Nos Partenaires

Auteur Sujet: feu par friction  (Lu 13911 fois)

22 avril 2007 à 17:28:30
Réponse #25

guillaume


salut,

y'a t-il un bois en particulier pour le feu par friction?

a+

 ;)

Avec la méthode de l'achet, c'est bois dur pour la drille sur bois tendre (la planche). Mais il y a des espèce comme le noisetier, le tilleul, le saule, etc. qui marchent bien sur elle même.

a+

22 avril 2007 à 19:37:17
Réponse #26

Vulpus


J'ai utilisé une drille de hêtre, sur une plance de chêne.. beaucoup de poudre mais ça fume pas longtemps, comme toi Guillaume.
Et moi aussi je m'arrache comme un dingue :)
Je vais chercher des planches de hêtre aussi.

J'aimerais trouver du saule! Prochain projet :)
La plus grande sagesse est de paraitre fou - Dionysius Caton

22 avril 2007 à 20:06:37
Réponse #27

Pierrot


Pour ma part, j'avais testé drille de noisetier et planche de lierre, beaucoup de fumée, mais pas de braise.
les planches ont bientôt un an de séchage, je vais réessayer.
« Modifié: 22 avril 2007 à 20:14:11 par Pierrot »

22 avril 2007 à 21:04:32
Réponse #28

guillaume


J'ai utilisé une drille de hêtre, sur une plance de chêne.. beaucoup de poudre mais ça fume pas longtemps, comme toi Guillaume.

Essaie l'inverse pour voir ;).

a+

22 avril 2007 à 22:05:19
Réponse #29

Vulpus


Essaie l'inverse pour voir ;).

a+

Quoi? Driller la planche de chêne sur la drille de hêtre?

;)

(non je vois que tu veux dire. weekend prochain!)
La plus grande sagesse est de paraitre fou - Dionysius Caton

23 avril 2007 à 00:21:16
Réponse #30

ncome


on peut avoir des détails aproximatifs sur les dimensions drilles ,arc ,corde
"Le cerveau est la tripe de la tête. Penser est un couteau !"
 [Miguel Angel Asturias]
"La pierre est l'amie du couteau, l'obstacle, celui de la volonté."
 [Jiang Zilong]
"Le couteau vaut peu contre l'esprit."
 [Michel de L'Hospital]

24 avril 2007 à 16:57:34
Réponse #31

yoxroots


on peut avoir des détails aproximatifs sur les dimensions drilles ,arc ,corde
:) bonjour,
Alors moi j'ai utilisé comme bois du bouleau pour la planche et du noisetier pour la drille.
Les dimensions: drille environ 20 cm et 1.5 de diamètre, et l'arc un baton d'environ 50 cm si possible déja tordu d'origine car il ne faut pas que la corde soit tendu a fond.

voila ce qui a marché pour moi  ;).

a bientôt yoan.

25 avril 2007 à 11:51:48
Réponse #32

ncome


okay merci j'essaie ça demain
"Le cerveau est la tripe de la tête. Penser est un couteau !"
 [Miguel Angel Asturias]
"La pierre est l'amie du couteau, l'obstacle, celui de la volonté."
 [Jiang Zilong]
"Le couteau vaut peu contre l'esprit."
 [Michel de L'Hospital]

25 avril 2007 à 15:48:51
Réponse #33

simon


Avec la méthode de l'achet, c'est bois dur pour la drille sur bois tendre (la planche). Mais il y a des espèce comme le noisetier, le tilleul, le saule, etc. qui marchent bien sur elle même.

a+

salut guillaume,

merci pour tes infos

a+  ;)

04 juin 2007 à 13:37:14
Réponse #34

triptop


De l'info (en anglais sorry) en passant:

Ce monsieur a pris le sujet à coeur et nous fait un tableau comparatif de près de 70 essences d'arbres avec les meilleurs combinaisons

http://www.stoneageskills.com/home/stoneageskillsarticles.html



faites chauffer  :branleur:
"Honi soit qui mal y pense !"

04 juin 2007 à 17:54:32
Réponse #35

cubitus


Rhaaaa.... cette envie de faire du feu comme nos ancêtres avait fini par se calmer en moi ! Je sens qu'il va falloir que je remette ça... C'est de votre faute !  >:(

Le site anglais est super bien fichu... merci pour l'adresse !  ;)
La seule chose qui ne change jamais, c'est que tout change tout le temps.
Proverbe chinois

08 juin 2007 à 20:33:08
Réponse #36

raph



08 juin 2007 à 22:02:05
Réponse #37

DavidManise


Avec la méthode de l'achet, c'est bois dur pour la drille sur bois tendre (la planche). Mais il y a des espèce comme le noisetier, le tilleul, le saule, etc. qui marchent bien sur elle même.

Les histoires de bois dur sur bois tendre sont un mythe en fait.  Ce qui marche bien, ce sont des bois qui ont des fibres de cellulose longues et fines, de maniere a creer une sciure duveteuse et legere.  C'est CA qui fait la difference.  De l'air doit entrer dans la sciure.  Elle doit ressembler a des petits batonnets microscopiques.

La meilleure combinaison : drille en noisetier et planchette en racine de lierre.  Tilleul sur tilleul ca marche bien aussi.  Pin sur pin aussi, a condition qu'il n'y ait pas du tout de resine.

Sinon, Guillaume, si tu as de la fumee qui continue mais pas de braise, c'est que ta fumee est probablement de la vapeur d'eau.  Ton bois est probablement trop humide.  Le truc : y aller mollo et tranquilou jusau'a ce que ton tas de sciure ne fume plus du tout.  La il est sec.  Ensuite tu piques le sprint final et ca peut marcher.

Ciao ;)

David
"Ici, on n'est pas (que) sur Internet."

Stages survie CEETS - Weblog

08 juin 2007 à 22:14:03
Réponse #38

guillaume


Merci pour les précisions  :).

Sinon, Guillaume, si tu as de la fumee qui continue mais pas de braise, c'est que ta fumee est probablement de la vapeur d'eau.  Ton bois est probablement trop humide.  Le truc : y aller mollo et tranquilou jusau'a ce que ton tas de sciure ne fume plus du tout.  La il est sec.  Ensuite tu piques le sprint final et ca peut marcher.

Le bois était récupé le matin même en forêt  :-[.

En plus j'ai une plache de lierre qui traine par là :).

a+

17 juillet 2021 à 17:31:17
Réponse #39

François


A signaler une excellente vidéo de "Survival Lily" : Bowdrill that works for WEAKER people!

Complète, simple, compréhensible.
C'est dans un anglais simple, donc facile à comprendre et sur lequel la traduction automatique Youtube fonctionne à peu près.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

11 août 2022 à 13:34:03
Réponse #40

Nikolapland


Salut à tou(te)s!

Je viens apporter, en plus des éléments importants de @Jeremy, de @DavidManise et de triptop (dont voici le lien corrigé : http://stoneageskills.com/articles/bowdrillinquiry.html), ma petite pierre à l'édifice.

SECURITE : on ne le dira jamais assez, surtout avec la sécheresse actuelle, on ne fait pas de feu n'importe où, ni n'importe comment, au risque de cramer toute la forêt... Donc zone dégagée, on enlève les feuilles/herbes sèches, on délimite le futur foyer avec des pierres et on garde de quoi éteindre rapidement un départ de flamme à côté (couverture, eau...).

MATOS (la préparation, c'est la base de tout feu) :
  • Un arc ou archet : environ 70cm de long, pour 3-4cm de diamètre, régulier (pas tout tordu ou avec des branches dans tous les sens), solide, pas trop souple (sinon pas de tension) et pas trop rigide (sinon difficile d'entourer la drille avec la cordelette) : le noisetier est top, mais il y en a plein d'autres
  • la cordelette : solide, résistante à la friction et à la chaleur, rugueuse pour accrocher sur la drille et la faire tourner
  • le support : grande feuille (attention à l'humidité), planche, pierre plate...pour récupérer la sciure et la future braise
  • la paumelle, pour ne pas se percer ou brûler la main : coquillage, pierre creuse et lisse, morceau de bois dur et dense (cracher, mettre des feuilles broyées, graisser le creux pour éviter l'échauffement), métal creux/tasse métallique : attention si c'est fin, ça peut chauffer et le mieux est d'avoir un creux d'au moins 1cm de profondeur et pas trop large, pour bien maintenir la drille pendant la rotation
  • la drille / le foret : environ le diamètre du pouce (2-2,5cm) pour une longueur de 15-20cm : pour le bois, j'y reviens après. Ce bois sera taillé en pointe d'un côté (le haut, qui tournera dans la paumelle) et arrondi de l'autre côté (le point de friction).
  • la planchette : environ l'épaisseur de l'auriculaire (petit doigt), soir environ 1cm, voire 1,5cm s'il creuse trop vite, et assez longue pour poser le pied à côté du creux. Pour préparer la suite, on réalisera un trou à la pointe du couteau, à environ 2cm du bord et de 3mm de profondeur pour 1,5cm de diamètre.
  • le nid : il est essentiel! Ce n'est pas tout de faire une braise, sans nid, ça ne sert à rien ou presque : il doit faire la taille d'un demi-ballon de volley, voire plus, constitué de brindilles fines à l'extérieur, d'écorce, de feuilles sèches et surtout, de matériaux très fins et secs au centre, qui vont facilement s'enflammer : herbes bien sèches, duvet d'épilobe, etc. Attention, si le nid est trop petit, vous allez vous cramer les mains, parce que ça chauffe fort plus tard, avant d'avoir la flamme.
  • le bois : une fois qu'on a une belle flamme avec le nid, il faut l'alimenter pour avoir un feu : brindilles, petit bois, gros bois

Pour les essences de bois, @DavidManise a résumé l'essentiel (bois tendre et aux fibres longues pour formation d'une sciure duveteuses à la friction) et le tableau fournit par triptop (http://stoneageskills.com/articles/pdf/Bow_Drill.pdf) donne ce qui marche plus ou moins bien. On peut aussi citer l'excellent livre "Le feu avant les allumettes" de Jacques Collina-Girard, disponible en ligne et notamment cette partie-là : https://books.openedition.org/editionsmsh/6503?lang=fr.

Globalement, il faut différencier:
  • les bois auto-allumeurs (à privilégier et généralement utilisés depuis des millénaires), qui ont la texture idéale pour qu'on puisse utiliser une seule et même essence de bois pour la drille et la planchette : lierre, noisetier, tilleul (top top top!), laurier, marronnier, saule, arbousier, pin (attention aux conifères : il faut éviter les bois chargés en résine!)... Ce sont les bois avec de bonnes notes (1 ou 2) dans la diagonale grise du tableau donné ci-dessus.
  • les bois non auto-allumeurs, qui pourront difficilement faire une braise ou qui doivent être associés à une autre essence de bois au caractéristiques légèrement différentes : peuplier, platane, hêtre, chêne, aulne, bouleau. Cela ne veut pas dire qu'un bois non auto-allumeur ne permettra pas du tout de faire une braise, mais ce sera souvent plus difficile.

POSITION POUR FAIRE LA FRICTION (ici pour droitier ; adapter après selon votre confort) :
  • Choisir une zone plate et dégagée pour ne pas être gêné dans les mouvements
  • Superposer le support (pour recueillir la braise) et la planchette, avec l'avant-trou (réalisé au couteau) sur le dessus (logique)
  • Poser le pied gauche (pour un droitier) à environ 2-4cm à gauche de l'avant-trou de la planchette et avancer le genou pour qu'il soit en avant du talon et de la planchette
  • Poser l'autre genou au sol, dans l'alignement du pied tenant la planchette, et le pied (droit) décalé : cette position permet d'avoir un axe bien dégagé pour faire les allers-retours avec l'arc
  • Avec la cordelette, faire un tour autour de la drille : la corde doit être bien tendue (la tension pourra s'ajuster avec le pouce de la main tenant l'arc) pour ne pas glisser sur la drille et que cette dernière tourne bien ; chose importante également : la corde entre vous et la drille doit être au-dessus et la partie qui va de la drille à la pointe de l'arc doit être en-dessous : cela évite la friction de la cordelette sur elle-même et donc, qu'elle s'échauffe et casse!
  • Poser la drille (partie arrondie) dans l'avant-trou, placer la paumelle à l'autre bout et tenir l'arc(het) par le bout dans la main droite (pour un droitier).
  • Caler le poignet gauche (tenant la paumelle) cassé (la main ramenée vers vous à l'horizontale) contre le tibia (éventuellement la main posée sur le pied si la drille est courte), pour être bien calé et stable
  • Poser l'épaule (gauche) sur le genou (gauche) pour finaliser la stabilisation du corps.
  • VOUS ÊTES PRÊT!

ACTION :
  • Appuyer un peu sur la drille (la paumelle) et commencer à faire de longs mouvements avec l'arc, d'avant en arrière (un aller-retour par seconde ou un peu plus) en utilisant bien toute la longueur de l'arc (pas de petits mouvements rapides) : l'objectif ici est de bien dessiner le creux recevant la drille.
  • une fois la marque bien nette, reprendre la planchette et faire une entaille (au couteau ou mieux, avec une mini-scie) sur le rebord, d'environ 45-60° et dont la pointe vient vers le trou réalisé, SANS ATTEINDRE LE CENTRE (la pointe est environ à la moitié du rayon), sinon la drille va se barrer : cette entaille doit être bien ouverte sur le dessous, pour permettre une bonne entrée d'air (comburant : O2) vers la sciure/braise, mais pas trop non plus pour contenir la chaleur.
  • Se remettre en suite en place de manière bien stable.
  • Reprendre le mouvement de va et vient avec l'arc, à la même fréquence qu'avant (env. 1AR/seconde) et toujours avec de longs mouvements : il faut garder en tête qu'à chaque fois que vous vous arrêtez pour repartir en arrière (ou en avant), la drille s'arrête et se refroidit : plus le mouvement sera long, plus la chaleur s'emmagasinera. Le but de ces premiers mouvements est de produire de la sciure (il faut en avoir l'équivalent d'au moins 1cm3), donc pas besoin pour l'instant d'y aller comme un bourrin : s'il n'y a pas de sciure, soit le bois n'est pas bon, soit vous n'appuyez pas assez sur la paumelle (friction insuffisante). Si la sciure devient tout de suite noire, c'est que la pression est trop forte et qu'elle a brûlé (pas bon).
  • Lorsque vous voyez que vous avez assez de sciure, augmenter un peu la pression et légèrement la vitesse : une fumée blanche dois se dégager rapidement (10 à 20 allers-retours au max, sinon augmenter la pression sur la drille).
  • Continuer alors le mouvement pendant encore 5-10 allers-retours, pour que la chaleur augmente, puis appuyer plus franchement et accélérer les allers-retours SANS RACCOURCIR LE MOUVEMENT, pour produire une forte friction/chaleur.
  • La fumée va alors s'épaissir, devenir plus dense : faire encore une dizaine d'allers-retours pour obtenir une belle braise.
  • En principe, à ce stade, la sciure s'est embrasée et forme une braise : ATTENTION, NE PAS SE PRECIPITER, VOUS AVEZ LE TEMPS (quelques minutes en principe)! Une fumée blanche doit continuer à se dégager de l'encoche : vous pouvez souffler très délicatement dessus pour bien oxygéner la braise.
    • SANS BOUGER LE PIED TENANT LA PLANCHETTE (important pour que tout ne parte pas dans tous les sens), retirer délicatement la drille et la poser sur le coté avec la paumelle et l'arc (qui ne serviront plus).
    • Tenir la planchette avec une main, puis retirer le pied qui était posé dessus.
    • Avec une brindille ou un couteau, tenir DELICATEMENT la braise dans l'encoche, puis retirer la planchette. Vous devez alors voir votre petit tas de sciure fumant.
    • En faisant attention à ne pas la faire tomber, souffler doucement sur la braise, pour que la chaleur s'étende bien au tas de sciure et avoir un beau point chaud.
    • Prendre le nid dans la main gauche, retasser les fibres au centre (si elles sont trop lâches, la braise risque de se casser) et y faire tomber délicatement la braise en retournant le support (tenu dans la main droite)au dessus du nid.
    [li]SE POSITIONNER DOS AU VENT (sinon vous allez vous prendre toute la fumée, puis la flamme dans la gueule), refermer le nid sur la braise, sans écraser non plus cette dernière, mais suffisamment pour que les fibres soient bien en contact avec la braise.
  • Soulever le nid à hauteur des yeux, puis souffler longuement sur la braise, par le bas : vous devez rapidement sentir la chaleur augmenter au creux du nid, au fur et à mesure que fibres de ce dernier s'embrasent et que la braise grossit.
  • Lorsque vous voyez que le cœur du nid est bien chaud, souffle plus fort, énergiquement, mais longuement (même principe que pour l'arc : si on s'arrête, ça refroidit).
  • La fumée doit alors devenir très dense et épaisse : vous y êtes presque! Souffler encore fortement jusqu'à ce qu'une belle flamme jaillise.
  • Poser alors le nid en flamme dans votre foyer et rajoutez les brindilles, le petit bois, puis le gros bois.

Et voilà!  ;) ;D :lol:
« Modifié: 11 août 2022 à 14:43:56 par Nikolapland »
Nikolapland
https://wild-arts.fr
La véritable sagesse consiste à ne pas s'éloigner de la nature, mais à mouler nos actes sur ses lois et son modèle... [Sénèque]

16 octobre 2022 à 12:53:04
Réponse #41

VERDUG0


ma petite pierre à l'édifice.

Salut ! Merci  :)

  • la cordelette : solide, résistante à la friction et à la chaleur, rugueuse pour accrocher sur la drille et la faire tourner
  • la paumelle, pour ne pas se percer ou brûler la main : coquillage, pierre creuse et lisse, morceau de bois dur et dense (cracher, mettre des feuilles broyées, graisser le creux pour éviter l'échauffement), métal creux/tasse métallique : attention si c'est fin, ça peut chauffer et le mieux est d'avoir un creux d'au moins 1cm de profondeur et pas trop large, pour bien maintenir la drille pendant la rotation

Si tu pouvais développer sur la corde ce serait cool, je fais des tests mais je suis pas encore satisfait.
Et après faudra le faire avec du cordage naturel : si quelqu'un s'y connait ;D

Le plus galère, c'est la paumelle.
D'autres trucs qui marchent :
- encoche dans le manche du couteau
- fond de canette écrasée verticalement
- fond de bouteille en verre épaisse
- os / corne

Pour la corde, j'ai testé plusieurs trucs (pas la dyneema) dont la paracorde, et des sangles à sercler. Bizarrement mon lacet 100% nylon tient vachement mieux que tout le reste.
J'ai eu de la braise une fois ou deux, mais après la corde/sangle lachait, sauf paracorde mais la paracorde est bien abimée quand meme.
En gros je vous conseille de faire des kits, les ramener chez vous, et trouver la bonne combinaison.

J'ai un truc à tester pour augmenter la traction drill / corde, je vous tiendrai au courant si j'y pense  ;#

La meilleure combinaison : drille en noisetier et planchette en racine de lierre.
Ca marche très bien ! Liane prélevée, épeluchée, et mise à sécher y a une semaine, ca donne une très bonne sciure.

21 décembre 2022 à 14:15:19
Réponse #42

Nikolapland


Salut :)
Pour la corde, un nylon bien épais est généralement pas mal, mais comme tout, ça s'use (la paracorde, d'ailleurs, c'est du nylon).
Deux trucs importants sont d'avoir peu d'élasticité et de bien la placer. Pour ce deuxième point, je m'explique : Quand on fait des va et vient avec l'archet, on aura naturellement tendance à pointer vers le sol vers l'avant et à remonter vers l'arrière. Du coup, si on place mal la cordelette ou plutôt si on l'enroule mal autour de la drille, la cordelette va croiser et générer des frottements plus forts (voire des blocages), jusqu'à lâcher.
Pour éviter cela, il faut que la cordelette entre la main et la drille soit en haut et celle qui va de la drille jusqu'à la pointe de l'arc, en bas. Comme ça, en levant la main vers l'arrière, la cordelette va former un "Z" (ici la main serait en haut à gauche et la pointe de l'archet en bas à droite). Je préfère aussi en général que la drille soit entre la corde et l'achet et pas vers l'extérieur : c'est plus stable je trouve (avis personnel).
Moi j'utilise de la Dyneema 0.4mm et ça n'a jamais cassé. Il est aussi possible de doubler les cordelettes si elles sont trop fines, pour répartir les frottements.  ;)
Nikolapland
https://wild-arts.fr
La véritable sagesse consiste à ne pas s'éloigner de la nature, mais à mouler nos actes sur ses lois et son modèle... [Sénèque]

22 décembre 2022 à 12:46:27
Réponse #43

DIY



Et après faudra le faire avec du cordage naturel : si quelqu'un s'y connait ;D

J'avais déjà posté cette vidéo : https://youtu.be/vmipIIBpzMk

Il utilise de l'écorce brute de hickory retirée de la branche dont il se sert pour faire son archet. L'intérieur de l'écorce de saule peut s'utiliser toronnée de la même façon.
On pourra constater l'extrême finesse dudit archet. Trois à quatre centimètres de diamètre pour celui-ci me paraît excessif mais on fait avec ce que l'on a sous la main.
 
J'ai produit des braises avec des archets d'un centimètre de diamètre, très, trop, souples à deux centimètres quasi inflexibles, quand il est un peu courbe cela ne présente pas de difficultés.
 
Le diamètre de mes drilles est très variables également, cela influe sur son placement.  Je fais en sorte sorte que le trou de rotation se trouve à un demi diamètre du bord de la planchette.

Après, trop de vitesse de rotation sans pression va glacer la drille elle devient toute lisse et généralement elle grince. Trop de pression génère beaucoup de fumée et on se retrouve avec un résidu  grossier et friable, alors que l'on cherche un produit qui ressemblerait plutôt à de l'ouate.

En fait dans le feu par friction, tout est dans le compromis. Il faut adapter la méthode aux matériaux dont on dispose. Il est difficile d'apprendre tout seul dans son coin, rien ne vaut une démonstration par quelqu'un qui maîtrise. Cela m'a été enseigné par un M. LELEU alors que j'étais en vacances à Chillac. D'abord on copie les matériaux et le procédé et après on s'en affranchit et on fait ses propres expériences. 

10 janvier 2023 à 19:33:15
Réponse #44

Lemuel


Excellent tuto Nikolapland, même dans la littérature dédiée j'ai pas lu aussi précis et concret.
Merci pour cet excellente synthèse. Trois remarques peu importantes :
- Attention au bouquin le feu avant les allumettes : dans l'édition originale l'un des tableaux les plus important est incomplet / mal imprimé-composé je ne sais plus.
- Le rythme initial de drillage / première phase : c'est l'un des deux points les plus essentiels qui ont fait monter mon taux de succès, faut aller vraiment, vraiment lentement. 9a ne doit générer absolument aucun fatigue et permetre de se concentrer totalement sur la précision (1: parallélisme avec le sol 2 : régularité de rythme 3 : transitions smooth / sans cassures de mouvement entre les allers et les retours) et la durée, faut vraiment faire chauffer peinard, longtemps.
- perso j'aime avoir la drille à l'extérieur de l'arc (et en ajustant la tension de la cordelette en tirant entre le pouce et l'index) parce que je peux légérement pousser la drille vers l'intérieur de l'archt, pousser la corde de larchet vers la drille, ça me permet de conserver un angle constant en ayant à la fois pression et lenteur sur le mouvement.

Don't watch the tool, the work it can do
Watch the man that's behind, yeah !


http://natureandforcefield.tumblr.com

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //