urgences et au smur depuis 3 ans maintenant.

La réalité aux urgences c'est 30% de bobologie style rhume , grippe, gastro, dents de laits qui tombent, erytheme fessier....... souvent avec des gens qui viennent la pour éviter de prendre rendez vous chez leur medecin traitant. Y a ecris "urgences" sur la porte donc on passe vite. Perdu.

Içi le but c'est de faire passer les gens non en fonction de leurs ordres d'arrivés mais plutot en fonction de la gravité potentielle des symptomes qu'ils decrivent. En gros plus on attend aux urgences moins on a à s'inquiéter.

Les 70 % restants sont repartis entre les entorse de cheville, les douleurs abdominales,  toute la petite traumato,  les douleurs thoraciques, et enfin en dernier les chocs ainsi que les polytraumatisés.

Côté condition de travail c'est effectif minimum tout les jours (2 infirmiers par vacation contre 4 dans l'hopital d'a coté avec le même nombre de passages/jour), heures supplémentaires à gogo(non payées), vacances et rtt reporté au dernier moment "pour raison de service"  ::), côté formation complémentaires style diplome universtaire c'est sur mes vacances et avec mes euros, quand au matériel, il est digne de rentré dans un musée. Et je parle même pas des we, nuits ou jours feriés travaillés, ni des anniversaires des enfants ou tu part bosser alors que tu es de repos. Côté salaire si j'avias ca ppour le fric ca ferai longtemps que j'aurai arrété (d'ailleurs je serai même pas venu).

La belle vie quoi, autrement une super ambiance de travail entre collègue,quelques patients encore humain qui font oublié les menaces , insultes, les crachats et les coups de certains autres.

Pourquoi ce taf?
   Parce que tenir la main de celui que tu n'arrivera pas à sauver, rassurer celui qui à peur de mourir et soulager celui  qui à mal ben faut bien que quelqu'un le fasse.

Et même si certaines nuits, le sommeil tarde à venir, je repars le lendemain comme au premier jour parce que finalement je sais pas faire autre chose de mes dix doigts. Et puis j'aime la tempête!
« Modifié: 12 janvier 2011 à 22:15:11 par wolf »
"Be the type of person that when your feet touch the floor in the morning, the devil says: "aww shit, they're up"   Dwayne johnson

13 janvier 2011 à 07:12:26
Réponse #10

Clemstout


De bon matin je me lance!
Je suis actuellement en école d'ingénieur orientée mécanique (ça reste très généraliste tout de même), dans une filière qui tend à être connue, la mécatronique. Ce terme barbare désigne en fait l'association de 4 disciplines (automatique, informatique, mécanique et électronique) qui fonctionnant ensembles sont censées améliorer notre quotidien. Concrètement ça se traduit par la création de systèmes embarqués dans les voitures, ou avions ou train (l'ABS qui utilise de l'électronique et autre pour agir sur de la mécanique ou tous les calculateurs embarqués actuellement sont de bons exempels de ce que ça peut donner.)
C'est une approche transverse, où l'on doit être capable de comprendre les différents points de vus des "spécialistes" (en info, automatique ou autre) et prendre du recul pour "mixer" le tout et rendre les interfaces cohérentes. (Et c'est souvent la que ça cloche actuellement dans l'industrie: les interfaces entre les différents domaines...)
Bon je vous avoue que j'ai toujours un peu de mal à expliquer ça j'espère avoir été a peu près clair...

L'intérêt de cette formation, c'est qu'on touche un peu à tout, sans trop se prendre le choux sur des détails inutiles, et ça me correspond pas mal.
A quels métiers ça mène? Aux métiers de conception/création dans l'industrie (automobile, ferroviaire, aéronautique notamment), à tout ce qui est audit/controle qualité et procédés industriels. Et comme c'est une filière assez générale quand meme, ben on a accès moyennant quelques options aux métiers de maintenance ou de production logistique.

Et c'est là que le bat blesse pour moi, vu que c'est pas vraiment ce qui me passionne, ça "bouge" pas assez, et je suis ppas assez indépendant à mon gout, donc j'envisage de modifier légèrement ce que j'étudie actuellement (via un double diplome et options qui vont bien) pour dévier un peu de la formation actuelle, et m'orienter vers un coté plus management...

Voila, voila

Amicalement
Clemstout
Développe en toi l'indépendance à tout moment, avec bienveillance, simplicité et modestie.--Marc-Aurèle--

13 janvier 2011 à 10:24:33
Réponse #11

Maximil


euros pour 37 heures par semaines.
Si c'est net, c'est déjà pas mal.
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

13 janvier 2011 à 10:28:56
Réponse #12

lilou6201


Bon allez je me lance aussi, actuellement au chômage et en attente d'une reconversion...
J'étais il y a un an ambulancière pendant 6 ans.
Un métier très prenant et passionnant.On est proche des gens et des familles, ont leurs apportent soutien et réconfort lors des transport urgent (SAMU) ainsi qu'un minimum d'aide, pose d'attelle, oxygénothérapie, prise de tension etc... Si  besoin et en accord avec le Centre 15.
 On fait souvent des transfert médicalisés avec un médecin à bord pour les centres hospitaliers style CHU, pour des urgences vitales ou pour des opérations lourdes.
Transfert d'hôpital à hélicoptère "mon préférer" pour un transport optimum pour le patient.
J'ai transporter aussi beaucoup d'enfants, cela allez de la pitchoune né avant terme à l'enfant brûler et j'en passe pour ceux qui ont un cancer.
On apporte aussi un soutien avant le trépas, le transport de ceux-ci avant la préparation funéraire (ça j'aimais moins mais, fallait le faire, même les réquisitions de gendarmerie...)
Les horaires, il n'y en as pas, on commence à telle heure et on ne sait jamais quand on fini. Si une urgence tombe on file. Le salaire, bien malgré moi j'ai crue que étant diplômer j'aurai un peu plus mais, j'ai rêver par contre pour changer de boîte c'est plus simple en cas de soucis, style harcèlement et j'en passe. Mais, au départ c'était une passion, aider les autres sans avoir le patron sur le dos et faire de son mieux...
Enfin bref, sur six années j'ai vue pas mal de choses et il m'en reste encore à voir. En ce moment j'attends un emploi pour l'année et après je part l'année prochaine en formation de secrétaire médicale, en lien toujours avec le médical en espérant que cela aboutisse et que l'année 2011 passe vite...

13 janvier 2011 à 14:52:54
Réponse #13

Erikson


Bonjour à tous,

Et bien moi, j'ai bossé pendant 10 ans dans le télémarketing, à différents échelons.
Il y a 2 ans j'ai monté ma boite de télémarketing.
Donc depuis :Stress (j'ai réussi à me cassé une dent, tellement je serre les dents la nuit)  :down:
Vie sociale quasi inexistante: le pire que j'ai fais, c'est de bossé 78h en une semaine, dans un bureau sans fenêtre ...  :down:
Pas de salaire pendant 1 an: J'ai du vivre sur des économies et des prêts. :down:

Enfin bref ! j'étais pas heureux

Résultat:J'ai décider de me prendre en main. En décembre j'ai "largué" ma boite et je change totalement de "vie":
J'ai trouvé un job dans l'humanitaire et pars à partir de juin en Afrique.

Quand j'ai annoncé ça à mes amis, ils m'ont tous dit que c'était la meilleure décision que j'avais pris depuis 2 ans !


13 janvier 2011 à 15:33:05
Réponse #14

Anke


Citer
Pourquoi ce taf?
   Parce que tenir la main de celui que tu n'arrivera pas à sauver, rassurer celui qui à peur de mourir et soulager celui  qui à mal ben faut bien que quelqu'un le fasse.
Même combat que toi Wolf... même combat, mais en libéral ( j'étais trop vieux pour continuer le smur), du coup y'a des moments au cours desquels je me sens un peu seul, mais bon effectivement " faut bien que quelqu'un le fasse..."

13 janvier 2011 à 16:06:14
Réponse #15

Alex Reeves


Salut,

Pour moi aussi, c'est le même combat que Wolf et Anke ... sauf qu'en libéral, on n'a pas de hiérarchie à supporter et le salaire est quand même meilleur. Mais faut pas regarder les heures de boulot ...

A +.


"Celui qui vit par l'Epée, finit toujours par la recevoir dans l'cul.
Dieu nous garde."

13 janvier 2011 à 18:37:49
Réponse #16

Madudu


Tu bosses dans l'armement ?  :o

Plus sûrement, les mines ? Exploitation de charbon, ce genre de choses ?

13 janvier 2011 à 18:44:04
Réponse #17

Patrick


A mon tour, Sachant que je dois rester un tantinet discret, et qu'une petite vidéo vaut mieux qu'un grand discourt, voici mon taf:
http://www.youtube.com/watch?v=j-FN5dr5VTU
A+
Oui mais le but ce n'est pas de dire ce qu'on fait qui en soit n'est pas très important, mais les conditions de travail, ce qu'on y trouve, ce qu'on y a perdu afin de renseigner ceux qui pourrait être en quête d'une orientation.

13 janvier 2011 à 18:47:26
Réponse #18

Gros Calou


Yo  :)

C'est pour cette raison que j'ai viré mon post  ;)

13 janvier 2011 à 18:53:39
Réponse #19

Leif


yes
j'arrive pas a decrire ce que je fais mais en video ça donnerait ça

http://www.youtube.com/watch?v=gWoFtp6IZzs&feature=related

je me suis donné les moyens de faire ce que je voulais faire.

j'evolue dans énormément de milieux d'où je récupère beaucoup.

je vois beaucoup de gens, vraiment beaucoup avec tout pleins de langues, c'est la legion mais en plus marrant.

tout ça tout de meme avec beaucoup de serieux car il y a une partie qui necessite beaucoup de serieux et qui engage vraiment le demandeur.

sachant que 'adore apprendre alors si cela se trouve demain je suis potier dans l'oregon.

et le pire avec tout ça c'est que j'ai pas d'argent :blink: mais j'y veille, merci la crise et les banques.
a+
« Modifié: 13 janvier 2011 à 18:59:57 par leif: superheros quand tout va bien »

13 janvier 2011 à 19:09:15
Réponse #20

Stéph


Si je peux me permettre: Très beau parcourt Patrick  ;) ..

13 janvier 2011 à 19:30:22
Réponse #21

Draven


Pour ma part :

Mécanicien en matériel de motoculture de plaisance/professionnel et quads.

Je suis mécanicien moto de formation, en ayant marre de changer des pneus et faire des vidanges sur des motos maltraitées, je me suis rediriger sur la motoculture y'a 3ans et demi maintenant.
J'ai tout appris sur le tas en arrivant dans la boite ou je suis, a l'époque on étaient deux CDI et un apprenti. Mon collègue ne m'appréciait guerre, du coup il m'a rien appris, il est parti a la retraite au bout de 6mois. L'apprenti a été remercier deux mois après, pour cause d'incompétence.
Depuis je suis seul, sur un poste normalement occupé par 2.5 personnes...

Je fais quasiment tout, de l'accueil du client, jusqu'a la facturation finale et l'encaissement ( hors CB, on a un terminal a part, et impression des factures, une secrétaire rassemble les infos que j'ai écrites, et les imprime ). Le contact avec les clients est plaisant, certains sont devenus des amis.
Je travail avec des particuliers, des communes, des entreprises privées ( chantiers de réinsertions notamment ), l'ONF et des bucherons indépendants.
Le travail est varié, les machines sont petites en règle générale, ce qui permet d'en faire plusieurs par jour ( sauf grosses interventions sur les quads, etc... ). Et le travail est plus manuel qu'en moto, y'a des soudures a refaire, des pièces a usiner pour dépanner un client, de la peinture, des modifications, etc... En moto c'était 90% du temps des pneus ou des révisions basiques... chiant sur le long terme !
La le 2tps est une mécanique très pointue, beaucoup de réglages très fin a effectuer.

Les horaires sont standards, 39h par semaine toute l'année, beaucoup d'heures supplémentaires au moment de la pleine saison de tonte ( en mars a juin en gros ). Calme l'été, des entretiens en automne et beaucoup de tronçonneuses en hiver. Mais j'ai jamais le temps de m'ennuyer vu que j'ai du travail pour deux personnes... Au printemps je cours la journée complète quasiment... Je jongle entre les réparations, le telephone, les clients qui viennent chercher une machine ou m'en déposer une...
Je doit faire environ 1350€/mois en net environ.


L'ambiance est actuellement en chute libre, le patron a passé une très mauvaise année ( societé de matériel agricole a la base, 95% du chiffre est basé la dessus, moi j'suis seul sur la motoculture ) et son attitude est devenue incorrecte envers nous...
Du coup j'ai décider d'aller voir ailleurs. Au 1er mars je passe responsable d'atelier dans le Jura. Dans une boite 100% motoculture, structure plus humaine mais avec des chiffres + importants.
Augmentation en vue, que ça soit en terme de salaire, de responsabilité ou d'heures de travail :p
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

13 janvier 2011 à 19:58:12
Réponse #22

bushiben


Post supprimé.
Voici un bref résumé de mes  conditions de travail très particulières, tout d'abord travail les pieds dans la mer*e toute l'année, si c'est pas la poussière et les caillasses, c'est la glace et la boue, horaires diffèrent tout les jours, journée très condensées (18 a 21 heures légales plus parfois du rab), semaine avec un maxi de 60 heures (parfois du rab aussi). De grosses responsabilités (économiques et humaines, incidents peu tolérés et accidents INTERDITS).
A coté de cela boulot très technique en aval (préparation des plans de tir, calculs des charges et des séquences etc...) et pendant la mise en œuvre, stress et adrénaline lors de la mise a feu et lors du constat de tir, contact avec les clients pas toujours aisé, bref soit tu aime, soit tu part.
- Ce que tu vis au sommet te change profondément et te devient indispensable...
- L'alpiniste est un homme qui conduit son corps là où, un jour, ses yeux ont regardé... - Gaston Rébuffat

- Grimpez si vous le voulez, mais n'oubliez jamais que le courage et la force ne sont rien sans prudence, et qu'un seul moment de négligence peut détruire une vie entière de bonheur. N'agissez jamais à la hâte, prenez garde au moindre pas.
Et dès le début, pensez que ce pourrait être la fin - Edward Whymper

13 janvier 2011 à 20:28:09
Réponse #23

jbc


aller j' y vais aussi
avant marin pro sur voilier trad (vieux gréement quoi  ! nuc navire utilité collective ), croisière, sortie journée et evenementiel.. la plus part des gens nous pense en vacances toute l'années mais le taf c'est surveiller la bonne marche du bateau 25 metres 80 tonnes je vous laisse imaginer les manoeuvres le tout a l'ancienne sans aide  mecaniques, la securité des personnes entre les tabarly du dimanche et les gamins qui joue au pirate y' a de quoi faire, l'entretient du bateaux coque pont peinture, antifouling anodes.., travaux de gréements epissure sur cable galvas et cordage bizarrement c'est souvent en tête de mat que ça se passe, l'animation, la cuisine, la propreter, passer derrirers les clients qui vomisse partout, ceux qui ne daigne pas s'assoire pour pisser en mer dans les toilettes, les nav de nuits, les convoyage dans des temps de m*rde pour être a l'heure pour honorer le contrat
les beuvries quand on fait de l'evenementiel
en se moment et en paralelle de mon taf precedent, charpente, ossature bois...... c'est dehors par tout les temps, manipuler des tonnes de bois clouer des millier de clous
j'ai 36 piges hernie discal, entorse cervical toute les articulations foutue, les nerfs des mains et avant bras  qui me paralyse (maladie des charpentiers )

mais sinon je m'eclate dans se que je fait et le soir quand je me retourne je me dit cool ça a bien avancer

27 janvier 2011 à 22:01:00
Réponse #24

Raoh


Bon allez je me lance aussi, actuellement au chômage et en attente d'une reconversion...
J'étais il y a un an ambulancière pendant 6 ans.
Un métier très prenant et passionnant.On est proche des gens et des familles, ont leurs apportent soutien et réconfort lors des transport urgent (SAMU) ainsi qu'un minimum d'aide, pose d'attelle, oxygénothérapie, prise de tension etc... Si  besoin et en accord avec le Centre 15.
 On fait souvent des transfert médicalisés avec un médecin à bord pour les centres hospitaliers style CHU, pour des urgences vitales ou pour des opérations lourdes.
Transfert d'hôpital à hélicoptère "mon préférer" pour un transport optimum pour le patient.
J'ai transporter aussi beaucoup d'enfants, cela allez de la pitchoune né avant terme à l'enfant brûler et j'en passe pour ceux qui ont un cancer.
On apporte aussi un soutien avant le trépas, le transport de ceux-ci avant la préparation funéraire (ça j'aimais moins mais, fallait le faire, même les réquisitions de gendarmerie...)
Les horaires, il n'y en as pas, on commence à telle heure et on ne sait jamais quand on fini. Si une urgence tombe on file. Le salaire, bien malgré moi j'ai crue que étant diplômer j'aurai un peu plus mais, j'ai rêver par contre pour changer de boîte c'est plus simple en cas de soucis, style harcèlement et j'en passe. Mais, au départ c'était une passion, aider les autres sans avoir le patron sur le dos et faire de son mieux...
Enfin bref, sur six années j'ai vue pas mal de choses et il m'en reste encore à voir. En ce moment j'attends un emploi pour l'année et après je part l'année prochaine en formation de secrétaire médicale, en lien toujours avec le médical en espérant que cela aboutisse et que l'année 2011 passe vite...

Idem, jusque dans les détails des dates,
Sauf que je viens de passer les présélection pour le concours d'infirmier, reste à réussir le concours...
Rien à ajouter sur le coté positif,
Coté négatif;
-on est payé entre 75 et 90% de notre temps de travail réel selon les boites, on arrive vite à 250/300h par mois, pour un salaire...au minimum (calcul des 80% à leur manière) (pas de tarif de nuit ou week end)
-on vit au jour le jour, aucune pause repas, pas de pause tout court d'ailleurs, ou quand y en a on doit prendre un balai et faire genre on nettoie des locaux propres...aucun arrêt de productivité n'est toléré
-on est des danger sur la route après une 10aines d'heures de boulot intense -> jusqu'à 15h.
-les vacances des années précédentes qui trainent
-aucune reconnaissance des patrons, on est des vaches à lait, mais vraiment.
-nous dépendons du ministère des transports et non de la santé
-notre convention laisse les plein pouvoir aux patrons, j'ai vraiment l'impression d'avoir été privé de liberté pendant ces années
-la durée de vie professionnelle d'un ambulancier et de 2/3ans
-les société s'achètent et se revendent comme des putes en Roumanie (excusez la comparaison), et nous; retour à zero, j'ai des collègues qui ont 25ans de métiers et qui ont le même salaire que moi, minimum...
-le milieu des ambulances est une vraie mafia.
Je ne vais pas faire la liste totale tellement ca me dégoute, pour un métier que j'aimais,

Je brule mon DEA des que j'ai finis...bientôt



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //