Nos Partenaires

Auteur Sujet: Le liant papier.  (Lu 16031 fois)

13 janvier 2010 à 10:17:24
Réponse #25

Tengu


Quand on reagrde les videos sur la fabrication du papercrete sur livingpaper, les gars ne s'embetent pas à calculer le volume d'eau, ils remplissent au 3/4 de flotte le Tow mixer, balancent dedans le papier et hop.

Par contre le sechage doit se compter en semaines et plus en jours lol.

13 janvier 2010 à 11:04:13
Réponse #26

josephcurwen


Quand on reagrde les videos sur la fabrication du papercrete sur livingpaper, les gars ne s'embetent pas à calculer le volume d'eau, ils remplissent au 3/4 de flotte le Tow mixer, balancent dedans le papier et hop.

Par contre le sechage doit se compter en semaines et plus en jours lol.

Sur la vidéo postée ci-dessus, les briques sont mises à sécher 3 jours (visiblement, il a l'air de faire chaud où ils se trouvent, c'est pas en Picardie que ce la se passe) , et la personne donne les quantités utilisées dans la réalisation.

De mémoire, ils annoncent avec ce procédé, la réalisation de 126 briques (plutôt de la taille de parpaing d'ailleurs) par jour

13 janvier 2010 à 11:14:44
Réponse #27

josephcurwen


Après vérification, les doses sont dans le cas de la video:

Le réservoir de 160 gallons remplis au 2/3 d'eau, 60 livres de papier et 90 de ciment.

La personne précise que cela doit juste être suffisamment fluide pour passer dans la chambre à air dont il se sert pour déverser la préparation dans les moules.

Visiblement, c'est au point pour lui, même si les doses sont plus ou moins empiriques.

13 janvier 2010 à 22:59:11
Réponse #28

vagabond


Attention, je n'ai pas dit que ça ne marche pas, mais je tiens quand même à faire une petite mise au point.

Cette façon de construire est né au sud des USA. Partant de là, il semble évident qu'ils n'ont pas les même impératifs que nous.
Soit dit en passant, ils ne construisent jamais de hangar de séchage tandis qu'ici c'est plus que conseillé.

La résistance à l'écrasement est pour eux uniquement lié au poids de la construction tandis que nous sommes sous des latitudes ou la neige peut être source de surcharge et de ce fait occasionner des dégâts irréversibles.

Pour palier à cet impératif, en général on travail la résistance des matériaux en commençant par la mise en oeuvre des agrégats. Il n'y a aucun mystère, c'est comme le béton, plus on met d'eau, moins c'est costaud.

Un détail qui a son importance, on ne réalise pas de brique à proprement parler mais des gros blocs d'un quarantaine de cm de large mais plus long et plus haut que des parpaings classiques en 20*20*50. Le poids est plus que raisonnable mais surtout la construction avance à très grande vitesse si on l'a réfléchi correctement avant.

Je crois que je pourrai écrire longtemps sur le sujet mais ce soir je suis out.

Vagabond

27 juillet 2010 à 11:23:56
Réponse #29

guy-arnaud


Bonjour,je suis nouveau sur ce forum,et j'aimeraisvous parler de mon expérience du liant-papier.J'ai commencé à le travaillé très jeune vers la fin des années 80.Mon père me donnait des restes de liant et je faisiais des personnages avec.Depuis je l'utilise pour de plus gros travaux.
Je n'ai jamais construit d'unités habitationnelle.Je l'ai le plus souvent utilisé, pour lisolation et sous forme "d'art".
Je suis à votre entière disposition pour vous transmettre,le peu que j'ai appris.Si vous avez des questions je m'éfforcerais de vous répondre.
Je vous joins ce clip de mon travail avec des bénévols.Cordialement Guy-Arnaud
http://www.youtube.com/watch?v=GqKHJJuk4IU

27 juillet 2010 à 15:18:56
Réponse #30

gmaz87


Bonjour,
Sujet intéressant, c'est un matériau de construction nouveau pour moi.
Une question: Vagabond met en avant le problème de la protection à l'eau sur les murs finis, est ce qu'il y a des mises en oeuvre particulières pour le premier rang au sol et les remontées capillaires du sol?
En gros , faut il construire sur un liner par exemple?
Merci
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

27 juillet 2010 à 17:09:55
Réponse #31

guy-arnaud


Bonjour,je ne conseille à personne de laisser le liant aux imtempéries.Il tient raisonnablement bien de par une bonne épaisseur et en région sèche à faible précipitation.Les photos ,qui courrent sur la toile,sont en régions désertique des U.S.A..
Utiliser le liant comme enduit n'est pas indiqué car il ne tient pas plus de 2cm d'épaisseur et se gorge d'eau rapidement et dans ce cas là il n'isole plus.
Sa performance est l'isolation en milieux sec.Personne ne penserait laisser un isolant de laine à la merci de la météo.
Il est ultra éfficasse pour les combles perdu.Je le pose sans mélanger du sable (faible résistance thermique).Dans une position horizontal il résiste bien à la compréssion,sans cet inerte.
Je l'utise pour l'isolation des planchés chauffant.je le coule (15cm d'épaisseur)sur une arase de 5cm.Nous nous sommes apperçu que nous récupérions bien plus de calories qu'avec les isolants conseillé par les fabriquants de PAC.
Il faut savoir que pour fabriquer du papier déchicté sans machine adéquate c'est extrêmement laborieux.Bien qu'il y ait des techniques simple pour le fabriquer.
Cordialement Guy-Arnaud

30 juillet 2010 à 13:23:26
Réponse #32

guy-arnaud


Bonjour,au mois de juin je me suis "monté" un tunnel de séchage pour mes blocs de liant.
J'ai étendu une bâche noir sur le sol et je me suis fabriqué un chassi avec des fenêtres de coulissant récupérée sur un chantier.
J'ai une longueur de 10m sur une largeur de 1,50m.J'ai posé les fenêtres sur deux rangées de parpaing empilés,les uns sur les autres.Pour accélérer le séchage,j'ai fais une inclinaison de 3% entre les deux extrèmités,ce qui favorise la convection et me draine l'air qui expulse l'humidité.Au plus haut du soleil j'obtiens 80º en sortie supérieur,pour une température extérieur de 35º.
Pour un bloc de 25cmX15cmX12cm,le temps de séchage est 1,5 journée (je démoule 12 heures après la mise en séchage).Je fais attention au dosage d'eau,car je me suis apperçu que le surplu d'eau s'évacu mal sur une bâche.
J'ai adopté une nouvelle technique quand je moule des blocs.Mes moules ont une hauteur de 12cm (2cm pour la rétractation),je tapisse le fond du moule avec du mélange sec et ensuite je coule ma "soupe" sans tasser.Le mélange sec absorbe l'eau sans problème de cohésion.
Cordialement Guy-Arnaudguy-arnaud
 
Messages: 4
Inscription: Sam Juin 19, 2010 7:54 pm
Message privé

01 août 2010 à 18:45:04
Réponse #33

guy-arnaud


Bonjour,pour ceux qui voudraient avoir des données technique,de ce matériau,j'ai ce lien à leurs proposer.Il est en anglais.S'il suscite un gros intérêt,je pourrais le traduire et reconstituer la fiche en français.
Cordialement Guy-Arnaud
http://www.eurojournals.com/ejsr_34_4_01.pdf

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //