Vie Sauvage et Survie

Techniques et savoirs de survie => Survie en contexte dégradé / vie en autarcie => Discussion démarrée par: Ulf le 19 novembre 2012 à 23:51:37

Titre: l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Ulf le 19 novembre 2012 à 23:51:37
Piqure de rappel.
L'eau c'est 3L / Jour / Personne. C'est la mort en 3J par déshydratation. C'est l'assurance d'une bonne chiasse si elle est contaminée. 

Beaucoup d'entre vous affirment en stocker 2-3 packs d'avance pour tenir dans un contexte dégradé.

1 pack = 6 x 1.5 L = 9L = 3 Jours pour une personne - sans autre utilisation que l'hydratation.

Croyez vous vraiment que c'est suffisant ?

Ne pensez vous pas qu'il est aussi judicieux de conserver un filtre à main (type céramique) ou des pastilles de micropur  (dans la mesure où, en France, l'eau liquide n'est pas dure à trouver)  ?
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Theudric le 20 novembre 2012 à 03:14:01
J'avoue que je ne me pose pas la question... Nous avons ici chaque année des coupures de courant qui peuvent durer de 2 heures à plusieurs jours... Notre source d'alimentation en eau est un puit artésien, donc qui va pomper l'eau dans la nappe grâce au courant...

On a plusieurs stratégies, la première, avant chaque tempête de neige ou d'alerte d'orages violents, je remplie un jerican de 20 l d'eau, au cas où... Sinon en hiver, nous avons de la neige en masse à faire fondre et l'été une rivière qui coule derrière la maison (à l'automne dernier j'ai pris ma douche matinale dedans, faute d'eau courante, mais en octobre, c'est frette !!)... Mais nous sommes privilégiés et si je n'avais pas cet accommodement, j'aurais installé une grande cuve de récupération d'eau de pluie.

En fait nous nous sommes fait avoir à notre arrivée à notre première tempête de neige où on s'est retrouvé 48h sans électrivité, donc sans chauffage ni eau... Dès le retour à la normalité, j'ai foncé au Canadian Tire pour m'équiper à minima...

+s
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Galileo le 20 novembre 2012 à 05:09:22
Bois tu réellement 3 L / jour?
Certes, l'homme a besoin d'en moyenne 2.6L/ jour d'eau (la femme c'est 2.1l/jr) mais cela prend en compte l'eau bue mais surtout celle contenu dans les aliments (une pomme de terre cuite au four contient encore 75% d'eau).

Fais l expérience de noter sur une semaine combien tu bois de verre d'eau, tasse de café, lait, thé, vin et autre liquide, ça m’étonnerai que tu arrive a 3L en zone tempérée.

Je dis pas qu'il ne faille pas avoir de moyens de filtrage/purification mais qu'on surestime la quantité d'eau bue journellement.





Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: François le 20 novembre 2012 à 07:16:55
Prévoir 3 litres d'eau potable (ou autre boisson) par jour, c'est un peu juste. Pas si on se nourri de fruits et légumes frais ou en conserve, mais si on mange gras accompagné de produits secs ou lyophilisés ...
Même si on ne boit pas sa ration tous les jours, il suffi d'une petite suée pour dépenser un ou deux litres d'eau en quelques heures *. (sans parler des pertes que pourraient occasionner des problèmes gastriques)

L'eau potable, c'est vraiment une chose dont il ne faut pas prendre le risque de manquer. Il vaut mieux en avoir un demi litre de trop que de pas assez.

* EDIT : on parle toujours de région tempérée. En climat chaud, il faudrait plutôt parler d'une dizaine de litres en quelques heures.
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: jbc le 20 novembre 2012 à 08:07:48
Yes l' eau c'est precieu, la stocker c'ewt bien mais avoir un systeme de filtration en plus c 'est pas mal aussi
J 'attend de recevoir un filtre qui filtre aussi les virus en plus des autres m*rde. Les katadyn et autres msr filtres jusqu  a
0.2 ou 0.1 micron il existe un filtre a gravitè qui filtre a 0.02 micron. Et donner pour filtrer des millier de litres. Se systeme peut se brancher sur des gourde souple. Ou bien sur des bidons ou des sceaux. Ce qui permet d 'avoir de grande quntitè d 'eau potable si ont dispose dun ruisseau, d 'un etang ........
Titre: Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Raolux le 20 novembre 2012 à 09:00:23
Yes l' eau c'est precieu, la stocker c'ewt bien mais avoir un systeme de filtration en plus c 'est pas mal aussi
J 'attend de recevoir un filtre qui filtre aussi les virus en plus des autres m*rde. Les katadyn et autres msr filtres jusqu  a
0.2 ou 0.1 micron il existe un filtre a gravitè qui filtre a 0.02 micron. Et donner pour filtrer des millier de litres. Se systeme peut se brancher sur des gourde souple. Ou bien sur des bidons ou des sceaux. Ce qui permet d 'avoir de grande quntitè d 'eau potable si ont dispose dun ruisseau, d 'un etang ........
De quel filtre de katadyn parles-tu ?
Il me semble que seul le petit filtre intégré aux gourde ("virupur") filtre aussi les virus. Ce qui n'est pas le cas des filtres à grande capacité  :huh:
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: AC le 20 novembre 2012 à 09:36:44
1 pack = 6 x 1.5 L = 9L = 3 Jours pour une personne - sans autre utilisation que l'hydratation.

Avec 3 packs par personne, ça fait 9 jours d'autonomie, c'est déjà énorme. Tu t'attends à être isolé chez toi plus longtemps que ça sans eau courante, sans moyens de transport pour te réapprovisionner et sans services publics pour te dépanner ?

Le stockage est à privilégier pour le court terme, car facile à mettre en oeuvre par n'importe qui. Potabiliser de l'eau, c'est infiniment plus compliqué, et si on rate son coup (effet chimpanzé aidant), ça peut faire mal. Sur le long terme les membranes fuient, les filtres sont colonisés par des bactéries, les stocks de désinfectants chimiques se dégradent, le charbon actif sature sans prévenir, les lampes à UV s'usent, etc.

D'ailleurs je note qu'on parle souvent ici des techniques de purification mais rarement des outils nécessaires pour tester la potabilité de l'eau produite:
Polluants chimiques dans l'eau : comment les identifier ? (http://www.davidmanise.com/forum/index.php?topic=7847.5) (2008)
Comment tester l'eau ? (http://www.davidmanise.com/forum/index.php?topic=17577.0) (2009)
Filtrage et épuration de l'eau, mesures de l'efficacité (http://wiki.davidmanise.com/index.php/Filtrage_et_epuration_de_l%27eau,_mesures_de_l%27efficacite) (wiki)

Pourtant quand on met au point un procédé technique, il faut commencer par se donner les moyens de mesurer la qualité du résultat. Je donne quelques pistes en espérant que des spécialistes du domaine lanceront un fil sur ce sujet.

Titre: Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Phil67 le 20 novembre 2012 à 09:37:11
En climat chaud, il faudrait plutôt parler d'une dizaine de litres en quelques heures.
Quels que soient le climat, l'effort et la déshydratation, la capacité d'absorption du corps humain est limitée à environ 0,8l d'eau pure par heure en ambiance tempérée pour atteindre au maximum 1,0l à 1,5l avec des boissons isotoniques en pleine chaleur (légèrement variable selon les individus). Un mélange isotonique (p.ex. ajout de maltodextrine) permet d'améliorer la vidange gastrique pour assimiler l'eau plus rapidement.

L'excédent va ressortir par les voies naturelles, mais il vaut mieux avoir un petit excédent pour faciliter le travail d'élimination des reins.

=> http://vo2cycling.fr/COMMENTAIRES-SITE/77167-L-hydration-dans-les-sports-d-endurance-par-Alain-Roche.html
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Magic Manu le 20 novembre 2012 à 09:43:54
C'est vrai. Lors de mes deux traversées du Sahara en 2 CV, on buvait sans arrêt, consommant à peu près 10 litres/jour par personne, pour uriner seulement une ou deux fois, très concentré...
Titre: Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Magic Manu le 20 novembre 2012 à 09:44:44
J 'attend de recevoir un filtre qui filtre aussi les virus en plus des autres m*rde.

Un lien vers ce type de filtre? Merci!
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Bison le 20 novembre 2012 à 10:02:43
On en a déjà parlé plusieurs fois, je pense, ici et sur RL.
Je ne me souviens plus de la marque.
Fabricant japonais, production interrompue (ou ventes à l'export?) suite tsunami.
Reprise des ventes à l'exportation depuis peu.

Je suis curieux de lire les premiers retours.

PS :  retrouvé sur RL - les filtres Sawyer (http://www.randonner-leger.org/forum/viewtopic.php?id=21191)
Sawyer filter technology (http://www.sawyer.com/tech-water.html)
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: jacqueline le 20 novembre 2012 à 10:27:44
Je pense stocker des packs d'eau gazeuse dans ma cave pour boire ( environ 10 packs , je n'aime pas l'eau plate ), et de l'eau potable dans  des fûts alimentaires étanches ( 3 de 60 l ) pour le café, la cuisine et le reste.

 De quoi tenir deux mois.

 Pour la suite, j'ai un lac. Mais !!!!

J'ai bien fait de m'informer sur le captage d'eau potable de ma ville, ils pompent dans le lac, mais à une certaine période de l'année l'eau du lac est polluée par une algue rouge, ils pompent dans deux sources qui descendent de la montagne ( pas encore repérées sur la carte ). En cas de perte de la normalité si les stations d'épurations ne fonctionnent pas l'eau du lac risque d'être polluée assez vite et de façon permanente.

 Réapprovisionnement avec des jerricans en vélo plus remorque. ( ou fûts et voiture si voisin complaisant )

En complément je vais acheter un filtre de table, céramique  plus charbon actif  : il faut les deux pour éliminer produits chimiques et virus. Je pense au Katadyn Gravidyn ( équivalent aux Berkey , mais tous n'ont pas la cartouche charbon actif).  La cartouche de charbon actif est à renouveler tous les six mois.

http://www.katadyn.com/usen/katadyn-products/products/katadynshopconnect/katadyn-water-filters-endurance-series-products/katadyn-drip-gravidyn/ (http://www.katadyn.com/usen/katadyn-products/products/katadynshopconnect/katadyn-water-filters-endurance-series-products/katadyn-drip-gravidyn/)

http://katadynch.vs31.snowflakehosting.ch/fileadmin/user_upload/katadyn_products/Downloads/Factsheet_Drip_FR.pdf (http://katadynch.vs31.snowflakehosting.ch/fileadmin/user_upload/katadyn_products/Downloads/Factsheet_Drip_FR.pdf)

En vente ici : http://shop.conserva.de/fr/62-katadyn-filtre-a-eau (http://shop.conserva.de/fr/62-katadyn-filtre-a-eau)

 Le problème sur le long terme ( plus d'un an ) est le prix des cartouches de rechange : 169 € et leur réapprovisionnement.

 Il faudrait trouver du charbon actif en grosse quantité ( moins cher ) et bricoler un filtre "charbon " à utiliser après le passage dans un filtre céramique longue durée et nettoyable.


 Chez Clairodouce on le trouve en sacs de 60 litres pour 140 €.   http://aquariophilie.twenga.fr/charbon-actif.html (http://aquariophilie.twenga.fr/charbon-actif.html)

 Ils ont le double filtre  ( sédiments plus charbon actif ) à 175 €  , mais le filtre à sédiments est seulement  à 25 µ, toutefois on trouve des cartouches pour le filtre à sédiment à 5 µ  (le plus fin )

On peut acheter deux supports de filtres et les deux types de cartouches, puis re-remplir celle de charbon actif avec le sac de 60 kg.. ce qui semble la solution la plus économique et la plus pérenne

http://www.gdaa-clairodouce.com/contents/fr/d5_filtres-cartouches-charbon-actif.html#p475 (http://www.gdaa-clairodouce.com/contents/fr/d5_filtres-cartouches-charbon-actif.html#p475)

Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Ulf le 20 novembre 2012 à 10:31:31
@AC

Oui, c'est vrai qu'il ne sert à rien de filtrer si on ne peut pas tester de temps en temps la qualité de l'eau produite.
Je regarde les liens que tu donnes, c'est très intéressant.

Ceci dit, 3 packs d'eau c'est 9 jours... tout seul à en boire et à se laver le c. avec du sable !
Titre: Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Raolux le 20 novembre 2012 à 10:34:12
En complément je vais acheter un filtre de table, céramique  plus charbon actif  : il faut les deux pour éliminer produits chimiques et virus.
Ce n'est pas ce que j'ai compris  :huh:
Les filtres efficaces contre les virus sont rares et de faibles capacités (cf. virupur de Katadyn ou le filtre japonais -que je ne connais pas- cité par bison).
Les filtre céramique ne filtre pas les virus ; idem pour le charbon (qui est efficace contre certains polluants chimiques).
Pour éliminer les virus dans une grande quantité d'eau, le plus pratique reste les cachets micropur ou équivalents.
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Phil67 le 20 novembre 2012 à 10:50:04
Est-ce que quelqu'un a déjà testé la méthode SODIS de désinfection par le soleil sous nos contrées en période d'ensoleillement défavorable (hors brouillard alsacien non-stop pendant 1 semaine >:() ?

=> http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9sinfection_solaire_de_l%27eau
=> http://www.wikiwater.fr/e19-le-traitement-par-exposition.html

Avec un système de réflecteurs inspiré des fours solaires low-cost on doit pouvoir doubler ou tripler le rendement solaire.
Titre: Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Kilbith le 20 novembre 2012 à 11:03:13
Avec un système de réflecteurs inspiré des fours solaires low-cost on doit pouvoir doubler ou tripler le rendement solaire.

Il n'est pas évident que le fait d'augmenter la puissance d'irradiation solaire accélère le processus en dehors d'une certaine fourchette (la nature exacte du processus ne semble pas encore certaine, même si la méthode fonctionne de façon indiscutable).

On a peut être une "courbe en U inversée" : pas assez de soleil entraine aucun effet, suffisamment de soleil cela fonctionne (sur cette plage il est intéressant d'augmenter le flux solaire), trop de soleil il ne se passe plus rien de plus.

Le temps, peut être un des facteurs de mécanisme de purification de l'eau. On a l'exemple de la Tyndallisation qui repose autant sur un facteur temps incompressible que sur la température.


Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Karto le 20 novembre 2012 à 11:18:18
Sans compter que les réflecteurs doivent réfléchir les UV pour que ça fonctionne, ce qui est loin d'être le cas de tous les matériaux.
Titre: Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: jbc le 20 novembre 2012 à 12:08:59
On en a déjà parlé plusieurs fois, je pense, ici et sur RL.
Je ne me souviens plus de la marque.
Fabricant japonais, production interrompue (ou ventes à l'export?) suite tsunami.
Reprise des ventes à l'exportation depuis peu.

Je suis curieux de lire les premiers retours.

PS :  retrouvé sur RL - les filtres Sawyer (http://www.randonner-leger.org/forum/viewtopic.php?id=21191)
Sawyer filter technology (http://www.sawyer.com/tech-water.html)

j'ai oublier le lien !  oui c'est bien sawyer ! il ont un filtre a 0.02 micron il n'y pas grand chose qui ne soit pas filtré
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Phil67 le 20 novembre 2012 à 12:11:51
Je n'ai pas vraiment étudié le sujet, mais le procédé SODIS utilise à la fois les UV et l'élévation de température de l'eau pour améliorer le rendement.

http://www.wikiwater.fr/e19-le-traitement-par-exposition.html
Citer
En exposant des bouteilles d’eau transparentes en plastique en plein soleil pendant au moins 6 heures, l’effet combiné des rayons solaires ultraviolets UV-A et de l’élévation de température au-delà de 45° détruit les agents pathogènes (microbes, bactéries, parasites -Giardia et cryptosporidia- ou microorganismes susceptibles de provoquer des maladies et notamment de fortes diarrhées) et rend ainsi l’eau potable.
...
En pénétrant l’eau, les rayons ultraviolets réagissent sur l’oxygène dissout dans l’eau (d’où l’intérêt de secouer la bouteille avant de la remplir complètement afin de l’augmenter) et produisent des molécules très réactives d’oxygène à radicaux libres qui attaquent , inhibent ou détruisent les germes pathogènes. Ces radiations ainsi que la chaleur ambiante augmentent progressivement la température de l’eau, ce qui a un effet pasteurisant, accélère le processus et élimine déjà certains des éléments pathogènes incapables de résister à de hautes températures. Si celle-ci atteint ou dépasse 55°C, le temps de désinfection peut même être deux fois moindre.

L'idée (peut-être à la noix) est d'augmenter le rendement pour monter en température en cas de faible ensoleillement et éventuellement compenser le faible index UV.

Apparemment le mylar des couvertures de survie réfléchit surtout les IR mais peu les UV, mais il doit y a avoir d'autres matériaux mieux adaptés (peut-être film d'aluminium : https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9flectivit%C3%A9 ?) : il suffit de constater qu'en montagne la neige suffit à refléter suffisamment les UV pour risquer des coups de soleil ou ophtalmies même par temps couvert...
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: DavidManise le 20 novembre 2012 à 13:02:46
Je n'ai pas vraiment étudié le sujet, mais le procédé SODIS utilise à la fois les UV et l'élévation de température de l'eau pour améliorer le rendement.

Ce sont surtout les UV qui font le boulot...  et il ne faut pas, à mon avis, négliger les risques de pollution par polyphénols dans des bouteilles en PET dès que l'eau chauffe un peu... 

Sodis, c'est vraiment du dernier recours, hein... 

;)

David
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Loriot le 20 novembre 2012 à 13:35:41
Je vous propose ici un procédé révolutionnaire pour rendre de l'eau indemne de parasites! Il faut se munir d'un récipient, d'une source de chaleur. (Un feu, une lampe à alcool par exemple...) faire bouillir l'eau, c'est prêt.
En plus si on l'utilise chaude on peut se faire du thé ou de la soupe...
Incroyable!



Édit: le ton que j'emploie est pas terrible... Donc je reprend.

Et faire bouillir l'eau ne serais-ce pas une bonne solution. Après l'avoir filtré?
Titre: Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Aerazur le 20 novembre 2012 à 13:49:23
Je vous propose ici un procédé révolutionnaire pour rendre de l'eau indemne de parasites! Il faut se munir d'un récipient, d'une source de chaleur. (Un feu, une lampe à alcool par exemple...) faire bouillir l'eau, c'est prêt.
En plus si on l'utilise chaude on peut se faire du thé ou de la soupe...
Incroyable!



 :)..j'ai pas osé...

Effectivement, si la source n'est pas polluée de façon manifeste d'un point de vue chimique, c'est la solution la plus simple. Aurions nous tendance, en cherchant des solutions "parfaites" trop techniques, à en oublier le b-a ba?
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: jbc le 20 novembre 2012 à 13:52:59
hum hum tu en as d'autres des commes ça ! :) parce que avant de la bouillir l'eau faut peut etre la filté a minima nan ?
et pour avoir disont 5-6 litre d'eau/jours  ça commence a etre franchement chronophage comme methode. ceci dit oui c'est certainement une des meilleurs methode qui soit
Titre: Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Phil67 le 20 novembre 2012 à 13:53:49
Je vous propose ici un procédé révolutionnaire pour rendre de l'eau indemne de parasites! Il faut se munir d'un récipient, d'une source de chaleur. (Un feu, une lampe à alcool par exemple...) faire bouillir l'eau, c'est prêt.
En plus si on l'utilise chaude on peut se faire du thé ou de la soupe...
Incroyable!
Il ne reste plus qu'à faire un beau tableau Excel pour comparer le rendement de cette solution miracle ;) en mode dégradé urbain en fonction des carburants (feu de bois difficile en appartement ;)) : volume de stockage et prix pour obtenir 1l d'eau potable avec du gaz, de l'alcool (délicat en appartement), de l'huile, de la bougie ou tout autre solution stockable durablement et sans risques...
Titre: Re : Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: jacqueline le 20 novembre 2012 à 14:15:45
Ce n'est pas ce que j'ai compris  :huh:
Les filtres efficaces contre les virus sont rares et de faibles capacités (cf. virupur de Katadyn ou le filtre japonais -que je ne connais pas- cité par bison).
Les filtre céramique ne filtre pas les virus ; idem pour le charbon (qui est efficace contre certains polluants chimiques).
Pour éliminer les virus dans une grande quantité d'eau, le plus pratique reste les cachets micropur ou équivalents.

 Oui tu as raison merci d'avoir rectifié.

 Quelle idée de vouloir boire de l'eau aussi   ;#
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: DavidManise le 20 novembre 2012 à 14:20:46
Seul souci...  outre le semi foutage de gueule qui me gonfle bien...  c'est que les virus résistent super bien à la chaleur.  Notamment l'hépatite A qui crève, de mémoire, seulement à 143°C.  Alors oui, bon, les cocottes minutes et tout ça, mais bref.

Faut d'urgence arrêter de se foutre de la gueule des gens, là, et rester factuel.  Merci.

David, en mode ras la touffe
Titre: Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Aerazur le 20 novembre 2012 à 14:43:41
hum hum tu en as d'autres des commes ça ! :) parce que avant de la bouillir l'eau faut peut etre la filté a minima nan ?
et pour avoir disont 5-6 litre d'eau/jours  ça commence a etre franchement chronophage comme methode. ceci dit oui c'est certainement une des meilleurs methode qui soit

Bon, je reprends.... Non, ce n'etait pas du foutage de gueule.
Faire bouillir l'eau reste une solution pérenne, à moins de reelement vivre dans une situation géographique particulièrement insalubre au niveau des polluants chimiques ou biologiques. Je développe un peu plus, et vais vous exposer mon cas.
Je vis à la campagne, en zone tempérée, en France. L'environnement agricole n'est pas axé sur la production intensive, et permet d'avoir une pollution chimique réduite. Au delà, sous nos latitudes, les sources potables sont loin de manquer. Au delà, la potabilité "parfaite" est un luxe en contexte dégradé. Evitons de nous mordre l'oeil, a moins d'avoir un filtre polyvalent et sérieux, nous serons bien loin d'avoir une eau parfaite et en quantités suffisantes.  Au delà, que ce soit en ville ou à la campagne, penser que rendre potable n'importe quelle eau est un fantasme total: l'eau ne manque pas, mais il faudra accepter une donne millénaire, en celà qu' elle sera parfois loin, et que la transporter demandera des moyens. Pour moi, hors de question de m'acharner sur l'eau du lac d'a coté s'il y a une source d'eau claire à 5 km.
Revenons un peu aux fondamentaux: comment faisaient nos anciens, à la campagne, il y a une centaine d'années? Ma grand mère se cognait 20 km de grimpettes de coteaux tous les deux jours avec une mule pour aller quérir de l'eau, et c'était juste normal.
C'est un peu aussi l'occasion de préciser ma pensée, au sens large. Nous oublions bien souvent, dans nos échanges télématiques coocoonés aupres du radiateur, la notion d'effort. Je parle de l'effort véritable, pas celui que l'on prend en photo pour l'immortaliser, ou celui dont on témoigne en 3 pages parce qu' on a réussi un truc de malade qui était le quotidien de l'européen moyen d'il y a un siècle. Je parle de l'effort au quotidien, la vraie vie difficile. Cette eau, anbsolue necessité à notre existence, sera rarement aussi pure que celle du robinet. Elle sentira parfois la vase, aura un mauvais gout, etc... Mais en contaxte dégradé, je vous fiche mon billet qu' elle sera sacrément appréciée.

Donc non, je n'ai pas voulu réinventer l'eau bouilie. J'ai juste voulu témoigner du fait que dans le doute sur le terain je l'ai eu fait, et que je n'en suis pas mort. J'ai survécu sans katadyn, comme mon père, son père et tous les autres avant lui. Parce que l'eau, on ne la prend pas n'importe ou.
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Brice le 20 novembre 2012 à 14:53:43
Un petit lien  ;)
http://wiki.davidmanise.com/index.php/Eau_:_la_purifier

L’ébullition c'est quand même pas mal même pour le VHA a priori.
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Loriot le 20 novembre 2012 à 15:55:03
Bon désolé si j'ai foutu la m... avec l'eau bouillante... :-[

Cela dit, on trouve comme recommandation des services officiel de faire bouillir l'eau de boisson pour lutter contre l'hépatite A et aussi ( bon c'est Wikipédia je veux bien prendre des pincettes) 60 degrés C pour détruire le virus. (Cela dit ça fait 143 degrés F).

http://www.bag.admin.ch/themen/medizin/00682/00684/01076/index.html?lang=fr

Je bois volontiers de l'eau non purrifiée en haute montagne. De l'eau filtrée en moyenne montagne. Et de l'eau filtrée et purrifiée en plaine. Je ne joue pas avec la courante qui as des effets assez efficace sur moi.
Titre: Re : Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Kilbith le 20 novembre 2012 à 16:05:13
Revenons un peu aux fondamentaux: comment faisaient nos anciens, à la campagne, il y a une centaine d'années? Ma grand mère se cognait 20 km de grimpettes de coteaux tous les deux jours avec une mule pour aller quérir de l'eau, et c'était juste normal.
C'est un peu aussi l'occasion de préciser ma pensée, au sens large. Nous oublions bien souvent, dans nos échanges télématiques coocoonés aupres du radiateur, la notion d'effort. Je parle de l'effort véritable, pas celui que l'on prend en photo pour l'immortaliser, ou celui dont on témoigne en 3 pages parce qu' on a réussi un truc de malade qui était le quotidien de l'européen moyen d'il y a un siècle. Je parle de l'effort au quotidien, la vraie vie difficile. Cette eau, anbsolue necessité à notre existence, sera rarement aussi pure que celle du robinet. Elle sentira parfois la vase, aura un mauvais gout, etc... Mais en contaxte dégradé, je vous fiche mon billet qu' elle sera sacrément appréciée.

Pas faux...mais le truc c'est que s'il est possible d'éviter ce type de désagrément, c'est mieux.


Par le passé une grande partie de la mortalité infantile et autre dans nos régions venait précisément de l'absence de règle d'hygiène de base, de la mauvaise qualité de l'eau et du chauffage au feu de bois. On avait les moyens d'éviter chacun de ces problèmes, mais on ne la faisait pas par ignorance, manque de diffusion des innovations, habitude ou parfois manque de capitaux disponibles dans un monde n'admettant pas le prêt à intérêt et la dématérialisation de la monnaie.

De nos jours on peut essayer de mieux faire. Ne serait-ce que parce que ma femme n'est pas prête à se taper 20km, et qu'au mieux j'irai une fois sur deux.  :o


Pour en revenir aux procédés de purification de l'eau et de conservation :

- Faire bouillir l'eau est une méthode sûre et éprouvée, mais elle est longue et très gourmande en ressource énergétique fossile qui seront certainement rares en cas de nécessité. D'où l'idée d'améliorer le rendement (cocotte minute, chauffe eau solaire, échangeurs sophistiqués...) ou de faciliter le truc.

- Filtrer l'eau : c'est impeccable pour les gros polluants, moins pour les petits (virus et autres prions, plasmodes...).

- Décantation : Pratique mais efficace que sur les gros agrégats et il faut souvent ajouter un agent de floculation.

- Traitement chimique : le problème c'est que cela ne peut facilement éliminer que les formes de vie très dissemblables de nous (donc pas bon pour les protozoaires qui sont des eucaryotes). Et c'est peu ou pas efficace sur ce qui ne vie pas ou peu (formes résistantes des micro organismes, virus...).

- UV : l'intérêt c'est que cela détruit à peu prêt tout et qu'il n'en reste aucune trace après. Mais c'est hitec et cela ne fonctionne qu'avec une eau limpide.

- Reste le problème des polluants chimiques, du PH inadapté

- On peut aussi être sioux en se basant sur les caractéristiques des micro organismes et sur leur "écologie" : la pasteurisation fonctionne comme ça. Dans le lait, les bactéries sont inactiviées à une température relativement basse lors de la pasteurisation, les "bonnes" bactéries présentent dans le lait se chargeant de liquider les pathogènes. Le fait d'oxygéner (battre) régulièrement l'eau des tonneaux dans la Royale (au temps de la voile) avait pour effet de gêner le développement des pathogènes de type anaérobie, réputés les plus nocifs.

- On peut aussi oublier d'être bête :  éviter de manipuler des récipients avec des mains souillées, éviter de laisser de l'eau tiède stagner ou de l'eau additionnée d'éléments favorisant le développement bactérien....

(J'ai certainement oublié plein de choses)


Après l'idée globale c'est qu'aucune méthode n'est parfaite (à part la distillation, voire la double distillation si on sait gérer l’asepsie du récipient aval, sa non contamination ultérieure et/ou la conservation de l'eau) et que le mieux c'est d'en combiner plusieurs. Sur le terrain l'objectif c'est de diminuer la concentration en pathogène/polluant c'est excessivement difficile de faire de l'eau "pure". :  par exemple [ choix d'une eau la plus pure possible + décantation + filtration + traitement chimique + chaleur + récipient en métal ou verre chauffé à la flamme au préalable et hermétiquement clos.]

Il faut aussi se souvenir qu'une eau "potable" c'est relatif : ce qui est acceptable pour un individu jeune en bonne santé, va tuer un nourrisson ou un immuno déprimé. Et risque d'affaiblir encore plus un malade, un déshydraté, ou un homme affaibli.....
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Moleson le 20 novembre 2012 à 16:14:57
Effectivement il faut un minimum relativiser.
Le problème sont les maladies transmissible, donc la contamination de l'eau par des matières fécales humaines. Aujourd'hui avec nos égouts, ça devient de plus en plus rare de voire des épidémies de choléra.

Et comme expérience personnelle, j'ai comme enfant bu de l'eau de source chaque année pendant des mois sans jamais avoir été malade. Je te dis pas se qui traine dans le collecteur d'eau, en règle général 3-4 cadavres de taupes en décomposition.

Alors pour être pratique, pour ceux qui n'ont pas accès à de l'eau "libre" avoir un stock de qqs bouteilles de PET 1.5l que l'on fait tourner, me semble le plus simple. Dans l'urgence ont peut faire bouillir de l'eau, la filtrer avec du charbon et du sable et utiliser de la Javel pour stériliser.
Je ne pense pas que se soit judicieux de s'équiper d'un filtre Katadyn performant ou de faire des stocks de micropur.

En ce qui concerne la consommation. Ma consommation dans le désert avec comme seul aliment des dattes et de la poudre de lait, s'était 4l/j en étant bien sur bien habillé pour limiter la perte d'eau par sudation. Donc 3l devraient largement faire l'affaire sous nos latitudes du moment qu'on ne fait pas d'effort physique intense en plein soleil au mois d'Aout.

Moléson
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: DavidManise le 20 novembre 2012 à 16:32:32
Bon ok.  Mauvais exemple (et bonne nouvelle) pour l'hépatite.  On va donc passer à un truc plus fréquent et plus parlant, les virus responsables des gastros : Kobuvirus, Astrovirus, etc.  Ils résistent sans souci à des cycles de congélation, cuisson, etc...  Moins grave, mais plus fréquent.  Risque réel...  surtout en cas de période de confinement, avec peu d'eau, pas bcp de moyens d'hygiène, etc.

Aucun virus ne peut être filtré par les moyens physiques usuellement accessibles (sauf l'osmose inverse, qui se démocratise un peu).  Reste le traitement chimique... ;)

Maintenant, merci d'avoir relevé le niveau de ce fil.  J'ai appris deux trucs, et ça fait du bien de voir ça...  :doubleup:

:akhbar:

David

Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Brice le 20 novembre 2012 à 17:09:55
David, je connais pas tes sources mais je trouve rien à ce sujet. A priori (et c'est ce que j'ai toujours lu) l'ébullition est une méthode très très safe. Tu peux citer ?
Titre: Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Moleson le 20 novembre 2012 à 17:34:37
Bon ok.  Mauvais exemple (et bonne nouvelle) pour l'hépatite.  On va donc passer à un truc plus fréquent et plus parlant, les virus responsables des gastros : Kobuvirus, Astrovirus, etc.  Ils résistent sans souci à des cycles de congélation, cuisson, etc...  Moins grave, mais plus fréquent.  Risque réel...  surtout en cas de période de confinement, avec peu d'eau, pas bcp de moyens d'hygiène, etc.

Aucun virus ne peut être filtré par les moyens physiques usuellement accessibles (sauf l'osmose inverse, qui se démocratise un peu).  Reste le traitement chimique... ;)

Maintenant, merci d'avoir relevé le niveau de ce fil.  J'ai appris deux trucs, et ça fait du bien de voir ça...  :doubleup:

:akhbar:

David


Je m'inquiéterais plus pour les rotavirus et les norovirus et surtout le choléra qui lui tue. Si on est pas immunodéprimé ou globalement salement affaibli on supporte très bien une gastro-entérite virale.


Le vrai problème en cas rupture d'approvisionnement sera le problèmes des excréments et la souillure des eaux potable.
Le vrai progrès qui fait disparaitre les épidémies liées aux eau potable est une mise à l'égout efficace. Pas les traitements des eaux.

Moléson
Titre: Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Kilbith le 20 novembre 2012 à 17:37:19
David, je connais pas tes sources mais je trouve rien à ce sujet. A priori (et c'est ce que j'ai toujours lu) l'ébullition est une méthode très très safe. Tu peux citer ?


"Oui mais" (page 7 en bas...et suivantes) : http://fcorpet.free.fr/Denis/W/Cours-Ecologie-Microbienne-polyWord-DC08.pdf

(et puis ce qui tue la bactérie ne tue pas pas la spore et ne tue pas la toxine qui est souvent thermostable)


Citer
Je m'inquiéterais plus pour les rotavirus et les norovirus et surtout le choléra qui lui tue
Yep : ça me fout une trouille bleue.  ;)
Titre: Re : Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Aerazur le 21 novembre 2012 à 10:41:34
Yep : ça me fout une trouille bleue.  ;)

D'ou l'interet de quitter les villes et leur système d'approvisionnement bien trop fragile. En cas de pépin, il y a des choix à faire. Le premier est le choix du lieu à occuper, et celui ci est très dépendant de l'approvisionnement en eau de qualité, qui a mon sens est le paramètre le plus sensible. Il y a d'autres paramètres essentiels, mais qui ne sont pas pas l'objet de ce sujet. Cependant, chacun eut, dans une optique prévisionnelle, au cours de ses ballades et voyages, noter toute source d'eau claire, si possible dans une position dominante, ou l'agriculture est possible...

Il y a quelques années, j'avais été très surpris, dans ce forum, de lire l'intervention d'un admin qui expliquait que lorsqu' il se déplaçait, son regard et ses pensées étaient automatiquement attirées sur tout objet présent dans son champ visuel et qui pourait etre utilisé en moyen de défense. Un automatisme salvateur, que j'ai pris comme une obsession semi-parano à l'époque (mais je n'ai rien dit, le silence a des vertus imenses, comme celle de nous éviter d'écrire des conneries qui, des années après, nous font honte tant l'esprit se modèle et évolue  :-[).
Aujourd hui, je me rends compte que je réagis selon ce schéma qu' il a décrit à l'époque. Non au sujet des armes potentielles (je n'ai pas sa pratique ni son intelligence du combat), mais dans un sens large, d'adaptation, de recherche inconsciente de la pérénité, quel que soit le contexte. Voila pourquoi, hier lorsque j'ai écrit, il m'a semblé évident que plutot que de potabiliser de l'eau croupie il vaut mieux se déplacer pour en quérrir de la bonne.
Dans une thématique plus large, c'est grace, en très grande partie, à ces années d'imprégnation dans ce forum qualiteux, et dans la mise en pratique quotidienne, sans etre un Rambo, d'un mode de réflexion sain, sans se mentir, que l'on trouve des solutions souvent simples et constructives. Simples, dans la mesure ou elles sont économiques en temps et en moyens. Parce que quand quelque chose cloche, c'est le temps qui devient le meilleur allié, le plus sûr soutien.

Voilà, petit hors sujet, mais pas totalement, essentiellement destiné à clarifier envers vous tous, et peut etre plus précisement envers David, l'optique de mon propos que j'ai hier probablement ammené de façon maladroite, et je vous prie à toutes et tous de bien vouloir m'en excuser... :-[
Titre: Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: jbc le 23 novembre 2012 à 22:55:04
c'est que les virus résistent super bien à la chaleur.  Notamment l'hépatite A qui crève, de mémoire,

yep
je renvois sur se lien de sawyer filter http://www.sawyer.com/tech-water.html ou manifestement ils arrivent a filtrer une bonne partie des virus avec le system 0.02 micron

une fois reçut je ferait un test  ;D le tout etant de trouver un virus a filtrer  :lol: :lol:
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: LOOPING le 08 décembre 2012 à 13:50:05
de facon pratique et concrete :

- quelques pack d'eau d'avance
- un jerrican d'eau courante (20L par exemple) traité à la micrropure argent (tranquille pour 6 mois - eau à changer tous les 6 mois pour la conserver potable.)
- 1 bouteille d'eau de javel non parfumée (ou berlingo) permettant de traiter l'eau claire - (attention une fois ouverte ne pas la stocker trop longtemps l'eau de javel se dégrade avec le temps) un compte goutte ou seringue

- si tu as la place chez toi : systeme de recuperation d'eau de pluie (bidons, cubi 1000L...)

option pour ceux qui veulent investir :

pompe à main (ou electrique sur 12v)
filtre à osmose inverse
préfiltres pour impureté, eau boueuse....

(le traitement de l'eau c'est une spécialité chez certains humanitaires et même en france la securité civile à ses unites de traitement de l'eau en cas d'evenement)

je suis sur un projet de systeme de ce type transportable dans un format valise, à budget le plus réduit possible, projet commencé depuis 2 ans pas encore fini. le but et de produire de l'eau potable à partir d'eau trouble voir boueuse. ;)


Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: modl le 09 décembre 2012 à 00:03:21
J'en étais resté à la potabilité par eau de javel.
J'ai un vieux Science&Vie des années 50 qui explique d'une goutte dans un jerrican de 20l suffit.
Le dessin montre un Jerrican type "bidon de jeep", et une pipette pour mettre une goutte.
J'ai cherché pendant un moment, mais impossible de remettre la main dessus. Dans ma mémoire, une pompe à main alimente le jerrican, donc pompage type nappe phréatique, mais pas de souvenir du dosage de la javel...
Autrement, le parcours classique : filtrage pour les gros morceaux, avec filtre fin si on peut, puis potabilité avec les possibilités (du mricropur à la javel en passant par l'ébulition...).
Et, plutôt que se compliquer la vie, la bonne méthode, c'est celle qu'on peut appliquer avec ce qu'on a sous la main  ;)
PS : c'est confirmé pour le 143°F pour l'hépatite ? Ca me tracasse un peu, entre 143°C et 143°F...
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: VieuxMora le 09 décembre 2012 à 09:51:59
Bonjour

Après recherches, et sous toutes réserve, n'étant pas médecin.

- Il apparaît que les virus Hépatite C sont inactivés par exposition à la température en 8 minutes à 60°C et en 4 minutes à 65°C
Cette zone de température cadre avec les 143°F

Source: http://www.virologyj.com/content/7/1/40
(Choix de cette source: des informations bien structurées, recoupant ce que j'ai trouvé de façon plus fragmentée sur d'autres sources.)

- Le virus de l'hépatite C se transmet de sang à sang (coupures, transfusion, instruments rasoir, dentisterie, tatouage etc.)

- Il ne se transmet pas par l'eau.

- Pour info, une température de vapeur 143°C correspond à un pression d'environ 4Kg/cm2, ce qui n'est possible qu'en autoclave.

Pour clarifier cette notion de température de stérilisation des germes par la chaleur, j'ai regardé le sujet des autoclaves sur wiki. http://fr.wikipedia.org/wiki/Autoclave
- Les désinfections en autoclave se font jusqu'à 134°C, afin de détruire par hydrolyse les plus coriaces que sont les "agents transmissibles non conventionnels", c'est à dire les prions (les très petits organismes qui attaquent le systèmes nerveux dans la maladie de la vache folle, Creutzfeldt-Jakob)

A compléter par spécialiste.
Titre: Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Phil67 le 09 décembre 2012 à 13:42:23
- un jerrican d'eau courante (20L par exemple) traité à la micrropure argent (tranquille pour 6 mois - eau à changer tous les 6 mois pour la conserver potable.)
Et pourquoi pas de simples bouteilles de 2l d'eau de source à 0,10€/l qui se conservent 2 ans sans le moindre traitement, sont plus simples à stocker dans un petit logement, ont une composition mieux contrôlée que l'eau de ville et peuvent être facilement utilisées en rotation de stock ?

De mémoire les micropures coutent 15€ les 100, soit 0,15€/l en devant les renouveler tous les 6 mois (soit 0,60€/l sur 2 ans), mais c'est clairement marginal sur de petites quantités.

Dans ce cas le jerrican vide (rangé à plat si souple) et les pastilles seraient conservés dans le cas où la pénurie d'eau se confirme et qu'il faille passer au "plan B".

- 1 bouteille d'eau de javel non parfumée (ou berlingo) permettant de traiter l'eau claire - (attention une fois ouverte ne pas la stocker trop longtemps l'eau de javel se dégrade avec le temps) un compte goutte ou seringue
Çà marcherait également en "plan C" avec des comprimés de Javel qui se dégraderaient peut-être moins dans le temps (à condition évidemment de faire plusieurs dilutions contrôlées avant usage pour traitement) ?
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: fredFLT le 15 décembre 2012 à 09:07:38
Bonjour à tous,

Tout à fait d'accord avec Phil67, s'il s’agit de traiter de la problématique du stockage « préventif » d’eau potable pourquoi ne pas tout simplement stocker des packs d’eau du commerce ! Par exemple pour 50 litres cela représente environ 4 packs (de 6 bouteilles de 2 litres)

Avantages :
-Achat facile
-Sécurité alimentaire assuré (tant pour le contenu que pour le contenant)
-Durée de stockage de plusieurs mois voir années
-Date limite de consommation inscrite sur chaque bouteille (donc facilité de gestion)
-Rotation du stock aisée (une bouteille consommée par semaine et le stock tourne en 6 mois)
-Transport (et déplacement éventuel) facile
-Conditionnement et déconditionnement pratique et évolutif (pack ou bouteille)
-Coût modéré
-Facilité de stockage (empilement possible des packs)
-Facilité de gestion d'un éventuel rationnement (on voit mieux les quantités consommées et les quantités restantes)
-Absence de produit chimique nécessaire à la conservation
-Récupération des contenants au fur et à mesure
-Utilisation facile : manipulation possible par un enfant, un blessé...
-D'un point de vue psychologique, le conditionnement en petite quantité appelle moins au gachis (c'est discutable mais c'est ce que je pense)

Pour toutes ses raisons, cela me semble être le meilleur mode de stockage (pour l'eau potable).

Pour l'eau qui n'a pas besoin d'être potable je pense qu'il faut adapter son choix à ses conditions de vie mais dans tout les cas il faut prévoir à l'avance des contenants (vides ou pleins, là est la question) !


Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Stephane le 18 décembre 2012 à 22:25:08
Pour les gens dans le nord-est de l'Amérique du nord, il y a surement quelque chose d'intéressant a repérer une "sucrerie" ou l'ont produit du sirop d'érable. Ces endroits sont maintenant très très souvent pourvus de systèmes a osmose inversée de grande qualité qui pourraient aider. De plus, ils sont en général aussi pourvus de grands réservoirs propres pouvant être utilisés pour le stockage de l'eau et pour la faire bouillir au besoin.  Donc, en cas de problème grave, les cabanes a sucre pourraient devenir un bon endroit ou se réfugier et s'approvisionner en eau. Elles ont a peu près toutes une génératrice pour pourvoir aux urgences donc l'électricité pour approvisionner les pompes, du moins temporairement, ne serait pas un problème!
De plus, comme elles sont habituellement en forêt, l'eau des ruisseaux autour a de bonnes chances d'être potable avec un traitement minimal si même nécessaire!!
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Theudric le 19 décembre 2012 à 15:43:33
Excellente idée... Je vais garder ca au cas où dans un petit coin de ma tête  :D
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Stephane le 20 décembre 2012 à 01:10:35
Bonjour à tous,

Tout à fait d'accord avec Phil67, s'il s’agit de traiter de la problématique du stockage « préventif » d’eau potable pourquoi ne pas tout simplement stocker des packs d’eau du commerce ! Par exemple pour 50 litres cela représente environ 4 packs (de 6 bouteilles de 2 litres)

Avantages :
-Achat facile
-Sécurité alimentaire assuré (tant pour le contenu que pour le contenant)
-Durée de stockage de plusieurs mois voir années
-Date limite de consommation inscrite sur chaque bouteille (donc facilité de gestion)
-Rotation du stock aisée (une bouteille consommée par semaine et le stock tourne en 6 mois)
-Transport (et déplacement éventuel) facile
-Conditionnement et déconditionnement pratique et évolutif (pack ou bouteille)
-Coût modéré
-Facilité de stockage (empilement possible des packs)
-Facilité de gestion d'un éventuel rationnement (on voit mieux les quantités consommées et les quantités restantes)
-Absence de produit chimique nécessaire à la conservation
-Récupération des contenants au fur et à mesure
-Utilisation facile : manipulation possible par un enfant, un blessé...
-D'un point de vue psychologique, le conditionnement en petite quantité appelle moins au gachis (c'est discutable mais c'est ce que je pense)

Pour toutes ses raisons, cela me semble être le meilleur mode de stockage (pour l'eau potable).

Pour l'eau qui n'a pas besoin d'être potable je pense qu'il faut adapter son choix à ses conditions de vie mais dans tout les cas il faut prévoir à l'avance des contenants (vides ou pleins, là est la question) !



Quand on demeure, comme moi, en campagne, et qu'on est dépendants d'un puit artésien, donc d'électricité pour avoir de l'eau, on apprend bien vite a garder quelques litres d'eau embouteillée du commerce qu'on remplace périodiquement. Ca dépanne souvent.
Titre: Re : Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Corazon le 21 septembre 2013 à 08:09:36
je renvois sur se lien de sawyer filter http://www.sawyer.com/tech-water.html ou manifestement ils arrivent a filtrer une bonne partie des virus avec le system 0.02 micron
une fois reçut je ferait un test  ;D le tout etant de trouver un virus a filtrer  :lol: :lol:
As-tu pu faire le test entre temps ?
Titre: Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Moleson le 21 septembre 2013 à 10:45:44
Quand on demeure, comme moi, en campagne, et qu'on est dépendants d'un puit artésien, donc d'électricité pour avoir de l'eau, on apprend bien vite a garder quelques litres d'eau embouteillée du commerce qu'on remplace périodiquement. Ca dépanne souvent.

http://www.boutiquesolaire.com/catalog/product_info.php?cPath=21_39&products_id=101&osCsid=40de2044c161d1b25531612a7f8abd89

Il y a des alternatives  ;D

Moléson
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Luffy le 14 octobre 2013 à 20:34:37
Petit témoignage qui met bien les choses en perspectives   ;) :

SURVIVRE SANS EAU : Rupture d’approvisionnement en eau potable à Dakar

http://lesbrindherbes.org/2013/09/30/temoignage-direct-survivre-sans-eau/ (http://lesbrindherbes.org/2013/09/30/temoignage-direct-survivre-sans-eau/)
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: olivier111 le 22 mai 2014 à 23:53:13

Trois systèmes de filtration 'd'urgence' à utiliser successivement si on ne peut pas faire bouillir l'eau.

- Filter à travers un tissus (ou mieux, filtrer par capillarité) pour enlever le plus 'gros' (résidus, insectes, larves...)
- Quelques goutes de javel pour tuer le gros des bactéries, amibes...
- Puis ajouter une noix d'argile par 5 litres, remuer, laisser reposer

(l'argile filtre (aglomère) nombre de toxines, comme celles du choléra. De plus, il aide à traiter les gastros- qui déshydratent énormément. Si on ne dispose de rien d'autre, l'argile peut suffire... si on a de la chance.



Titre: Re : Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: François le 23 mai 2014 à 05:39:28
- Puis ajouter une noix d'argile par 5 litres, remuer, laisser reposer

(l'argile filtre (aglomère) nombre de toxines, comme celles du choléra. De plus, il aide à traiter les gastros- qui déshydratent énormément. Si on ne dispose de rien d'autre, l'argile peut suffire... si on a de la chance.

A condition de trouver de l'argile saine. Si l'eau est polluée, l'argile le sera probablement encore plus.
Titre: Re : l'eau en contexte dégradé: la produire ou la conserver ?
Posté par: Tompouss le 23 mai 2014 à 08:58:31
Franchement, pour bosser dans la conception de stations de traitements de l'eau, boire de l'eau puisée dehors, même avec un très bon filtre, est quelque chose qui me rebute (hors contexte de survie).

Si je devais me retrancher dans un endroit en cas de crise, je chercherai un point proche d'une source (au plus proche de la source) et surtout pas un point d'eau stagnante ou une rivière qui a déjà fait son chemin, après il faut encore avoir le choix.

Même avec cela, j'ai eu a concevoir il y a quelques temps une petite station pour traiter l'eau d'une source qui contenait de l'arsenic  :blink:

Ce pense que d'avoir dans son sac une panoplie de tests "bandelettes" peut être un plus si l'on doit choisir un point d'eau et y rester. Pour le traitement, filtration sur sable, puis sur charbon de bois (pas aussi efficace que du charbon actif mais adsorbera tout de même un certain nombre de substances) et ensuite ébullition ou chloration (javel-comprimés). En cas d'eau avec une forte teneur en composés azotés le chlore va former des chloramines jusqu'à un certain dosage puis elles vont elles même se détruire si on continue d'en ajouter (chloration break-point), c'est compliqué à gérer sur le terrain, simplement quand ça pue le chlore c'est pas qu'il y en a trop mais qu'il y a des chloramines. A noter aussi que les chloramines ont besoin d'un temps de contact plus long pour oxyder les bactéries (hormis certaines souches particulières)