Nos Partenaires

Auteur Sujet: Nouvelles expériences, besoins de conseils chaussures hiver  (Lu 886 fois)

12 janvier 2021 à 17:30:50
Lu 886 fois

shunkaha


Bonjour à toute et tous,

Je lis le forum depuis longtemps mais n'avais encore jamais publié. Je me mets concrètement à pas mal sortir dans la nature en hiver en randonné, surtout dans le Vercors où j'habite. De ce fait je dois revoir une bonne partie de mon matos qui commence vraiment à dater, notamment chaussures et guêtres. Je précise aussi que mes pieds sont assez sujet au froid j'imagine avoir le syndrome de Reynaud. J'ai lu pas mal de vos postes sur ce sujet mais j'ai du mal à saisir les détails pour faire le bon choix en fonction de ma pratique. Il s'agit de randonner en raquettes ou à pied en hiver alpin (pas d'alpinisme mais parfois sur terrain accidenté), dans divers types de neiges sur 1 semaine maximum.
 
Les Sorel Conquest me font de l’œil mais je me dis qu'elle serait peut être trop chaude pour l'utilisation que je compte en faire et que le cuir n'est pas le meilleur choix pour 1 semaine de rando en hiver dans de la neige ? pareil pour des tout cuir comme une Meindl Engadin Mfs ? 

Dans ce cas il faudrait que je regarde des modèles avec insert en membrane goretex ? de ce fait j'hésite entre différents modèles : Lowa Ms Tibet GTX - Salomon Toundra Pro et 2 Meindl. Auriez-vous des retour d'expériences sur ces derniers vis à vis des pratiques cités ci-dessus ?

Au sujet des guêtres je me demande je me demande si en prendre avec membrane gore tex est un bon choix. J'hésite par exemple entre les alpines gaiters de Millet et les Latok alpine GTX de chez  Rab.

Merci d'avance pour vos éclairements et au plaisir de vous lire et d'échanger !

Shunkaha 

12 janvier 2021 à 17:47:24
Réponse #1

Chill


Bonjour,

Avez-vous fouillé dans l'index ?
Sinon, avez vous lancé une requête du type :
"Le_matos_que_je_cherche site:forum.davidmanise.com"
dans vote moteur de recherche préféré ?

Je vous invite à prendre le temps de relire :
http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,42840.0.html (long ...)
et
http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,360.0.html (brutal, mais ...)

     Chill.

"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

12 janvier 2021 à 18:01:29
Réponse #2

azur


Il s'agit de randonner en raquettes ou à pied en hiver alpin (pas d'alpinisme mais parfois sur terrain accidenté), dans divers types de neiges sur 1 semaine maximum.
Compte-tenu de ta pratique, et connaissant les températures qu'on peut avoir à affronter dans le Vercors, je serais tenté de conseiller une chaussure de conception ancienne mais qui présente un certain nombre d'avantages: la chaussure d'alpinisme à coque plastique

Pourquoi?

La Sorel est une chaussure chaude, mais elle est conçue davantage pour la marche en plaine car elle tient peu le pied... donc ça peut devenir rock'n roll dans les rochers
Au bout d'une semaine dans la neige, membrane ou pas, une chaussure en cuir sera gorgée de flotte et avec la transpiration, tu pataugeras dans une mare avec tous les problèmes induits d'hygiène ou de froid.

La chaussure à coque plastique supportera bien mieux la neige et ça sèche très vite, car il n'y a pas d'imprégnation... donc une meilleure protection et une meilleure longévité.
Par ailleurs, c'est une chaussure d'alpinisme qui supporte le cramponnage et qui te tiendra bien les chevilles en cas de passage en rocher.
Dans les zones plus planes, il suffit de desserrer la partie haute de la chaussure pour avoir une souplesse correcte de la cheville, et dans la neige, la rigidité de la semelle n'est pas un handicap.
Le chausson en synthétique est bien isolant et sèche relativement vite. En plus, on peut l'utiliser pour garder les pieds au chaud dans la tente, voire le mettre dans le duvet pour le maintenir au chaud.



J'ai utilisé ce type de chaussure pendant 3 ans lors de mes débuts dans les troupes de montagne, et elle était finalement bonne à tout faire, de l'escalade (avec un niveau de cotation raisonnable) au ski de rando (pour les plus affutés qui maitrisent la descente en toute neige avec une si faible tenue de la cheville), en passant par la marche en montagne, le glacier ou les raquettes.
Depuis, les troupes de montagne ont été dotées en chaussures d'alpinisme en cuir... et nous avons eu cette année 2 cas de débuts de gelure aux pieds, ce qui ne serait pas arrivé avec des coques plastique.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

12 janvier 2021 à 20:14:49
Réponse #3

Rantanplan


Yo Azur !

J'ai une question... Jamais eu de chaussures en plastique.

Citer
La chaussure à coque plastique supportera bien mieux la neige et ça sèche très vite, car il n'y a pas d'imprégnation... donc une meilleure protection et une meilleure longévité.

Oui mais du coup, ça ne respire pas ? Et si ça ne respire pas, c'est la chaussette qui s'imbimbe plus rapidement avec sa propre sueur, j'imagine.
Et puis les chaussures en cuir, prévues pour la neige, n'ont elles pas de membrane imper-respi ?
« Modifié: 12 janvier 2021 à 20:26:39 par Rantanplan »

12 janvier 2021 à 21:05:59
Réponse #4

azur


Oui mais du coup, ça ne respire pas ? Et si ça ne respire pas, c'est la chaussette qui s'imbimbe plus rapidement avec sa propre sueur, j'imagine.
Et puis les chaussures en cuir, prévues pour la neige, n'ont elles pas de membrane imper-respi ?
Les chaussures de haute montagne ne sont pas en cuir nu, elles sont à coque plastique ou synthétique avec guêtre intégrée: https://www.auvieuxcampeur.fr/activites/alpinisme/chaussures-de-montagne-et-chaussettes?domaine_utilisation_filtre=17494&type_produit_filtre=14942


Ensuite, avec une chaussure en cuir même graissée à mort, après une semaine dans la neige, elle finie imbibée de flotte, donc elle ne respire plus et le problème est le même qu'avec des coques plastique... mais en plus, elle pèse un âne mort et bonjour l'inertie thermique  ::)
Quand il faut chausser au petit matin après une nuit en montagne, tu préfères une coque plastique sèche ou une chaussure en cuir gelé? ;#
Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si ce type de chaussure est apprécié dans les zones enneigées... mais elles ne tiennent pas le pied, donc déconseillées en montagne:


Pour les zones grand froid, l'armée de terre était équipée de ces bottes, utilisées avec un chausson en feutre:



Quant aux chaussettes, en montagne, c'est laine ou synthétique, un truc qui reste à peu près chaud même humide, et ça fait partie des choses qu'il faut gérer.

En synthèse: pour plusieurs jours dans la neige, c'est toujours plus humide dehors que dans la chaussure... Donc la respirabilité, il faut oublier. Il faut plutôt se déplacer de façon à limiter la transpiration.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

12 janvier 2021 à 21:43:57
Réponse #5

Rantanplan


La montagne et surtout la haute, hivernale de surcroit + alpinisme, ce n'est pas du tout mon domaine.

Par contre, je te rejoins sur le "pare pierres" qui remonte en formant un chausson, mais sur une chaussure plus rigide, pas une Sorel trop souple à mon gout. . J'apprécie ces hybrides entre bottes caoutchouc et chaussures de marche: petite neige, terrain accidenté, zone humide... Ça permet de passer un peu partout, sans guêtres.



(je n'ai pas ce modèle ci dessus, mais c'est le concept quoi)


12 janvier 2021 à 21:51:30
Réponse #6

azur


Le dernier avantage de la coque plastique... c'est son cout, plutôt mesuré pour une chaussure finalement assez technique.
Sur le modèle militaire (Koflach Para), il y avait une semelle en liège à l'intérieur de la coque, et une épaisse semelle en mousse à l'intérieur du chausson.
On appréciait cette isolation du sol, même en statique... et pour l'avoir utilisé en plein été, le transpiration du pied n'a jamais posé de problème ingérable.

Ensuite, en montagne, on évite les chaussures dont le laçage monte trop haut... on ne gagne rien en protection ni en rigidité, mais ça alourdi le chaussant et ça rallonge le temps de laçage.
Mieux vaut combiner la chaussure avec une paire de bonne guêtres: dans les troupes de montagne, on utilise encore des modèles en coton enduit déperlant de ce style... c'est rustique et ça protège bien. L'avantage du coton, c'est qu'on peut facilement les faire sécher à coté du feu.


Sinon, il y a ces guêtres de l'armée suisse en laine bouillie, découverte grâce à Cepo. Je pense qu'elles méritent qu'on s'y intéresse: https://www.stock38.fr/3759-guetres-chasseur-alpin-suisse-azip-occ.html
« Modifié: 12 janvier 2021 à 21:57:31 par azur »
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

13 janvier 2021 à 09:14:37
Réponse #7

Lovac Joca


Sinon, il y a ces guêtres de l'armée suisse en laine bouillie...

Je plussoie, ça a été une révélation pour moi. Ultra costaudes, chaudes, imperméables, respirantes... et pas chères. :up:
Y a juste le bouclage de la lanière semelle à gérer avec doigts gourds, mais ça le fait.
Réutilisées avec bonheur dans la neige jurassienne le we dernier (sur chaussures Trappeur cuir d'époque, toujours top, mais c'est une autre histoire).
Trouvées sur Varust etc. pour ma part.
quemque trahit voluptas sua

13 janvier 2021 à 10:01:40
Réponse #8

Chris-C


Salut,

Citation de:  shunkaha
Les Sorel Conquest me font de l’œil mais je me dis qu'elle serait peut être trop chaude pour l'utilisation que je compte en faire et que le cuir n'est pas le meilleur choix pour 1 semaine de rando en hiver dans de la neige ? pareil pour des tout cuir comme une Meindl Engadin Mfs ?

Les Sorel Conquest sont adaptées au terrain alpin (et pyrénéen  ;#) mais par pour l'alpinisme. Elles ont un revêtement en cuir mais ont une membrane non respirante qui les rend étanches. Seul le tissu sous le laçage prend l'eau si on marche dans le torrent.

L'utilisation de chaussettes VBL est conseillée pour éviter de mouiller l’intérieur des chaussures et que celles-ci gèlent pendant la nuit. Hygiène des pieds +++ le matin et le soir...

Un post sur les chaussettes VBL et mes petites astuces de terrain :
http://forum.davidmanise.com/index.php?topic=67389.0


a+




13 janvier 2021 à 10:09:21
Réponse #9

Draven


Oui les Conquest sont conçu pour ça, c'est les modèles basiques genre Caribou qui n'iront pas du tout car trop souple.
J'ai des Kamik NationPlus, dans le même esprit que les Caribou, elles tiennent mal le pieds dès que c'est accidenté et elles vont même parfois se déchausser des raquettes...
Par contre quand il neige plein pot et que t'as besoin de deneiger/marcher/conduire/etc c est génial. 

Perso dans la grosse neige sur plusieurs jours j'utilise des Engadin et des guêtres de l'armée suisse. Ça fais le taff ! Mais j'ai jamais fait plus de 3 jours d'affilé sans avoir un endroit ou les faire sécher.
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

13 janvier 2021 à 16:30:25
Réponse #10

Kilbith


Salut,

Grosse question que tu poses là.  :o

Je vais te donner des éléments de réponse en essayant de coller à l'utilisation que tu décris. Sachant que dans un autre terrain, la réponse ne serait pas la même.

Contexte : sortie hivernale dans le Vercors (relativement plat et froid mais pas très isolé), raquettes (pas de cramponnage ni d'escalade technique), divers type de neige (neige humide, neige sèche, pluie), bonne isolation.


Tu cites les Conquest :

Avantages : c'est isolant tant que ce n'est pas humide/trempé, c'est résistant à l'eau à l'état neuf même si le cuir s'imbibe du fait de la membrane, cela maintien et protège bien le pieds, c'est adapté pour marcher dans neige et pour porter des raquettes. C'est utilisable pour déneiger son jardin et conduire un peu une voiture.

Inconvénients :
hauteur inutile si on porte des guêtres ou si on a un pantalon faisant guêtre (parfois les guêtres restent indispensables).
Les chaussures à membranes ne sont pas durablement étanches. Une fois le cuir imbibé d'eau, même si l'eau n'atteint pas le pieds ce sont des frigos.
Une fois imbibée d'humidité par la neige ou ta transpiration, l'humidité reste dedans par temps froid et peut geler et les rendre difficilement mettable.
Plus le cuir est épais ou l'isolant est épais plus ce phénomène devient gênant. Les conquest ont un cuir épais, de l'isolant et une membrane : elles seront donc difficiles à faire sécher.
Et surtout, elles pèsent un âne mort.

J'ai utilisé à peu prêt  tout ce qui a été décris plus haut...et rien n'est parfait.
 
Les coques sont très bien dans la neige par grand froid et en bivouac engagé. Mais elles sont très lourdes, rigides et peu polyvalentes. C'est casse gueule en fin de rando en montagne sur la partie "petit chemin verglacé".

Ceci dit comme signalé ci-dessus les miloufs dans les années 80/90 avaient des koflach et on pouvait même en croiser en été sur les chemins.

Les lundhags sont bien quand on marche sur le plat et que l'on doit traverser de nombreux ruisseaux ou marcher dans des marais qui bouffent le cuir et certains modèles ont des doublures amovibles et/ou sont adaptées aux fixations. Mais elles sont AMHA trop lourdes pour la montagne par chez nous du fait de la haute tige. Très bien en Laponie et/ou pour la chasse. 
 
Les "mickey boots" sont très bien en dessous de -10°C et jusque vers -30°C (après on passe aux Bunny boots). Mais elles sont lourdes, encombrantes, maintiennent mal la cheville et peu adaptées à la montagne. Parfaites pour les tranchées ou la Corée Bis.

ETC..


Mon conseil :


Commence par acquérir deux  paires de chaussettes chaudes de qualité majoritairement en laine (ex : woolpower 600) en taille mi haute.
Achètes plusieurs paires de chaussettes fines en synthétique hautes (une paire pour deux jours de randonnée minimum).
Achète une paire de Woolpower 800 mi haute ou bien une troisième paire de woolpower 600+une paire de semelle isolante.
Achète un paquet de sac poubelle d'environ 20l.
Achète une boite de cirage sérieuse (ex : nikwax ou collonil sportwax).

Part sur une chaussure de randonnée standard avec du cuir et du goretex en doublure si tu penses souvent marcher autour de 0°C. ce n'est pas obligatoire. La semaine est en vibram.

Moins il y a de coutures mieux c'est, plus c'est léger mieux c'est. Et surtout le chaussant est adapté à ton pieds.

Dans le magasin tu l'essayes avec ta paire de chaussette fine + ta paire de woolpower 600. Ton pieds doit être "à l'aise" et tu dois pouvoir remuer les orteils facilement.

Idéalement la chaussure est un modèle avec un chaussant large (chaussure hivernale ou vendue en différente largeur) mais le plus souvent en France tu prendras une taille à une demi taille au dessus.


Mode d'utilisation :

- Je brosse et cire ma chaussure sans excès après et avant chaque grosse sortie. Cela évite que le cuir ne s'imprègne trop vite.

Temps froid standard :

- Je met la chaussette fine (une par jour pour une confort max ou pour deux jours si j'alterne pieds). droit pieds gauche). Par dessus la chaussette de laine, puis la chaussure.

Le soir je change de chaussette (la paire humide de la journée est placée contre moi), lorsque je m'agite au camp la chaussure sèche un peu (la paire humide sèche).

Au couché, je retire la semelle que je place à en endroit où elle peut sécher ainsi que la paire que je viens d'utiliser.

J'ouvre largement la chaussure pour la nuit afin de pouvoir la mettre le lendemain sans problème.

Pour la nuit je ne garde jamais à mes pieds les chaussettes humides de la journée. Je fait sécher contre moi les chaussettes (fines et épaisses) durant la nuit.

Le lendemain matin je remet fine+épaisse sèchent dans les chaussures plus ou moins froides juste avant de marcher.

Temps vraiment froid (en dessous de -10°C toute la journée)

- Je met la chaussette fine (une par jour pour une confort max ou pour deux jours si j'alterne pieds). droit pieds gauche). PAR DESSUS le sac poubelle. Par dessus la chaussette de laine, puis la chaussure.

De cette façon l'humidité de mon pieds ne va pas atteindre la chaussette chaude ce qui permet une isolation constante.
 
Le soir tout est sec sauf la chaussette fine qui est facile à faire sécher et que de toute façon je vais changer pour le lendemain.

Je sèche parfaitement mes pieds et je les mets dans des chaussettes dédiées larges, isolante et douces pour  la nuit. Il est très important que les pieds soient au sec, au moins chaque 12H.

Il fait vraiment un temps pourris (oscillant autour de 0°C)
Dans ces conditions la neige/pluie vont détremper le cuir et la chaussure risque de prendre l'eau (sauf si goretex neuf...et encore). Cela va prendre 2H, 4H, 8H ou deux jours, mais cela va arriver.


option 1 :

Chausette fine, par dessus chaussette épaisse sèche. Tant que je marche cela reste relativement chaud. Si c'est trop humide durant la journée je change la paire épaisse trempée contre une sèche (évidemment parfois aussi la fine). La paire trempée est essorée et mise contre moi.

Le soir, je vire toutes les chaussettes trempées, la semelle trempée et je les mets à sécher contre moi. J'enfile ma paire de woolpower 800 en mettant PAR DESSUS le sac poubelle. De cette façon la paire sèche de wool800 assure une bonne isolation.  Alternative : semelle sèche et Woolpower 600.

Durant les activités du soir la chaussure sèche un peu. J'essaye de la sécher le mieux possible durant la nuit. Le lendemain j'enfile fine+épaisse séchée contre moi et rebelote. On est humide mais on reste au chaud.

Option 2 :
En journée on met chausette fine+Wool 600 et PAR DESSUS le sac poubelle. L'eau trempant la chaussure ne mouille pas la chaussette épaisse qui isole...mais celle-ci sera changée pour une sèche en journée.
Pour la nuit, même chose qu'option 1.

Option 3 :
En journée on met chaussette fine + PAR DESSUS sac poubelle+ par dessus Wool power 600 + Par dessus sac poubelle. La couche isolante que constitue la woolpower 600 reste de cette façon parfaitement sèche. Mais le pieds s'humidifie encore plus vite. C'est (plus adapté) adapté si on bouge peu.
Pour la nuit, même chose qu'option 1 avec l'avantage que la woolpower reste sèche.




J'ai fait l'hypothèse que l'on ne dort pas au chaud dans un refuge. Dans ces conditions il faut se dire que la chaussure ne va pas sécher durant la nuit.

Même en refuge, le plus souvent en France tu ne peux pas sécher facilement tes chaussures (soit parce que le refuge est non chauffé, soit parce tu dois laisser les chaussures dans un endroit non chauffé. En revanche dans les refuges scandinaves il y a quasiment toujours une salle de séchage chauffée (été comme hiver) permettant de sécher ses affaires.


C'est déjà pas mal long....j'aurais bine ajouté plein de considération de détails, je n'ai indiqué que les grandes lignes. Dans la vraie vie on doit broder autour en fonction de son expérience.

Evidemment, selon les circonstances on souhaiterait avoir amené

....des coques plastiques (la coque est toujours étanche et sèche et le chausson même humide reste relativement chaud et sèche tout seul sur soi utilisé en "chausson de chalet" ou alors sèche vite si on dispose d'une source de chaleur. Avec des coques on a quasiment toujours les pieds humides mais rarement trempé ou glacé.

...des mickey boots : c'est étanche et toujours aussi isolant quelque soit les conditions. Donc trop isolant dès qu'il fait trop chaud. On n' a pas froid mais les pieds sont toujours humides et on jongle avec le pieds de tranchée. L'option 3 grand froid correspond à imiter les mickey boots.

....Les Caribou sont bien sur terrain plat non technique et quand on ne marche pas trop (très lourde tendance à faire des ampoules).
 Si on peut faire sécher le chausson le soir devant une source de chaleur c'est parfait.
Une deuxième de chausson (volumineux) facilite encore plus les choses. Mais par temps chaud elles sont vites trop chaudes.
De plus elles sont lourdes et font des pieds énormes (pas facile de conduire avec et certaines raquettes ne s'adaptent pas).
Mais pour le Vercors en raquette tranquillou de cabane en cabane (on peut facilement faire sécher les chaussons) par temps froid et/ou humide autour de 0°c (dans ce cas il faut une paire peu large que l'on porte avec seulement une paire de chaussette fine. L'isolation est seulement apportée par le feutre) C'est pas mal. 

....des chaussures synthétiques souples et légères qui permettent de tailler la route et sèchent vite. Mais pas adaptées à la neige profonde et au long séjours statiques de le froid.


.... des conquest chaudes pour le premier jour. Mais galère à sécher une fois mouillée. Et toujours très lourdes et parfois "trop chaudes" par temps chaud. Ceci dit si on a compris l'utilisation des sacs poubelles (VBL) c'est viable, mais alors par temps très froid et plutôt pour le froid.


La solution décrite est selon moi la plus polyvalente car on peut adapter l'isolation et les résistance à l'eau  selon les conditions et elle reste d'un poids contenu au pieds. En revanche avec une solution trop isolante par construction, on ne peut pas diminuer l'isolation et c'est constamment lourd aux pieds.

Autre chose :
Avec un pantalon de neige moderne (guêtres intégrées) et/ou des chaussures montantes on peut ordinairement se passer de guêtres. La neige pénètre alors difficilement.
Mais celles-ci permettent de renforcer l'étanchéité de la chaussure et son isolation (le neige fond sur la guêtre et pas sur le cuir). Elles évitent aussi de se pourrir le pantalon et les chaussures.
Dans la neige vraiment profonde ou croutée, les guêtres ayant un passant sous la chaussure sont parfois indispensables. Surtout quand on quitte les raquettes.
Les guêtres ont l'inconvénient d'ajouter du poids dans le bas (X5 par rapport au poids dans le sac) de limiter fortement l'évaporation de l'humidité à travers la chaussure et donc de favoriser la condensation (moins pour les guêtres non étanches) et d'être trop chaudes lors d'un effort par temps chaud.

Quelque soit la solution adoptée, la clef pour garder le moral et ses petons c'est d'avoir toujours en réserve une paire de chaussette isolante SECHE. Particulièrement pour le soir.

 ;)
« Modifié: 13 janvier 2021 à 16:56:38 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

13 janvier 2021 à 17:46:32
Réponse #11

Vef


Merci Kilbith pour le partage de ton savoir, c'est toujours très enrichissant.  :love:

Petite question. A part dans le cas de l'utilisation du sac plastique, quel est l’intérêt de la chaussette fine sous la grosse chaussette en laine?

13 janvier 2021 à 18:25:16
Réponse #12

guillaume


Sinon, il y a ces guêtres de l'armée suisse en laine bouillie, découverte grâce à Cepo. Je pense qu'elles méritent qu'on s'y intéresse: https://www.stock38.fr/3759-guetres-chasseur-alpin-suisse-azip-occ.html

Il manque les photos mais bon : http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,42163.msg452563.html#msg452563

Je n'ai jamais changé de guêtres depuis. J'ai racheté un stock récemment, pour en avoir jusqu'à ma mort  :lol:.

a+

13 janvier 2021 à 18:37:14
Réponse #13

Outdoorsman


Bonjour,
regarde cet article :
http://forum.davidmanise.com/index.php/topic,40983.0.html

Je te déconseille fortement les chaussures de rando avec gore tex qui ne sont pas étanches du tout.

Les conquest sont très bien.

Depuis quelques années j'utilise beaucoup des bottes avec le haut en néoprene et c'est très bien si le terrain n'est pas trop accidenté

"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

13 janvier 2021 à 20:03:28
Réponse #14

Kilbith



Petite question. A part dans le cas de l'utilisation du sac plastique, quel est l’intérêt de la chaussette fine sous la grosse chaussette en laine?

Avantages multiples :

- poids faible du liner donc, pour l’hygiène et la fonctionnalité , on peut changer souvent la chaussette au contact du pieds.

- plus chaud si on combine liner hydrophobe et séchant vite sous la grosse paire en laine.

- moins de frottement :  moins d’ampoules.

- possibilité de porter un liner technique de type compressif ou autre.


Attention il est très important de ne pas avoir le pieds serré !

"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

13 janvier 2021 à 21:46:46
Réponse #15

Bubuche


Bonsoir

Peut-être regarder du côté des bunny boots ( chaussure de l'armée us pour grand froid ) .

Je les ai vu au Canada lors d'un voyage à priori au vu des discussions avec les locaux cest vraiment pas mal pour les grand froid .

Cest également pas mal utilisé en Alaska. 

Mais peut-être too much pour le climat de l'hexagone.   :-[


 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité