Nos Partenaires

Auteur Sujet: Se fondre dans la pacha mama...  (Lu 31633 fois)

03 mars 2011 à 11:28:41
Réponse #125

François


Je n'ai plus le bouquin de John Seymour sous les yeux. De mémoire, il compte 0.5 ha pour les installations plus ou moins permanentes : bâtiments, verger, jardin, ruches. Sur les 2 ha restant, il fait une rotation : un tiers de la surface en praire, le reste en culture : céréales, patates, légumes, légumineuse, choux, etc. La prairie nourrie veaux, vaches, cochons, couvées, plus un cheval pour les labours et tirer la charrette. Ces animaux fournissent lait et œufs, plus un petit peu de viande (style un cochon et un veau par an, une poule par semaine) et ils aèrent et fument la prairie.
Je crois que dans ces 2.5 ha, il ne compte pas le petit morceau de forêt pour le bois de chauffage et le bois d'œuvre.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

03 mars 2011 à 11:45:02
Réponse #126

Pierrot


Je n'ai plus le bouquin de John Seymour sous les yeux. De mémoire, il compte 0.5 ha pour les installations plus ou moins permanentes : bâtiments, verger, jardin, ruches. Sur les 2 ha restant, il fait une rotation : un tiers de la surface en praire, le reste en culture : céréales, patates, légumes, légumineuse, choux, etc. La prairie nourrie veaux, vaches, cochons, couvées, plus un cheval pour les labours et tirer la charrette. Ces animaux fournissent lait et œufs, plus un petit peu de viande (style un cochon et un veau par an, une poule par semaine) et ils aèrent et fument la prairie.
Je crois que dans ces 2.5 ha, il ne compte pas le petit morceau de forêt pour le bois de chauffage et le bois d'œuvre.


Eh bien, je n'ai pas lu le bouquin, mais ce que tu décris là ne tient pas debout.
1/3 de 2ha de prairie pour nourrir des vaches et un cheval, il n'a pas du bien voir les dégâts que font ces animaux sur une surface restreinte. Ils la fument tellement que plus rien ne pousse et loin de l'aérer il tassent le sol par leur piétinement.
Et un cheval de travail ne se contentera pas de l'herbe de la prairie, il faut de l'orge ou de l'avoine en plus.

Je suis bien d'accord avec toi, il n'a pas compté le bois.... :lol:

Faut pas croire, 2.5 ha, c'est grand quand il faut les tondre, mais c'est minuscule quand il faut vivre dessus. Hormis quand on fait du maraichage.

03 mars 2011 à 11:50:58
Réponse #127

François


Je crois que non seulement il a vu, mais il a pratiqué pendant des années, et créé des exploitations qui font référence dans le monde anglo-saxon.

Si l y a des imprécisions dans mon post, elle sont dues à ma totale incompétence dans le domaine et à ma mauvaise mémoire, et ne sont pas à attribuer à Seymour. :)
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

03 mars 2011 à 12:03:15
Réponse #128

Pierrot


Oui, je veux bien le croire, d'autant plus que comme je l'ai dit je n'ai pas lu ce livre.

Je vais tâcher de le consulter. Je veux bien changer d'avis,faut pas être buté.  :)

Mais je maintiens que 2 ha c'est peu pour vivre à 5 dessus.

03 mars 2011 à 12:26:58
Réponse #129

Djeep


Allumez le feu :-)
Donnez un titre honorifique à un clampin et il se sentira l'âme d'un petit chef !

03 mars 2011 à 13:10:15
Réponse #130

Loriot


Le cheval en agriculture est la Ferrari moderne... Si des vaches sont présente sur un domaine elles font très bien sinon mieux le travail du cheval. A ce propos nul besoins de race moderne, une race rustique est bien plus économe et rustique qu'une holstein...
Une vache aussi consomme beaucoup, pour une culture potagère vivrière, un homme suffit (ou une femme d'ailleurs) voire un âne si on a un hectare a dispo. Quelques poules qui se nourrissent de restes et sur le tas de fumier...
Pour  la iandes moi je partirais plutôt sur l'élevage de lapins...
Voila pour moi en gros cheval et vaches le luxe. Âne, confort et poules pour être heureux...
Mais je parle en amateur de viande! On vit très bien avec un potager...
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

03 mars 2011 à 21:02:52
Réponse #131

marvic


Pour aller dans le sens de François, je suis en train de lire ce livre. L'auteur semble être compétent en la matière, pas de techniques utopistes ou autres.

C'est un livre que je conseille à tous car même s'il est vrai que de nos jours il semble utopique de vouloir vivre en autarcie dans les pays développés, on apprend pas mal de choses qui peuvent nous servir dans la vie de tous les jours, que ce soit à la maison ou dans la pacha mama. :up:

Marvic
Mon chien a l’expérience de la nature humaine. Je fais confiance à son discernement, plus prompt et pondéré que le mien.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité