Nos Partenaires

Auteur Sujet: Les bottes de chasse et autres chaussures à tige très haute.  (Lu 1087 fois)

05 janvier 2020 à 22:49:06
Lu 1087 fois

Rantanplan


Bonsoir, bananée, tout ça.

Je me pose des questions concernant cette gamme de chaussures à tige très haute dont voici quelques exemples:

Meindl Dovre


Lundhags Jaure High


Chiruka Alaska


Si on cherche les caractéristiques des 3 paires ci dessus, on se rend compte qu'elles ont des profils très différents:
- avec ou sans gore tex
- semelle plus ou moins rigide
- "coque" caoutchouc plus ou moins prononcée

Elles n'ont en commun que leur tige très haute. Donc on peut en conclure que la tige très haute n'est pas dédiée à un type particulier de chaussure.

On sait aussi que la hauteur de la tige n'a pas d'influence sur la protection de la cheville.
(source: https://pdfs.semanticscholar.org/7fc6/b29f6dde96235279e1ed69da14d6fea5039f.pdf)

Comme ce sont des chaussures en général très lourdes, une telle pénalité doit être compensée par des avantages ou un intérêt particulier...

Selon vous, lesquels ?

--------------------------------------

J'ai les Chirukas en question, je les ai acquises en raison de problèmes de fasciite qui rendaient la marche pénible avec mes bottes caoutchouc. En dehors de ce besoin, l'avantage que j'ai perçu ?  A part se passer de guêtres dans les herbes hautes; ou encore marcher dans les prairies humides, ruisseaux et marais sans mouiller le bas du pantalon (jusqu'à 15cm d'eau), je suis dubitatif.

Je suis encore plus dubitatif concernant la Meindl Dovre. Je ne l'ai pas mais j'ai pu l'essayer. Elle est rigide comme une chaussure de montagne là ou une Chiruka est beaucoup plus souple. Or en montagne, on a beaucoup de sauce caillou (sec) ou des torrents ruisseaux à traverser (+15cm d'eau)... Mais pas de milieu vraiment humide/vaseux de plaine. Du coup, je comprend encore moins la raison d'être de cette paire.

Voilà... Si vous avez des idées, des connaissances, des témoignages...

Merci par avance.

05 janvier 2020 à 23:06:35
Réponse #1

Heyne


Bonsoir,
J'avais cette hauteur de tige en Suède pour travailler dehors et me promener et c'était pour moi la hauteur parfaite pour marcher partout sans avoir à faire trop attention où l'on met les pieds à chaque pas dès qu'on marche sur autre chose que du rocher bien dur en hauteur (mais il faut quand même prendre ses précautions en zone humides et marcher sur ce qui semble le moins profond possible).
Pas l'idéal à sécher sur plusieurs jours en rando si ça prend l'eau mais en sédentaire c'est moins problématique et j'ai fini par perdre le compte du nombre de fois où en marchant dans une zone humide/marécageuse ou en tombant dans un trou flaque bien caché par la neige le niveau d'eau s'est arrêté pile poil à la limite de la tige.
Presque jamais eu les pieds mouillés grâce à ça, et mon modèle était à 18cm de tige pour 600gr et quelques/chaussure je crois, donc pas si lourd que ça peut en avoir l'air.
Donc c'est comme des bottes, mais en plus confortables, et qui restent moins facilement embourbées en te laissant te promener en chaussettes à chaque mètre fait dans la vase collante / mousse dense baignant dans l'eau.

Aussi, je déteste avoir les mollets soutenus et serrés, donc je ne serrais mes chaussures qu'a moitié, mais en marchant dans les anciennes zones de coupes à blanc (assez fréquentes à bas) vu que le sol est retourné et couvert de mousses/arbustes denses a port rampant genre Vaccinium, de hautes herbes, de pierres et de souches, t'as vite fait de mettre un pieds dans un trou caché sous un caillou lui aussi caché, ou de passer la jambe entre quelques troncs/racines bien serrées, et là une tige haute c'est assez efficace pour éviter de s'écorcher joyeusement le mollet, voir même de se tordre une cheville (et pourtant je fais de la rando en chaussures minimalistes et en montagne sur plusieurs jours en france, mais ça m'a plutôt bien sauvé une ou deux fois d'avoir des chaussures  hautes dans ces anciennes zones d'abatage, en dehors de ces coins, cet avantage disparait complétement à mon gout).

Edit: précisions
« Modifié: 06 janvier 2020 à 00:04:58 par Heyne »

06 janvier 2020 à 10:08:42
Réponse #2

Kilbith


Même constat que Heynes (les chiruca espagnoles étant plus des bottes de chasse. C'est à dire des chaussures de rando solides à guêtre intégrées, dans l'esprit des rangers).


C'est adapté à des zones "sauvages" peut ou pas impactées par l'action de l'homme.

Par exemple dans nos contrées les rivières sont canalisées avec habituellement un bras principal large et profond (d'où nécessité d'un pont pour traverser).

Pas le cas dans le nord :



Dans une zone vierge les petits cours d'eau abondent car la rivière s'étale. De nombreux petits bras sont souvent traversables "pieds secs" avec des tiges hautes. C'est aussi le cas pour les cours d'eau transversaux aux vallées glaciaires.

Si le niveau de l'eau dépasse la hauteur de la tige, il faut savoir que le fait de la serrer sur la cheville avec le pantalon dedans limite tout de même pas mal l'intrusion d'eau dans la chaussure (pas si on traverse lentement ou aboorde un bras de mer).

Ce type de terrain est courant en zone boréale (scandinavie, alaska, sibérie...) comme en plus ce sont des terrains relativement plats, ces chaussures peuvent être adapté à ces conditions.

A cela s'ajoute d'autres avantages :

-  Très bonne protection des malléoles et du mollet en cas de glisse entre deux rochers/abattis.
-  Bonne protection thermique et mécanique par la tige haute qui isole la cheville et permet aussi un large recouvrement entre le pantalon et la tige de la chaussure.
- En position assise ce large recouvrement évite les piqures d'insectes à ce niveau et le froid.
- Dans la neige, un corps humain s'enfonce du fait de la pression exercée jusqu'à un certain point (évidemment cela dépend du poids total, de la surface de la semelle et surtout de la qualité de la neige) une tige haute permet souvent de marcher dans la neige sans pour autant s’enfoncer au point qu'elle ne rentre par le dessus, un pantalon serré à sa base offre aussi un plus.


Évidemment par chez nous et plus encore en montagne c'est très (trop) lourd. Particulièrement si on marche sur les chemins ou dans des zones dégagées.

Il faut voir ces bottes comme un vrai 4X4 (genre Land Rover) on est lent, souvent inadapté, mais on taille tranquillement sa route partout au prix d'une grande dépense énergétique.

(J'ai des Alfa  Bever de ce type).

« Modifié: 06 janvier 2020 à 10:15:44 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

06 janvier 2020 à 21:03:50
Réponse #3

Rantanplan


Merci vous deux.

Un dernier avantage dont je n'ai pas parlé (un peu hors sujet, quoi que...).

Quand on essaye de se déplacer silencieusement en forêt, le bruit est en partie causé par le frottement des textiles entre eux (et textile/végétation).

Certes, un "crac" végétal mettra un chevreuil en mode vigilance... Mais un "zzzzzzzziiiii" d'une branche qui glisse sur votre imper-respi, tel un diamant de tourne-disque, c'est un son "civilisation" ultra cramé par la faune.

Or les guêtres, surtout celles en synthétique à grosse trame, font un bruit d'enfer.

Ces chaussures évitent le port de guêtres et puisque le pantalon est dans les bottes, évite aussi le frottement au niveau des mollets. (Après, il y a des astuces du meilleur gout Germanique, en Loden ou en socquettes longues  8)).

Sans être un expert, j'en déduis que ce sont des bottes "de chasse" pour cette raison. (confirmation ?)

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité