Nos Partenaires

Auteur Sujet: Le jeûne (complet et partiel)  (Lu 41377 fois)

02 août 2008 à 13:50:26
Réponse #25

Bison


Bonjour,

Questions "pratiques" - pour moi en tout cas.

Quid du jeune "sélectif"?  Avec encore des calories ...

En particulier :

- 0 glucide
- 0 lipide
- 0 protide

- 0 glucide et 0 lipide
- 0 glucide et 0 protide
- 0 lipide et 0 protide

0 glucide, c'est Atkins et cela pourait-il être pire (plus dangereux) que le jeune complet? Plus dangereux que les autres types de jeunes?

0 glucide et 0 protide, c'est l'hypothèse de se nourrir uniquement de matière grasse, bref une piste d'économie sur le poids des provisions à emporter en "autonomie" longue durée (10 jours, 20 jours?).

0 glucide et 0 lipide ... on continue à se fournir "normalement" en protéïnes :  est-ce une hypothèse de travail pour commencer un jeune sans (trop) puiser dans ses muscles, en attendant que les mécanismes de "consommation des réserves lipidiques" se mettent en route?

Je ne demande pas de conseils ... (et - de grâce - que l'on ne me parle pas de ying, de yang et de tout le touin-touin ...) je voudrais que l'on me dise ce qui va se passer (dans les grandes lignes) chez un individu "normal" qui pratiquerait donc ces privations sélectives. Si toute fois cela est suffisemment prévisible ...

Et après, la grande question :  le jeune partiel dit "équilibré" ... quels sont les mécanismes qui entrent en jeu? Sont-il radicalement différents des autres mécanismes - jeune total, jeunes sélectifs ?

Ce serait bien si il avait référence à des expériences ou test menés d'une manière scientifique. La médecine militaire devrait avoir des infos ?

Merci d'avance pour ces infos, qui me tiennent à coeur.
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

02 août 2008 à 14:04:22
Réponse #26

Mrod


Je n'ai pas vraiement de réponses à tes question. juste des précisions
Le 0 absolu n'existe pas seule les huiles est graisse ne comporte presque que des lipides.
Les céréales complètes comporte tout les nutriments. Le riz complet étant celui qui contient le ration le plus équilibré pour l'homme entre lipides protides glucides j'ai quelques chiffres mais je vais pas recopier le tableau complet qui cite beaucoup d'aliments. chiffre en proportion à une portion de 100gr
Riz complet: eau 12%, calories 360, protéines 7.5gr, graisse 1.9gr, hydrates de carbone 77.4gr, le reste est composé de sels minéraux et vitamines seuls les vitamines A et C sont absente, compensable par des végétaux verts, des fruits.
En cas d'effort, le plus important est les glucides (hydrates de carbone) donc il est préférable de favoriser une alimentation de type 0 lipide 0 protides.
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

02 août 2008 à 14:29:54
Réponse #27

Mrod


j'ai relu ton message Bison et je vais tanter de répondre en me basant sur mes connaissance (désolé j'ai pas trop le temps de faire les recherches de sources)

Citer
0 glucide, c'est Atkins et cela pourait-il être pire (plus dangereux) que le jeune complet? Plus dangereux que les autres types de jeunes?
Je pense que c'est le plus dangereux. type d'alimentation viande et végétaux verts. Que ce passerai t'il: L'organisme utiliserai les graisse pour compenser l'absence de glucides. Ce qui limite la durée des effort car les muscles mettent plus de temps pour transformer les graisses en énergie donc un fatigue plus rapide en cas d'effort prolongé (pour la transformation des graisse par rapport aux hydrates de carbone, de mémoire du 2/7) le corps puiserai alors dans les réserves de glucides pour compenser.

Citer
0 glucide et 0 lipide ... on continue à se fournir "normalement" en protéïnes :  est-ce une hypothèse de travail pour commencer un jeune sans (trop) puiser dans ses muscles, en attendant que les mécanismes de "consommation des réserves lipidiques" se mettent en route?
L'hypothèse n'est pas probable car la viande contient de 10 à 25% de protéines, le reste étant principalement de l'eau et des lipides. pour les protéines végétales contenu en grande quantité dans les légumineuses, de 20 à 35%, le reste étant de l'eau et des hydrates de carbone en majorité.
Ce n'est pas à conseiller pour une préparation au jeune total. Le mieux étant les céréales complètes. tu peut utiliser ma méthode de préparation sur 10 jours en réduisant les quantité progressivement pour arriver à une moyenne de 100gr de céréales le dernier jours.
Une chose importante pendant la préparation et la reprise éviter les crudités.

Citer
Et après, la grande question :  le jeune partiel dit "équilibré" ... quels sont les mécanismes qui entrent en jeu? Sont-il radicalement différents des autres mécanismes - jeune total, jeunes sélectifs ?
Ce sont les même mécanisme que pour le jeune total mais plus lentement. La proportion idéale étant 60% de céréales, 30% de végétaux cuits, 10% de matière animale, 10% graisses. Tu peut substituer la viande par des légumineuses qui se conservent mieux, à hauteur de 20% et 20% de légumes cuits. toujours conserver un ratio de 3/1 entre céréales et légumineuses pour facilité l'assimilation.

Citer
- 0 glucide
- 0 lipide
- 0 protide
C'est le jeune total qui est très bien décrit précédemment

"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

02 août 2008 à 14:42:25
Réponse #28

Bison


Re-Bonjour,

Merci pour tes réponses rapides
Mais j'ai le temps, ce sont des questions que je me pose, et que je pose autour de moi depuis des années, sans recevoir une info "convaincante".

Citer
En cas d'effort, le plus important est les glucides (hydrates de carbone) donc il est préférable de favoriser une alimentation de type 0 lipide 0 protides.

Voilà, juste pour dire que les choses sont complexes (et pourquoi je ne demandais pas de conseils  ;) ) :

Quelques mesures personnelles faciles effectuées en cours de réduction de poids pour cause de diabète :

- Glycémie à jeun le matin :  un bon 80 (très peu de sucres consommés les jours précédents, ma glycémie reste "controllable" si je fais très attention)
- toujours à jeun, quelques heures plus tard, après une petite heure de natation à la limite de l'essoufflement :  glycémie = un bon 90 (Note que j'ai toujours pas mal de souffle quand même ...)
- toujours à jeun, après encore une petite heure de marche rapide, en franche transpiration :  toujours un bon 90 ...

Même pas très faim à midi ...

D'application strictement personnelle (j'ai - encore aujourd'hui - des réserves trop importantes :
 - je suppose que j'utilise bien mes réserves ...
 - je conserve la pèche, sans apport extérieur de glucides (vraiment la pèche ...) !

Cet état de grâce (jeune + exercice physique) - je comprends qu'il puisse conduire à l'anorexie ... Et ça, c'est beaucoup moins drôle :(
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

02 août 2008 à 15:52:09
Réponse #29

Mrod


non les sucres lents sont des glucides ou hydrates de carbone qui sont le carburant du corps. Les graisses lipides servent comme carburant (de moins bonne qualité) ou a la construction du corps (en remplacement des protéines).

Citer
Dans le cas cas d'un jeune, le corps consomme d'abord ces réserves de glycogène, puis passe aux lipides (en s'aidant des protéines), c'est bien ça ?
dans le cas d'une diète les protéine n'entre en jeu qu'en dernier lieu. c'est vraiment dans les cas très prolongés de jeunes lorsque toute la masse adipeuse (graisse) est consumée
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

02 août 2008 à 16:08:12
Réponse #30

Mrod


comme tu dit bison les choses sont très complexes, j'essaye de rester accessible à tous.

Dans ton cas attention selon ton type de diabète, tu cours des risques accru pendant un jeune. Les glycogènes sont synthétisé grâce a l'insuline qui est manquante dans ton cas ce à pour effet un taux de sucre trop élevé dans le sang car ton corps ne peut transformer cet excès en glycogène. si tu as un problème de sur poids c'est moins dangereux.

Je connais assez bien les problèmes de diabète ma belle mère est anciennement diabétique, greffée. Et je me suis occupé d'une personne souffrant d''un syndrome de willy prader qui à déclenché une obésité morbide et un diabète.
En ce qui concerne tes taux de sucre il faut faire très attention car c'est un simple test avec une languette pas une analyse de sang qui donnerai la proportion entre les différant type de sucres. De plus le taux de sucre peut varier en fonction de beaucoup de facteur psychologique ou physiologique. Il ne chute pas dans ce cas précis du faite de ton effort physique, ton corps puise dans tes réserves pour réguler ton taux de sucre dans le sang, mais attention aux hypo tu doit avoir l'habitude.

Dans tout les cas je ne pense pas que se soit bon de rester a jeun avant d'aller nager puis marcher. Tu dis avoir des réserves trop importantes, tu doit parler de sur poids je suppose. Avant tout il faut faire des repas équilibré et a heure fixe. La pire chose étant de ne pas prendre de petit déjeuné. Ton corps s'y habitue et en réaction il fait des réserves le soir pour ne manquer de rien le lendemain.

Ce serai peut être plus simple d'en parler sur msn si tu as une adresse.
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

02 août 2008 à 17:51:10
Réponse #31

Bison


Re-Bonjour

Citation de: Mrod
mais attention aux hypo tu doit avoir l'habitude.

Ben non! Je n'ai souvenir que d'une seule hypo bien marquée dans ma vie, et c'était il y a bien longtemps! J'étais encore jeune (30 ans?) et en plein régime pour pouvoir entrer dans une combinaison de plongée. On a eu des invités à la maison et j'ai craqué ... apéro, frites, crème glacée = > les jambes "coupées" dans la demi heure. Vraisemblablement une overdose d'insuline!

[C'est le genre de chose dont on ne prévient pas assez les gens :  attrapper une hypo parce que l'on vient de s'empiffrer, c'est quand même un sacré piège ...]

Ne crois pas quand même que je sois kamikaze, hein ... dans l'eau, je suis comme un poisson! Et mon toubib m'avait bien prévenu ... Donc un nageur prévenu en vaut deux! En rando, j'ai toujours mes 33 cl de coca avec moi (du "vrai"). Je change de cannette tous les ans! C'est ma réserve ultime de boisson aussi ...

Et puis, voilà, je suis de ceux qui grossissent avec rien grand chose, mais qui supportent bien de manger très peu. En fait, quand je suis pris par le boulot ou par une activité physique, je ne vois pas le temps passer, je ne pense même pas à manger, ce n'est jamais une priorité. J'ai eu des collègues qui devenaient "intenables" s'ils devaient rater un repas ...

Pour moi les deux premiers jours d'un régime, ce n'est pas difficile, pourvu que j'aie à bien m'occuper! Et que mon épouse soit co-opérative!

Pour en revenir au questionnement émis dans le premier post :  le jeune et la rando ...
Et bien, pour moi, cela ne pose pas de problème sur quatre jours (expérience récente) et je vous dirai bientôt si cela pose un problème sur 6 jours!

PS :  "moi", c'est donc mon cas particulier ... un "gros" bébé, un ado sportif et costaud, un adulte rarement actif physiquement, un semi-retraité de 61 ans en "yo-yo" descendant ... si, si, descendant! Mais quand même encore à 107 kg ce matin.

Merci de ta proposition pour msn ... mais je n'y suis pas vraiment!
En principe, le MP devrait marcher ...
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

03 août 2008 à 01:20:11
Réponse #32

AMHAROX


Excusez-moi mais ce passage m'interpelle. J'ai peut-être mal compris mais....

Citer

Citer
0 glucide, c'est Atkins et cela pourait-il être pire (plus dangereux) que le jeune complet? Plus dangereux que les autres types de jeunes?
Je pense que c'est le plus dangereux. type d'alimentation viande et végétaux verts. Que ce passerai t'il: L'organisme utiliserai les graisse pour compenser l'absence de glucides. Ce qui limite la durée des effort car les muscles mettent plus de temps pour transformer les graisses en énergie donc un fatigue plus rapide en cas d'effort prolongé (pour la transformation des graisse par rapport aux hydrates de carbone, de mémoire du 2/7) le corps puiserai alors dans les réserves de glucides pour compenser.


Cela veut-il dire que si je supprime les glucides de mon alimentation (je ne mange que de la viande/poisson et fruits&légumes) je cours un danger?

Comment font les personnes qui n'ont que peu (voire très peu) accès aux glucides?(Désolé si la question semble bête...)
Je pense aux (rares) trapeurs qu'il peut rester par exemple au Canada et qui n'ont pas forcement un champ de blé ou de riz sous le coude pour leur apport en glucide?!

03 août 2008 à 14:03:32
Réponse #33

Bison


Bonjour,

Il y a plein de glucides dans les fruits et les légumes ... plus dans certains que dans d'autres.

Pas besoin de faire des études post-universitaires pour le savoir, car ton corps, lui il le sait déjà. Prive-toi de tout ce que tu crois contenir du sucre ou des sucres lents ... pâtes, patates, pain, sucreries, céréales (y compris le riz), alcool, et tu vas voir comme tu seras attiré par certains fruits et légumes! Au point de t'en empiffrer de salade!  Ce sont ceux qui contiennent le plus de glucides ... Tu vas aussi soudainement bien aimer boire du lait, même de l'écrémé ... c'est plein de sucre, le lait!

Pas facile, de faire "0 glucide" ... mais en s'y efforçant, on s'apperçoit que l'on n'a très vite plus beaucoup d'appétit pour le reste. Car nos "bon plats" accomodent en général pas mal de sucre avec les autres ingrédients.

Un steak-frites sans frites, bof ...on s'en lasse vite!
Un hamburger sans pain ... rebof. Etc ...

Pas facile donc de démarrer un Atkins pur et dur!
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

04 août 2008 à 15:24:08
Réponse #34

Mrod


bonjour AMHAROX
oui tu cours des risques à long termes en cas de privation de glucides. C'est très courant dans certains pays d'Afrique, ce genre de déséquilibre alimentaire avec carence en sucres peut engendrer beaucoup de maladies mais seulement sur des périodes de privations très longues.
Comme dit Bison, le sucre est présent dans beaucoup d'aliments principalement les fruits et légumes verts ou les racines. Mais ce ne sont pas des hydrates de carbones (sucres lents) qui sont les plus importants pour notre organisme.
 
"Généralement on appelle hydrates de carbone sucres, mais en faisant ainsi, on devrait spécifier la variété. Il y a principalement quatre types de sucre : le glucose, le fructose, le lactose et la sucrose. On trouve le glucose dans les céréales et les légumes, le fructose dans les fruits, le lactose dans le lait et le sucrose dans le sucre de cane et la betterave.
Notre activité physique exige des hydrates de carbone dans notre alimentation quotidienne sous forme de glucose, et spécialement le glucose polysaccharide (sucre complexe), et sa progressive décomposition assure notre métabolisme et notre activité. (...) Par contre les autres sucres, tels que ceux des fruits, du lait, de la cane ou de la betterave, apportent des effets indésirables pour notre état physique et mental, et crééent de nombreuses sortes de maladies et symptômes. (...)" Source: Le livre de la macrobiotique Michio kushi.

Tout ça pour prévenir des risque de ce genre d'alimentation si elle est quotidienne.

Désolé de faire le modo
Nous parlons ici de jeune en situation de survie et forcé ou volontaire dans un cadre, en vue de nettoyer le corps de ses toxines.
Ce n'est en aucun cas un moyen de perdre du poids ou un jeu pour connaitre ses limites.

Dans la vie quotidienne, un régime équilibré, non privatif est à conseiller.
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

04 août 2008 à 19:17:15
Réponse #35

AMHAROX


Bonjour,

Merci pour cette réponse très complète. Même si je connais les différents types de sucres, je ne fais il est vrai que rarement le lien avec les aliments.

Concernant le glucose? Est-il possible de résumer en disant disant que l'on peut, éventuellement, si l'on n'a pas vraiment le choix, remplacer les céréales par des racines et des légumes verts (en plus de la ration de légumes quotidienne) sur le long terme et sans prendre de risque ?
(Désolé j'aime bien quand on me repète quelque chose comme si j'avais deux ans ;) )
Je pose la question dans le cadre d'une immersion prolongée dans un envirronement qui ne peut procurer les sources communes de glucoses pour un occidental moyen (à savoir: pates, riz, blé, patates...)

P.S:
Citer
Nous parlons ici de jeune en situation de survie et forcé ou volontaire dans un cadre, en vue de nettoyer le corps de ses toxines.
Ce n'est en aucun cas un moyen de perdre du poids ou un jeu pour connaitre ses limites.

C'était clair pour moi depuis le début de ce post... J'espère que ça l'est pour toutes les personnes qui lisent ce fil.

04 août 2008 à 22:28:25
Réponse #36

Mrod


Amharox,
Pour répondre à ta question,
En situation "d'immersion prolongée dans un envirronement qui ne peut procurer les sources communes de glucoses pour un occidental moyen", de préférence demander aux locaux ou observer quels types d'aliments ils mangent en majorité. Tout les peuples on leur propre source de glucose en général sous forme de graines ou de farines. S'il n'y à personne ou une impossibilité d'observer les humains, observez les animaux, par exemple.

Au long terme il y a des risques, combien de temps, je ne sais pas. En situation de survie les plus grand risques, a mon avis, sont les maladies mentales qui pourraient altérer le jugement. Effectivement l'alimentation à une forte conséquence sur notre état mental. Ajouté à ça une situation de survie qui est déjà difficile à gérer psychologiquement.

PS: mon avertissement ne t'étais pas destiné
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

05 août 2008 à 18:15:59
Réponse #37

promeneur4d


truc completement dans une autre direction: serait ce mauvais de faire un sauna pendant qu'on jeune?
Si 86% de la population d'un pays veut pas d'OGM dans les champs et qu'ils sont plantés quand même, peut on parler de démocratie?

05 août 2008 à 19:42:28
Réponse #38

Mrod


a priori non, mais bien s'hydrater
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

06 août 2008 à 13:48:10
Réponse #39

Madudu


Lors de jeunes repetés et/ou prolongés, quels sont les carrences les plus fréquentes et leurs effets?
Je ne parle pas de carrence en glucide/proteine/lipide évidement. Je me pose surtout la quéstion de la fragilisation des os ou autres.
Si on a été en carrence d'un élément x, y a t-il par la suite une augmentation du risque d'être de nouveau sujet à cette carrence? Ou alors les conséquences d'une carrence peuvent-elles être irrémédiable?

Merci Mrodpour toutes ses précieuses info :)

06 août 2008 à 13:49:01
Réponse #40

guillaume


Juste, pour que ça soit bien clair : Les sucres rapides, se sont les hydrates de carbone (glucose, fructose, lactose et le sucrose) et les sucres lent se sont les lipides, c'est bien ça ?

a+

06 août 2008 à 14:03:10
Réponse #41

Madudu


Non, les lipides ne sont pas des sucres.
Les sucres lents sont une sorte de grande chaine de sucres rapides que le corps doit découper avant de pouvoir utiliser, les sucres rapides sont les sucres deja prêt à être utilisé.
Donc quand tu absorbes des sucres rapides il sont utilisés en très peu de temps, alors que les sucres lents sont rendu utilisable progressivement ; un apport moins massif et plus diffus.
Je ne me trompe pas?

06 août 2008 à 19:07:13
Réponse #42

AMHAROX


Lipides = graisses  si je ne m'abuse
      Par exemple huile d'olive, amandes, etc....

glucides = sucres (rapides + lents)
    Sucres rapides => sucrose, fructose (ils sont vite assimilés par l'organisme)
         exemple: sucre de bettrave...
    Sucres lents => glucose (assimilés lentement par l'organisme)
         exemple: riz, pates, blé, patates....

hydrates de carbone = sucres lents

P.S: Si je me plante, je pense que Mrod me tapera sur les doigts...  ;)

07 août 2008 à 12:43:38
Réponse #43

Madudu


je suppose qu'on trouve des sucres lents dans toutes les racines et les graine puisqu'ils sont une sorte de reserve de sucres qui ne doit pas être pillé par les micro-organismes, et donc doit être inutilisable par eux---> sucres lents.
J'ai bon?

17 septembre 2010 à 11:23:00
Réponse #44

noupi


Je ne viens pas raconter mes galères de ma période 10-15 ans, mais en tombant sur ce vieu fil, je ne peus m'empécher de raconter une experience personnelle concernant le jeûne, le jeûne forcé. En intro je citerais Coluche: "chez nous les fins de mois étaient durs, surtout les trente derniers jours". Régulièrement, à partir du 20 du mois, plus de bouffe à la maison, donc jeûne forcé. Bon exemple de survie. Comment faire sans bouffer pendant 10 jours et continuer à vivre normalement? la réponse à travers les yeux du gamin de 12 ans que j'étais: c'est pas simple. Continuer à faire comme si de rien n'était, pour ne pas avoir la honte devant les autres, c'est très dur et rentrer chez soi en pleurant car t'as faim, c'est très difficile comme expérience. Mais c'est psychologiquement que c'est insurmontable car physiquement, on s'y habitue. Ne pas s'alimenter les dix derniers jours devient un rituel, on tient sans problème, on continue à vivre normalement. Notre funestre record monte à 21 jours. Cette fois, sur la fin ça devenait dur physiquement, beaucoup de fatigue avec cette sensation continue d'avoir les jambes en cotons. Le plus durs psychologiquement c'était quand les sous rentrai à nouveau au début du mois, une seule envie nous tenait: aller faire des courses pour manger le plus possible, pour se faire peter le bide, pour être enfin rassasié. Mais ce n'était pas possible. A chaque "reprise", le moindre petit aliment était vomi. L'estomac devait se ré-habituer à manger. Donc il y a pire que de ne pas manger quand tu n'as rien à manger c'est de ne pas pouvoir manger alors que tu as tout sous la main, c'est de la torture. Cette période de jeûne forcé tout les mois a durer environ 1an et demi. Je n'en suis pas sortie traumatisé, je ne suis pas devenu un délinquant, la seule séquelle qui me tient au corps, c'est la peur de manquer à nouveau. Donc désormais à la maison ( j'ai aujourd'hui 32 ans), nous sommes tranquilles avec la nourriture pour au moins 2 mois.
En conclusion, je dirais que le jeûne forcé en mode survie, n'a rien d'extraordinnaire, le corps est robuste mais le mental...., c'est lui qui commande.

24 avril 2012 à 05:07:42
Réponse #45

run974


Le jeûne, une nouvelle thérapie ?


<a href="http://www.youtube.com/v/IuBpUjBGEPk?version=3&amp;amp;hl=fr_FR" target="_blank" class="new_win">http://www.youtube.com/v/IuBpUjBGEPk?version=3&amp;amp;hl=fr_FR</a>


Dans les pays occidentaux, les cas de diabète, d’hypertension, d’obésité, de cancers se multiplient et la consommation de médicaments explose. Et s'il existait une autre voie thérapeutique ? Depuis un demi-siècle, en Russie, en Allemagne et aux États-Unis, des médecins et des biologistes explorent une autre piste : le jeûne. Réputé pour sa source d'eau chaude, le sanatorium de Goriachinsk, dans la plaine sibérienne, est aussi connu pour son centre de jeûne, créé en 1995. Atteints d'asthme, de diabète, de rhumatisme, d'allergie… les patients, très encadrés, n'ingurgitent rien à part de l'eau durant douze jours en moyenne mais la cure se prolonge parfois trois semaines. Passée la douloureuse crise d'acidose des débuts, ils se sentent plus en forme et les deux tiers voient leurs symptômes disparaître après une ou plusieurs cures. Remboursé, ce traitement s'appuie sur quarante ans d'études scientifiques, malheureusement non traduites, qui ont démarré sous l'ère soviétique. Bien qu'elles soient inconnues hors de Russie, des médecins et chercheurs occidentaux creusent aussi ce sillon, même si, aux pays du médicament-roi, ils bénéficient de peu de subventions.

RÉFLEXE ATAVIQUE

Le documentaire nous emmène aussi en Allemagne, à la clinique Buchinger, sur les rives du lac de Constance, où l'on soigne par le jeûne des maladies chroniques et aux États-Unis, où Valter D. Longo, professeur de biogérontologie à l'université de Californie, étudie les effets du jeûne sur des souris atteintes de cancer. À l'aide d'infographies très claires, le film explique les bouleversements complexes qui s'opèrent dans un organisme à la diète. Grosso modo, il réapprend à vivre de ses réserves, un réflexe atavique qui le purge et le rend plus fort. Aussi efficace que troublante, la démonstration de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade (Mâles en péril) incite à réévaluer notre approche de la maladie et du soin. À l'instar des malades de Goriachinsk plus confiants après avoir surmonté l'épreuve du jeûne, on se découvre un corps plus résistant qu'on le croyait, une nouvelle plutôt réconfortante.



________________________________
Le jeûne, une nouvelle thérapie ?
Documentaire de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade
(France, 2011, 56mn)
Coproduction : ARTE France, Via Découvertes Production
http://www.arte.tv/fr/6412060,CmC=6412058.html

24 avril 2012 à 10:13:07
Réponse #46

Mrod


Merci beaucoup run974, ce documentaire est réellement bien bouclé, simple et efficace.

On y retrouve pas mal de choses dont on a parlé dans ce post expliqués très simplement et avec beaucoup de preuves scientifiques à l'appui. Je regrette qu'il n'ait fait que survoler le versant psychologique avec des témoignages mais pas d'études réelles et le cas des maladies mentales ne sert qu'à introduire les recherches faites par la suite par le médecin en question. C'est tout de même compréhensible car très difficilement quantifiable.

C'est bien dommage de constaté que pour le jeune curatif ou thérapeutique il n'y a pas de fond pour la recherche mais lorsqu'il s'agit de réduire les effets secondaire d'un traitement, chimio en l'occurrence, et de potentiellement augmenter les ventes de celui-ci en augmentant les dosages les fond abondent...

Nico


Erratum: d'après les études scientifiques (CNRS de Strasbourg) il disent que lors de la phase 3 du jeune (consommation des réserves en graisses du corps) le corps ne consomme 80% des réserves avant de commencer à puiser dans ses muscles pour s'alimenter. J'avais, dans plusieurs interventions, dit qu'il consommait 100% de ces réserves.
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

16 juin 2014 à 08:05:01
Réponse #47

Zoreille


Et donc si je comprend bien, cet effet dont tu parles (consommation de 80% sous forme de graisses)qui a lieu lors du jeûne, intervient également lors d'une alimentation pauvre en glucides? (Je pense par exemple au cas du régime Paléo)

16 juin 2014 à 13:38:38
Réponse #48

piero


Il y a quelques erreurs au dessus sur la définition des sucres rapides et lents et même sans ces erreurs c'est une classification peu juste. A priori, les rapides sont assimilés rapidement et les lents lentement.

Les sucres simples n'ont pas ou très peu besoin de transformation pour être assimilés et utilisés, l'exemple type est le glucose. En général on les considère comme sucres rapides.

Les sucres complexes sont de longues chaînes dont les maillons sont des sucres simples. Avant assimilation tous les sucres=maillons doivent être séparés les uns des autres. L'exemple type est l'amidon, composé de plein de molécules de glucose accrochées les unes aux autres. En général l'assimilation de ces sucres est plus lente, mais certains sucres complexes sont à assimilation rapide!

En fait il n'y a pas vraiment de règle, sur la rapidité d'assimilation, qui dépend de plein de facteurs et est propre à l'aliment.

Le mieux est de se fier à l'indice glycémique, beaucoup plus fiable, qui quantifie la quantité de sucre dans le sang après assimilation de l'aliment.

Plus l'indice est élevé plus l'assimilation est rapide et vice versa.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_glyc%C3%A9mique

16 juin 2014 à 15:26:08
Réponse #49

musher


En fait il n'y a pas vraiment de règle, sur la rapidité d'assimilation, qui dépend de plein de facteurs et est propre à l'aliment.

Dont notamment la cuisson. La chaleur de-structure les chaînes glucidiques et facilitent le travail des enzymes comme l'amylase qui va transformer l'amidon en sucres simples.

C'est pour ça qu'on fait cuire longtemps le riz pour en faciliter l'assimilation.

Par contre si c'est pas assez cuit, le transit va être trop rapide pour que les enzymes est le temps de faire le travail et une partie des glucides complexes ne seront pas assimilés avant d'être dehors.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité