Nos Partenaires

Auteur Sujet: Faites un potager!!!  (Lu 12469 fois)

14 avril 2020 à 21:15:19
Réponse #75

Richleau


Ah merci ! C'étaient des cétoines... RIP
Pour les blaireaux, j'ai eu un voisin qui vaporisait son jardin au gasoil, pour les éloigner. À part se réveiller de sa sieste dans Mad Max II, aucun résultat. La connerie n'a pas d'âge.

14 avril 2020 à 23:28:42
Réponse #76

thorgaal


Beaux semis raphael !!, juste à faire gaffe à ne pas planter les melons et concombres trop proches les uns des autres, les cucurbitacées s'hybrident facilement et c'est le plus simple moyen pour avoir des melons sans goût.

AMHA il s'agit d'une légende urbaine rurale  ;)

https://jardinierparesseux.com/2018/06/28/mythe-horticole-ne-cultivez-pas-les-melons-avec-des-concombres-sinon-cela-changera-leur-gout/

De toute façon je ne vois pas en quoi la pollinisation par une espèce ou variété différente pourrait changer le goût d'un fruit, la différence ne peut en principe avoir lieu qu'à la génération suivante.

Mes 2 cornichons...
Tant dort le chat qu'à la fin il s'éveille.

15 avril 2020 à 05:18:48
Réponse #77

gmaz87


Bonjour,

A te croire, mais pour ma part et comme je conserve les graines pour semer les années suivantes, je préfère les cultiver loin les uns des autres.

J'ai eu comme ça des butternut qui ont variées dans leur aspect et leur forme d'une années sur l'autre (je précise qu'elles étaient issues de graines non F1 ou autres bricoles) alors qu'elles étaient cultivées à proximité d'autres courges.
Ceci dit, sur le plan gustatif, elles étaient consommables.

D'une manière plus générale, pour les courgettes dont je veux conserver le type avec certitude, je choisis une fleur femelle que je garde fermée,je procède à une fécondation manuelle et ensuite je referme la fleur.

Pour les melons, c'est dans mon coin une grande loterie, ils sont rarement bons et très souvent de taille médiocre, sans doute pas assez de soleil, pas assez d"eau, bref le jeu n'en vaut pas la chandelle.

A contrario, j'ai réussi l'an passé à avoir deux pastèques de la variété Sugar Baby ( dont l'une juste pour mémoire car elle était de la taille d'une clémentine, l'autre d'un ballon de hand), la plus grosse était juteuse et assez sucrée.

C'était sous serre, et le prix de l'eau utilisée ne valait sans doute pas le résultat si on excepte le succès d'estime.

A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

16 avril 2020 à 10:44:29
Réponse #78

raphael


C'est aussi l'occasion de faire ce que l'on repousse à plus tard, dans mon cas j'avais des manches d'un coté et des outils récupérés a droite et a gauche mais soient cassés soit pas adaptés.

et hop une scie , une perceuse, du papier de verre et du mélange huile de lin, cire, térébenthine.

Voilà mes outils pour le potager
Se connaitre et s'accepter


16 avril 2020 à 12:16:26
Réponse #79

Loriot


AMHA il s'agit d'une légende urbaine rurale  ;)

https://jardinierparesseux.com/2018/06/28/mythe-horticole-ne-cultivez-pas-les-melons-avec-des-concombres-sinon-cela-changera-leur-gout/

De toute façon je ne vois pas en quoi la pollinisation par une espèce ou variété différente pourrait changer le goût d'un fruit, la différence ne peut en principe avoir lieu qu'à la génération suivante.

Mes 2 cornichons...

A la limite le goût on s’en fout un peu... mais si tu te retrouve avec des hybrides de courge ornementale, là, tu peux être vraiment gravement malade. Certains en sont mort...

En cause la cucurbitacine. En principe l’amertume doit alerter pour ne pas consommer ce légume. Mais il y a tout de même des accidents chaque année.
J’ai plusieurs fois reçu des graines de chez koko***££ pour des concombres ou des courgettes simplement imbouffable!
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

16 avril 2020 à 13:55:13
Réponse #80

gmaz87


Beau boulot raphael  :D
Si en plus tes fers sont des vieux fers et non fait dans des aciers à ferrer les ânes, tu as tout bon!!
Le matos des anciens était fait pour durer, pas le cas des fabrications modernes.
Je suis (enfin j'étais car par certain d'y retourner de si tôt) un coureur de vide-greniers impénitent ;#
J'y ai trouvé du bon matos ancien pour des cerises, que ce soit des outils à main pour travailler le bois, des outils de jardinage, des couteaux de toutes tailles, des réchauds et autres lampes à pression etc...
Ou en es tu de ton projet de serre?
A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

16 avril 2020 à 14:06:25
Réponse #81

Puk


Bonjour,

Les croisements se répercutent sur la génération suivante d'où la difficulté de faire soit même ces graines, il y des protocoles à respecter en fonction des espèces cultivées.
Les croisement s'opèrent facilement chez les cucurbitacées et le plus risqué est de croiser de la courge, courgette, melon avec une coloquinte, mais également entre poivrons et piments ou au sain de divers variétés de tomates.

Le problème avec les graines de koko... , c'est que leurs semences sont en partie contributive, ils expliquent et forment des jardiniers amateurs à la récolte de graines mais si les distances entre variétés ou choix des plantes pour récupérer les graines ne sont pas respectés... et bien il y a des hybrides...

De mon côté je ne prend jamais de graines chez eux par expérience d'un ami maraîcher, trop de graines qui ne poussent pas (des sachets entiers pour certaines plantes), manque de sérieux dans la récolte des graines. Il me semble qu'aujourd'hui ils ont des infrastructure un peu mieux adaptées mais il y a quelques années ils étaient sous hangar non climatisé d'où une grande perte sur les graines par trop de chaleur.

Au plaisir de vous lire,
Puk
"La chute n'est pas un échec. L'échec c'est de rester là où on est tombé"

16 avril 2020 à 14:27:04
Réponse #82

Lélie


De ce que j’ai lu pour les courges ou courgettes, elles peuvent s’hybrider jusqu’à 2km de distance ... donc avec celles des voisins, à moins d’habiter au fond du monde.
Pour récolter ses graines, la meilleure solution semble d’opter pour la pollinisation manuelle une fois de temps en temps (les graines se conservent plusieurs années facilement).
"Scratch any cynic and you will find a disappointed idealist" George Carlin

16 avril 2020 à 14:49:14
Réponse #83

Puk


Pour les courge et courgette, c'est le plus simple pour garantir les graines (et les fruits...j'en connais qui pollinise toutes les fleurs de courgette à la main chaque année pour avoir une meilleure récolte).

Pour les tomates, il me semble qu'il faut les planter par 5, en croix et ne récupérer les graines que sur le pied du centre.

En fait pour chaque plante, la méthodologie est différente.
"La chute n'est pas un échec. L'échec c'est de rester là où on est tombé"

16 avril 2020 à 16:43:16
Réponse #84

raphael



Ou en es tu de ton projet de serre?
A+
Gérard

Je m'y mets ce week end dès que j'ai le temps et que ce satané >:( vent tombe, et c'est nul le télétravail je passe plus de temps a bosser qu'avant.

C'est un enseignement du télétravail, t'es censé être dispo de 8h a 19h
Se connaitre et s'accepter


17 avril 2020 à 06:31:40
Réponse #85

gmaz87


Bonjour,

Je cultive chaque année beaucoup de tomates, entre 60 et 80 plants.

Initialement, je laissais en gros 50 cm entre chaque plant mais comme je ne taille pas, c'était insuffisant et les plants finissaient pas se mélanger, sans compter les attaques de mildiou qui se propageaient plus rapidement.

Depuis l'an passé, j'ai décidé de les planter avec des intervalles plus importants, je fais une pige en bois d'environ 1m20 et je m'en sers comme gabarit pour la plantation.

Les années antérieures, j'ai constaté que j'ai "perdues" deux variétés, perdues en ce sens que bien que les pieds donnent des fruits ceux ci ne sont plus conformées aux types d'origine.

Il s'agit des Cornue des Andes et des Rose de Berne, les Cornues sont plus petites moins typées dans leur forme et pour les Rose, elles n'ont plus la franche et uniforme couleur rose mais tirent plus vers un mix noire de Crimée avec une peau teintée de rose.

Au niveau du goût, il n'y a rien à dire, elles sont néanmoins bonnes.

N'étant ni vendeur ni échangeur de graines "au type", je ne fais pas une fixette sur la préservation de celui-ci.

Cette année, un ami m'a'donné des graines de Black Krim, Noire de Crimée je pense, je vais voir si je retrouve le type d'origine.

Je ne suis pas un spécialiste de la reproduction des végétaux, c'est juste mon constat, dans mon jardin et avec mes conditions de culture.

A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

18 avril 2020 à 16:56:21
Réponse #86

raphael


Avec les moyens du bord et dans l'optique recup, j'ai fait un simili protection froid (maintenant, quoi que  :ohmy:) et ombrage (été). avec du voile d'hivernage

en position basse pour le froid et position haute pour ombrage
Se connaitre et s'accepter


18 avril 2020 à 22:48:47
Réponse #87

gmaz87


Pas mal, et en ce qui concerne le froid, même si nous semblons parti pour de la chaleur, les nuits restent fraîches et ça aidera à la pousse des légumes pour gagner quelques jours ou semaines sur la récolte.
A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

26 avril 2020 à 20:11:11
Réponse #88

raphael


ça y est , plantation des semis aujourd’hui. (tomates, cornichons, melon, tentative d'haricot)

A travers une bâche en plastique pour empêcher les mauvaises herbes et garder l'humidité
Se connaitre et s'accepter


26 avril 2020 à 22:29:40
Réponse #89

Vef


Pourquoi ne pas pailler, même avec l'herbe tondue, plutôt que de bâcher?

27 avril 2020 à 05:30:55
Réponse #90

gmaz87


Pourquoi ne pas pailler, même avec l'herbe tondue, plutôt que de bâcher?

Bjr,

On peut faire l'un ou l'autre, chacun à ses avantages et inconvénients:

Bâche:
 avantage: rapide à poser, on fait facilement le rang avant de faire les trous pour les plants ou les semis, pose en une seule fois

inconvénient: pas bio dégradable donc bien surveiller pour éviter de se retrouver à terme avec des lambeaux de plastique partout
Eviter la bâche translucide car les adventices se forment dessous et le remède est pire que le mal

Déchets de tonte:
avantage : facile à trouver, plus simple que la bâche sur des petites surfaces ou en paillage individuel d'un seul plant, biodégradable

Inconvénient: risque d'introduire des graines d'herbes indésirables, doit être séchée avant usage sinon fermentation et montée en T°, à renouveler régulièrement pour rester efficace.

De toute manière, la règle qui prévaut au jardin est l'expérimentation des différentes techniques, c'est le seul moyen de voir ce qui convient à chacun, selon le type de terrain, le climat, l'idéal étant de tester sur des parcelles échantillons et avec des cultures identiques, d'observer les résultats et d'en tirer les conclusions.
En se souvenant bien que les conditions de T°, de pluviométrie ne sont que rarement identiques d'une année à l'autre et que les résultats en seront impactés.

Un exemple simple: un jardin "à l'ancienne" avec parcelles au cordeau, désherbée régulièrement marche très bien et donne de bons résultats, simplement si on néglige le désherbage ça devient vite la jungle, les légumes sont étouffés et les résultats décevants.

idem pour les buttes en permaculture, ça pousse tout seul ( mon œil!!), si on ne fait pas à minima la chasse aux limaces et autres, qu'on ne retire pas les plantes qui vont pousser suite aux arrivées de graines par le vent, etc..., le rendement sera foireux.

A mon sens l’inconvénient de ces buttes pour le jardinier débutant c'est justement de savoir identifier et éliminer les plantes indésirables avant qu'elles ne soient installées et ne grainent ou s'enracinent ( un bon vieux liseron qui est bien en place c'est la peste!! et si sa racine est en profondeur c'est la casse assurée et le bouturage des morceaux certain!!)

Sur un semis en ligne, on repère rapidement les plantules du semis ( identiques, bien dans la ligne etc)
par opposition les autres sont à éliminer.
Quand on sait les reconnaître, on fait si on veut de la butte, avant c'est plus risqué sauf à ne mettre en place que des plants déjà identifiés.

Il faut donc mettre en balance le travail fourni et le résultat obtenu.

Si on considère le jardinage comme une corvée nécessaire, ça foire automatiquement.

Si on considère le jardinage comme un plaisir et l'envie d'y passer une heure ou deux chaque jour, ça marche car alors on va passer régulièrement une serfouette entre les lignes de légumes et ainsi supprimer les "mauvaises herbes " au stade de la plantule.

Tout comme le jardinier qui parcourant le périmètre de son terrain aura en poche un sécateur, il pourra supprimer au stade premier les rejets de ronces et autres indésirables immédiatement, ce qui limite sérieusement les opérations de nettoyage plus importantes.

A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

27 avril 2020 à 08:16:09
Réponse #91

migmig


Bonjour, tu arrives a te débarrasser des ronces en coupant les rejets au sécateur ?????
Chez moi, les ronces rigolent et repoussent encore plus si je les coupe comme ça !
J essaye de sortir un maximum de racines a la pioche, j ai remarqué que c est vraiment plus efficace que de couper les rejets ....

27 avril 2020 à 13:59:10
Réponse #92

gmaz87


Non, bien sur, la seule bonne méthode c'est d'extraire la souche.
Ce que je voulais dire c'est que le coup de sécateur évite que les tiges ne retombent au sol et marcottent en créant de nouvelles souches.
Souvent on repousse le moment de les traiter radicalement et du coup elles essaiment, le sécateur va permettre à moindre effort d'en empêcher la multiplication.
A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

27 avril 2020 à 14:07:08
Réponse #93

migmig


Merci pour les précisions, c est bien ce que je pensais, il n' y a pas d autre solution, et chez moi, j ai beau le faire des que j en vois, il y en a toujours quelque une qui repartent...., Je les aurai a l usure j espère !!!

30 avril 2020 à 11:33:45
Réponse #94

gmaz87


Bjr,

Un lien très intéressant sur ce que sont les potagers urbains en Russie, nous pourrions nous en inspirer, tant pour la production alimentaire que pour une forme d'habitat alternatif ou complémentaire.

https://yggdrasil-mag.com/blog/magazine/les-collectifs-de-jardins-russes---un-systeme-alimentaire

Pour ceux qui ne connaissent pas Yggdrasil, je vous en conseille la lecture ( je pense que David sera d'accord avec moi  ;))
A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

01 mai 2020 à 09:19:40
Réponse #95

UTOPIE


Bonjour,

Un livre sur la permaculture fait par un ingénieur agronome téléchargeable gratuitement
lejardinvivant.fr/download/les-buttes-sont-elles-une-alternative-a-la-crise-agricole/

Ensuite pour les plantes invasives type ronces ou autres on peut aussi bâcher la zone qui pose problème pendant un an puis l'enlever et ressemé sur la terre mise à nu. C'est long mais pour une foie il n'y a pas besoin d'huile de coude. 
Il n'y a que les poissons morts qui suivent le courant

01 mai 2020 à 10:29:49
Réponse #96

Olly



 C'est long mais pour une foie il n'y a pas besoin d'huile de coude.

Salut, cette dernière phrase me fait penser que, d'après du peu que je sais, souvent, l'huile de coude remplace le temps. J'avais vu des vidéos titrées "le potager du fainéant" je crois. Par exemple il expliquait que un an de paillage remplace le retournement de la terre, il disais qu'il était déconseillé de retourner la terre car on détruisait la faune de la terre, nous mettions à l'air des choses qui devraient rester cachée.

Depuis que j'ai vu ces vidéos, je ne retourne plus la terre, je ne fais qu'aérer l'endroit où je plante. La terre non retournée absorbe mieux l'eau, et ne se craquelle pas. Cela donne a réfléchir...

Édit: c'était le potager du PARESSEUX

https://youtu.be/uK4NT7q9V2c
« Modifié: 01 mai 2020 à 10:43:22 par Olly »
"Le plus à l'abris des dangers est celui qui se tiens sur ses gardes même lorsqu'il semble être en sécurité"

- Publilius Syrus -
Philosophe Romain (+/- un siècle avant J-C)

01 mai 2020 à 22:35:07
Réponse #97

Loriot


Il faut pas se palucher trop non plus.
Depuis que l’homme cultive un potager et qu’il décrit ses travaux, l’homme, enfin plutôt la femme ou l’enfant car c’est souvent eux qui se sont retrouvé dans le potager, ces derniers ont retourné la terre, incorporé du fumier, arrosé, désherbé, chassé les poules et pesté contre les moineaux!
Cela bien avant la révolution mécanique.
Bien avant la chimie horticole...
Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le c..

02 mai 2020 à 07:04:08
Réponse #98

gmaz87


Bjr,

C'est juste, traditionnellement le potager était le domaine des femmes et accessoirement des enfants, tout comme l'élevage de la volaille.

Dans une optique vivrière campagnarde, la femme était à la maison, de même que les enfants et l'homme aux champs, partage bien compris des tâches consécutif de la force nécessaire aux travaux.
Par contre, souvent l'homme bêchait, retournait la terre avant les plantations, ensuite il n'intervenait que peu.

Pendant longtemps, du moins dans les provinces, les seuls légumes que l'on trouvait étaient ceux des potagers ( le sien ou celui des voisins), il n'existaient quasiment aucun marchand en vendant.

J'ai souvenir de vacances en Limousin dans les années 70, le bled à 6 km avait bien une épicerie mais le rayon légumes était indigent, peu engageant, les rares salades flétrissant lentement sur place.
Normal, personne n'en achetant, en ayant à domicile.
C'était notre voisine qui cultivant un morceau de notre terrain en potager nous en donnait.

Dans les villes, il y avait bien quelques boutiques de fruits et légumes, des marchandes des 4 saisons et il subsistait, résistant encore, des parcelles de jardins ouvriers.

On mangeait encore en cette époque les légumes de saison, certains ne vendant qu'un seul légume comme ce vendeur de patates de la rue de l'Ouest dans le 14ème qui ne vendait tout au long de l'année, uniquement des pdt, mais au moins 10 variétés différentes et les ménagères savaient lesquelles elles préféraient.

Pour ce qui est des nouvelles techniques de jardinage, je suis pour les tenter, en étant bien convaincu que le potager ou tu sèmes tes graines par dessus ton épaule et ensuite tu retournes lire un bouquin est une douce utopie, mais c'est vrai que de couvrir le sol l'améliore, parfois avec des effets secondaires néfastes comme la prolifération des limaces.

C'est vrai aussi que de laisser monter en graines des légumes permet de retrouver ensuite des plants spontanés à conserver en place ou à repiquer plus loin.

Ce dont je suis sur par contre, c'est que le potager sans efforts n'existe pas ou alors à accepter des rendements si faibles qu'ils restent des doux rêves pour personne ayant les légumes du super marché en roue de secours.

Et si pas de roue de secours....la ça craint sachant qu'un cycle standard de culture c'est a minima 3 mois, louper une culture c'est ne rien bouffer pendant 3 mois, voire plus si le créneau de température est dépassé.

Des tomates de plein champs foirées, soit par mauvaise culture soit par maladies, c'est pas de tomates jusqu'à l'année suivante...

Dans une des vidéos du jardin du paresseux, il fait le point sur sa culture de patates sous foin, en gros il récolte 25% de ce qu'il aurait du avoir, entre autre par des attaques de campagnols.
Je suis désolé mais ne récolter que 25% de la récolte prévue et dont pas mal de tubercules sont bouffés en partie, pour moi c'est un échec.
Avec 100kg de patates, tu tiens une année à deux, avec 25kg en partie abîmés.....

Ceci posé, n'étant pas un tenant furieux du " c'était mieux avant", je vais me procurer du foin pour l'automne, couvrir une parcelle échantillon et voir ce que ça donne en regard d'une culture plus traditionnelle ( sans engrais chimiques ou autres saloperies, bien sur).

Si comme je le crains, notre société ne se relève pas ou que très lentement de cette saloperie qui désorganise notre planète, le jardin ne sera plus un débat mais bien une obligation, du moins pour ceux qui pourront en avoir un, entre 100 m² de pelouse à tondre et 100m² de légumes gratuits à consommer, le choix ne se posera même pas.

A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

02 mai 2020 à 09:34:01
Réponse #99

Olly


Merci pour vos avis sur ce sujet, je me posais la question de sa véracité. Pousson un peu plus loin, et alors je pose une question :

Finalement, retourner la tête, ça sert à quoi? N'est-ce que pour faire crever les herbes ? Y'a t'il un autre but?
"Le plus à l'abris des dangers est celui qui se tiens sur ses gardes même lorsqu'il semble être en sécurité"

- Publilius Syrus -
Philosophe Romain (+/- un siècle avant J-C)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité