Nos Partenaires

Auteur Sujet: Rusticité  (Lu 833 fois)

19 août 2020 à 16:18:18
Lu 833 fois

Primal_dude


Hello la team.

Une question qui vaut ce quelle vaut mais qui me taraude j'avoue... pourquoi augmenter sa rusticité?

Merci de vos retours

19 août 2020 à 17:05:50
Réponse #1

Draven


Pour moi la rusticité, c'est être " bien " ( comprendre a l'aise, capable de ) dans l'inconfort ( fatigue, froid, chaud, humidité, faim, etc... ).

Chacun va avoir son curseur pour juger de l'inconfort, sans aller au delà de sa sécurité bien sur.
Perso au delà de 26/27°c je commence a avoir trop chaud ( même si je peux continuer de fonctionner hein, mais c'est clairement pas ce que je préfère ), alors que je suis bien dans le froid.
J'ai l'habitude de la fatigue, je sais faire avec et comment gérer mon repos même en cas de manque de temps pour ça. Etc...

Augmenter sa rusticité, dans la vie de tous les jours ça va permettre de continuer de fonctionner normalement, même quand la météo devient pourrie, qu'on a eu une nuit de m*rde, qu'on a du sauter un repas, etc...
Ça va clairement permettre de rester " zen ", quand tout ne va pas dans le sens qu'on aurait voulu.

En situation de survie c'est la même chose, l'avantage d'être rustique c'est qu'on va avoir une zone de confort plus large, on va mettre plus de temps a en sortir.

Mon humble avis bien sur.
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

19 août 2020 à 17:26:49
Réponse #2

azur


Je crois qu'il faut déjà bien définir ce qu'est la rusticité, parce que c'est une notion qui peut être interprétée diversement suivant les personnes, le vécu, etc...

Je retiendrais 2 définitions du mot "rusticité":
- du Larousse: Aptitude d'une plante ou d'un animal à supporter des conditions de vie difficiles.
- d'un dictionnaire littéraire en ligne: Qualité d'une plante ou d'un animal rustique, qui demande peu de soin.

Pour un homme, il s'agirait d'être capable de supporter des conditions de vie difficiles (donc dans la durée) en ayant besoin de peu de soins.

Alors, pourquoi?

Pour répondre laconiquement (de mon point de vue): de la rusticité découle la résilience... la capacité à encaisser les épreuves sur le long terme sans trop de conséquence sur la façon de vivre.
Tout le monde savait que c'était impossible... est venu un idiot qui ne le savait pas, et qui l'a fait!

19 août 2020 à 20:23:40
Réponse #3

Loriot


C’est rigolo. J’écoutais justement un entretien radiophonique avec Boris Cyrulnik ce week-end et qui expliquait qu’il était parfois surpris des façons dont on utilisait le mot résilience...
Il pourrait lire une nouvelle définition.  :lol:

Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

20 août 2020 à 08:57:27
Réponse #4

raphael


Pour moi augmenter sa rusticité c'est comme augmenter son cardio, sa résistance physique, son gainage,...

ca peut aider dans beaucoup de sitiuation
Se connaitre et s'accepter


29 août 2020 à 10:43:28
Réponse #5

Aleksi


Salut,
Rusticité, voilà un mot qui me plait et que j'emploie peut-être avec exagération tant il me sert dans ma vie.
Même si, comme résilience et etc, ca fait partie des mots valises un peu à la mode, ou on se met tous à prendre des douches froides et faire des jeunes partiels ( ::)).

La définition générale a été donné. Je suis un peu d'accord et pas d'accord avec ce qui a été écrit plus haut. Les composantes que je trouve puissante dans la rusticité sont la capacité d'adaptation et l'élargissement de la zone de confort. Et je ne parle pas de "au cas ou si un jour je me retrouve dans" au quel cas je pense qu'on est tous capable de faire preuve de rusticité pour encaisser un coups dur. Je l'ai vu de la part de personnes inattendus / non-préparés. L'élargissement de la zone de confort qui découle de la rusticité est pour moi un investissement sur le long terme, un changement drastique de manière de vivre sans vraiment le sentir passer, qui ouvre la porte à pleins de choses auparavant inaccessibles. Et on ne ce force pas car, par définition, on est confortable dans sa propre zone de confort. Pas mal de mes potes sont venus me rendre visite sur la route pour voir comment je vivais. Ils sont repartis épuisé et souvent vacciné de la vie de vagabond. Y'a du travail sans arrêt. Mais on travail à vivre, ce qui est très satisfaisant sur le plan perso.
Pour revenir au sujet et apporter des exemples concrets :
Presque 10 ans en arrière quand j'ai pris la route, j'étais intimidé si ce n'est terrorisé par l'idée de devoir passer une nuit dehors en ville. Je les fuyait le plus possible. Puis j'ai changé mon approche en considérant que les villes sont devenus un biotope à part entière de notre monde moderne dans lequel il me fallait apprendre à être confortable. Les villes sont devenues des mines de trouvailles pour matériaux en tout genre afin de réparer mes fringues et autres équipements et la bouffe y abonde partout quand on sait ou chercher. Le bivouac urbain devient une discipline à part entière. Les villes deviennent excitantes, le champ d'action élargit.
Un autre exemple plus récent,  j'ai emménagé avec ma compagne sur un petit, vieux (beau  ::)) voilier. C'est très, très, très rustique. Inconfortable, humide et petit. Pourtant on le sens à peine, car en comparaison à notre vie d'avant c'est une nette amélioration : un toit, un lit, une cuisine, un chiotte. Quand à la taille, on vivait sous un tarp 3x3 et dormait dans un seul sac de couchage partagé, pendant plusieurs années. Cette rusticité m'a permis de trouver chaussure à mon pied et de naviguer simple et pas cher, dans la cour des yachts à plusieurs centaines de milliers d'euros.
En gros selon moi l'extrême puissance de la rusticité trouve tout son sens lorsqu'on l'implémente vraiment dans sa vie, voir organise sa vie autour d'elle. Comme je l'ai dis, cela ouvre des possibilités délirantes.
La rusticité comme une composante supplémentaire du workout survivaliste fort et endurant "au cas où", pourquoi pas mais je ne vois pas trop l'intérêt, ca fait un peu effet de mode... Cette rusticité là comme je l'ai dis est innée et lorsqu'il faut l'appeler elle répond. Ce qui est intéressant c'est d'être plus confortable avec moins, permettant de faire des trucs à priori hors de portée. Et pour ca il n'y a pas franchement d'entrainement autre que se foutre dans le bain carrément.
Ceci dit, ca n'est que mon avis  :)
« Modifié: 29 août 2020 à 10:58:47 par Aleksi »

29 août 2020 à 11:52:49
Réponse #6

fall7stand-up8


Il y a intérêt à être rustique dans le sens ou cette "spécificité/comptétence/qualité/caractéristique" ,comme vous voudrez, permet de s'affranchir d'un inconfort pour accéder à un but, là où d'autres se seraient arrêtés, submergés par la situation et auraient donc renoncé à l'objectif.
A titre d'exemple, la rusticité inculquée par mes parents (nés dans les années 1930) au jeune garçon que j'étais m'a permis plus tard, élève sous officier de ne pas démissionner lors des premiers mois de formation avec foid/humidité/privation de sommeil/ampoules aux pieds....
Pouvoir ne pas être focalisé sur l'inconfort du moment permet de garder en tête ce qu'on a à faire et ne pas être perturbé dans l'accomplissement de sa tâche.
Bien des années plus tard, dans un autre environnement professionnel, lors d'un stage de 5 jours nous étions logés de façon assez spartiate en mes collègues n'arrêtaient pas de râler en boucle là dessus au point d'en oublier le contenu très interressant de la formation que nous étions venus chercher.

Quand on est rustique on s'en fout des petites misères et on profite de l'essentiel C'est pour moi l'avantage essentiel à en tirer

29 août 2020 à 13:20:31
Réponse #7

Pierrot


Citer
lors d'un stage de 5 jours nous étions logés de façon assez spartiate en mes collègues n'arrêtaient pas de râler en boucle là dessus

En relation avec le logement, être rustique permet de dormir dans des conditions inconfortables et de se reposer là où les autres vont dire " je n'ai pas fermé l’œil de la nuit..."

A rapprocher de la devise du CEET'S ( je crois) "Définition du luxe: l'eau chaude"
https://www.youtube.com/watch?v=Ndf6FFggVNc

Version 1 du forum, époque où l'on parlait sérieusement de tout sans que personne se prenne au sérieux.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité