Nos Partenaires

Auteur Sujet: Le bouche à bouche, étude d'un chercheur japonais et avis contradictoires  (Lu 13574 fois)

04 avril 2007 à 20:56:14
Réponse #25

Kookaburra


Tout ça part du principe qu'il y a un seul réanimateur.  À deux, ou mieux à deux avec un masque poire, on insuffle quand-même, hein, dis ??

Nan à deux tu masses point barre... puisque de toute façon l'oxygène que tu pourrais apporter est inutile ... La seule chose qui puisse jouer dans la balance est la présence d'un défibrilateur semi-automatique.

Après c'est sur que au bout de cinq minutes, le BAVU c'est quand même plus pratique que le BAB ...

Je sais j'ai l'air borné comme ça   ;D
Faut pas m'en vouloir  :D c'est ce qu'on nous apprend  ;)

@ pluche

Bertrand
Etudiant sur Paris, Pyrénéen d'adoption et Australien dans l'âme

04 avril 2007 à 21:00:56
Réponse #26

DavidManise


Donc en clair on attend que la sat baisse style à 20% avant de réoxygéner le sang ?  Enfin de maintenir la sat à 20% avec de l'air expiré quoi... 

Mais si on fait du BAVU ?

Ciao ;)

David
"Ici, on n'est pas (que) sur Internet."

Stages survie CEETS - Weblog

04 avril 2007 à 21:09:54
Réponse #27

Kookaburra


Bin il me semble que c'est parreil; tant que ta sat est jugée suffisante, on insuffle plus quelque soit la méthode; on masse. Si tu insuffle même au BAVU tu arrêtes ton massage le temps que l'insufflation soit faite et c'est considéré comme délétère.
Bon maintenant je demanderais plus de précisions mais je les aurais pas avant la rentrée ... (début mai)

@ pluche

Bertrand
Etudiant sur Paris, Pyrénéen d'adoption et Australien dans l'âme

04 avril 2007 à 21:21:11
Réponse #28

Baptiste


Messieurs, je vous rappelle qu'à deux, le rythme est de 15 : 2 ou 30 : 2 suivant les pays...
Donc, à deux, bien sûr qu'on insuffle !
La vie est étrange parfois, on ne veut pas partir loin de ceux que l'on aime mais on ne veux pas non plus revenir en laissant ceux que l'on a appris à aimer...   Moi

04 avril 2007 à 22:14:07
Réponse #29

huskbarthai


Donc en clair on attend que la sat baisse style à 20% avant de réoxygéner le sang ?  Enfin de maintenir la sat à 20% avec de l'air expiré quoi... 

Mais si on fait du BAVU ?

Ciao ;)

David

actuellement je ne sais pas...
mais le Bavu ou Ambu est relié à la bouteille d'oxygéne, litrage au max et il me semble que l'on "ventille" en permanence meme lors des déplacements du patient...
(à confirmer ...)

à plus, eric  :)
"Moi j'aime trop mon prochain pour le laisser souffrir, sans cesse je tends la main pour l'aider à en finir..."


04 avril 2007 à 22:23:23
Réponse #30

Kookaburra


Messieurs, je vous rappelle qu'à deux, le rythme est de 15 : 2 ou 30 : 2 suivant les pays...
Donc, à deux, bien sûr qu'on insuffle !

Bin non justement plus maintenant ... Mais les directives n'ont pas encore été adaptées ... Faut que je retrouve cette damnée carte moi ...

Puis pour le BAVU c'est généralement que le samu est là donc le délai de 5 min sans insufflations est largement dépassé ... Docn oui là tu ventiles en permanence.

@ pluche

Bertrand
Etudiant sur Paris, Pyrénéen d'adoption et Australien dans l'âme

04 avril 2007 à 22:30:03
Réponse #31

Gobelin


Salut,
le site de référence qu'on m'avait donné lors d'un cours sur la législation en matière de premiers secours: http://www.erc.edu/index.php/bls_aed_overview/en/.
On y parle pas d'un massage seul les 5 premières minutes (voir dans guidelines).
A+

04 avril 2007 à 22:33:17
Réponse #32

DavidManise


Bah typiquement dans le cas d'une intervention en équipe sur un ACR c'est un qui masse, un qui BAVUille, et le troisième qui prépare le défibrillateur automatique, non ?

Enfin chai pas en France... 

C'est compliqué ces histoires simples, au final...  ::)

Ceci dit là, dans l'état de mes connaissances, si je tombe sur un ACR et que j'ai (par hasard) un pote avec moi qui trimballe sa bouteille d'O2 et son BAVU/Ambu, je vais l'engueuler s'il ne BAVUille pas pendant que je masse...

Bref, Kookaburra, j'ai besoin de plus de détails ;)

Si je suis seul, ok, je masse sans interruption pendant 5 minutes, et après je passe à la RCR classique, style 15:2.  Mais en équipe avec un BAVU j'ai encore des doutes.  Ou plus exactement, je ne vois pas quelles contrindications il y a à balancer de l'O2 avec un BAVU qui n'empêche pas le massage (suffit de pomper le ballon entre deux coups de pompe, quitte à en espacer deux d'une demie seconde...).

Enfin chai pas.  J'aimerais plus de détails si t'as, Kooka... 

On est chiants avec nos questions hein ;D

Prépare toi, les secouristes ils sont toujours comme ça.  Autant t'habituer tout de suite ;D

David
"Ici, on n'est pas (que) sur Internet."

Stages survie CEETS - Weblog

04 avril 2007 à 22:34:49
Réponse #33

Kookaburra


Vi alors je vais le reredire clairement :

J'ai ces infos car c'est mon prof de santé publique qui s'occupe de ces recherches en France. Les premiers résultats sont aparrus il y a quelques mois et les préconisations officielles n'ont pas encore été adaptées. (sauf pour quelques études en grandeur nature sur la mort subite du sportif, j'ai la doc de com' officielle chez moi et je vous la scannerai pour la semaine prochaine promis).

EDIT : Le manitou a posté pendant que j'écrivais. Je vais demander des infos mais je ne vous les garantis pas avant deux semaines; mais je vais essayer quand même. pis pour les secoursistes je sais : j'en suis un aussi  ;D

@ pluch

Bertrand
Etudiant sur Paris, Pyrénéen d'adoption et Australien dans l'âme

04 avril 2007 à 22:43:54
Réponse #34

Baptiste


Bin non justement plus maintenant ... Mais les directives n'ont pas encore été adaptées ... Faut que je retrouve cette damnée carte moi ...

Puis pour le BAVU c'est généralement que le samu est là donc le délai de 5 min sans insufflations est largement dépassé ... Docn oui là tu ventiles en permanence.

@ pluche

Bertrand

En France, peut être, mais je sors du recyclage ici au Québec et la norme est 15 : 2 quand on est à deux...
La vie est étrange parfois, on ne veut pas partir loin de ceux que l'on aime mais on ne veux pas non plus revenir en laissant ceux que l'on a appris à aimer...   Moi

04 avril 2007 à 23:38:32
Réponse #35

Sayamon


Le truc c'est qu'il faut qu'on sois ABSOLUMENT SUR !!

Pasrce que si jamais je suis face a un ACR je serai déjà assez paniqué pour ne pas avoir en plus à réfléchir si il faut que je masse pendant 5 min sans insuflation. Ou si je doit faire 15/2 ou 30/2. Bon peur le BAVU je conai pas donc je vai peut etre dire de la m*rde. Est ce que le BAVU permet de remplir les poumon meme lorsque la tet n'est pas basculée en arrière ? Et si ce n'est pas le cas est ce que c'est possible de garder la tete basculée en arrière pendant qu'on fait un massage cardiaque ?  :-\

Merci de m'aider a y voir un peu plus clair.  :)
Tous savaient que c'était impossible, un fou qui ne le savait pas est venu et l'a fait.

13 avril 2007 à 21:28:21
Réponse #36

Pao


Salut les amis, je me permet d'intervenire pour mettre le doigts sur certains points qui me semblent importants car depuis le début de ce poste j'ai lu des choses justes et interressantes mais aussi d'autres soit erronnées, soit n'étant plus d'actualité, soit sorti de leur contexte.
Avant toute choses avant de traiter le sujet, il faut bien preciser dans quel pays on se trouve car meme à l'heure de l'uniformisation europèenne, il y a encore beaucoup de disparités et encore plus si on change de continent.
De plus les éléments que l'on avance, quelles sont les sources: légendes, "on dit", extrapolation ou references officielles et actualisées?
Parle t'on de secourire: seul, à deux, avec ou sans materiel, au seins d'une équipe de secours ou en simple citoyen?
n'oublions pas que lorsque nous intervenons en tant que secouristes nous engageons aussi notre responsabilité.
Pour ceux qui sont formateurs de secourisme n'oubliez pas qu'avec la nouvelle reforme du secourisme en France leur responsabilité est encore plus engagée.
Au final tout ca pour dire: mefiez vous de ce que vous lisez ou entendez et ne prenez pas tout pour argent content. Assurez vous que ce soit des sources officielles et les recommandations actualisées.
On a beau être con et le savoir, ça fait mal quand même.

14 avril 2007 à 20:35:41
Réponse #37

Kookaburra


Bon !

J'ai enfin récuppéré cette carte et un scanner qui fonctionne.
Je précise encore une fois que les recommandations officielles pour la formation des secouristes n'ont pas changé (du moins pas dans ce cadre). En revanche dans le cadre des manifestations où ces cartes sont distribuées on demande aux gens qui ne sont pas formés de masser comme décrit mais aussi aux gens formés de faire de même sans insufflations.

Une dernière chose : vous noterez que ces cartes sont édités par l'INSERM donc il s'agit d'une procédure de recherche ..




@ pluche

Bertrand
Etudiant sur Paris, Pyrénéen d'adoption et Australien dans l'âme

15 avril 2007 à 20:18:39
Réponse #38

nicogala


les préconisations officielles n'ont pas encore été adaptées.
Et il y en a encore pour un moment avant qu'elles le soient, si tant est que les autorités compétentes en la matière en France le jugent nécessaire... les "nouveaux" textes (cencés durés un minimum de temps, et pas seulement un an ou deux, vu le temps qu'ils ont mis à être pondus !) sont à peine en train de sortir (tout sera à jour et officiel au moins d'août je crois)

Quoi qu'il en soit, ce n'est pas parce qu'un résultat sort que les textes sont adaptés immédiatement...

En tout cas, je viens juste de devenir Initiateur Premiers-Secours (il y a juste deux heures :)) et on constate que l'on ne contrôle désormais plus le poul et que l'on ne pratique plus les deux premières insufflations préalables au massage : inconscient - ne respire pas => 30 compressions puis 2 insufflations en cycle continu jusqu'à l'arrivée des secours médicalisés ou (nouveauté !) du défibrillateur (sensé être présent dans les lieux publics d'ici la fin de l'année) .
Et on ne prend plus les repères avec les doigts, la main côté pieds etc.  non. On place une main (celle qu'on veut) entre les deux tétons au milieu du sternum, et on place son autre main par dessus. Basta.
Tout tend à la simplification extreme.

Mais pour autant je ne pense pas que l'étape de suppression du bouche à bouche soit pour demain. Il faut aussi compter sur l'aspect symbolique de ce geste emblématique. (bah oui quoi, si Adriana ne fait plus le bouche à bouche ya moins d'intérêt desuite...  :D )


En fait le seul truc qui me gène dans tes propose c'est l'emploi du présent affirmatif.
On croierait que ça y est, les recommandations que tu cites sont quasi-officielles et quasi-apliquables immédiatement (une question de semaines-mois) .
Or il n'en est rien.
Un conditionnel serait à mon avis de meilleure mise...
"Les grand-mères, c'est comme le mimosa, c'est joli, ça sent bon, mais ça ne dure qu'un temps..."

18 avril 2007 à 12:22:53
Réponse #39

Pao


Pour info le referenciel pédagogique et technique et validé et sorti depuis janvier 2007.
Il y a un délais jusqu'en Juillet 2007 pour les mettre en application en formation.
Il faut savoir qu'il y aura une réforme tout les cinq ans.
Maintenant, je le redis, persiste et signe: un conseil, seul les infos et formations émanent de formateurs officiels et à jours de recyclage sont à prendre en consideration si vous devez mettre en oeuvre des gestes de secourisme, ceci pour la securité de tout le monde. Et eviter la porte ouverte à colporter tout et n'importe quoi comme c'est le cas parfois suite aux "on dit", les aneries que l'on voit dans les films et autres.
Aprés, chacun prend ses responsabilités et fait comme il l'entend.
Le secourisme c'est comme la survie, il vaut mieux l'apprendre avec des gens experimentés dont c'est le métier, sinon les conséquences peuvent etres génantes voire graves.

A plouche  ;).
Pao
On a beau être con et le savoir, ça fait mal quand même.

16 mai 2007 à 00:06:20
Réponse #40

triptop


Yes

exercice de synthèse...

en pratique l'évolution se voit sur le terrain: le secourisme et les résultats de la recherche médicale se croisent! l'infirmier samu me dira si je me trompe mais dans nos inters avec le samu,  le doc nous demande souvent de masser en continue et les insufflations se font bon grès mal grès (l'oxygène rentre bien) mais le massage ne cesse pas, il prime!

Sur le terrain seul le médecin peut donner des directives qui sortent de nos bouquins (plus on a de connaissance plus on maitrise les paramètres, et moins on en a plus il y a de limites pour éviter les conneries), ça perturbe les vieux de la vieille et puis on s'y fait.

Tout ça n'est pas contradictoire, chacun sa place. Nous, secouristes, sommes les petits soldats de la chaine de secours et on applique ce que l'on nous apprend (tout autre initiative engage la responsabilité du secouriste) , seul gage de réussite pour la masse et l'harmonisation. Au dessus ils ont des paramètres que nous ne maitrisons pas ce n'est pas notre taf. Comme le rappel l'instructeur en secourisme ci-dessus :sgt: la règle c'est la règle, en avant

En dehors de la société organisée où l'on vit, on est libre de se documenter et de vouloir apprendre au delà pour agir au mieux si l'on ne peut compter sur le reste de la troupe (pour une expé, un voyage au long cours, une mission en zone de guerre,...). Ce n'est pas la généralité, et pour la masse des secouristes l'enseignement doit être clair structuré et univoque.

Il y a plein d'exemples ou la recherche propose une innovation notable, mais la désorganisation causée par un changement rapide tous azimuts et parfois plus néfaste que de poursuivre en troupeau ordonné et d'organiser le changement même si c'est plus long.

Ayai un avis de plus dans la boîte  ;)
"Honi soit qui mal y pense !"

18 mai 2007 à 15:18:49
Réponse #41

Anke


Je me permets hein et ce sans critique et un éventuel rappel à l'ordre sera evidemment bien accepté.
Un ACR est une urgence médicale, on est d'accord.
Donc en premier lieu,
la victime : thorax dénudé( on regarde si ça bouge) . Idem pour le bas ventre, on va rechercher le pouls fémoral en priorité (comment savoir qu'il est en arret si on prend pas le pouls ?) les pouls radiaux, huméraux n'ont aucun intéret ( vaso-constriction périph reflexe, systeme neuro-végétatif). Pattes en l'air( on part du principe qu'on a un litre de sang dans chaque cuisse, c'est bien d'avoir un moteur, mais si on a pas d'essence à mettre dedans ...) voire déclive (tete en bas, il faut apporter de l'o2 aux neurones, principe de la bouteille).
Temps passé : moins de 2 mn
Immédiatement appeler les urgences médicales du coin, se situer et les raisons de l'appel, et décrire les signes cliniques ( je n'ai pas la prétention de faire un cours hein car :) de l'autre coté du téléphone, y'a le Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale qu a déjà hurlé dans l'interphone : " VL", un un mec arrive en courant en demandant " c'est où ?" et celui là prépare son itinéraire en fonction de l'heure ( sorties de bureaux par ex) en dévalant les escaliers et chauffant la voiture, pendant ce temps le médecin réanimateur vient juste de finir de lacer ses pompes  et une fois dans l'auto demande " on part sur quoi ?" à la radio.
On a "gagné" 10 mn, facile.
Le délai de déplacement de cette équipe est incompressible, je pense que vous serez tous d'accord. Là où on peut sauver cette vie, c'est en travaillant vite entre le moment de la découverte et le moment où l'alerte est donnée.
Je vais peut-etre dire des aneries, je compte sur vous pour me reprendre.
Compter sur un massage cardiaque externe pour assurer une ventilation suffisante est illusoire. On risque tout juste de ventiler "l'espace mort", espace compris entre la bouche et la carène ( intersection des deux bronches souches) sans ventiler là où les échanges doivent se faire ( alvéoles), donc aucun intérêt.
L'utilisation du défibrillateur : utiliser un tel truc sans une analyse médicale ( et donc avec un scope) me parait extrèmement dangereuse.
Donc en résumé:Appel( et tant pis si c'est une connerie, c'est pas grave, vaut mieux appeler pour rien!)pattes en l'air, massage et ventilation, point barre.Si on considère que l'on est seul à commencer les gestes, je mets au défi n'importe qui de tenir ces deux trucs de manière efficace plus de 7 mn, montre en main, passé ce délai on est vidé. Le temps, on l'aura gagné en appelant d'abord.
Entre le moment de la decouverte et le moment où l'èquipe médicale arrive, il s'est passé à peu près 10 mn. le délai d'intervention moyen toutes pathologies confondues( et tous moyens d'intervention confondus aussi) est de moins d'un quart d'heure.
Sachez également, pour ce qui concerne la responsabilité que toutes les conversations tel ou radio sont enregistrées et ont une valeur légale et juridique. Enfin, en médecine, on a une obligation de moyens... pas de résultats !

18 mai 2007 à 17:03:48
Réponse #42

triptop


hummm je me voyais déjà dedans  ::) c'est bien écrit  :D

il y a 1, la règle (les textes relatifs au secourisme), et 2 la recherche médicale.

99,9% de la population n'est pas acteur du 2, alors si on se contentait tous du 1 ce serait déjà pas mal. Le 2 alimente le 1 avec des délais compréhensibles!

moi qui ne suis ni médecin ni instructeur, si l'instructeur me dit "maintenant tu fais ça, la méthode est plus efficace" ben ok je ne me pose pas plus de question. Chacun son boulot.

Pour le commun des mortels la règle est simple et le bilan vital se fait en moins de 30secondes

d'accord pour le pouls fémoral mais ce n'est pas ce que l'on demande à un secouriste (alors pourquoi l'embrouiller), le rappel à l'ordre doit se faire en accord avec les textes en vigueurs. Même un pompier plongeant sa main dans le froque (une minute c'est long trop long !) d'une victime inconsciente qui ne ventile pas en pleine rue peut amha avoir des questions en retour d'inter "pourquoi tu fais ça  c'est pas ce qu'on t'a appris" alors le passant en civil j'imagine même pas. L'efficacité du geste n'est pas la question, mais dans ce domaine on doit rendre des comptes, et pratiquer un geste sans pouvoir justifier de son utilité / sa formation c'est limite. On ne parle pas ici de stage d'interna, d'IFSI, ou de CCA. Si je vois un gars faire ça je lui demande gentiment et discrètement "monsieur vous êtes médecin ? infirmier ?" ben oui je casse l'ambiance mais masser si la victime ne respire pas c'est comme ça dans les textes et personnes n'a eu d'embrouille, en revanche des pervers j'en ai déjà croisé quelques un et des gens de bonne volonté avoir des emmerdes parce qu'ils ont voulu en faire un peu trop il y en a un paquet !

Je ne veux pas faire peur, personne ne vous reprocha d'avoir agit (les côtes cassés en massant...) au contraire ! en revanche il ne faut pas non plus faire du zèle, on fait ce que l'on a appris (même si ce n'est pas parfait, c'est bien dans cette optique que son fait les modules !)



Pour le défibrillateur, le fil cause du DSA je pense (semi automatique) et pour faire une connerie avec faut avoir fait des études ! c'est blindé de sécurités et plus simple à l'usage qu'une poupée qui pleure, c'est quasi tout public et on va en voir fleurir un peu partout. Des vies auraient été sauvées si un DSA avait été posé, je n'ai pas connaissance de gens qui sont mort suite à une mauvaise utilisation du DSA (lequel ne fonctionnera que si il détecte une fibrillation, il ne fera rien si pouls ou si arrêt manifeste)
en gros une fois les 2 patchs posés (dessins dessus) il suffit de suivre

"écartez vous du patient"
"analyse en cours"
"choc recommandé" là on appuie sur le bouton
"analyse en cours"
"reprenez le massage"

c'est bête comme choux

Dans le département d'une ex candidate, 3 semaines après que les campagnes soient équipés en DSA un gamin a été sauvé sur un terrain de foot. Le DSA et les gars en sont directement pour quelque chose, l'équipe médicale serait arrivée trop tard et l'expertise montre que le massage ne lui aurait pas permis d'attendre cette même équipe. Je crois d'ailleurs que les stades de foot vont s'équiper non ?

 ;)
"Honi soit qui mal y pense !"

18 mai 2007 à 17:23:22
Réponse #43

Anke


triptop, tes arguments sont justes et ma vue est un peu tronquée car je suis toujours en relation avec mes anciens patrons ( et potes). C'est juste que je coince un petit peu sur le terme" textes en vigueur" mais c'est perso ( on peut en parler ailleurs éventuellemnt) et surtout hors-sujet, enfin je pense.
Bref tout bien lu et noté. Merci de cet éclairage.

18 mai 2007 à 18:12:19
Réponse #44

nicogala


Je sais pas de quel métier ou quelle expérience tu fais était mais je n'ai jamais vu ça ni en secourisme ni de la part de professionels médecins SAMU/Pompiers :

1) "Poitrine nue" ... donc tu le fous à poil avant même de savoir s'il est en arrêt ?

2) "poul fémoral" : tu ne parles pas du seul que l'on enseignait au grand public, à savoir le poul carotidien. Pourtant le premier à rechercher...

3) "Jambes relevées" : justement on apprend exactement le contraire : ne jamais relever les jambes de la victime. Les choses devant rester simplissimes, aucune incohérence ou contradiction n'est souhaitable.

4) Les défibrillateurs accessibles au public (semi-automatiques ou entièrement automatiques) sont d'une sécurité absolue pour la victime, mis à part pour le secouriste si on les utilise sur une surface métallique ou mouillée...


Pour la question "comment savoir qu'il est en arret si on prend pas le pouls ? " on te répondra que de toute façon s'il respire et que tu masses, tu ne vas pas lui arretter le coeur pour autant et tu vas voir les réactions de toux qui te feront déduire qu'il n'est pas en arrêt ;)
Dorénavant on masse dès l'arrêt respiratoire chez l'adulte car statistiquement chez cette catégorie la cause principale d'arrêt respiratoire est d'origine cardiaque. (chez l'enfant c'est l'inverse : étouffement, empoisonnement etc. qui vont ensuite entraîner l'arrêt cardiaque par asphyxie)
Donc dans le pire des cas, dans le doute mieux vaut masser que regarder sans rien faire...
"Les grand-mères, c'est comme le mimosa, c'est joli, ça sent bon, mais ça ne dure qu'un temps..."

19 mai 2007 à 06:54:41
Réponse #45

Anke


La personne inconsciente sur vois publique :
"Poitrine nue" : Apprentissage en réa polyvalente ( 3 ans) SAMU et Smur (7 ans) exercice libéral (10 ans). La clinique d'abord, j'ouvre le pull, la chemise etc... Je veux voir le thorax pour voir : la couleur de la peau, cyanose ou pas, lésions éventuelles, repères anatomiques.
"Pouls fémoral" : Je me place le plus souvent à la droite de la victime, je suis droitier, son pouls fémoral est le plus proche de moi, de plus en cas de bouche à bouche, je n'ai pas à me contortionner pour verifier, dans la foulée, ça me permet de chercher d'autres signes ( pertes d'urines par exemple. De plus la présence de ce pouls signe la perfusion rènale ( donc du reste, cerveau, coeur)
Jambes relevées : permet de récupèrer du volume sanguin.
Pour moi, utiliser un défibrillateur, c'est un geste médical, pas de secourisme ( soin et secours ne sont pas les mêmes choses).
Pour moi, et pour moi seul hein :" statistiquement etc..." ne sont d'aucun intére^t en situation d'intervention (il s'agit bien d'intervenir et pas de regarder sans rien faire !) de même que les textes en vigueur. Mais evidemment les textes sont nécessaires.
Enfin, masser ok, mais sans pèter de cotes, les risques sont pneumothorax, volet thoracique, et j'en passe, donc masser à bon escient, cad avec une gestion des symptomes ( pas de diagnostic) et si possible correctement...
Bon mais on va pas passer le réveillon la-dessus...

19 mai 2007 à 10:59:04
Réponse #46

Anke


Ah, oui, j'aurai du préciser pour : Le torse dénudé permet de voir si la poitrine se soulève et non pas l'abdomen( !) ;le pouls fémoral ( signe de perfusion sanguine rénale), si la réa échoue il y a 2 reins, 2 poumons, un coeur, un foie etc...
Donc pour moi, il faut, appeler puis masser et ventiler en attendant les équipes médicales.
Mais je crois avoir débordé le cadre du secourisme et de ce fait peut-etre pourrit un peu le post, veuillez m'en excuser.

19 mai 2007 à 14:57:44
Réponse #47

nicogala


Mais je crois avoir débordé le cadre du secourisme et de ce fait peut-etre pourrit un peu le post, veuillez m'en excuser.
Je crois qu'effectivement tout est là : tu nous parles d'intervention de la part d'un médecin* , nous on parle ici de secourisme de la part de particuliers (tout un chacun) .
Les techniques diffèrent mais le but est le même.

Un seul impératif : savoir agir sans avoir fait 3 ans d'étude, et surtout agir sans complexe (sinon on agit pas)


*car même les secouristes pros (CFAPSE) ne pratiquent pas ce que tu décris.
"Les grand-mères, c'est comme le mimosa, c'est joli, ça sent bon, mais ça ne dure qu'un temps..."

19 mai 2007 à 15:51:07
Réponse #48

Anke


" Le but est le même" et c'est l'essentiel. Rien que le fait d'échanger sur un tel sujet, témoigne du souci commun qui nous anime, après ce ne sont que des approches techniques qui peuvent différer selon l'endroit d'où on les regarde.
Amitiés

19 mai 2007 à 19:02:17
Réponse #49

nicogala


Voilà, c'est ça  ;)

Tiens d'ailleurs dans 15jours je vais initier des minots de 10-13ans ... là encore c'est une approche différente...  :)
"Les grand-mères, c'est comme le mimosa, c'est joli, ça sent bon, mais ça ne dure qu'un temps..."

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //