Nos Partenaires

Auteur Sujet: [Demande Conseil] Couteau pour enfant 10-13ans  (Lu 15584 fois)

10 avril 2010 à 20:25:17
Réponse #50

Rôdeur


Pas de bol Ghjallonne: Moi, avec mon premier SAK je me suis coupé le premier jour  :lol:

10 avril 2010 à 20:27:58
Réponse #51

Rôdeur


Sans doute Wapiti, mais moi je suis autodidacte... Et en plus, je suis cuisinier... A+

10 avril 2010 à 20:32:14
Réponse #52

Ghjallone


Pas de bol Ghjallonne: Moi, avec mon premier SAK je me suis coupé le premier jour  :lol:
je dois avoir sur les mains une vingtaine de cicatrices, qui viennent de blessures assez profondes pour toucher les os, et une dizaine de plus superficielles, j'ai pas mal appris de mes erreurs ;D
j'ai toujours pardonné a ceux qui m'ont offensé.
mais j'ai la liste.

11 avril 2010 à 09:58:33
Réponse #53

loup blanc


Je te conseillerais le pocket bushman pas très cher, pliant ,robuste  :doubleup:
Deux ans a parcourir la terre,ni téléphone,ni petite bête,ni cigarette,le seul homme de la liberté ,un extrémiste,un astate voyageur qui est chez lui sur la route.Maintenant après deux ans passés sur la route commence enfin l'aventure ultime, le suprême combat qui anéantira l'affreux imposteurs qui vit en moi , achevant ainsi la révolution spirituel.Loin de la civilisation empoisonné fuit ,et seul arpente la terre pour se perdre en pleine nature .

11 avril 2010 à 10:12:16
Réponse #54

vik


Et aussi dur a ouvrir parait-t-il..
AMA beaucoup trop technique pour commencer, de plus si on excède 20€ par couteau, on se retrouve vite fait avec une belle facture

11 avril 2010 à 10:54:35
Réponse #55

LeBaron


Salut
Mon premier couteau, un pliant à l'age de 10 ans. A la campagne c'est tout naturel. Quand tu travailles dans les champs et/ou avec des chevaux c'est indispensable.
J'ai fait un couteau pour mon petit fils pour ses 8 ans : un fixe à bout rond et non tranchant. Pour ses 10 ans je lui ait offert un opinel spécial enfant ( comme un normal mais avec bout rond)
Bien sur il y a toujours un risque, mais qui n'a pas dans sa cuisine au moins une douzaine de couteaux à la portée de tous? Donc on en revient toujours au même, à savoir : éduquer.

11 avril 2010 à 11:37:46
Réponse #56

Nävis


Ce fil porte sur une question simple et précise, clairement définie par Mrod.
Bien évidemment, le sujet est suffisament complexe et passionnant pour faire appel à l'ensemble des avis et connaissances des membres de ce forum, autant sur le plan technique que sur les dimensions plus éducatives et culturelles (ah, les couteaux transmis par les aînés... ::)).

Mais afin que ce fil reste lisible et utile, merci à tous les intervenants de veiller à ne pas abuser de clichés et de lieux communs. Au final, cela ne fait qu'appauvrir le contenu. D'ailleurs, un peu de nettoyage volontaire ne devrait pas nuire à la lisibilité.



11 avril 2010 à 12:06:47
Réponse #57

jilucorg


Je rappelle qu'il s'agit d'un groupe

Je trouve un peu drôle que personne ne percute sur les tentatives répétées de notre Calou pour mettre en évidence qu'il est question ici d'un groupe : l'argumentation — quand il est question d'autre chose que de propositions de couteaux considérés en eux-mêmes — repose sur des souvenirs d'enfance avec transmission, rituel etc. menés par un parent ou assimilé, ou bien sur des considérations de parents ayant procédé à ces transmissions avec leurs propres enfants.

Comme si ces expériences et démarches individuelles et familiales réussies étaient transposables dans le fonctionnement d'un groupe de pairs de 10-13 ans.

Or quiconque a observé le fonctionnement de groupes de mômes fonctionnant dans la durée dans le cadre d'une structure hiérarchique et disciplinaire assez souple et peu contraignante comme cela se pratique actuellement le plus souvent (donc pas les scouts voilà trente ans par exemple), sait à quel point le comportement de chacun est différent par rapport au cadre familial — que ce soit d'ailleurs en "mieux" ou en "moins bien".

L'expression 'dynamique de groupe' fait quand même référence à des mécanismes bien identifiés, qui comportent aussi bien des aspects constructifs (émulation positive, coopération etc.), que des problèmes potentiels comme par exemple l'influence d'un leader négatif, les actions liées au positionnement hiérarchique ou au sentiment de toute puissance etc.

Ces derniers aspects me paraissent à prendre sérieusement en considération pour cette affaire de couteaux, et ne sont en rien éclairés par les expériences individuelles de l'un ou de l'autre dans le cadre familial. Pour ma part, je m'associe aux 'réserves' émises par L' Gros Calou sur cette question...
 
jiluc.

11 avril 2010 à 18:03:08
Réponse #58

Nävis


Au vu des risques que peuvent représenter des pliants pour les mains de tous les âges dès que l'on bricole un peu, l'option de couteaux fixes parait intéressante. Des Moras tous simples devraient faire l'affaire.

Mais je pense aussi que des expériences individuelles et familiales sont partiellement transposables dans le cadre d'un enseignement de groupe de pré-ados. Suivre l'exemple d'un adulte dont on admire le comportement et la maitrise, démontrer attention et responsabilité, pour pouvoir gagner en autonomie. Recevoir la preuve de cette confiance nouvellement gagnée: pouvoir se servir d'un couteau, un vrai et réussir à faire des choses utiles avec.

Par analogie avec des stages de plongée et de grimpe: une première éducation de base sur le comportement et les manipulations sûres, avec des usages tous simples, et un couteau tout prêt à pardonner les premières erreurs (pas de pointe, etc). Puis, comme récompense au fur et à mesure que les enfants maîtrisent les gestes et attitudes, leur confier un Mora, et leur permettre d'apprendre plus de techniques. Chacun ira à sa vitesse, les moins habiles vont être tirés par les meilleurs, et si le challenge n'est pas démesurés, tous devraient arriver à se voir confier un Mora, avec une pointe et une lame qui coupe!


 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //