Nos Partenaires

Auteur Sujet: Quels couvre chefs pour l'hiver?  (Lu 39220 fois)

24 novembre 2008 à 08:39:46
Réponse #25

Kilbith


pour l'hiver Québéçois j'ai bonnet Northface™ en Polartec 300 sur le dessus de la tête et protection au niveau du front et des oreilles en Windstopper pour une meilleure isolation.


ou alors lorsqu'il vente trop...

c'est un passe-montagne en Polartech de chez Chlorophylle H-Tech avec lunette de ski lors de tempête de neige!  8)

pour le cou; un faux col! pas trop épais qui protège bien la nuque et la gorge du froid qui permet de zipper le collet du manteau jusqu'en haut!





Excellent modèle. Taille parfois bizarrement. Je préfère le modèle sans windstopper et le compléter par une capuche. Laver à froid!!!!!

On ne peut pas se tromper là : ce modèle existe depuis plus de 15 ans dans le catalogue "The North Face". Equipe les fistons depuis un lavage un peu chaud.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 novembre 2008 à 08:41:06
Réponse #26

Corin


Salut Did,

Depuis plusieurs années, j'utilise un bonnet acrylique doublé Thinsulate, l'hiver. Je l'emporte aussi l'été parce que je ne connais rien de mieux pour les petits matins blafards et les soirées fraîches en montagne.

Malgté tout, j'envisage de découdre la doublure pour la transférer dans un bonnet en laine (Saint-James).

A+

24 novembre 2008 à 09:12:52
Réponse #27

Kilbith


Salut Did,

Depuis plusieurs années, j'utilise un bonnet acrylique doublé Thinsulate, l'hiver. Je l'emporte aussi l'été parce que je ne connais rien de mieux pour les petits matins blafards et les soirées fraîches en montagne.

Malgté tout, j'envisage de découdre la doublure pour la transférer dans un bonnet en laine (Saint-James).

A+

L'acrylique peut être de bonne qualité. L'acrylique a aussi l'avantage d'être teint en "orange rescue" ce qui est obligatoire/utile en période de chasse et pas mal si on réfléchi deux secondes pour les activités exposées pour aider les éventuels sauveteurs dans la tempête.
Le thinsulate de 3M est un isolant qui a fait largement ses preuves depuis 20 ans. Très utilisé dans les vêtements outdoors sérieux. Un peu oublié en France de nos jours. Son principal avantage c'est d'être le premier "isolant synthétique fin" disponible. Son défaut c'est d'être un peu lourd par rapport à la performance thermique si on compare aux nouveaux isolants en ouate synthétiques. Normalement dans un bonnet tu as du 40 à 70 g/m² qui est quasi imperceptible au touché.

http://solutions.3m.com/wps/portal/3M/en_US/Thinsulate_Insulation/Homepage/Product_Information/HatsAndGloves/

Le thinsulate est répandu dans les vêtements de chasse car il est durable, efficace garde la chaleur humide (mélange polyester/polypro) et évite de ressembler à un bibendum ce qui est un inconvénient dans les bois (branches...) et lors de l'épaulé.  J'utilise ce type de bonnet, très peu cher, comme beaucoup d'amoureux de la nature.  ;)


Le seul défaut, c'est que l'acrylique est volumineux, craint le feu et que l'ensemble garde un peu les odeurs à la longue. On peut trouver ce type de bonnet avec un mélange acrylique/laine.

C'est certain que c'est tentant de se servir du thinsulate pour doubler le bonnet de laine Saint James et augmenter la chaleur. Mais le compromis obtenu risque de faire perdre l'intérêt du saint james : anti feu. Si c'est pour éviter la grattouille, tu peux mettre un bonnet fin synthétique sous la saint james (polypro.....).
Un bon truc c'est d'avoir un buff en polyester de couleur claire dessous le bonnet en action.....ou dessus  pour couper un peu le vent ou éviter l'échauffement solaire. Une fois la capuche mise, le buff sert classiquement de tour de cou.

Les tactikeuls peuvent avoir le buff  "camo" et le bonnet "orange rescue" ou rouge pour jouer selon les conditions. :closedeyes:
« Modifié: 24 novembre 2008 à 09:33:31 par Did »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 novembre 2008 à 11:15:29
Réponse #28

Diesel


Bon sujet surtout que la tête est une des parties les plus dispendieuses en chaleur.
Et en plus totalement d'actualité.  :closedeyes:

N'ayant pas l'analyse ni la science de Did, je peux juste parler de ce que j'utilise.
J'ai quelques bonnets et cagoules que j'utilise selon mes besoins de protection mais aussi selon ce que je porte.
Sous une capuche ou dans un sac de couchage, j'utilise une cagoule Odlo. Elle est très fine, elle permet de respirer à travers et garde un minimum de chaleur. Seule, elle est trop légère pour couper du vent mais elle a l'énorme avantage d'être très compact.
Elle ne tient pas de place, on peut l'avoir dans une poche sans même la remarquer.
Plus efficace, j'ai une cagoule en Polartec 200 stretch. C'est assez agréable et ça coupe du vent

Je préfère les cagoules aux bonnets car ils protègent intégralement la tête et le cou et évite le coté "point froid" que l'on peut ressentir avec un bonnet.

En bonnet, j'ai encore du Polartec. Avec une coupe particulière qui descend sur la nuque et les oreilles. Un peu comme sur la photo du bonnet North Face.

Pour renforcer l'isolation, c'est toujours (ou presque) mon buff. En général, il reste autour du cou en plus du bonnet ou de la cagoule.

24 novembre 2008 à 16:08:58
Réponse #29

** Serge **




Base Ball cap - Marque New Era - Modèle 5950 - 100 % laine
Port sur ma tête pelée, en automne, hiver et printemps, depuis à peu près 35 ans ( dans le temps, c'était des Zephir, ou des Starter ). En ville comme à la campagne.

Je les imperméabilise, et au besoin rabat le capuchon de ma veste par-dessus.
J'apprécie la visière qui apporte une protection aux éléments, et aux éclairages vifs.

"The quality of your life is a direct reflection of the quality of your communication with yourself and others." - Anthony Robbins
http://jahozafat.com/0029585851/MP3S/Movies/Pulp_Fiction/dicks.mp3
"Communications without intelligence is noise; Intelligence without communications is irrelevant." ~ Gen. Alfred. M. Gray, USMC

24 novembre 2008 à 17:51:37
Réponse #30

Kilbith


Pour faire plaisir à Serge... :)

A suivre….


Les casquettes :

Je vais essentiellement parler des casquettes de forme « base ball » au détriment des formes classiques peu portées de nos jours. Elles sont désormais très « à la mode » en France. C’est un avantage pour assurer un port permanent tout en étant « low profile ».

Intérêt :

La casquette a, par définition, une visière. Cette visière confère à la casquette plusieurs avantages :
- elle détourne les embruns des verres de lunettes.
- elle permet de s’assurer qu’une capuche simple tourne effectivement quand vous tournez la tête.
- elle assure une protection mécanique contre les branches par exemple lors d’une marche nocturne.
- elle assure une protection contre les UV. Cette protection est grandement renforcée sur la neige si le dessous de la visière est noire.
- elle permet de se protéger du soleil. Cette protection est effective en hiver en cas de soleil rasant (tir….) et pas vraiment effective en été car les oreilles et la nuque ne sont pas protégés, sauf à ajouter une extension.

La visière à quelques défauts :
- elle ne permet pas que la casquette puisse se replier facilement. Ceci dit il existe des casquettes à visière repliable, mais c’est un peu gadget (j’en ai une). L’autre solution ce sont les casquettes à visière souple (néoprène…) ou semi rigide comme celles possédant un fil métallique dans la visière (mountain cap lowe alpine, imité par beaucoup).
- en montagne, elle ne permet pas de voir au dessus de soi. Particulièrement dans les voies d’escalades. Ici aussi certaines casquettes ont des visières escamotables (mountain cap lowe alpine).
- c’est une prise au vent qui fait que l’on peut perdre la casquette par grand vent, sauf dispositif particulier de retenu.
- si quelqu’un abaisse la visière, on ne voit plus rien.
-la protection contre la pluie se limite au devant. En cas de grosse pluie, c’est direct l’eau froide dans le cou. Pas agréable, potentiellement dangereux.


Critères de choix :

Fuyez les visières « cheap » ayant du carton comme renfort : catastrophe par temps de pluie.

Une casquette doit aller bien. Alors que le bonnet s’adapte à toutes les têtes, la casquette est assez spécifique.



Les dispositifs de réglage :
De nos jours on a souvent des casquettes « one size fits all » en fait c’est souvent le même appairage qu’à l’armée : trop petit ou trop grand. L’intérêt est surtout pour le revendeur qui a moins de stocks à gérer.
Avoir une casquette réglable, n’est pas toujours un désavantage. Cela permet par exemple, après ajustement, de glisser dessous un bonnet fin, une pièce de tissu contre le soleil ou bien encore un passe montagne.
Je me méfie des bandes élastiques de réglage. L’expérience prouve, encore récemment avec une lampe PETZL, que les élastiques vieillissent parfois mal. Les dispositifs les plus fiables comprennent une patte adaptable par friction ou par velcro. Cette patte peut permettre la fixation de la casquette à la bretelle du sac moyennant l’intervention d’un mini mousqueton, un détail utile.
Attention, dans le cas des velcros faites attention à ce que la partie « accrocheuse » soit bien cachée en position fermée. Dans le cas contraire c’est souvent ingérable avec une capuche moderne : le revêtement intérieur de la capuche est vite abras avec les mouvement de tête. Un détail important.

Les formes :
La casquette de « base ball » est connue de tous. Si possible choisissez un modèle avec une visière qui protège bien les yeux, y compris latéralement.
Certaines casquettes destinées à la plaisance ont une visière particulièrement longue (bimini cap) c’est très bien à la mer, moins bien ailleurs. La mer c’est plat, pas le paysage sur terre. Ces visières sont aussi top longues pour mettre en ouvre une arme, encore plus en présence d’une lunette de tir.
Certaines casquettes d’été proposent des extensions pour se couvrir les oreilles et la nuque (voilette, ou semi rigide). Cela peut être un plus, mais je trouve cela souvent gênant.
Si le dispositif est détachable on le perd très vite ou bien il reste chez soi. S’il est repliable et intégré dans une poche, c’est souvent désagréable. Pour avoir une protection 360° un chapeau est souvent préférable.
Un modèle difficile à trouver de nos jours est la casquette avec protection arrière repliable comme portaient les pécheurs et les chasseurs. Le look est naze, mais le système pratique et fiable.
Les casquettes d’hiver intègrent des « caches oreilles ». C’est vraiment un plus en chaleur et cela permet de retarder l’usage de la capuche. Les dispositifs sont variables. Dans mon expérience tous les dispositifs cachant les oreillettes à l’intérieur de la capuche sont peu pratiques. Il faut se résoudre à replier les oreillettes à l’extérieur. Essayez longuement en magasin ce type de casquette.

Les matières :

Le coton :
C’est les plus classique avec la forme « base ball ». Elles ont les avantages du coton (fraîcheur en été, agréable à porter, résistance au vent et au feu) et les défauts de celui-ci (tout le reste). Elles sont seyantes mais leur utilité est vite limitée en outdoor : oreilles brûlées ou glacées, nuque cramées pluie dans le cou…..pas vraiment utiles en été et à compléter d’une capuche rapidement en hiver. Mais comme les autres j’en porte souvent une en ville par petite pluie par exemple (je porte des lunettes).

La laine :
Par froid modéré c’est sympa les modèles baseball en laine. Pas très coupe vent mais chaud et déperlant.
Par froid plus important, il est utile d’avoir un modèle avec des oreilles repliables, voire le célèbre baschlik des jäger, mais un peu difficile à porter « low profile » de nos jours. Ce type de casquette qui se porte par mauvais temps doit avoir un dispositif de fixation. Evitez les modèles dont les oreilles se décollent dès le moindre vent qui sont inefficaces et vous donnent le look Dumbo.
On trouve rarement 100% laine car la line est difficile à mettre durablement en forme

Le cuir :
C’est très spécialisé. Je ne vous parlerai pas des casquettes base ball en cuir, je n’en ai pas. AMHA, outre le look, le seul avantage c’est que c’est plus coupe vent que de la laine ou du coton. Attention le cuir déperle mais ce n’est pas chaud (sauf exception) et à la fin c’est trempé.
J’ai une casquette en cuir lainé retourné pour le grand froid. Un peu comme les casquettes des mitrailleurs de superforteresse. C’est très chaud, mais vraiment à réserver aux activités statiques par temps (très) froid. Là, c’est génial.

Le duvet :

Et oui les italiens produisaient  une casquette en popeline remplie de duvet avec une visière souple et des oreilles. Un modèle destinés aux moniteurs de ski.  C’était très chaud et compressible. Evidement à réserver aux conditions froides et sèches (montagnes)

Imperméable goretex ou assimilé :
L’intérêt est dans l’effet coupe vent. Sous une pluie un peu forte nécessitant du Goretex…la pluie va vous dégouliner dans le cou. Assez intéressant sous une capuche fine d’anorak (supplex) mais le Goretex risque de diminuer la « respirabilité » de la casquette.


Cas intéressants :

Mountain cap lowe alpine :
Ce modèle existe depuis plus de 15 ans. Il a été imité par de nombreux fabricants. C’est une casquette souple à visière souple en tissu imperrespi doublé de polaire. La forme « colle «  à la tête pour passer sous une capuche, la visière peut se pressionner sur le dessus dans les voies d’alpinisme. Elle protège très bien la tâte et on peut y fixer une jugulaire. Très chaude.

Stormy kromer :
C’est une casquette au look particulier qui tient très bien sur la tête. Le rabat arrive à la moitié des oreilles ce qui les protège en préservant l’ouie. Outre le look « retro » c’est utile dans certaines circonstances (grand vent, observation animalière…)


à suivre....

"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 novembre 2008 à 19:39:32
Réponse #31

jilucorg


Je vais essentiellement parler des casquettes de forme « base ball » au détriment des formes classiques peu portées de nos jours.

Je m'insurge ! Je porte durant toute la froide et humide saison, en ville comme aux champs, une casquette irlandaise, une vraie en tweed faite au Donegal (pure laine cardée donc), doublée : c'est chaud, confortable, emboîtant presque comme un bonnet, assez coupe-vent, imperméable longtemps... et ça a quand même une autre allure qu'une gapette de base-ball ! :up:
Je ne voudrais pas mettre autre chose sur la peau de mon crâne, sauf si rando hivernale un peu "agitée" et/ou nécessitant la capuche.


jiluc.

24 novembre 2008 à 22:32:25
Réponse #32

Kilbith


Je m'insurge ! Je porte durant toute la froide et humide saison, en ville comme aux champs, une casquette irlandaise, une vraie en tweed faite au Donegal (pure laine cardée donc), doublée : c'est chaud, confortable, emboîtant presque comme un bonnet, assez coupe-vent, imperméable longtemps... et ça a quand même une autre allure qu'une gapette de base-ball ! :up:
Je ne voudrais pas mettre autre chose sur la peau de mon crâne, sauf si rando hivernale un peu "agitée" et/ou nécessitant la capuche.


jiluc.

Bonsoir jilucorg,  :)

Je m'en doutais....honnêtement j'ai hésité à parler de ce type de casquette classique. C'est vrai que c'est assez pratique et qu'elles résistent bien à la pluie si elles sont en Tweed ou en Donegal. a la différence d'une casquette "base ball" on peut les ranger à plat dans la poche carnier. Ce n'est pas pour rien qu'elles sont traditionnellement porté avec les Barbours à coté des bobs en tweed ou en coton huilé...

Il existe des modèles en feutre ou toile avec des oreillettes repliables pour le montagne. Mais c'est un peu "old look" quand même  ;)
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

24 novembre 2008 à 22:54:01
Réponse #33

Rod


Je ne connais pas la réponse exacte à ta question.
Mais ta réponse me convient très bien... ;)

Retour supplémentaire sur la notion dont je parle suite à une expérience de ce matin... Je suis parti bosser à pieds car j'aime marcher sous la  neige.
Le temps: température aux alentours de zéro, chute de neige et vent assez fort.
Ce que je portais: hardshell, polar en dessous, t-shirt, pantalon et collant plus mon bonnet.
Chez moi ça démarre tout de suite en côte et je marche vite bref rapidement je transpire... J'ouvre les pit zips...
J'arrive au boulot relativement en sueur (merci la hardshell ^-^) mais sans spécialement avoir froid.
Je mets sécher mes affaires sauf qu'au moment de repartir je me rends compte que j'avais replié mon bonnet plein de sueur dans la poche de ma hardshell.
Bref le bonnet est trempé comme si je l'avais mis dans un évier! Je me suis dit que ça allait être super avec le vent froid mais que c'était un bon test.
Je mets le bonnet sur ma tête à l'extérieur et j'ai directement une sensation de chaleur malgré l'humidité... Et malgré le vent je n'ai ressenti un refroidissement au niveau de ma tête à aucun moment (évidemment il ne faisait pas -20° non plus).
Si je compare ma polar est relativement froide au moment où je l'enfile et elle semble mettre du temps à se réchauffer grâce à ma propre chaleur.
C'est cette impression que je trouve phénoménale avec le mérinos... Maintenant la laine vient peut-être de Tchernobyl et la chaleur de la radioactivité qu'il dégage! :blink: Je m'en fous, je n'ai déjà plus de cheveux... :lol:

25 novembre 2008 à 08:27:17
Réponse #34

Kilbith


Bonjour Rod,

Tu décris très bien un phénomène connu: En présence de vapeur d'eau, la laine absorbe une partie de son poids en eau. Cette réaction chimique est faiblement exothermique (dégage de la chaleur). Un sujet humain peut ressentir ce dégagement de chaleur.

"Textile Research Journal, Vol. 59, No. 6, 324-329 (1989)
DOI: 10.1177/004051758905900603

Perception of the Heat of Sorption of Wool
I.M. Stuart

CSIRO Division of Wool Technology-Sydney Laboratory, Ryde, NSW 2112, Australia

A.M. Schneider

CSIRO Division of Wool Technology-Sydney Laboratory, Ryde, NSW 2112, Australia

T.R. Turner

CSIRO Division of Mathematics and Statistics, National Measurement Laboratory, Lindfield, NSW 2070, Australia

We have conducted wearer trials demonstrating that human subjects can perceive the heat of sorption of water vapor by wool garments in typical winter conditions. We found that this heat of sorption causes wearers to rate wool garments as warmer under certain conditions than materials with little or no heat of sorption, such as acrylic. If the garments are thoroughly dried before use, the full benefit of this heating effect is realized."


ref : http://trj.sagepub.com/cgi/content/abstract/59/6/324
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

25 novembre 2008 à 09:26:25
Réponse #35

Hatari


Je lis avec attention ce poste et souhaiterait apporter un avis tout simple.
Lorsque je suis dans des contrées proches ou lointaines (froides ou chaudes) j'observe toujours ce que les gens du crus portent comme équipement sur place que se soit au niveau habillement ou matos utilisés.
Vouloir ne pas suivre ces observations expose bien souvent à des déconvenues sur le terrain une fois loin de tout ou la boutique du coin est à quelques milliers de km du lieu.
Très souvent en conditions froides, les autochtones utilisent des matériaux naturelles :
Fourrure/duvet de canard pour les régions septentrionales.
Laine (loden, tweed, powerwool, etc...) pour zones tempérées.
Apparemment les fibres synthétiques ne sont pas très prisées.
La vraie trahison est de suivre le monde tel qu'il est et d'employer l'esprit à le justifier.

25 novembre 2008 à 09:47:47
Réponse #36

dents-de-sabre


Salut Hatari.

Franchement , d'un côté ce qu'il faut surtout comprendre, c'est que les matières synthétique existent et surtout sont vraiment devenues performantes que depuis peu, à défaut de la bonne vieille doudoune en duvet ou du pull en laine qui gratte.

Et faut voir aussi le niveau de vie du pays dans lequel tu te rends, et donc de l'accès qu'ils ont au nouvelles technologies, et aussi de l'envie qu'ils en auraient ,suite à ce qu'ils connaissent déjà et qui marche depuis toujours. Tu commences( quand je dis ''tu'' je parle pas pour toi personnellement hein  ;) )  à aller frimer avec tes tissus ''new generation'' en Europe de l'Est, avec tes softshells ou tes polaires ,les gens te regarderont avec un petit sourire en coin sans rien dire, et leur sourire s'aggrandira lorsque tu commenceras à pleurer sous un blizzard à -15 en maudissant Dieu de t'avoir fait aussi con . :lol:  ;D...
 tandis qu'ils seront tranquillement en train de gambader avec leur pull en laine et leur gros cuir fourré .

Moi par exemple avant de découvrir le polartec windpro, j'avais eu de très mauvaises expériences avec le polaire en général et donc une mauvaise opinion. Donc à présent, je pense qu'on peut gentiment avoir plus confiance dans les nouvelles générations , mais avec modération et surtout en faisant attention à la marque. Car dans ce cas précis , et dans cette branche-là on joue sérieux et on paie une qualité plus qu'une étiquette.

L'avantage premier que je trouve aux tissus modernes est surtout leur ratio tenue thermique / encombrement. C'est  à dire leur minceur et leur légèreté par rapport à de la laine ou du cuir bien épais. Dans le cas des bonnets, ceux en polar on l'avantage par ailleur d'être plus coupe-vent par rapport à du ''classique'', chose avantageuse pour moi qui déteste les bonnets et qui ne se résoud à en porter un que par gros vent glacial. Et de ce fait, ça m'évitera d'avoir à porter un bonnet super épais ou une casquette fourrée avec une allure de casque de la Wehrmacht modèle 1940 comme le sergent Schultz.



 ;D

Diego :)

25 novembre 2008 à 11:42:11
Réponse #37

Hatari


Tout à fait d'accord Diego.
Je ne suis pas contre les fibres modernes et il y a une évolution technique dans les propriétés thermiques, étanches, etc....
Toutefois, je tiens à nuancer le débat, par exemple :
En sous vêtements thermiques pour des latitudes froides, j'ai utilisé du Patagonia (à l'époque c'était best of the best) avec leur fibres synthétiques qui retiennent mieux la chaleur que la laine........oui de fait ça tient chaud mais au bout de 2 jours ça commence à sentir la cocotte :blink: et quelques chatouillements malgré tout, la tenue dans le temps (lavage) est moyenne.
Mon bonheur au final je l'ai trouvé avec la laine en mérinos de chez Woolpower ::), la franchement c'est beaucoup plus confortable et autrement plus chaud, les lavages successifs n'ont en rien altérés les propriétés du matériau et en bonnet c'est extra ;D.
Dans les highlands au nord de l'Ecosse, le tweed fait toujours l'unanimité pour la vie en outdoor (chasse, pêche) au début mes vêtements en fibres synt. avec membrane Gore-tex, sympatex et autres me paraissaient plus adaptés, très vite j'ai compris qu'ils étaient très moyens, soit on transpire avec les heures de marche (le gore-tex c'est zéro en climat humide :down:) et une fois à l'arrêt on prend froid malgré la polaire..........Depuis un chandail en laine et une veste en tweed me tiennent au sec et au chaud que je sue par l'effort ou à l'arrêt dans le froid.
C'est comme les bottes en caoutchouc, les écossais portent un type de botte tout à fait adapté pour le climat pluvieux et les montagnes (semelle en cousu norvégien et étanche) et qui est de loin supérieur à la classique botte Le Chameau pourtant réputée et c'est le même prix.
En autriche, le loden, que se soit en manteau, veste, chandail, etc...reste une référence.
En Inde du nord et à proximité, la soie est extraordinaire, tient au frais l'été et chaud en hiver, sur place ça coûte 3 x rien......idem pour le cachemire issu du poil du menton des chévres paschmina de fabuleux matériaux.
Le prix des fibres naturelles est certes coûteux bien que quand je vois ce que représente le budget d'une veste en fibres synthétiques modernes, l'écart est bien souvent faible voire nul sans compter qu'au feu le synthétique ça crame sévere (pourquoi les pompiers portent-ils des vestes en cuir ?)
Une marque moderne qui ne m'a jamais déçu en près de 30 ans d'usage c'est Fjäll Raven avec leur tissu en G1000, c'est costaud, un peu lourd mais vraiment bien pensé.
Sans vouloir être ringard, il faut évoluer avec son temps, oui pour le synthétique et dérivés mais attention à la fée marketing qui occulte parfois les vraies performances du produit.
La vraie trahison est de suivre le monde tel qu'il est et d'employer l'esprit à le justifier.

25 novembre 2008 à 11:45:49
Réponse #38

HexCore


Merci pour toutes ces infos !  :up:
Pour le bonnet en merinos et plus généralement tous les vêtements en merinos, vous vous fournissez ou ?
J'ai offert un t-shirt icebreaker à mon belle, elle en est ravi (pour ne pas dire dingue) et j'aimerais me faire plaisir aussi.
j'avais vu un post sur le nouveau t-shirt merinos de David, mais cette marque ne semblait pas faire beaucoup de produits différents ... :/
" J'avais cherché l'aventure toute ma vie, une aventure pure et sans passion, comme il en advenait aux voyageurs héroïques des premiers temps ; et se trouver ainsi, au matin, dans un coin perdu et boisé de Gévaudan, désorienté, aussi étranger à ce qui m'entourait que le premier homme abandonné dans les terres, c'était voir, comblée, une partie de mes rêves éveillés."
Robert Louis Stevenson

25 novembre 2008 à 12:27:00
Réponse #39

dents-de-sabre


Yess Hatari, je partage totalement !  :up:

Moi ce que j'essaie en plus d'observer, ce sont les tenues et tissus utilisés par les forces armées locales des différentes latitudes. C'est pas à 100% une référence, mais je me suis toujours dit que si y'a bien un style de métier où ils peuvent pas se permettre de porter des vêtements inadaptés, c'est bien celui-là.

Et force est de constater que les matières naturelles sont quand même grandement en tête. Suffit de visiter les surplus.

Toutefois, pour rajouter une petite pierre à ce que tu dis plus haut , je dirais quand même qu'un des seuls avantage des nouveaux matériaux est d'être pratique en ville.

J'ai porté des gros pulls et des gros cuirs et c'est devenu vite peinible lorsque tu dois changer de températures ( les typiques courses de Noël ) ou piétiner des heures quelques part avec 3 kg de laine et de vestes , écharpes , bonnets, gants sur toi. Alors que tu te sens bien plus léger en synthétique quand même.

Maintenant, lorsque tu vois l'armée Suisse ,ils ont certains trucs qui sont horriblement moches et semblent dater du début du siècle, mais dieu ce que c'est efficace. Comme Woody, je regrette la vieille chapka  ''lupo'' fourrée, grâce a laquelle j'ai pu tenir de longues nuit de garde dans le froid et la neige. le gros pull en laine qui gratte made in ''Mamy Schweizer'' est redoutable aussi, même s'il pèse un veau crevé à lui tout seul.

Un truc aussi, c'est que je trouve comme toi que certains synthétiques sont très peu respirants. Pour moi qui ai tendance à vite avoir chaud et transpirer, j'evite comme la peste certains truc dans lesquels t'as vite cette douce impression de ''swimming in a trashbag'' comme disent les cheeseburgers  ;D

Mon avis serait

- ville pour de petits trajets = synthé , avec couches de base naturelle, genre softshell + polar + t shirt coton
- la verte pour des durées plus ou moins longues =  le plus possible fibres naturelles y compris les chaussettes 

Cela me semble être un bon compromis


Diego

25 novembre 2008 à 12:33:00
Réponse #40

Kilbith


Bonjour Hatari,

Je vois que tu es toujours un ardent défenseur des produits "naturels"  8)

J'apporte quelques précisions à tes propos puisque nous nous côtoyons depuis quelques années sur ce forum et que certaine subtilité pourraient échapper au nouveau lecteur.


Hatari est un amoureux de la nature qui se livre volontiers à l'activité cynégétique sous de nombreux climats. Son expérience de ce type de voyage est grande et elle influence sa vision de l'équipement qui en retour enrichit nos connaissances de survie.

Tout le matériel qu'Hatari évoque est en effet parfaitement adapté à la vie de campagne sous différents cieux. Quand je dis "vie de campagne", je pense à des activités comme la chasse, la pêche et le travail en extérieur. Le travail d'un soldat à pied quand la guerre commence à être dure (logistique HS, communication limitées, isolement et ravitaillement aléatoire) correspond aussi à ce type d'équipement.

Donc des activités traditionnelles où la notion de dépassement physique et d'isolement est chose étrangère  : efforts prolongés mais modérés, activités intermittentes dans toutes les conditions climatiques et généralement un campement pour le soir où l'on recherche le confort (chauffage). Ces activités ont leur spécificité : grande robustesse des vêtements, une certaine désidérabilité sociale en harmonie avec l'activité et les mœurs locales, vêtements silencieux et ne retenant pas les odeurs.

Ce qu'il décrit n'est pas semblable au jeune explorateur/randonneur à la recherche d'expérience extrême et de sensation qui traverse une terre lointaine comme l'Islande avec >15kg sur le dos (forfait aérien oblige), un tarp, un karrimat, un équipement mini mais très sophistiqué en serrant souvent les dents pendant la nuit et parfois le jour...et qui table sur son physique pour affronter les aléas.  "Le bruit et l'odeur" sont très secondaires dans le choix des vêtements. Un compromis doit être fait sur la durabilité du matériel qui ne sera utilisé que sur une courte période ( moins d'un mois) et renouvelable si nécessaire.


Je pense que les deux approches sont enrichissantes pour nous (mais pas pour leur bourse). Les deux approches nécessitent des moyens conséquents pour s'équiper totalement. Dans une situation de survie on fera avec ce que l'on aura : c'est une bonne chose de connaître l'ensemble des possibilités.

Didier qui peut être en "loden/cerf" ou bien en "MP+ultra/850cuin" ou bien encore "surplus/recup" selon les circonstances.  ;)
« Modifié: 25 novembre 2008 à 12:38:20 par Did »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

25 novembre 2008 à 12:39:15
Réponse #41

Diesel


Didier qui peut être en "loden/cerf" ou bien en "MP+ultra/850cuin" ou bien encore "surplus/recup" selon les circonstances.  ;)
Sans oublier sa fabuleuse string vest qui a fait fantasmer des générations entières.  :love:

J'ai encore la photo que je regarde quand j'ai envie d'un fou rire.  :lol:

25 novembre 2008 à 12:46:08
Réponse #42

Kilbith



...Moi ce que j'essaie en plus d'observer, ce sont les tenues et tissus utilisés par les forces armées locales des différentes latitudes. C'est pas à 100% une référence, mais je me suis toujours dit que si y'a bien un style de métier où ils peuvent pas se permettre de porter des vêtements inadaptés, c'est bien celui-là.
....

Maintenant, lorsque tu vois l'armée suisse ,ils ont certains trucs qui sont horriblement moches et semblent dater du début du siècle, mais dieu ce que c'est efficace. Comme Woody, je regrette la vieille chapka  ''lupo'' fourrée, grâce a laquelle j'ai pu tenir de longues nuit de garde dans le froid et la neige. le gros pull en laine qui gratte made in ''Mamy Schweizer'' est redoutable aussi, même s'il pèse un veau crevé à lui tout seul.


YES.


Des armées comme les armées suisse, finlandaise, yougoslave, suédoise ont un équipement qui doit s'adapter à une vie en campagne rustique et longue.

Les conditions d'engagement de ces pays sont par nature inégales : ils savent qu'ils devront affronter une armée plus puissante susceptible de détruire par le feu et le choc les infrastructures et les moyens Hitec. Ils intègrent donc l'hypothèse de se battre longtemps sans logistique, sans ravitaillement, sans relève.....et ce dans la conception même de leur équipement.

Leur tactique repose sur la durée. Ils doivent tenir le terrain, le "pourrir" sans jamais s'y accrocher, de façon a prolonger le conflit afin que le coût d'occupation devienne exorbitant par rapport aux gains potentiel qu'espérait l'assaillant obligatoirement plus puissant.

"Tenir" est quand même un des objectif de la survie me semble-t-il ?

 ;)

"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

25 novembre 2008 à 12:52:47
Réponse #43

Berhthramm


Pour le couvre chef  d'été ou d'hiver c'est bonnet en feutre... bon maintenant c'est bonnet (phrygien) en laine aussi... le look est particulier mais pas pire qu'un bonnet péruvien...

Les avantage que je trouve au feutre : bien thermorégulateur, bien pompe sueur, amortissant au besoin, gratte pas (pour les pull j'aime quand ça gratte mais pour la tête j'ai plus de mal (surtout quand j'ai un peu de cheveux))..

25 novembre 2008 à 22:57:07
Réponse #44

Rod


Tu décris très bien un phénomène connu: En présence de vapeur d'eau, la laine absorbe une partie de son poids en eau. Cette réaction chimique est faiblement exothermique (dégage de la chaleur). Un sujet humain peut ressentir ce dégagement de chaleur.
Did, tu es trop fort... ;) C'est pour ça que je t'aime... :love: Tu mets des mots sur ce que je ressens! ;D J'adore! :up:

Pour le bonnet en merinos et plus généralement tous les vêtements en merinos, vous vous fournissez ou ?
On va dire que je pousse encore mais je me fournis chez TAD...
Voici la page des couches en mérinos:
http://www.tadgear.com/x-treme%20gear/apparel%20main/merino_mid_layers.htm
Et une veste dans cette matière:
http://www.tadgear.com/x-treme%20gear/apparel%20main/robin_hoodie_techwool.htm

Evidemment avec le $ qui remonte ça devient moins intéressant... Quand j'ai acheté le bonnet, il m'est revenu à +/- 20 € prix total (bref moins cher qu'un bon bonnet en polar dans un magasin ici) aujourd'hui il est à +/- à 25 € hors frais de port... C'est pas la mort mais bon, il faut s'y faire...

Un article en Anglais sur le bonnet et le tour de cou de chez Tad:
http://soldiersystems.net/blog1/2008/10/14/tads-new-merino-proline-neck-gaiter-and-brain-case-watch-cap/

D'ailleurs vu qu'il commence à faire froid et sec, je peux enfin sortir ma Stealth en mérinos de la penderie... Plus de retour bientôt... :doubleup:

Bien à vous,

Rod

25 novembre 2008 à 23:10:24
Réponse #45

Pierr


J'ai le bonnet en merrino/possum de woodlore. J'en suis content. Très chaud, très doux, ne gratte vraiment pas. Il est très élastique et ne comprime pas du tout. Assez léger (60gr) mais plutôt volumineux. Il est en double couche. Environ 24€ au taux de change actuel.
Mais je n'ai pas essayé les autres bonnets mentionnés donc pas de comparaison.

29 novembre 2008 à 23:58:36
Réponse #46

guillaume


Did, tu disais que le refroidissement était plus rapide avec un bonnet en polaire qu'avec un bonnet en laine.
Je sais d'accord, la laine a un effet "tampon" donc la sueur produite par le corps pour nous refroidir ne nous refroidit pas tout de suite.

Mais si le corps a produit cette sueur, c'est bien qu'il a trop chaud, non ? C'est pour ça que je préfère la polaire : toute l'eau est transférée à l'extérieur et lorsqu'on s'arrête, les pertes de chaleur par convection ne sont pas augmentées à cause de l'eau retenue dans le matériaux.

a+

PS : Un petit lien pour la Mountain Cap Lowe Alpine ? Je ne trouve rien de bien sur google. De plus, sais-tu si elle existe sans la doublure polaire ? Si oui, ça serait magnifique ;D.

30 novembre 2008 à 00:14:17
Réponse #47

Corin


PS : Un petit lien pour la Mountain Cap Lowe Alpine ? Je ne trouve rien de bien sur google. De plus, sais-tu si elle existe sans la doublure polaire ? Si oui, ça serait magnifique ;D.
Salut Guillaume ;),

http://www.lowealpine.com/Products/Detail.asp?ProductTypeID=9&ProductGroupID=12&Position=30&SpecificActivityID=

A+

30 novembre 2008 à 10:57:34
Réponse #48

jilucorg


Pour environ 45 € livrée, on la trouve ICI.

Sinon, une imitation (imper-respi + micropolaire) chez Millet, 32 € livrée par ex.



jiluc.

30 novembre 2008 à 11:57:35
Réponse #49

alios



 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité

// // //