Nos Partenaires

Auteur Sujet: Faites un potager!!!  (Lu 12610 fois)

25 mars 2020 à 05:38:50
Réponse #25

gmaz87


Bonjour,

@ Boris, la grelinette ça permet d'abattre du boulot, bon outil.

Pour les graines, à défaut d'en trouver dans le voisinage immédiat, c'est à dire en demandant aux voisins qui ont un potager si ils ne peuvent pas t'en céder qq unes, il reste la débrouille.

Par exemple en piochant dans les les échalotes de la cuisine tu peux faire du plant, idem pour les patates si elles commencent à germer, en récupérant des graines dans les tomates, les poivrons, les courgettes, etc...
Par contre, ce qui semble l'aliment de survie des temps modernes, le paquet de nouilles, ne marche absolument pas.  ;D

A tenter aussi tant que la poste fonctionne des achats de graines sur la Toile, ebay en vend, il faut juste privilégier les achats auprès de vendeurs français pour des délais de livraison rapides.

Creuser aussi pour ceux qui sortent encore un peu parfois pour acheter de la nourriture dans les supermarchés, certains qui ont un présentoir à graines, dans mon coin c'est le cas des L*dl et des Ald*

@ Mandragore, voir plus haut ce que je dis à Boris pour les graines

Si tu es sur place, regarde déjà ce qui pourrait se trouver dans le terrain, par exemple il y a parfois des restes de légumes qui se resèment seuls d'années en années, du style mâche ou doucette.

Pas d'outils, c'est plus compliqué encore qu'en arrachant des touffes d'herbe ou de gazons on retrouve de la terre dessous qui permet de repiquer des trucs, ( tomates, courges etc..) il faut juste les protéger quand les plants sont petits car un milieu d'herbe c'est souvent des limaces ou des escargots qui les bouffent au stade juvénile,

Les conserves ça nécessite un peu de matos, du moins en appertisation, par contre tu pourrais essayer la lactofermentation, juste un récipient, du sel, un peu d'eau et des légumes.

J'en fait, ça marche à tous les coups et ça conserve admirablement les légumes.

Un seul inconvénient: à l'ouverture du bocal l'odeur est puissante (infecte?), mais il ne faut pas s'y arrêter, une fois le bocal aéré, ça disparaît et ça fait un aliment très digeste et très bon pour la santé.

Pour moi c'est LA solution de conservation en milieu dégradé, pas besoin d’énergie pour la cuisson, ni de bocaux et caoutchoucs spécifiques, préservation des vitamines, bonne durée de conservation.
Possibilité de manger les aliments cru ou cuisinés.

Tu peux tester avec les légumes de ton maraîcher local, sans pesticides c'est le top.

Tu trouveras pas mal de recettes sur la Toile et voici un bon site:
https://nicrunicuit.com/

A+
Gérard
 
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

25 mars 2020 à 18:47:58
Réponse #26

mandragore


Citer
Par contre, ce qui semble l'aliment de survie des temps modernes, le paquet de nouilles, ne marche absolument pas. 

Ah ah tu connais ma famille on dirait ! Heureusement que je ne les ai pas écouté quand ils m'ont dit de venir les mains vides, qu'ils avaient tout ce qu'il fallait. Le frigo était au 3/4 vide, pas un seul légume frais à l'horizon, mais une commande de 75kg de pâtes/purée/riz/lait en cours de livraison. Et ils se lavaient les mains au produit vaisselle car ils n'avaient même pas de savon loool. Finalement, ils étaient contents que j'apporte un peu de diversité dans tout ça mais mes légumes frais achetés pour 1 personne n'ont pas fait long feu à trois snif  :'(

J'crois qu'il n'y a plus que des oignons (et des pois cassés?) à planter lool et j'ai cru voir une repousse de salade dans le jardin (si je l'ai bien identifiée).

Je pourrais effectivement commander des graines sur Internet même si a priori la Ferme de Ste Marthe qui est juste à côté de chez moi n'en livre plus mais j'avoue que je culpabilise un peu... à tort peut-être mais bon je me dis que j'ai la chance de pouvoir rester confinée chez moi et que c'est un peu nul de faire prendre des risques aux préparateurs de commandes / chauffeurs / livreurs pour des livraisons pas totalement vitale. Je pense donc attendre d'être obligée de sortir pour voir si je peux pas trouver des graines, et sinon ça attendra la fin du confinement.

En attendant, je me fais un petit carnet avec tous les aliments que j'aimerais dans l'idéal avoir dans mon jardin et je note toutes leurs caractéristiques, ce qu'ils aiment, ce qu'ils aiment pas. Je potasse tes liens et je regarde aussi comment récupérer des graines sur des légumes (pour quand j'en reverrais des vrais - heureusement que j'aime ma famille lool). Mon maraicher est bio et à 500m de la ste marthe, tous ses légumes sont donc issus de graines reproductibles ^^. J'ai de quoi m'occuper.

Je me pose aussi la question du directement pleine terre ou d'aménager petit à petit des carrés surelevés. Ma mère est en fauteuil roulant, et même s'ils comptent aller se perdre au milieu de la Mongolie, ils reviendront bien de temps en temps. Ptete qu'avoir un potager la réconcilierait avec la famille des légumes. Elle a des tomates et des salades plantées chaque année par le voisin, mais elle galère un peu à les ramasser et ne peut cueillir que les tomates qui ne sont pas trop basses.

Encore merci en tout cas !  :doubleup:


25 mars 2020 à 22:28:39
Réponse #27

gmaz87


Bonsoir,

Je ne voudrais pas être exagérément pessimiste mais le trip en Mongolie, ça me semble un tantinet repoussé...

Donc tu pourras entreprendre la confection d'un ou deux carrés surélevés qui serviront sans doute cette année et l'an prochain aussi.

Après pour faire de la production légumière valable, ce n'est pas le modèle idéal.

Une planche de haricots nains pour en manger correctement et en mettre en conserve c'est à minima 10ml, ça fait donc un max de bacs surélevés.

Tu parles du voisin, il jardine aussi?, si oui, il pourrait peut-être te céder quelques graines.

Pour lever tes scrupules en ce qui concerne la commande de graines par internet, si tu commandes sur la Baie, il y a deux ou trois vendeurs qui vendent en petite quantité et donc qui expédient par la Poste en enveloppe matelassée.
Faut juste éviter les haricots, car 20 graines ou rien c'est pareil....excepté pour une variété rare que tu acceptes de semer une année pour les récolter uniquement en semence pour l'année suivante
Ce sont des autoentrepreneurs, ils bossent seuls chez eux, donc tu leur fais courir un risque nul.

Idem pour le tri à la poste, ce sont des machines et non des hommes qui trient les enveloppes.

Reste le facteur, lequel fera de toute manière sa tournée que tu commandes ou pas.

Laisse tomber l'idée de repiquer tes oignons, ceux que nous achetons pour la consommation sont "adultes", ils ont deux ans et ne donneront rien, ce qui ne serait pas le cas des échalotes qui elles sont repiquables.

A défaut et si une livraison par la poste ne te gène pas, je peux toujours t'envoyer quelques graines pour te faire la main et te faire passer le confinement en t'occupant les mains dans la terre.

Passe moi un MP et nous verrons ce que je peux t'envoyer, j'ai pas mal de semences entre mes propres graines récupérées sur les récoltes des années passées et les sachets achetés pour compléter mes variétés.

A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

27 mars 2020 à 16:16:19
Réponse #28

raphael


Mes essais  ;#

A partir de graines de l'année dernière , récupérées sur des fruits, j'ai fait des semis. Ça pousse bien dans la véranda, suite a ce post je tente aussi les haricots et les poivrons ; on verra bien.

Ce week-end je continue la préparation du bout de jardin. Photos a venir.
Se connaitre et s'accepter


27 mars 2020 à 22:53:42
Réponse #29

gmaz87


C'est prometteur!! :D

Pour les haricots, je suis plus dubitatif, ils vont pousser c'est certain, par contre pour les repiquer ça va être galère, trop de risque de casse.
Par ailleurs, pour avoir une récolte acceptable, il faut des dizaines de haricots.

Je pense qu'il est préférable de faire un semis direct en terre, début mai, ou si tu as de quoi les couvrir (tunnel ou autre protection)  de tenter un semis en primeur vers le milieu avril pour une récolte plus précoce.

Pour les poivrons, tu devrais les faire assez rapidement, les plants sont assez long à venir.

Tes tomates ont les premières vraies feuilles, tu peux les repiquer en godet individuel pour les fortifier et aussi les sortir la journée pour les acclimater.
Pour ma part, quand je les repiques en godet, je les enterre quasiment aux feuilles de manière à fortifier le plant en l'obligeant à émettre plus de racines
 
A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

28 mars 2020 à 07:38:37
Réponse #30

raphael


Merci des conseils, je vais mettre en pratique
Se connaitre et s'accepter


28 mars 2020 à 16:46:58
Réponse #31

Tompouss


Quelques semis de radis et salade aujourd'hui en pleine terre. Et de l'oseille aussi. Demain je sème mes plans de concombre et cornichons (en intérieur). Les plants de tomates ont bien grandis aussi cette semaine. Les oeillets d'inde aussi, aux c'est pas pour manger mais pour les abeilles et éloigner certaines vermines  :)
Everybody swears that they are solid, but ice is solid too... until you put some heat on it.

29 mars 2020 à 18:37:23
Réponse #32

gmaz87


Bjr,

Je mets également des œillets d'Inde à proximité des tomates, ils égaient le jardin et effectivement ce sont de bons répulsifs.

Dans le potager j'ai également des bourraches qui se resèment seules, mes abeilles les apprécient et je récolte une partie des fleurs pour les tisanes.

Une de mes voisines qui a un pied de sauge très vieux et très envahissant vient de me donner ( par dessus la haie  ;) )des dragons bien racinés que je vais replanter en différents endroits du terrain.

Aujourd'hui temps froid et venteux, quelques flocons de neige qui ne tiennent pas, un temps à rester lire, le potager attendra des jours meilleurs.

Hier, un copain avec lequel je partage le grand terrain pour les cultures de volume ( carottes d'hiver, raves, PdT, haricots grimpants etc..) a réussi à passer le rotavator et à lever les planches.

Le tracteur étant capricieux, un vieux Renault super 5D, il démarre ou pas..., je me demandais si nous allions pouvoir travailler le terrain, à la main ce serait un boulot de titan, c'est fait et j'en suis soulagé.

A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

30 mars 2020 à 14:16:21
Réponse #33

Dalz


SAlut à tous,
Merci pour le sujet, j'ai plein de questions.
Je voulais m'y mettre l'année prochaine, mais bon autant commencer.
Alors je présente mon contexte, ensuite mes "graines" disponibles, puis mes questions.

Contexte
Sud du nord de l'isère, terre assez grâce, orientation sud.
Terrain plat, j'ai tout ce qu'il faut en surface, faut juste que j'isole des poules pour pas les nourrir en même temps
J'ai tout le matos suffisant d'après ce que j'ai lu sur ce fil

Graines
J'ai plein de tomates roma au frigo, des patates à la cave, et des lentilles, et autre trucs sec.

Questions :
J'ai lu pas mal de trucs sur la perma et la culture sur butte, ça vaut vraiment le coup ?
Je compte faire 30m2 (déplacer le poulailler et l'enclos au fond du jardin et mettre le potager à la place) à terme, c'est pas trop de boulot ?
Comment préparer le trucs, en fait avant de semer, chez les parents c'est on labourre, on engraisse, on seme, très tradi, j'aimerai un trucs plus "facile" quitte à en chier un peu les premières années, c'est quoi vos conseils ?

@+


30 mars 2020 à 15:28:21
Réponse #34

UTOPIE


Bonjour,
Pour moi, la chèvre broute la ou elle est attachée. Je m'inspire de ce que je peux lire et voir mais je fais ma sauce derrière avec ma terre, mes outils, mon temps, la météo, les graines que je dispose et ce que j'aime aussi. Bref... Faut s'y mettre, regarder essayer de comprendrb et moi je travaille beaucoup avec mon ressenti ou mes envies. Ca fait bien 5 ans que je m'y suis mise. Je suis partie de rien. Pas de terre, des cailloux à gogo...
Bref, je profite de la pierre d'un batiment plein sud pour mettre une jardinière à tomate. Les cailloux garde le chaud la nuit et empêche les gelés. Je met du cartons pour éviter de becher. Je met du foin périmé pour refaire de la terre. C'est très propice pour les pommes de terres ce foin. J'ai fait construire une citerne de 20 000 litres d'eau sous le potager pour arroser mais vu la quantité d'eau je ne fais pas que ca avec... Actuellement j'ai gardé mes cotes de bettes tout l'hiver pourtant j'habite dans l'est en altitude. J'ai des poireaux, du choux frisé, des patates de l'année dernière, des oignons, du choux de bruxelle, du romarin, de la bourrache, de la sauce sarclé, de la mélisse, de la ciboulette, du fenouille... Ya de quoi faire. Je récolte dans mon jardin comme quand je vais dans la forêt. Je récolte rarement tout en même temps. Je prend ce que j'ai besoin et laisse le reste même si ca pourrit. Pas grave.
Voilà ma façon de faire. Je voulais vous montrer un exemple de conduite d'un potager.
Il n'y a que les poissons morts qui suivent le courant

30 mars 2020 à 17:00:57
Réponse #35

gmaz87


Bonjour,

@ Dalz, C'est faisable sur le terrain des poules, il doit être fumé à souhait et sans doute assez propre.
Pour les buttes de permaculture, ce n'est pas mon rayon mais c'est jouable avec sans doute pas mal de boulot pour les préparer, donc à réfléchir avant de se lancer.
Sans compter qu'il va te falloir des branchages et rondins pour le fond de ta butte et remuer pas mal de terre.
Mais peut-être qu'ici quelqu'un dira autrement et te donnera de bons conseils pour en faire une.

L'autre solution c'est la méthode tradi, la bêche et en avant!!!?.Si d'aventure tu as le bol d'avoir un voisin avec un motoculteur, une motobineuse voir un tracteur avec roto, c'est ce que je ferai pour travailler le sol rapidement avec le minimum d'effort.

C'est une technique destructrice pour la vie microbienne mais nécessité fait loi.

Tu pourras ensuite ( les années suivantes) travailler plus en douceur avec une grelinette et les vers reviendront vite.

Il y a aussi la combinaison des deux, un peu en butte, le reste en tradi, et tu ajustes ensuite ce qui te semble le mieux te convenir.

Par contre, si tu veux faire un potager, pense déja à tes semis en godet pour les tomates et autres, le temps presse maintenant.

@Aleski Il te reste à regarder Waterworld dans lequel ( de mémoire) Kévin Costner cultive un plant de tomates sur son bateau, il galère pas mal pour trouver de la terre.

C'est con en fait car avec les algues, tu as sur place un super engrais.

Ceci dit, il se faisait à une période de la culture de tomates dans un sac de terreau, on posait le sac, on ouvrait le plastique par endroit et on repiquait un plant de tomates, et ça donne correctement.
Faut juste choisir des tomates cerises qui peuvent se cultiver en buisson, on laisse courir sur le sol et non sur tuteur.

@utopie  Ton potager est le mien sont assez proche semble t il, avec des légumes qui restent en place et pour certains grainent. Je le travaille à la grelinette et j'utilise pas mal le BRF et les déchets végétaux en couvert

La grande terre que je fais avec un pote est plus proche du potager classique:
Grandes planches de légumes ( + 25m), culture sur butte levées avec un engin, et désherbage assez actif.

Mon pote est un fils de paysan et sans le tracteur, il s'emmerde  ;D, donc chaque année il le passe et nous repartons sur un terrain vierge de légumes pérennes.

Ceci dit, vu la surface et comme je le disais dans un précédent post, à la main il nous faudrait un bataillon de réfugiés sanitaires parisiens pour le retourner  ;#.

Pour ceux d'entre vous dépourvus de grelinette mais habitant en campagne, il y a une méthode pour en fabriquer une avec presque rien, des bouts de ferraille de récup et un poste à souder.

Il faut avoir un paysan sympa dans le coin, il ont souvent des dents d'andaineuse qui se brisent lors des foins et sont inutilisables pour eux, vous en récupérez 4 ou 5, plus un morceau de tube carré et une section de tube rond.

J'en ai fait une selon les indications de ce site:http://manuel.routin.free.fr/spip.php?article112
Elle va très bien, autant que celle que j'avais acheté dans le commerce, assez cher d'ailleurs.

Il existe d'autre tuto à partir de ferrailles différentes, l'avantage des fers d'andaineuse, ils sont très solides.

A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

30 mars 2020 à 19:05:49
Réponse #36

gibbon_sceptique


Je plussois Gérard sur les vertus de l'observation, la comparaison entre techniques par exemple. `


Citer
J'ai lu pas mal de trucs sur la perma et la culture sur butte, ça vaut vraiment le coup ?

Je m'excuse je vais être plus théorique que pratique et ne pas te répondre directement.
Je suis un pur produit hors-sol ;#

Sans être permaculteur je m'intéresse un peu à la manière dont des trucs peuvent pousser (ca me fascine et je pèse mes mots !), du coup au delà d'essayer de piger qq trucs en agronomie je suis sensible à une certaine approche permaculturelle qui me fait sens. Et débute mon initiation aux plantations.

Le parallèle sera criant avec le forum : essayer de raisonner plus en terme de principes pour adapter des actions-techniques-matériels que de réfléchir en partant des outils.

Faire une butte c'est un outil, qui présente certaines caractéristiques.
Par exemple rehausser le niveau des plantations par rapport au sol, et ainsi modifier les jeux d’ensoleillement, de température, d'humidité... Pertinent ou pas ? A d'autres endroits on pratique l'inverse et on plante entre les buttes ou carrément dans des trous.

Pour plagier Serge, le contexte est roi.

Pour transformer des matières organiques en humus, humus dans lequel les plantes tireront leurs éléments, il faut de la vie aérobique (de l'oxygène) : bactéries, champignons, insectes etc. De même des éléments fins sont dégradés plus rapidement que des plus gros (dimensions surface de contact). Ainsi enterrer un tronc assez profondément n'a pas grand sens pour améliorer la fertilité. Après un tronc pourrit lui, avec des surfaces d'échanges plus importantes est plus facile à transformer, peux stocker un peu d'eau et permettre un peu mieux à l'oxygène de venir nourrir les bestioles pour le dégrader. Ca peux s'entendre.
Sol&co, énergie au départ, plaisir des yeux, hauteur de travail, expérimentations, temps-argent-matières dispo, ambitions etc : différents facteurs en jeu.

Pour le paillage végétal permanent c'est un luxe inouï qui par comparaison limite énormément les arrosages et désherbages, c'est un truc de malade.
Par exemple par chez moi pour les tomates c'est la fête : l'année dernière rien foutu, un arrosage par semaine au plus sec, et au final des kilos de concentré de tomate... Pendant que la collègue à qq mètres galérait à arroser tout les soirs, à désherber régulièrement. Pour un résultat moindre.
Mais c'est aussi par exemple pour les patates par chez moi sous-optimal par unité de surface ou plants : c'est une plante qui a besoin de chaleur et donc sur paillis végétal j'ai des résultats moins bons qu'en buttage terre tradi qui chauffe bien. Mais comme c'est bien plus pour apprendre que par nécessité économique, qu'il n'y a pas plus faignant que moi, que j'aime expérimenter, que c'est proche du zéro boulot, que ca limite la minéralisation de mon sol et augmente la fertilité, que le rendement au m2 n'est pas une nécessité au présent, que j'ai accès à de la matière organique : ca risque de rester une option encore un moment !
 
Bref.

La permaculture c'est pas plus des buttes ou des hotels à insectes que la survie un oeuf manise ou le dernier acier bidule.

Perso je m'emmerderais (à priori) pas à faire des buttes en soit.
Décompacter le sol, d'une manière ou d'une autre. Vu que c'est pour hier vive les outils.
Et après selon les plantations, plus ou moins gaver le sol de matières organiques en surface (ou maxi dans les premiers centimères du sol).
L'un dans l'autre ca relevera le niveau des plantations par rapport au sol compacté des allées. Butte ou pas butte ?

Et comme sur ce forum on aime les citations, pour finir :
"sol nu, sol foutu" (comprendre à terme, couverture végétale vivante ou à minima paillis de matières organiques, sinon c'est dépérissement du sol cause uv - érosion eau-vent etc -> diminution de la vie - quantité humus cad la fertilité de demain).



*Pour la permaculture, une page bien faite : http://asso.permaculture.fr/permaculture/principes/
Empathie et bienveillance qu'y disaient.

30 mars 2020 à 19:28:45
Réponse #37

UTOPIE


Bon ben je voulais illustrer avec des photos de mon jardin mais je n'y arrive pas. Désolée.
Il n'y a que les poissons morts qui suivent le courant

30 mars 2020 à 19:43:51
Réponse #38

gmaz87


Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

30 mars 2020 à 20:06:52
Réponse #39

éternel débutant


Pour ceux et celles qui n'y connaisse rien, l'idée générale c'est :

- si la terre est dur et peu profonde, ça poussera mais pas aussi bien qu'avec un substrat bien aéré

- si tu met beaucoup d'engrais, le rendement sera meilleure, d'expérience, en agriculture quand on met beaucoup le rendement est meilleure que quand on met juste ce que la plante à besoin plus les "supposés" perte

- semé, planté tot n'a d'intéret principale que si l'on veux récolter tot, du moment que la plante à le temps de faire son cycle dans des bonnes condition, il y aura une récolte. l'Exemple autour de moi, c'est ceux qui plante des patates au début du mois de mars, Un coup de gel en avril/mai et c'est terminé. Planter au mois de mai voir début juin, ça fonctionne, il faut être un peu plus exigeant sur l'arrosage car les fort besoin en eau de la plante auront lieu pendant les chaleur de l'été.   

- le désherbage c'est bien, mais du moment que la plante a la place sufisante pour ce dévelloper, ça ira quand même....

De manière génral il ne faut pas trop ce prendre la tête, ne pas en espérer trop, c'est rare que tout ce passe comme prévue quand on manque d'expérience, surtout avec le vivant....

voili voilou

31 mars 2020 à 17:17:20
Réponse #40

thorgaal


En temps de crise, pensez aux valeurs sûres : je veux vous parler du topinambour  :up:
Si nos vieux en ont tellement mangé qu'il ne peuvent plus le voir en peinture, c'est parce que c'est justement le légume qui reste quand il n'y a plus rien d'autre...

Il pousse comme du chiendent, au point de devenir facilement envahissant, s'adapte à tous les sols et presque tous les climats, ne demande aucun soin, n'a quasiment aucune maladie, est très productif en calories alimentaires (souvent plus que la pomme de terre à surface égale) et se conserve tout l'hiver en terre.

Une vrai merveille, et un super-aliment en plus, bon d'accord pas sans effets secondaires, mais j'anticipe sur l'après-confinement  ;)

Je conseille à tous ceux qui le peuvent d'en planter au moins une petite parcelle dans le fond du jardin, ça ne prends pas beaucoup de temps et quand vous n'aurez plus que ça à manger vous serez contents, ensuite vous allez surement maudire ce satané légume pour deux générations, mais au moins vous aurez survécu  ;D
Même pas la peine de savoir jardiner ou d'avoir du temps pour s'en occuper, c'est quasiment inratable !
Et ça fait aussi des jolies fleurs en septembre-octobre.

Ses seuls ennemis, à ma connaissance, sont les larves de hanneton (galeries dans les tubercules qui peuvent compromettre la conservation), et surtout les campagnols terrestres qui sont parfois assez nombreux pour dévorer toute la récolte, en cas de doute, on peut enterrer du grillage fin autour de la parcelle au moment de la plantation, ou alors planter beaucoup plus pour qu'il y en ait assez pour tout le monde  :)

Edit : et n'allez pas acheter de la "semence" hors de prix, prenez des tubercules dans le commerce alimentaire et replantez-les, c'est la même chose, vous pouvez diviser les plus gros.
« Modifié: 31 mars 2020 à 17:23:44 par thorgaal »
Tant dort le chat qu'à la fin il s'éveille.

31 mars 2020 à 18:05:07
Réponse #41

Tompouss


Tiens c'est peut être à cause des souvenirs des topinambours que les boomers ont dévalisé le PQ  :lol: Je voulais en mettre dans un coin du terrain chez mon grand père, sa réponse "tant que tu essaies pas de m'en faire manger"  ::)

Sinon personne n'a parlé des cucurbitacés, pas des masses d'entretien, très bon rendement selon les variétés et se conserve plutôt bien. Il faut un peu de place par contre. Chez mon aieul on en avait qui paissaient les 35kg l'an dernier, de quoi faire quelques bocaux de soupe avec un seul. Et sinon potimarrons (plus goutus) et butternuts (farcis, en beignets...)
Everybody swears that they are solid, but ice is solid too... until you put some heat on it.

31 mars 2020 à 18:29:56
Réponse #42

Lélie


Pour le topinambour, le secret est de bien le cuire (un peu trop)  ;#
Plus sérieusement, c’est envahissant ... faut le confiner si vous voulez garder l’espace autour utilisable.
"Scratch any cynic and you will find a disappointed idealist" George Carlin

31 mars 2020 à 18:59:14
Réponse #43

gmaz87


bonjour,

Le topinambour c'est vraiment envahissant, un morceau qui reste dans le sol, deux ans près tu as un champ  ;# et parmi les les amateurs il y a aussi les sangliers.. mais c'est vrai que ça produit un max et
quand la bouffe se faire rare comme pendant la dernière guerre, ma foi...

Sinon, pour les effets secondaires bruyants et olfactifs, il faut voir le bon côté, dans une famille de 4 personnes et avec les tuyaux qui vont bien, une chambre à air de camion, on doit pouvoir faire du biogaz et cuisiner avec  :lol:, et les cannes des topi font un bon paillage une fois broyées.

Plus sérieusement, les cucurbitacées c'est un bon placement, surtout les courges de conservation, butternut, potimarron, potiron etc..., ça se conserve bien et longtemps et pour des poids intéressants.
J'ai encore dans la cave des butternuts ramassées à l'automne, il faut juste les ramasser bien mures, sinon la conservation foire.

Comme le dit thorgaal (dont j'avais suivi en son temps les aventures avec son pote le bélier  ;)), pour les courges comme pour le topi, les légumes du commerce fournissent la semence.

A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

31 mars 2020 à 20:04:06
Réponse #44

gibbon_sceptique


Concernant le topinambour une idée c'est de l'essayer fermenté comme de la choucroute.
Le goût est très différent, ca fait son effet, pas dans le sens évoqué ci-dessus. Merci la fermentation !

Perso je n'ai pas de jarre dédiée, je fais ca dans des bocaux type le parfait avec joint. Ca mousse. Et après atmosphère sans 02 ca continu de fermenter qq semaines et PAF ca fait une topinamcroute !

Prochaine étape l'hiver prochain en confectionner en jarre.


Pour l'envahissement ca commence ici, je pensais simplement rabattre une, deux ou trois fois les tiges une fois poussées. Ca devrait suffire non ?


Bon jardinage-cuisine.
Empathie et bienveillance qu'y disaient.

31 mars 2020 à 20:55:05
Réponse #45

DEUN


Dans une optique purement autarcique, le topinambour possède aussi une autre grande qualité...

Mais là, à l'heure d'aujourd'hui et même sous confinement, on risquerait de donner dans le côté obscur illégal de la chose.  :closedeyes:
"J'adore l'hippopotame ; il est myope, il est triste, il a la peau trop longue et les dents mal plantées, il vit par couple, il sait marcher sous l'eau, il a l'air d'une grand-mère anglaise ; à quinze jours, à deux mois c'est une charmante bestiole, il dévore une prairie pour son petit déjeuner. Comme lui j'aime rêver dans les fleuves. Le découragement de l'hippopotame est une des choses les plus tristes qui soient."  (A. Vialatte)


31 mars 2020 à 22:05:44
Réponse #46

promeneur4d


Deun: Pour rester dans l'ère du temps, on peut en faire un désinfectant...  ;#
Si 86% de la population d'un pays veut pas d'OGM dans les champs et qu'ils sont plantés quand même, peut on parler de démocratie?

31 mars 2020 à 22:29:53
Réponse #47

promeneur4d


Pour faire un peu plus de signal: Ceux qui ont des graines, mais pas de tout, peuvent les troquer sur le site semeur.fr , en tout cas tant que la poste fonctionne encore plus ou moins. C'est plus pour les jardiniers qui ont un peu d'expérience, car c'est principalement pour ceux qui font leurs propres graines. J'ai troqué des trucs quasi pas trouvables ailleurs il y a quelques années, puis le site a fermé un temps, maintenant il fonctionne de nouveaux.
Si 86% de la population d'un pays veut pas d'OGM dans les champs et qu'ils sont plantés quand même, peut on parler de démocratie?

01 avril 2020 à 03:54:22
Réponse #48

gmaz87


Dans une optique purement autarcique, le topinambour possède aussi une autre grande qualité...

Comme quoi on peut toujours lui trouver du bon, ça ouvre des perspectives  ;#
100 kg de topi pour 10/15 l de rendement, c'est mieux que la prune et largement mieux que la poire.
Bon après pour le goût, ça se discute.
a+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

01 avril 2020 à 19:59:23
Réponse #49

NoName


Pour celles et ceux qui vivent en ville et qui n'ont vraiment pas de place : Les Incroyables Comestibles

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité