Nos Partenaires

Auteur Sujet: Podcast : Décider sous stress, le point de vue de deux enseignants chercheurs  (Lu 1391 fois)

25 juin 2020 à 15:42:57
Lu 1391 fois

Kilbith


Bonjour,

On a déjà abordé ce sujet mais il m'a semblé intéressant de vous donner le point de vue de deux enseignants chercheurs (UPS et SupAéro) sur la décision en état de stress.


Le podcast en français 43 minutes :  https://www.univ-tlse3.fr/decider-sous-stress-ou-le-processus-de-decision-en-situation-extreme
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

01 juillet 2020 à 21:04:45
Réponse #1

Oim


Merci pour le partage, trés intéressant.
On a un peu de mal à voir les applications pratiques mais peut-être que l'entretien était trop court pour les aborder en détails.
" The trouble with the world is that the stupid are cocksure and the intelligent are full of doubt. "  GrandMaster B.R.
"tous les survivalistes ne sont pas paranoiaques, mais b*rdel j'ai l'impression que tous les paranoiaques deviennent survivalistes..." Le taulier

02 juillet 2020 à 09:10:29
Réponse #2

Kilbith


Merci pour le partage, trés intéressant.
On a un peu de mal à voir les applications pratiques mais peut-être que l'entretien était trop court pour les aborder en détails.

L'objectif de cet entretien n'est pas d'indiquer des savoir faire pratiques...et d'animer un site universitaire. Il s'agit d'indiquer des principes, d'informer sur des recherches. C'est pourquoi j'ai choisi ce titre.

Les praticiens aiment les certitudes, c'est nécessaire pour leur santé mentale et souvent pour leur santé financière. Les enseignants chercheurs ne connaissent que l'incertitude et rechignent à procéder par affirmation (même s'ils ont aussi les mêmes contraintes parfois que les praticiens).

Il y a aussi des raisons pratiques : D'une part, indiquer au grand public les moyens pratiques utilisés pour les négociations par des services spécialisés serait un peu délicat. La connaissance n'est pas neutre. D'autre part, dans un problème complexe et dans la vraie vie, on ne peut pas laisser croire qu'il suffirait d'utiliser une méthode dédiée sur la base d'un apprentissage reposant l'écoute ou l'imitation.



Pour un comportement humain que l'on veut améliorer grâce à un apprentissage...c'est un peu comme l’apprentissage de la boxe, qui finalement est un bon exemple de décision sous stress.  ;#


On peut apprendre les principes en quelques heures dans un livre ou sur YT pour faire moderne. On peut aussi bénéficier des conseils d'un "pro" qui, sur la base de son expérience propre, va indiquer "quand il se  passe ça, tu fais ça".

C'est utile au départ et cela peut marcher dans des cas simples. Mais dans des cas complexes, finalement les seuls justifiant l'investissement, c'est la capacité à improviser après avoir pleinement intégré les principes et les avoir adapté au mieux à ses capacités qui va, plus ou moins régulièrement, donner des résultats*.

Je ne sais pas si je suis très clair, mais j'essaye d'exprimer ici le résultat de mon expérience dans le domaine de l’apprentissage de soft skills.   :closedeyes:

Les gens veulent des réponses simples aux problèmes complexes. On peut leur donner ce qu'ils demandent pour avoir la paix, la reconnaissance ou la prospérité financière...et souvent c'est suffisant si les problèmes sont simples . Mais pas toujours.



*Techniquement on va distinguer les problèmes structurés, semi-structurés, non structurés selon la classification proposée par Scott Morton :
https://books.google.fr/books?id=BARkt4spU8cC&pg=PA54&lpg=PA54&dq=classification+probl%C3%A8me+scott+morton&source=bl&ots=kxQcFpB4Dk&sig=ACfU3U2icxeaUdGlTWxPlX2K8C6Ly8jFUA&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjZnPWdiq7qAhUC3hoKHVM5CoAQ6AEwAHoECAUQAQ#v=onepage&q=classification%20probl%C3%A8me%20scott%20morton&f=false


« Modifié: 02 juillet 2020 à 09:51:51 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

04 juillet 2020 à 08:35:24
Réponse #3

Oim


Ok.
Ceci dit il y avait quelques exemples donnés de communication utilisant les principes issus de ces recherches et j'aurais aimé qu'il y en ait plus.

Pour la communication a l'intérieur d'un cockpit, ou la cecité aux alarmes cela aurait pu être plus développé sans donner d'outils à des personnes mal intentionnées et le paralléle avec certaines étapes  des négociations de crises pourrait être fait.
Quand tout part dans la mauvaise direction, souvent, on a été aveugles à certains signes et c'est, parfois, parce que l'on a été aveuglé par un mode mental dans lequel on s'est enfermé.

Mais j'ai écouté deux fois le podacst donc j'ai apprécié.
" The trouble with the world is that the stupid are cocksure and the intelligent are full of doubt. "  GrandMaster B.R.
"tous les survivalistes ne sont pas paranoiaques, mais b*rdel j'ai l'impression que tous les paranoiaques deviennent survivalistes..." Le taulier

04 juillet 2020 à 10:46:04
Réponse #4

Sou


"La dissidence n'est pas une fin, mais seulement un moyen, celui de faire à sa façon."

08 juillet 2020 à 11:14:35
Réponse #5

ofelas


C'est bien synthétisé
Après avoir passé quelques années à piloter des avions en privé et après des ULMs
Je gère ma vie encore de cette façon, à la manière du premier avion aéroclub ms 880 Rallye sur lequel j'ai volé
Donc avec une checklist et une visualisation du vol plusieurs heures avant avec la gestuelle
Une des situations merdiques typiques dont il a fallut que je me sorte, visi vraiment dégueulasse, plafond nuageux de plus en plus bas, décision trop tardive de faire demi tour, l'avion commence à partir en virage engagé et début de mise en vrille avec presque plus de référence visuelle, retrouver mentalement les gestes pour sortir de la vrille dans une situation déjà bien dégradée en se servant des instruments vitaux.
Quant on passe sur des qualifs pro, il y avait ce qu'on appelait la FTE pour le travail en équipage, là c'est apprendre la symphonie avec son captain
Un des plus beau exemple pour moi, cette vidéo c'est de l'art
https://www.youtube.com/watch?v=LgIjeWD29p4
Et une autre de tunnelusation
https://www.youtube.com/watch?v=yizMpXYHHrk
Et ce problème de charge de travail a faillit m'arriver plusieurs fois, soit le train pas sorti, soit changement de réservoir
Donc utilisation obligatoire d'une checklist, 25 ans après je me souviens encore de celle du rallye jusqu'à la procédure d'urgence

08 juillet 2020 à 12:13:23
Réponse #6

Matagot


retrouver mentalement les gestes pour sortir de la vrille dans une situation déjà bien dégradée en se servant des instruments vitaux.
Manche au neutre en piquet, pied à l'inverse.

J'ai bon ?  ;#

08 juillet 2020 à 14:44:16
Réponse #7

VieuxMora


Presque,
Cela dépend aussi des avions, certains sortent en lâchant tout, d'autres manche au neutre et pied contraire etc.
Et cela dépend aussi du centrage (répartition des charges avant et arrière)
Certains avions modernes sont munis de parachutes, car il n'ont pas démontré une capacité à sortir facilement de vrille lors des essais de certifications. (Cirrus par exemple)
Enfin , il y a deux familles de vrilles:

- La vrille "normale" ou l'avion est en piqué et décrit une trajectoire en tire-bouchon en perdant rapidement de l'altitude.
C'est la plus impressionnante, mais la plus facile à récupérer en un tour ou moins.

- La vrille plate, ou la rotation ressemble plus à un celle d'un boomerang.
Elle perd moins vite de l'altitude,  tourne rapidement et nécessite de garder le pied à contre pendant plusieurs tours puis de reprendre de la vitesse en piquant.
Si on arrête trop tôt la manoeuvre on en sort pas sauf éjection parachute s'il y a assez d'eau sous la quille.
La variante vrille à plat sur le dos pour amateurs gourmands uniquement !

Tout ceci s'expérimente sur avions de voltige de préférence.

Mes deux tours  ;)

11 juillet 2020 à 15:33:44
Réponse #8

ofelas


Citer
Manche au neutre en piquet, pied à l'inverse.
J'ai bon ?

Ah je vois que ça rappelle des souvenirs
Oui msieur  8)

La vrille, "petit" problème du cirrus, il me semble que j'avais lu quelque chose comme ça quand cet avion était sorti
Effectivement quelques sorties en voltige après on a moins d'appréhension à être plus énergique avec un avion, en restant proche quand même de la vitesse de manœuvre (si je me souviens bien) 
Quelle que soit la situation,il y a intérêt d’être assez haut

Autre manœuvre intéressante la glissade, que je me suis régulièrement faite
Après pour la mania le planeur est éducatif aussi

11 juillet 2020 à 21:26:36
Réponse #9

Matagot


Ah je vois que ça rappelle des souvenirs
De très vieux souvenirs, dans un autre siècle, un autre millénaire, une autre vie où j'ai taté un peu du TB9... ::)

Merci à tous deux pour vos réponses.  :D

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité