Nos Partenaires

Auteur Sujet: Chaussures Meindl à semelle Vibram : Danger  (Lu 3071 fois)

15 février 2021 à 10:53:43
Lu 3071 fois

Kilbith


Bonjour,

Il m'a semblé important de poster un petit retour de terrain concernant les chaussures MEINDL. En effet c'est la seconde paire ( première paire : quelques part sur le forum) qui se détruit de façon soudaine en perdant ses semelles.  :down:

Récit :

Le 14 février 2021 j'ai décidé de faire une randonnée en montagne avec mes Meindl Engadin que je possède depuis une dizaine d'année.

Cette paire de chaussure a une dizaine d'année et a été bien entretenue. Je les ais relativement peu utilisées car j'ai d'autres paires de chaussure, souvent plus adaptées pour le programme, et elle ne s'adaptent pas parfaitement à mon pieds. Elles sont stockées dans mon garage relativement chaud (j'habite dans une ville du sud de la France).

Le matin du 14 j'ai vérifié l'état de mes chaussures et elles ne présentaient aucun signe extérieur de vieillissement. Arrivé sur le lieu de la randonnée, j'ai marché environ 1h30 avant de constater un décollement rapide de la semelle de ma chaussure droite (photo1).

La semelle s'est rapidement entièrement décollée (photo 2).

Rapidement l'autre paire a été affectée du même problème (photo 3).

Les deux paires étant inutilisables (photo 4). 


Il y a un réel danger à utiliser ces chaussures MEINDL à semelle Vibram :

- La détérioration est insoupçonnable.
- Une fois amorcée, elle est soudaine et rapide.
- On se retrouve avec une chaussure sans semelle : l'eau, la neige entre car il n'y a plus de semelle.

Cette fois-ci je n'étais pas par temps très froid, ni sur un terrain technique nécessitant crampon et piolet.

- J'ai pu envelopper mon pieds (trempé) dans un ziploc afin de le protéger et de le réchauffer.
- J'avais une paire "d'easy grip" ce qui a permis de conserver un peu de traction dans la neige et revenir à mon véhicule .

Si j'avais été en montagne avec par exemple l'usage de crampon obligatoire.  :o :o :o

AMHA : A lal lumière de ma mauvaise expérience sur DEUX paires de chaussure "cuir" MEINDL :  évitez cette marque, la durée de vie d'une paire est faible (de l'ordre d'une dizaine d'année) même si vous l'utilisez peu et que vous l'entretenez très bien.

Non seulement la qualité n'est n'est pas en rapport avec le prix, mais en plus c'est dangereux.  :down:



« Modifié: 15 février 2021 à 11:03:34 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

15 février 2021 à 11:02:14
Réponse #1

DavidManise


Salut !

On a eu la même chose sur la vieille paire de Meindl d'un pote, au fond de la cambrousse au Népal.  Heureusement j'avais du duct tape avec moi... 

La mousse, avec le temps, semble effectivement se dégrader.  Je crains que ça ne soit pas pas propre à Meindl : toutes les marques qui utilisent ces matériaux pour coller des semelles font face à ce problème, AMHA. 

Lesson learned : partir avec des chaussures récentes (mais pas trop). 

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

15 février 2021 à 11:09:29
Réponse #2

Kilbith


Salut !

On a eu la même chose sur la vieille paire de Meindl d'un pote, au fond de la cambrousse au Népal.  Heureusement j'avais du duct tape avec moi... 

La mousse, avec le temps, semble effectivement se dégrader.  Je crains que ça ne soit pas pas propre à Meindl : toutes les marques qui utilisent ces matériaux pour coller des semelles font face à ce problème, AMHA. 

Lesson learned : partir avec des chaussures récentes (mais pas trop). 

David

Salut David!  :)


Dans ce cas, j'avais vérifié  scrupuleusement (méfiant du fait d'une expérience précédente) l'état des semelles la veille  : rien de décelable.

Le décollement n'a pas eu lieu dès mes premiers pas, mais après plus d'une heure de marche sur la neige et la glace.

Le décollement a été total  et très rapide sur la première paire (en revanche j'ai du "aider" un petit peu la seconde" mais elle prenait déjà l'eau).

Pas de possibilité de réparation de fortune au Ducktape comme lorsque le collage, souvent l'avant, d'une semelle commence à se décoller.

Toute la semelle est partie d'un seul coup pour ma chaussure droite avec l'amortisseur tombant en poussière. J'avais donc le pieds directement au contact du sol (minoré la semelle de propreté et un support).

L'autre chaussure était aussi en train de se désagréger.

photo 1 : les deux chaussures on distingue le support de la semelle de propreté.

photo 2 : les deux chaussures ce matin, on distingue clairement l'intérieur de la chaussure à travers le décollement). 

photo 3 : l'autre chaussure en train de se désagréger.

photo 4 : c'est bien toute la semelle qui s'est désagrégée, on distingue la semelle de propreté interne et son support :  j'avais donc une large ouverture sous le pieds.

J'ai d'autres chaussures aussi anciennes à semelle vibram et amortisseur stockées dans des conditions analogies : je n'ai pas rencontré le même problème.

Si j'avais été sur une pente dans le froid  sur une pente glacée avec crampons+piolet, cela aurait été plus que dangereux :  :o
« Modifié: 15 février 2021 à 11:20:05 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

15 février 2021 à 11:43:56
Réponse #3

Buffalo


J'en suis à ma troisième paire de Meindl Engadin, je fait 4500 bornes par an sur des chemins plutôt difficile en étant toujours assez chargé (+ou - 12 kg)  je les garde trois ans les semelles et le cuir n'ont jamais bougé elles ne restent jamais dans un endroit trop chaud (Coffre de voiture) . Je n'ai jamais eu ce genre de mésaventures; là je dirais que l'âge de la colle y est pour quelques choses, c'est un peu comme un pneu de voiture qui s'altère avec les années même si il ne roule pas beaucoup.
Je cause pas aux cons, ça les instruit "Audiard"

15 février 2021 à 11:59:55
Réponse #4

Rantanplan




J'ai déjà eu ce problème, avec une autre marque.

https://www.uvex-safety.com/blog/fr/decomposition-semelles/

Pourquoi le stockage de chaussures peut souvent avoir une influence néfaste sur leur durée de vie, comme si elles avaient été portées ?

Souvent, les chaussures de sécurité sont stockées dans des caves, des hangars ou des garages. De manière générale, ces endroits sont particulièrement sujets à une forte humidité. Cette humidité renforce le processus d’hydrolyse et accélère le vieillissement des chaussures, même si elles ne sont pas portées.


Sauf ton respect, ce n'est pas la première fois que ça t'arrive, on pourrait considérer la piste de tes conditions de stockage ?
http://forum.davidmanise.com/index.php?topic=6876.0

Citer
AMHA : A lal lumière de ma mauvaise expérience sur DEUX paires de chaussure "cuir" MEINDL :  évitez cette marque, la durée de vie d'une paire est faible (de l'ordre d'une dizaine d'année) même si vous l'utilisez peu et que vous l'entretenez très bien.

Justement, j'hésitais à en parler. Je viens de me payer une paire de Meindl. Lors du 1er graissage, je me rend compte que certaines parties n'absorbent pas le cirage... ET POUR CAUSE ! Une partie du cou de pied est en faux cuir (vinyle?) ! Le genre de matériau qui s'écaille et ne dure pas: pourquoi ne pas remplacer par un textile de type nylon, bien plus solide !? Il y a, selon moi, une volonté de tromper le client.
Rire nous rend invincibles. Pas comme ceux qui gagnent toujours mais comme ceux qui n'abandonnent pas. - Frida Kahlo

15 février 2021 à 12:06:53
Réponse #5

Kilbith


J'en suis à ma troisième paire de Meindl Engadin, je fait 4500 bornes par an sur des chemins plutôt difficile en étant toujours assez chargé (+ou - 12 kg)  je les garde trois ans les semelles et le cuir n'ont jamais bougé elles ne restent jamais dans un endroit trop chaud (Coffre de voiture) . Je n'ai jamais eu ce genre de mésaventures; là je dirais que l'âge de la colle y est pour quelques choses, c'est un peu comme un pneu de voiture qui s'altère avec les années même si il ne roule pas beaucoup.

C'est clairement un problème de dégradation due au temps et accéléré par la chaleur et l'humidité. En trois ans c'est trop court pour que ce phénomène ait eu lieu.

En revanche c'est n'est pas un problème de colle. Le problème vient de l'amortisseur (je pense que c'est du Polyuréthane) qui se dégrade sous l'effet du vieillissement (il part en poudre comme on le voit sur les photos).

@rantanplan :

Oui, j'habite dans le sud de la France et mon garage est donc chaud et possiblement humide. Mais ce n'est pas non plus la Martinique. Par exemple pas de problème de moisissure sur le cuir.

Donc des conditions de stockage qui si elles ne sont pas parfaites (mon garage est chaud mais aéré), ne sont pas non plus rares en métropole.

L'idéal étant bien sûr un endroit sec et frais. Comme on peut trouver en montagne.

Mes chaussures sont stockées sur étagère et "respirent" librement. Comme on peut le voir sur les photos elles sont bien entretenues.

Comme je l'ai précisé, c'est un modèle que l'employais peu. Elles ont environ une dizaine d'année. Mais ce n'était pas écris sur la notice qu'elles avaient une durée de vie limitée.

Du moins je ne me souviens pas que le vendeur ait insisté sur ce point.   :closedeyes:
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

15 février 2021 à 12:26:02
Réponse #6

Rantanplan


Je suis d'accord que 5 ans pour une godasse tout cuir, dont la semelle ne subit pas l'usure du bitume... On pourrait soupçonner un design d'obsolescence programmée par compte à rebours chimique.
Rire nous rend invincibles. Pas comme ceux qui gagnent toujours mais comme ceux qui n'abandonnent pas. - Frida Kahlo

15 février 2021 à 12:34:37
Réponse #7

DavidManise


Toute la semelle est partie d'un seul coup pour ma chaussure droite avec l'amortisseur tombant en poussière. J'avais donc le pieds directement au contact du sol (minoré la semelle de propreté et un support).

...

Si j'avais été sur une pente dans le froid  sur une pente glacée avec crampons+piolet, cela aurait été plus que dangereux :  :o

Oui, je veux bien te croire !

Pour mon pote au Népal ça s'est passé aussi comme ça : dans une pente un peu raide, un pas un peu long avec appui solide en bas et CRAC.  Il s'est d'ailleurs bien cassé la gueule et a fait deux ou trois tonneaux dans la pente.  Quitte pour une bonne frousse vu l'angle moyen des pentes là-bas.  Ca aurait pu être dramatique. 

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

15 février 2021 à 13:00:04
Réponse #8

Kilbith


"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

15 février 2021 à 13:40:55
Réponse #9

raphael


https://www.uvex-safety.com/blog/fr/decomposition-semelles/

bien sécher ses chaussures après usage et les stocker dans une boite étanche ou sac poubelle bien fermé ?

petite recherche biblio (article Ifremer Total)

A commercial polyurethane based on polyether has
been aged for more than a year in natural sea water from
25° C to 120° C. Water diffusion and degradation kinetics
have been evaluated using weight change and tensile
characterization. When immersed in sea water, this PU
absorbs about 1.8% of water and undergoes hydrolysis at
high temperature. Hydrolysis leads to chain scission in the
polymer and so induces a large modification of tensile
behaviour. In fact, stress at break decreases significantly
when degradation occurs. At the same time, an increase of
elongation at break is observed initially, followed by a
drastic drop. The hydrolysis reaction of polyurethane has
been modeled using a first order reaction with an Arrhenius
equation to describe temperature dependence. Using data
from this study, it is now possible to set up a coupled model
for water diffusion and polyurethane hydrolysis in a
topcoat used as thermal insulation for oil extraction
flowlines.



« Modifié: 15 février 2021 à 14:17:14 par raphael »
Se connaitre et s'accepter


15 février 2021 à 14:00:51
Réponse #10

azur


Il m'est arrivé exactement la même aventure avec une paire de Meindl Himalaya de 2007 qui n'avait pas excessivement ramassé.
La mousse s'est désagrégée sans prévenir au niveau du talon à la fin d'une balade dans la neige... et rapidement, la chaussure a été inutilisable.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

15 février 2021 à 16:10:10
Réponse #11

Dutch


Ça ne semble pas spécifique aux Meindl, mais plutôt récurrent sur ce type d'assemblage: http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,69232.0/topicseen.html

J'ai rencontré le même problème sur des Lowa, des Mac Kinley Aquamax, une paire D4 de 2002 et aussi des chaussures de sécurité Ergos neuves (achetées en solde, mais qui avaient du traîner un été en vitrine)

Ici, les Lowa & D4:

En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

15 février 2021 à 17:33:40
Réponse #12

Karto


Après le problème c'est de voir aussi comment les fabricants l'accueillent.

Une amie m'a parlé récemment d'un déboire semblable avec des Meindl de "deux ans et deux jours". L'amortisseur qui se fend et la semelle qui se barre, exactement comme sur les photos de Kilbith, sur des chaussures qui ressemblent. Sur cette période, les chaussures avaient fait en tout et pour tout une semaine de rando... à cheval. Pas plus 10 bornes/jour en marche à pied. Puis elles avaient été nettoyées et stockées dans une pièce sèche en rez de chaussé, qui abrite également plusieurs selles et autres matos de cheval.

En face à face, un mec du Vieux Campeur lui a successivement répondu que :

- c'était sa faute, qu'elle ne les avait pas cirées (on parle bien de l'amortisseur qui se désagrège dans sa propre épaisseur, rien à avoir avec le cuir ; leur cuir a une belle tête de cuir bien entretenu)
- qu'elle avait sûrement utilisé la mauvaise cire
- qu'elle avait marché dans de boue, et que ces chaussures ne sont pas faites pour marcher dans la boue (sic...)
(avec la mauvaise foi qui dégouline, cette histoire s'empile par dessus toutes les autres qui nourrissent mon a priori très négatif sur cette chaîne)

Finalement Meindl a réparé pour 120 euro, comme si c'était normal et qu'encore ils assurent.
« Modifié: 15 février 2021 à 18:13:38 par Karto »

15 février 2021 à 19:46:48
Réponse #13

Rantanplan


Puisque les chaussures ont désormais en commun, avec les pots de yaourt, une date de péremption; il devient indispensable de la connaître... (Vu la dangerosité du truc   :o)

Ou au moins avoir la date de sortie d'usine de la godasse: allez savoir combien de temps la paire est restée en stock ou en boutique.

@Kilbith

Ton garage n'étant pas chauffé et soumis à l'amplitude thermique jour/nuit + une porte de garage n'étant pas aussi étanche qu'une porte de maison + la voiture "ramenant" parfois de l'humidité, tu penses que ça peut jouer ?

Rire nous rend invincibles. Pas comme ceux qui gagnent toujours mais comme ceux qui n'abandonnent pas. - Frida Kahlo

15 février 2021 à 20:20:34
Réponse #14

Loriot


Salut.
Personnellement je n’achète plus de Meindl. Pour cette même raison.
Cela fait une dizaine d’années que leurs semelles sont de très mauvaises qualités. Pour le prix que coûtent certains de leur modèle c’est juste pas possible.
Des grosses chaussures j’en porte tout les jours, pour le travail. Si je ne peux pas les utiliser quand le sol est humide sous peine de les abîmer (un vendeur m’avait fait un peu la même réflexion...) c’est pas la peine.
J’ai essayé de faire réparer deux fois.
Ça n’a jamais tenu. Même mon vieux cordonnier trouvait ces matériaux douteux pour des chaussures de cette catégorie.

Le coup du stockage c’est un peu comique aussi.
Les Meindl auraient-elles besoin d’une armoire climatisée comme les bons vins???  :lol:
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

15 février 2021 à 20:30:52
Réponse #15

fall7stand-up8


Du coup dans la même gamme de prix, pour des grosses, on aura les galibier super rando cousu norvegien, pas d'amortisseur qui se décompose (puisque pas d'amortisseur tout court) et durabilité garantie.
Oldies goldies

15 février 2021 à 20:37:41
Réponse #16

Tumiza


Pareil sur une paire de pompe d’alpi de marque Kailand qui avait moins de 5 ans et stockées dans mon salon.
Juste avant d’attaquer 1000m de descente en Alpi 🤢.
A mon avis c’est le bloc semelle qui est en cause (vibram?) plus que le fabricant de la chaussure
BAVU ba pris

15 février 2021 à 22:12:58
Réponse #17

Rantanplan


Citer
Le coup du stockage c’est un peu comique aussi.
Les Meindl auraient-elles besoin d’une armoire climatisée comme les bons vins??? 

Bah oui, c'est comique. Pathétique même !

Chérie, où t'as mis mes godasses ? A coté des yaourts dans le bac à légumes !
Rire nous rend invincibles. Pas comme ceux qui gagnent toujours mais comme ceux qui n'abandonnent pas. - Frida Kahlo

15 février 2021 à 22:59:19
Réponse #18

Chill


Attention à ce qui est "Vibram".
J'ai l'impression que ce qui est en cause est l'événement apparu en 1991 ou 1994 sur cette page.

Les montages cousus et/ou collés, façon "rangers", peuvent avoir une semelle caoutchouc "Vibram" et ne pas être affectés par l'élément amortisseur en PU : Mes bottes de feu sont estampillées Vibram, ont déjà été ressemelées, n'ont pas d'amortisseur, et sont toujours fonctionnelles quoi que datant de 1990.

Le maillon faible semble l'amortisseur ; pas tout le matériel Vibram.
La technologie non réparable (moulée ou injectée) me semble plus fragile que la technologie collée/cousue réparable par le cordonnier du Corps.
Les progrès du Progrès ?

    Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

15 février 2021 à 23:47:49
Réponse #19

Rantanplan


Moralité, retour au cousu norvégien ?
Rire nous rend invincibles. Pas comme ceux qui gagnent toujours mais comme ceux qui n'abandonnent pas. - Frida Kahlo

16 février 2021 à 08:02:49
Réponse #20

François


Ou à une mousse amortisseuse qui ne se désagrége pas ?
J'ai eu ce problème avec deux paires de chaussures datant du début des années 2000 (date d'achat, pas de fabrication) et les chaussons d'une paire de chaussures de ski des années 90.
Plus depuis.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

16 février 2021 à 10:43:07
Réponse #21

Dutch


C'est clairement un problème de dégradation due au temps et accéléré par la chaleur et l'humidité. En trois ans c'est trop court pour que ce phénomène ait eu lieu.

Techniquement, on a la même problématique sur les mousses des véhicules de collection, notamment les selles de motos. Sauf que ça se produit au bout de 30-40 ans.
Ça se résout en remplaçant la mousse "éponge" qui tombe en poudre, par une à structure fermée, donc étanche.

Peut-être une piste à suggérer aux fabricants, parce qu'on ne démonte pas une paire de godasses aussi facilement...

En revanche c'est n'est pas un problème de colle. Le problème vient de l'amortisseur (je pense que c'est du Polyuréthane) qui se dégrade sous l'effet du vieillissement (il part en poudre comme on le voit sur les photos).

Je suis moins d'accord avec ça. Un collage peut conserver son adhérence malgré des fissures et/ou porosités.
Dans ce cas, l'humidité qui pénètre se comporte ensuite comme un microclimat, avec des cycles d'évaporation/condensation qui dégradent la matière interne faute de pouvoir ressortir.

En tous cas, c'est ce qui arrive sur les selles des années 60 dont les coutures ont perdu leur étanchéité, même sur une faible zone.
« Modifié: 16 février 2021 à 11:51:30 par Dutch »
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

16 février 2021 à 12:14:30
Réponse #22

Rantanplan


J'ai aucune idée de ce que ça vaut MAIS, Meindl ne propose pas de cousu norvégien AVEC un pare pierre. Eux, si.

https://andrewshoes.com/en/portfolio_category/classic-en/

(avec diff hauteurs de tiges, pour ne rien gâcher)

Entièrement fait chez les Spaghettis
https://andrewshoes.com/en/about-us/

(après, j'ai vu des reportages sur le cuir Italien, certaines entreprises sont de véritables négriers)
Rire nous rend invincibles. Pas comme ceux qui gagnent toujours mais comme ceux qui n'abandonnent pas. - Frida Kahlo

17 février 2021 à 10:53:58
Réponse #23

bpc


Le 14 février 2021 j'ai décidé de faire une randonnée en montagne avec mes Meindl Engadin que je possède depuis une dizaine d'année.


Je pense qu'il faut considérer les chaussures collées comme pas fiable aux bout de quelques années.

( il y a quelques années, mes Salomon de hautes montagnes se sont littéralement désintégrées en randonnée, après avoir étaient stockées en appartement au sec pendant quelques années pour cause d'une naissance)

Même du temps des chaussures cousues, on recommandait d'avoir des chaussures de repos utilisables pour marcher, en secours.

J'ai regretté plusieurs fois de ne pas avoir avec moi une alène crochet et du fil.


17 février 2021 à 11:33:03
Réponse #24

Karto


Je vois vraiment une différence entre les problèmes de colle et les problèmes de mousse.

J'ai une paire de BMJA, fabriquées en 1994, utilisées par intermittence depuis 2001... Le fait que je les ressorte toujours du placard en dit long sur mon désarroi face aux "grosses" en général...  ;#

En 20 ans j'ai eu un décollement de semelle avec, et un ressemelage. Le décollement est progressif. Sous la semelle y'a encore une épaisseur de cuir qui permet de marcher sans se faire mal, donc c'est une "défaillance grâcieuse". Et pour réparer c'est 15 euro chez un cordonnier pour une réparation très propre qui dure dix ans... Et en l'absence de cordonnier, j'aurais pu m'en sortir avec une colle néoprène. C'est juste la colle.

Quand c'est la mousse qui part en miettes en quelques heure, ça parait plus compliqué. Et les 120 euro de Meindl pour réparer des chaussures presque neuves qui coûtaient 160 euro, c'est juste un énorme foutage de gueule.
« Modifié: 17 février 2021 à 17:05:10 par Karto »

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité