Nos Partenaires

Auteur Sujet: La petite phrase qui fait plaisir...  (Lu 7620 fois)

24 février 2010 à 07:28:24
Réponse #25

Anke


L'écueuil que l'on rencontre souvent est jusement le concept de ce qui est utile et de ce qui ne l'est pas... C'est super variable d'une personne à l'autre. En fait, il arrive que l'on aboutisse à des résultats similaires sans pour autant avoir eu les mêmes objectifs de départ.
Prenons par ex les réserves à la maison :
Le point de vue du "survivaliste" sera de constituer des réserves avec comme objectif "tenir X jours" au cas où il se passerait ci ou ça.
A la maison, à peu de chose près on aura les mêmes stocks, juste parce que ça fait chier de faire les courses toutes les cinq minutes.
A motivation différente, résultats similaires, mais c'est l'approche, la construction intellectuelle du machin qui n'est pas la même. Je pense qu'il y a plein de domaines qui peuvent se retrouver sur ce mode là.
Je crois pour ma part qu'un gage de survie repose d'abord sur des compétences pluridisciplinaires qui vont de la bonne utilisation d'un surin jusqu'à la préparation d'un repas appétissant pour toute une famille, le lavage du linge, le portage efficace d'une charge de 20 kg, l'apprentissage de la mobilité etc...etc... Du coup, chacun, chacune va y retrouver ses propres modes de fonctionnements et je crois que c'est le refus d'une possibilité ( "ça sert à rien ton machin") ou la critique mal fondée d'une solution : c'est le bordel dans le sac d'une nana ( regardez donc la tronche de vos sacs à dos après deux ou trois jours, les biscuits écrabouillés avec le duvet bourré en vrac) au moins elle a un sac avec dedans, son kit "régles", le chéquier, le stick à lèvre, les mouchoirs, les clés, le larfeuille avec les cartes de credit, vitale et mutuelle et tout plein de petts trucs utiles. En fait il suffit de retourner le sac pour trouver le machin qu'on cherche et puis voilà ! Les mecs, avec nos poches partout, desfois il faudrait nous retourner nous, pour que le truc qu'on cherhche il tombe par terre pour le trouver, moins efficace je trouve... :lol:

24 février 2010 à 19:15:22
Réponse #26

lilou6201


+ 10000000000000àà avec Anke et Navis allez faisons la paix ont est complémentaire finalement si les hommes ont besoins d'un kleenex ont en as et si ont a besoin d'un couteau pour couper du bois vous en avez un  ;) ;)

24 février 2010 à 19:58:00
Réponse #27

Patrick


Je ne pense pas que la prise de conscience, l'autonomie et la détermlination soit génétiquement plus masculine que féminine et Lily, par exemple en est la représentation puisque c'est elle qui essaye vainement de sensibiliser son homme.

Par contre, la pression sociale a programmée culturellement l'homme en défenseur du foyer à qui Madame délègue volontiers ces aspects, malgrès souvent des véléités féministes, ce qui soyons francs nous arrange bien pour la plupart et nous serions souvent perdus si demain nos femelles ne nous reconnaissaient plus ce rôle de mâle protecteur.

Pour autant, plusieurs filles ici avec qui je serais heureux d'être en cas de crise et beaucoup d'hommes à qui je ne confierai pas le moindre crédit en pareil cas.

Prenons 100 femmes et 100 hommes éduqués de la même façon, ils auront le même comportement analytique et préemptif face aux situations à risque.

24 février 2010 à 20:42:17
Réponse #28

Lily


+ 1 Patrick. Et merci d'être "franc" !
L'avantage dans un couple, c'est quand même d'être deux (merci Lapalisse...). Et, en cas de crise, de faire équipe et d'être complémentaires. Par exemple, moi, je fournis le matos, les médocs, je pense au BOB, etc. N'empêche que quand il s'agit de sortir machette à la main parce qu'un voleur rôde dans le jardin au Kenya, bah c'est pas moi qui m'y colle. A la fois, avec mon gabarit, le voleur, il rigolerait bien de me voir avec une machette  ::)
Tout ça histoire de militer pour un peu de complémentarité qui, pour être bien pensée, doit, effectivement, aller au-delà des schémas d'éducation sexués.
If you think you are too small to make a difference, try sleeping with a mosquito

24 février 2010 à 21:23:30
Réponse #29

Jocelyn


J'ose une intervention à ce propos pour me faire l'avocat du diable.  ;#
Je ne pense pas que la prise de conscience, l'autonomie et la détermlination soit génétiquement plus masculine que féminine et Lily, par exemple en est la représentation puisque c'est elle qui essaye vainement de sensibiliser son homme.
La conscience, l'autonomie et détermination présentées dans ce forum sont très subjectives, et dans ton exemple, peut-être que le compagnon de Lily essaie de la sensibiliser selon sa propre vision de la conscience, l'autonomie et détermination (financière, familiale, ou autre), et ensuite c'est juste une question de point de vue. Ce n'est pas toujours aussi simple que différencier ceux qui sont conscients et ceux qui ne le sont pas. De ce fait, la situation de Lily est-elle vraiment un exemple de situation asymétrique? Et même si c'est le cas, peut-on faire une généralité à partir d'un exemple?

Citer
nous serions souvent perdus si demain nos femelles ne nous reconnaissaient plus ce rôle de mâle protecteur.
Cette affirmation n'engage que toi. :)

Citer
Pour autant, plusieurs filles ici avec qui je serais heureux d'être en cas de crise et beaucoup d'hommes à qui je ne confierai pas le moindre crédit en pareil cas.
(Si je peux me permettre, on sait ce qui se passe lors des blackouts prolongés... ;D )

Citer
Prenons 100 femmes et 100 hommes éduqués de la même façon, ils auront le même comportement analytique et préemptif face aux situations à risque.
Je comprends que tu cherches à démontrer qu'au niveau du comportement hommes et femmes sont au même niveau, mais affirmer les égalités et différences cognitives entre hommes et femmes requiert bien plus qu'un simple post. :) Et notamment, affirmer qu'à éducation égale les comportements sont identiques ne me semble pas réaliste: il est facile de voir nombre d'enfants qui, éduqués de la même façon, ont une fois adulte (et même avant) un comportement analytique et préemptif bien différent (l'un insouciant, l'autre inquiet... l'un fonceur, l'autre prudent, etc.).

Génétiquement ou pas, il reste que statiquement les hommes et les femmes diffèrent dans le comportement. ;D
(C'est un rien provocateur, mais tu noteras qu'au delà de simplement indiquer cette différence, je ne porte pas de jugement de valeur.)

24 février 2010 à 21:56:21
Réponse #30

Jocelyn


L'avantage dans un couple, c'est quand même d'être deux (merci Lapalisse...). Et, en cas de crise, de faire équipe et d'être complémentaires.
Dans un couple, c'est comme quand on est en nombre, ça peut être autant de fois plus de compétence... ou bien autant de fois plus de connerie. (Et je suis le premier à garder ça en tête me concernant.) D'ailleurs, cela rejoint la règle des 3. ;)

Citer
Tout ça histoire de militer pour un peu de complémentarité qui, pour être bien pensée, doit, effectivement, aller au-delà des schémas d'éducation sexués.
Ou encore mieux, au delà des schémas d'éducation, tout court. :)

24 février 2010 à 22:33:38
Réponse #31

Humain


Salut Jocelyn  :)

Et notamment, affirmer qu'à éducation égale les comportements sont identiques ne me semble pas réaliste: il est facile de voir nombre d'enfants qui, éduqués de la même façon, ont une fois adulte (et même avant) un comportement analytique et préemptif bien différent (l'un insouciant, l'autre inquiet... l'un fonceur, l'autre prudent, etc.).

À mon avis, c'esr une multitude de paramètres qui influence le caractère futur des enfants.

D'une part, la place dans la fratrie et l'expèrience acquise au fil des ans et des naissances, font qu'il me semble impossible pour des parents d'éduquer leurs enfants de la même façon pour chacun d'eux.

D'autre part, l'influence du milieu extra-familiale s'exercera différemment sur chacun d'eux, ne serait-ce parce qu'ils n'auront pas les mêmes professeurs, ni ne fréquenteront les mêmes camarades.

En outre, obligatoirement confrontés aux préjugés en fonctions de leur genre (entres autres), ils seront incités à modifier plus ou moins profondément leur comportement "primal" pour s'intégrer à la socièté.

  l'Humain

24 février 2010 à 22:42:43
Réponse #32

Patrick


Cette affirmation n'engage que toi. :)
Justement, personnellement, je me contrefout que ma compagne me reconnaisse un rôle protecteur et les associations de rôles de type entreprise associés à la notion de couple me gavent au plus au point. Je parlais d'une tendance, d'un rôle socialement intégré auquel on (les hommes) s'identifie majoritairement.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //