Nos Partenaires

Auteur Sujet: Le jeûne (complet et partiel)  (Lu 42146 fois)

15 juin 2008 à 23:39:40
Lu 42146 fois

Ratdegout


Je m'interroge sur le jeûne, ses bienfaits réels et sa pratique, dans l'optique d'un "nettoyage" occasionnel du corps voire d'une pratique habituelle incorporée à la vie de tous les jours. Aussi je serais curieux de savoir si certains pratiquent le jeûne et sous quelle forme, et également si certains ont testé la combinaison "jeûne et randonnée" (conséquences, risques éventuels etc). Quand, comment, pourquoi, qu'est ce que ça vous apporte? Bref lancer une discussion qui pourrait aussi être utile pour d'autres que moi... les informations brutes sont dispo ailleurs, c'est plus du vécu et des exemples/avis que je recherche. Tout ce qui concerne une réduction significative de l'alimentation sur une période fixée m'intéresse aussi (ne manger que des fruits, des légumes 'nature' etc.).

L'alimentation est assez peu abordée ici, mais ce sujet pourrait être profitable aussi dans le cadre du forum, non?

16 juin 2008 à 13:21:37
Réponse #1

Pierre


Salut Ratdegout,

Nous avons déjà abordé sur le forum, le sujet de la nutrition et les phénomènes de jeûne ou diètes volontaires ou forcés. Honnêtement, j'ai la flegme de chercher les posts et c'est peut être sur une ancienne version du forum, ... je ne sais plus et peu importe puisque vraisemblablement ce n'est pas l'aspect technique et médical que tu recherche.
Mon expérience personnelle correspond à quelques séjours de 2 à 5 jours dans la nature sans nourriture et avec le minimum de moyens donc une consommation limitée à quelques plantes en soupe ou grignotées par ci par là, voire au jeune complet.

De la manière le plus synthétique et concrète possible voici des commentaires qui n'engagent que moi :

- C'est assez dur les 2/3 premiers jours car la sensation de faim est présente puis en quelque sorte "disparaît" ou en en tout cas s'atténue énormément le temps que le métabolisme modifie la mise à disposition de ses ressources.
- Une sensation de "lassitude" se met en place également au fur et à mesure:on peut agir, se déplacer, faire des efforts mais rien de très physique ou violent et toujours au ralenti mais il est quand même très surprenant de constater que finalement, on encaisse assez bien. En revanche, en ce qui me concerne cela a toujours été en statique ou avec des déplacement très limités et je ne l'imagine pas dans le cadre d'une rando avec portage, montagne ...
- Il semblerait que les "perceptions" s'accroissent:  le goût et l'odorat se développent. On est également plus sensible au froid (c'est logique) . C'est peut être aussi le fait d'être dans la nature et de consacrer plus de temps à soi mais il me semble que l'audition aussi est plus fine. Ce qui est surprenant c'est que c'est en retournant à la civilisation que l'on s'en rend compte: la nourriture parait beaucoup trop riche (grasse, sucrée, salée) et copieuse, les bruits sont agressifs, le stress de notre mode de vie plus perceptible ...
- Il est raisonnable de se "préparer" avant, c'est à dire de diminuer sa consommation, de réduire voire supprimer l'assaisonnement, de manger de plus en plus de "vert" ainsi le contraste est moins violent et l'organisme se sèvre plus facilement. Et même chose au retour ...éviter de se jeter sur le premier hamburger qui passe, le choc risque d'être violent.

Ce qui est fondamentalement intéressant, c'est de prendre du recul et de constater que dans notre mode de vie actuel, on consomme bien trop et que l'on pourrait vivre avec beaucoup moins mais bon là, j'enfonce une porte ouverte ... mais c'est vraiment surprenant de le constater très concrètement !  

Pour conclure, je dirai que moyennant des précautions logiques: ne pas s'éloigner trop, prévenir quelqu'un de son projet, ne pas prévoir d'effort important, avoir de quoi se protéger, se réchauffer etc , c'est une expérience très intéressante à vivre. Je l'ai toujours fait seul mais à plusieurs cela doit être également être à la fois rassurant et intéressant.

En espérant avoir un peu répondu à tes questionnements ... (il y aurait tant de choses à dire).

A+
Pierre      
  

16 juin 2008 à 16:24:11
Réponse #2

Maximil


Attention: passé 5-6 jours, un jeûne devrait être suivi par un médecin à mon avis. Et pendant 2 jours et demi, attendez-vous à ne penser qu'à la bouf sous toutes ses formes. Un chien deviendra un hot dog sur pattes par exemple...  ;#

MAJ du 08/01/2013
Bien lire avant, se poser les bonnes questions, reprendre correctement et non pas en reprenant comme un goret etc.

Importance de la mastication +++

Lavement possible pour nettoyer la m.... qui va fermenter. Pas obligatoire mais bon...

Le jeûne est une médecine qui devrait, dans 90% des cas, être réalisé de temps à autre par chacun. Moins de maladie, moins de stress, moins de nourriture, plus d'argent, plus de conscience, plus de respect... kcco

A noter que cela est très variable selon les individus et selon les périodes, état de santé et expérience préalable. Ainsi, la sensation de faim est d'autant plus importante que la nourriture est abondante et sucrée. A l'inverse, après avoir fait une diète lipidique, un jeûne complet (mais non sec, qui est une erreur à mes yeux) est relativement simple. On pense à la nourriture, certes, mais sans plus. Comme quoi, on change... ;)
« Modifié: 08 janvier 2013 à 16:24:36 par Maximil »
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

16 juin 2008 à 16:46:04
Réponse #3

Anke


Ma petite expérience ridicule sur le sujet me ferait être très prudent.
En effet, il y a deux ans, grosse gastro, pouvait plus rien avaler, vomissements à chaque "semblant de repas", pas de diarrhées associées, en tout cas pas de quoi en faire un flan au niveau élimination par voie "basse".
Au cours de ce jeune forcé, j'ai perdu 4 kilos en deux jours, sans rien faire d'autre que lire et boire par petites quantités.
Au départ, je pèse 63 kg, moins 4 = Hypoglycémies, malaise général, pression artérielle dans les chaussettes.... Donc pour moi, prudence avec ça. ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas le faire, mais un bilan préalable avec le docteur qui va bien me parait être une bonne démarche.

16 juin 2008 à 17:07:48
Réponse #4

promeneur4d


Attention: passé 3 jours, un jeune complet DOIT être suivi par un médecin à mon avis. ...

Pourquoi? si je suis en forme je devrait supporter plus que 3 jours "facilement" (physiquement en tout cas) non?
Si 86% de la population d'un pays veut pas d'OGM dans les champs et qu'ils sont plantés quand même, peut on parler de démocratie?

16 juin 2008 à 17:59:40
Réponse #5

Maximil


Tu es sûr de n'avoir aucune carence en quoi que ce soit, que ton corps va bien réagir face à cet afflux de toxines, que ta fonte musculaire ne va rien entrainer de méchant etc. ?
Passer d'un repas en moyenne toutes les 5 heures à un repas tous les 72H, y'a rien qui te choque ?
Un médecin doit être consulté, ne serait-ce que par prudence. Après, chacun fait comme il l'entend.
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

16 juin 2008 à 18:30:57
Réponse #6

Macak


Salut,

je suis plutôt un adepte de RL, mais comme je me baladais sur le forum et que je trouve ce sujet qui m'intéresse, je passe le pas. Donc premier message!   :D

La physiologie du jeûne est un mécanisme connue et étudié. Je parle bien de la physiologie c'est à dire le déroulement normal d'une privation complète de nourriture solide ou liquide tout en continuant à s'hydrater.
De plus cela concerne une personne en bonne santé.

La première phase est l'épuisement des réserves de sucre (glycogène hépatique et musculaire) de l'organisme. Cette phase est de courte durée, quelques heures à 24h en fonction de l'activité physique et du niveau d'entrainement de la personne.
La deuxième phase est la mise en place de réaction enzymatique qui permet de s'adapter à l'arrêt de la nutrition, cela prend 48 à 72h. La principale modification et le changement de substrat pour le cerveau: ce dernier n'utilise normalement QUE des sucres, en période de jeûne il va utiliser des corps cétoniques que le corps peut obtenir grâce à ses réserves de graisse. L'autre modification, évidente celle-la, c'est la mise en place du catabolisme des lipides de réserve à "grande échelle". Le "problème" de cette deuxième phase d'adaptation métabolique est le fait que avant que les enzymes ne soit synthétiser en quantité suffisante pour utiliser les lipides le corps a encore besoin de sucre, mais ,il n'en a plus! Donc la solution est d'utiliser les protéines pour créer des sucres, ce que l'on appelle la néoglucogénèse, mais de ce fait il en résulte une fonte musculaire.
La troisième phase est la plus longue, le record est de 1an (obèse de plusieurs centaines de kilos, mais cette methode n'existe plus car après 1 an une forte proportionnalités mourrait de cause inconnue...  :blink: maintenant les jeûnes thérapeutiques d'obèses se font sur périodes de trois mois), c'est l'utilisation des graisses. Cette phase dure jusqu'à l'épuisement des réserves de graisses, donc plus ou moins longtemps en fonction des individus...  ;D En tous les cas chez une personne en bonne santé avec un pourcentage de masse graisseuse physiologique (ce qui exclue la plupart des athlètes surentrainés...)
cette période peut durer 1 mois SANS AUCUN RISQUE VITAL (si la personne est en bonne santé et si vous traversez en regardant des deux côtés  :lol:) et jusqu'à 2 mois chez beaucoup d'entre nous.
Enfin la dernière phase peut durer de quelques jours à deux semaines mais pas plus, et l'issue est toujours fatale, c'est la phase du retour du catabolisme des protéines. A terme la mort survient par insuffisance cardiaque, insuffisance respiratoire (...) car tout les muscles sont "rongés".

Ensuite il faut être à l'écoute de son corps et ne pas se mettre trop à la limite.
J'avais lu un article sur un médecin qui avait jeuné pendant un mois en courant 8km par jour.

En tout cas si un jour je sais pas trop quoi faire pendant 1 mois je pense que je m'y essaierai par pur curiosité...  :D

pour le cas de la diarrhée la perte principale est de l'EAU, ce que confirme la baisse de pression artérielle et la perte de 4 kg... en effet un simple petit calcul bioénergetique permet de le comprendre:
si mes souvenirs sont bons 1g de graisse stocké représente 9kJ d'énergie. Une journée: si peu d'activité on va dire 1500kJ donc 1500/9=166,66 unité de graisse de 1 gramme donc 166,6 grammes par jour.
Si on prend une consommation de 2000kJ par jour on retombe sur environ 80 kilos par an. CQFD  ;D (je rigole...)

Une dernière chose, la fonte musculaire provoque la création de beaucoup d'urée donc il faut bien s'hydrater, et les graisses ont la fâcheuse tendance à stocker toutes les saloperies qui passent, donc attention si vous vivez ou travaillé dans un environnement particulier ou si vous ne vous sentez pas dans un état "normal" pour un jeûne.

16 juin 2008 à 18:34:28
Réponse #7

jilucorg


Les pratiquants du jeûne "hygiénique" ne le font qu'en suivant un protocole bien précis, et non tout simplement en s'arrêtant brutalement de manger, puis en recommençant brutalement à manger n'importe quoi au bout d'une durée pifométrique ! Bien mené, il comporte une série de paliers sur plusieurs jours pour en arriver à la diète hydrique proprement dite, elle-même suivie d'une reprise très progressive pendant un nombre de jours proportionnel à la diète, et méthodique dans la nature et la quantité des aliments. Le jeûne ne s'improvise pas si on ne veut pas risquer des désagréments ou même des problèmes de santé.

Cela dit, le jeûne est de plus en plus souvent associé à la randonnée, il y a pas mal de centres et d'associations là-dessus : http://www.ffjr.com/ ; http://www.terresdusud.net/destinations.htm ; http://www.pyrenees-pireneos.org/frenchtrekking_meditatif.htm ; http://www.jeune-relaxation-randonnee.com/ etc.
La marche à un rythme modéré est sans doute un bon moyen de préserver les muscles tout en favorisant l'élimination recherchée et un certain lâcher-prise psychologique...

Au passage, c'est un nettoyage de l'organisme et une amélioration de l'état physique général ainsi que de l'équilibre psychique qu'on vise par la pratique raisonnée — et si possible encadrée — du jeûne, mais il ne s'agit en aucun cas d'un moyen de perdre du poids de façon durable !


jiluc.

16 juin 2008 à 18:36:45
Réponse #8

Maximil



La troisième phase est la plus longue, le record est de 1an (obèse de plusieurs centaines de kilos, mais cette methode n'existe plus car après 1 an une forte proportionnalités mourrait de cause inconnue... 
Jeune partiel il me semble, sûrement pas total.


Citer
cette période peut durer 1 mois SANS AUCUN RISQUE VITAL (si la personne est en bonne santé et si vous traversez en regardant des deux côtés  :lol:) et jusqu'à 2 mois chez beaucoup d'entre nous.
Merci de citer des sources médicales avant de faire des avances de ce type que certains pourraient suivre sans chercher plus loin. Un mois sans manger, IL Y A des risques vitaux !
Fabrication maison de stylo-plume , roller , bouchons de bouteilles , kubotan , koppo-stick etc... http://maximil.chez-alice.fr/index.htm
Photographies de Maximil
Patines de chaussures de Maximil

16 juin 2008 à 22:05:35
Réponse #9

cubitus


Hello !

J'ai déjà expérimenté plusieurs fois des jeûnes sur 1 à 3 jours. Je confirme ce que dit Pierre sur le ressenti. On se sent un peu euphorique, léger, mais par contre on comprend bien que la bouffe nous apporte le carburant nécessaire à des activités "lourdes". En cas de jeûne, les efforts intenses sont à proscrire.

Pour ce qui est des avis médicaux, je pense que pour un jeûne de quelques jours, chez un sujet jeune sans problème médical, il n'est pas utile de demander à son médecin. De toute manière il y a de fortes chances que celui-ci vous regarde avec un sourire un peu énigmatique, voire incrédule. Le jeûne n'est pas bien vu dans notre société.

Au delà de quelques jours, effectivement, les ennuis médicaux peuvent commencer, ou plus tôt en cas de problème de santé préexistant. Le plus fréquent sera bien sur le malaise, qu'il soit hypoglycémique ou hypotensif. En clair, on se sent partir, on a des vertiges, on se sent faible, plus possible de faire un pas, si on insiste on tombe par terre en syncope. Au réveil ça va mieux, l'organisme aura déclencher une poussée d'adrénaline qui aura fait remonter tout ça. Là il est fortement recommandé de se réalimenter...  :blink:

Pour finir j'encourage régulièrement les personnes autour de moi à tester le jeûne, même sur 24h. C'est une expérience intéressante, au même titre que de courir 10 km, retenir sa respiration 1 minute, se passer de café 1 semaine, de télé 1 mois, etc ...  ;D

A +
La seule chose qui ne change jamais, c'est que tout change tout le temps.
Proverbe chinois

16 juin 2008 à 22:54:32
Réponse #10

Macak


Bonsoir,

Les sources médicales ce sont mes cours de physiologie par un néphrologue en faculté de médecine.
Le jeûne de 1 an sans manger ce n'est pas une anecdote, il y a eu de dizaine de cas aux USA, suivis médicalement bien sûr et avec un complément vitaminé mais ce n'était pas un jeûne partiel.

Ensuite je maintiens, cette affirmation n'engage en rien ma responsabilité, chacun fait ce que bon lui semble, mais pour une personne en bonne santé et avec une alimentation équilibrée se passer de nourriture pour une durée de 1 mois ne présente pas de risque pour la vie de celui qui essaye.
Si il y a un risque c'est comme je l'explique lorsque les graisses sont totalement consommées. Le catabolisme des protéines ne reprend que à ce moment là, pas avant 1 mois minimum si on part du principe qu'un homme adulte en bonne santé de 75kg possède 15% de graisse, soit 11,25kg de graisse soit 112500g à 9kJ par gramme soit 101250kJ qui représente 50 jours si on se base sur une consommation de base de 2000kJ par jour (ce que ne fait pas une personne en jeûne).
De plus il y a un signe évident de la reprise du catabolisme des protéines: c'est l'augmentation de la quantité d'urée dans les urines, donc elles redeviennent jaune.
Mais arrivé à cette situation est assez extrême, c'est pourquoi la durée de 1 mois est assez sure.


16 juin 2008 à 23:49:23
Réponse #11

Crocuta crocuta


Je jeune 1 à deux fois par an depuis quelques années, généralement au début de l'hiver et pendant les vacances d'été, toujours 3 jours et c'est vrai que les deux premiers jours sont parfois assez dur, surtout en été, quand les copains zet les copines vont se manger une bonne pizza après la plage  ^-^
Mais le 3ème jour, je trouve qu'on a une espèce de sentiment de plénitude détachée, de sérénité, vraiment très agréable, et puis le sentiment de faim a totalement disparu !
J'avoue que pendant les trois jours du jeune d'été, je fais comme tous les jours de mes vacances pas mal de sport, que ce soit vélo, aviron, combat souple avec une bande de paras super sympas avec des cables d'acier à la place des muscles  :blink: (j'avoue, j'évite le surf et le bodysurf, on sait jamais, pas envie de m'évanouir dans une grosse vague moi :o), et qu'il n'y a que pendant le deuxième jour que je sente une légère mais non négligeable baisse de volume, mais c'est logique en définitive, ça doit être le moment ou le métabolisme est en train de se dire "maiiiis qu'est-ce qu'y fout l'aut', ou qu'alle est la boustifaille?" sans se rendre compte qu'en fait il a tout plein de réserve  ;D

En revanche, et ça a déjà été dit mais ça me semble vraiment important, à la reprise, faut pas s'amuser à manger n'importe quoi, même si les copains zet les copines vont au snack ce jour là, ou que ta maman a fait sa spéchieule paëlla, ou fondue, ou ce que tu veux !
Pour moi, au premier repas du 4ème jour, c'est bouillon de légumes avec qu'èk morceaux et un chouïa de quinoa, au suivant un peu plus de morceaux zet de quinoa, et ensuite pendant encore un ou deux jours je ne mange quasiment que macrobio ( attention, ça veut pas dire punition à base de brocolis bouillis sans sel ni beurre, hein  ;)), tout en m'autorisant quelques écarts à partir de J+6, et puis J+7 au matin je me fais une GRANDE ASSIETTE DE FRITES NOYÉES DANS LA MAYONNAISE  :lol:

Tout ça pour dire que je te le conseille grandement, c'est une expérience vraiment sympa  :)

Et pour Le trackeur :
 
Je suis bien tenté par l'experience, pour le jêune de 3 jour tu à eu une perte de poid de combien ?
Tu demandes ça juste par curiosité ou parce que tu veux jeûner POUR perdre du poids ?
« Modifié: 16 juin 2008 à 23:55:16 par Crocuta crocuta »
Voici Gali l'alligator, Il arrive, il sème la mort
Éventre les zoisillons, tortureu les papillons
Voici Gali l'alligator, les lapins, il les dévore,
Véritable psychopathe, il leur arrache toutes les pattes !

17 juin 2008 à 13:09:41
Réponse #12

Ratdegout


merci pour les z'infos :)

j'aime bien ton analyse croc: "ça doit être le moment ou le métabolisme est en train de se dire "maiiiis qu'est-ce qu'y fout l'aut', ou qu'alle est la boustifaille?" sans se rendre compte qu'en fait il a tout plein de réserve"  :lol:

17 juin 2008 à 21:56:20
Réponse #13

Macak


Si tu parles de perdre du poids en perdant de la masse graisseuse et pas du muscle un jeûne de trois jours est totalement inadapté...  ^-^

Si tu veux perdre du poids un jeûne d'une semaine peut être intéressant, ou sinon tu diminue ton apport calorique quotidien...  ;D

Attention à l'hydratation, surtout en été.

17 juin 2008 à 23:07:01
Réponse #14

jilucorg


Le jeûne n'est en rien une méthode-miracle pour devenir mince ! Perdre du poids durablement pour quelqu'un en bonne santé, c'est affaire de régulation durable des entrées-sorties — en gros (!), ce qu'on fait entrer comme bouffe dans le corps par rapport à ce qu'on lui fait utiliser : s'il y a du rab, il va le stocker par précaution). Une perte brutale de plusieurs kilos sera reprise en peu de jours et probablement dépassée (effet "yoyo") si un travail d'équilibrage alimentation / activité physique dans la durée n'est pas mené.

De plus, ce qui consomme bien les calories, même sans rien faire, c'est les muscles : quand on est musclé, on peut manger sans prendre de lard, plus que quelqu'un de peu musclé, à exercice physique égal.

Le trackeur : pour perdre ton gras qui te gêne (ton souci c'est le gras, pas le poids : personne ne te soulève pour t'apprécier !) et devenir plus beau, plus souple et plus fort :
1) fais du sport, au moins trois heures par semaine ;
2) mange équilibré (moins de saloperies grasses et moins de saloperies sucrées, plus de fruits et plus de légumes).



jiluc.

18 juin 2008 à 09:28:38
Réponse #15

cubitus


Bonsoir,

Les sources médicales ce sont mes cours de physiologie par un néphrologue en faculté de médecine.
Le jeûne de 1 an sans manger ce n'est pas une anecdote, il y a eu de dizaine de cas aux USA, suivis médicalement bien sûr et avec un complément vitaminé mais ce n'était pas un jeûne partiel.

Ensuite je maintiens, cette affirmation n'engage en rien ma responsabilité, chacun fait ce que bon lui semble, mais pour une personne en bonne santé et avec une alimentation équilibrée se passer de nourriture pour une durée de 1 mois ne présente pas de risque pour la vie de celui qui essaye.
Si il y a un risque c'est comme je l'explique lorsque les graisses sont totalement consommées. Le catabolisme des protéines ne reprend que à ce moment là, pas avant 1 mois minimum si on part du principe qu'un homme adulte en bonne santé de 75kg possède 15% de graisse, soit 11,25kg de graisse soit 112500g à 9kJ par gramme soit 101250kJ qui représente 50 jours si on se base sur une consommation de base de 2000kJ par jour (ce que ne fait pas une personne en jeûne).
De plus il y a un signe évident de la reprise du catabolisme des protéines: c'est l'augmentation de la quantité d'urée dans les urines, donc elles redeviennent jaune.
Mais arrivé à cette situation est assez extrême, c'est pourquoi la durée de 1 mois est assez sure.



Hmmm...

Un néphrologue, c'est un spécialiste du rein... ce n'est donc pas un endocrinologue, spécialiste du métabolisme énergétique.

Ensuite, affirmer comme cela que se passer de nourriture pendant 1 mois ne présente pas de risques... tu te bases sur les cours du néphrologue pour dire ça ? Tu as d'autres sources ? Des références ?

Enfin l'organisme ne réagit pas comme tu sembles l'indiquer : d'abord les graisses, et quand il n'y en a plus, les protéines. Les différents catabolisme (glucidique-lipidique-protéique) se chevauchent au fur et à mesure. Autrement dis tu commences à bouffer tes muscles bien avant 1 mois.

En dernier lieu, il n'y a que les rats de laboratoire pour faire les calculs que tu avancent. Un organisme humain n'est pas une machine qui consomme tant de kilojoules à la journée, la physiologie est un peu plus complexe que cela...

Un peu plus de documentation, un peu moins d'affirmation seraient les bienvenus...
La seule chose qui ne change jamais, c'est que tout change tout le temps.
Proverbe chinois

18 juin 2008 à 11:19:15
Réponse #16

Cam




Mauvaise idée pour perdre du poids, comme le dit jilucorg, vaut mieux surveiller le regime general et faire un peu plus de sport.

Le corps réagit á une privation brutale par un restockage tout aussi brutal des que l'occasion s'en présente. Assez logiquement, s'il recoit le message "nourriture rare", il va répondre en faisant des reserves quand il le peut.

Et n'oublions pas que le coeur est un muscle (presque) comme les autres, qui patira pareillement d'un jeune.

02 août 2008 à 01:36:17
Réponse #17

Mrod


bonjour,

J'allais répondre au post sur les insectes comestibles mais je partais dans le hors sujet donc je préféré créé un nouveau topic.
Je m'intéresse de très prêt a l'alimentation (études macrobiotiques). Je vais éviter d'entrer trop dans les détails pour ne pas surcharger.
Je peut peut être vous éclairer sur certains points:
- Besoins réel du corps humain
- dans quels type d'aliments les trouver
je terminerai par les jeunes de façon générale(volontaires ou forcés).

L'eau et les sels minéraux sont le plus important. Ensuite viennent les sucres surtout ceux qu'on appelle 'lents' contenu dans les graines de céréales, légumineuses et tubercules. Puis les matières grasse et protéines. Pour les besoins énergétiques, les corps consomme en premier les sucres puis viennent les graisses et les protéines. Les graisses on une double utilité elles peuvent servir pour les besoins énergétiques ou pour la construction du corps en substitution des protéines.
NB: les % représentent une part du volume total.


Sels minéraux

On en trouve en quantité suffisante dans tout les végétaux verts a feuilles que beaucoup doivent connaitre. les plus répendu dans nos régions sont les pissenlits, oseille sauvage et orties (immature, avant la production des fils urtiquants).
Astuce: j'emporte toujours quelques cubes de bouillon de légumes (bio) très riches en sels et vitamines et peut encombrants.


Les sucres

C'est le plus important en cas d'effort prolongé.
Très difficiles à trouver dans la nature hormis les fruits et baies sauvages. Ne pas hésiter à faire des pauses même fréquentes pour la cueillette.
Pour les sucres lents il vaut mieux avoir des réserves. (Personnellement je privilège la semoule de blé dur (couscous) qui demande peut d'eau, pas de cuisson pour un encombrement minime. Ou des flocons de pomme de terre) Toujours prendre de préférence des céréales complètes plus riche en vitamines.
Les tubercules et racines sauvages en contiennent mais je ne les connais pas suffisamment pour en parler.


les protéines

contrairement a ce que beaucoup croient, notre corps n'a pas besoin de beaucoup de protéine 5 a 10% d'un repas en condition normale pour une activité normale. Même en cas d'effort la proportion n'augmentent pas beaucoup.
Tout les insectes, larves et œufs sont un très bonne source de protéine.
Pour vous donner ordre d'idée, la viande contiens 10 à 15% de protéine. Les légumineuses (protéine végétale) contiennent de 20 à 30% quant au insectes c'est ce qui l'y a de mieux ça monte jusqu'à plus de 70% pour certaines espèces.*
Les oeufs sont riches en protéines et graisses nutriment nécéssaire au développement de la larve. Et peut de chance de contamination par des parasites. Mais par précautions toujours les cuire.

Les graisses

Principalement utilisé par le système nerveux ou en remplacement des protéines. Sans entrer dans les détails. Les graisses sont vitales mais de petites quantités suffisent (environ 5%).
En condition de survie on les trouvent en grande quantité dans les fruits a coque (type noix, amandes etc) et dans les larves ou œufs d'insectes.



jeûnes et mono-diètes (un seul aliment)

Quelques précision sur les jeûnes et les réactions du corps humain à la privation de nourriture.
Première chose à savoir, le corps à une mémoire (non ce n'est pas une blague). Je m'explique, les premiers jeûnes sont les plus difficiles.  Lorsque le corps est privé d'aliments il passe en mode économique ce phénomène est plus rapide pour les personnes ayant déjà subit des situation de jeûne car le corps sais comment réagir et s'adapte plus vite. Psychologiquement c'est pareil.

Comme beaucoup le savent, la nourriture n'est pas le plus important en condition de survie. On peut tenir des semaines entières si toutes fois on à suffisamment d'eau. Surtout pour les gens aillant de bonnes réservent de graisses. ce n'est pas forcement lié a la masse graisseuse, les organes stockent eux aussi de la graisse ainsi que les muscles.
Beaucoup parlent de crampes d'estomac c'est surtout vrai pour les premiers jours des premiers jeûnes. Personnellement je fais des jeûnes toutes les semaines (une journée) et des mono-diètes de riz (dix jours) deux fois par ans. Sans aucunes gènes physiques. Dans la plupart des cas il faut environ trois jours au corps pour s'adapter.

Voila je vais m'arrêter la ça fait déjà un bon pavé.
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

02 août 2008 à 09:38:08
Réponse #18

guillaume


Merci :up:.

Petite question : tu parles des sucres lents et des graisses. Ce n'est pas la même chse (lipides) ?

Dans le cas cas d'un jeune, le corps consomme d'abord ces réserves de glycogène, puis passe aux lipides (en s'aidant des protéines), c'est bien ça ?

a+

02 août 2008 à 11:05:33
Réponse #19

Mrod


Citer
Petite question : tu parles des sucres lents et des graisses. Ce n'est pas la même chose (lipides) ?
les sucres sont des Glucides pas des Lipides qui sont des graisses. Il y a deux types de glucides, les sucres lents et les rapides. On les nomme ainsi car les sucres dit 'lents' sont plus complexes donc plus long à être assimilé par l'organisme. D'où un effet à plus long terme qui est important en cas d'effort prolongé. Si besoin je peut vous faire une liste des tout les types de glucides, leur rôle importance et dans quels aliments les trouver.

Citer
Dans le cas d'un jeune, le corps consomme d'abord ces réserves de glycogène, puis passe aux lipides (en s'aidant des protéines), c'est bien ça ?
C'est tout à fait vrai à une précision près , les protéines ne sont pas des lipides. Pour faire simple il y à trois types Glucides (sucres), lipides (graisses) et protéines.
Pour plus d'explication: http://www.servicevie.com/01alimentation/Manger_sante/Mange27012003/mange27012003.html

Quelques précisions sur les glycogènes:

"Rôle biologique
Le foie réalise la glycogénolyse (hydrolyse du glycogène) pour « reformer » du glucose à partir de ses réserves de glycogène. Si celles-ci viennent à s'épuiser (au bout de 12 heures de jeûne chez l'être humain), le foie utilise alors des protéines ou du lactate (issus des muscles, entre autres) pour reformer du glucose, par néoglucogénèse.
On trouve du glycogène également dans les muscles où il est stocké puis dégradé en glucose lors d'efforts musculaires importants. Contrairement au cas du foie, le glucose ainsi produit par la cellule musculaire ne peut être utilisé que par cette même cellule.
Le stockage du sucre est réalisé grâce à une enzyme : la glycogénosynthétase. Ce glucose est libéré grâce à des petites enzymes qui découpent le glycogène pour le libérer dans le sang.
La production de glycogène dans l'organisme est stimulée par l'insuline, seule hormone hypoglycémiante et la dégradation du glycogène en glucose est stimulée par le glucagon et l'adrénaline." Source Wikipédia

A savoir ses réserves ne sont pas utilisé par les mêmes organes. Ceux contenu dans le foie vont réguler le taux de sucres dans l'organisme par le biais du sang. Alors que ceux compris dans les muscles vont pouvoir alimenter le muscle lui même.
Selon les caractéristiques des individu est les origines ethniques. Certains ont de plus grandes réserves de type glycogène dans les muscles. Alors que d'autre auront de plus grosses réserve dans les tissus graisseux.

Si vous avez d'autres question n'hésitez pas j'ai pas mal de documentation.
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

02 août 2008 à 11:12:28
Réponse #20

guillaume


C'est tout à fait vrai à une précision près , les protéines ne sont pas des lipides. Pour faire simple il y à trois types Glucides (sucres), lipides (graisses) et protéines.

Je ne disais pas que les protéines était des lipides, j'entendais par là que le corps consommait un peu de ses protéines avant de passer totalement à la consommation de lipides. C'est ça ?

Donc pour résumer, le corps bouffe d'abord ses sucres rapides (contenus dans le foie et les muscles) puis ses sucres lents (contenus en parti dans les tissus adipeux).
Et les graisses dans tout ça ?

a+

02 août 2008 à 11:24:13
Réponse #21

Mrod


Mon post à été mis a la suite d'un ancien sur les jeûnes alors je vais répondre au questions posé au passage.

Tout d'abord j'insiste sur le fait qu'on ne jeûne pas pour perdre du poids!! car c'est le contraire qui se produira, en réaction au jeûne le corps stockera encore plus de graisse à la reprise de l'alimentation. Pour maigrir il faut manger équilibré et faire des repas a heures fixes sans grignotage ( le gouté une collation pas un grignotage) et faire de l'exercice. Tout ceux qui voudrai maigrir efficacement doivent aller voir un spécialiste.
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

02 août 2008 à 11:36:44
Réponse #22

Mrod


Guillaume,
Le sujet est très complexe et demande une étude approfondie pour comprendre tout les mécanisme qui entre en jeu pendant une privation de nourriture. J'ai pas trop le temps de faire un post complet en cherchant dans mes bouquins des citations et leurs sources.
Pour faire simple, le jeûne est une pratique courante depuis la nuit des temps, le corps s'y adapte très vite (3 jours c'est rien). Même si ses pratiques sont souvent mal vu en France.
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

02 août 2008 à 11:44:27
Réponse #23

guillaume


Guillaume,
Le sujet est très complexe et demande une étude approfondie pour comprendre tout les mécanisme qui entre en jeu pendant une privation de nourriture. J'ai pas trop le temps de faire un post complet en cherchant dans mes bouquins des citations et leurs sources.
Pour faire simple, le jeûne est une pratique courante depuis la nuit des temps, le corps s'y adapte très vite (3 jours c'est rien). Même si ses pratiques sont souvent mal vu en France.

Je parlais plus dans l'optique des réactions lors d'une situation de survie ;).

a+

02 août 2008 à 12:59:45
Réponse #24

Mrod


Mon expérience sur les jeûnes et diètes partiels ou mono diètes. (désolé pour le multi post)

Première chose importante, il n'y à pas que la bonne santé physique. Le mental à un rôle tout aussi important. Certain parle de sentiment de plénitude à partir du troisième jour mais il peut se produire le contraire. Les diètes peuvent faire ressortir des choses enfouie très profondément j'en ai fait l'expérience dans mes premiers jeunes forcés. Alors ne prenez aucuns risques.

Recommandations

Il n'y à pas besoin d'un suivi médical pour les jeûnes de courte durée (inférieur à 7 jours). Mais dans le cas d'un premier, je vous conseille de faire un bilan de santé et de voir votre médecin traitant avant.
Toute diète doit être préparée. En trois parties de durée égale: préparation, jeûne et reprise.

Personnellement je suis plutôt adepte des mono diète de céréales (de préférence le riz complet bio qui est la plus recommandée). Je la pratique depuis des années bien avant de m'intéresser à la macrobiotique.
L'avantage de cette diète partiel et d'éviter les hypoglycémies. Evitez les fruits et légumes surtout lorsqu'ils sont cru, qui ont tendance à donner la diarée et donc un risque de déshydratation. Et préférer les saisons tempérés, printemps et automne.
J'utilise une méthode simple par palier pour une diète de 7 à 10 jours (au delà nécessite un suivi médical). Je suis déjà aller jusqu'à 14 jours avec un suivi.
Evitez tout excitant (café, thé, boissons chimiques) ou toxines comme les drogues (cigarette, le reste aussi...).

Préparation:

sur une période de 10 jours, en 5 étapes de 2 jours.(proportion en % du volume total du repas, moyenne sur une journée).
étape --- Céréales --- légumes --- soupes --- produits --- salades --- dessert -------- boissons
                               sautés                        animaux      fruits

  1            40%            30%          10%          20%
  2            60%            30%          10%          10%                                             aussi peu
  3            70%            20%          10%                                                           que possible
  4            80%            20%                                                                          mais sans souf-
  5            90%            10%                                                                            frir de la soif
Source: "Les dix sortes de régime macrobiotique d'après George Ohsawa" Le livre de la macrobiotique. régimes cités numéro 2 à 6

Diète: 100% de céréale (riz complet bio) avec un assaisonnement naturel (tamaris, sauce soja, sels non raffiné, gomasio) Même source (régime n° 7). Accompagné d'une diminution progressive de la quantité absorbée l'idéal étant d'atteindre 80% du sentiment de faim, donc s'arrêter avant d'être satisfait. La diminution se fait d'elle même de toute manière.

Reprise Même méthode que pour la préparation dans le sens inverse en augmentant très lentement les quantités prisent.

Je pratique aussi un jeune total un jour par semaine du soir au lendemain soir. Plus facile que du matin au matin car les premières heures sont difficiles et avec le jeune nocturne on passe se cap directement.
Méthode: Repas léger avant et après. Substitution des repas par un bouillon de légumes, hydratation régulière en petites doses (à adapter en fonction du climat). Complémenté par des jus de fruit dilué dans 50% d'eau en cas d'effort.

Mise en garde
Tout jeune comporte des risques, physiques et mentaux. En cas de symptômes ne pas hésiter à rompre le jeune et consulter un médecin.
Il se peut que l'organisme libère des toxines qui ont était emmagasiné dans les réserves. Beaucoup d'anciens drogués en ont fait l'expérience (pour les pires cas). Mais ça peut arriver à chaqu'un de nous surtout pour les premières fois tout dépend de votre hygiène de vie.
"faut JAMAIS décramponner ! Et s'accrocher à la vie comme un morpion sur un poil de cul !  Parce qu'il y a toujours un espoir, même mince" Anke *Master survivor*

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité