Nos Partenaires

Auteur Sujet: Anke: mes couteaux  (Lu 139742 fois)

19 juin 2008 à 17:43:57
Réponse #50

goupil127



salut

Très beau Anke !! :up:

Tu peux expliquer l'histoire de trempe à l'eau et à l'huile?

Tu fais une trempe à l'eau et tu remets à chauffer pour tremper à l'huile? C'est ça !?

Quel effet ça a sur l'acier?

Je suis un grand curieux!!!! :D

Goupil

19 juin 2008 à 19:01:46
Réponse #51

cardoso5fr


1-2 secondes dans l'eau et ensuite direct dans l'huile.
@ + Ben (Dremeltingpote steel dust junky)

19 juin 2008 à 19:02:44
Réponse #52

Anke


Non, non Goupil.
Avec l'acier ressort, pour bien "marquer" le ligne de trempe, le mieux c'est l'eau. Malheureusement, ce type d'acier supporte un coup sur deux une trempe dure comme ça et a tendance à se fissurer ( le "tic", angoisse du forgeron-coutelier amateur, qui signifie que ta lame est fissurée ou pire pètée !)
Donc la feinte est la suivante.
Forge de la lame ( on compte les coups de marteaux de chaque coté, recherche d'homogénéité), usinage et... comme d'hab, sans oublier les ttt thermiques d'usage.
Enrobage de la lame avec le mélange( 1/3 argiel, 1/3 sable tamisé,1/3 charbon de bois pilé + eau= consistance de crème épaisse). Joli dessin tranchant, laissé apparent, séchage tranquillou de cette gangue au dessus du foyer de forge. On monte en température jusqu'à t° de trempe ( bien homogène) on y reste 2 à 3 mn.
Puis on plonge rapidement la lame dans l'eau tiède pendant une seconde ( là ça "souligne" la ligne de trempe), puis immédiatement on plonge la lame dans l'huile, jusqu'à refroidissement complet.
Pour ma part j'essaye d'avoir une immobilité totale, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de bullettes d'huile chaude. Vérification de la trempe ( lime sur le tranchant)
Il ya d'autres méthodes, mais celle-là me convient bien. Après nettoyage, ploissage miroir, dégraissage à l'acétone ( super important) puis révélation dans le perchlo autant de mn qu'il est nécessaire ( bain d'une à deux mn avec nettoyage à la laine d'acier et liquide vaisselle pour suivre l'appariton de la ligne).Pour celui-là 7 bains de 1 mn, 1.30 mn ont été suffisants.
J'espère avoir été clair et pas trop long !
Les copains complèteront...

Hein les gars !

19 juin 2008 à 22:47:00
Réponse #53

skaro


génial anké,très clair! ;)
ça confirme quelques doutes....
très très très joli ce dernier!
des tests?????

skaro

20 juin 2008 à 01:21:43
Réponse #54

lambda


Juste 2 questions:

...On monte en température jusqu'à t° de trempe ( bien homogène) on y reste 2 à 3 mn.

Dis moi Anke, 2 a 3 minutes maintenue a temperature de trempe, c est pas un peu long  :o? ca donne quoi au nuveau du grain avec tes lames-tests?
Perso, j observe les phenomene de decalescence qui me permette de visualiser la zone qui sera trempee, et surtout de limiter au max de rester trop longtemps au feu et a temperature de trempe pour eviter de faire grossir mon grain. en gros, une fois la zone, ou le phenomene de decalescence a ete visualise, est homogene (le long du tranchant, jusqu a une certaine "hauteur" de la lame, la geometrie des lames s y pretant naturellement bien), je laisse entre 10 a 20 secondes grand grand max, (pour les lames epaisses 4 ou 5 mm) mijoter pour homogeniser a coeur la temperature dans cette zone, et hop, je trempe... la ligne apparait naturellement, sans argile.
Mais c est vrai que ce phenomene de decalescence, qui permet en fait de visualiser ta zone tempee et donc ta ligne de trempe a l avance, marche bien pour les aciers peu allies, pour de la lame de ressort, c est vrai que c est plus difficile, ca se voit moins bien... mais 2 a 3 minutes c est quand meme un peu long (a mon humble avis  :-[)...

...
Puis on plonge rapidement la lame dans l'eau tiède pendant une seconde ( là ça "souligne" la ligne de trempe), puis immédiatement on plonge la lame dans l'huile, jusqu'à refroidissement complet.
Pour ma part j'essaye d'avoir une immobilité totale, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de bullettes d'huile chaude.

Tu ne promenes pas ta lame dans l huile, histoire d ameliorer les echanges thermiques par convection en evitant justement l apparition de ces bullettes sur la surface de la lame qui perturbe l homogeneite de ton refroidissement et provoquer du gauchissement, voir de la casse?

en tout cas, encore bravo pour ton style qui s affine de lame en lame. du surin vraiment beau et qui ne demande qu a etre tenu en main!  :up:

a+,
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

20 juin 2008 à 10:47:50
Réponse #55

cardoso5fr


Un peu comme lambda, j'évite de maintenir trop longtemps la lame à température, un test à l'aimant et je rechauffe 20-30 s. (je fais le test à l'aimant quand j'ai vu le voil noir arriver au ricasso, sur des limes et l'O2 cela le fait bien) mais avec le gaz c'est surement plus facile qu'au charbon

Sinon pareil, j'agite la lame dans l'huile de façon à optimiser le transfert.
@ + Ben (Dremeltingpote steel dust junky)

20 juin 2008 à 11:22:56
Réponse #56

Kilbith


"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

20 juin 2008 à 13:40:02
Réponse #57

Anke


Ben vi les gars, je sais bien, mais je forge au charbon exclusivement et l'air frais arrive au fond de la forge. Du coup la pointe chauffe beaucoup plus vite que le reste. Je suis donc obligé de déplacer mon feu et de relever la pointe pour avoir une chauffe homogène. En général, je chauffe mon acier, je vérifie avec l'aimant en mémorisant la couleur ( variable en fonction de la luminosité de la cabane de forge) le temps que je fasse ça, je ne suis plus à la bonne t°, donc je refais en ramenant tranquillement à la bonne t°. Puis trempe.
Je ne remue plus depuis que j'ai voilé deux lames en bougeant ( bon c'était de grandes dimensions et je n'avais pas compté mes coups de marteau !)
Mais vous avez surement raison, faudra que je compare la finesse du grain avec votre méthode et la mienne. Mais pour moi, forger un surin, c'est loin d'être une science exacte.... surtout quand je suis "barré" dans mon truc !
C'est peut-être pour ça que je ne serais jamais vraiment un coutelier-forgeron digne de ce nom ! Mais j'ai bien pris les conseils, merci  :D  ;)

20 juin 2008 à 14:20:11
Réponse #58

goupil127


Salut

Merci à Anke, lambda et les autre pour vos explications  :doubleup:

Je me suis fait plusieurs couteaux et j'ai fait des trempes selective à l'huile diède tout simplement.

C'est peut être pour ça que j'ai du mal à faire ressortir la ligne de trempe. (en plus un seul bain de perchlo).

Merci

Goupil

20 juin 2008 à 14:29:12
Réponse #59

cardoso5fr


Faut pas forcément utiliser une trempe à l'eau puis à l'huile hein :D. on peut trés bien faire une trempe selective exclusivement à l'eau ou exclusivement à l'huile.
Il faut avoir une gangue efficace (perso mastic refractaire 1800°c pour cheminée, faire mon propre mélange, j'ai arrété j'suis trop paresseux).
Ou une chauffe différentielle (tu chauffes seulement la partie à tremper)
Ou un trempe partielle, tu trempes seulement la partie qui doit être trempé le reste refroidissant normalement.
Certains acier "marquent" moins bien. L'O2 par exemple étant quasi auto trempant à température d'austénisation,  le "hamon" est pas simple à obtenir même avec trempe selective.
@ + Ben (Dremeltingpote steel dust junky)

20 juin 2008 à 16:49:04
Réponse #60

lambda


Salut Anke, un truc que je fais quand je forge au charbon, pour des "grandes lames" (30 cm par ex...) (j ai le meme probleme que toi, un foyer trop petit...), plutot que de bouger le feu, je bouge la lame. Biensur au charbon, pas evident, ca fait casser la voute, ca s ecroule, c est pas homogene, ca refroidit d un cote, ca surchauffe de l autre...
alors un truc pour se simplifier la vie, c est d utiliser quelques briques et de se monter une espece de four japonais hyper rudimentaire...
ca permet d augnenter artificiellement la taille du foyer, de le rendre un peu longiligne et aussi de trouver un peu plus la zone de chauffe adequat en evitant de trop se "frotter" a la sortie de tuyere, et donc a la zone oxydante...Bon c est sur, les 2 extremites de ton "lit de braises" seront plus froides quand meme, c est normal, c est pas non plus miraculeux...
Et je promene ma lame dans mon lit de braise, juste assez eloigne de la zone oxydante (mais c est plus facile, mon foyer est plus allonge et ma zone de chauffe plus longue...), dos de la lame vers la tuyere (precaution, on crame facilement un tranchant de 1 mm d epais), je m attarde un peu plus sur la partie la plus epaisse de la lame... bref y a plus de souplesse d usage je trouve comme ca...
Hyper facile a faire, meme dans un barbeuq, avec quelques briques ou bouts de parpaings...
un "pitidessin"...
-jaune: zone oxydante...
la lame est dans le lit de braise, tu peux creer ta voute comme d hab. le truc (a mon avis et suivant ce que j ai constate) c est que c est plus tolerant, en cas d "ecroulement" en cours de manip, en ce qui concerne la conservation de la chaleur...

Voila, si ca peut aider.
a+,
Lambda


"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

20 juin 2008 à 17:16:17
Réponse #61

Anke


Merci Camarade !

20 juin 2008 à 18:33:30
Réponse #62

Kilbith


Tu ne promenes pas ta lame dans l huile, histoire d ameliorer les echanges thermiques par convection en evitant justement l apparition de ces bullettes sur la surface de la lame qui perturbe l homogeneite de ton refroidissement et provoquer du gauchissement, voir de la casse?

AMHA,

Dans la double trempe décrite par Anke. Il y a intérêt à remuer dans l'eau pour éviter les bullettes (caléfaction) lors de la trempe initiale dans l'eau qui doit être très rapide et entraine de fortes contraintes sur la lame.
Une fois le "nez perlitique" passé grâce à l'eau...le refroidissement dans l'huile peut être lent sans inconvénient (au contraire), pas la peine de chercher à diminuer la phase de caléfaction (bullettes) par des mouvements longitudinaux. Mais c'est mieux c'est vrai pour harmoniser le refroidissement.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

22 juin 2008 à 23:13:13
Réponse #63

Berhthramm


Je suis donc obligé de déplacer mon feu et de relever la pointe pour avoir une chauffe homogène.

Tiens voici ma méthode à base de briques... tout a été dit je crois, c'est juste histoire de mettre une photo pour illustrer, c'est comme ça que j'avais fait le Rocco et son frérot, ça marche bien pour les lames longues...





il faut prévoir la zone où il y a la tuyére un peu plus large (à ce niveau je ne met qu'une brique sur champs au lieu de deux) et je charge par le haut progressivement, quand la voute est trop remontée je l'écrule franchement (y a le temps de voir venir quand même au moins une grosse vingtaine de chaude) puis je recharge à bloc, je ventile un max et hop une nouvelle voute, je tringle un ou deux coup pour dégager le passage et c'est reparti. Avec le nouveau charbon j'avais beaucoup de mal (trop pur aglomère pas bien) mais en modifiant ma façon de placer les briques ça marchait bien aujourd'hui... :) j'ai merdouillé ma lame  mais j'ai au moins pas tout raté...

Quand on chauffe bien ça fait un vrai vortex de flamme la dedans et ya moyen de porter à temp de trempe des lames assez longues (une quarantaine de cm)...


« Modifié: 23 juin 2008 à 09:28:38 par Berhthramm »

01 juillet 2008 à 17:18:21
Réponse #64

Anke


Un peu comme une nostalgie, quelque mélancolie peut-etre que m'apporterait le vent du Nord au petit matin. Quand les odeurs sont vierges de l'homme encor endormi.
J'ai allumé un feu et empoigné mon marteau, en pensant à cet homme rencontré au hasard des systèmes binaires. Et, en scrutant son visage, seul témoin que j'avais de sa vie, en y cherchant des signes, j'ai tapé sur l'acier et joué avec l'acide. Puisse-t-il trouver dans cette lame un peu de mon âme, car son désir m'a poussé un peu plus loin.
30.5 cm hors tout acier ressort termpé à l'huile
lame : 19.5 cm de long, 4 cm au plus large, 5 mm d'ep au ricasso dégressif jsqu'a 3 mm un poil avant la pointe.
Gravure à l'acide, manche en genevrier. La forme s'inspire très largement d'un leuku avec un soupçon de ma "fantaisie" ( un peu recurve et des petites bosses pour placer ses doigts) Montage en plate semelle ( pas vraiment tradi pour ce type de couteau "scandi like", mais bon...y'en aura pas beaucoup ds ce genre là on va dire ! la grosse excuse !) rivets en laiton.
Me reste à faire l'étui, là c'est pas gagné !
Mais comme on dit, " a coeur vaillant...."
Quelques photos et pis ben comme d'hab hein....

01 juillet 2008 à 17:19:26
Réponse #65

Anke


me reste à peaufiner le tranchant et affutage. Détail de la gravure.

01 juillet 2008 à 19:28:23
Réponse #66

JC


Anke, ça fait quand même quelques mois, voir presque un an que je fréquente ce forum assidument, et très franchement tu progresse à chaque création.  :blink:

Bravo, tes lames sont de plus en plus travaillées. Après on aime ou pas mais bon. Et puis ce look brut, pas trop de polisage, perso j'y suis très sensible. Je trouve que ça donne une gueule terrible à tes lames.

Alors, déjà bonne santé parce qu'en ce moment... et surtout continue à nous donner un peu de rêves...
« Modifié: 01 juillet 2008 à 23:31:10 par JC »

01 juillet 2008 à 20:20:12
Réponse #67

Berhthramm


et ce bois.. ce bois...


:love: :love: :love: :love: :love:

01 juillet 2008 à 23:02:12
Réponse #68

skaro


ça va anke;toi aussi tu y passe du temps dans ta forge...
simple;1peu roots sur les bords.... :up:et je me joint a berhthramm pour la beauté du bois...
tu vas le martyriser 1peu pour ses tests????

sinon pour la gravure c'est vernis/perchlo???

skaro

01 juillet 2008 à 23:20:14
Réponse #69

Anke


Euh pour la gravure ça a été un peu compliqué...
J'ai foiré la permière, enfin elle n'était pas à mon gout. Donc j'ai tout refait, depuis le début ( le couteau en entier, depuis son stade de bout de ressort)
J'ai donc fait comme d'hab, jusq'au revenu et polissage des émoutures. Ces dernières sont relativement basses, comme sur un vrai scandi. Je les ai complètement recouverte de vernis à ongle et laissé le brut de forge sans rien. J'ai tracé mon motif ( nervures) puis douze heures dans le perchlo ( c'est un vieux perchlo saturé de cuivre qui n'a plus trop de jus, mais comme ça je controle mieux mon truc). Re polissage, puis j'ai recouvert mes "nervures" et le bas du tranchant de vernis à ongle avec un petit pinceau et rebelote dans le perchlo, puis repolissage.
A la lumière, le motif reste délicat avec quelques petits reflets rosâtres sur le tranchant. Le brut de forge révèle un motif aléatoire que je ne me lasse pas de regarder, très changeant à la lumière selon que l'on incline le couteau ou pas. Bref, pour mon coté contemplatif et rêveur, c'est du bonheur pour un bivouac. Je m'arrèterai là pour les essais car j'ai encore un peu de boulot dessus sans compter l'étui ( faut pas que je me loupe pour peaufiner le tranchant qui n'est pas encore comme je veux)
Voilà, c'est pas très compliqué en fait...

01 juillet 2008 à 23:41:58
Réponse #70

Schlomo


En un mot comme en cent  :doubleup:

04 juillet 2008 à 16:44:43
Réponse #71

Anke


Un peu troublé par les évènements récents, enfi bref... J'ai laissé "parler" le feu et le marteau. Pas de dessin préalable, pas de projets bien définis, juste une envie.
Barreau d'acier ressort, trempe à l'huile, manche évidé à chaud puis usiné ( finitions) à la lime, paracorde.
Lame : 10 cm de long, 3 cm au plus large, ep : 3mm au ricasso, manche : 11 cm. Contre-tranchant non aiguisé. Gravure au perchlo ( motifs aléatoires au vernis à ongle. Trempète de deux heures) fintion satinée au perchlo ( 1mn)
Poids du couteau 105 g.
Mon premier squelette ( c'est comme ça qu'on dit même si y'a de la paracorde ?)

04 juillet 2008 à 18:23:17
Réponse #72

nemesys


 :love:
c'est beau !!
bravo à toi !!

04 juillet 2008 à 19:13:26
Réponse #73

skaro


salut anke;
agréablement surpris car pas commun........beau travail comme la plupart des fois!!
dit moi t'est a fond dans l'acide en ce moment :blink:

(HS):je croie que tu vas alluciné(en tout cas moi ça l'a fait)car celui que je viens de terminé a la même forme de lame(a quelques trucs près)...je fait les photos et je le post

en tout cas je te re-félicite pour celui là:on sent bien l'état d'esprit de l'artiste qui prédomine...

skaro

04 juillet 2008 à 19:23:03
Réponse #74

Anke


Oui, Skaro, j'ai remarqué aussi que il y a comme qui dirait des "courants" sur les quels nous sommes quelques uns à suivre, un peu comme des dauphins ou comme des oiseaux migrateurs, c'est curieux...
Les acides effectivement ouvrent ( si l'on peut dire ) des voies nouvelles en utilisant des techniques se rapprochant des pochoirs, masques et contre-masques, ce genre de trucs là, ça donne des effets sympas, mais ce n'est pas très facile à maitriser, et rappelons le au passage - Prudence avec les acides, gants, lunettes, travailler en plein air avec les vètement adéquats et une source d'eau ( arrosage) à disposition, verser touh=jours l'acide dans l'eau et JAMAIS le contraire.
Le couteau est sympa certes, maintenant faut voir à l'usage, mais déjà à la main : "y va bien" !
J'ai juste bien merdé pour faire un étui kydex, mais même pas découragé !

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité