Nos Partenaires

Auteur Sujet: [REVUE MATOS] Les MORAS  (Lu 224704 fois)

20 janvier 2016 à 13:31:51
Réponse #575

cbounemouette


Quand on voit déjà le prix de certain mora comme le bushcraft... j'ai bien peur que ce nouveau couteau sorte a un tarif effrayant en france (déjà 100 USD...)!! et puis  en inox  :'(

Si mora sortait le même en lame carbone a moins de 50€ avec l'étuis polymère....là je serai intéressé!

20 janvier 2016 à 14:54:45
Réponse #576

Aigidion


Je ne sais pas si ce prix de 100 USD est justifié ou non, mis il y a fort à parier qu'il soit vendu en France au alentour de 120 € (Les commerçants ayant l'habitude de faire la conversion 1$ pou 1€, de plus le prix US étant toujours annoncé hors taxe il faut encore ajouter la TVA).

A ce prix la on est déjà plus cher que le SRK de Coldsteel et au même prix que Fallkniven F1...

J'ai toujours vu les couteaux Mora comme étant des utilitaires au très bon rapport qualité prix, mais il semble que depuis quelques années l'entreprise suédoise cherche à monter en gamme. Après les couteaux bushcraft à 50€, les tactical à 70€ voici le Garberg à plus de 100€.

C'est vrai que se changement de positionnement peut dérouter quelque peu pour ceux qui comme moi on découvert la marque avec le companion orange à 12€ et le Mora 2000 à 30€.

20 janvier 2016 à 15:16:29
Réponse #577

bloodyfrog


100/110 usd prix public conseillé, ça donnera sans doute quelque chose comme 70/80 usd en ligne...
Ca reste cher pour un Mora, mais ça répond à une demande.

Depuis des années, reconnus pourtant comme de bons couteaux, à l'excellent rapport qualité/prix, l'objection faite aux Moras, c'est justement le montage sur soie et une prétendue fragilité pour batonner...

Citer
La cible ne sera certainement pas les geeks-knives, les jeunes non plus pour qui ça sera trop cher et pas "sexy"...les vieux ont deja leur(s) couteau(x)...

La cible c'est donc tous ceux qui prétendent qu'un bon couteau outdoor doit pouvoir bâtonner de la buchette de 100mm chaque matin pour chauffer le café, y compris par le cul du manche.
Ben crois moi, aux US surtout, mais un peu par ici aussi, y'en a quelques uns... ;D

Manu.

Plate semelle Garberg:

20 janvier 2016 à 15:26:15
Réponse #578

Pierrot


Citer
J'ai toujours vu les couteaux Mora comme étant des utilitaires au très bon rapport qualité prix, mais il semble que depuis quelques années l'entreprise suédoise cherche à monter en gamme. Après les couteaux bushcraft à 50€, les tactical à 70€ voici le Garberg à plus de 100€.

Ce n'est pas monter en gamme, c'est suivre la mode, aujourd'hui le moindre couillon qui va passer une après midi dans un bois affirme faire du bushcraft ou, pire, de la survie.

Donc on fournit des couteaux estampillés bushcraft ou survie, ça se vend, pourquoi s'en priver ?

J'ai eu plusieurs moras qui m'ont été volés, j'ai repris un companion qui est excellent et très solide en condition d'utilisation normale, ce pour quoi il est fait.


20 janvier 2016 à 15:56:53
Réponse #579

Aigidion


aujourd'hui le moindre couillon qui va passer une après midi dans un bois affirme faire du bushcraft ou, pire, de la survie.

Donc on fournit des couteaux estampillés bushcraft ou survie, ça se vend, pourquoi s'en priver ?

Bon pour une fois qu'une entreprise écoute ses clients  ;), après tout c'est bien le propre d'une entreprise que de fournir des produits adapté à la demande des consommateurs.

Tu (vous ?) remarqueras que j'ai écrit demande et pas besoin. Car en effet le réel besoin d'un couteau tactique ou bushcraft en France est difficile à justifier. Il y a dans la section outils coupant des discussions sans fin sur tel ou tel émouture, tel ou tel traitement thermique, tel ou tel acier, etc et on en revient toujours à la même conclusion : un couteau simple et bien conçu fera le job dans 99,9% des cas (d'où le fait que l'on conseil souvent un Mora pour qui veut s'initier à la vie "sauvage").

Un couteau doit certes répondre à un besoin (cahier des charges personnel), mais il ne faut pas négliger l'aspect plaisir (je trouve pas d'autre mot) à en posséder un. Le couteau est l'un des plus vieux outils créé par l'homme, et le moins que l'on puisse dire c'est que notre rapport à lui et loin d'être rationnel.

[Edit]

En conclusion je ne suis pas choqué qu'une entreprise cherche à faire du profit sur une demande de ses clients, et ce même si la demande n'est pas rationnel. Moi ce couteau il me plait bien, j'en ai absolument pas besoin mais je me laisserai bien tenter, le tout est de ne pas s'inventer de fausses justifications et de se mentir à soit même quant à la véritable raison de son achat.
« Modifié: 20 janvier 2016 à 16:07:21 par Aigidion »

20 janvier 2016 à 16:32:01
Réponse #580

mrfroggy


aujourd'hui le moindre couillon qui va passer une après midi dans un bois affirme faire du bushcraft ou, pire, de la survie.


oui, quand on voit la quantité de matos hors de prix que les Bushcrafteux" en herbe emmagasinent..
« Modifié: 20 janvier 2016 à 17:01:30 par mrfroggy »
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

20 janvier 2016 à 17:22:48
Réponse #581

cosmikvratch


Peut-être que moins de personnes se feront engueuler sur ce forum parce qu'ils batonnent un mora!  ;#

Plus sérieusement, je suis curieux de voir ce que vaut ce couteau, mais aussi quel succès il aura, car le segment des couteaux fixes full tang de cette taille dans cette gamme de prix est sacrément concurrentiel!
le fait que la version inox sorte en premier sent le plan marketing bien préparé (les fans ne pourront pas résister, puis la version carbone sortira...)

Après ce qui était acceptable pour 10 euros ne le sera plus à 100! je pense aux finition, mais aussi à l'aspect cheap du plastique du manche, à la fonctionnalité de l'étui et au service après vente... on verra ce que ça donne.

Citer
aujourd'hui le moindre couillon qui va passer une après midi dans un bois affirme faire du bushcraft ou, pire, de la survie.

au moins il sort de chez lui... peu importe comment il appelle ça!  ;)
Life's a bitch (and then you die)

20 janvier 2016 à 17:30:01
Réponse #582

Pierrot


Citer
En conclusion je ne suis pas choqué qu'une entreprise cherche à faire du profit sur une demande de ses clients, et ce même si la demande n'est pas rationnel. Moi ce couteau il me plait bien, j'en ai absolument pas besoin mais je me laisserai bien tenter, le tout est de ne pas s'inventer de fausses justifications et de se mentir à soit même quant à la véritable raison de son achat.

Je suis tout à fait d'accord avec toi, ainsi que sur la notion de plaisir,  ma remarque plus haut était une constatation, pas une critique. Mon point de vue sur le sujet est que chacun fait ce qu'il veut avec son argent et s'il veut s'acheter un couteau à 1000 €, ça le regarde.

Citer
au moins il sort de chez lui... peu importe comment il appelle ça!

D'accord aussi, encore que  j'ai vu quelques vidéos dont les auteurs auraient mieux fait de rester chez eux, mais c'est une autre histoire.

20 janvier 2016 à 19:02:29
Réponse #583

bpc


il se vendra parce que son montage rassurera les anxieux.

tant qu'à faire, c'est dommage de ne pas avoir une lame plus épaisse pour le prix.

20 janvier 2016 à 19:25:20
Réponse #584

Kilbith


Tu (vous ?) remarqueras que j'ai écrit demande et pas besoin. Car en effet le réel besoin d'un couteau tactique ou bushcraft en France est difficile à justifier.

On parle bien de besoin, quelque chose d'innée. C'est la réponse à ce besoin qui va dépendre de plein de facteurs....mais le besoin est préexistant.

C'est juste que pour la réponse aux besoin du couteau, tu n'as pris en compte que le besoin physiologique (manger, boire...). C'est seulement un besoin. Une fois celui-ci satisfait (un mora simple peut le faire sans problème), tu n'as plus de motivation d'achat pour ce besoin...

...tu vas progresser sur la pyramide (Maslow 1943). Et naturellement l'offre de couteau va t'accompagner.



- A la base manger se nourrir.
- Puis le besoin de sécurité. Par exemple faire un abris ou faire du feu...ce qui nécessite un couteau "costaud" qui va répondre à tes angoisses besoins en  terme de solidité (plate semelle, acier inox...etc)
- Puis le besoin de rapport sociaux ou d’appartenance. Un beau couteau va te permettre d'entamer une discussion (par exemple sur un forum ou autour du feu). Tu peux t'identifier à un groupe de référence (appartenance aux "pros" à "ceux qui savent" aux "survivors"...). L'opinel ou le mora de base ne permettent pas de répondre à ce besoin (sauf si tu souhaites t'identifier au groupe des "anti- conso", "à ceux à qui on ne la fait pas").
- Puis le besoin d'estime : avoir quelque chose de valorisant, de représentatif de ce que tu es ou souhaites être.Le couteau doit être beau, cher, en CPM, en kirouille patiné ou un opinel super usé.
- Puis, si tu as satisfait les besoins ci-dessus, alors tu pourras envisager de répondre à des besoins d'ordre supérieur (philosophie : acier damas ou encore le laguiole du grand père berger qui permet de t'inscrire dans une tradition).

Je blague à peine, c'est juste être humain d'avoir des besoins. De ressentir une motivation pour les satisfaire (envies)...et en temps qu'être sociaux, nous ne vivons pas que de pain.


 ;)
« Modifié: 20 janvier 2016 à 22:43:30 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

20 janvier 2016 à 19:28:02
Réponse #585

outremer


Bonsoir!

Bonne idée que ce montage plate semelle, mais le prix...Pour moins cher, on peut se faire plaisir avec ça:



Un des artisanaux les moins chers, mais la qualité et la robustesse sont là! Même en découpe de volaille il est parfait et l'affûtage est très facile.
Vous aurez reconnu l'artisan et ce célèbre couteau?!
;)

20 janvier 2016 à 19:39:00
Réponse #586

François


J'ai l'impression que d'un coté Mora continue à vendre de bon couteaux simples au prix d'un bon outil, et de l'autre coté s'est lancé depuis quelques années dans le couteau de loisir, au prix du marché.

A part ça, pourquoi acheter un Mora aux US ? Ils ne seront pas commercialisés en UE ?
Pour les modèles de base, le cout est ( edit : du moins était quand j'en ai acheté) du simple au double suivant qu'on achète en Finlande ou en passant par les USA.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

20 janvier 2016 à 19:48:38
Réponse #587

jebstuart


Bonsoir!

Bonne idée que ce montage plate semelle, mais le prix...Pour moins cher, on peut se faire plaisir avec ça:



Un des artisanaux les moins chers, mais la qualité et la robustesse sont là! Même en découpe de volaille il est parfait et l'affûtage est très facile.
Vous aurez reconnu l'artisan et ce célèbre couteau?!
;)

Un cradoche de Paulo.

20 janvier 2016 à 20:06:24
Réponse #588

Pierrot


Citer
- Puis le besoin de rapport sociaux ou d’appartenance. Un beau couteau va te permettre d'entamer une discussion (par exemple sur un forum ou autour du feu). Tu peux t'identifier à un groupe de référence (appartenance aux "pros" à "ceux qui savent" aux "survivors"...). L'opinel ou le mora de base ne permettent pas de répondre à ce besoin

Plus que la beauté du couteau, je prendrai en compte la façon de savoir s'en servir.

Dans les "tests" de couteaux youtubesques, on  voit davantage de gaziers couper une feuille A4, se raser les poils du bras et ensuite taper comme des ânes sur des bouts de bois que des gars sculpter, dépouiller un animal, greffer, fabriquer un arc correct et ses flèches, tailler des anches de saxophone,réaliser des manches d'outils et autres tâches de ce  genre qui nécessitent un couteau tranchant.


20 janvier 2016 à 20:25:54
Réponse #589

mrfroggy


On parle bien de besoin, quelque chose d'innée. C'est la réponse à se besoin qui va dépendre de plein de facteurs....mais le besoin est préexistant.

C'est juste que pour la réponse aux besoin du couteau, tu n'as pris en compte que le besoin physiologique (manger, boire...). C'est seulement un besoin. Une fois celui-ci satisfait (un mora simple peut le faire sans problème), tu n'as plus de motivation d'achat pour ce besoin...

...tu vas progresser sur la pyramide (Maslow 1943). et naturellement l'offre de couteau va t'accompagner.



- A la base manger se nourrir.
- Puis le besoin de sécurité. Par exemple faire un abris ou faire du feu...ce qui nécessite un couteau "costaud" qui va répondre à tes angoisses besoins en  terme de solidité (plate semelle, acier inox...etc)
- Puis le besoin de rapport sociaux ou d’appartenance. Un beau couteau va te permettre d'entamer une discussion (par exemple sur un forum ou autour du feu). Tu peux t'identifier à un groupe de référence (appartenance aux "pros" à "ceux qui savent" aux "survivors"...). L'opinel ou le mora de base ne permettent pas de répondre à ce besoin (sauf si tu souhaites t'identifier au groupe des "anti- conso", "à ceux à qui on ne la fait pas").
- Puis le besoin d'estime : avoir quelque chose de valorisant, de représentatif de ce que tu es ou souhaites être.Le couteau doit être beau, cher, en CPM, en kirouille patiné ou un opinel super usé.
- Puis, si tu as satisfait les besoins ci-dessus, alors tu pourras envisager de répondre à des besoins d'ordre supérieur (philosophie : acier damas ou encore le laguiole du grand père berger qui permet de t'inscrire dans une tradition).

Je blague à peine, c'est juste être humain d'avoir des besoins. De ressentir une motivation pour les satisfaire (envies)...et en temps qu'être sociaux, nous ne vivons pas que de pain.


 ;)

 :up:
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

20 janvier 2016 à 20:39:00
Réponse #590

mrfroggy


Plus que la beauté du couteau, je prendrai en compte la façon de savoir s'en servir.

Dans les "tests" de couteaux youtubesques, on  voit davantage de gaziers couper une feuille A4, se raser les poils du bras et ensuite taper comme des ânes sur des bouts de bois que des gars sculpter, dépouiller un animal, greffer, fabriquer un arc correct et ses flèches, tailler des anches de saxophone,réaliser des manches d'outils et autres tâches de ce  genre qui nécessitent un couteau tranchant.

C est vrai,pas de moyen de trouver une vidéo sans batonnage de grosse buche...on ne voit personne éplucher une pomme par exemple...c est peut etre parce que la majorité des surins qui fascinent le oueb, ne couperaient pas une pomme correctement..
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

20 janvier 2016 à 20:49:00
Réponse #591

redemsky


Un higonokami, un douk douk, un opinel, a 10 € ça coupe très bien les pommes  :love:
J’arrêterais de faire de la politique quand les hommes politiques arrêteront de nous faire marrer (Coluche)

20 janvier 2016 à 20:58:31
Réponse #592

DavidManise


Concrètement les moras de base à 7 euros version Leroy Mescouilles est tellement solide que j'ai jamais réussi encore à en péter un.  C'est ce que je prête aux stagiaires qui n'ont pas le bon matos depuis genre 7 ans...  jamais eu de cassés, et pourtant ils sont pas tendres avec le matériel.

Y'en avait un qui avait une petite bulle d'air dans le plastique du manche, une fois.  Je me suis dit chouette, je vais péter le manche pour sortir le métal et me faire un petit couteau de cou.

Alors j'ai pris un marteau, j'ai posé le truc sur le carrelage, et pok, pok, pok...  que dalle.  Du coup ça m'a gavé, j'ai pris la masse de 4kg, j'ai posé le surin sur du béton.  SsshhhhhPOK !!!  Le surin a volé, mais il était toujours pas pété.  J'ai pris une massette et j'ai tapé dans tous les sens, pas moyen.  J'ai commencé à l'attaquer à la scie à bois, c'était galère.  Au couteau pareil.  Pour finir ça m'a saoulé, j'ai mis un bout de duct tape autour et je m'en sers encore comme ça  ;#

Bref, y'a un marché pour du mora haut de gamme, j'imagine...  mais en termes de rapport qualité prix, les modèles "classiques" sont indétrônables.  Et si le but c'est de se faire plaisir, je suis aussi d'avis de faire bosser les artisans ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

20 janvier 2016 à 21:24:34
Réponse #593

b@s


ceci dit en passant le couteau c'est comme bien des choses : pourquoi rouler en audi alors qu'en lada, ça roule aussi ?? j'ai deux mora (donc le célèbre orange de chez brico truc), plus un vieux modèle de base avec manche en bois qui a beaucoup vécu et qui est dans ma trousse à outil de bagnole... le orange c'est le truc qui m'accompagne au jardin, ou pour couper des cartons : à part l'étui c'est une merveille. Je l'avais aussi pour le N1 mais mon binome m'a preté un énorme ka bar pour tester   ;)

ceci dit, là j'ai craqué pour un boker plus vox rold que j'ai dégoté en soldes. C'est beaucoup plus massif, c'est clairement overkill par rapport à mes besoins. (je ne batonne pas des stères de bois pour me chauffer et j'ai croisé assez peu de zombies en foret ces derniers temps)  cependant je n'ai pas l'impression non plus d'être une victime d'un consumérisme débile. Je ne me sens pas non plus enclin à en acheter trois autres.

  Killbith l'a dit bien mieux que moi, le couteau c'est un outil à part. Il ne répond pas à un besoin, mais à un ensemble de besoins et d'envies...dont celle de se faire plaisir.

20 janvier 2016 à 21:28:33
Réponse #594

DavidManise


Les moniteurs avaient peu de moras sur eux parce qu'ils avaient prêté le leur (et gardé leur commander pour eux, parce que bon, quitte à prêter un surin à un débutant, tu prêtes le mora) ;)

CQFD  ;#

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

20 janvier 2016 à 21:39:10
Réponse #595

b@s


Les moniteurs avaient peu de moras sur eux parce qu'ils avaient prêté le leur (et gardé leur commander pour eux, parce que bon, quitte à prêter un surin à un débutant, tu prêtes le mora) ;)

CQFD  ;#

David

certes ;D

j'ai enlevé le passage sur les moniteurs parce que je n'arrive pas à le formuler clairement :  les moniteurs du CEETS savent se débrouiller dehors avec un couteau (n'importe lequel ou presque).
Il me semble donc que c'est bien le coté plaisir et agrément qui fait qu'on choisit le commander plutôt que le mora, à fortiori quand on sait manier l'outil... quand on parle de plaisir, souvent la raison s'efface ...

du coup un mora à 110 euros pour se faire plaisir ou par curiosité, je ne trouve pas ça si stupide. c''est inutile par contre ... ;#







20 janvier 2016 à 22:41:08
Réponse #596

Auto


100 euros, c'est effectivement beaucoup pour un mora, et même plus généralement pour un couteau. D'autres alternatives existes à moins cher (dans le même gabarit en plate-semelle, la gamme des Enzo est intéressante pour moins de la moitié de ce prix)

Clairement, c'est un budget, que l'on va dépenser plus pour des raisons passionnelles que rationnelles. Il faut s'assumer, c'est tout.

En revanche, l'argument disant que pour ce prix on peut avoir un F1, un ESEE ou autre, me parle moins.
On connaît tous la qualité des couteaux mora, dont les modèles basiques résistent parfois mieux à des Ka-bar ou assimilés. Certes, l'acier n'est pas hi-tech, mais dans les fait, les tranchants sont redoutables et durables.

Ainsi, pour 100€, je préfèrerais les investir dans un couteau robuste avec un tranchant digne de ce nom, que dans un couteau type ESEE avec un tranchant qui m'a l'air nettement moins performant. (d'après un certain nombre d'avis que j'ai pu croiser)
Dans cette gamme de prix, je pense que ce couteau peut en surpasser beaucoup d'autres du point de vue performance de coupe, avec une robustesse qui rassurera les plus anxieux.

Bien que beaucoup disent qu'un Mora suffise, peu sont ceux qui s'en contente et n'ont pas d'autres couteaux plus haut de gamme.

Donc je ne suis pas choqué que Mora produise un couteau de ce type, la qualité doit être au rendez-vous, même si l'apport en robustesse ne semble pas suivre la même courbe que celle du prix. Ce n'est pas parce qu'on est habitué aux Moras à 12 euros, que celui-ci soit une hérésie. Si cette affaire marche, je dirais tant mieux pour Mora qui m'a l'air d'être une boite sérieuse et méritante, et qui sait conserver dans son catalogue des modèles abordables, comparés à beaucoup d'artisans qui voient le prix de leur production augmenter avec leur cotte.

Je ne serais sans doute pas client pour l'acheter à ce prix, j'ai déjà un couteau moins cher qui me suit depuis plusieurs années, mais je trouve l'initiative de Mora tout à fait légitime, même si clairement commerciale. Si cela peut éviter à la boite de couler à l'avenir, alors tant mieux pour eux!


21 janvier 2016 à 00:13:20
Réponse #597

Ghjallone


Concrètement les moras de base à 7 euros version Leroy Mescouilles est tellement solide que j'ai jamais réussi encore à en péter un.  C'est ce que je prête aux stagiaires qui n'ont pas le bon matos depuis genre 7 ans...  jamais eu de cassés, et pourtant ils sont pas tendres avec le matériel.

Y'en avait un qui avait une petite bulle d'air dans le plastique du manche, une fois.  Je me suis dit chouette, je vais péter le manche pour sortir le métal et me faire un petit couteau de cou.

Alors j'ai pris un marteau, j'ai posé le truc sur le carrelage, et pok, pok, pok...  que dalle.  Du coup ça m'a gavé, j'ai pris la masse de 4kg, j'ai posé le surin sur du béton.  SsshhhhhPOK !!!  Le surin a volé, mais il était toujours pas pété.  J'ai pris une massette et j'ai tapé dans tous les sens, pas moyen.  J'ai commencé à l'attaquer à la scie à bois, c'était galère.  Au couteau pareil.  Pour finir ça m'a saoulé, j'ai mis un bout de duct tape autour et je m'en sers encore comme ça  ;#

Bref, y'a un marché pour du mora haut de gamme, j'imagine...  mais en termes de rapport qualité prix, les modèles "classiques" sont indétrônables.  Et si le but c'est de se faire plaisir, je suis aussi d'avis de faire bosser les artisans ;)

David
Je ne sais pas pour le tien, mais la dernière fois que j'ai vu le mien le caoutchouc du manche était devenu collant et partait en morceau, 3 ou 4 ans après l'achat.
Ca fait ca aussi sur les vrais Mora, ceux qui ne sont pas marqué Bahco?
j'ai toujours pardonné a ceux qui m'ont offensé.
mais j'ai la liste.

21 janvier 2016 à 00:46:22
Réponse #598

loic35


@Ghjallone ; le mien dort dehors et RAS .Le tien a été en contact avec des plastiques autres que l'etuis ? ( phénomène bien connus des pécheurs au leurre souple )

21 janvier 2016 à 05:29:01
Réponse #599

DavidManise


j'ai enlevé le passage sur les moniteurs parce que je n'arrive pas à le formuler clairement :  les moniteurs du CEETS savent se débrouiller dehors avec un couteau (n'importe lequel ou presque).
Il me semble donc que c'est bien le coté plaisir et agrément qui fait qu'on choisit le commander plutôt que le mora, à fortiori quand on sait manier l'outil... quand on parle de plaisir, souvent la raison s'efface ...

Bon alors, je vais pas parler pour eux, mais je peux parler pour moi ;)

1) tafdak pour le fait que la raison s'efface, ou en tout cas qu'elle tienne compte du plaisir.  Indiscutable. 
2) En ce qui me concerne, le Mora c'est le truc en backup, en fond de sac, etc.  C'est le truc que je peux trimballer sans que ça pèse lourd, etc. 
3) J'utilisais plus souvent mon commander (je l'ai donné à quelqu'un pour lui faire plaisir, maintenant il ne me reste plus que mon mora) parce que j'aimais mieux la prise en main et que le tranchant était supérieur à celui du mora, et aussi parce que l'étui était plus pratique...  mais maintenant je suis revenu à mon bon vieux Mora #1, manche en bois rouge et tout...  et je le kiffe aussi ;)
4) J'ai aussi un couteau plus gros, pour refendre des grosses bûches et scalper mes ennemis ( ;) :D ) pour le moment c'est un KFK mais il fait trop agressif...  j'ai un projet en cours avec un coutelier connu ici, qui se reconnaîtra, pour un bowie de 8-9" de lame, qui sera plus adapté à mon usage réel...  et encore une fois le plaisir ET l'utilitaire se rejoignent.

Bref là où je veux en venir, c'est qu'au lieu d'opposer plaisir et utilité, j'essaie actuellement de réconcilier les deux.  Et en fait ça se passe beaucoup dans ma tronche. 

Tchuss ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité