Nos Partenaires

Auteur Sujet: Une situation de survie : Bivouac après le combat du Bourget, 21 décembre 1870  (Lu 1355 fois)

19 novembre 2019 à 10:08:11
Lu 1355 fois

Kilbith


Bonjour,

Je voulais présenter ici un tableau d'Alphonse de Neuville intitulé : "Bivouac après le combat du Bourget, 21 décembre 1870"



Ce tableau, ce témoignage, est intéressant car il montre une réalité de la guerre et illustre les moyens de faire face à une situation en mode dégradé.

Observez comment les soldats se réchauffent : couverture, pelisse de laine de mouton (on retrouve cet expédient en 1914 et 1940) petit feu (les arbres sont vites coupés)....etc.

Plus d'information sur la peinture et le contexte ici (une image avec effet loupe est disponible) : https://www.histoire-image.org/fr/etudes/bivouac-apres-combat-bourget-21-decembre-1870
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

19 novembre 2019 à 11:54:03
Réponse #1

Tompouss


En lisant "Bourget" j'ai pensé au lac du Bourget  (inculte inside  :lol:) du coup après une brève recherche je me coucherai moins bête ce soir.

Je m'étais déjà plusieurs fois posé la question du grammage des uniformes (guerre franco-prussienne et 1ww) parce que pour stationner des heures dans le froid avec ces manteaux, que je suppose de laine, ils devaient être sacrément robustes les gaillards  :blink:
"Pour celui qui ne sait pas vers quel port il navigue, aucun vent n'est favorable" Sénèque

19 novembre 2019 à 12:03:05
Réponse #2

Dutch


Très instructif, merci beaucoup. :)

Un truc me chiffonne dans cette tentative d'organisation malgré la déroute: ce qu'il reste des bâtiments ne semble pas utilisé, alors qu'ils offrent encore une protection contre le vent.

Après, c'est peut-être inhérent aux contraintes technico-artistiques pour restituer la scène...
En essayant continuellement, on fini par réussir.
Donc: plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. (Devise Shadock)

19 novembre 2019 à 19:12:16
Réponse #3

Van


Dans la même veine, lire l'excellent livre de Sylvain Tesson : Berezina , où il raconte l'armée napoléonienne en déroute pendant l'hiver russe avec des cas de cannibalisme, etc.

« Modifié: 19 novembre 2019 à 19:28:35 par Van »

19 novembre 2019 à 19:31:30
Réponse #4

Van


En lisant "Bourget" j'ai pensé au lac du Bourget  (inculte inside  :lol:)

Comment tu as fait pour confondre, sur la peinture on distingue pourtant bien l'aéroport à droite ;D
« Modifié: 19 novembre 2019 à 20:20:49 par Van »

20 novembre 2019 à 06:03:44
Réponse #5

Chill


Citation de: Dutch
Un truc me chiffonne dans cette tentative d'organisation malgré la déroute: ce qu'il reste des bâtiments ne semble pas utilisé, alors qu'ils offrent encore une protection contre le vent.

Après, c'est peut-être inhérent aux contraintes technico-artistiques pour restituer la scène...

C'est utilisé au mieux : un drapeau blanc à croix rouge est visible au niveau du pignon droit du bâtiment presque couvert ...

    Chill.
"Un sauveteur isolé est en mauvaise compagnie."

20 novembre 2019 à 13:40:11
Réponse #6

Sou


Yo,

Pour ma part je me demande si le fait de dormir dans la tranchée, comme le font certains soldats, pour être protégés du vent (je suppose), compense le fait que le froid glisse au fond de celle-ci.
Peut-être qu'associé à un feu (comme on peut le voir) permet de chasser le froid voir de profiter d'un effet de réflexion sur les parois?

En tout cas, super idée Kilbith de se servir de peintures comme départ d'une réflexion, merci pour cette exercice mental.  :up:
"La dissidence n'est pas une fin, mais seulement un moyen, celui de faire à sa façon."

20 novembre 2019 à 14:47:31
Réponse #7

Schlomo



20 novembre 2019 à 15:51:20
Réponse #8

Kilbith


Après, c'est peut-être inhérent aux contraintes technico-artistiques pour restituer la scène...

Le peintre a vécu ces évènements, mais une peinture n'est pas une photo. Il y a certainement une certaine licence artistique dans la composition.

Pour l'utilisation des ruines, on peut penser à quelques explications :

- On distingue un drapeau de la toute nouvelle "Croix Rouge"
- D'autre part au fond à droite on voit deux soldats en arme sur une barricade, donc le bâtiment est probablement exposé au feu de l'ennemi. Comme tout soldat le sait : un bâtiment isolé ou un véhicule attire le feu.
- A cette époque, les développements de l'artillerie de siège ont rendu obsolète les défenses maçonnées au profit des redoutes de terres (cf. Sebastopol et la Plevna)
- Parfois, il est préférable de se coucher sur la terre ameublie ou pas (qui a tendance à se réchauffer à la longue si on évite l’humidité)  plutôt que sur un sol dur en pierre qui conduit énormément l'humidité
- Perso il m'arrive de préférer dormir à la belle étoile que dans des ruines de cabanes super humides et potentiellement insalubres (excrément, punaises et autres joyeusetés d'autant plus problématiques à une période ante antibiotiques) .
- etc....
« Modifié: 20 novembre 2019 à 16:00:31 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

20 novembre 2019 à 15:58:45
Réponse #9

Kilbith


Pour ma part je me demande si le fait de dormir dans la tranchée, comme le font certains soldats, pour être protégés du vent (je suppose), compense le fait que le froid glisse au fond de celle-ci.
Peut-être qu'associé à un feu (comme on peut le voir) permet de chasser le froid voir de profiter d'un effet de réflexion sur les parois?

Je me suis aussi interrogé sur ce point.


- Tout d'abord à cette époque les vêtements sont de laine. Avec des vêtements de laine ont peut dormir sur le sol en se passant de matelas isolant. C'est évidemment moins bien, mais c'est possible. L'ennemi c'est l'humidité du sol.

- De toute façon un milouf épuisé ça dort partout (endormissement quelques secondes dans toutes les positions même les plus inconfortables, vérifié maintes fois).

- Un bon milouf ça sait que faire un feu dans un trou...cela permet d'éviter d'être repéré (Notez les pelles sur les paquetages)

- Un bon milouf ça aime dormir dans les fossés, un fossé c'est une redoute avec une épaisseur infinie elle protège des tirs et de l'artillerie (surtout à cette époque sans bcp de fusants). Il est préférable d'avoir froid, plutôt que d'être mort.


-....et en plus on est abrité du vent, du colon et c'est plus chaud (reflecteur).

"Creuses ta tombe et tu survivras". Parole de GV.   ;#
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

20 novembre 2019 à 16:14:41
Réponse #10

Kilbith


Vous aurez aussi noté le Spahi en haut à droite qui caracole.

Et oui, n'en déplaise à certains, les liens par le sang versé sont tissés depuis longtemps.




"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité