Nos Partenaires

Auteur Sujet: L'humidité dans les chaussures  (Lu 43767 fois)

16 mai 2008 à 11:47:49
Réponse #25

Mellyann




De toute façon pour prouver l'efficacité du système il y a qu'un moyen : tester !
C'est bien dans mon intention, reste plus qu'à trouver une chambre à air. Bien sûr, je vais la bricoler et pas la mettre directement à mes pieds comme ça. J'avais pensé à la chambre à air justement pour son élasticité, et sa solidité relative, plus qu'un sac plastique.

16 mai 2008 à 22:04:25
Réponse #26

Jonathan


J'ai toujours eu en dépannage des sacs plastiques de super-marché et cela m'a bien aidé.
le sac plastique entre chaussette et chaussures l'eau ne rentre pas.
Exemple tu pars en moyenne montagne grand beau temps, chaussures légères, le soir tu trouves une bergerie et du foin...réveil le lendemain matin tempête de neige et tu dois redescendre dans 15 cm de poudreuse. Le sac plastique poubelle de 20 litres pour les déchets j'ai aussi testé et c'est MUL

Jonathan

16 mai 2008 à 22:23:09
Réponse #27

Pierr


J'ai fait de la course d'orientation quand j'étais gamin et il était vivement recommandé de prendre des chaussures en toile/synthétique (simples baskets, pas de trucs sophistiqués comme le gore tex) plutôt qu'en cuir. Comme certaines sections des courses obligeaient de courir dans le lit de la rivière on ne pouvait de toutes façons pas éviter de se mouiller les pieds. En conséquence la stratégie était d'avoir des chaussures qui sèchent vite. En fait parfois en fin de course la chaussure était déjà presque sèche.

Je ne parle pas ici de marche dans la neige ou l'eau très froide. C'était des stages d'été ...

Que pensez-vous de cette approche?

P.
« Modifié: 16 mai 2008 à 23:47:44 par Pierr »

16 mai 2008 à 23:23:49
Réponse #28

ipphy



Que pensez-vous de cette approche?


Très MUL comme approche.   ;)

Les basket de trial ou de raid sont parfaites pour cet usage, en plus elles conviennent aussi pour le vélo ou la course à pied. Par contre vaut mieux avoir un sac à dos léger pour profiter vraiment de ces chaussures.


18 mai 2008 à 11:23:09
Réponse #29

guillaume


Alors ma solution pour être au sec (oui au sec quasiment tout le temps):

-Chaussure de trail qui sèchent vite mais qui ne se mouillent pas non plus à la première flaque d'eau (en gros, des trail avec membrane goretex)
-Chaussette de base en synthétique de chez Décath. Modèle "petit randonnée" :love:. Noires. Au soleil d'été, elles sèche en moins d'une heure ; dans le sac de couchage, le lendemain elles sont sèches ; elles sèchent en une nuit au dessus d'un feu. Si elles brûlent, on s'en fout, ça coûte rien.

Je porte cette configuration 70% du temps.

Lorsqu'il pleut ou que je suis dans la neige (ou les deux ;D):

-Guêtre Yeti (ou similaire, merci Deun)
-Chaussette Sealskinz. Elles sont étanche juste qu'à un certains point, c'est chaud et je trouve qu'on respire pas trop mal dedans. En revanche, une fois qu'elles commencent à être mouillées, elles prennent l'eau et elles mettent très longtemps à sécher. En plus ça coûte cher. Glogalement, je suis bien cotent du produit.

Avec tout ça sur les pieds, je suis le roi du pétrole! :)

a+

PS: Deun, si tu lis ce post, penses à me dire combien je te dois pour les guêtres :).

18 mai 2008 à 13:33:13
Réponse #30

pierauspitz


Salut!

[Mode HS]

Concernant la laine, je me doit de ne pas être d'accord.  :(
 Bien sur, un gros pull tricoté, ça prend des heures à sêcher.  :down:
Mais matériaux low tech et copain de l'environement ne veut pas dire matériel low tech. Concernant la laine, le tissage est extrtrêmement important. Et une bouclette (comme ulfrotté) ou un tissé (ullwang, brynje etc..) sêche beaucoup plus vite que du tricot! Aussi vite même qu'une bonne polaire.  8)
De plus, ces tissus s'essorent très facilement et reste définitivement plus chaud que de la polaire (expérience mainte fois répétée en kayak de mer : des gants en laines restent chauds, même après être passé à l'eau. Ceux en polaire, bien moins.  :down: )

Alors, attention, car la conection entre matériaux et méthodes de tissage et d'usage ne doit jamais être oubliée. Car après tout, le tissu est bel est bien défini par le tissage (exemple, T-shirt et velour : même matériaux, mais pas dut tout le même résultat... ::) )

[/Mode HS]

18 mai 2008 à 14:22:57
Réponse #31

guillaume


Ha là, ça devient bien intéressant parce que tu a pu le vérifier :).

Donc je vais modifier mon post puisque je ne connais pas les vêtement type "bouclette".

a+

Edité : j'ai carrément viré cette partie là de mon post puis que je n'ai qu'une mince expérience en la matière :-[

18 mai 2008 à 15:01:01
Réponse #32

pierauspitz


[bruit]
Salut!
T'avais raison et ta remarque était pertinente : un gros pull tricoté en laine, c'est la plaie quand c'est mouillé!C'est presque impossible à essorer car ça devient très lourd, et ça prend un temps fou à sécher. Pour un usage "possiblement humide" la polaire reste une valeure sure  :up:
Par contre, la bonne laine (mérinos par exemple) tissée comme il faut, c'est de la balle  :up: (par contre, plus cher que la polaire)
[/bruit]
Mais je mettrait une nuance à ma déclaration sur la laine tricotée : dans le cas d'un bonnet ou de moufle, la laine tricotée ET feutrée (on tricote super grand, puis on lave avec de l'eau chaude et du savon et ça rétrécie), c'est génial, même sous la pluie fine, car l'eau a vraiment du mal à rentrer et ça garde bien chaud, même humide. Par contre, quand c'est mouillé, c'est long à sêcher.

18 mai 2008 à 16:08:55
Réponse #33

Kilbith


Salut,

Les chaussettes polypropylène noires Helly Hansen (marque scandinave) sèchent super vite avec la chaleur du corps. Fondent super vite devant un feu ou une source chaude.

Les chaussettes en laine noires, tissées pas trop serrées (ou en bouclette mais alors il faut les retourner) une fois trempées : sèchent lentement avec la chaleur du corps.
Elles ne fondent pas devant un feu ou une source chaude. Dans ce cas, elles sèchent plus vite que du polypropylène porté contre soi.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

18 mai 2008 à 18:48:30
Réponse #34

Masc


Un truc qui marche très bien pour enlever l'humidité des pompes après une rando, le soir ou si on a quelque heures devant nous c'est de mettre du papier journal à l'intèrieure!

La paille fonctionne très bien aussi du moment que ce qu'on met dedan est sec.

02 octobre 2009 à 09:40:40
Réponse #35

Kilbith


J'ai fait de la course d'orientation quand j'étais gamin et il était vivement recommandé de prendre des chaussures en toile/synthétique (simples baskets, pas de trucs sophistiqués comme le gore tex) plutôt qu'en cuir. Comme certaines sections des courses obligeaient de courir dans le lit de la rivière on ne pouvait de toutes façons pas éviter de se mouiller les pieds. En conséquence la stratégie était d'avoir des chaussures qui sèchent vite. En fait parfois en fin de course la chaussure était déjà presque sèche.

Je ne parle pas ici de marche dans la neige ou l'eau très froide. C'était des stages d'été ...

Que pensez-vous de cette approche?

P.


Bonjour,

Je pense que ce système est bien adapté en été et pour des activités intenses avec une faible charge sur le dos. Ce qui est pénible ce n'est pas d'avoir les pieds mouillés. C'est soit d'avoir froid aux pieds au point de perdre ses arpions (pieds mouillés en hiver), soit d'avoir à terme un pieds de tranché (par macération par temps frais). En randonnée/canyoning on utilise souvent des chaussures évacuant l'eau.

La solution consistant à avoir une chaussure séchant vite une fois mouillée est donc une solution astucieuse pour peu que ce soit adapté au terrain et à l'activité.

Par exemple pour la kungsleden qui dans sa partie nord est relativement plate, sans rocher mais avec des marécages, des cours d'eau très fréquents et portage relativement conséquent :une paire de chaussure de randonnée light en cuir/tissu me semble vraiment adaptée. Si le temps est sec, le goretex n'est pas vraiment utile, il va même freiner le séchage. S'il pleut, c'est peut être un plus.


L'autre solution utilisée par les nordiques sur ce terrain humide mais peu accidenté ce sont les bottes (genre Tretorn), le seul système réellement étanche et séchant vite (selon la doublure).

Par exemple ici :




Si la randonnée est longue et le terrain difficile, les chaussures légères sont limitées :



Pas de miracle, mais des pistes intéressantes chez RL.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

02 octobre 2009 à 10:27:44
Réponse #36

ricemo14


Un truc qui marche très bien pour enlever l'humidité des pompes après une rando, le soir ou si on a quelque heures devant nous c'est de mettre du papier journal à l'intèrieure!

La paille fonctionne très bien aussi du moment que ce qu'on met dedan est sec.
exacte ,c'etait la methode qu'on utilisait (a l'armee ) au retour de 2 ou 3 jour ou + de crapahutage dans les mont de Lacaunes ou ailleurs :)
methode vieille comme le monde (enfin.....depuis la l'invention de l'imprimerie ;))
sinon graisse , surtout couture ,c'est par la que l'eau rentre ;) ,cirage pour les rangeot :love:,il n'y a rien de mieux que les bonnes vieilles methodes
« Modifié: 02 octobre 2009 à 10:39:31 par ricemo14 »

02 octobre 2009 à 11:09:50
Réponse #37

Wapiti


Bjr.

Partage de vécus intéressant.

Affirmatif, la graisse assoupli le cuir, la cire l'imperméabilise.

Un cuir tanné aux sels de chrome (couleur gris clair de la tranche) est imputrescible et reste stable (pas de modification d'état, mouillé ou en séchant), ce qui n'est pas le cas d'un tanné végétal, même très bien entretenu. Mouillé, il lui faut au moins 24 heures pour sécher, trempé à saturation beaucoup plus. L'humidité favorise l'apparition de moisissures sur les cuirs tannés végétal, quel que soit l'entretient.

L'herbe brosse les chaussures. Mouillée, elle brosse et lave c'est pourquoi quand on marche dans de l'herbe couverte de rosée ou trempée par la pluie, nos chaussures prennent plus vite l'eau que sous une averse. Les cristaux de glace de la neige agissent comme l'herbe mouillée, mais sont plus durs et on ainsi une action plus rapide quand c'est de la « soupe ».

La laine mouillée conserve 80 % de son pouvoir de rétention de la chaleur (un textile ne génère pas de chaleur, mais la retient). Les bérets alpins, basques ou militaires sont en laine foulées, ils sont très imperméables. Les fibres animales (laine ou soie) résistent mal à l'abrasion, mouillées. On ne doit jamais essorer de la laine par torsion, c'est la plus sûre manière d'en casser les fibres.

La peau de certaines personnes ne supporte pas les textiles tout synthétique. Perso, j'emploie des chaussettes 70 % laine, 30 % synthétique. Les chaussettes en coton sont « brûlées » en 48 heures par ma sueur.

Tout le monde ne peut supporter de rester un journée en bottes de caoutchouc : transpiration excessive. Le pied dans l'effort, c'est lui qui supporte le plus gros du travail, doit respirer. Ces bottes n'ont pas dispensé les Poilus du pied de tranchée (macération continuelle dans une chaussure étanche, humide de sueur et protection moindre contre le froid).

Manque d'accroche des chaussures de cross, en terrains boueux, humides et glissants. Excellentes pour une course d'orientation d'une à deux heures (c'est déjà beaucoup), inadaptées et trop fragiles pour d'autres activité (si on en a pas d'autres, on rentre pieds nus ou sur un cylindre). Voir 2e photo de kilbith-2.

Il est difficile de garder des chaussures sèches, l'humidité venant de l'extérieur et de l'intérieur, on oublie trop souvent cette dernière.

L'armée française dote son personnel de deux paires de chaussures de marche pour pouvoir alterner un jour sur deux. Très peu le font. C'est pourtant un luxe de changer de chaussures chaque jour.

Le coût d'une paire, ne permet pas à toutes les bourses d'en acquérir deux. De plus, c'est lourd et volumineux. Quand place et poids sont comptés dans le sac, on comprend que beaucoup passent outre.

On pallie en partie le problème par le changement de chaussettes, il m'est arrivé d'en changer trois fois dans la même journée. Prenant peu de place et d'un poids modeste, chaque paire supplémentaire emportée ne plombe pas excessivement le bagage. En enfiler des sèches dès que possible est d'un confort indéniable. Celles qu'on ôte, ont le temps de sécher, même imparfaitement. Quand je part dans la verte pour plus d'une journée, je me pourvois généralement de quatre paires de rechange.

À la lecture de nombreux posts, on constate que l'accent est plus mis sur les chemises et t-shirts que sur les chaussettes.

Dernière précaution. Il faut éviter l'exposition de ses chaussures à une chaleur trop violente, croyant les faire sécher plus vite : on peut les brûler, faire fondre tissu synthétique, fils et colle. Le cuir se racorni, rétréci ou devient dur comme du bois.

Il n'a pas de miracle pour ce problème, seulement des « expédients » plus ou moins efficace selon chaque cas.

« Modifié: 26 avril 2010 à 17:15:27 par Wapiti »

02 octobre 2009 à 11:34:05
Réponse #38

Kilbith


Tout le monde ne peut supporter de rester un journée en bottes de caoutchouc : transpiration excessive. Le pied dans l'effort, c'est lui qui supporte le plus gros du travail, doit respirer. Ces bottes n'ont pas dispensé les Poilus du pied de tranchée (macération continuelle dans une chaussure étanche, humide de sueur et protection moindre contre le froid).

Les scandinaves utilisent souvent des bottes, même les milis je crois (finlandais). Nokia est à l'origine un fabricant de bottes et galoches



Faudra faire un truc plus long sur les "bêtes bottes" et leur utilisation. Comme elles sont peu onéreuses, durables et assez courante (donc c'est un expédient plausible), il me semble que cela intéresse la "survie".

« Modifié: 02 octobre 2009 à 12:08:50 par kilbith_2 »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

02 octobre 2009 à 11:49:33
Réponse #39

ricemo14


Dernière précaution. Il faut éviter l'exposition de ses chaussures à une chaleur trop violente, croyant les faire sécher plus vite : on peut les brûler, faire fondre tissu synthétique, fils et colle. Le cuir se racorni, rétréci ou devient dur comme du bois.
 c'est vrai ,un jour ,mon binome , qui etait jeune  mili avez mis ces rangeot a 10 ou 15 cm du feux de camp ,et le matin pas moyen de les enfiler , au bout de quelque temps il a reussit a les enfiler  ,heureusement qu'on etait pres de l'arriver en plus elle s'etait fendiller........ et je vous dit pas pour marcher ,il a garder des traces a c'est pieds plusieur jours voili voila ,
 donc faire tres attentions a c'est pieds ...........et c'est chaussure, votre survie :-\ en depend toujours

02 octobre 2009 à 11:57:05
Réponse #40

Bison


Que penser de l'idée suivante :

Le soir, placer dans la chaussure une petite bouteille d'eau chaude (70°c?) , étanche bien entendu, et enrobée dans une chaussette?

Chaussette pour isoler un peu la bouteille (250 ou 330 ml) et permettre une dissipation plus longue de la chaleur, ou chaussette à faire sècher dans la foulée!

Si c'est fait dans la tente, cela constitue un petit apport de chaleur, en plus!

Contre-indications ?

Edit :  ne vaudrait-il pas mieux un système qui sèche l'extérieur d'abord?
« Modifié: 02 octobre 2009 à 12:30:49 par Bison »
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

02 octobre 2009 à 12:21:09
Réponse #41

Wapiti


Bjr Bison.

La chaleur de la bouteille va générer de la vapeur avec l'eau contenu dans les chaussettes; elle pénétrera plus vite dans le matériau de la chaussure (textile sans membrane ça traverse), la bouteille l'empêchera de s'évacuer par le col de la chaussure. Cependant, idée à expérimenter.

Le séchage extérieur et intérieur, c'est un peu comme la lessive qui lave aussi bien l'endroit que l'envers. L'hydrophilie de certaines fibres permet le transfert de l'humidité vers l'extérieur. Toutefois, la chaussette mouillée est un vase clos, les particules d'eau ayant bouché les interstices et cellules du textile. Donc il faut les retourner souvent. C'est particulièrement vrai avec les fibres animales.

À propos des chaussures, évitez celles doublées de fourrures naturelles (mouton) ou synthétiques. Très très longues à sécher. Il en existe d'amovibles.

02 octobre 2009 à 12:43:13
Réponse #42

Bison


Merci Wapiti, bien vu!

À la réflexion, je me dis que l'on doit sècher soit la chaussette, soit la chaussure !

Pour sècher la bottine, une chaussette sèche donc autour de la bouteille, sans obstruer la bottine, pour que la vapeur d'eau puisse se dégager de l'intérieur.

J'ai eu du mal, mais j'ai trouvé des bouteilles de coca de 250 ml avec un bouchon fiable.
Il me reste à tester la tenue à la chaleur des contenants "Pom-pote" moins rigides et beaucoup plus légers que les bouteilles classiques.

Encore pas mal de trucs donc à imaginer avant la prochaine nuit "survie" en hiver!
Un enfant qu'a pas une paire de bottes, une canne à pêche et un lance-pierre, c'est pas un vrai. (A. Gavalda)

02 octobre 2009 à 14:51:29
Réponse #43

Diesel


Juste pour faire avancer le smilblick, j'ai 5 mn à perdre.  :)
Il existe une source de chaleur (environ 37.2°C le matin  :closedeyes:) qui peut servir de sèche chaussures.
Le problème des chaussures mouillées tient beaucoup à la nature de la chaussure (cuir, nylon, etc...) à l'épaisseur de celle-ci et à la présence d'une semelle de propreté (qui sert souvent d'éponge naturelle une fois humide).

La 2ème source d'humidité c'est la chaussette.

Avec des chaussures peu épaisses, le simple fait de les porter suffit. Reste la semelle interne à faire sécher.
Pour les chaussettes, autre source d'humidité, le plus simple semble d'en changer régulièrement (faire tourner 2 paires, une sèche contre le corps, la seconde prend le relais).

Bref, dormir avec ses chaussures, retirer ses semelles de propreté pour les placer contre le corps la nuit et alterner des paires de chaussettes est une solution envisageable.

08 octobre 2009 à 20:53:27
Réponse #44

Commodore


Lowa moutain GTX Gore-Tex et fini tous les problèmes d'humidité dans les pompes et les pieds mouillés..

A condition d'aimer le cuir noir!

My 2 pennies.



Commodore.

08 octobre 2009 à 20:58:27
Réponse #45

Kilbith


Lowa moutain GTX Gore-Tex et fini tous les problèmes d'humidité dans les pompes et les pieds mouillés..
My 2 pennies.
Commodore.

Les Lowa sont assurément de bonnes chaussures....mais de là à dire que lors d'une marche à 300 m/heure à plus de 20°C tu n'as pas d'humidité dedans...j'ai un petit doute.

A moins que tu ais une astuce que j'aimerais connaître.  :up:

Did, ;)

PS: tu trouves ça comment le jerky?  à part le tryaki les enfants n'aiment pas...
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

14 mars 2010 à 18:42:52
Réponse #46

Hanant


Dernière précaution. Il faut éviter l'exposition de ses chaussures à une chaleur trop violente, croyant les faire sécher plus vite : on peut les brûler, faire fondre tissu synthétique, fils et colle. Le cuir se racorni, rétréci ou devient dur comme du bois.

Je suis parfaitement d'accord ! J'en ai moi-même fait l'expérience, et le résultat n'est pas beau à voir (ci-dessous). Même à 30 cm du feu, les chaussures peuvent fondre ! Il vaut mieux les fourrer avec du papier journal ou de la paille, qui sont des matériaux absorbants.



« Modifié: 14 mars 2010 à 18:56:42 par Hanant »
"Si tu es pressé, fais un détour".
"La sagesse est fille de l'expérience".
"Ils est essentiel de ne pas perdre son temps ; le temps c'est la vie qui ne se rattrape pas".
"Il n'est pas de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage"

14 mars 2010 à 19:15:23
Réponse #47

Wapiti


Bonsoir !

Il n'y a pas de solution, certains individus transpirent des pieds même ceux-ci nus et s'il fait froid. On peut juste la limiter.

On peut « tanner » la peau par un bain d'eau froide additionnée d'alun (1 cuillerées à soupe par litre), il existe aussi des pommades en pharmacie qui régulent la transpiration excessive. De toutes façons, il ne faut surtout pas l'empêcher.

La solution la plus rationnelle, à part le coût et le poids, est d'avoir deux paires de chaussures et alterner leur port un jour sur deux.

Quant aux chaussettes dans l'idéal, il faudrait en mettre des propres chaque matin et ne pas hésiter à en changer dans la journée. Si on ne peut les laver, au moins les rincer, sinon le sel de la sueur les rendra cartonneuses, à la longue il brûle le textile. Ne pas attendre qu'elles tiennent debout (ne vous gaussez pas, ça peut venir en quarante huit heures).

Un lieu clos, chaud et humide comme sont les chaussures favorise le développement des moisissures dont font parties les mycoses, c'est pourquoi il faut changer ses chaussettes régulièrement et laver l'intérieur de ses chaussures à l'eau savonneuse au moins une fois par mois.

Le cuir et la toile végétale retiennent l'humidité et sont par conséquent longs à sécher. Certaines semelles intérieures en mousse se comportent comme une éponge, une fois saturée le pied fait « floc-floc » dans la sueur. Ce qui semblait un bon remède au départ, se transforme en galère après quelques heures. Là aussi, il faudrait avoir des semelles internes de rechange.

N. B. Quand elle est émise la sueur est inodore, c'est sont altération à l'air ou sa fermentation en vase clos qui lui donne une odeur plus ou moins forte.

À +
« Modifié: 14 mars 2010 à 19:35:51 par Wapiti »

14 mars 2010 à 19:29:04
Réponse #48

Kilbith


On peut « tanner » la peau par un bain d'eau froide additionnée d'alun (1 cuillerées à soupe par litre), il existe aussi des pommades en pharmacie qui régulent la transpiration excessive. De toutes façons, il ne faut surtout pas l'empêcher.
On peut aussi vaporiser ses pieds avec un "anti transpirant" 48 heures :  Efficacité modeste.

Citer
Quant aux chaussettes dans l'idéal, il faudrait en mettre des propres chaque matin et ne pas hésiter à en changer dans la journée. Si on ne peut les laver, au moins les rincer, sinon le sel de la sueur les rendra cartonneuses, à la longue il brûle le textile. Ne pas attendre qu'elles tiennent debout (ne vous gaussez pas, ça peut venir en quarante huit heures).
Dans la journée, on peut alterner la gauche avec la droite : les glandes sudoripares ne sont pas uniformément réparties sur le pieds.

Citer
Un lieu clos, chaud et humide comme sont les chaussures favorise le développement des moisissures dont font parties les mycoses, c'est pourquoi il faut changer ses chaussettes régulièrement et laver l'intérieur de ses chaussures à l'eau savonneuse au moins une fois par mois.
Du moins de temps en temps...car il faut impérativement sécher les chaussures précautionneusement.

Citer
Là aussi, il faudrait avoir des semelles internes de rechange.
:up:

"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

14 mars 2010 à 19:34:27
Réponse #49

Wapiti


Bonsoir Didier !

« car il faut impérativement sécher les chaussures précautionneusement. »

Cela va de soi.  ;)

À +

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité