Nos Partenaires

Auteur Sujet: Le jeûne (complet et partiel)  (Lu 41376 fois)

16 juin 2014 à 16:21:51
Réponse #50

Phil67


Le mieux est de se fier à l'indice glycémique, beaucoup plus fiable, qui quantifie la quantité de sucre dans le sang après assimilation de l'aliment.

Plus l'indice est élevé plus l'assimilation est rapide et vice versa.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_glyc%C3%A9mique
+1

À noter que l'indice glycémique d'un même aliment peut varier en fonction de son mode de préparation : p.ex. l'IG de pâtes peut varier du simple au double entre des pâtes cuites al dente (IG faible) et des pâtes moins fermes (IG moyen), l'IG de pâtes al dente mangées froides est encore plus faible, les pâtes fines style nouilles ou cheveux d'anges ont un IG plus élevé que les pâtes épaisses, idem pour les pâtes précuites (cuisson rapide 3 minutes) par rapport à celle à cuisson plus longue...

(Idem pour la cuisson à l'eau ou à la vapeur des pommes de terres, etc...)


Dont notamment la cuisson. La chaleur de-structure les chaînes glucidiques et facilitent le travail des enzymes comme l'amylase qui va transformer l'amidon en sucres simples.

C'est pour ça qu'on fait cuire longtemps le riz pour en faciliter l'assimilation.

Par contre si c'est pas assez cuit, le transit va être trop rapide pour que les enzymes est le temps de faire le travail et une partie des glucides complexes ne seront pas assimilés avant d'être dehors.
Mais d'un autre côté le riz seul a un IG assez moyen comparable à la pomme de terre.

De même certains riz ont un IG plus élevé que d'autres (notamment ceux à cuisson rapide).


Pas simple dès qu'on creuse le sujet...  :-\
Nous avons deux vies, la seconde commence lorsqu'on réalise qu'on en a qu'une.

16 juin 2014 à 16:36:41
Réponse #51

musher


Les aliments à cuisson rapide sont déjà précuits.

Donc, c'est assez logique qu'ils aient un IG plus élevé car une partie du boulot est déjà fait.

Ensuite entre les différentes espèces de riz, tu as pas le même IG.

Même chose pour les pâtes fines, la surface de contact avec les enzymes est plus importantes que sur des pâtes épaisses.

19 juin 2014 à 13:33:15
Réponse #52

Mrod


Bonjour,

Je passe en coup de vent pour lire les réponses au sujet et remercier ce qui participent et complètes ce fil. J'en profite pour balancer une info.

Il y a quelques temps j'ai vu un super reportage sur Arte ou une autre chaine du même genre. Ce documentaire parlait des cliniques spécialisées dans le jeune en Allemagne, à noter que là bas les cures de jeunes sont remboursées par la sécu ...
Donc super programme avec aussi bien des interviews de médecins que de patients et des chiffres (fiables) sur les résultats de cure de jeune chez des patients souffrants entre d’arthrose, diabète et autres. Et en conclusion, les allemands sont très en avance sur nous dans ce domaine.
Voilà ce que ça intéresse faite une recherche, vous devriez tomber dessus facilement.

Tiuce,
Nico
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

21 août 2014 à 16:07:51
Réponse #53

Kogi


J'aurais tendance à dire que les Allemands sont loin devant dans bien des domaines.  ;#

Y'a eux puis les Suisses et les Canadiens il me semble. (qui font les jeûnes en centre spécialisés avec un bon suivi)

Par contre leurs jeûnes bien que bien encadrés et suivis (avec notamment la possibilité de s'alimenter légèrement pour tenir plus longtemps avec des jus de légumes etc il me semble) me semblent moins réparateurs qu'un jeûne à l'eau avec du repos. Je veux dire par là qu'il me semble, d'après ce que j'ai lu, que le jeûne (je parle d'un jeûne complet, et éventuellement pour soigner littéralement et non pas juste faire le ménage auquel cas les jeûnes en centre sont très bons) est plus efficace si il y va de pair avec un repos. Hors dans les centres ils leur font faire environ 3h d'exercice par jour si je ne me trompe pas. Ils combinent ça avec de la rando, des étirements, rien de bien méchant, mais je trouve que ça gâche un peu la démarche.

Après il faut aussi peser le pour et le contre. Est-ce que l'exercice physique permet de maintenir une bonne forme et ne pas trop subir certains effets de fatigue ? Est-ce que cet exercice n'entrave pas la capacité du corps à se soigner grâce au repos ?

Autant de questions auxquelles je ne peux pas répondre surtout au vu de ma maigre expérience. Par contre je peux vous dire deux trois choses:

(Déjà je me base sur mon expérience, un jeûne à l'eau assez mal exécuté sur environ une semaine)

Il n'est pas bon de ne pas suivre une démarche précise, SURTOUT si c'est votre premier jeûne, que vous vous sentiez en bonne santé ou non. Je pensais pouvoir jeûner complètement du jour au lendemain. Sachant que je m'alimentais assez copieusement et avec relativement n'importe quoi. Outre les effets secondaires des premiers jours (les jours d'acidose il me semble) à savoir les maux de tête les vertiges la faim etc qu'il est difficile d'éviter, un passage trop brutal au jeûne occasionne la prolongation de ces effets. (du moins dans mon cas) Au bout de 4 à 5 jours j'avais toujours de gros vertiges, beaucoup de fatigue. Étonnamment je commençait même à avoir du mal à m'hydrater lors des 5-6ème jours, j'ai dû me réalimenter, je ne supportais pas. J'étais vraiment trop fatigué et manquait de faire un malaise dès que je me levais...

Pour la réalimentation également, l'organisme (dans le cas d'un jeûne à l'eau toujours) ayant arrêter de sécréter les sucs gastriques nécessaires à la digestion, ne pas reprendre par quelque chose de lourd. Du jus de légumes idéalement, ou un morceau de fruit bien fibreux et juteux. (je pense que la pastèque peut être bien, mais elle est mal digérée par certain) Et puis on se réalimente progressivement. Sinon, digestion très très complexe. Autant vous dire que si vous prenez directement du lait et de la viande vous êtes bons pour l’hôpital.

Sinon je constate comme vous une euphorie (liée à la sécrétion d'hormones qui s'installent à la place de la digestion je ne sais plus trop le fait est que ça marche) plus positif etc... (pas d'effet placebo comme les gens mal informés le disent)

Et les fameux effets indésirables quand on arrête trop brutalement de manger, fatigue et maux de tête.

Sinon le reportage sur Arte:

https://www.youtube.com/watch?v=2BrZ-E0GsAg


En se renseignant on observe que le jeûne peut-être une excellente médecine. J'apporterais volontiers toutes les infos que j'ai trouvées mais c'est assez long pour l'ajouter dans ce pavé. En tout cas pour ce qui est de traiter le cancer, l'anxiété etc... J'y crois, les informations tiennent la route.

En tout cas faut pas compter sur la société de consommation, de spéculation ou tout ce que vous voulez pour plancher là dessus. C'est alternatif, et très efficace. Et pour cause, y'a pas de profit là dessus. (pis le Canada, la Suisse, l'Allemagne... Ils inspirent confiance je trouve  ;D)

Faut pas hésiter à tester pendant une période de repos. Et si le but est de perdre du poids, visez au moins 10 jours, car on tape réellement dans les lipides qu'au bout de 5 jours environ de ce que j'ai lu, puis par la suite, mangez vert, sinon c'est la reprise assurée.

Bonne journée.
« Modifié: 21 août 2014 à 17:32:34 par Kogi »
"Le meilleur de l'homme ne tarde pas à passer dans le sol en qualité d'engrais" - Henry David Thoreau

21 août 2014 à 18:12:12
Réponse #54

kastor


En tout cas pour ce qui est de traiter le cancer, l'anxiété etc... J'y crois, les informations tiennent la route.

La corrélation entre jeûne et soin du cancer doit être pris avec de très, mais alors vraiment très très grosses pincettes. Des pistes de réflexion, et des expérimentations (notamment sur les souris, d'autres sur l'homme mais loin d'être terminées) existent, mais il est beaucoup trop tôt pour parler d'une maîtrise suffisante des connaissances pour prétendre pouvoir préconiser le jeûne dans ce cadre. en France, certaines UMR Inserm vont il me semble bosser dessus (vais me rencarder plus avant).

27 août 2014 à 04:00:07
Réponse #55

Xhou


Etant musulman je pratique le ramadan, je jeune donc du coucher du soleil au lever du soleil sans boire ni manger, parfois en allant à Marrakech sous un soleil de 50 degrés, et je me réveille vers 5h soit plus ou moins 14h sans eau ou nourriture, bien que la majorité des gens se réveillent vers midi. Souvent ce n'est pas tant la faim ou la soif qui vous tiraille, mais le manque de ce quelque chose, ne pas vous levez pour prendre un verre d'eau ou un raisin, c'est plus psychologique qu'autre chose. Il y a un an, j'étais presque anorexique, je me réveiller vers 4h du matin, je jeunait et à la rupture ne mangeait qu'une datte et un verre de lait avant de me recoucher au lieu de rester jusqu'à l'aube à manger par intermittence le long de la nuit. Et en effet, on est un peu plus sensible à tout, mais on est aussi plus distrait, le soir la nourriture a meilleur gout, et si je recommande de ne pas dormir directement après la rupture du jeune, je ne recommande pas le fait de dormir à l'aube, conclusion le jeune c'est presque que du positif, à condition de connaitre ses limites et de ne pas les dépasser car cela peut être mortel.


Dernière chose un peu HS: Pourquoi le ramadan?
On est pas sado-maso, en fait le ramadan consiste à vivre comme les plus démmunis et par la même occasion, prouver notre foi, durant ce mois saint les portes du Paradis sont ouvertent et les prières comptent triple, ainsi que les dons au démmunis. Voilà, loin de moi l'idée de parler religion j'explique juste le pourquoi. Cordialement.
"Un seul combustible permet de lutter contre le froid: Les Livres."
- Amélie Nothomb

14 octobre 2014 à 17:43:02
Réponse #56

Dreto


Hello !

J'ai déjà expérimenté plusieurs fois des jeûnes sur 1 à 3 jours. Je confirme ce que dit Pierre sur le ressenti. On se sent un peu euphorique, léger, mais par contre on comprend bien que la bouffe nous apporte le carburant nécessaire à des activités "lourdes". En cas de jeûne, les efforts intenses sont à proscrire.

Pour ce qui est des avis médicaux, je pense que pour un jeûne de quelques jours, chez un sujet jeune sans problème médical, il n'est pas utile de demander à son médecin. De toute manière il y a de fortes chances que celui-ci vous regarde avec un sourire un peu énigmatique, voire incrédule. Le jeûne n'est pas bien vu dans notre société.

Au delà de quelques jours, effectivement, les ennuis médicaux peuvent commencer, ou plus tôt en cas de problème de santé préexistant. Le plus fréquent sera bien sur le malaise, qu'il soit hypoglycémique ou hypotensif. En clair, on se sent partir, on a des vertiges, on se sent faible, plus possible de faire un pas, si on insiste on tombe par terre en syncope. Au réveil ça va mieux, l'organisme aura déclencher une poussée d'adrénaline qui aura fait remonter tout ça. Là il est fortement recommandé de se réalimenter...  :blink:

Pour finir j'encourage régulièrement les personnes autour de moi à tester le jeûne, même sur 24h. C'est une expérience intéressante, au même titre que de courir 10 km, retenir sa respiration 1 minute, se passer de café 1 semaine, de télé 1 mois, etc ...  ;D

A +

14 octobre 2014 à 21:31:00
Réponse #57

aliɔs



Le seul jeûne que je suis capable de pratiquer c'est celui entre les repas !
Depuis 2 ans, aucun grignotage entre le petit déjeuner le déjeuner et le diner.
C'est beaucoup plus facile que je ne le croyais. 6 kilos en moins.
Mais je ne suis pas sûr que cela soit adapté pour ceux qui fournissent beaucoup d'efforts physiques dans la journée.

21 janvier 2019 à 22:09:46
Réponse #58

Rantanplan


Je vous communique le lien d'un reportage Arté sur le jeûne et ses "bienfaits":

Le jeûne, une nouvelle thérapie ? - ARTE
https://www.youtube.com/watch?v=2Ax0I7MBTL0&feature=share

Ce qui rend cette vidéo intéressante, c'est que le sujet est traité sous l'aspect scientifique expérimental / universitaire et médical (pas de paramédical donc).

Au delà de l'intérêt pour votre hygiène de vie (laissée à la discrétion de chacun  ;#), certaines notions abordées permettent de mieux comprendre les mécanismes mis en œuvre lors de vos "3 semaines sans manger".

@+ 

22 janvier 2019 à 14:51:07
Réponse #59

Arnaud


Déjà posté sur le fil : http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,9100.msg451046.html#msg451046

Mais le lien original étant cassé, merci d'avoir fait remonter la discussion, mon père ayant des problèmes d'arthrose je vais lui envoyer le lien.
« When the last tree is cut, the last fish is caught, and the last river is polluted; when to breathe the air is sickening, you will realize, too late, that wealth is not in bank accounts and that you can’t eat money. »

11 février 2019 à 14:26:15
Réponse #60

setrus


Merci Rantanplan !

J'ai bien fait de vérifier si quelqu'un n'avait pas déjà partagé ce document !

 :doubleup:

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité