Nos Partenaires

Auteur Sujet: Se fabriquer une aiguille en os (entre autre)  (Lu 11475 fois)

14 juin 2008 à 10:40:27
Lu 11475 fois

Sanjohn


Se fabriquer des aiguilles

Je vous propose d'apprendre à se confectionner des aiguilles (puisqu'on me demande d'autre tuto!  ;) ).

C'est relativement simple et peut servir n'importe quand :

Alors que j'étais dans la forêt et que je bidouillais un carquois, ma seule aiguille en fer a cassé (c'est ballot hein). J'ai alors fabriqué une aiguille en bois...  ;D


Se fabriquer des aiguilles avec des os d'oiseaux

Une bonne méthode pour se fabriquer de bonnes aiguilles à coudre ou autre consiste à se les "tailler" en os. Les os d'oiseaux se prêtent généralement bien à ce type d'utilisation, car ils sont fins et pratiques à travailler.

Lorsque vous attrapez un animal, honorez le en ne perdant rien : toutes parties ont leurs utilités. Par exemple, dans notre cas présent, certains os dont la forme est particulièrement intéressante peuvent nous permettre de faire des aiguilles rapidement. Il y a plusieurs méthodes. Certains taillent dans la masse d'un gros os ; je préfère toujours aller au plus simple et au plus rapide, en adaptant un petit os qui a déjà une bonne forme pour faire des aiguilles :


C'est le cas de l'ulna ou du radius (entre autre), surtout chez les petites "volailles" type pigeon, faisan, perdrix (et autres petits oiseaux divers selon contrées).

Etape 01 :  déshabiller la "bête" et préparer les différentes parties


On passera sur cette étape*.

Nettoyez bien les os sélectionnés, videz les de leur moelle. Il faut qu'ils soient parfaitement lisses et sains. Un nettoyage abrasif (avec du petit sable fin ou des noyaux broyés par exemple) et de l'eau fonctionne assez bien. On peut également racler avec une lame ou une pierre silex l'os pour le débarrasser des points d'attaches des muscles et tendons...Puis passez les 30 secondes recto verso à la flamme (=ça les lisses et les purifies).


Etape 02 : Tailler l'aiguille


Selon la longueur et le type d'aiguille voulue, il faudra couper l'os (>>schéma).

On peut couper l'os avec son couteau, avec une scie-fil, une pince, une pierre silex taillée etc etc...selon matériel sous la main!
On coupera l'os en amont sur sa partie trop fine et en aval sur sa partie trop grosse, pour confectionner une aiguille fine mais résistante (coupe matérialisée par les traits rouges sur la photo).

Taillez bien en pointe votre aiguille et passez la à la flamme pour la terminer.

Percez ensuite un trou pour passer le fil et le tour est joué (sur le schéma, le trou est matérialisé par le point noir). Un petit truc pour faciliter le perçage : laissez tremper la partie à percer quelques minutes dans un peu d'eau très chaude.

J'entends déjà dire par expérience du "déjà vécu" :

"Hé l'gars! On perce avec quoi puisqu'on a pas d'aiguille?"  :blink:
"Démerdenzidisch" j'ai entendu un jour ...à chacun sa méthode : J'utilise tout et n'importe quoi! Une aiguille exemple  :lol: , un poinçon de silex...bref : adapta in situ!  :)

Note : La méthode mentionnée ici est employée sur un os, mais elle prévaut bien entendu pour un grand nombre de matériau (temps de réalisation tout compris : une bonne heure, une heure et demi tout au plus pour les pas doués)


Voici une aiguille en ulna  (La photo n'est de très bonne qualité, j'en mettrai une autre plus tard)

Autres méthodes d'accroche pour le fil


Si vous êtes vraiment dans l'impossibilité de faire un trou, vous pouvez utiliser la méthode des encoches en "hameçon". Les trous dans ce que vous percez avec l'aiguille n'en seront qu'un peu plus gros. Serrez parfaitement bien vos points de couture.

Voici une liste non exhaustive d'autres matériaux utilisables pour se faire des aiguilles :

-piquant de porc épic
-arrêtes de poisson
-bambou
-bois dur
-aiguilles de cactus
(...)

Bonne pratique


Amical partage,

Sanjohn
  :D

anatomie d'un oiseau :

http://fauneetflore.haplosciences.com/coloring91.html

*La photo de la bébête dépiautée fut prise lors d'une sortie en forêt...Je n'en suis pas l'auteur, j'avais de quoi manger! Pour la démo : j'ai utilisé un ulna de poulet. Et oui, je ne dépiaute pas des bestioles pour le plaisir de dépiauter et un faire un "tuto". Soyez donc rassurer, il n'a été fait de mal à aucun animal pour ce tuto.  :up:
« Modifié: 14 juin 2008 à 10:49:14 par Sanjohn »

14 juin 2008 à 11:23:58
Réponse #1

nemesys


super ton tuto !!!
la prochaine fois qu'on mange un poulet a la maison, je garde ses os pour essayer ca !!!
on verra bien si je suis adroit !!!

14 juin 2008 à 11:57:28
Réponse #2

goupil127


Salut

Super tuto  :doubleup: et très bien expliqué !!

Voila encore un tuto à mettre en pratique, le soir au bivouac! (Surtout en été quand les jours rallonges)


Goupil




14 juin 2008 à 15:20:37
Réponse #3

nemesys


sinon, une petite question...
les os, tel quel, ne sont ils pas un peut fragile ?
tu as un "truc" pour les rendre plus résistant ?

14 juin 2008 à 20:33:25
Réponse #4

Sanjohn


Bonsoir,

l'os est la charpente du corps. Pourquoi serait il un peu fragile à moins d'avoir une maladie particulière? Essayez de percer un os de poulet sans perçeuse... :o               

 ;D

Je passe les os à la flamme pour 3 raisons : les assainir, les "durcir"(reste à le confirmer scientifiquement / mais l'os réagit à 80% comme le bois, et donc comme les pointes de flèches en bois qu'on durcit au feu), et pour les travailler.

Amicalement, Sanjohn


14 juin 2008 à 22:16:47
Réponse #5

nemesys


ok !!
bon, j'essaye ca demain, on mange du poulet a la maison !!! ;D

19 juin 2008 à 08:41:22
Réponse #6

Moniot van Moeren


Pour un travail plus confortable, si la trame de toile est serrée, j'utiliserais un petit perçoir en bois dur, tel l'alêne du maroquinier. Ton trou est alors préformé et tu n'as plus qu'à passer ton fil (ou ta soie de sanglier si tu es médiéviste). Si tu n'y es pas encore entraîné, ça t'habitue au travail de la peau et du cuir.

Rappel : pour économiser le fil et faciliter son passage ; poissez le avec de la matière grasse (généralement du suif) !
"Avant notre venue, rien de manquait au monde ; après notre départ, rien ne lui manquera.", Omar Kheyyam
"N'ayons pas peur d'être en contradiction avec le monde !" mère Teresa.

25 juin 2008 à 07:38:26
Réponse #7

Sanjohn


Pour un travail plus confortable, si la trame de toile est serrée, j'utiliserais un petit perçoir en bois dur, tel l'alêne du maroquinier. Ton trou est alors préformé et tu n'as plus qu'à passer ton fil (ou ta soie de sanglier si tu es médiéviste). Si tu n'y es pas encore entraîné, ça t'habitue au travail de la peau et du cuir.

Rappel : pour économiser le fil et faciliter son passage ; poissez le avec de la matière grasse (généralement du suif) !

Bonjour,

apport intéressant, merci!

IL est vrai que pré-percer pour faciliter le passage du fil et de l'aiguille est une bonne méthode, surtout pour le cuir épais. les matières souples et "buvantes" peuvent être travaillées avec de l'eau (les faire boire un peu) pour faciliter le perçage et la couture (réf = travail de l'écorce de bouleau).

Amicalement, Sanjohn

07 mai 2009 à 16:16:55
Réponse #8

ERECTUS


 :crazy:  gros déterrage...j'espère que ça dérangera personne

ok !!
bon, j'essaye ca demain, on mange du poulet a la maison !!! ;D

Nemesys, as tu essayé??
Quand sa route est dure, le dur poursuit sa route

11 mai 2009 à 16:25:30
Réponse #9

manu3259


Salut,
Merci d'avoir déterré ce sujet, fogowar, après l'avoir lu je suis passé au marché et j'ai eut subitement une envie de poulet  ;D.
Ensuite j'ai testé, d'abord avec un radius ou ulna, trop cassant, j'ai pas réussi a le tailler sans casse. Puis avec l'humérus, et pareil trop fin 1mm d'os le reste de la moelle , et cassant.
Mon idée c'est que c'était un poulet de batterie surement, et aussi trop jeune. Quand on mangera du coq au riesling avec un vrai coq je retenterai.
Sinon j'ai réussi une aiguille en bois de charme durci au feu, mais pas trop fine, plus facile a travailler que de l'os, mais pas vraiment faite pour coudre.
« Modifié: 11 mai 2009 à 17:51:10 par manu3259 »
"Les primevères et les paysages ont un défaut grave: ils sont gratuit. L'amour de la nature ne fournit de travail à nulle usine" Aldous Huxley

12 mai 2009 à 15:18:07
Réponse #10

ERECTUS


Ah les poulets de batterie..un peu acide comme goût... :blink:

Comment tu t'y es pris pour percer le trou (je sais pas si on écrit chas ou chat) de l'aiguille?

Je voudrais essayer avec du bois moi aussi, du bien dur de préférence, mais je réfléchis au trou...pour le moment, je vois que gratter le matière gentillement avec un éclat de silex bien fin. un coté puis l'autre et on se rejoint au milieu version tunnel sous la manche  ;D
Quand sa route est dure, le dur poursuit sa route

14 mai 2009 à 21:41:58
Réponse #11

Moniot van Moeren


(réf = travail de l'écorce de bouleau).

Pour le bouleau, je ne pré-perce pas, au même titre que le cuir, à l'alêne. J'ai rencontrer la perte de solidité de l'écorce. Mes trous sont faits avec la pointe du couteau que je fais tournoyer pour gratter/limer plus que percer. Je vais voir à mettre en photo un fût type Otzi dans lequel je veux expérimenter la conservation de braise.

Amicalement, Sanjohn
Amitié partagée.
L'ami Moniot
"Avant notre venue, rien de manquait au monde ; après notre départ, rien ne lui manquera.", Omar Kheyyam
"N'ayons pas peur d'être en contradiction avec le monde !" mère Teresa.

14 mai 2009 à 21:49:51
Réponse #12

Moniot van Moeren


Voici une photo d'un fût, cousu à l'ortie. Il n'a pas encore de fond et sera un bon étui. Cependant, selon la théorie que je veux vérifier, l'écorce n'est pas du bon coté : l'écorce extérieure se consument difficilement, il faudrait donc la voir à l'intérieure. Ca me permettra de montrer plus aisément la technique de perce que j'emploie, simple ma foi.

Amitiés
Moniot
"Avant notre venue, rien de manquait au monde ; après notre départ, rien ne lui manquera.", Omar Kheyyam
"N'ayons pas peur d'être en contradiction avec le monde !" mère Teresa.

15 mai 2009 à 10:38:38
Réponse #13

ERECTUS


Quand sa route est dure, le dur poursuit sa route

16 mai 2009 à 03:27:28
Réponse #14

Moniot van Moeren


"Avant notre venue, rien de manquait au monde ; après notre départ, rien ne lui manquera.", Omar Kheyyam
"N'ayons pas peur d'être en contradiction avec le monde !" mère Teresa.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité